Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 20 juin 2022

Pourquoi le débat sur la technologie est central (et le seul qui vaille la peine d'être abordé)?

9ae1b773f33191448481aaddfbbcbf85_XL.jpg

Pourquoi le débat sur la technologie est central (et le seul qui vaille la peine d'être abordé)?

Ernesto Milà

Source: https://info-krisis.blogspot.com/2022/06/cronicas-desde-mi-retrete-por-que-el.html

Aujourd'hui, nous ne vivons pas dans une "ère de changement", mais dans une ère de changement constant. Il est admis qu'un diplôme universitaire ne vaudra bientôt plus grand-chose: au moment où il est obtenu, la matière apprise en première année est déjà obsolète. Si vous voulez bénéficier d'une formation compétitive, vous devez non seulement choisir soigneusement votre parcours professionnel, mais aussi accepter de devoir poursuivre un "apprentissage tout au long de la vie" si vous voulez rester compétitif durant toute votre vie professionnelle. Il est admis que 40% des spécialisations actuellement enseignées dans les universités vont disparaître. Bien sûr, de nouvelles apparaîtront, mais dans ce domaine, comme dans tous les autres, l'enseignement public sera en retard sur la réalité. Quelle est la raison de cette "obsolescence" ? Il n'y a qu'une seule cause à cela et à la plupart des changements qui nous attendent dans les années à venir: l'irruption des nouvelles technologies.

LES TERREURS NOCTURNES DE KLAUS HELMUT SCHWAB

Le chef du Forum économique mondial a raison de considérer l'avènement prochain de la "quatrième révolution industrielle" comme l'étape la plus importante du 21e siècle. Le problème est que, malgré son "beau langage" et son "récit amical", Klaus Helmut Schwab ne peut s'empêcher d'être le représentant du "vieil argent", des grandes dynasties économiques, de la haute finance, des entreprises et, en bref, des "seigneurs de l'argent", chez qui les problèmes s'accumulent. En gros, trois secteurs.

    - Ils persistent à défendre l'adéquation d'une économie mondialisée, malgré le fait que la mondialisation a créé un système économique instable, étant donné que le monde est trop diversifié et inégal pour que les mêmes formules puissent être appliquées partout.

    - Le "vieil argent" commence à sentir le souffle du "nouvel argent" dans sa nuque, composé de deux types d'entreprises: les grandes entreprises technologiques (Meta, Google, Mac, Microsoft) et les "entreprises perturbatrices" (Uber, AirBNB, Cabify, les multiples applications, etc). Ces entreprises ont de meilleurs ratios de capitalisation avec moins de personnel et moins d'investissements.

    - Le sentiment croissant que le néolibéralisme et la mondialisation menacent l'identité des peuples et qu'à tout moment, une réaction populaire peut se produire ; par conséquent, avant que les nouvelles technologies de la deuxième décennie du XXIe siècle ne se généralisent, des changements sont nécessaires dans les systèmes politiques et dans la corrélation entre la politique et l'économie: la seconde doit diriger la première.

EsKvPRyXcAANlq6.jpg

81T-L3YBJTL.jpg

Ces trois problèmes ne sont pas mentionnés dans le livre de Schwab, The Fourth Industrial Revolution, ni dans son travail sur The Great Reset, mais ce sont sans doute ceux qui ont incité Schwab à écrire son ouvrage en essayant de sauver le récupérable et de parvenir à un accord, au moins temporaire, entre le "vieil argent" et le "nouvel argent".

CHAQUE RÉVOLUTION INDUSTRIELLE A EU SES "MAÎTRES"

Schwab sait que les élites qui dictent les normes socio-politiques d'une époque sont les propriétaires des technologies qui, à un moment donné, s'imposent comme les moteurs du changement social:

    - Dans l'Angleterre du 18e siècle, ceux qui dictaient les règles n'étaient plus, comme 100 ans plus tôt, la noblesse, les lords, mais la nouvelle classe d'entrepreneurs qui avait émergé avec l'application de la vapeur, de la machine à tisser et du charbon.

