Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 28 mai 2022

Le Royaume-Uni utilise les tactiques de propagande noire de la Guerre froide contre la Russie

93c0dd07e2b0cee101f13b4fd32986ec.jpg

Le Royaume-Uni utilise les tactiques de propagande noire de la Guerre froide contre la Russie

Lucas Leiroz

Source: https://novaresistencia.org/2022/05/20/reino-unido-usa-taticas-de-propaganda-negra-da-guerra-fria-contra-a-russia/

Une fois de plus, l'Occident semble fonctionner selon une vieille mentalité, celle de la guerre froide jadis menée contre la Russie. Des documents émanant du gouvernement britannique, récemment déclassifiés, révèlent à l'évidence une série de pratiques de sabotage utilisées par le Royaume-Uni pendant l'ère bipolaire et similaires à celles qui sont aujourd'hui appliquées aux relations actuelles entretenues avec la Russie contemporaine. En effet, le sabotage, l'art de fomenter de la haine, la diffusion de mensonges et d'autres tactiques courantes semblent faire partie intégrante de la politique étrangère britannique et l'actuelle opération spéciale russe en Ukraine n'est qu'un prétexte de plus.

Récemment, il a été révélé que le gouvernement britannique a mené une série de campagnes secrètes de "propagande noire" contre les pays ennemis pendant les décennies de la guerre froide. Non seulement l'Union soviétique et la Chine communiste ont été ciblées par les services de renseignements britanniques, mais également des pays d'Afrique, du Moyen-Orient et de certaines régions d'Asie. Les tactiques comprenaient diverses méthodes de sabotage, les arts de mener la guerre de l'information, la promotion des tensions raciales et terroristes, toujours dans le but de favoriser la déstabilisation des nations rivales.

9781838955618.jpgCommentant l'affaire, l'expert en renseignement Rory Cormac a déclaré au Guardian lors d'une interview : "Ces révélations sont parmi les plus importantes des deux dernières décennies ... Il est maintenant très clair que le Royaume-Uni s'est engagé dans bien plus de campagnes de propagande noire que les historiens ne l'ont supposé jusqu'ici et que ces efforts ont été plus systémiques, ambitieux et offensifs qu'on ne l'imaginait. Malgré les démentis officiels, [ces campagnes] allaient bien au-delà de la simple dénonciation de la désinformation soviétique (...) Le Royaume-Uni ne s'est pas contenté d'inventer du matériel (...), mais il avait certainement l'intention de tromper le public pour faire passer son message."

Un exemple de la manière dont la praxis britannique a fonctionné est l'action vaste et complexe menée pour favoriser les tensions entre l'Union soviétique et la communauté islamique. Dans la seconde moitié des années 1960, le Département de recherche et d'information (IRD) a falsifié au moins onze documents des médias d'État soviétiques exposant la prétendue "colère" du gouvernement face au "gaspillage" d'armes soviétiques par l'Égypte pendant la guerre des Six Jours de 1967. Plus tard, le même département a falsifié des documents censés provenir des Frères musulmans, accusant Moscou de saboter la campagne égyptienne, consistant à critiquer la qualité du matériel militaire soviétique et qualifiant les Russes d'"athées mal embouchés" qui considéraient les Égyptiens comme "des paysans qui ont vécu toute leur vie en nourrissant des superstitions islamiques réactionnaires".

L'année dernière, The Observer avait déjà révélé que l'IRD était directement responsable du massacre de centaines de personnes en Indonésie suite à la diffusion de mensonges dans une campagne de propagande noire en 1965. À l'époque, le ministère a financé la préparation de tracts censés appartenir au PKI, alors le plus grand parti communiste dans le monde non communiste, qui n'étaient en fait que des "faux drapeaux" forgés par les services britanniques. Cela a encouragé les milices anticommunistes à promouvoir un massacre sans précédent dans le pays, qui a entraîné la mort de centaines de militants communistes et de civils. Aujourd'hui, grâce aux documents récemment déclassifiés, il est possible de voir qu'il ne s'agissait pas d'un épisode isolé, mais d'une pratique régulière au sein des services de renseignement britanniques.

En effet, il semble impossible d'analyser cette affaire et de ne pas la mettre en rapport, d'une manière ou d'une autre, avec la campagne occidentale actuelle contre la Russie, dans laquelle le Royaume-Uni semble être très impliqué. D'une certaine manière, il semble que, malgré la fin de la guerre froide, la mentalité bipolaire n'a jamais cessé de fonctionner en Occident. En termes simples, ce qui était autrefois orienté vers l'Union soviétique est maintenant orienté vers la Russie.

C'est exactement ce que pense l'analyste politique Joe Quinn : "Le moment choisi pour cette déclassification des documents est intéressant dans la mesure où il peut servir, pour certains, à confirmer que la guerre géopolitique de l'Occident contre l'Union soviétique n'a jamais vraiment pris fin, elle s'est simplement poursuivie pour devenir une guerre contre la Fédération de Russie, mais sans la justification de la lutte contre le communisme."

Les médias britanniques ont été l'un des plus actifs dans la diffusion de récits anti-russes, de fake news et de propagande pro-Kiev. Bien que la plupart des travaux soient exploités par le secteur privé, il serait naïf de penser qu'il n'existe aucune incitation étatique à la propagande pro-OTAN. L'État britannique - tout comme les États-Unis et les nations alliées - a un intérêt très profond à créer un scénario de guerre psychologique. Il existe donc une sorte de coopération publique-privée clandestine entre les départements d'État et ces agences médiatiques afin que leur objectif commun soit atteint.

L'opération militaire spéciale en Ukraine est la principale raison pour laquelle la Russie est attaquée par la propagande occidentale aujourd'hui. Qu'il s'agisse d'accusations de crimes de guerre, de faux drapeaux (comme la tragédie de Bucha) ou d'"analyses" absolument irréalistes prétendant que l'Ukraine est en train de "gagner" le conflit, nous avons dans tous ces cas des exemples de la façon dont les médias britanniques agissent en collusion avec les intérêts de l'OTAN, en utilisant les vieilles tactiques de désinformation et de propagande noire contre les ennemis géopolitiques de Londres.

adkas.jpgÀ cet égard, Adriel Kasonta (photo), analyste des affaires étrangères basé à Londres et ancien président du comité des affaires internationales du groupe de réflexion Bow Group, estime qu'à l'heure actuelle, le principal intérêt des services de renseignement britanniques est de faire en sorte que l'opinion publique approuve l'envoi d'armes à l'Ukraine et croie que c'est stratégique, en falsifiant les données pour faire croire que Kiev est sur le point de "gagner".

"L'objectif est de tromper l'opinion publique nationale, en la convainquant que l''opération spéciale' ne se déroule pas comme prévu et en la persuadant que l'envoi d'armes létales par les alliés de l'OTAN contribue aux prétendues victoires et à la résistance réussie du côté ukrainien. Il s'agit d'un jeu psychologique, et rien ne convainc la population naturellement pacifique de soutenir une guerre dans un pays lointain [plus] que le supposé moral bas et les pertes militaires de l'adversaire", explique l'analyste.

Avec ceci, il semble clair qu'il y a effectivement une campagne anti-russe flagrante en cours dont le but est de nuire à Moscou en utilisant les tactiques anciennes et bien connues de la propagande noire et de la guerre de l'information. Il est essentiel que les documents récemment déclassifiés soient publiés afin que l'opinion publique occidentale soit consciente des armes utilisées par leurs gouvernements et leurs agences de presse contre les nations qui ne sont pas alignées sur les plans géopolitiques de l'OTAN.

Source : InfoBrics

Écrire un commentaire