Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 01 octobre 2021

Le genderisme : l'énigme du consentement

womengenderundergrad.jpg

Le genderisme : l'énigme du consentement

Michele Fabbri

Ex: https://www.centrostudilaruna.it/gender-lenigma-del-consenso.html

Le climat politique entre la fin du XXe siècle et le début du XXIe a été caractérisé par la montée irrépressible des idéologies de gauche qui, après la fin du communisme, ont énormément augmenté leur pouvoir et leur emprise sur les consciences en misant tout sur un arsenal culturel visant l'annulation des identités sexuelles : un système de pensée que l'on appelle généralement le "genre" ou le "genderisme". Dans de nombreux pays, l'opposition à la gauche est minime, et parfois même non manifestée.

Le comportement homosexuel a été élevé au rang d'idéologie d'État qui revêt un caractère normatif. Pourtant, les éléments abondent dans l'histoire de la gauche qui sont aujourd'hui une source d'embarras infini pour ses partisans. Dans les régimes communistes, l'homosexualité était considérée comme un "vice bourgeois" et souvent comme un crime, comme en témoigne la célèbre correspondance "homophobe" entre Engels et Marx. Dans les partis de gauche occidentaux, jusqu'aux années 1980, la question de l'homosexualité était marginale et n'était pas utilisée dans les campagnes électorales. Même le plus important idéologue homosexualiste italien, Mario Mieli, était considéré comme un élément insignifiant et n'influençait pas la rhétorique du parti.

Le mythe du collectivisme économique ayant disparu, la gauche a trouvé quelque chose de mieux: le collectivisme des identités sexuelles. Dans les années 1990, une gauche en crise et à la recherche de nouvelles voies a commencé à s'intéresser au monde LGBT, et en un rien de temps, elle a obtenu un consensus écrasant, dépassant probablement ses propres attentes !

Autrefois, la gauche se basait sur le concept vague d'"émancipation", qu'elle interprétait essentiellement comme un système de nivellement des différences entre les classes sociales; aujourd'hui, l'"émancipation" signifie se libérer de l'esclavage de l'appartenance à un genre sexuel. L'idéologie homosexualiste du "genre", efficacement soutenue par l'antiracisme, diversement entrelacée avec le féminisme et mélangée dans le grand chaudron des "droits de l'homme", s'est avérée être un excellent anesthésiant pour rendre l'opinion publique obéissante, servile, passive et insensible à la douleur.

GNDS logo no background.png

L'accent mis sur les "droits civils" a fourni aux patrons l'outil idéal pour attaquer les droits sociaux: tandis que les médias célébraient les triomphes de la soi-disant "inclusion sociale", le capitalisme mondialisé a déclenché une vaste offensive néolibérale qui a désormais réduit le monde du travail à un marché d'esclaves. Ceci explique l'avalanche de financements qui a inondé les partis progressistes ces trente dernières années, leur permettant de mettre en œuvre de véritables "marteaux de propagande" à faire pâlir les grandes dictatures du XXe siècle !

Mais la propagande peut-elle expliquer à elle seule un consentement aussi enthousiaste à des comportements sexuels de niche que l'humanité a toujours considérés comme moralement répréhensibles, ou ridicules, et en tout cas sans intérêt pour la vie publique?

Comme par hasard, c'est en 1994 que le Wright Laboratory, un organisme qui conçoit des armes chimiques et biologiques pour l'armée américaine, propose une arme chimique à base de phéromones qui aurait généré chez les soldats ennemis un désir homosexuel irrésistible. Officiellement, l'arme n'a pas été développée, mais au train où vont les choses, il y a tout lieu de croire que de tels dispositifs seront utilisés à grande échelle sur la population civile...

Des articles sur la "bombe gay" sont disponibles sur le lien suivant :
Bombe gay - Wikipédia

Le chercheur indépendant David Icke a suggéré que les œstrogènes et les phtalates sont intentionnellement répandus dans les aliments et les boissons pour féminiser le sexe masculin.

Mais si David Icke est un théoricien du complot paranoïaque, même un documentaire de RAI 3 (source non suspecte) a abordé le phénomène de l'infertilité masculine et les changements d'identité sexuelle qui se produisent de plus en plus fréquemment chez les jeunes hommes. Et ce sont précisément les phtalates qui sont mentionnés comme l'une des substances les plus répandues provoquant des modifications de l'identité sexuelle.
L'émission peut être consultée sur le lien suivant :
Presadiretta 2016/17 - Ciao male - Vidéo - RaiPlay

Il y a aussi ceux qui pensent que des facteurs aléatoires ont contribué à l'évolution des caractéristiques sexuelles, mais la virulence de la campagne médiatique qui criminalise quotidiennement la sexualité masculine ne laisse guère de doute sur le caractère prémédité de ce phénomène...

