Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 09 août 2022

Les souvenirs d’un « Fils du Soleil »

f2480a565751e01c19231c18af7278ab.jpg

Les souvenirs d’un « Fils du Soleil »

par GEORGES FELTIN-TRACOL

À 90 ans, Sergio Pessot reste une personne alerte. Auteur de plusieurs ouvrages dont Odessa (NovAntico, 2012), Fascismi del mondo (Solfanelli, 2017) ou La destra e la strategia della tensione (Solfanelli, 2019), il a publié en octobre 2021 Figlio del Sole, son autobiographie dans un ouvrage comportant une dizaine de photographies. Ce livre a d’ailleurs fait l’objet d’une belle recension de Christian Bouchet dans l’excellent magazine de désintoxication idéologique Réfléchir & Agir (1).

Sergio-Pessot.jpg

thpessotumbnail.jpg

Ramassés en une vingtaine de courts chapitres, les mémoires de Sergio Pessot relatent une vie haletante entre l’Amérique ibérique, l’Europe et l’Afrique. L’auteur, encore adolescent, s’engage dans le fascisme révolutionnaire. Or, ce jeune combattant de la République sociale italienne, né selon l’état civil à Gênes en 1931, a grandi en… Argentine ! Installée depuis plusieurs décennies chez les gauchos, sa famille tient néanmoins à maintenir des attaches avec l’Italie. Son père demande au capitaine d’un navire italien immatriculé à Gênes de permettre un accouchement à bord afin de l’inscrire ensuite sur son registre la naissance de l’enfant. Ainsi naît-il dans la capitale ligure…

« Flamme blanche » qui participe aux ultimes combats contre les partisans communistes, puis dans les rangs des Faisceaux d’action révolutionnaire (FAR) clandestins et hors-la-loi, Sergio Pessot retourne en Argentine où il s’approche de différents périodiques péronistes, dont Junta Social d’Evita Peron (photo) en 1947. La Junta invite les justicialistes à soutenir Victor Paz Estenssoro (photo) à La Paz, en Bolivie, qui se présente à la présidence avec la proposition de nationaliser les mines métallifères détenues par des intérêts étatsuniens (2) ».

imaevpges0.persgroep.jpg

45_-_Víctor_Paz_Estenssoro.jpg

Combattre pour les peuples et leurs nations

En 1952, la Bolivie réalise sa « révolution nationale » contre la ploutocratie compradore pro-yankee. Ce bouleversement politique et sociale considérable revient au Mouvement nationaliste-révolutionnaire (MNR) de Victor Paz Estenssoro (1907 – 2001). Le coup d’État nationaliste-révolutionnaire bénéficie du soutien des syndicats, des Indiens et des militants communistes et libéraux. Estenssoro préside le pays de 1952 à 1956. Il occupera par la suite la magistrature suprême à deux autres reprises de 1960 à 1964 et de 1985 à 1989. Au cours de ce dernier mandat présidentiel, il trahira son idéal initial et pratiquera une politique d’austérité ultra-libérale.

En 1952, chargé de la propagande du candidat du MNR, Sergio Pessot aperçoit « dans la pièce voisine, un Argentin devenu mon ami et compagnon de sorties en soirée qui avait rompu avec les péronistes, car il jugeait leur action trop lente. Un soir, je l’ai vu lire une brochure, je suis monté et j’ai réalisé que c’était un extrait en espagnol du Manifeste de Vérone et de la Charte du travail, je lui ai demandé s’il savait de quoi il s’agissait et il m’a répondu qu’il connaissait l’origine fasciste de ces textes, mais m’affirmait aussi que selon lui ces thèses dépassaient le communisme et représentaient la greffe pour la réalisation de ses aspirations et de sa raison de lutter. Cet Argentin était Ernesto Guevara, le futur Che. À cette époque, il n’était pas encore celui que nous connaissons tous, c’était un étudiant en médecine qui cherchait sa voie dans la vie. Lui aussi a été marqué par le populisme jésuite, peut-être avait-il fréquenté cette école tenue par l’Ordre. » L’auteur poursuit plus loin que « notre relation a duré plusieurs années par l'intermédiaire d'un tiers ».

001_jonge_che.jpg

Che Guevara jeune.

Sergio Pessot risque d’indigner les derniers guévaristes qui peuvent l’accuser de « récupérations idéologiques honteuses et inacceptables ». Ce qui est bien sûr faux. On sait maintenant qu’à Cuba, le Che n’appréciait guère les adeptes de l’uranisme et les expédiait volontiers dans des camps de travail. Par ailleurs, dans Qu’est-ce que le fascisme ? (1962), Maurice Bardèche qui s’affiche dès la première page de cet essai politiquement incorrect comme un « écrivain fasciste (3) » s’interroge: « Fidel Castro est-il fasciste ? (4) » Sa réponse argumentée se veut critique. « Ce n’est donc ni Fidel Castro lui-même ni la révolution castriste qui inspirent les réserves et la méfiance des fascistes, c’est l’esprit de sa politique et de ses méthodes de gouvernement (5) ». On peut appliquer les mêmes réserves à la révolution bolivarienne d’Hugo Chavez au Venezuela. Maurice Bardèche estime que « ce n’est pas seulement le style de Fidel Castro qui nous inquiète, et par quoi nous le sentons différents de nous. Mais à mesure que le castrisme s’affirme, tout ce qu’il tolère, tout ce qu’il préfère, nous éloigne. Il y a dans le castrisme quelque chose de malsain qui est le contraire même de ce vent salubre qui devrait suivre les batailles gagnées (6) ».

4917_1.jpg

Un gauchisme de droite ?

Rappelons qu’en 1979, déjà compagnon de route de la « Nouvelle Droite » de longue date, Jean Cau rédige Une passion pour Che Guevara (7). Théoricien du foquisme (8) et parti appliquer la théorie sur le terrain aux côtés du Che, Régis Debray est fait prisonnier par l’armée bolivienne en 1967. Il passe presque quatre années en prison avant sa libération en 1970. Conseiller du président socialiste François Mitterrand, le philosophe tiendra bientôt des positions nationales-communistes, redécouvrira la figure polémogène de Charles De Gaulle, développera un « souverainisme national-républicain » et approuvera tour à tour les candidatures présidentielles de Jean-Pierre Chevènement en 2002 et de Jean-Luc Mélenchon en 2012, 2017 et 2022.

Le-siecle-vert-entre-dans-la-maison.jpg

Une trajectoire semblable concerne l’Allemand Günter Maschke (1943 – 2022). Actif étudiant d’extrême gauche tant en Allemagne de l’Ouest qu’en Autriche, Maschke se réfugie à Cuba à la fin de la décennie 1960. Mais, deux ans plus tard, La Havane l’expulse, car il a découvert pendant ce temps trois penseurs guère « progressistes » : Joseph de Maistre, Donoso Cortès et Carl Schmitt dont il deviendra l’un des plus grands spécialistes. N’oublions pas non plus que dans les années 1960, Carl Schmitt se montre sensible au maoïsme chinois. Il existe bien alors un réel « gauchisme de droite », soit un dépassement momentané du clivage droite – gauche dans un sens étatique national-populaire avéré.

9bda2fa0-e350-45c0-b86c-e4f742987146_w1200_r1_fpx38_fpy35.jpg

Günter Maschke à son retour de Cuba.

Perplexe sur le castrisme, Sergio Pessot se rend à La Havane où il rencontre les frères Fidel et Raoul Castro. « La question qui se pose est de savoir ce qui lie la vie des fascistes radicaux à deux révolutionnaires comme Fidel Castro et Ernesto Che Guevara ? […] J'ai été frappé d'avoir rencontré un fasciste ouvert à tous les problèmes sociaux que représente l'exploitation des pays sous-développés et en particulier de l'Amérique du Sud par le capitalisme néo-calviniste (p. 93). »

CABO_Dardo-foto-2.jpg

En Argentine, Sergio Pessot peut tranquillement discuter avec le national-communiste Carlos Zulueta, compagnon chilien de sa mère, et le péroniste Dardo Manuel Cabo (1941 - 1977) (photo). Ce dernier milite d’abord au mouvement nationaliste Tacuara qu’il quitte ensuite avant de lancer le Mouvement Nouvelle Argentine. Il organise et conduit l’« opération Condor » du 28 septembre 1966. À la tête d’un commando de dix-huit personnes dont une femme, il détourne un avion des lignes intérieures argentines et le force à atterrir à Port-Stanley, chef-lieu des îles Malouines occupées sous le nom de Falkland par les Britanniques. Le groupe parvient à hisser plusieurs drapeaux argentines sur ce territoire volé par Londres. Cette action redynamise les revendications légitimes de l’Argentine sur l’archipel de l’Atlantique Sud (9). Dans les années 1970, Cabo fonde et dirige la revue El Descamisado, proche des Montoneros (la branche armée clandestine des péronistes d’extrême gauche).

icondorndex.jpg

operativo-condor-20210927-1236252.jpg

Préparer la révolution spirituelle des faisceaux

Quand Sergio Pessot séjourne en Italie, il milite au MSI (Mouvement social italien). En 1951, il rejoint un courant interne du mouvement néo-fasciste, «Pour une droite extrême», de Vincenzo « Enzo » Erra (1926 – 2011) (photo, ci-dessous).

erra.jpg

Responsable d’Imperium, une éphémère publication avec seulement quatre numéros parus entre le printemps et l’automne 1950, cette revue accueille trois articles de Julius Evola (« Le sens de l’Imperium », « Empire et civilisation » et « Deux intransigeances ») et publie en brochure son texte fondamental d’après-guerre, Orientations. Outre l’auteur de ce texte fondamental, Enzo Erra attire auprès de lui Fabio de Felice, Cesare Pozzo, Pino Rauti, Nino Capotondi, Paolo Andriani, Lello Graziani et Fausto Gianfranceschi. Tous refusent la dérive droitière et matérialiste du MSI. «C'était un groupe idéologiquement important qui s'occupait de la formation culturelle destinée à préparer la conquête du pouvoir dont nous étions convaincus qu'elle arriverait bientôt. De ce groupe est né le courant d'extrême droite, plus tard appelé ironiquement par les opposants " Fils du Soleil ", déformant les concepts évoliens “ tellurique “, “ sélénité “ et “ solaire “. Ce nom nous poursuit et des années plus tard il nous honore  aujourd'hui. »

lossy-page1-1200px-Plínio_Salgado,_1959.tif.jpg

Hors d’Italie et d’Argentine, Sergio Pessot passe quelque temps au Brésil où il tente d’y « apporter le fascisme ». Il contacte assez vite les intégralistes brésiliens dont le chef et fondateur, Plínio Salgado (photo, ci-dessus) «croyait que l'humanité avait traversé trois grandes phases culturelles et que la Brasilidade, procédant en parallèle avec les mouvements fascistes européens, développerait la créativité de la nation et créerait un nouvel empire, ne serait-ce que spirituel et doctrinal, dès que les principes de " la quatrième humanité “ se serait propagée dans l'hémisphère occidental (10)».

À la fin des années 1980, Sergio Pessot reprend l’activité journalistique et se fait essayiste. Il se félicite de l’apparition de CasaPound qui prépare un « fascisme du IIIe millénaire » dans une perspective solaire, européenne et nationaliste-révolutionnaire. La boucle est dès lors bouclée !

Le rédacteur du présent article a eu la joie et l’honneur de rencontrer Sergio Pessot cet été 2022 dans le Sud de la France. L’auteur de Figlio del Sole a gardé intacts son élan juvénile, sa fougue, ses convictions et son enthousiasme. Son volontarisme est un bel exemple pour les nouvelles générations en manque de repère militant. En dépit de la barrière de la langue (et en attendant une hypothétique traduction française), lire ces souvenirs est plus que revigorant. Il ne peut qu’enflammer les âmes les plus élevées de notre grande patrie européenne. 

Notes:

1 : Christian Bouchet, « Fils du Soleil », dans Réfléchir & Agir, n° 73, printemps 2022.

2 : Traduction et adaption de notre part avec l’aide d’un bon dictionnaire français – italien.

3 : Maurice Bardèche, Qu’est-ce que le fascisme ?, Pythéas, 1995, p. 9.

4 : Idem, p. 131.

5 : Id., p. 134, souligné par l’auteur.

6 : Id., p. 146, souligné par l’auteur.

7 : Jean Cau, Une passion pour Che Guevara, Julliard, 1979.

8 : Sur Régis Debray, théoricien de la révolution latino-américaine, voir Georges Feltin-Tracol, « De la guerre révolutionnaire en Amérique latine » mis en ligne sur Euro-Synergies, le 27 janvier 2021.

9 : Du 2 avril au 14 juin 1982, l’armée argentine s’installe aux Malouines et dans leurs dépendances insulaires (Géorgie du Sud et îles Sandwich du Sud), ce qui provoque la « guerre des Malouines » et la vive réaction militaire néo-coloniale de la Grande-Bretagne de l’ineffable Margaret Thatcher. La supériorité technique britannique et l’aide très visible des États-Unis de Ronald Reagan permettent de vaincre le corps expéditionnaire argentin. Par ailleurs, Buenos Aires subit des sanctions économiques de la part de la Communauté économique européenne. En revanche, le Pérou, la Libye et même Israël dirigé par I’anglophobe Menahem Begin aident plus ou moins discrètement l’Argentine. L’intervention militaire britannique provoque le renversement de la junte militaire argentine au pouvoir depuis 1976 et le retour d’une démocratie occidentalisée bientôt soumise aux ordres du FMI et sa doxa ultra-libérale pour le plus grand malheur du peuple argentin. L’armement fourni par la France avant le conflit aux forces armées argentines cause de lourds dégâts matériels et humains aux troupes britanniques.

10 : Sur l’histoire de l’intégralisme brésilien, on consultera en français Hélgio Trindade, La tentation fasciste au Brésil dans les années trente, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Brasilia », 1988.

Georges Feltin-Tracol

  • Sergio Passot, Figlio del Sole. Une vita rivoluzionaria de Che Guevara a CasaPound, préface d’Alberto Palladino, postface de Pietro Falagiani, Altaforte Edizioni (Via Diomede Pantaleoni, 33, I - 00 166 Rome, Italie), 2021, 119 p., 16 €.

Écrire un commentaire