Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 23 mai 2024

Un showman avec une tronçonneuse: la destruction « libertaire » de l'Argentine

asas.jpg

Un showman avec une tronçonneuse: la destruction « libertaire » de l'Argentine

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/article/shoumen-s-benzopiloy-libertarianskoe-razrushenie-argentiny

Le libertaire autoproclamé Javier Milei, aujourd'hui président de l'Argentine, continue de mener le pays à l'abîme. Et ce, à un rythme effréné.

En ce qui concerne la finance internationale, il est évident que le pays est en fait complètement asservi aux institutions extérieures. En janvier 2024, le conseil d'administration du Fonds monétaire international a approuvé l'octroi de 4,7 milliards de dollars à l'Argentine. Cette somme n'est qu'une partie d'un programme de refinancement de 44 milliards de dollars.

Le FMI souhaite que l'Argentine augmente ses réserves de change nettes à 10 milliards de dollars d'ici la fin de l'année. La manière d'y parvenir n'est pas claire, étant donné que l'inflation avoisine désormais les 300%. Fait révélateur, en près de cinq mois de présidence, M. Miléi n'a pu faire passer aucun de ses projets de loi, ce qui soulève des questions quant à sa capacité à mettre en œuvre la révolution de l'économie de marché qu'il a promise pour sauver l'Argentine de la pire crise économique qu'elle ait connue depuis vingt ans.

Miléi s'est d'abord heurté à la résistance du Congrès argentin, qu'il qualifie de « nid à rats ». Ses propositions ont été rejetées par ses rivaux politiques, qu'il qualifie de parasites. Il a également du mal à se faire aimer des gouverneurs mécontents, qu'il aurait menacé de « pisser dessus » lors d'une réunion le mois dernier.

Parmi les mesures sévères, Milei a eu l'idée de privatiser les entreprises publiques de médias et il a commencé à serrer progressivement la vis à la presse. En février 2024, il est passé à l'action (par le biais d'une manœuvre juridique assez compliquée) en nommant des avocats chargés de superviser les médias publics, ce qui revient à lancer un audit externe approfondi. Le décret annonçant cette mesure évoquait la nécessité d'une plus grande « efficacité » dans le fonctionnement. Cependant, un syndicat de journalistes de Buenos Aires a suggéré que le décret était une tentative de contourner le Congrès, que le parti politique de Milei ne contrôle pas, et a qualifié sa mise en œuvre d'« absolument autoritaire ». Le bloc d'opposition au Sénat argentin a tenu des propos similaires.

En avril, Milei a proféré une série de menaces à l'encontre des médias locaux et des organisations de journalistes. Pendant ce temps, à l'extérieur, le gouvernement Milei diffuse des odes joyeuses disant qu'il se porte bien. Le gouvernement argentin a même signé une déclaration sur la liberté d'expression, adoptée en marge de la 31ème conférence de la Journée mondiale de la liberté de la presse organisée au Chili et convoquée par l'UNESCO.

massacre-a-la-tronconneuse-selon-javier-milei-.jpg

Cette déclaration a incité les journalistes locaux, les chercheurs, les enseignants et les professionnels de la communication à préparer un contre-papier intitulé « La liberté d'expression en Argentine : une tromperie mondiale ». Ce document affirme que « le journalisme argentin est constamment attaqué par les forces de sécurité lorsqu'il couvre des manifestations ». Et qu'aucune des « hypothèses signées par le gouvernement argentin au Chili » ne reflétait l'esprit qui guide les fonctionnaires en matière de gestion des communications et de liberté d'expression.

Dans d'autres paragraphes, il a été noté « que les universités publiques qui couvrent les médias publics » qui dépendent de ces institutions ont été privées de financement. À cet égard, il a été indiqué que « les contributions du Fonds pour la promotion des médias audiovisuels (Fomeca) ont été suspendues ».

Il a également été annoncé la suppression de la « publicité officielle fournie par l'Exécutif et la dissolution de l'Institut National de la Cinématographie (INCAA) ».

Parmi les auteurs de cette contre-initiative figurent Cynthia Ottaviano, présidente de l'Organisation ibéro-américaine des femmes juristes et défenseurs du public (OID) ; Martin Beserra, directeur du centre de recherche ICEP de l'université nationale de Quilmes ; Martin Beserra, journaliste et militant social ; Sandra Chaher, présidente de l'association civique Communication pour l'égalité ; la journaliste Sylvia Baher ; Camila Parodi, éditrice de la revue Mediamarket et coordinatrice de l'agenda socio-environnemental du Latfem ; et bien d'autres encore.

