Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 16 octobre 2021

L'Union européenne, entre l'Europe franque et l'Europe eurasienne

bandeau_europe-1.jpg

L'Union européenne, entre l'Europe franque et l'Europe eurasienne

Cristi Pantelimon

Ex: https://www.estica.ro/article/uniunea-europeana-intre-frankisch-europa-si-europa-eurasianista/

L'Union européenne n'est pas l'Europe. Il n'y a rien de spectaculaire dans cette affirmation, c'est une réalité factuelle. Non seulement l'UE n'englobe pas tous les États européens, mais au sein de l'union actuelle, de nombreuses forces veulent réformer le modèle de construction de l'union. Ces forces se manifestent, comme nous l'avons vu après les élections du Parlement européen du 26 mai 2019, tant dans les pays "périphériques" de l'UE (Hongrie, Pologne, qui sont les chefs de file du groupe dit de Visegrad) que dans les pays puissants de l'UE comme l'Italie, la France et - dans une moindre mesure mais non négligeable - l'Allemagne. L'Europe et l'UE ne traversent manifestement pas une bonne période. C'est pourquoi il n'est pas sans intérêt de passer brièvement en revue certains éléments géopolitiques, afin de voir quel pourrait être le développement futur du continent, ses forces et ses faiblesses.

Unité géopolitique ou dissension économique interne ?

L'Europe unie est un rêve romantique du 19e siècle et même d'avant, mais il faut attendre l'entre-deux-guerres pour que le processus d'unification ait un plan et un acteur qui le prenne en charge. L'acteur s'appelle l'Allemagne, et la définition de l'Europe allemande de l'époque limite son champ d'action à l'Europe occidentale et centrale, jusqu'aux frontières de l'orthodoxie russe [1]. C'était, selon les termes d'un géopoliticien comme Jordis von Lohausen, l'Europe dite franque, l'Europe carolingienne, que l'on retrouve encore aujourd'hui dans le fameux " couple franco-allemand ", à laquelle s'ajoutait, pour des raisons évidentes, une périphérie orientale pourvoyeuse de matières premières. Cette " petite " Europe, dépourvue de substance géopolitique et de vitalité stratégique, s'oppose à la soi-disant Europe eurasiatique, une Très Grande Europe de Lisbonne à Vladivostok, souhaitée par des géopoliticiens visionnaires comme Lohausen, Jean Thiriart, ou encore la figure totalement atypique du national-bolchévique allemand Ernst Niekisch [2]. L'Europe de Lisbonne à Vladivostok contient le développement d'un noyau géopolitique que les stratèges français ont développé depuis le début du 20ème siècle en réponse à la montée en puissance alarmante des USA: le fameux (mais toujours passé sous silence aujourd'hui) "axe Paris-Berlin-Moscou", que les Français, sensibles à l'avancée géopolitique du monde anglo-saxon, ont conçu précisément comme un contrepoids aux USA et à son pandit européen, l'Angleterre [3].

81ZLpCyY-XL.jpg

ILLU 1.jpg

Ainsi, une "Europe unie" pourrait naître soit dans la petite taille de l'UE actuelle, soit dans la perspective d'une ouverture vers le Heartland eurasiatique, que les théoriciens anglais et américains considéraient comme la quintessence géopolitique du monde [4], pour une éventuelle interpénétration avec la grande accumulation de force économique et civilisationnelle de la Chine, qui pourrait augmenter la synergie eurasiatique.

Pour l'instant, l'UE semble n'être qu'une somme de promesses en termes économiques, sous le sceptre d'une bureaucratie qui ne semble pas prête à affronter les grands défis géopolitiques à venir.

Mais nous devons être justes et dire que l'UE a, ou semble avoir, des "éclairs géopolitiques" occasionnels de génie, mais ceux-ci sont rapidement gaspillés dans la lutte pour la suprématie au niveau de la bureaucratie du super-État de Bruxelles. Parmi ces éclairs, on peut citer l'idée d'une armée européenne commune - idée que les Etats-Unis rejettent par tous les moyens à leur disposition, car il est évident qu'une telle armée conduira à une séparation des destins géopolitiques des Européens et des Américains - ou l'idée d'une ouverture dans les relations avec la Russie, que la France et l'Allemagne pratiquent d'ailleurs. L'exemple récent du gazoduc North Stream 2 est plus que révélateur. Au-delà de ces éléments, cependant, le continent européen reste pour l'instant divisé - non seulement par les hégémons qui devraient œuvrer à son unité, mais aussi pour des raisons liées à l'anatomie interne de l'Europe, y compris le monde russe ou la zone de l'ex-URSS, en raison de l'histoire récente de l'après-guerre.