Quoi qu'il en soit, que le consensus ait été acheté ou induit à l'aide d'armes chimiques, nous devons faire face à la réalité de foules hypnotisées par les slogans LGBT descendant dans les rues avec le drapeau arc-en-ciel, offrant la jugulaire à la sanglante boucherie sociale menée par les pouvoirs forts.

En outre, le nouveau paradigme établi par la confusion des rôles sexuels a des implications économiques qui le rendent indispensable au maintien d'une économie spéculative sans rapport avec les besoins réels de la vie : la fin de la famille traditionnellement comprise crée une société individualiste fonctionnelle à la multiplication des consommations. En outre, les traitements de changement de sexe alimentent un marché florissant pour l'industrie pharmaceutique. Il y a également un riche terrain de jeu pour les professions juridiques, qui sont appelées à réglementer des situations que les civilisations humaines n'avaient pas envisagées jusqu'alors. Parmi ces ajustements législatifs figurent les grotesques délits d'opinion que les démocraties orwelliennes du XXIe siècle ont su inventer pour blinder les nouveaux sujets de droit. Enfin, le récit LGBT est par nature parfaitement cohérent avec les carnavals déments de la société de consommation.

À ces éléments s'ajoute le choix du drapeau arc-en-ciel, dont l'impact esthétique est objectivement irrésistible...

Pride-Flags-Guide.jpg

Le "genre" est le dogme fondateur de ce communisme 2.0 que les médias appellent "mondialisation" et constitue aujourd'hui l'enjeu idéologique autour duquel se joue une nouvelle guerre froide, contre la Russie et les anciens pays communistes alignés pour défendre la conception biologique de l'identité sexuelle, contrairement à un Occident qui soutient l'idée que l'identité sexuelle est un choix psychologique. L'Union européenne est allée jusqu'à faire du chantage à la Pologne et à la Hongrie, menaçant de refuser l'aide économique pour l'urgence covid aux deux braves nations si elles n'adhèrent pas au "sexisme".

Ce sont précisément les pays de l'ancien empire soviétique, vaccinés par l'expérience communiste, qui ont facilement reconnu le "gender" comme le collectivisme du XXIe siècle: le président polonais Duda a opportunément observé que l'idéologie LGBT est encore plus dangereuse que le communisme ! Les pays occidentaux, par contre, chloroformés par le consumérisme, se sont abandonnés à l'adoration du nouveau veau d'or. Quant aux Églises chrétiennes, faibles et timides, elles ont souvent tout simplement jeté l'éponge sur les questions éthiques, ou dans certains cas déserté pour s'enrôler dans le camp adverse !

À ce scénario géopolitique, il faut ajouter le monde musulman, qui est fermement attaché à sa propre tradition religieuse et ne réagit absolument pas à ces "nouveautés".

Le monde du divertissement et de la culture est aussi massivement favorable au "genre": les cerveaux "libéraux" des universités occidentales ne sont même pas effleurés par l'idée que la différence sexuelle dans la nature existe pour la reproduction de l'espèce. Et pourtant, il suffit de retirer les tranches de salami de ses yeux pour se rendre compte de la logique la plus élémentaire de la vie !

L'Occident, qui, avec arrogance, se sent justifié d'imposer ses prétendues "valeurs" au reste du monde, après avoir élaboré pendant des siècles une culture fortement dialectique, est arrivé au brillant résultat de ne plus pouvoir distinguer le mâle de la femelle ! Et vu le fanatisme avec lequel les Occidentaux soutiennent le "genre", il n'est pas exclu que l'empire du mal euro-américain soit prêt à déclencher une guerre mondiale au nom de ces "droits de l'homme" nouvelle génération.

Mais si l'on veut voir le verre à moitié plein, on peut aussi observer que le "genre" est désormais la dernière tranchée de la gauche. C'est certainement la mieux équipée, la plus fortifiée, mais si les masses devaient perdre la foi dans le "genre", il est vraiment difficile de voir ce que la gauche peut trouver d'autre pour réaliser ses plans de dégradation anthropologique. Le communisme s'est effondré sur lui-même, et son frère jumeau le mondialisme finira tôt ou tard de la même façon: ces systèmes sont insoutenables du point de vue des relations humaines, plus encore que du point de vue économique. Le "genre" est au sommet de la pyramide des "valeurs occidentales" et s'il s'effondre, le fragile château de cartes du politiquement correct s'écroulera, et avec lui le système de pouvoir mondialiste halluciné.

Les opposants au mondialisme font face à leur plus puissant ennemi, mais aussi au dernier obstacle qui les sépare de la liberté !

Écrire un commentaire