    - À la fin du 19e siècle et tout au long des deux tiers du 20e siècle, ce sont les grands industriels qui ont pris les rênes des sociétés développées en mettant en place des chaînes de production, les propriétaires de l'industrie du pétrole et des carburants et, enfin, les PDG des grandes sociétés multinationales.

    - Les progrès de la micro-informatique ont permis de gérer plus efficacement les entreprises et celles qui se sont adaptées au commerce mondial ont commencé à dominer aux côtés des multinationales. Mais les années 1970 ont vu la naissance d'une toute nouvelle classe de jeunes fous, tous immatures sur le plan émotionnel, qui ont construit les deux premières références technologiques, Microsoft et Apple. Ils n'ont pas dicté les règles de l'époque, mais au tournant du millénaire, leurs actionnaires et les propriétaires de ces marques figuraient déjà sur les listes Forbes des millionnaires.

35562304-32137930.png

- Avec la généralisation des nouvelles technologies de communication, avec la diffusion de la fibre optique et de la 4G, d'autres entreprises technologiques sont apparues (Facebook, Google, Amazon) qui ont réussi à aller encore plus loin. Ils ont investi une partie de leurs bénéfices dans des crypto-monnaies et dans la recherche d'une "science de pointe". C'est là qu'ils ont rencontré les "anciens" et c'est là que l'alliance actuelle est née. Mais la vérité est que ce seront les propriétaires des brevets d'IA, des nouvelles technologies de l'information et du commerce, des "entreprises perturbatrices" et des entreprises liées au génie génétique, qui décideront de ce que sera l'avenir. Les Schwab, comme les dynasties de "vieil argent", sont une chose d'un passé qui refuse de passer.

"OLD MONEY" ET "NEW MONEY", DES CONTRADICTIONS

L'"alliance" entre "old money" et "new money" passe par des investissements communs dans certains domaines. Les premiers optent encore pour des investissements dans des domaines conventionnels, ouverts aux nouvelles technologies, la plupart de leurs volumes d'affaires tournent encore autour d'affaires spéculatives liées à la finance, au prêt à intérêt, à la commercialisation de biens par des canaux classiques. Ils ont une "expérience historique" et savent que, si l'on comprime trop la société, si l'on cherche à faire des profits au-delà du raisonnable, il peut y avoir des régressions, des explosions sociales, l'émergence de mouvements de protestation incontrôlables et, enfin, le risque de perdre les positions conquises.

Ceux qui représentent le "new money" ont renoncé à tout type d'investissement dans les entreprises conventionnelles: ils ne s'intéressent qu'au domaine des nouvelles technologies. C'est parfaitement compréhensible. Ces chiffres montrent l'inquiétude du "vieil argent" et les efforts déployés par le Forum économique mondial pour s'acclimater à la nouvelle situation :

    - En 1990, les trois plus grandes entreprises de Détroit, avaient une capitalisation boursière combinée de 36 milliards de dollars et des revenus de 250 milliards de dollars, avec 1.200.000 employés.

    - En 2014, les trois plus grandes entreprises de la Silicon Valley avaient une capitalisation boursière de 1,09 trillion de dollars et généraient les mêmes revenus, mais avec seulement 137.000 employés. Et les chiffres d'aujourd'hui sont encore meilleurs.

f4aef04_743165530-000-8wa6va.jpg

Elon Musk, par exemple, a non seulement des projets ambitieux dans le secteur automobile (après la voiture électrique abordable, la voiture autonome sans conducteur arrivera dans un an et demi ou deux ans au plus tard), mais il envahit d'autres domaines: SpaceX est l'une des 10 nouvelles entreprises aérospatiales qui prennent le relais des agences d'État dédiées à la recherche spatiale; Neurolink est une entreprise avec laquelle il espère connecter le cerveau et l'ordinateur avant la fin de la décennie; le programme CRISPR, qui permet de "couper" les gènes cassés dans les brins d'ADN et de les remplacer par d'autres - provenant de personnes ou d'animaux - est également lié à Musk. Même dans le domaine des "médicaments à la demande", les grandes entreprises et les laboratoires universitaires qui travaillent dans ces domaines sont largement financés par le capital excédentaire généré par l'activité de la Silicon Valley.