L'Union européenne d'aujourd'hui est essentiellement le produit de la défaite de cette Europe française/carolingienne (Fränkisches Europa) à la suite de la cohabitation "contre-nature" américano-russe pendant la Seconde Guerre mondiale. Cohabitation qui a conduit à l'émergence du rideau de fer, à la division de l'Europe et, plus grave encore, à l'éloignement des peuples de l'Europe du Sud-Est de Moscou.

Après que l'aventure d'Hitler d'une Europe purement allemande et anti-russe ait pris fin avec la défaite du Troisième Reich, deux courants d'opinion et de volonté complètement différents ont balayé l'Europe. Alors que les Occidentaux, dominés par l'influence américaine, voyaient en Moscou un allié possible pour un avenir européen unique - à la manière de de Gaulle, qui remplacerait volontiers la tutelle américaine par une amitié moscovite sur l'axe Paris-Berlin-Moscou - les Orientaux, étouffés par la pression implacable de l'URSS, voulaient simplement se jeter dans les bras d'un mirage américano-occidental européen, peint aux couleurs trop vives de la prospérité et de la démocratie parfaites. Aujourd'hui encore, trois décennies après la chute du mur de Berlin, ce mirage n'a pas épuisé ses ressources.

Sentant avant les changements de 1989 cette impasse en Europe, en fait ce destin apparemment implacable de désunion, le géopoliticien Jean Thiriart disait qu'un Quatrième Reich n'était plus possible, à sa place il annonçait finalement l'émergence d'une Europe unie, une combinaison de l'Europe occidentale et de l'URSS... Thiriart, dont la pensée totalement non orthodoxe, dans le sens où elle n'est pas du tout soumise à des étiquettes, peut choquer, était également un critique de l'idée d'une Europe confédérale, dans laquelle chaque État conserve sa souveraineté, à la manière souhaitée par Charles de Gaulle. Mais de Gaulle, malgré tous ses mérites, est aussi un ancêtre de l'actuel couple unitaire franco-allemand, plutôt hostile à la périphérie orientale (de Gaulle disait que l'Europe, c'était la France et l'Allemagne et que les autres États étaient des " légumes" - cette façon de penser a conduit à la chute de l'aventure européenne d'Hitler, cette façon de penser a conduit Haushofer, par ailleurs grand géopoliticien, à croire que l'Italie était un pays de second ordre qui ne pouvait pas se comparer aux États nordiques - voilà une source de la révolte salvatrice au niveau de l'UE ! etc.).

img-6.png

Si les pays puissants de l'Ouest portent parfois un regard critique sur l'Europe de l'Est ou du Sud et avec beaucoup d'indulgence sur la Russie, qu'ils invitent naturellement à être un partenaire dans le processus d'émancipation de la tutelle américaine, les pays qui ont été sous la tutelle de Moscou sont beaucoup plus réticents à ce projet, se sentant menacés (il est vrai que ce sentiment est stimulé depuis le camp américain !) par le retour de la Russie dans le jeu géopolitique européen ou mondial.

Ainsi, l'Europe unie, ou ce que nous pourrions appeler "l'axe Paris-Berlin-Moscou", doit lutter contre les sentiments anti-russes de l'Europe de l'Est et la manière d'équilibrer et de redistribuer les ressources économiques communes de l'UE. Dans une Europe catégoriquement dominée économiquement par l'Allemagne et les États de sa zone d'influence, ou par la France et l'Allemagne ensemble [5], il est difficile de revendiquer le plein consensus de ceux qui ne bénéficient pas également du projet européen commun. Le problème est historique. Dans l'entre-deux-guerres, si l'on ne prend que le cas de la Roumanie, le processus d'"acceptation" de la domination allemande en Europe a connu des phases dramatiques. La Roumanie a souffert de l'"exploitation" économique du centre allemand par rapport à la périphérie orientale, qui fournissait des matières premières.

Mihail_Manoilescu.jpgLe grand économiste roumain Mihail Manoilescu (photo, ci-contre) a construit toute sa théorie économique sur la nécessité d'éliminer relativement les différences de potentiel économique entre le centre et la périphérie par une volonté politique, afin que la périphérie puisse résister au centre. Bien qu'étant un fervent partisan de l'Europe unie (Manoilescu était un ami du comte Coudenhove-Kalergi, aux idées duquel il croyait), l'économiste roumain se heurte à l'époque aux promesses allemandes selon lesquelles la périphérie ne serait pas négligée par le centre industriel de l'Europe :

"Nous ne pouvons pas non plus contester qu'un tel plan est possible et réalisable. Mais suffit-il d'élaborer des plans pour changer le monde ? Nous, les paysans du Danube, sommes incrédules. Au fil des siècles, nous avons appris que nous ne devions pas nous fier même à ce que nous voyons de nos propres yeux, et encore moins à de simples promesses" [6].

Ce problème se posera bientôt avec la Russie, un pays aux ressources énormes et au potentiel économique important, mais qui souffre en termes d'efficacité économique. Récemment, un accord économique entre l'Allemagne et la Russie, d'une portée apparemment unique jusqu'alors, appelé "accord sur une coopération économique approfondie", signé le 7 juin au Forum économique international de Saint-Pétersbourg, annonce une nouvelle période d'ouverture dans les relations germano-russes. Mais la Russie ne se sentira-t-elle pas "colonisée" par la puissance de pénétration du capital allemand, de sorte que cet accord, annoncé comme une grande victoire et un signe de coopération entre les deux pays, ne sera pas à un moment donné une pomme de discorde entre la technologie occidentale et les ressources orientales ? Une Europe unie devra passer ce test - et bien d'autres, sur lesquels nous n'aurons pas le temps de nous étendre.

La "colonisation" européenne et américaine

Le projet d'une Europe unie souffre d'une raison qui semble être une idée fixe, que l'Occident européen brandit sans cesse: l'Europe est colonisée par les USA, l'Europe est vassalisée par les USA, etc. Le registre critique contre l'Amérique cache, bien sûr, des intérêts européens certains, également dans le domaine de ce que nous avons appelé "l'axe Paris-Berlin-Moscou" (auquel on peut ajouter, selon le contexte, Rome, également intéressée par de bonnes relations avec Moscou), mais il s'agit aussi, bien sûr, d'un véritable état d'esprit, qui trouve son origine dans l'époque de la fin de la Seconde Guerre mondiale. L'intervention américaine en Europe à la fin de la dernière guerre mondiale n'a pas été perçue en Europe occidentale de la même manière qu'en Europe orientale. À l'occasion du 75e anniversaire du débarquement anglo-américain en Normandie, le 6 juin 1944, un site français spécialisé dans l'analyse géopolitique écrit noir sur blanc: "Jour J, 6 juin 1944: l'Empire américain envahit la France" [7]. L'article, avec de nombreuses références historiques significatives, montre comment l'armée américaine a bombardé les villes de Normandie sans raison, en faisant une vingtaine de milliers de victimes civiles, comment les soldats américains ont violé des jeunes filles françaises, comment, finalement, les Américains auraient aimé cohabiter avec le régime de Vichy, suffisamment soumis (comme il l'avait été vis-à-vis d'Hitler), au lieu de traiter avec le beaucoup plus patriotique de Gaulle, etc. En d'autres termes, un tableau complètement inversé plutôt qu'une "libération" de la France, comme nous l'avons naïvement appris du matériel historiographique courant. L'article en question n'est rien d'autre que la continuation d'un état d'esprit, d'un anti-américanisme qui a commencé avec le Jour J et se poursuit aujourd'hui, dans des positions plus savantes ou journalistiques.