Ottaviano a notamment déclaré que l'Argentine vivait un moment sans précédent, marqué par une forte régression en très peu de temps et par une réponse insuffisante pour faire progresser les droits de l'homme et la démocratie.

La régression est évidente dans d'autres domaines également.

L'accident ferroviaire survenu à Buenos Aires le 10 mai, au cours duquel une centaine de personnes ont été blessées parce qu'un train de passagers a heurté un wagon de marchandises vide sur les voies et a déraillé, a déjà été l'occasion d'une nouvelle critique de Milei. Les dirigeants syndicaux ont immédiatement accusé le gouvernement de ne pas investir dans les infrastructures publiques.

« Cela fait dix jours que nous demandons que les câbles de signalisation volés soient réparés », a déclaré Omar Maturano, dirigeant du syndicat des cheminots, à la station de radio indépendante Radio Con Vos. "Le gouvernement a répondu que nous n'avions pas d'argent pour acheter des pièces détachées".

Meme_Sacre_a_la_tronconneuse_Milei_22-11-2023.png

Le 13 mai, les travailleurs du fabricant de pneus FATE se sont mis en grève après que la direction a annoncé le licenciement de 97 personnes. FATE fait partie d'un holding économique qui comprend également la fonderie d'aluminium d'Aluar, la centrale hydroélectrique de Futaleufu, la société de construction Infa et plusieurs autres entreprises. Des travailleurs d'autres coopératives et associations se sont joints à la grève

Il est intéressant de noter que le gouvernement a tenté d'anticiper ces actions. Aux premières heures du 13 mai, sur ordre du pouvoir judiciaire fédéral, la police a procédé à des dizaines de perquisitions dans les organisations et dans les appartements de leurs dirigeants. Les dirigeants des organisations ont dénoncé les violences policières, notant qu'ils ont enfoncé les portes de leurs maisons, les ont menottés devant leurs familles, et ont pris leurs téléphones portables et leurs ordinateurs.

« Nous condamnons l'escalade répressive des actions de Bullrich et Milei. Ils ont créé un stratagème pour faire avancer la criminalisation des organisations sociales et communautaires par le biais de fausses accusations", a déclaré la Fédération nationale des travailleurs des coopératives et de l'économie sociale dans un communiqué.

La publication Forbes décrit le phénomène du succès de Milei comme celui d'un « panéliste aléatoire de la télévision capable de déjouer deux coalitions politiques de premier plan en l'espace de deux ans, sans aucune structure de parti ». Cela a donné à Milei une sorte de visée laser qui lui permet de cibler toute personne de son choix, en la marquant comme une « caste » et en lançant sur elle des trolls numériques. En faisant équipe avec Musk, le président est revenu de Davos et s'est transformé en superstar mondiale, ce qui lui donne un capital politique supplémentaire ».

La publication ajoute toutefois que le soutien social de Milei s'étiole, ce qui signifie que la situation dans les rues pourrait devenir encore plus volatile si la situation économique reste mal en point. 

Milei compte probablement sur l'aide de Washington et n'a jamais caché sa sympathie pour les États-Unis. En février 2024, il a été annoncé que le porte-avions CVN-73 George Washington de la marine américaine ferait bientôt escale dans un port argentin. Il a également été annoncé que le sommet de la défense de l'hémisphère occidental se tiendrait à Buenos Aires en novembre 2024. Tout cela, ainsi que le refus de l'Argentine d'acheter des avions de combat JF-17 fabriqués en Chine au profit de F-16 d'occasion, indique la réorientation de l'Argentine vers les États-Unis. Les États-Unis ont besoin de Milei pour regagner de l'influence dans la région, surtout dans le contexte de la formation d'une coalition stable de pays en faveur de l'établissement rapide d'un ordre mondial multipolaire.

 

jeudi, 15 février 2024

Les trois moments du péronisme

170123-Schwartz-Trump-Peron-tease_m5dlmt.jpg

Les trois moments du péronisme

Enric Ravello Barber

Source: https://euro-sinergias.blogspot.com/2024/02/los-tres-momentos-del-peronismo.html

Nous remercions Pablo Anzaldi, docteur en sciences politiques et militant péroniste, pour sa collaboration à l'élaboration de cet article.

