Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 30 septembre 2021

Après AUKUS, l'espace: comment Johnson relance Global Britain

union-jack_web.jpg

Après AUKUS, l'espace: comment Johnson relance Global Britain

Andrea Muratore

Ex: https://it.insideover.com/tecnologia/dopo-aukus-lo-spazio-cosi-johnson-rilancia-la-global-britain.html

À la mi-août, le retrait chaotique des Occidentaux d'Afghanistan avait vu le Royaume-Uni tenter, en vain, de prolonger le séjour des États-Unis et de leurs alliés dans le pays au-delà du 31 août et échouer à organiser une deuxième phase d'évacuation des civils et des soldats afghans face à l'avancée des talibans sans la couverture de la superpuissance. À l'époque, la stratégie Global Britain du gouvernement de Boris Johnson semblait ne tenir qu'à un fil, dépendant des priorités stratégiques américaines après des affaires passées similaires sur des questions telles que la 5G et la fermeture à la Chine.

En septembre, cependant, la signature du pacte AUKUS a montré le côté plus précieux stratégiquement de ce lien ombilical. La relation entre les États-Unis et le Royaume-Uni reste, dans un certain sens, spéciale et, avec l'Australie, Londres est choisie comme le partenaire le plus proche de la superpuissance dans l'alliance déjà restreinte des "Five Eyes". Une synergie comparable, à certains égards, à celle qui existe entre Washington et Israël.

uk-us-special-relationship.si.jpg

Et tout cela a été confirmé par un approfondissement des liens australo-américains sur le front spatial, directement lié au monde des sous-marins que Washington fournira à Canberra, ce qui s'est immédiatement traduit par un geste du gouvernement de Sa Majesté. Moins de deux semaines après la signature d'u pacte AUKUS, le 15 septembre, Londres a en effet présenté sa nouvelle stratégie spatiale nationale, qui semble taillée sur mesure pour le nouveau cadre stratégique né d'AUKUS.

La stratégie spatiale nationale mise en place par le gouvernement de Boris Johnson est ambitieuse et répond pleinement à la logique que la stratégie Global Britain avait indiquée pour l'avenir du Royaume-Uni post-Brexit : une plus grande importance dans les scénarios militaires internationaux, une intégration croissante entre les secteurs civils, les appareils économiques et de défense, et la recherche d'une position forte dans le contexte scientifique mondial.

Dans cette optique, la stratégie spatiale nationale définit cinq objectifs généraux pour renforcer la position du Royaume-Uni dans l'espace: renforcer la position de Londres dans l'économie spatiale, promouvoir l'utilisation de l'espace dans le respect du droit international, conformément à la convention des Nations unies signée cette année par le gouvernement, soutenir la recherche et l'innovation, exploiter les technologies spatiales pour lutter contre le changement climatique, et promouvoir la protection de l'intérêt national en se positionnant comme une puissance spatiale.

"Au cœur de cette stratégie", a déclaré George Freeman, le nouveau ministre des sciences du gouvernement conservateur, "nous reconnaissons que nous sommes engagés dans une course mondiale pour le contrôle de l'espace" et que nous avons certains atouts "sur lesquels nous avons l'intention de nous appuyer".

Londres rappelle sa volonté de devenir une superpuissance scientifique et technologique, également dans le secteur spatial, et d'établir des collaborations profondes et décisives avec ses alliés. De ce point de vue, la référence à AUKUS est évidente, étant donné que le Royaume-Uni entretient une relation privilégiée avec les États-Unis et l'Australie (ainsi qu'avec la Nouvelle-Zélande et le Canada) en matière de renseignement, avec pour conséquence le partage de flux d'informations qui ont une importance décisive pour les échanges dans l'espace ; dans les domaines naval et militaire, il se coordonnera avec Washington et Canberra ; et, surtout, il a depuis longtemps perfectionné le processus du Brexit dans le domaine spatial également. Partageant ses voies avec celles des programmes européens pour l'alternative au Gps (Galileo), les constellations de satellites vétérans et les nouveaux équipements pour l'internet par satellite.

DpJU0eOWsAAqiNn.jpg large.jpg

Space News souligne que, compte tenu des changements d'époque qui ont eu lieu dans le secteur à l'échelle internationale, Londres n'a pas reproposé l'objectif de prendre le contrôle de 10 % du marché mondial de l'économie spatiale qu'elle prône depuis des années ; et si Andrew Stanniland, PDG de Thales Alenia Space UK, a souligné que Londres doit rattraper son retard dans le domaine technologique, le Royaume-Uni conserve " une part de marché de 6 % " à l'échelle mondiale dans l'économie spatiale, avec 21 milliards de dollars sur 345 générés en 2019 dans le secteur.

Le périmètre AUKUS confirme ainsi son désir de projeter ses ambitions en tant que bloc cohésif au-delà des limites de l'alliance navale et de l'endiguement des stratégies chinoises dans l'Indo-Pacifique. Londres suit le pacte américano-australien sur les sous-marins et, en tant que nation disposant des capacités les plus avancées dans les domaines naval et spatial, poursuit sa stratégie de renforcement de l'hybridation mer-ciel, qui apparaît de plus en plus fondamentale en tant que déterminant de la puissance au XXIe siècle. Cela prouve que nous devrons attendre longtemps pour que les conséquences géopolitiques du nouvel axe anglo-saxon soient effacées, du moins avant de pouvoir considérer la stratégie de la Grande-Bretagne globale comme terminée.

Écrire un commentaire