Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 30 juillet 2021

De l'Afrique à l'Ukraine, la géopolitique allemande de l'hydrogène

Carte H2 Allemagne.jpg

De l'Afrique à l'Ukraine, la géopolitique allemande de l'hydrogène

Andrea Muratore

Ex: https://it.insideover.com/energia/

Dans la nouvelle géopolitique de l'énergie entre l'Europe et ses marchés environnants, l'Allemagne est un acteur de plus en plus important. Cela se confirme non seulement par le fait qu'Angela Merkel, à quelques semaines de la fin de son mandat de chancelière, a atteint l'objectif: faire accepter par les États-Unis la construction du tronçon terminal du gazoduc Nord Stream 2. Mais elle confirme également la profonde attention que la politique et le monde des affaires allemands portent à une nouvelle frontière dans le monde de l'énergie et à l'une des innovations les plus importantes qui peuvent permettre cette transition, l'hydrogène.

L'hydrogène n'est pas encore devenu un atout "révolutionnaire" sur les marchés mondiaux de l'énergie, mais il peut servir d'outil pour alimenter les systèmes industriels et de production de manière à garantir, à long terme, une contribution à la décarbonisation, à l'amélioration de l'efficacité de la consommation dans l'industrie et du secteur privé, ainsi qu'un moteur pour des secteurs tels que la mobilité durable qui sont tout sauf insignifiants.

L'Allemagne, première économie et puissance industrielle d'Europe, nation la plus peuplée de l'Union européenne, pays qui a choisi de sortir du nucléaire après l'accident de Fukushima, puissance technologique et d'innovation, peut et doit jouer le jeu de la transition sur les fronts de la protection de l'environnement et du développement économique. Et, comme dans toute question énergétique, les affaires et la géopolitique se rejoignent dans le tableau général du jeu qu'implique l'hydrogène. Il ne pourrait en être autrement dans un monde tel que celui de l'hydrogène, où de nouveaux marchés et de nouvelles chaînes d'approvisionnement s'ajoutent progressivement au fil du temps. Et où de nouveaux paradigmes doivent encore être établis.

hydrogene-un-euro_110820.jpg

Dans cette optique, Berlin poursuit une stratégie basée sur des cercles concentriques. Le premier axe est interne. Il vise avant tout à construire une chaîne d'approvisionnement intégrée en hydrogène, en commençant par les machines d'électrolyse et en terminant par la construction d'usines capables d'alimenter la transition énergétique dans l'industrie sidérurgique, l'industrie manufacturière et les transports. À cette fin, le gouvernement a mis en place un plan de 9 milliards d'euros et garanti environ 3,3 milliards d'euros dans son Fonds de relance, dans le but de poursuivre la décarbonisation substantielle de l'industrie lourde, qui fait fonctionner le secteur manufacturier du pays.

Dans un deuxième temps, nous passons à l'expansion sur les marchés internationaux. La Kfw, la Banque fédérale allemande de dépôt et de prêt, et le gouvernement entendent promouvoir l'intégration systémique avec des partenaires internationaux et encourager les entreprises allemandes à jeter les bases d'une coopération croissante avec de nouveaux partenaires qui sont essentiels pour l'énergie de demain. À cet égard, sur les 9 milliards alloués dans la stratégie nationale pour l'hydrogène, 2 milliards seront consacrés à des partenariats d'approvisionnement internationaux afin d'accélérer la course vers l'objectif de la décarbonisation. Outre la production nationale, que Berlin souhaite porter à 5.000 MW d'ici à 2030 et à 10.000 MW d'ici à 2040, l'Allemagne veut la combiner avec un système délocalisé dans les pays du Golfe et en Afrique du Nord, en utilisant l'énergie solaire pour alimenter les usines de production.

Station-hydrogene.jpg

Ce n'est pas une coïncidence si les pays d'Afrique font l'objet d'une attention particulière, car ils peuvent offrir un espace pour les technologies allemandes et élargir la perspective d'inclusion de l'industrie nationale dans une zone où les terres disponibles pour générer de nouvelles productions et de nouvelles usines ne manquent pas. En Afrique de l'Ouest, note Italia Oggi, "15 pays réunis dans l'association économique Ecowas sont indiqués dans une étude du ministère fédéral des sciences ("H2-Atlas Afrique") comme la zone idéale pour produire de l'hydrogène vert et l'importer ensuite en Allemagne".

og-image.jpg

Enfin, il y a un aspect géopolitique au positionnement de l'Allemagne dans les réseaux qui animeront le marché de demain, l'ère de la transition. Le positionnement africain signale la volonté de l'Allemagne de s'implanter dans une partie prometteuse du monde, en superposant sa présence sur l'influence traditionnelle, mais déclinante, de la France, et s'inscrit dans un projet géo-économique ramifié qui a son point de chute le plus intéressant en Europe de l'Est, en Ukraine plus précisément. Berlin a récemment "conclu un accord de coopération avec l'Ukraine dans le domaine des énergies renouvelables, qui comprend dix projets pilotes, dont certains démarreront l'année prochaine" et qui représente le contrepoids offert à Kiev (et à Washington) pour faire passer l'achèvement du gazoduc russo-allemand.

L'Allemagne poursuit sa stratégie de renforcement géostratégique et géoéconomique en façonnant une transition tous azimuts : de nouveaux paradigmes technologiques et énergétiques favorisent la construction de nouvelles chaînes de valeur transnationales et de nouvelles alliances potentielles. Celles-ci se superposent à celles qui existent déjà, comme si le mix énergétique d'un pays était aussi un véritable mix géopolitique.

L'Allemagne a compris que la transition sera une perspective à moyen et long terme et qu'il sera nécessaire de s'adapter afin d'être prêt, en tant que pays-système, pour une longue période de coexistence entre les sources traditionnelles et les sources renouvelables. Le gaz et l'hydrogène sont, de ce point de vue, des compléments parfaits pour les retombées en termes d'investissements dans les infrastructures, de développements technologiques et de perspectives de marché. Et ils renforcent la position du pays en Europe et au-delà.

Écrire un commentaire