"Pour ce grand Argentin qui a su conquérir la grande masse du peuple en luttant contre le capital".

Marche péroniste.

La naissance d'une nation

En 1816, la province de Río de la Plata, successeur politique de la vice-royauté espagnole de La Plata, proclame son indépendance. Le nouvel État contrôlait effectivement le centre de l'Argentine, la ville de Buenos Aires, l'Uruguay, mais pas de grandes régions de l'Argentine actuelle telles que El Chaco, La Pampa et encore moins la Patagonie. Le général San Martin était le héros de l'indépendance nationale.

À cette époque, la population argentine d'origine espagnole provenait de quatre points : la ville de Mendoza (qui avait été chilienne), le Paraguay, la vice-royauté du Pérou et le noyau fondateur de la ville de Buenos Aires.

Rosas_2_retouch.jpg

En 1833, Juan Manuel de Rosas (illustration) lance la "campagne du désert", qui consiste à contrôler efficacement le centre de l'Argentine, qui comptait jusqu'alors une population indienne peu nombreuse et dispersée. Le projet politique de Rosas ne se limitait pas à l'Argentine, mais à la construction d'une grande puissance biocéanique appelée "Provinces unies du Sud", qui inclurait le sud du Brésil, le Paraguay, la Bolivie, le Chili, l'Uruguay et l'Argentine. Bien entendu, le Royaume-Uni n'a laissé aucune chance à ce projet, allant même jusqu'à manœuvrer pour arracher à l'Argentine ce qui est aujourd'hui l'Uruguay et le rendre "indépendant" en tant qu'État.

En 1862, il adopte le nom définitif de République argentine.

Dans les années 1970, le général Julio Argentino Roca (1879) a mené une seconde et définitive campagne de conquête des régions désertiques et a fait de l'Argentine un État moderne avec toutes ses caractéristiques et ses éléments.

Le fascisme argentin des années 1930 a revendiqué le projet des Provinces unies du Sud et s'est inscrit dans la ligne politique de San Martín, Rosas, dans laquelle Perón se reconnaîtra plus tard.

Italian_immigrants_buenos_aires.jpg

Immigrants_in_Argentina_(1914).PNG

Imperial_Germans_in_Argentina_(1914).png

Entre 1880 et 1892, l'Argentine a été la destination d'une énorme immigration européenne qui a changé à jamais la physionomie du pays, le même phénomène s'étant produit au Portugal et dans le sud du Brésil. Cette immigration était principalement composée d'Italiens, suivis d'Espagnols et, dans une moindre mesure, d'Allemands, d'Irlandais, d'Anglais et de Français. Il s'agissait de la deuxième vague européenne en Argentine ; il y en a eu une troisième, beaucoup plus petite, composée principalement d'Allemands, d'Italiens et de Croates exilés suite à la Seconde Guerre mondiale.

Dans ces années-là, l'Argentine était le pays le plus riche du monde. Nous avons assisté à une véritable explosion, non seulement économique, mais aussi culturelle, philosophique et artistique. Pendant quelques années, Buenos Aires est devenue la première ville de la civilisation européenne.

Cependant, un problème structurel s'est posé dès le départ. La distribution des terres agricoles, après les campagnes de conquête des régions désertiques, avait créé une classe sociale, la dénommée "oligarchie" d'origine créole-espagnole, qui se consacrait à l'exportation de produits agricoles et d'élevage à grande échelle, dans un contexte de libre-échange et avec le Royaume-Uni comme principal acheteur.

Pendant la Première Guerre mondiale, au cours de laquelle l'Argentine était neutre, les oligarchies se sont enrichies en exportant de la viande et des céréales vers les marchés européens, mais - et c'est là le défaut endémique de l'histoire économique de l'Argentine - elles n'ont fait aucun effort pour industrialiser le pays. L'excédent économique du secteur primaire n'a pas été investi - comme cela se faisait ailleurs dans le monde - dans la création d'un secteur secondaire puissant qui aurait signifié un saut qualitatif pour l'économie nationale.

