Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 03 août 2022

Tambours de guerre en Extrême-Orient: l'Ukraine sera-t-elle bientôt une question secondaire ?

13_rapp-hooper.jpg

Tambours de guerre en Extrême-Orient: l'Ukraine sera-t-elle bientôt une question secondaire?

Par Théo-Paul Löwengrub

Source : https://ansage.org/kriegstrommeln-in-fernost-wird-die-ukraine-bald-zur-nebensache/

Ce que l'on craignait depuis longtemps semble désormais se préciser : favorisé par la focalisation maniaque de l'Occident sur la guerre en Ukraine et ses conséquences globales, le prochain scénario catastrophe possible se prépare également en Asie - avec des conséquences bien plus graves pour la politique mondiale. Toute la région en crise autour de la péninsule coréenne et de Taïwan risque de se retrouver au centre d'un échange de coups entre deux puissances mondiales, face auxquelles la "guerre par procuration" dans le Donbass, déjà opaque, ressemblera à une escarmouche. Les développements actuels donnent raison aux observateurs qui avaient rapidement mis en garde contre un rapprochement entre la Russie et la Chine et qui craignaient que l'escalade dans le nouveau conflit Est-Ouest ne soit un scénario bienvenu pour Pékin afin d'obtenir enfin le "règlement" de la question de Taïwan, non résolue pour la Chine depuis 70 ans.

Le président du groupe parlementaire FDP, le Comte Alexander Lambsdorff, met lui aussi en garde contre une attaque de la Chine contre l'île et fait remarquer que, dans ce cas, les Etats-Unis devraient décider à court terme s'ils interviennent ou non. Roderich Kiesewetter, membre de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) en charge des affaires étrangères, a également exprimé sa crainte qu'une attaque chinoise contre Taïwan soit plus précoce que prévue. Et la Chine surveille de très près la manière dont l'Occident traite la Russie. "Les dirigeants chinois pourraient voir un avantage stratégique dans une attaque à plus brève échéance, car l'Occident mobilise actuellement de nombreuses capacités dans le conflit russe", a déclaré M. Kiesewetter - qui a toutefois, jusqu'à présent, soutenu sans critique la politique ukrainienne de l'Allemagne, débordante de mégalomanie morale, avec ses conséquences sur l'approvisionnement énergétique, principalement allemand, et qui, la semaine dernière encore, a préparé les Allemands à "deux ou trois hivers difficiles".

ap3ebt68_nancy-pelosi_625x300_02_August_22.jpg

Pelosi joue avec le feu

En Chine, on ne croit manifestement pas qu'un président américain complètement déconnecté et prédicateur puisse encore évaluer correctement la situation. Entre-temps, des politiciens américains subalternes, comme la vieille présidente démocrate de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi, sont perçus comme les véritables acteurs. Le géant rouge, qui considère Taïwan comme une province sécessionniste, a organisé samedi des manœuvres militaires à tirs réels près de Taïwan, comme s'il voulait lancer un avertissement à Mme Pelosi pour qu'elle renonce d'urgence à sa visite dans le pays. Le président chinois Xi Jinping est également conscient du fait que les sanctions suicidaires de l'Occident ne représentent aucun danger pour la Russie et que ses livraisons d'armes prolongeront la guerre sans en modifier l'issue, tout comme la certitude que la dissuasion nucléaire continue de très bien fonctionner. Il pourrait donc se servir de l'Ukraine comme d'un modèle pour "faire table rase", même à sa propre porte.

En cas d'attaque, les conséquences seraient catastrophiques pour notre économie - bien plus que dans le cas de la Russie si l'Occident devait faire preuve de la même intransigeance morale et sanctionner les importations chinoises. Ce serait fatal - car non seulement les États-Unis, mais aussi l'Allemagne et l'UE dépendent autant de la Chine que de Taïwan. Lambsdorff fait remarquer qu'un tiers de la production mondiale de semi-conducteurs provient de Taïwan - précisément dans la partie des chaînes d'approvisionnement qui est jusqu'à présent la moins touchée par les perturbations actuelles des voies commerciales. "Chez nous, presque toutes les chaînes d'approvisionnement dans l'industrie seraient touchées, de nombreux produits techniques ne pourraient plus être fabriqués. De la machine à laver à l'avion", explique M. Lambsdorff.

Des risques économiques incomparablement plus importants

Les États-Unis ont déjà intensifié leurs efforts pour devenir moins dépendants de la production de puces en Asie en faisant adopter par le Congrès un projet de loi visant à promouvoir la fabrication nationale de semi-conducteurs. L'Allemagne n'est pas en mesure de faire de même. Il est donc "dans notre propre intérêt d'éviter un conflit parallèle entre la Russie et l'Ukraine et entre la Chine et Taïwan". L'homme du FDP devrait se pencher sur ses propres errements passés - et vérifier si la politique étrangère et de sécurité de l'UE, qualifiable de kamikaze, et aussi celle de la coalition tricolore au pouvoir en Allemagne, n'a pas précisément accéléré ce phénomène - en isolant complètement la Chine de l'Occident et en encourageant de nouvelles alliances impitoyables entre des blocs de pouvoir non démocratiques.

La situation favorable de la politique étrangère et l'absence de réaction de l'Occident ne sont pas les seuls facteurs qui rendent probable une intervention militaire prochaine ; le régime du PC chinois est également sous pression sur le plan intérieur et pourrait tenter d'éviter les frustrations et les troubles imminents en jouant la carte ultranationaliste de Taïwan. En effet, le président chinois Xi Jinping a causé d'énormes dommages économiques à son pays par sa politique impitoyable de confinement, de "Corona Lockdown". Malgré le règne totalitaire du PC, les critiques internes à son encontre se sont récemment faites de plus en plus virulentes.

29478535-joe-biden-nancy-pelosi-xi-jinping-2ACQCCAvqsfe.jpg

Une nouvelle guerre de Corée est-elle imminente ?

La crise taïwanaise n'est pas le seul scénario de conflit qui se dessine concrètement en Extrême-Orient : Xi cherche également à resserrer significativement les liens avec la Corée du Nord, avec le dictateur nord-coréen Kim Jong Un. Ce dernier a récemment menacé une nouvelle fois la Corée du Sud d'"anéantissement" et annoncé une nouvelle grande guerre contre le sud du pays, divisé depuis la fin de la guerre de Corée en 1953. "Notre armée est prête à répondre à n'importe quel défi. Nous sommes en mesure d'utiliser notre dissuasion nucléaire de manière ciblée et efficace", a déclaré Kim. Les menaces sont loin d'être aussi vides qu'il y a quelques années, lors de la démocratie présidentielle décalée d'opérette entre Kim et Donald Trump. Pyongyang dispose désormais de missiles hypersoniques qui lui permettraient d'atteindre n'importe quelle cible aux États-Unis.

De son côté, la Corée du Sud est en train de mettre en place un bouclier antimissile contre les attaques du Nord, ce qui permettrait également une riposte immédiate. Le fait que la Chine, ancienne puissance protectrice de la Corée du Nord, se rapproche activement de la dictature stalinienne de sa propre initiative, soulignant ainsi une nouvelle position de front contre les États-Unis, n'est pas de bon augure. Washington est donc confronté, en plus du conflit avec la Russie, à une nouvelle escalade dans le conflit déjà tendu à l'extrême avec la Chine, qui pourrait chercher des avantages de politique intérieure dans une attaque contre Taïwan - et devrait en même temps user des forces, par rapport auxquelles le Vietnam et l'Irak auraient été des promenades de santé, dans une éventuelle guerre contre la Corée du Nord aux côtés du Sud, et où la Chine pourrait officiellement se tenir à l'écart. De tels scénarios d'horreur et leurs conséquences économiques et politiques catastrophiques conduiraient sans doute définitivement la "politique de sécurité" allemande au nirvana. Et c'en serait fini de la "politique étrangère féministe" à la Baerbock.

Écrire un commentaire