Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 26 juillet 2022

La politique des grandes puissances et la quatrième révolution industrielle

747f8805681e5bad6708abe7d59ea228-1280x640.jpg

La politique des grandes puissances et la quatrième révolution industrielle

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/07/15/suurvaltapolitiikka-ja-neljas-teollinen-vallankumous/

La "révolution industrielle" est le nom donné à un changement social, économique et technologique majeur. Dans l'histoire économique, la révolution industrielle a signifié une révolution majeure, avant tout dans les méthodes de production industrielle.

Ces dernières années, les gens ont commencé à parler d'une "quatrième révolution industrielle" dans le prolongement des changements industriels antérieurs. Ce terme est utilisé pour décrire les développements technologiques qui rapprochent de plus en plus les mondes physique et numérique. La quatrième révolution industrielle implique l'essor simultané de nombreuses technologies avancées.

Industrie-1.0-1024x512.png

3831884.jpg

71SMvBLlOiL.jpg

Dans son livre Great Power Politics in the Fourth Industrial Revolution : The Geoeconomics of Technological Sovereignty (Bloomsbury, 2021), Glenn Diesen évalue dans quelle mesure "les développements de l'intelligence artificielle, des écosystèmes technologiques nationaux et locaux et de la cyberguerre" influenceront la politique des grandes puissances au cours du prochain siècle.

Diesen affirme que la dépendance des économies modernes vis-à-vis des développements technologiques obligera les États à intervenir radicalement dans l'économie et dans la vie de leurs citoyens. L'automatisation, la robotique et la numérisation dans son ensemble sont des éléments fondamentaux pour l'avenir de l'Europe.

Diesen ne glorifie pas le futur comme une utopie technocratique où tout est meilleur, mais il ne conclut pas non plus par une dystopie sysimussienne. Il affirme plus objectivement que nous nous trouvons à nouveau à un "carrefour de civilisation", tout comme nous l'avons été lors des précédentes révolutions industrielles et des guerres mondiales et bouleversements qui ont suivi.

Au cours des dernières décennies, le développement technologique a été en grande partie le fait des sociétés de la Silicon Valley. N'est-il pas grand temps d'enrayer la distorsion et de démanteler le monopole des sociétés géantes actuelles, qui influencent même les politiques nationales?

En effet, Diesen soutient que les régions du monde devraient atteindre la souveraineté technologique - l'autodétermination, où elles produisent leurs propres plateformes numériques, plutôt que de dépendre uniquement des plateformes étrangères et des règles qu'elles imposent.

2-Figure1-1.png

La quatrième révolution industrielle ne fait que commencer, mais déjà les anciens piliers de l'ordre mondial sont ébranlés. Les évolutions technologiques et les chocs géo-économiques de ces dernières années ont déstabilisé le monde et rendu l'avenir moins prévisible.

Diesen se fait l'écho d'analyses familières sur la manière dont l'essor de la Chine façonnera la politique des grandes puissances dans les années à venir, alors que Pékin défie le leadership technologique des États-Unis et cinq siècles de domination occidentale.

La Russie cherche également à rompre sa dépendance technologique vis-à-vis de l'Occident. L'alternative est devenue une coopération géo-économique plus large avec la Chine et d'autres puissances. L'ère occidentale de trois siècles, au cours de laquelle la Russie s'est comparée et identifiée à l'Occident, touche à sa fin.

Cependant, la mondialisation ne prend pas fin, mais devient plutôt une arène de coopération et de concurrence entre les régions. Les États évoluent vers le stade des régions géo-économiques, en équilibrant la nécessité de dépasser les frontières nationales et de rivaliser avec d'autres puissances.

Le régionalisme politique, tant chez les alliés que chez les adversaires, mine l'hégémonie américaine. Pour maintenir leur domination mondiale, les États-Unis se sont appuyés sur la stratégie Brzezinski, par laquelle Washington a cherché à empêcher toute coopération contre ses propres intérêts et à maintenir la dépendance sécuritaire de ses vassaux.

Le chercheur norvégien met en évidence la "destruction créatrice" provoquée par la révolution technologique, la nécessité d'un changement radical de la vie professionnelle par une automatisation accrue, le revenu de base universel, la nanotechnologie et le génie génétique, la guerre avec les drones et les robots tueurs, et la course à l'espace.

1000w_q95-e1618279853258.jpg

Diesen prédit que la quatrième révolution industrielle va accroître les conflits militaires, entraînant un retour aux affrontements entre les grandes puissances. La troisième révolution industrielle a apporté l'énergie nucléaire, la technologie numérique et l'exploration spatiale. Si ces avancées technologiques ont donné au monde le réseau d'information, elles ont également apporté les armes nucléaires.

L'espace devient une zone de plus en plus militarisée et les cyber-attaques sont de plus en plus dévastatrices à mesure que le numérique fusionne avec le monde physique. À l'heure où l'équilibre multipolaire des pouvoirs réapparaît, M. Diesen estime que le monde a grand besoin d'un contrôle des armements pour gérer les armes des nouvelles technologies.

À l'avenir, les dirigeants politiques devront naviguer entre des illusions utopiques peu enclines au risque et un état d'esprit dystopique qui ignore le potentiel de la haute technologie.

Comme toujours dans une nouvelle situation, il y a encore beaucoup de questions sans réponse. Comment concilier la technologie, les ambitions transnationales et les identités collectives et caractéristiques tribales inhérentes à la nature humaine ? Comment résoudre les conflits entre les libertés individuelles et un contrôle social toujours plus important ?

Les technologies pourraient être développées de manière responsable, mais ceux qui sont moins éthiques pourraient alors obtenir un avantage concurrentiel. Les États qui ne parviennent pas à maximiser les avantages des technologies de l'IA, ou qui y résistent même par crainte d'éventuelles perturbations socio-économiques, politiques ou militaires, peuvent à leur tour être laissés pour compte et devenir des "colonies" d'autres puissances, limitées par la technologie.

Diesen souligne que les relations internationales doivent être fondées sur un "équilibre entre l'avantage stratégique et la stabilité stratégique". Les gouvernements doivent éviter les gains à la Pyrrhus, car un avantage stratégique excessif peut entraîner des réactions négatives de la part des concurrents qui nuisent à la stabilité globale.

Diesen cite également Klaus Schwab du Forum économique mondial, qui estime que "le coronavirus est un catalyseur pour une quatrième révolution industrielle". La pandémie a accéléré la nécessité d'introduire de nouvelles technologies pour réorganiser la société, tant au niveau du travail que des loisirs.

4th-Industrial-Revolution-Issues-Source-World-Economic-Forum-2021.png

Malgré les tensions biopolitiques et socio-économiques de l'ère pandémique, la quatrième révolution industrielle va changer la nature de la concurrence géo-économique. Le rôle accru de la technologie signifie que la position des différents États dépendra largement de la réalisation de la souveraineté technologique.

Les conséquences de la quatrième révolution industrielle marqueront le début d'une nouvelle société industrielle. Cela aura des implications pour l'ancien système économique capitaliste, pour les systèmes de valeurs, les idéologies et les structures sociales actuels - et finalement pour le rôle de l'État.

Le livre de Diesen est un bon aperçu de la concurrence entre les grandes puissances et de la façon dont la technologie et la "quatrième révolution industrielle" vont changer la vie sur terre. Il est compréhensible que l'avenir numérique ne plaise pas à tout le monde (y compris à moi), mais il vaut mieux être informé qu'ignorant de ce qui se prépare.

Écrire un commentaire