Le "new money" sait, en outre, que le "old money" a plus d'expérience dans la gestion et, surtout, dans les relations avec le pouvoir politique. Elle a beaucoup à apprendre, mais il ne fait aucun doute que dans vingt ans, ce sont les propriétaires de brevets technologiques et les grandes entreprises qui dicteront les règles. En fait, l'"arrangement transitoire" entre les deux branches de l'"argent" profite aux deux: le "vieil argent" parce qu'il réoriente ses investissements et s'adapte aux signes du temps; le "nouvel argent" parce que toutes ces nouvelles technologies en sont encore à leurs balbutiements et que, dans certains cas, il faudra 5 ou 10 ans au maximum avant qu'elles ne fassent brutalement irruption dans la société et n'aient un impact sur elle: 5 dans le cas de la robotique et de la "réalité étendue", 10 dans le cas des médicaments à la demande, une période intermédiaire pour imposer l'impression 3D d'organes humains à partir de cellules souches, 10 de plus jusqu'à ce que les nouvelles "technologies haptiques" de reconnaissance sensorielle soient disponibles, etc.

haptique_6226436.jpg

PLEURER POUR NOS "SOURCES DOCTRINALES"

Je suis désolé, mais je ne peux m'empêcher de sourire avec une certaine tristesse, tant sur mon passé intellectuel, que sur les dernières dérivations de la pensée de l'environnement politique dont je suis un enfant.

Certains n'ont pas encore compris que la géopolitique sert tout au plus à anticiper certains conflits localisés, mais qu'elle est depuis longtemps secondaire par rapport à la "géoéconomie" et que, de même qu'aux 19ème et 20ème siècles, il s'agissait de savoir qui contrôlait le charbon et le fer, ou les gisements de pétrole, aujourd'hui, l'essentiel est d'assurer le contrôle des "terres rares" et que les obstacles "géopolitiques" peuvent être surmontés par des drones, des fusées récupérables, des avions VTOL, etc. Une frontière n'est pas plus sûre si elle est marquée par une rivière... que si elle est surveillée depuis les airs par des satellites espions et des satellites "tueurs". Les côtes ne garantissent pas plus les "empires commerciaux" que les "États terrestres" ne garantissent des systèmes de gouvernement forts. Presque rien de ce qu'Amazon déplace aujourd'hui ne se fait par voie maritime et dans cinq ans, les "propriétaires" des nouvelles technologies ne s'intéresseront qu'à l'origine de l'approvisionnement en "terres rares" et autres éléments nécessaires pour garantir leur prépondérance sociale. La géopolitique restera pertinente dans les conflits localisés et pour les "plans d'urgence" des militaires, mais, contrairement à la géoéconomie, elle aura de moins en moins d'impact. Penser, par exemple, que l'"Eurasie", avec ses trois extensions, l'Europe, l'Iran et la Chine, peut former un ensemble homogène est une discussion de stratèges de casino: car, en fin de compte, le grand problème de notre époque est de savoir comment la technologie affectera toutes les activités humaines, toutes les formes de gouvernement, tous les concepts et valeurs sur lesquels la vie s'est fondée depuis l'ère néolithique.

Ce n'est pas sans une certaine douleur que je regrette également que certaines des plumes qui ont nourri ma génération et les précédentes aient laissé un champ intact, ni proche ni lointain : celui du rôle de la technologie dans la construction de la post-modernité et de son rôle au XXIe siècle. Lorsque j'ai lu les premiers numéros de Nouvelle Ecole à la fin des années 1960 et au début des années 1970, j'ai pensé que le groupe qui en était à l'origine aspirait à faire une critique du marxisme à travers les sciences objectives, en particulier la génétique. Mais tout cela a été éclipsé par un flot d'idées "originales" sur le "gramscisme de droite", brillantes, honnêtes, mais peu opérationnelles... Nous devions nous préparer à la "bataille culturelle", mais le coach - de Benoist, surtout - nous incitait à nous préparer à un match qui ne semblait jamais venir. Puis, il s'est avéré qu'en France, la réponse populiste, quand elle est venue, n'avait rien à voir avec la "nouvelle droite", mais était plutôt une recomposition populiste de nombreux courants politiques de la "vieille droite" comprise, liée à la lassitude et au simple sentiment que le système dérive vers sa désintégration fatale.

