Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 15 octobre 2021

La pseudo-religion du pétrole et du gaz

course-pic.png

La pseudo-religion du pétrole et du gaz

Alexandre Douguine

Ex: https://www.geopolitica.ru/es/article/la-pseudo-religion-del-petroleo-y-el-gas

Les prix du gaz ont explosé en Europe et battent tous les records. Et ce, malgré les attaques incessantes contre Nord Stream 2 et la publicité qui cherche à imposer l'agenda vert. Le coût de mille mètres cubes de gaz naturel est actuellement d'environ 1500 dollars, ce qui signifie que le prix a quintuplé au cours des deux dernières années. Toutefois, les experts affirment que les prix continueront à augmenter, pour atteindre 2000 dollars en hiver. D'autre part, l'Europe est contrainte d'importer du charbon de Russie.

Bien sûr, on est tenté de dire avec sarcasme que nous assistons aujourd'hui aux exploits de Greta Thunberg, mais cela n'a pas d'importance et nous ferions mieux de nous concentrer sur des questions beaucoup plus profondes, comme celle de savoir pourquoi nous avons créé une civilisation industrielle basée sur le pétrole et le gaz, ou quel bien l'industrialisation et le triomphe des machines et de la technologie nous ont fait. À quoi bon vivre dans une civilisation technique qui ne peut subsister sans l'extraction constante d'un liquide noir et épais né des millions de cadavres de petites créatures disparues il y a plusieurs milliers d'années, ou qui a besoin d'un air souterrain lourd et nauséabond, nuisible à l'atmosphère ?

L'humanité est entrée dans l'ère des machines à l'aube des temps nouveaux et, à l'heure actuelle, l'être humain a été assujetti à la puissance du pétrole et du gaz, car sinon nous ne pourrions rien produire. Tant Gazprom que Rosneft  - et des entreprises similaires à l'étranger -  sont devenus les représentants d'une nouvelle religion où le gaz et le pétrole sont la vérité ultime, la mesure de toutes choses et la définition même du pouvoir. Notre histoire a été complètement réduite à l'extraction de ressources et nous sommes prêts à nous soumettre à cette réalité. Toutes les guerres d'aujourd'hui sont des guerres pour les ressources naturelles et, avant tout, pour le pétrole. Gas über alles.

Ne sommes-nous pas dégoûtés par tout cela ? La civilisation industrielle mécanique ne connaît que des valeurs aussi noires que le pétrole et aussi malodorantes que le gaz. Tous deux représentent les couleurs et les odeurs des enfers: les rivières de l'enfer et l'odeur du soufre. Igor Letov, dans son album The Russian Experimental Field, dit ouvertement que désormais "l'éternité sent le pétrole". C'est l'éternité dont parle Svidrigailov (1): les champs infinis, sans fin, dans lesquels l'éternelle recherche de ressources nous a conduits et où le temps s'étire comme un fleuve sombre sans finalité, sans but ni grâce.

81oHo+zwoPL._SS500_.jpg

Alors, pourquoi nous réjouissons-nous de la hausse du prix de l'essence ? Le patriote se réjouit toujours des triomphes de son pays, mais cela ne se produit que lorsque le pays - principalement ses autorités et son élite - a un objectif, une idée, une éthique et une esthétique liés à la vérité. Avoir comme modèle un pays basé sur l'extraction de ressources naturelles, particulièrement inondé de pétrodollars et de roubles provenant de l'extraction de gaz, sans parler des vieux fonctionnaires ridés de Gazprom comme modèles de "la vie est parfaite", est répugnant et même avilissant. En revanche, le patriotisme se réjouit du triomphe de la Croix, de la victoire militaire, des œuvres d'un génie, des familles heureuses et des bébés en bonne santé qui grandissent et boivent du lait. Le sifflement de l'air sulfureux provenant d'un gazoduc qui brûle du gaz et le rejette dans l'atmosphère parce qu'il est consommé par des philistins et des immigrants européens ne fait pas partie de notre fierté nationale, ou du moins ne devrait pas en faire partie.

C'est pourquoi nous avons besoin d'une autre civilisation qui ne soit pas fondée sur la technique, mais sur l'existentiel, l'ontologique, l'esthétique et sur un principe humain et supra-humain. Nous n'en appelons pas à l'écologie, puisque ceux qui la promeuvent aujourd'hui sont ceux-là mêmes qui ont conçu et créé ce monde technique qu'ils ont maintenant décidé d'adapter à leurs nouveaux besoins. Nous ne devons pas nous fier à l'écologie propagée par les disciples de Soros et autres mondialistes. L'économie verte n'est rien d'autre qu'une forme de subversion et son but n'est rien d'autre que de pourrir davantage l'humanité. Avant tout, cette économie verte cherche à affaiblir les principaux rivaux de l'Occident et à les désavantager. C'est son jeu. Cependant, nous ne devons pas nous laisser influencer par le choix qui nous est proposé aujourd'hui : soit la fraternité universelle et la Grande Croissance Verte du monde, soit applaudir la hausse du prix du gaz en Europe.

Nous comprenons que les prix vont augmenter, mais allons-nous faire quelque chose de beau et de sublime avec cet argent ? Allons-nous créer quelque chose de beau ou faire des œuvres de charité avec l'argent que nous recevons ? Allons-nous financer la recherche sur le Logos russe ou soutenir les communautés rurales et les petites paroisses qui sont dispersées sur notre territoire ?

Rien de tout cela ne sera fait et les bureaucrates de Gazprom, ainsi que le reste de l'élite dégénérée russe, utiliseront les bénéfices qu'ils réalisent pour construire de nouvelles villes et des maisons de campagne laides, voyantes et hors de prix. C'est la réalité.

Boulgakov-Serguei.jpgLa dilapidation des ressources naturelles n'est pas une véritable alternative aux projets subversifs et totalement faux proposés par l'économie verte. L'économie ne doit pas être verte, mais humaine et avoir une véritable perspective spirituelle et culturelle, c'est-à-dire être soumise aux valeurs supérieures qu'elle est censée servir. L'économiste russe Sergueï Boulgakov a déclaré que l'économie doit être créative, car le travail élève l'homme au-dessus de lui-même et crée un monde bon et beau qui suit les préceptes de Dieu. Boulgakov a appelé cela Sophia ou la Sagesse de Dieu. L'économie doit avoir ce but et donc être belle et sublime. Tout cela n'a rien à voir avec le dilemme posé par la Grande Reconstruction ou la hausse du prix du gaz.

Le but de l'homme est d'élever ce monde et de laisser le Ciel répandre librement ses rayons sur ce monde sombre. L'économie moderne est une économie infernale, mais l'écologie n'est pas la véritable alternative, c'est Sofia.

Traduction par Juan Gabriel Caro Rivera

Notes :

Arkady Ivanovich Svidrigailov est l'un des personnages centraux du roman de Fyodor Mikhailovich Dostoyevsky, Crime et Châtiment.

Écrire un commentaire