Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 06 juillet 2022

Le théâtre de guerre de Brzezinski - L'Occident "civilisé" et l'Eurasie "barbare"

z21871833IBG,Prezydencki-doradca-ds--bezpieczenstwa-prof--Zbign.jpg

Le théâtre de guerre de Brzezinski - L'Occident "civilisé" et l'Eurasie "barbare"

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/07/05/brzezinskin-sotateatteri-sivistynyt-lansi-ja-barbaarien-euraasia/

Dès 1997, feu le stratège politique et initié mondialiste occidental Zbigniew Brzezinski a soutenu que la seule façon de maintenir l'hégémonie occidentale et de contenir la montée des pays asiatiques - en particulier la Chine - était de contrôler les ressources énergétiques mondiales.

Le psychodrame du 11 septembre 2001, la série d'attaques terroristes contre les tours jumelles du World Trade Center à New York et contre le Pentagone, a fourni un "événement catastrophique et catalytique - comme un nouveau Pearl Harbor" pour lancer une intervention militaire.

Comme l'a dit le général américain Wesley Clark, "en plus de l'Afghanistan, nous allons détruire sept pays en cinq ans : l'Irak, la Syrie, le Liban, la Libye, la Somalie, le Soudan et l'Iran".

Les réserves énergétiques de ces pays - en plus de celles déjà détenues par l'élite dirigeante de l'Occident - feraient que l'Occident contrôlerait 60 % des réserves mondiales de gaz et 70 % des réserves mondiales de pétrole.

Deux décennies après que Brzezinski a présenté sa stratégie, l'Occident s'est plongé dans ses efforts militaires pour contrôler les ressources énergétiques mondiales. En 2018, il était clair que les plans initiaux avaient échoué.

L'impossibilité de maintenir l'hégémonie mondiale occidentale est devenue évidente avec l'érosion continue de l'influence occidentale, qui a coïncidé avec une augmentation de l'influence des concurrents occidentaux.

Cette situation a nécessité une action corrective, un "soi-disant plan B", comme l'écrit le Dr Fadi Lama, conseiller et consultant auprès de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD).

L'Occident tente de ressusciter un monde bipolaire dans lequel il dirigerait encore au moins une partie du monde dans le cadre de ses "valeurs" et de ses propres "règles" truquées. L'autre région resterait, du moins pour le moment, sous l'influence des puissances eurasiennes "barbares".

La géostratégie actuelle de l'Occident vise à ériger un nouveau rideau de fer entre la Russie et l'euro-cavalerie américaine. Avec le conflit en Ukraine, cet objectif a déjà été partiellement atteint. L'Union européenne, elle aussi, est devenue sous Biden une zone encore plus subordonnée aux intérêts américains.

L'explication généralement admise est que l'Occident a imposé des sanctions sévères au Kremlin dans l'espoir que cela provoquerait l'effondrement de l'économie russe, affaiblirait le pouvoir du président Poutine et rendrait le climat politique intérieur propice à une tentative de coup d'État menée par l'Occident.

ukraine-crisis-russia-rouble.JPG

Aucune de ces attentes ne s'est encore concrétisée. Au contraire, le rouble s'est renforcé par rapport au dollar et à l'euro et l'économie russe se porte mieux que la plupart des économies occidentales, où l'inflation atteint des sommets. Au moins, les médias font passer la hausse des prix pour la "faute de Poutine".

Cependant, l'impact dévastateur de ces sanctions sur le sud du monde a souvent été négligé. Les crises alimentaire, énergétique et économique sont exacerbées par le fait que la Réserve fédérale américaine a augmenté les taux d'intérêt.

Cela affecte la capacité de service de la dette des pays du Sud et les place au bord de la faillite et à la merci de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international dominés par l'Occident. Le Sri Lanka est un exemple édifiant de cette tendance.

Bien que les sanctions aient un impact économique très négatif sur les pays occidentaux eux-mêmes, elles s'inscrivent parfaitement dans l'objectif stratégique qui consiste à utiliser les crises actuelles pour tenter d'amener le plus grand nombre possible de pays de l'hémisphère sud sous l'influence occidentale.

La stratégie occidentale a également cherché à creuser un fossé entre les grandes puissances eurasiennes. La stratégie chinoise de l'ère Nixon ne fonctionne peut-être pas aujourd'hui, mais le conflit en Ukraine et la politique de sanctions ont tenté de faire de la Russie un État paria.