647c72740befb_905_510!.png

Pour mettre fin à la décennie dite infâme, pleine de troubles et de tensions sociales, l'armée a organisé en 1943 un coup d'État militaire, coordonné par ses deux factions internes: les libéraux et les nationalistes. Le gouvernement militaire nomme l'un de ses officiers de l'aile nationaliste, le colonel Juan Domingo Perón, à la tête du ministère du travail et de la guerre, ce qui fait de lui le vice-président de facto. Perón développe une législation à fort contenu social et très favorable au travailleur argentin, ce qui lui vaut de se mettre à dos l'oligarchie en place, elle aussi traditionnellement anglophile, alors que Perón est clairement en faveur des puissances de l'Axe. Un nouveau coup d'État militaire à la fin de l'année 1945 met fin à son gouvernement et Perón est emprisonné.

Peronismoanzaldi9.jpg

Le péronisme classique 1946-1955

Le 17 octobre 1945, connu dans le calendrier péroniste sous le nom de "Jour de la loyauté", une grande manifestation de travailleurs nationalistes argentins aboutit à la libération de Perón. Après quelques mois de réflexion, Perón décide de se présenter aux élections présidentielles de 1946, son adversaire Branden étant soutenu par toutes les forces anti-péronistes du pays et, de façon claire et publique, par l'ambassade des États-Unis. Le slogan électoral choisi par Perón était clairement "Branden ou moi". Le résultat fut de 53,71 % en faveur du général Perón, inaugurant ce que l'on appelle le "péronisme classique" (1946-55). Cette même année, Perón, veuf depuis 1938, épouse une jeune et courageuse idéaliste, Eva Duarte, ancienne actrice en difficulté.

L'action politique de Perón s'articulait autour de trois points qu'il ne manquait pas de répéter comme base de sa conception politique et de son programme de gouvernement

- la souveraineté politique

- l'indépendance économique

- la justice sociale.

Eva Peron.jpg

Son épouse, Eva Duarte de Perón, se voit confier les postes de présidente du puissant syndicat national-populaire CGT, de présidente de la Fundación de Ayuda Social, organisation très importante en Argentine à l'époque, et de présidente du Parti des femmes péronistes, poste qui n'est guère plus que symbolique. Son rôle social et politique exceptionnel dans la défense des classes les plus défavorisées, "los descamisados", et sa confrontation avec l'armée, qu'elle préconisait de remplacer par une milice nationale-populaire armée, lui ont valu l'amour et le dévouement de la majorité des Argentins, qui l'appelaient affectueusement Evita, mais aussi l'inimitié de l'oligarchie réactionnaire, qui s'est déchaînée contre son mari.

L'Argentine pleure la mort d'Evita en 1952. La distance de l'Église à l'égard de Perón s'intensifie; elle ne tolère pas le "culte civique" d'Evita, qui, rappelons-le, a joué un rôle décisif dans l'approbation de la loi sur le divorce en Argentine. En 1954, des actes de violence commis par les "commandos civils" ont commencé à éclater dans toute l'Argentine et la synergie entre l'Église et les éléments réactionnaires et libéraux contre Perón s'est intensifiée. Une série de coups d'État échouent et Perón, qui bénéficie encore du soutien de la majorité, est conscient du grand risque d'une guerre civile sanglante. Pour éviter cela, Perón démissionne et part en exil; les conditions, qu'il avait posées, de respecter son héritage politique ne sont pas suivies d'effet par la nouvelle junte militaire libérale au pouvoir.

15tjp51482_orig.jpg

L'exil 1956-1973

Son exil marque le début de la deuxième phase du péronisme, qui s'étend de 1955 à son retour triomphal en 1973.

Perón s'exile d'abord au Paraguay, où il est accueilli par son ami Stroessner, mais la proximité de l'Argentine et la connaissance de tentatives d'assassinat par le nouveau gouvernement de la Casa Rosada l'obligent à choisir une autre destination: la République dominicaine. Il y rencontre Isabel, qui deviendra sa troisième épouse et la première femme présidente de la République argentine. Après un bref séjour dans le Venezuela de Marcos Pérez, il s'installe en Espagne en 1960. Franco l'autorise à vivre en Espagne, mais sans jouer aucun rôle politique, ce que Perón fait depuis sa résidence de Puerta de Hierro (Madrid).