51IsPLVfvjL._SX326_BO1,204,203,200_.jpgSeul Jünger l'a abordé il y a exactement cent ans, et seul Guillaume Faye y a apporté une contribution dans L'archéofuturisme, mon livre de chevet à la fin du millénaire ; à part cela, rien ou presque n'a été dit par la "nouvelle droite" sur le sujet. En Italie, en 1980, paraissait le livre L'Età dell'intelligenza, de Maurizio Gasparri et Adolfo Urso, du Fronte della Gioventu, militants du MSI, qui auraient plus tard des responsabilités ministérielles dans les gouvernements Berlusconi et sous-titraient leur livre "Le droit et le changement dans la révolution informatique", une véritable prédication dans le désert, qui avait peu de lecteurs même dans leur propre vivier politique. Aujourd'hui, ce travail, très brillant à l'époque, n'anticipe même pas de loin les nouvelles technologies du 21e siècle. Evola, à son tour, a également écrit quelques mots lucides sur la technologie dans Chevaucher le Tigre. Mais il serait vain de s'appuyer sur tout ce matériel : il est - et je suis désolé de le dire - OBSOLETE.

La technologie que Jünger connaissait et qui l'impressionnait dans les tranchées n'était en rien comparable à celle qui nous guette: la technologie pouvait détruire l'être humain et "l'ouvrier" était obligé de la maîtriser. Aujourd'hui, cependant, la technologie prend une direction différente que Jünger n'aurait pas pu prévoir à l'âge de 100 ans. Aujourd'hui, nous sommes confrontés à une technologie qui ne cherche pas à "détruire" l'être humain, mais "seulement" à estomper la ligne de démarcation entre l'humain et le mécanique. À l'époque de Jünger, la technologie était quelque chose d'extérieur à l'être humain, aujourd'hui elle tend à être incorporée à l'humain : la phrase même "Je n'ai pas pu communiquer parce que ma batterie était à plat" montre que quelque chose d'aussi banal qu'un téléphone portable commence à être considéré comme quelque chose qui est déjà incorporé à l'humain. Les biohackers implantent des puces CFR pour effectuer certaines tâches. La mise en œuvre de l'"internet des objets" nous amènera à porter des "vêtements intelligents" dotés de puces pour nous alerter sur notre état de santé. Nous "améliorerons" nos capacités grâce à des prothèses implantées, des connexions cerveau-ordinateur, une partie de nos gènes peut provenir de n'importe quelle espèce animale ; tous les membres ou organes que nous voulons améliorer ou remplacer seront remplacés par des prothèses mécaniques. Robocop arrive à grands pas et certains pensent qu'il s'agit d'un film plus ou moins intéressant. Chaque année, la Silicon Valley investit des dizaines de milliards dans des études et des recherches sur des sujets qui, jusqu'à récemment, ne relevaient que de la science-fiction. Ces sujets vont changer, SONT en train de changer, notre monde et la façon dont nous nous rapportons au monde.

4c78b8f5e61cf85b59491976564bfed7.jpg

La technique qu'Evola connaissait n'est plus cette machine de la deuxième révolution industrielle : le métier à navette ou la presse à quatre unités qu'il voyait fonctionner dans les journaux pour lesquels il travaillait. C'est une technique dont le principal risque est de savoir comment elle parviendra à coexister avec l'humain. Le principal problème ontologique dans quelques années sera de savoir où commence l'humain et où finit le mécanique. L'intelligence artificielle n'a plus - ici et maintenant - besoin des humains : elle s'améliore elle-même, utilise les big-data, effectue des calculs statistiques et apprend par elle-même. Il n'est pas rare que les grandes entreprises du moment (de Facebook à Netflix) soient des prédateurs systématiques de données.

