Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 24 mai 2022

L'Amérique se battra jusqu'au dernier Européen

hellfightersjacket-efa4998a8518f44813c4cec6356728f30eb27fda.jpg

L'Amérique se battra jusqu'au dernier Européen

par Maurizio Bianconi

Source: https://www.destra.it/home/lamerica-combattera-fino-allultimo-europeo/

Mon frère, cadre supérieur sa vie durant, expert du monde d'en haut, m'a envoyé un SMS au début de la guerre : "L'Amérique est prête à combattre la Russie jusqu'au dernier ukrainien". Ces mêmes jours, le président Biden a lancé des épithètes contre Poutine, suicidaire sur le chemin de la paix. Je me suis souvenu d'une citation de Ken Follet: "un imbécile est un imbécile, mais un imbécile à la Maison Blanche est la chose la plus dangereuse au monde".

Ensuite, les choses sont allées sur une pente descendante jusqu'à la fourniture d'armes au pays attaqué avec des crédits faramineux. Il a été dit que les armes seraient utilisées pour aider l'Ukraine à résister. Puis la cible a changé : il a été dit que les armes et l'aide seraient utilisées "pour vaincre la Russie" et que la guerre durerait "très longtemps".

La Russie a annoncé des "armes secrètes" et a renforcé l'effort de guerre, de sorte que, dans un crescendo apparemment insensé, on s'attendait à l'annonce de la "guerre totale" par Poutine. Entre-temps, la demande, jamais formulée au cours des 70 années précédentes, de la Suède et de la Finlande d'adhérer à l'OTAN est apparue. Ce que Brzezinski a dit - selon l'histoire - à l'époque de la tentative d'intégration de la Russie à l'Europe "La Russie doit être repoussée en Asie" m'est revenu en tête.

Aujourd'hui, les choses semblent plus claires et des comportements que l'on croyait dénués de sens peuvent être déclinés à bon escient. Le mondialisme planétaire prôné par la post-démocratie financière envisageait un monde dominé par le marché. Les marchés en haut, les États en bas", comme le dit Tremonti. Le marché devait être dirigé par la finance occidentale.

Dans cette optique, la Chine a été admise au club du marché mondial (W. T. O.) en 2001 et la Russie en 2012. L'objectif était d'amener 2 milliards et plus de consommateurs sur le marché libre pour qu'ils soient également utilisés comme main-d'œuvre bon marché. En outre, des flots de ressources auraient été introduits sur le marché financier, qui seraient autrement à peine utilisables par la spéculation internationale.

Un geste imprudent, et l'Occident financier et mondialiste a eu le sort des cornemuses de montagne. Il a été joué et rejoué. L'Est produit à bas prix mais pour lui-même et envahit les marchés. Ses fonds souverains ont fait le plein et sont venus acheter une grande partie de la dette publique américaine. La Russie est stratégique en matière d'approvisionnement en énergie. Il s'est avéré que le mondialisme spéculatif devenait une arme aux mains de l'Est pour gagner la confrontation économique avec les pharaons de Wall Street. La phrase attribuée à Brzezinski s'est avérée prophétique.

Peu importe que cette guerre ait été causée, même en petite partie, par la pression américaine sur les nerfs à vif de la Russie. Ce qui est important, c'est que cette guerre est la prophase (le "prétexte" selon l'enseignement de l'historien Polybe) pour ramener le mondialisme à des dimensions plus autarciques. Une marche à reculons et un avenir qui sent le passé: l'Ouest par ici, l'Est par là.

Avec quelques précisions : l'Est compte autant de milliards d'habitants que l'Ouest et le jeu économique est désormais grand ouvert, avec une seule : les pauvres (de l'Est) seront plus riches, les riches (de l'Ouest) seront plus pauvres. L'Est possède des armes nucléaires chez tous ses protagonistes (Russie, Chine, Pakistan, Inde); l'Ouest n'en possède pas.

Le continent européen perd toute chance de constituer un bloc autonome et devient avant tout une ressource de guerre au service de l'atlantisme : l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord, un avant-poste de l'empire par-delà la mer. Dans ce contexte, la fuite des Américains d'Afghanistan est plus compréhensible mais tout aussi inexcusable.

Une fuite déshonorante, un précédent à rappeler pour les hommes euroricains (Macron, Johnson) et nationaux (Draghi, Mattarella, E. Letta, M. Maggioni pour tous). La première Amérique présuppose un besoin similaire de fuir l'Europe. À ce stade, je reformule le SMS de mon frère : "L'Amérique est prête à combattre la Russie jusqu'au dernier Européen".

Écrire un commentaire