Herve Juvin.jpg

De ce point de vue, un auteur français comme Hervé Juvin représente la réaction française typique à ce que nous avons appelé la "colonisation" de l'Europe par les États-Unis. Dans une série d'ouvrages consacrés aux relations économiques et géopolitiques entre l'Europe (et plus particulièrement la France) et les États-Unis, Juvin, économiste de profession, estime que, malgré les prédictions selon lesquelles le déclin de l'Amérique s'accélérerait à l'avenir, les États-Unis sont en réalité toujours très forts pour défendre leurs intérêts mondiaux et garder l'Europe sous leur coupe. Il est clair qu'une telle tutelle doit disparaître aux yeux de H. Juvin, qui sur ce point est un adepte de Charles de Gaulle. Son ton est plus que catégorique: soit l'UE devient un facteur à part entière en termes géopolitiques, en abandonnant la tutelle américaine et en assurant ainsi un équilibre géopolitique entre les grands centres de pouvoir du monde (les États-Unis, la Chine, la Russie, en tant qu'acteur militaire), soit elle doit être abandonnée, car elle ne remplit pas sa mission:

mur-de-louest-juvin-187x300.jpg"L'hyperpuissance américaine n'a toujours pas de fin. Il reste notre adversaire essentiel, au sens que Mao Zedong donnait à ces mots : celui qui menace les fondements de notre être. Si l'Europe n'est pas le moyen de réaliser un équilibre des puissances, si elle n'est pas le moyen de nous libérer d'un occidentalisme qui conduit à une troisième guerre mondiale, selon le détestable schéma des néoconservateurs, <nous contre tous>, la France doit sortir d'une Union qui la détruit et suivre, avec d'autres, le chemin de la résistance" [8].

S'il atténue parfois ses critiques à l'égard de la superpuissance américaine, l'auteur français n'hésite pas à pointer du doigt les lacunes de l'actuelle Union européenne : l'impuissance géopolitique, l'accent mis sur la rhétorique des droits de l'homme et l'individualisme désagrégeant, la copie mimétique de la mystique anglo-américaine du marché libre, l'incapacité à lutter efficacement contre ce qu'il appelle "l'extraterritorialité de la loi américaine", c'est-à-dire la tendance américaine à étendre la juridiction des États-Unis à tous les processus économiques (et géopolitiques) se déroulant à portée du dollar, qui dessert gravement les autres acteurs géopolitiques (le cas récent de l'accord nucléaire avec l'Iran, où l'UE a dû inventer un mécanisme sophistiqué pour éviter les sanctions américaines sur l'Iran, est pertinent - les informations sur le retrait des grandes entreprises européennes du marché iranien, sous la menace américaine d'être sanctionnées sur le marché américain, montrent le niveau atteint dans la guerre économique entre les "partenaires" occidentaux.... . ).

56788_medium.jpgHervé Juvin est un auteur lucide. Il propose une construction européenne définie en Europe, dans un partenariat d'égal à égal avec les autres forces géopolitiques (et sans négliger la Russie), et non de manière obéissante, soumise, lâche. Il plaide, un peu à la manière des tiers-mondistes, pour la libération de la tutelle de l'empire mondial américain, pour la résistance, pour l'"armement" intellectuel et la lutte. Mais, fait intéressant, et qui devrait attirer notre attention: élu député européen aux dernières élections européennes pour le compte du parti de Marine Le Pen, lorsqu'il parle de l'Europe, l'auteur français met la France en premier ! Dans chacune de ses prises de position européennes, on peut voir ce que l'on appelle la "préférence nationale" française, naturelle et patriotique...

Dans un peu le même esprit et à partir des mêmes positions, un autre auteur français s'exprime, Ivan Blot. Le titre de son livre n'augure rien de bon: L'Europe colonisée. Cette fois, la préférence de l'écrivain pour une relation stratégique avec la Russie est plus claire, conformément à l'axe Paris-Berlin-Moscou, qu'il affirme également de manière catégorique :

"Le couple Europe-Russie, avec un axe Paris-Berlin-Moscou, est en fait très complémentaire sur le plan énergétique et économique (...) Les intérêts de ce couple s'éloignent de plus en plus des intérêts américains, et ces derniers en subissent les conséquences (...) Sur le plan économique, l'Europe et la Russie sont très complémentaires, alors que les États-Unis et l'Europe sont concurrents. (...). Sur le plan économique, il existe deux grands groupes, l'Union européenne et l'Union eurasienne, plus récente. Sur le plan politique, il n'y a plus d'opposition totale entre l'Est et l'Ouest, même si la diplomatie américaine tente parfois de faire revivre artificiellement la guerre froide" [9].

Dans le même article, Blot, ancien député européen, décrit la comédie du parlementarisme européen, la façon dont "on vote" au PE, la façon dont la Commission européenne "fait et défait" tous les jeux au niveau de l'UE, etc. C'est une critique de l'intérieur de ce bureaucratisme lugubre qui étouffe le corps européen. La solution ? Géopolitique également, mais cette fois à bout de souffle, qui aurait été applaudi par un Jean Thiriart:

" (...) l'axe eurasiste est celui de la croissance future: nos partenaires les plus prometteurs restent la Chine et la Russie, voire l'Inde. C'est pourquoi nous devons penser à une <Grande Europe> de croissance économique de Brest à Vladivostok, et non à l'Europe limitée et essoufflée d'aujourd'hui. Cette Grande Europe respectera les souverainetés nationales. La présence de la Russie sera une garantie contre toute tentative de fédéralisme bureaucratique et rééquilibrera l'hégémonie anglo-saxonne" [10].

81zDKAZclaL.jpg

Trop d'UE ou trop d'État souverain ? Les clés du pouvoir de l'UE

Il faut dire qu'il existe une critique parfaitement symétrique de l'UE, émanant cette fois des "fédéralistes" européistes, qui estiment que l'UE n'est pas trop puissante par rapport aux États-nations, mais qu'elle n'est au contraire que leur marionnette. Ce point de vue est soutenu par un célèbre commentateur du journal libéral français Libération, Jean Quatremer. Le problème de l'Union européenne, estime-t-il (correspondant de longue date du journal pour les institutions européennes), est qu'elle n'est... rien d'autre que l'émanation d'États-nations. Il souligne, par exemple, que la contribution législative de l'UE n'est pas de 80 %, mais seulement de 20 % en moyenne, et que cette part a tendance à diminuer. En conclusion, estime Quatremer (auteur d'un ouvrage consacré à cette question, au titre provocateur: Les salauds de l'Europe. Guide à l'usage des eurosceptiques, - Calmann-Lévy, 2017), les États ont tendance à "rejeter" leurs échecs sur l'UE et à porter leurs succès en compte grâce à leurs propres efforts.

La même volonté d'accroître le poids de l'UE par rapport aux États-nations, cette fois avec un arsenal idéologique particulier lié aux racines pré-chrétiennes de l'Europe, nous la retrouvons dans le "parti des Européens" qui ne rêve de rien d'autre que d'une citoyenneté européenne unique, d'un État européen unitaire avec une réorientation stratégique vers la Russie, de l'abolition de l'OTAN, de la création d'une armée européenne [11] qui intégrera enfin l'armée russe (sic ! ), l'abolition de toutes les institutions européennes non élues, le respect de la diversité européenne (au passage, les États d'Europe de l'Est qui craignent la Russie et font preuve d'une russophobie fondée - on pense notamment aux États baltes). Dans la vision de Thomas Ferrier, moteur d'un tel projet, ce sera la "Nouvelle Athènes" [12].

Des projets extrêmement généreux ! Après tout, l'Europe n'a jamais manqué de visionnaires...

Et pourtant ! L'Europe est un "club" tellement fermé qu'il donne parfois des frissons et un sentiment d'impuissance à ceux qui cherchent à découvrir les arcanes du pouvoir. L'un des chercheurs des véritables clés du pouvoir européen actuel, l'ancien ministre grec des finances Yannis Varoufakis, se confesse dans un livre intitulé Conversation entre adultes. Les coulisses de l'expérience secrète de l'Europe avec l'Eurogroupe, le célèbre cerveau financier de l'UE. M. Varoufakis décrit comment les fonctionnaires européens mentent tout simplement, on ne peut pas se fier à eux, et les décisions qui sont prises en coulisses ne se reflètent pas du tout dans les communiqués officiels à la fin des réunions. Tout cela a l'apparence d'un conclave parfaitement opaque, avec des fonctionnaires obéissant sans condition à une hiérarchie parallèle, implacable et silencieuse. L'aspect abscons des grandes décisions financières au niveau de l'UE est difficile à supporter. À propos de l'Eurogroupe, qui décide également des questions financières au niveau européen, le ministre grec écrit : "Les traités européens ne lui confèrent aucun statut juridique, mais c'est ce corps constitué qui prend les décisions les plus importantes pour l'Europe. La plupart des Européens, y compris les politiciens, ne savent pas exactement ce qu'est l'Eurogroupe, ni comment il fonctionne".

yvead.png

Les luttes d'influence économique et financière dans les véritables centres de décision de l'UE sont donc bien plus importantes que la "construction européenne" déclarée par le public. Dans ces conditions, que peut-on attendre d'un organisme qui parasite ses propres égoïsmes financiers et économiques ?

La place de la Roumanie dans l'UE

En conclusion, nous devrions également mentionner quelle est ou sera la place de la Roumanie dans cette Union européenne extrêmement turbulente.

Dernièrement, la Roumanie a tenté de jouer un double jeu, en fonction de ses capacités de négociation limitées, entre l'Union européenne, de plus en plus détachée des États-Unis, et son "partenaire stratégique" américain. Ce jeu a été motivé par le comportement douteux des grands groupes d'intérêts européens (banques, sociétés transnationales) envers notre pays. Le discours sur la souveraineté, sur le double standard économique ou sur la lutte contre les excès économiques des sociétés occidentales opérant en Roumanie a été prédominant dans le gouvernement actuel. Un peu à la manière de l'Italie de Matteo Salvini, la Roumanie s'est placée sur un axe ad hoc Washington-Tel Aviv (ou du moins a essayé de faire signe dans cette direction) afin d'obtenir plus de pouvoir de négociation vis-à-vis de Bruxelles. Mais les dernières élections européennes ont montré que les Roumains ne sont pas encore prêts pour un discours souverainiste. Soit qu'elle ne soit pas confrontée aux vrais problèmes de l'Italie, asphyxiée par une immigration principalement déclenchée par la permissivité de Berlin et de Paris à l'égard de ceux qui traversent la Méditerranée pour rejoindre l'Europe, soit qu'elle craigne le spectre de plus en plus agité du retour de la Russie dans la région, la Roumanie a préféré - et par le biais de son élite - rester plus tranquillement dans le bateau de Bruxelles. D'ailleurs, pour poursuivre la comparaison avec l'Italie, Salvini est lui-même critiqué dans son propre pays, considérant que son "souverainisme" par rapport à Bruxelles n'est rien d'autre qu'une défection dans le camp américain: "Souverainisme sans souveraineté", titre une célèbre revue géopolitique italienne, qui défend le bastion de l'eurasianisme (et donc aussi de l'europénisme) face au pouvoir thalassocratique américain [14].

Jusqu'à présent, personne en Roumanie ne reproche au souverainisme du PSD-ALDE de flirter avec les intérêts américains et non européens. Mais il faut s'attendre à ce qu'au fur et à mesure que l'Europe s'imposera à la périphérie de l'Europe de l'Est, y compris en attirant la Russie dans ce condominium sans précédent, de plus en plus de voix critiques à l'égard des recettes américaines apparaîtront dans notre pays (le secteur de la défense est de loin le plus sensible ici) et les conditions seront créées pour une "loyauté" de la Roumanie à la nouvelle orientation stratégique [15]. Les derniers développements à Chișinău, où l'UE et la Russie ont joué ensemble un rôle géopolitique évident (et où les États-Unis ont battu en retraite, étant probablement plus préoccupés par des dossiers clés tels que l'Iran, la Syrie, la Turquie ou la Chine, pour n'en citer que quelques-uns, essentiels) peuvent être une préfiguration des développements futurs dans notre région.

Pour l'instant, trop peu présente, ou plutôt discrète, la Chine a aussi le potentiel de se développer dans notre espace géopolitique. Une mention: l'autoroute Ploiesti-Brașov semble avoir été attribuée à une entreprise chinoise (associée à une entreprise turque) [16]. Les signes d'un eurasisme naissant, probablement dans le cadre du gigantesque projet chinois One Belt One Road, commencent à se faire sentir même dans la Roumanie "souveraine" et pro-américaine...

Notes:

[1] Le lecteur pourra se référer au célèbre discours du ministre de l'économie du Reich, Walther Funk, sur le modèle de réorganisation de l'économie européenne que visait l'élite nazie de l'époque. Le discours est daté du 25 juillet 1940. Malheureusement, la traduction souffre d'un manque de clarté des idées :

http://www.eu-facts.org/ro/roots/06_economic_reorganization_europe.html?fbclid=IwAR3ovNS-w6lc2EfaDcyFDNU3xe0w12_Ww8bm-fmTLaFH8-WcvCXc7TMxrKw

[2] https://www.counter-currents.com/2010/09/interview-with-jean-thiriart-1/

[3] "En 1903, deux colonels des services de renseignements français font état de la montée en puissance des Etats-Unis. Ils concluent qu'ils ont une grande puissance industrielle, agricole et commerciale et qu'ils domineront le monde dans les années à venir. La seule façon de s'opposer à une hégémonie américaine (selon les auteurs de ce rapport) est de former une alliance intégrée comprenant la France, l'Allemagne et la Russie (donc l'Europe de Brest à Vladivostok...)". Voir : http://www.estica.eu/article/inapoi-la-visul-spulberat-al-lui-nicolae-al-ii-lea/.

