Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 13 octobre 2021

Rébellion et discipline

37774_large.jpg

Rébellion et discipline

Mario Michele Merlino

Ex: https://www.ereticamente.net/2017/01/ribellione-e-disciplina-mario-michele-merlino.html

Je m'inspire d'un petit débat (sans vouloir en diminuer le sens) suscité par mon ami Giacinto (désormais habitué au goût de la provocation), qui, après avoir affiché un aphorisme de Nietzsche, tiré de Ainsi parlait Zarathoustra, dit ne pas être convaincu.

Amoureux du squadrisme, de ce premier fascisme rustre et gascon, basé sur la défiance, les poignards, les grenades à main et beaucoup de matraquages, il estime que le terme "rebelle" est pénalisé. Car il est écrit: "La rébellion - c'est la noblesse chez l'esclave. Que l'obéissance soit votre noblesse ! Obéis même à tes ordres" (Della guerra e dei guerrieri, dans la version autorisée de Giorgio Colli et Mazzino Montinari). Ceux qui me connaissent savent combien j'aime peu cette traduction, peut-être plus rigoureuse sur le plan philologique, mais dépourvue de tout afflux poétique - et Nietzsche, après Platon et peut-être plus que lui, est avant tout un faiseur de poésie, au sens premier du terme. Dans l'édition de 1937, publiée par la maison d'édition Apuana, celle à laquelle je me réfère le plus volontiers, le discours susmentionné est placé ailleurs dans le livre, mais, surtout, le terme "noblesse" est remplacé par "distinction" et cela compte.

30303790470.jpg

Mon ami et héros, l'épéiste au grand nez, Cyrano de Bergerac, se tourne vers le vicomte (dans la célèbre scène au théâtre et le duel qui s'ensuit, accompagné du couplet) qui avait été étonné et insulté ("Ve' che modi arroganti !"). Un rustre qui sort même sans gants, sans grenouilles, sans rubans, sans chevrons!'): 'Parce que j'ai mes distinctions à l'intérieur ! ... Je vais sans rien qui ne brille en moi, sans ombre, et j'ai un panache de franchise et d'indépendance". Le jeune fasciste décrit par Marcello Gallian dans Gente di squadra, par exemple, irait bien avec le protagoniste de la comédie d'Edmond Rostand. Une question de style, l'important, et de distinctions justement.

Le fait de me définir comme un "anarcho-fasciste", qui me fait aimer Robert Brasillach, comme il se raconte dans Notre avant-guerre, et un Berto Ricci (rappelez-vous les difficultés qu'il a eues lorsqu'il a obtenu sa carte de membre à cause de ses fréquentations "subversives") me transporte là où l'histoire décrit ce monde libertaire, de ces rêveurs fous et désespérés, représentés avec leurs grandes barbes, leurs chapeaux à bords inclinés, leurs yeux fougueux... mais aussi à Giuseppe Solaro, par exemple, le dernier fédéral de Turin. "Dans la guerre qui est maintenant universelle dépend l'issue de la révolution sociale, la défaite ou le triomphe du travail sur l'étouffement ploutocratique" - dont nous avons récemment rappelé le texte diffusé à la radio Les rebelles, c'est nous.

Et puis, même en cédant un peu à l'anagraphie - jamais à la réalité qui m'entoure d'hommes bavards -, rompre la chaîne des accommodements serviles reste, romantique et anachronique, le rêve des bâtons et des barricades. Et, oui, je comprends l'intolérance de Giacinto lorsque le terme "obéissance" est confondu et, Pasolini docet ( !), le juxtapose au concept d'"homologation". J'ai écrit récemment que La locomotive de Lugano de Francesco Guccini et Ivan Graziani est belle, et s'il y a une sainte hérésie en elle, c'est la gifle au monde de la droite bourgeoise, perfide et lâche, dont notre pays est rempli, elle la rend étouffante et, de cette pourriture, elle n'aurait pas du tout besoin...

Spartacus contre Crassus. La voie Appienne éclairée par les corps des esclaves rebelles, transformés en torches humaines après avoir été crucifiés. Le désir de briser les chaînes suffit-il à ennoblir l'esclave en révolte ? Peut-être pas. Il y a un appel à se libérer des besoins, mais aussi - et surtout, je crois - une volonté de se libérer des besoins. Sur qui le père pensif de Zarathoustra dirige-t-il ses flèches lors de ses promenades solitaires le long du lac de Selvapiana ? Et puis - hypothèse audacieuse à la limite du paradoxe - les distinctions entre celui qui, esclave, se révolte et celui qui obéit, devenu un art noble, sont-elles inconciliables entre elles, ennemies mortelles (comme elles semblent le devenir lorsqu'elles se transforment en "morale" - des Seigneurs la seconde et des Esclaves la première) ou sont-elles des stades changeants de l'être où le monde est régi par des principes (valeurs) hiérarchisés ?

