Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 28 septembre 2021

Comment la démographie influence-t-elle l'équilibre géopolitique des forces?

Demography_web.jpg

Comment la démographie influence-t-elle l'équilibre géopolitique des forces?

Andreas Minkofski

Ex: https://gegenstrom.org/wie-beeinflusst-demographie-die-geopolitischen-machtverhaeltnisse/

"Des pays comme le Nigeria pourraient devenir les grandes puissances de l'avenir" (Paul Morland)

Paul Morland [1] a écrit un livre intéressant, The Power of Demography [2], et a été approché à ce sujet par la Neue Zürcher Zeitung. Dans une interview, il a commenté les caractéristiques importantes du développement démographique pour expliquer comment ce dernier a façonné le cours de l'histoire.

Il souligne que tout observateur attentif peut constater que, dans les sociétés avancées de l'Occident actuel, des localités entières se transforment, un groupe de résidents produisant plus de descendants qu'un autre. C'est notamment le cas lorsque des immigrants se sont installés: ils ont réussi à modifier la composition de la population en peu de temps - une affirmation qui, toutefois, ne doit pas faire l'objet d'un débat dans les médias de masse, car sinon l'accusation de racisme serait immédiatement soulevée. Le fait est que lorsque des groupes de personnes vivent côte à côte, cela soulève également la question des "rapports de force politiques". Les minorités qui ont plus d'enfants font de l'ancienne majorité une minorité et l'évincent des zones qu'elle avait auparavant façonnées. L'auteur indique clairement qu'il s'agit d'un processus historique qui a toujours débouché sur un conflit.

morland_photo_2-300x199.jpg

9781138546776.jpg

HumanTide_6.jpg

Il montre également que, dans le passé, l'augmentation de la population a souvent été assez difficile parce que des guerres et des famines dévastatrices ont limité et rendu plus difficile la croissance de la population. La modernisation, qui s'est accompagnée d'une explosion de la technologie depuis 1800, a jeté ces restrictions par-dessus bord. La mondialisation, avec sa révolution des transports, a permis d'importer des denrées alimentaires du monde entier à des prix avantageux. À partir de 1750, les famines massives qui sévissaient en Europe font partie du passé.  Le progrès médical, qui a pénétré le monde entier avec la colonisation, a fait le reste. L'Afrique - et pas seulement l'Europe - doit donc à la science une baisse décisive de la mortalité infantile.

La population de l'Afrique a été multipliée par douze entre 1900 et aujourd'hui. Mais en Afrique, les femmes ont toujours autant d'enfants aujourd'hui qu'à l'époque, et cela est lié à la coutume, aux caractéristiques culturelles, aux conditions psychologiques. En Europe, en revanche, le taux de natalité est en baisse depuis des décennies en raison d'une adaptation de la population à une vie économique liée au stress (mot clé : néolibéralisme). En Afrique, par contre, on est encore loin d'un système à deux enfants. D'abord répandue en France après les guerres napoléoniennes, elle s'impose aujourd'hui dans toute l'Europe, jusqu'en Russie. Ces évolutions divergentes s'expliquent par la pauvreté et le manque de développement économique de ce que l'on appelle le tiers monde.

Ces observations sont en fait connues de tous les historiens qui veulent être pris au sérieux. Seule la population en général n'en sait pas grand-chose ou ne voit pas les liens. Ils ne connaissent rien de l'histoire de France ou du monde d'Honoré Balzac. Ils savent cependant que plus d'enfants signifie plus de soldats pour un État. Et une main-d'œuvre bon marché. Le point principal, à savoir qu'une population plus importante doit également être associée à la technologie et donc à un niveau de connaissance plus élevé de la population afin d'avoir un impact "POWER POLITIQUE" sur le monde, la plupart des gens de l'empire américain informel ne le savent pas. Ils ne voient jamais que la colonisation du monde par l'Europe n'a été possible qu'en raison d'une explosion démographique sur notre continent et qu'elle n'a été durable que parce que la TECHNOLOGIE a favorisé et renforcé ces développements. Vous ne pouvez jamais voir derrière les principaux moteurs de la politique pour expliquer pourquoi de nombreux conflits se sont terminés en faveur d'une puissance et non de l'autre. Pourquoi, par exemple, les Alliés ont-ils gagné la Première Guerre mondiale - après plus de quatre ans et demi. Cela n'était pas seulement dû aux mauvaises décisions des dirigeants des puissances centrales, mais peut s'expliquer tout simplement par le fait que les Alliés disposaient d'une supériorité démographique plusieurs fois supérieure et, en même temps, d'une technologie égale. La "Faim générale" a d'ailleurs donné le change aux puissances centrales.

Il n'est pas exclu que les États-Unis soient remplacés en tant que superpuissance dans les décennies à venir. Jetons un coup d'œil au passé: vers 1900, les États-Unis comptaient environ 90 millions d'habitants et l'Allemagne un peu plus de 60 millions. La Grande-Bretagne avait une population dans son empire de plus de 400 millions d'habitants et environ 45 millions d'habitants dans les îles britanniques. La population de la France était d'un peu moins de 40 millions d'habitants et celle de l'Italie d'environ 40 millions. La Russie en comptait environ 140 millions, l'Autriche-Hongrie environ 40 millions et l'Empire ottoman 18 millions. Aujourd'hui, c'est différent. La Turquie, bien que beaucoup plus petite en superficie, compte tout de même 80 millions d'habitants. La Russie d'aujourd'hui compte environ 145 millions d'habitants, l'Allemagne 82-83 millions et les États-Unis environ 320 millions. La Grande-Bretagne et la France environ 60 millions chacune. Et le POIDS que ces pays font peser politiquement sur la scène mondiale reflète également ces données démographiques [3]. Quelqu'un parmi la "fine intelligentsia" de l'empire américain informel sait-il seulement que la Syrie compte plus de 30 millions d'habitants et que l'ancien empire ottoman a subi proportionnellement plus de pertes humaines que l'Europe en 1915-1918? L'Égypte a fourni une armée de plusieurs millions de soldats aux Britanniques à l'époque, dont plus de 500.000 sont morts dans les batailles et de maladies. Aujourd'hui, la population y est passée à près de 99 millions d'habitants. Qu'est-ce que cela nous apprend sur la croissance démographique qui n'est pas contrôlée ?