Ainsi, dans la nouvelle guerre froide, avec la chute du rideau de fer, le monde est à nouveau divisé en deux : un bloc occidental dirigé par les États-Unis et une "Barbarie" - en d'autres termes, l'Eurasie - désignée comme telle par Brzezinski, avec les "RIC", la Russie, l'Iran et la Chine, en son centre.

"L'Occident poursuit toujours la voie du néolibéralisme", doit-on conclure. Avec la diminution de sa population et de ses ressources sous son contrôle, il deviendra nettement plus pauvre qu'aujourd'hui, ce qui nécessitera la création d'États policiers pour garder les citoyens mécontents sous contrôle. Le gel des activités dû aux confinements et les autres mesures coercitives prises ces dernières années offrent un aperçu de l'avenir des "démocraties".

Les pays du Sud, subordonnés à l'Occident, continueront à s'appauvrir, ce qui nécessitera l'instauration de régimes dictatoriaux fidèles à l'Occident. Au fur et à mesure que les conditions socio-économiques se détériorent, on peut s'attendre à davantage d'instabilité et de troubles politiques.

Dans une tempête parfaite de crises alimentaires, énergétiques, d'inflation et de gestion de la dette, de nombreux pays du Sud seront vulnérables et pourraient être contraints de rejoindre le monde occidental. Cela est facilité par le fait que leurs élites économiques et politiques sont déjà mariées au système financier occidental.

Screen Shot 2020-07-31 at 18.01.03.png

GL-ac-map-chinas-expanding-reach-1.jpg

RIC+Map.jpeg

Toutefois, si l'Occident est incapable d'apporter des solutions efficaces aux crises qu'il a créées, cet échec, combiné à un passé colonial, rendra l'intégration eurasienne encore plus attrayante pour d'autres pays. La question de savoir si la Russie et la Chine sont en mesure d'apporter un soutien suffisant aux pays du Sud en cette période de turbulences jouera également un rôle.

Lama souligne que la Russie a déjà proposé d'aider l'Afghanistan et les pays africains en leur fournissant de la nourriture et que l'Iran a fourni de l'essence au Venezuela pendant sa crise du carburant. La Chine, pour sa part, a développé des infrastructures dans le Sud global grâce à son projet "Belt and Road".

Comme l'a déjà laissé entendre l'économiste russe et ministre de l'intégration de l'Union économique eurasienne Sergei Glazyev en décrivant le réseau financier mondial alternatif émergent : "Les pays du Sud peuvent être des participants à part entière du nouveau système, indépendamment de leurs dettes en dollars, euros, livres et yens. Même s'ils ne respectent pas leurs obligations dans ces monnaies, cela n'aurait aucun impact sur leur cote de crédit dans le nouveau système financier."

La question que pose la récession est donc la suivante : combien de pays du Sud peuvent-ils raisonnablement s'attendre à ce que l'Occident s'accroche si l'alliance eurasienne offre un nouveau départ avec une ardoise propre et sans dette, plutôt que les politiques d'exploitation de l'Occident ?

Ce sera également une période politiquement turbulente en Irak et au Liban. Étant donné que l'Occident est incapable de proposer des solutions durables et que les partis de résistance locaux ont de l'influence dans ces pays, l'Irak et le Liban pourraient finalement rejoindre l'Eurasie "barbare", tout comme le gouvernement rebelle du Yémen.

Les communautés des sables bitumineux du Golfe sont des créations occidentales et appartiennent donc à l'Occident par défaut. Les événements des deux dernières décennies peuvent encore changer cet état d'esprit. Les échecs occidentaux en Afghanistan, en Irak, en Syrie et au Yémen ont convaincu les communautés arabes que l'Occident a perdu son avantage militaire et ne peut plus offrir de protection à long terme.

En outre, contrairement à l'Occident, la Russie et la Chine ne se sont pas directement immiscées dans les affaires intérieures des pays, ce qui est un facteur important pour les communautés de cheikhs. Les récentes tensions diplomatiques avec l'Occident sont illustrées par le rejet sans précédent par les dirigeants saoudiens et émiratis des exigences de l'administration américaine en matière de production pétrolière.

L'ère dirigée par l'Occident touche à sa fin, bien que les médias grand public, ici et dans d'autres pays de la zone euro, tentent toujours de brosser un tableau différent. Bien sûr, la fin d'une telle ère ne sera pas pacifique ; les guerres des trois dernières décennies en sont la preuve. Les turbulences ne feront donc qu'augmenter.

Écrire un commentaire