LA TECHNOLOGIE QUI SE DIRIGE VERS LA DESTRUCTION DE L'ÊTRE HUMAIN

Si la définition de la personne humaine commence à devenir conflictuelle (pour couronner le tout, les connards progressistes définissent déjà les animaux comme des "êtres sensibles"), l'IA nous connaît mieux que nous ne nous connaissons nous-mêmes : elle est capable de rationaliser nos habitudes de consommation, de déduire si nous sommes joyeux ou déprimés, d'anticiper nos réactions et de savoir comment nous pensons. C'est à cela que servent les big data. La vie privée est devenue un luxe. Nous sommes simplement des "actifs numériques" de grands consortiums spécialisés dans les nouvelles technologies. Il y a vingt ans, on disait à juste titre que si de nombreux services proposés sur Internet étaient gratuits, c'est parce que le "produit" est l'utilisateur. Un robot de nettoyage rotatif a un prix de marché similaire à son coût, les entreprises ont-elles renoncé à leurs bénéfices ? Pas du tout : le robot, dès qu'il est activé, commence à envoyer des données sur les dimensions de la maison, le quartier, les membres de la famille, le pouvoir d'achat, il vérifie ce qui est ou n'est pas dans la maison et, en peu de temps, sur la base de ces données, il est possible d'envoyer de la publicité à ce ménage pour tel ou tel produit qui correspond le mieux à son profil. Il en va de même pour les téléphones portables. Tous les terminaux informatiques connectés au système numérique sont devenus les informateurs de notre vie privée.

Proscenic-aspirateur-robot-790T-sans-fil-3-en-1-robot-connect-par-Wifi-qui-enl-ve.jpg

De nombreuses personnes diront : "Eh bien, je n'ai rien à cacher. Je me moque qu'ils sachent tout de moi, même mes perversions les plus intimes, alors...". Faux. Lorsque quelqu'un vous connaît complètement, même mieux que vous ne vous connaissez vous-même, il est toujours facile, très facile, pour lui de vous manipuler.

Les États ont renoncé à légiférer sur la protection de la vie privée car ils savent pertinemment que cela signifierait un affrontement avec les propriétaires des nouvelles technologies.

Ainsi, le débat du moment ne peut plus être géopolitique (cette science auxiliaire de la politique que certains ont tendance à confondre avec la politique elle-même afin d'ancrer leur nationalisme dans des concepts "objectifs"), ni économique ou social, car, aujourd'hui déjà, les dérives dans ces deux domaines ne dépendent pas uniquement de l'économie elle-même, isolée des autres branches, et les répercussions de l'économie sur la société ne découlent pas directement de cette dernière. Critiquer le néolibéralisme aujourd'hui revient à "jeter un cheval mort". Schwab lui-même et le Forum économique mondial sont conscients de la non-viabilité de la mondialisation et des concepts néo-libéraux et ont été contraints de modifier leur récit: il parle même de "l'économie des parties prenantes" qui viendrait après l'économie des sociétés par actions tendant au profit maximum et l'économie socialiste tendant à la planification étatique; les "parties prenantes", entreprises et consommateurs, devraient "coopérer pour le bien commun des deux"... Est-il utile de critiquer ces concepts qui ne sont que des appels de détresse d'un système qui se meurt d'opulence et qui veut éviter une explosion sociale mettant en danger, non seulement ses actifs, mais ses têtes ? Est-il utile de critiquer le néo-libéralisme ou la mondialisation à ce stade, alors que leur sort dépend uniquement du processus de renouvellement technologique et que les risques réels ne sont plus seulement économico-sociaux mais touchent à l'intégrité même, au concept et à la dimension de l'Humain ?

C'est pourquoi je pense qu'à ce stade, l'environnement culturel dans lequel certains d'entre nous ont été formés a échoué : il n'a pas été capable d'intégrer, jour après jour, de nouvelles analyses et de nouveaux concepts, il n'a pas suffisamment relié les causes aux effets, et il continue à revenir sur des questions qui ont déjà très peu de contact avec la réalité de notre époque. Nous sommes restés à la traîne dans le débat d'idées, dans le wagon de queue, absents des grandes questions auxquelles nous sommes toujours arrivés avec des années de retard (ou tout simplement pas du tout).

