Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 22 octobre 2021

L'Asie centrale après le retrait américain

w1280-p1x1-2021-06-29T113707Z_469064130_RC2AAO9KVJBY_RTRMADP_3_AFGHANISTAN-TALIBAN.jpg

L'Asie centrale après le retrait américain

Par Amedeo Maddaluno

Ex: https://www.eurasia-rivista.com/lasia-centrale-dopo-il-ritiro-di-washington/

Quelques mois après le retrait américain de Kaboul, où va l'Asie centrale? Quels sont les pays qui gagnent en influence sur la région en général et sur l'Afghanistan en particulier? Les puissances asiatiques sont désormais les seules qui semblent vouloir prendre en charge le pays (même si elles restent très prudentes quant à la possibilité de leur implication directe). De ce point de vue, Washington a atteint son objectif, en pouvant se consacrer en toute liberté à l'Indo-Pacifique.

L'Afghanistan vu par ses voisins

Essayons, méthodologiquement, de raisonner en termes géographiques, en construisant une série de cercles concentriques autour de l'Afghanistan. Le premier cercle, celui des pays immédiatement impliqués dans les nouveaux scénarios qui se sont ouverts en Afghanistan après le retrait américain, est celui des pays voisins: Pakistan, Iran, Turkménistan, Ouzbékistan et Tadjikistan. Ces pays ont un certain nombre de problèmes en commun: ils ont eu tendance à être affaiblis par une série de problèmes économiques. L'Iran en raison des sanctions imposées par les États-Unis, le Turkménistan et l'Ouzbékistan en raison de leur économie caractérisée par la monoculture de matières premières, le Tadjikistan en raison de l'absence de matières premières (si l'on exclut l'eau et l'énergie hydroélectrique) et d'une véritable structure économique autonome, le Pakistan en raison de sa pauvreté congénitale, de son instabilité, du manque d'infrastructures et d'investissements, de sa dette publique élevée et de ses faibles réserves monétaires. Tous ces pays partagent également certaines caractéristiques de politique étrangère: un certain degré de méfiance à l'égard de Washington - de la méfiance silencieuse de Tachkent à la méfiance active d'Islamabad en passant par la méfiance conflictuelle de Téhéran - et une certaine ouverture conséquente au dialogue avec Moscou et Pékin: de l'alliance de facto du Pakistan avec la Chine ou de l'alliance du Tadjikistan avec la Russie, à l'activisme de troisième ordre de plus en plus faible de Téhéran, qui s'ouvre progressivement à une amitié stable avec les deux grandes capitales [1].

Il existe un troisième facteur que ces acteurs ont en commun: l'hostilité à l'égard de l'extrémisme fondamentaliste et sectaire (et la méfiance qui en découle à l'égard du nouveau gouvernement taliban), allant de la recherche d'un modus vivendi vigilant, comme dans le cas de l'Iran, du Turkménistan ou de l'Ouzbékistan, au rejet pur et simple, du moins officiellement, de tout dialogue avec Kaboul, comme dans le cas du Tadjikistan. Un cas particulier est celui du Pakistan, un pays exportant l'extrémisme qui peut être utilisé contre son rival indien, contre l'adversaire soviétique, contre les encombrants pseudo des américains. Le Pakistan a créé les talibans, les a soutenus par tous les moyens et continue de les soutenir. Dépourvu de toute profondeur géographique, le Pakistan aurait son arrière-cour idéale dans un Afghanistan ami en cas de conflit avec l'Inde. Tous ces facteurs ont donné lieu à une phase fébrile de dialogues bilatéraux, dans laquelle se distinguent l'activisme de Téhéran, la réouverture par l'Ouzbékistan de canaux avec ses voisins, et l'ambiguïté énigmatique du Pakistan, difficile à décrypter.

Aucun de ces pays n'a la force économique ou les capacités militaires pour intervenir directement en Afghanistan. Tant que les talibans peuvent faire en sorte que le radicalisme sunnite ne mette pas trop le pied hors des montagnes afghanes - et que les États-Unis n'y remettent pas les pieds - personne n'a intérêt à intervenir. Cela ne signifie pas, bien sûr, que chacun ne cherche pas à cultiver des interlocuteurs privilégiés sur les pentes de l'Hindukush, qu'il s'agisse des Tadjiks pour Douchanbé, des Hazaras chiites pour Téhéran ou des Talibans pour Islamabad ; mais ces mois ont montré que l'objectif des États de la ceinture péri-afghane est de maintenir le statu quo, aussi stable que possible. Un effet secondaire intéressant du récent changement de régime à Kaboul a été l'intensification de la coopération et du dialogue entre les pays péri-afghans [2], qui jusqu'à récemment n'étaient pas à l'abri de rivalités et de tensions frontalières.
L'Afghanistan vu de Moscou, Pékin, New Delhi et Ankara: une stabilité maximale avec une implication directe minimale.

_1537244_afganistan_neighbours_300.gif

Les acteurs les plus riches, les plus puissants et les plus aptes militairement n'ont pas de frontière directe avec l'Afghanistan (aucun, à l'exception de la République populaire de Chine, qui partage une très courte frontière avec Kaboul dans la région instable du Sinkiang). Les intérêts de Moscou et de Pékin sont les mêmes que ceux des pays de la ceinture péri-afghane: une stabilité maximale avec une implication directe minimale.

Les médias occidentaux ont émis l'hypothèse que la République populaire de Chine et la Fédération de Russie étaient prêtes à entrer en Afghanistan une minute après le retrait des États-Unis, chaque pays utilisant les moyens qui lui convenaient le mieux: les baïonnettes pour Moscou, les investissements et le commerce pour Pékin. En dehors des contacts diplomatiques avec les Talibans [3] qui dirigent actuellement le pays, à notre connaissance, pas une seule baïonnette russe n'a franchi la frontière tadjike, pas un seul dollar n'est parvenu à Kaboul depuis Pékin. Aucun des deux pays n'a de ressources à gaspiller. Depuis des mois, Moscou est trop occupé à former les troupes kazakhes, tadjikes, ouzbèkes, indiennes et pakistanaises - et même mongoles - aux opérations de lutte contre le terrorisme et à maintenir, voire à étendre, ses bases en Asie centrale. Pékin est bien trop occupé à défendre le corridor sino-pakistanais contre les insurgés baloutches [4] et les islamistes [5], qui sont probablement considérés d'un œil bienveillant par son rival indien et les États-Unis, pour aller créer de toutes pièces de coûteux tronçons de la route de la soie dans un pays dépourvu d'infrastructures.

L'Afghanistan est peut-être riche en matières premières, mais la Chine peut déjà les obtenir en toute sécurité et à moindre coût ailleurs. Depuis des mois, les commentateurs des coulisses imaginent une intervention militaire d'Ankara en Afghanistan, mais même Erdogan semble avoir compris jusqu'à présent qu'il n'a aucune raison d'intervenir dans la dynamique afghane. Ce n'est pas que la Turquie, comme d'habitude de connivence avec le Qatar, ne tente pas d'inclure les Talibans dans le circuit de la famille bigarrée des mouvements apparentés aux Frères musulmans. Ils l'ont fait, ils le font et ils le feront avec des contacts diplomatiques et des offres économiques, afin de gagner de l'influence au cœur de l'Asie - une influence à rejouer avec Pékin et Moscou; mais aucun soldat turc ne se bat en Afghanistan, contre Isis ou contre qui que ce soit. La tendance générale qui s'applique à la Russie s'applique également à la Turquie: elle s'insère dans les espaces laissés vacants par l'Occident, mais uniquement là où cela l'arrange.

thumbs_b_c_d275c3cc0376a00dda0bdc3f680b1e14.jpg

Le seul facteur qui a une chance de rompre l'équilibre de l'équation est le "facteur Inde", ou plutôt le facteur "rivalité Inde-Pakistan". Le Pakistan est le seul pays de la ceinture péri-afghane qui a des intérêts vitaux à Kaboul. L'Inde considère le Pakistan comme son ennemi existentiel, et a tout intérêt à le chasser de Kaboul, ainsi qu'à contrarier la Chine en contribuant à l'instabilité aux frontières de cette dernière. C'est donc la rivalité indo-pakistanaise et indo-chinoise qui constitue l'événement potentiel de rupture de l'équilibre afghan, et les événements de ces derniers mois semblent aller exactement dans ce sens: s'il y a eu des interventions étrangères en Afghanistan après le retrait américain, elles ont été le fait des deux puissances nucléaires du sous-continent indien. L'Inde semble avoir armé la brève insurrection tadjike du Panshir avec le soutien de Douchanbé, le Pakistan semble être intervenu avec des drones et des renseignements pour aider les talibans à la dompter. Encore une fois, "verum est factum" et "hypotheses non fingo" : les puissances qui interviennent en Afghanistan sont celles qui, selon le manuel de géopolitique, perçoivent que des menaces existentielles - ou des ressources vitales - viennent de là. Ceci est tout à fait indépendant des spéculations sur les initiatives diplomatiques individuelles, telles que le maintien de l'ambassade russe à Kaboul ou la visite chinoise à la base aérienne de Bagram [6], épisodes de l'administration diplomatique normale (Un déploiement chinois limité à une tête de pont afghane pourrait difficilement bouleverser le tableau stratégique que nous esquissons). Même si les Chinois ouvraient une base de soutien aérien en Afghanistan, rien ne changerait dans le fond de leur politique: maintenir une stabilité maximale avec un engagement minimal. Aujourd'hui, ce n'est pas la ceinture péri-afghane, ni seulement les grandes capitales asiatiques ou eurasiennes qu'il faut scruter pour comprendre l'avenir de la zone. Comme le suggère la rivalité entre le Pakistan et l'Inde et entre la Chine et l'Inde, pour saisir toute la complexité, nous devons élargir le cadre et inclure la zone "indo-pacifique".

M. Brzezinski, au revoir, bienvenue à M. Spykman?

La puissance des empires est faite, pour une part non négligeable, d'image et de narration: en un mot, de prestige, le prestige étant l'une des composantes de ce que Nye a défini comme le "soft power". Le prestige, l'image et le discours des États-Unis en tant que "policier" et "divinité tutélaire" de l'ordre mondial sont indéniablement compromis par le retrait d'Afghanistan. Il est toutefois trop tôt pour déterminer la gravité de ces dommages et l'influence qu'ils auront sur le poids géopolitique réel des États-Unis. Pour paraphraser Mark Twain, les rapports annonçant la mort des États-Unis semblent grossièrement exagérés. Les États-Unis ont déjà réalisé deux choses. Tout d'abord, ils ont obligé les puissances régionales à s'occuper de l'Afghanistan à leur place. Il est possible (et souhaitable pour l'avenir du peuple afghan tourmenté) qu'ils réussissent mieux que les Américains eux-mêmes ; en tout état de cause, il risque d'être coûteux, en termes de temps, d'efforts politiques, de risques et de ressources, ne serait-ce que d'entourer l'Afghanistan d'un cordon sanitaire adéquat pour empêcher les terroristes et les opiacés de sortir. Les États-Unis ont alors libéré leurs ressources militaires, politiques et économiques pour se consacrer au théâtre qui les intéresse vraiment: le théâtre dit "indo-pacifique".

C'est sur les mers - et sur les terres insulaires et péninsulaires - de l'Indo-Pacifique que le véritable endiguement de la République populaire de Chine prendra forme. Les États-Unis ont compris que la marche vers le cœur de l'Asie est coûteuse et exigeante. Le fait de défier l'URSS et ses alliés dans le "Grand Moyen-Orient", de frapper les Soviétiques avec le "djihad" afghan, de s'opposer aux gouvernements nationaux arabes et de contenir la République islamique d'Iran, a émoussé les capacités de projection mondiale de ces puissances, mais n'a pas empêché la Russie de renaître de ses cendres et l'Iran de résister. Elle a moins empêché la République populaire de Chine de devenir une puissance économique mondiale. Les Américains doivent changer de stratégie et revenir à un endiguement de l'Asie à partir de ses côtes: en un mot, à partir du "Rimland". Revenons sur la définition même de l'"Indo-Pacifique", qui désigne le théâtre géopolitique des deux océans. Cela indique clairement que les États-Unis considèrent la mer d'Asie - et non "les mers" - comme un théâtre unique sur lequel activer l'endiguement anti-chinois impliquant l'Inde, l'Australie [7], le Japon et la Grande-Bretagne: les quatre pays qui, à part Taïwan bien sûr, sont les plus sensibles aux appels de Washington contre Pékin.

quad-grouping-upsc-ias-essay-notes-mindmap-quadrilateral-security-dialogue-e1564473583278.jpg