demography.jpg

Les MAJORITÉS naturelles de l'avenir sont principalement la Chine, l'Inde, l'Indonésie et peut-être une nouvelle entité politique en Afrique subsaharienne dirigée par le Nigeria. L'Europe n'a qu'une seule chance de s'affirmer - par une union AVEC la Russie. Le Brésil et les États-Unis sont condamnés à jouer en deuxième division - même si la population brésilienne connaît une croissance très rapide. Bien que la population y ait quadruplé au cours des 50 dernières années, cette croissance s'est considérablement ralentie dans un passé proche.

Voilà à quoi ressemblera le monde dans un avenir proche, dès que l'Afrique, l'Inde et la Chine auront techniquement rattrapé l'Occident. L'Orient redeviendra le centre du monde, avec le Moyen-Orient et, cette fois, avec l'ensemble de l'Afrique. Et il devrait être clair pour tout le monde que l'Occident essaie d'empêcher cela, même si cela n'est jamais ouvertement discuté. C'est pourquoi l'ensemble du discours est si confus et fallacieux. Ce n'est pas une coïncidence. La politique du pouvoir d'aujourd'hui exige que les gens restent gentiment en ligne. Et en même temps, c'est une des raisons pour lesquelles Merkel fait ce qu'elle fait et a fait et pourquoi les "flux de réfugiés" en Europe ne s'arrêteront jamais pour les prochaines générations. Parce que cela nécessiterait un changement complet de la "politique du pouvoir", en lien avec la "politique économique", c'est-à-dire une restructuration de la société loin des besoins des barons financiers prédateurs. Et les oligarques et les ploutocrates de ce monde, dont la base du pouvoir se trouve aux États-Unis, ne sont absolument pas prêts à le faire. Ils ne voient pas les dangers, ils ne voient que leurs profits. Il est donc hors de question pour eux de "repenser" l'économie et la société.

Il est donc important de garder à l'esprit que la croissance démographique est étroitement liée à trois facteurs : la culture et les coutumes d'une société, qui peuvent être influencées et changer sous la pression de l'extérieur. Les soins médicaux, l'enseignement supérieur et la prospérité économique entraînent généralement une baisse du taux de natalité, voire un effondrement de ce dernier au profit d'une croissance négative, car les enfants sont soudain considérés comme un investissement coûteux et, dans le même temps, on ne doit plus craindre de les perdre dans la petite enfance. En d'autres termes, un ou deux enfants sont "suffisants". Ces facteurs, mélangés dans le contexte d'un monde de sociétés qui avancent maintenant sur des voies différentes et à des vitesses différentes dans les événements contemporains, façonnent le changement historique mondial d'aujourd'hui. La question est de savoir comment intervenir ici pour équilibrer et interagir positivement afin d'éviter une catastrophe. Ceux qui croient, par exemple, qu'ils peuvent arrêter le "changement climatique" sans arrêter l'explosion démographique ne connaissent absolument rien de la planète Terre.

A propos de l'auteur :

Andreas Minkofski est un Canadien d'origine allemande qui vit avec sa femme Geneviève à Montréal, au Québec. Il est né en 1952, a étudié l'histoire, est agent immobilier et athlète de force. Il a publié le livre : "Otto von Bismarck et l'expansion coloniale allemande, 1884-1890" en français. Il travaille actuellement sur un autre livre intitulé : "Treize événements fondamentaux qui ont façonné l'Occident depuis 1347".

Notes et références

[1] https://www.nzz.ch/international/interview-laender-wie-nigeria-koennten-die-grossmaechte-der-zukunft-werden-ld.1639113?reduced=true

[2] Une grande partie de ce que j'explique ici n'est pas claire dans l'interview de Paul Morland au Neue Zürcher Zeitung, ni immédiatement apparente, ni même abordée. Mon objectif n'est pas de revenir sur ses principaux points. Je souhaite plutôt replacer une grande partie de ce qui a été dit ici dans une image globale. L'interview a déclenché cette réaction chez moi, et j'ai essayé de faire comprendre ce que nous devons nous demander : Où le voyage nous mène-t-il à l'avenir dans les circonstances actuelles ?

[3] Remarque : le fondateur du mouvement paneuropéen, Coudenhove-Kalergi, l'avait déjà compris en 1919, et c'était l'idée politique centrale qui, à ses yeux, justifiait et rendait nécessaire une union de l'Europe. Le fait qu'il soit né à Vienne et qu'il soit un Autrichien issu de la classe supérieure - son père était un ancien diplomate, sa mère une Japonaise - a certainement aussi aidé.....

12:50 Publié dans Définitions | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : définition, démographie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Un livre est paru en 1927, d'un élève de Spengler, Richard Korherr, intitulé La dénatalité. Il fait une étude poussée des civilisations atteintes de dénatalité dans l'histoire et décrit déjà tout ce que nous vivons aujourd'hui. Les seules prévisions d'apocalypse qui se soient révélées exactes. Il a été traduit en français récemment.

Écrit par : Lucien | mardi, 28 septembre 2021

Écrire un commentaire