L'HOMME DÉCONSTRUIT, LE DERNIER HOMME, EST ICI

La technologie est désormais utilisée pour "déconstruire" l'être humain. Nous sommes sur le point d'entrer dans une période qui marque la limite de ce processus ; l'époque du "dernier homme", cet homme déconstruit qui ignore qui il est et comment il est arrivé là où il est. Cette phase a été précédée d'une longue trajectoire de destruction des structures traditionnelles de la société, par l'anéantissement des différents systèmes identitaires dans lesquels nous pouvions nous reconnaître et nous ancrer, mais aussi nous servir de tremplin pour l'avenir, nous avons maintenant atteint la dernière phase de ce processus : l'abolition de la ligne qui sépare l'humain de l'artificiel. Dans "l'âge des masses" défini par Ortega y Gasset, l'homme de masse est celui qui n'a rien, qui ne possède qu'un reflet de lui-même dépendant des coutumes et des modes de son époque; il est dépourvu de personnalité, il est un "individu", un simple grain de sable sur une plage, indépendant mais rigoureusement semblable à d'autres identiques à lui. Il n'est pas rare qu'il essaie de se démarquer pour le peu qu'il peut revendiquer en sa faveur.

En effet, à une époque où les masses sont indifférentes à l'endroit où elles sont nées, à leur héritage culturel, à leurs racines, à leurs traditions, a succédé une époque où même les identités sexuelles ont été abolies, où les enfants ont été remplacés par des animaux domestiques, où la musique digne de ce nom a été remplacée par des sons stridents, hypnotiques et répétitifs, la musique de pacotille ; les relations personnelles et directes ont été remplacées par des relations à distance par le biais d'interfaces électroniques ; le processus de remplacement de la personnalité par le "look", le reflet subjectif de la personnalité projeté sur les masses par le biais des réseaux sociaux et à la recherche de likes ; on finit par diluer sa propre personnalité dans un monde virtuel où chacun cherche l'acceptation et l'originalité comme seul objectif et, pour l'accompagner, par des allusions à "sauver la planète", à "la paix dans le monde" (qui ne sont plus seulement répétées par les aspirantes à un quelconque concours de "Miss Monde", mais aussi par celles qui mendient un "like" sur leur réseau social) et à la "fierté" (comme si cela valait la peine d'être fier de la personne avec qui je me couche ou avec qui je me réveille).

L'étape suivante de ce système de déconstruction des identités est l'attaque frontale de la nature humaine. L'objectif des transhumanistes (atteindre une "conscience universelle", une fusion de toutes les consciences "téléchargées dans le nuage", qui inaugurera le "stade post-biologique"), l'objectif de Klaus Schwab lorsqu'il fait allusion aux "technologies convergentes" (nanotechnologies, l'intelligence artificielle et l'ingénierie générique qui, selon Schwab, "nous feront repenser ce qu'est l'être humain et ses limites", dit-il avec une clarté cristalline), un objectif vers lequel tendent presque nécessairement les modèles de nouvelles technologies avec la création d'univers virtuels et de métaverse.

https___bucketeer-e05bbc84-baa3-437e-9518-adb32be77984.s3.amazonaws.com_public_images_59c9d53b-b7d3-4c8c-8840-c2d54a62749d_2130x1373.png

Le temps est venu où nous devrons choisir entre la "pilule rouge" et la "pilule bleue", entre une vérité inconfortable et une ignorance satisfaite. Soit dans le Metaverse, soit de ce côté de la réalité. Soit nous sommes un avatar artificiel et lui confions tout notre être, soit nous construisons notre personnalité et reconstruisons notre système identitaire. Soit nous laissons les nouvelles technologies nous submerger complètement, soit nous soumettons la technologie à une analyse critique et discriminons la "science sans conscience" de celle qui peut contribuer à vivre et à comprendre la réalité de manière objective, pleine et entière. Ce choix n'est pas un thème gratuit et original des sœurs Wachowski et de leur Matrix, mais un choix qui se présentera à nous tous dans les cinq prochaines années.

Alors ne me dites pas qu'il existe un autre débat plus important que celui que nous aurions dû entamer il y a des années sur la technologie.

18:51 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, technologie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire