Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 30 avril 2022

Le facteur diesel produit un paradoxe existentiel en Europe

S1-le-diesel-desormais-pour-les-petits-rouleurs-701652.jpg

Le facteur diesel produit un paradoxe existentiel en Europe

Source: https://misionverdad.com/investigaciones/el-factor-diesel-produce-una-paradoja-existencial-en-europa

Bloomberg : L'Europe ne dispose que d'environ 40 jours d'approvisionnement en diesel dans ses stocks.

Des "sanctions" qui nuisent à ceux-là mêmes qui les appliquent.

Plus de 15 jours de grèves en Espagne et dans d'autres pays en raison de la hausse des prix du carburant.

Le ministre italien de la Transition écologique, Roberto Cingolani, a déclaré que 40 % de la consommation nationale correspondait à du gaz importé de Russie.

Le transport alimentaire, la navigation, l'agriculture et l'industrie lourde en Europe sont quelques-uns des secteurs les plus touchés par la série de "sanctions" imposées à la Russie sous les auspices des États-Unis et en chœur par l'UE.

Comme l'a expliqué John Cooper de Fuels Europe : "Il est très clair pour les gouvernements qu'il existe un lien évident entre le diesel et le PIB, car presque tout ce qui entre et sort d'une usine utilise du diesel.

L'Europe, si dépendante des ressources énergétiques, et plus encore de la Russie, se trouve maintenant à la croisée des chemins car la décision d'imposer des "sanctions" à son principal fournisseur d'énergie aurait un impact non seulement sur la disponibilité du gaz et, dans ce cas, du diesel, mais aussi sur l'inflation, les prix de tous les biens de consommation étant appelés à augmenter. C'est une chaîne, car elle entraînerait des problèmes dans la circulation des camions et donc dans la distribution des biens de consommation, à commencer par la nourriture.

Récemment, les principales sociétés de négoce de matières premières telles que Trafigura et Vitol se sont accordées pour avertir que l'Europe court un grand risque de pénurie systémique de diesel qui pourrait conduire à un rationnement. Cette situation a été aggravée par un rapport du réseau financier Bloomberg selon lequel le continent européen ne dispose plus que de 40 jours de diesel dans ses réserves.

La semaine du 21 mars s'est tenue le Financial Times World Commodity Summit. À cette occasion, l'événement a réuni les dirigeants de Trafigura, Vitol, Energy Aspects et Gunvor, qui ont présenté leurs projections concernant les ressources énergétiques face aux "sanctions" imposées à la Russie par les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Union européenne.

    - Russell Hardy pour Vitol. L'Europe importe environ la moitié de son diesel de Russie, et les raffineurs pourraient augmenter la production de diesel en réponse à la hausse des prix au détriment d'autres produits pétroliers pour soutenir l'offre.

    - Torbjorn Tornqvist pour Gunvor. Le diesel n'est pas seulement un problème européen, c'est un problème mondial. En outre, les marchés européens du gaz ne fonctionnaient plus correctement, les négociants devant faire face à d'énormes demandes de liquidités auprès des banques pour couvrir les positions de couverture.

    - Jeremy Weir pour Trafigura. Entre 2 et 2,5 millions de barils de la production pétrolière russe disparaîtraient du marché mondial, répartis entre le brut et les produits raffinés. Le marché du carburant diesel se trouve actuellement dans des conditions extrêmement difficiles et va encore empirer.

    - Amrita Sen, analyste chez Energy Aspects. Le diesel est le plus touché des produits pétroliers car l'Europe importe environ 1 million de barils par jour de diesel russe.

La sonnette d'alarme a été tirée et les autorités européennes ont déployé la carte du monde pour voir quelles autres latitudes pourraient fournir des livraisons alternatives de gaz et de diesel. Et bien sûr : les orbites du Venezuela comme alternative.

Le mouvement de balancier de l'Europe

La semaine dernière, le vice-premier ministre russe Alexandre Novak a déclaré devant la Douma d'État :

"Les stocks européens de diesel sont à leur plus bas niveau depuis 2008, 8% en dessous de la moyenne des cinq dernières années. La pénurie de gazole pourrait être un facteur fortement déstabilisant, car la demande augmente en raison de la reprise du trafic de marchandises et de passagers après la pandémie".

w1176_h662_x750_y485_5FA8CE000D79F0B8.jpg-a971435f9b39c578.jpeg

Le diesel dans les stations-service de certains pays européens, comme l'Allemagne, la Suède, la Belgique et la Pologne, a enregistré des prix plus élevés que le prix de l'essence. Selon Bloomberg, pour la première fois en 15 ans, le coût s'est situé autour de 2,13 euros par litre.