fposter,small,wall_texture,product,750x1000.u6.jpg

Et, maintenant, esquissons la distinction de l'obéissance - l'invitation de Nietzsche qui a aigri, avec une subtile grimace de déception, son ami Giacinto. Dans E venne Valle Giulia, à la fin, j'ai écrit, en citant un vieux texte qui date de plusieurs années : Avec le suicide rituel (seppuku) de Mishima Yukio, nous avons renouvelé notre intérêt pour la culture du Japon - pas seulement notre admiration étonnée pour les kamikazes, par exemple -, attirés et impliqués dans ce monde qui s'ouvrait à nous grâce à la cinématographie d'Akiro Kurasawa (après avoir vu Les Sept Samouraïs, quelle déception que sa version occidentale ! ). Le samouraï est celui qui se met au service du daimyo, le seigneur féodal. Servir, c'est le sens littéral des idéogrammes qui l'indiquent - tandis que bushi désigne le guerrier et que ronin est le samouraï qui a été laissé sans son seigneur. Pas de scandale. La loyauté est l'axe sur lequel tourne l'éthique du bushi-do. Après tout, que visaient les ordres de chevalerie médiévaux dans le serment d'investiture ("Le cheval et l'épée, - la rose et l'honneur - étaient des compagnons - fidèles en amour") et, à une époque plus récente et qui nous est chère, les soldats portant des runes sur leurs insignes se targuaient de la devise "Notre honneur s'appelle Loyauté !"?

Langer_Kerl_Schwerid_Rediwanoff.jpgTout est question de rébellion et d'obéissance - l'esclave est celui qui se sent tel et non celui qui se met joyeusement et avec confiance au service d'une Idée, de sa Cause... même si c'est le Rien, comme le voulait le philosophe Max Stirner, auteur de L'Unique, texte cher au socialiste Mussolini et au professeur Merlino (tant pis pour la modestie et les imbéciles, ses dévots !). Dans les cellules de Regina Coeli, je me sentais et j'étais un homme libre, dans un enclos de trois mètres sur six et ayant des barres et des boulons sur le bord. Et je l'étais beaucoup plus que je ne le suis aujourd'hui. Encore une fois, Sénèque prévient : "Vivere militare est". Après nous avoir rappelé qu'il ne faut pas demander aux dieux une existence exempte de soucis mais une grande âme. Et quel est le noyau dur du soldat - du légionnaire de Rome ou, rappelons-le, des grenadiers de Frédéric II, de tous ceux qui ont fait l'histoire de cette Europe en armes - une histoire aujourd'hui misérable mais qui fut riche en hommes, en idées, en luttes et en événements - ? Discipline.

Une discipline formelle, certes, d'une apparente inutilité brutale mais, comme l'écrit Aldo Salvo dans Mal di Roma, un livre qui aurait mérité une plus grande diffusion et une plus grande attention, "la rhétorique, enseignait-on, entre en donnant des coups de pied dans la bouche et sort en pissant, mais ce qui reste à l'intérieur fait partie de vous". Ici, la forme et le fond deviennent - et cela arrive rarement - complémentaires. C'est là que la déclaration de Sénèque prend tout son sens - comme l'homme qui porte un casque et une armure, chacun de nous accomplit un devoir dans la vie, un devoir de citoyen et un devoir intérieur - le dualisme souvent conflictuel entre public et privé est inconnu dans le monde antique... Révolte et devoir - tous deux remplissent une tâche. Brisons donc les chaînes de toute servitude et plaçons-nous fermement sur la ligne de front du choix idéal dans lequel nous pouvons reconnaître l'essence aristocratique de l'esprit. Les distinctions ne seront que des étapes dans notre combat - nous sommes esclaves et non plus serviteurs ; libres dans la noblesse de notre engagement. Nietzsche et ses aphorismes sur les labarums, sur le chemin...

Marcus Flavinius, centurion de la IIe cohorte, Legion Augusta, à son cousin Tertullius à Rome: "On nous a dit, lorsque nous avons quitté notre terre natale, que nous allions défendre les droits sacrés que nous conféraient tant de citoyens installés là, tant d'années de présence, tant de bienfaits apportés à des populations qui avaient besoin de notre aide et de notre civilisation. Nous avons pu vérifier que tout cela était vrai et, parce que c'était vrai, nous n'avons pas hésité à verser notre sang, à sacrifier notre jeunesse et nos espoirs. Nous n'avons aucun regret, mais pendant que cet esprit nous anime ici, on me dit que des cabales et des complots se déroulent à Rome, que la trahison fleurit, et que beaucoup, hésitants, troublés, prêtent une oreille complaisante aux pires tentations d'abandon et vilipendent notre action".

"Je ne peux pas croire que tout cela soit vrai, et pourtant les guerres récentes ont montré combien un tel état d'esprit pouvait être pernicieux et jusqu'où il pouvait mener. Rassurez-moi au plus vite, s'il vous plaît, et dites-moi que nos concitoyens nous comprennent, nous soutiennent, nous protègent comme nous protégeons la grandeur de l'Empire. S'il devait en être autrement, si nous devions laisser inutilement nos os calcifiés le long des pistes du désert, alors gare à la colère des légions !".

Noblesse de la rébellion et noblesse de l'obéissance.

17:11 Publié dans Philosophie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : philosophie, rébellion, discipline | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire