Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 30 avril 2022

Comment les États-Unis ont façonné une gauche à leur convenance

91EShsQELUL.jpg

Comment les États-Unis ont façonné une gauche à leur convenance

Source: https://misionverdad.com/globalistan/como-eeuu-formo-una-izquierda-su-medida

Pour s'opposer à l'Union soviétique, au socialisme et au communisme, le gouvernement américain a largement recouru à des armes idéologiques secrètes, finançant une gauche "saine" pour la sauvegarde des intérêts du capitalisme dans le monde.

Une question bien documentée récemment abordée par le journaliste Benjamim Norton afin de souligner que l'intervention de Washington a été une question clé dans les divisions de la gauche occidentale, amenant des groupes censés être affiliés aux idées primordiales du socialisme à s'opposer à l'anti-impérialisme ou à soutenir ouvertement les politiques impériales.

Se tourner vers la "gauche non communiste" et la financer

Dans la première moitié du 20e siècle, après les deux guerres mondiales et après que le succès de la révolution russe et les réalisations de la construction du socialisme en Union soviétique soient devenus évidents, de nombreux intellectuels américains et européens se sont tournés vers les théories socialistes et le communisme de Marx, Engels, Lénine et Staline, et l'influence du libéralisme de droite a diminué. Cette situation a suscité l'inquiétude des groupes de pouvoir dans les pays occidentaux qui pilotent le cours du capitalisme, notamment aux États-Unis.

Avec la fin de la Seconde Guerre mondiale, les projecteurs se sont braqués sur le communisme, ennemi numéro un de l'Occident, et la guerre froide a commencé. Le gouvernement américain et les agences de renseignement ont compris que la meilleure façon de combattre les communistes était de recruter des personnes qui étaient mécontentes du projet mais qui professaient encore des affinités avec les idéaux de gauche. Cela a donné l'image que l'opposition au communisme n'était pas seulement exprimée par les réactionnaires.

La stratégie consistant à s'appuyer sur des "gauchistes non communistes" est devenue un élément central des opérations politiques anticommunistes dans la seconde moitié du 20e siècle.

Tous les chemins mènent au gouvernement américain

Ben Norton mentionne des cas spécifiques et influents qui ont résulté des opérations secrètes de Washington visant à saper le développement d'un bloc pour affronter le capitalisme. Parmi eux se trouvait Herbert Marcuse (photo), un intellectuel allemand d'origine juive qui a gagné le titre de "parrain de la nouvelle gauche", une gauche qui ne représentait aucune menace pour les entreprises et leur agenda international.

marcuse_1.jpg

Si Marcuse est devenu célèbre, c'est parce qu'il a travaillé pour l'Office of Strategic Services (OSS), l'organisation qui a précédé la CIA. À l'origine, il a été engagé par les services de renseignement américains pour enquêter sur le nazisme en Allemagne, mais après la Seconde Guerre mondiale, il a continué à travailler pour eux sur des recherches contre l'Union soviétique. Selon les recherches de Norton, ses "critiques" des politiques soviétiques étaient financées par le gouvernement américain. En fait, l'un des livres les plus connus de Marcuse, Le marxisme soviétique, était basé sur des recherches financées par l'OSS et le Département d'État.

Norton mentionne également Carl Gershman comme une autre figure qui expose l'intervention du gouvernement américain dans les divisions de la gauche occidentale. Gershman était l'un des dirigeants des Social Democrats, USA (SDUSA), un parti né de la scission du Socialist Party of America (SPA), et a ensuite été président du NED depuis sa fondation jusqu'en 2021.

La guerre culturelle et certains de ses produits

Entre le 25 et le 29 avril 1966, le New York Times a publié une série d'articles révélant que, pendant plus de 15 ans, la CIA avait financé des dizaines de magazines culturels dans le monde entier, créant ainsi un puissant réseau d'influence sur la gauche. Au centre de ce travail se trouvait le "Congrès pour la liberté culturelle" (CCF), fondé en 1950.

Le système mis en place par la CIA lui a permis de financer un grand nombre de projets secrets. À son apogée, le Congrès pour la liberté culturelle avait des bases dans 35 pays, toutes les capitales européennes, ainsi qu'au Japon, en Amérique latine, en Inde, en Australie, aux Philippines, entre autres.

Dans son livre The CIA and the Cultural Cold War (1999), l'historienne britannique Frances Stonor Saunders note qu'"il y avait très peu d'écrivains, de poètes, d'artistes, d'historiens, d'universitaires ou de critiques dans l'Europe d'après-guerre dont les noms n'étaient pas liés d'une manière ou d'une autre à cette entreprise secrète".

the-cultural-cold-war-1.jpg

La "guerre culturelle" déclenchée par la CIA avait un objectif à grande échelle : détourner les intellectuels européens de leur sympathie pour l'Union soviétique et imposer les valeurs culturelles américaines au monde. Les principaux théoriciens de ce mouvement, James Burnham et Irving Kristol, ont par la suite travaillé à façonner le néo-conservatisme, un courant politique sur lequel s'appuient les politiciens américains qui prônent la guerre comme solution aux conflits internationaux, sur la base de l'idéologie suprématiste selon laquelle les États-Unis sont une "nation indispensable".

Le forum fondateur du Congrès, qui s'est tenu à Berlin-Ouest en 1950, a réuni les principaux écrivains, philosophes, critiques et historiens occidentaux de l'après-Seconde Guerre mondiale : Karl Jaspers, John Dewey, Bertrand Russell, Benedetto Croce et Arthur Schlesinger Jr. pour n'en citer que quelques-uns.

Le travail efficace du CCF dans la création et le parrainage de revues littéraires et politiques prestigieuses a fait de la CIA un acteur clé dans la formation idéologique du peuple. Il s'agit notamment de The New Leader (États-Unis), Partisan Review (États-Unis), Paris Review (France), Der Monat (Allemagne), Mundo Nuevo (Amérique latine) et de nombreuses autres publications qui étaient considérées comme des références en matière d'opinion et de critique sur la gauche occidentale.

34b0826f-12e2-491f-a170-7b7b6e3e0771__640.jpg

1846261290.jpg

1846261291.jpg

Aujourd'hui, les mêmes personnes politiques et les mêmes réseaux financiers utilisent exactement les mêmes méthodes pour obtenir des résultats similaires dans la promotion d'une gauche utile, que ce soit au niveau international, avec des intellectuels devenant commodément "anti-guerre" lorsqu'il s'agit de l'opération de dénazification de la Russie en Ukraine et pointant du doigt "l'autoritarisme" de la Chine lorsqu'elle prend des mesures pour se protéger face à des menaces avérées d'armes biologiques ; ou au niveau de la région latino-américaine, avec des groupes de gouvernements "désillusionnés" dans des pays comme Cuba, le Nicaragua et le Venezuela, qui finissent par collaborer, qu'ils le sachent ou non, avec l'impérialisme dirigé par les États-Unis.

Toutefois, c'est la composante idéologique qui a prévalu au fil du temps, lorsque l'argent n'est pas nécessaire pour acheter les consciences. Il est notoire, comme dans le cas de la gauche espagnole, qu'il n'est pas nécessaire de dépenser de grosses sommes d'argent pour mettre les intellectuels et les créateurs au service de l'agenda de l'OTAN. Car même la banalité et l'atomisation intellectuelle dans le domaine des idées, de la formation et de l'information, ainsi que les opérations psychologiques à grande échelle, ont atteint la cible des positions de beaucoup qui justifient la volonté anglo-impériale sur la formation d'un monde multipolaire et la dignité.

- Nous sommes un groupe de chercheurs indépendants qui se consacrent à l'analyse du processus de guerre contre le Venezuela et de ses implications mondiales. Depuis le début, l'utilisation de notre contenu est gratuite. Nous comptons sur les dons et les collaborations pour soutenir ce projet. Si vous souhaitez contribuer à Mision Verdad, vous pouvez le faire ici: https://misionverdad.com/donate

Commentaires

Marcuse était un Hébreu de nationalité allemande, il n’était pas Français.

Écrit par : Carlos X. | dimanche, 01 mai 2022

Что-то у меня личные сообщения не отправляются, ошибка какая то
разновидности соревнований на гг покерок,их описание тогда как туда пробраться.бесчисленные отклики касательно gg покерок говорят о надежности и правдивости ресурса.гг покерок появился в тестовом процессе только в самом начале прошлом г.

Écrit par : JenniferDus | jeudi, 09 juin 2022

Écrire un commentaire