Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 19 juillet 2022

L'Ukraine entre racines russes et influences polono-occidentales

30543e79f8738e4c89b77f27569a84b6.jpg

L'Ukraine entre racines russes et influences polono-occidentales

Luca Siniscalco

Source: http://www.4pt.su/it/content/lucraina-tra-radici-russe-e-influssi-polacco-occidentali

Les Russes d'origine, ceux de la Rus' de Kiev, ont rapidement été soumis aux influences occidentales, notamment polonaises : d'où la genèse de la distinction entre Slaves orientaux. La force motrice de l'Empire russe serait le groupe ethnique des Russes orientaux, doté d'une noblesse, d'une armée et de structures étatiques. Les futurs Ukrainiens et Biélorusses, quant à eux, seraient pour la plupart devenus des serfs de la noblesse polonaise. Ces peuples paysans n'ont pas développé une culture écrite de haut niveau avant le 19e siècle.

Le sort de l'Ukraine, auquel la presse italienne a accordé tant d'espace ces derniers mois, est de moins en moins au centre des préoccupations des médias grand public. Peut-être - pardonnez ma franchise - n'est-ce qu'une bonne chose, étant donné la désinformation partiale et unilatérale proposée par les principaux organes de presse. La pensée unique - une représentation linguistique et communicative précise d'un modèle géopolitique à prétention unipolaire - a réussi à affirmer un canon exclusif d'interprétation d'une question qui est au contraire incroyablement complexe. Au-delà des suppositions respectives et des affiliations symboliques légitimes, il convient de réfléchir lucidement aux origines et aux conséquences historiques, géopolitiques et économiques d'une crise - celle de l'Ukraine - qui n'est qu'une pièce d'un jeu beaucoup plus vaste. Une mise au point est nécessaire. Afin de mettre en évidence certains des liens centraux de ce numéro, nous vous proposons quelques points saillants de deux conférences intéressantes qui se sont tenues à Milan cette semaine : la première, The Eagle and the Bear - Towards a New 'Cold War' ? (20 avril, Université de Milan) mettait en vedette Aldo Ferrari, membre de l'ISPI et professeur à l'Université Ca' Foscari de Venise, en tant qu'expert de l'histoire et de la culture de la Russie et du Caucase ; la seconde (22 avril, Libreria Popolare in Via Tadino) proposait une présentation de l'essai The Russian-Ukrainian conflict. Geopolitics of the New World Dis(order), un volume aigu de l'historien hétérodoxe Eugenio Di Rienzo, publié par Rubbettino.

Quels sont les termes de base pour aborder la question sans être aveuglé par le sentimentalisme, le manichéisme politiquement correct et la superficialité analytique ?

Principalities_of_Kievan_Rus'_(1054-1132).jpg

Tout d'abord, il faut noter que le clivage au sein de l'Ukraine n'est pas un coup de tonnerre, mais une condition structurelle, génétique même, de la structure étatique du pays. La région de Kiev est la zone d'origine du premier État russe, la Kievan Rus'. C'est de ce noyau médiéval, né au 9e siècle de notre ère et qui a duré jusqu'en 1240, avec l'invasion mongole, qu'est née l'identité russe, qui est donc intrinsèquement européenne. Ces racines se sont ensuite étendues vers l'est, reprenant l'héritage mongol et fondant la conscience multiethnique, multireligieuse et multinationale qui a caractérisé d'abord l'Empire russe, puis l'URSS. C'est avec l'établissement de cette identité eurasienne que se sont formées les trois branches des Slaves orientaux : russe, ukrainienne et biélorusse.

Les Russes d'origine, ceux de la Rus' de Kiev, ont rapidement été soumis aux influences occidentales, notamment polonaises : d'où la genèse de la distinction que l'on opère généralement en étudiant les Slaves de l'Est.

La force motrice de l'Empire russe serait le groupe ethnique des Russes orientaux, doté d'une noblesse, d'une armée et de structures étatiques.

 Les futurs Ukrainiens et Biélorusses, quant à eux, seraient pour la plupart devenus des serfs de la noblesse polonaise. Ces peuples paysans n'ont pas développé une culture écrite de haut niveau avant le 19e siècle. Une fois que les territoires ukrainiens ont été réintégrés dans la structure de l'État russe, l'identité originale a été restaurée. C'est du moins le point de vue russe, parfois en désaccord avec une perception nationaliste ukrainienne. Cette dernière identité est cependant très récente - elle s'est développée au cours du XIXe siècle - et répond à des revendications de décentralisation et de pluralisme local qui, après une répression sans doute sévère, ont été reconnues par l'URSS, au nom d'une idéologie fédéraliste. La structure étatique de l'Ukraine n'a donc émergé qu'en 1922 en tant que république socialiste. Elle n'incluait pas la Crimée, qui est restée partie intégrante de la Russie jusqu'en 1954, avec le don symbolique de Chruščëv.

i__id7412_mw300_mh500__1x.jpgL'Ukraine avait aussi paradoxalement une majorité linguistique russe. La question ethnique est également complexe. Aldo Ferarri a fait remarquer qu'il n'est pas facile de faire des distinctions au sein des trois groupes qui composent les Slaves orientaux, qui sont si semblables d'un point de vue génétique, linguistique - l'ukrainien et le russe se ressemblent, beaucoup d'Ukrainiens parlent même mieux le russe et un dialecte est même apparu qui mélange les deux langues - et religieux - Ukrainiens et Russes sont tous deux orthodoxes (même si dans l'ouest de l'Ukraine il y a l'Église uniate, c'est-à-dire une Église d'Europe de l'Est qui est revenue à la communion avec le Saint-Siège). Il existe également de nombreux mariages mixtes, qui font que la distinction entre Russes et Ukrainiens n'est pas plus facile que celle entre Emiliens et Romagnols - selon une comparaison effectuée par Ferrari lui-même.

Une approche généologique du problème - selon la meilleure leçon nietzschéenne - ne peut que mettre en évidence le lien historique et culturel séculaire - de Kultur, en somme - existant entre l'Ukraine et la Russie. L'Ukraine est certes un territoire liminaire, tourné vers l'Europe, mais elle ne peut y être indifféremment intégrée sans déraciner violemment le lien traditionnel avec Moscou.

Cette conscience historique doit également porter sur les événements les plus récents. Ils révèlent une division radicale de l'Ukraine en ses composantes occidentale et orientale. Si dans l'ensemble du pays la matrice russe est indélébile, la perception de soi des communautés ukrainiennes est indubitablement hétérogène.

Source initiale: http://news.russia.it/l-ucraina-tra-radici-russe-e-influssi-polacco-occi...

Commentaires

Je propose, pour approfondir cette question, la lecture de Michel Kazanski avec son célèbre ouvrage sur l'origine des Slaves ; où il est même interloquant de découvrir que les Finnois, composante majeure après les Slaves dans la création de la Russie en formation durant les VIIIème et IXème siècles suite à leur rencontre au lac Ladoga - suivie en 1147 de la fondation de Moscou par le prince Youri Dolgorouki - pour une raison idéologique accepte servilement d'éteindre le souvenir historique et ethnique afin de se dresser contre leurs propres frères et ancêtres russes ; cela vaut également pour les Suédois. Comment peut-on préférer une idéologie mortifère au sang et à l'ADN des ancêtres reléguant la mémoire au puits-de-basse-fosse ?

Écrit par : MBM | mercredi, 20 juillet 2022

Écrire un commentaire