De ce point de vue, l'Asie centrale est une pure diversion, un piège tendu aux Chinois, aux Russes et aux Iraniens. Pourquoi contenir la Chine sur les mers? Parce que les mers sont le point faible de la Chine et le point fort des États-Unis. C'est des mers que la République populaire reçoit des ressources et c'est par les mers qu'elle exporte des produits manufacturés. Par ressources reçues, nous ne faisons bien sûr pas seulement référence aux matières premières, mais aussi aux flux financiers vers les ports de Hong Kong et de Shanghai. C'est sur les mers que la Chine montre qu'elle n'est pas encore une puissance militaire, pas même à l'échelle régionale. La forteresse anti-chinoise de Taïwan empêche la Chine d'avoir le contrôle total de ses mers voisines, dont sa flotte de haute mer - récemment construite mais pas encore d'un niveau technologique adéquat et avec une expérience de combat insuffisante - peine à sortir. La République populaire est contrainte de recourir à la construction d'îles artificielles comme bases avancées en dehors de la "première chaîne d'îles", la zone maritime contrôlée par le Japon de Tsushima aux Ryukyu et Senkaku, puis à Taïwan et enfin au Vietnam.

La décision de la Chine de se tourner vers des infrastructures terrestres, dont la construction est extrêmement coûteuse dans l'immensité de l'Asie, aujourd'hui gelée, aujourd'hui déserte, aujourd'hui montagneuse et isolée, et en proie au séparatisme et au radicalisme, n'est pas plus sûre. La République populaire de Chine connaît une crise démographique sans précédent [8], qui pourrait la conduire à devenir vieille avant d'être riche. La Chine est assiégée principalement par la mer - du Sud et de l'Est - mais le théâtre terrestre - de l'Ouest - n'est pas un théâtre dans lequel elle peut se sentir à l'aise.

Spykman, le géopoliticien qui a théorisé l'endiguement de l'Eurasie par la mer, n'a pas pris une revanche définitive sur Brzezinski, le géopoliticien qui a théorisé l'assaut du cœur de l'Eurasie: c'est simplement que les Etats-Unis se servent des enseignements de l'un et de l'autre (et cela vaut pour ceux qui imaginent encore la géopolitique comme une discipline rigide et déterministe). Une fois encore, la ressource que les acteurs eurasiens doivent déployer pour résister au siège est une alliance toujours plus étroite, une collaboration toujours plus grande [9].

NOTES:

[1] Spécialement depuis l'adhésion officielle de la République islamique à "l'Organisation de Shanghai pour la coopération"; voir  Giuseppe Gagliano, SCO. l’Iran sarà tra i membri: un’operazione per contenere gli USA www.notiziegeopolitiche.net, 21 Settembre 2021

[2] Giuliano Bifolchi, How Afghanistan is influencing the Turkmenistan-Uzbekistan cooperation, www.specialeurasia.com, 6 Ottobre 2021

[3] Du reste, si les Etats-Unis ont dialogué et négocié avec les talibans au plus haut niveau, on ne comprend pas pourquoi les pays bien plus proches de l'Afghanistan ne devraient ou ne pourraient pas le faire.

[4] Michel Rubin, Could Washington Support Balochistan Independence? nationalinterest.org, 12 Settembre 2021

[5] Giorgio Cuscito, Karachi per la Cina, rubrique Il mondo oggi, www.limesonline.com, 6 Ottobre 2021

[6] Gianandrea Gaiani, La corsa alle basi in Afghanistan e dintorni, www.analisidifesa.it, 5 Ottobre 2021

[7] L'accord nommé AUKUS entre les Etats-Unis et leurs satellites, le Royaume-Uni et l'Australie, n'est pas survenu au hasard mais, justement,  au lendemain du retrait américain de Kaboul. Cet accord sert à signaler aux pays de la région indo-pacifique que les Etats-Unis sont prêts à cautionner sérieusement la politique de l'endiguement antichinois, y compris en partageant des technologies nucléaires sophistiquées et en acceptant le risque de faire monter la tension sur ce théâtre précis, contribuant de la sorte à une course aux armements.

[8] Mario Seminerio, Contrordine, cinesi: moltiplicatevi, phastidio.net, 5 Ottobre 2021

[9] Bradley Jardine, Edward Lemon, In post-American central Asia, Russia and China are tightening their grip, warontherocks.com, 7 Ottobre 2021

Écrire un commentaire