[4) Le géopoliticien le plus connu du Heartland reste l'Anglais Halford John Mackinder, avec son ouvrage de 1904 The Geographical Pivot of History,  et Democratic Ideals and Reality (1919), et plus récemment l'influent stratège américain d'origine polonaise Z. Brzezinski, dans The Great Chessboard, publié à l'origine en 1997.

[5] Notons au passage que tous les commentateurs ne s'accordent pas sur la solidité de ce que l'on appelle le " couple franco-allemand ". Récemment, le philosophe français Alain de Benoist a remis en question cet engagement géopolitique, accusant avec véhémence l'Allemagne de flirter avec les États-Unis. Alain de Benoist est partisan d'une relation spéciale entre l'Europe et la France, d'une part, et la Russie, d'autre part, et critique l'"impérialisme" américain et le poids géopolitique excessif des États-Unis en Europe : https://www.bvoltaire.fr/alain-de-benoist-le-couple-franco-allemand-est-un-mythe/.

[6] Mihail Manoilescu, Sur la question de l'industrialisation des pays agricoles, "Lumea Noua" n° 11-12/1938, p. 241.

[7] https://www.egaliteetreconciliation.fr/D-Day-6-juin-1944-l-Empire-americain-envahit-la-France-55014.html

[8] Hervé Juvin, Le Mur occidental n'est pas tombé, Chisinau, Ed. Université populaire, 2017, p. 52.

[9] Ivan Blot, L'Europe colonisée, Chisinau, Ed. Université populaire, 2018, p. 189-190.

[10] Ibid, p. 48.

[11] Les projets de création d'une armée européenne pour assurer l'indépendance stratégique de l'Europe sont principalement proposés par Paris. Récemment, une nouvelle initiative dans la série de création d'une unité de défense européenne a eu lieu : la signature d'un accord-cadre entre la France, l'Allemagne et l'Espagne pour construire un avion furtif européen d'ici 2040 : https://www.caleaeuropeana.ro/o-zi-mare-pentru-uniunea-de-aparare-europeana-franta-germania-si-spania-au-semnat-un-acord-cadru-pentru-construirea-unui-avion-invizibil-european-pana-i/.

[12] Les idées de Thomas Ferrier, qui connaît également très bien la vie politique dans tous les pays de l'UE, peuvent être consultées ici : http://thomasferrier.hautetfort.com/archive/2019/03/06/manifeste-pour-une-vraie-renaissance-europeenne-6133866.html.

[13] Yanis Varoufakis, Conversation entre adultes. Dans les coulisses secrètes de l'Europe, Éditions Les liens qui libèrent, 2017, p. 237. Je cite l'article de Georges Feltrin-Tracol intitulé "À quoi sert l'Union européenne", paru sur le site suivant : http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2019/05/28/georges-feltin-tracol-a-quoi-bon-l-union-europeenne.html.

[14] https://www.eurasia-rivista.com/sovranismo-senza-sovranita-il-caso-salvini/

[15] Certains signaux, jusqu'à présent uniquement dans la presse, indiquent que la Roumanie ne devrait pas négliger les éléments stratégiques européens, tels que le futur avion invisible : https://adevarul.ro/international/europa/primul-mare-proiect-cadrulautonomiei-strategice-europene-romania-macar-parerep-1_5d088736892c0bb0c680cc5c/index.html.

[16] https://www.g4media.ro/chinezii-si-turcii-in-linie-dreapta-pentru-constructia-autostrazii-ploiesti-brasov-in-controversatul-regim-de-parteneriat-public-privat.html

 

Note : Cet article a été initialement publié dans le magazine Critical Point : L'Union européenne, entre l'Europe franque et l'Europe eurasienne

Écrire un commentaire