Depuis le début de l'opération spéciale de dénazification de Donbass, l'UE a déclenché toute la narration offensive consistant à imposer des "sanctions" à la Russie sans craindre la sphère énergétique dont elle est si dépendante. Dans la pratique, les faits sont différents, puisque les "sanctions" imposées aux banques, par exemple, sont celles qui n'ont aucun rapport avec les transactions dans le secteur gazier russe. Aujourd'hui, le ton du discours a été atténué, et encore plus lorsque le président russe Vladimir Poutine a répondu en annonçant que le paiement du gaz russe devait se faire en roubles.

Le ministre allemand de l'économie, Robert Habeck, a déclaré que la décision concernant le rouble constitue une violation des accords et que le gouvernement allemand discutera des mesures à prendre avec ses partenaires européens. La réponse de Habeck à la réponse de Poutine à l'ensemble de l'attaque contre le secteur énergétique russe est inhabituelle - à quoi s'attendaient-ils ?

Le Dr Jens Südekum, professeur à l'Institut d'économie compétitive de l'Université Heinrich Heine en Allemagne, abonde dans le même sens lorsqu'il souligne que la décision du président Poutine ne ferait qu'"intensifier la guerre économique" et qu'"un embargo sur les importations d'énergie en provenance de Russie est désormais plus probable".

6f920350-a41d-439f-a754-015fa96e3b3c_w949_r0.7519809825673535_fpx49_fpy22.jpg

Contrairement à cet universitaire, l'Association des industriels allemands (BDI) a mis en garde les autorités allemandes contre toute décision précipitée en matière de "sanctions", car pour elle "l'UE n'est pas prête pour un embargo énergétique complet à court terme". Le président de l'association, Siegfried Russwurm (photo), s'est inquiété du fait qu'une telle décision pourrait mettre en péril la cohérence et la mobilité de l'UE, tant sur le plan économique que politique.

Cette semaine, le chancelier allemand Olaf Scholz s'est entretenu par téléphone avec le président Poutine pour négocier sur la question. Dans cette optique, l'État russe a opté pour un nouveau système de paiement directement à la Gazprom Bank, qui ne fait l'objet d'aucune "sanction" ; la banque serait alors chargée de convertir l'argent en roubles.

Bien que les attaques provenant des États-Unis soient des attaques directes contre la Russie, elles sont indirectement dirigées contre l'Allemagne. Mision Verdad a développé ce sujet dans quelques articles :

    La crise en Ukraine concerne le commerce entre l'Allemagne et la Russie (https://misionverdad.com/globalistan/la-crisis-en-ucrania-se-trata-del-comercio-entre-alemania-y-rusia ).

    L'Europe se met la corde au cou dans la guerre énergétique contre la Russie ( https://misionverdad.com/globalistan/europa-se-pone-la-soga-al-cuello-en-la-guerra-energetica-contra-rusia ).

L'Allemagne est l'un des pays de l'UE les plus touchés par les "sanctions" dans le secteur du gaz. À la lumière des positions de chaque pays, on voit le Premier ministre Boris Johnson annoncer que "nous poursuivrons notre mission sans relâche pour sortir la Russie de l'économie mondiale, morceau par morceau, jour par jour et semaine par semaine", car sa dépendance au gaz russe n'est pas si importante par rapport à l'Allemagne ou à d'autres pays.

Il en va de même pour l'architecte "en chef" des manœuvres de sanctions, le président américain Joe Biden, lorsqu'il a annoncé les "sanctions" début mars "sur l'artère principale de l'économie russe : nous interdisons toutes les importations de pétrole, de gaz et d'énergie russes", car si les États-Unis importent du gaz et d'autres produits pétroliers de Russie, le pourcentage n'est pas comparable à celui de l'Allemagne.

Il convient de noter que les États-Unis ont besoin de diesel non seulement pour le transport des produits essentiels à la vie quotidienne de leur population, mais qu'il est également utilisé sur les plateformes de forage pour l'extraction du pétrole de schiste, ainsi que pour les générateurs d'électricité et le chauffage des habitations. De plus, de grandes quantités de diesel ne peuvent être obtenues à partir de l'huile de schiste, car l'un des avantages du pétrole brut lourd est que le diesel est obtenu à partir du craquage de l'huile de schiste.

En revanche, en Europe, ils comptent gagner du temps, car, par exemple, les décharges de gaz sont remplies pendant les mois d'été à venir, lorsque la demande et les prix sont plus faibles, mais ce scénario pourrait laisser l'Europe affronter l'hiver avec des stocks inférieurs à la normale.

Les pays européens continueront à produire du diesel et chercheront à l'importer au départ d'autres sources traditionnelles non russes. La vitesse à laquelle les stocks s'épuiseront dépendra du remplacement des fournitures provenant actuellement de Russie.

Manifestations en Europe

C'est la population européenne dans son ensemble qui a subi l'assaut direct des actions du duo USA-UE. Cela a conduit à une série de protestations et de fermetures de fermes dans différentes parties du continent européen :

- En Grèce, des centaines d'agriculteurs ont manifesté pour réclamer des subventions afin de lutter contre les prix élevés du carburant et des engrais qui ont grimpé en flèche avec l'imposition de "sanctions" au secteur énergétique russe. Les agriculteurs disent que les coûts ont tellement augmenté qu'ils seront obligés de produire moins et d'augmenter les prix pour les consommateurs.

3OR7B74BFJJUDGAYEJXNHBL7TM.jpg

- En Italie, l'association agricole Coldiretti a signalé que 100 000 exploitations agricoles italiennes sont sur le point de fermer en raison des coûts de production élevés, car les prix des matières premières utilisées (y compris le diesel) par les producteurs agricoles ont considérablement augmenté. En Italie, le coût du diesel atteint 2,1 euros par litre.

- En Espagne, le Comité national du transport routier (CNTC) a lancé une grève des transporteurs routiers en raison de la hausse des prix du diesel le 14 mars. La hausse des prix du carburant a provoqué de graves problèmes dans la chaîne alimentaire.

- En France, les agriculteurs, les viticulteurs et les artisans ont également commencé à protester contre la hausse des prix du carburant. Une caravane d'une vingtaine d'agriculteurs sur leurs tracteurs dans la région ouest de la Bretagne a bloqué les autoroutes.

La réponse de l'Italie a été d'introduire des taxes spéciales dans le secteur des transports. Le ministre italien de la Transition écologique, Roberto Cingolani, a expliqué que l'Italie importe chaque année environ 29 milliards de mètres cubes de gaz de Russie, ce qui correspond à un peu plus de 40 % de la consommation nationale. Sur la base de ce chiffre, il a demandé que des mesures soient prises pour remplacer ce montant, ils sont donc à la recherche de nouveaux fournisseurs. Tout cela semble facile, mais les exportateurs alternatifs de ces ressources ne peuvent pas prendre tous les volumes dont ils ont besoin en Europe.

Selon le radiodiffuseur italien Rai, ces derniers jours, des membres du gouvernement italien ont tenu des réunions avec des représentants d'autres pays exportateurs de gaz et d'autres ressources pétrolières pour tenter de réduire leur dépendance vis-à-vis de la Russie.

Du côté français, la réponse du gouvernement d'Emmanuel Macron, en pleine campagne électorale, a annoncé une aide de 400 millions d'euros pour les transporteurs et une réduction de 15 centimes par litre de diesel.

Pour l'Espagne, la ministre des transports, de la mobilité et de l'agenda urbain, Raquel Sánchez, a annoncé qu'elle s'engageait à subventionner chaque litre de diesel à hauteur de 20 centimes d'euro, une réduction qui sera appliquée du 1er avril au 30 juin.

La situation du secteur énergétique européen, qui a des répercussions sur le reste des zones productives du continent, devient de plus en plus compliquée. Il n'est toujours pas question pour les majorités européennes de subordonner leurs propres intérêts afin de se conformer aux ordres des États-Unis, qui cherchent à être le grand inspecteur et le contrôleur des ressources énergétiques mondiales.

Ces actions, qui sont absurdes pour le moment, pourraient déclencher d'autres résultats à long terme pour le spectre géopolitique dont l'Occident, en particulier les États-Unis, a besoin pour tenter de survivre au réalignement international que le monde connaît, la Russie et la Chine étant les pivots de cette voie longue et complexe.

Le 31 mars, Joe Biden a invoqué la loi sur la production de défense de 1950. Comme son nom l'indique, cette loi nationale, qui, en raison de l'exceptionnalisme américain, sert unilatéralement le reste du monde, pousserait à stimuler la production de minéraux stratégiques pour la fabrication de batteries pour véhicules électriques et le stockage à long terme, en prétextant la situation avec la Russie et "l'action légitime des États-Unis pour se défendre".

En fin de compte, la transition énergétique n'est rien d'autre que le droit d'exploiter tout minerai qui se présente à nous afin de parvenir à "ne pas dépendre des pays producteurs de ressources".

- Nous sommes un groupe de chercheurs indépendants qui se consacrent à l'analyse du processus de guerre contre le Venezuela et de ses implications mondiales. Depuis le début, l'utilisation de notre contenu est gratuite. Nous comptons sur les dons et les collaborations pour soutenir ce projet. Si vous souhaitez contribuer à Mision Verdad, vous pouvez le faire ici: https://misionverdad.com/donate

Écrire un commentaire