John_fmt.jpeg

D_NQ_NP_706914-MLA25827337787_072017-O.jpg

Perón laisse le commandement de la résistance péroniste en Argentine à l'un de ses cadres les plus courageux et les mieux préparés intellectuellement, John William Cooke, un Argentin d'origine irlandaise.  Et c'est là que commence un sérieux problème. Cooke a voyagé à Cuba, a été fasciné par la révolution castriste et s'est déclaré marxiste-léniniste, affirmant que le péronisme devait se muer et réaliser la même révolution marxiste en Argentine, et est également devenu un ami personnel du philosophe français Sartre, pour lequel Perón éprouvait un profond mépris. Perón rejeta catégoriquement cette approche, démit Cooke de ses fonctions et le remplaça par le social-nationaliste Alberto Brito Lima (photo, ci-dessous).

20230415comandoorganizacionmasacreezeizacedocg-1547467.jpg

La dérive de Cooke préfigure le grand problème interne auquel Perón et le péronisme seront confrontés dans les années suivantes. La naissance du mouvement montonero. Il faut être clair et concret. Les Montoneros étaient une organisation criminelle marxiste-léniniste qui prétendait défendre un "péronisme sans Perón" qui n'était en réalité rien d'autre que la stratégie cubaine de création d'une révolution communiste en Argentine. Les Montoneros ont affronté Perón et ont été objectivement alliés aux forces antinationales et antisociales opposées au général. La tension entre Perón et ses fidèles nationaux-populaires et les Montoneros marxistes s'accroît rapidement, un fossé infranchissable les sépare. Les affrontements entre les Montoneros et les organisations nationales-péronistes: la Garde de fer, la Concentration universitaire argentine, le Commandement organisateur et les Montoneros-Lealtad (scission fidèle au général), prennent des allures de guerre civile.

Du retour triomphal au coup d'État des "gorillas" (1973-1976)

Le 20 juin 1973, Perón fait un retour triomphal à Buenos Aires. Avant de quitter Madrid pour retourner à Buenos Aires, il ordonne que l'estrade où il prononcera son premier discours sur le sol argentin soit occupée exclusivement par des partisans péronistes et il oppose son veto à la présence des Montoneros.  Le même jour, les Montoneros tentent de prendre d'assaut la scène pour manipuler la présence de Perón. D'importants affrontements armés opposent les Montoneros aux milices nationales-populaires péronistes, faisant 69 morts et 135 blessés, en grande majorité des Montoneros.

photo_2023-10-18_17-26-26.jpg

14.jpeg

Pour se venger, les Montoneros assassinent José Ignacio Rucci, le principal dirigeant du syndicat péroniste CGT et la personne en qui le général Perón avait confiance pour poursuivre son travail social et politique national avec sa troisième épouse, Isabel de Perón. Lors des élections présidentielles de 1974, Isabel Martínez de Perón (photo), soutenue par son mari, a remporté 62% des voix et est devenue la première femme présidente de l'Argentine. L'Argentine connaît alors des années difficiles et des violences éclatent. En 1974, Perón signe un document appelé Acta reservada dans lequel il ordonne de combattre les organisations marxistes par tous les moyens nécessaires, en faisant référence aux Montoneros et à l'ERP (1).

Perón meurt le 1er juillet 1974 et l'instabilité et la violence deviennent insupportables. En 1976, le secteur libéral de l'armée - les Gorillas (2) - a organisé un coup d'État et la junte militaire a été formée. La Junte des Gorillas a initié une forte répression anti-péroniste qui ne s'est achevée qu'avec la fin de la dictature en 1981.

Notes:

(1) Ejercito Revolucionario del Pueblo, une organisation terroriste trotskiste qui entretenait de bonnes relations avec les Montoneros.

(2). Gorilla : militaire anti-péroniste, libéral et atlantiste.

vendredi, 26 janvier 2024

Le péronisme selon Alexandre Douguine

7f67e8b1359b3469e620f98b8ae5fba8.jpg

Le péronisme selon Alexandre Douguine

Nicolas Mavrakis

Source: https://www.geopolitika.ru/es/article/peronismo-segun-aleksandr-dugin

"J'aime beaucoup votre pays, la culture argentine, la philosophie argentine, Carlos Astrada, la culture du gaucho, cette identité, cette identité profonde que l'on ressent en Argentine malgré la modernisation", c'est avec ces paroles que s'est présenté le Moscovite Alexandre Douguine, unique en son genre. C'était à l'École supérieure de guerre des forces armées, dans la ville de Buenos Aires, avant de prononcer une conférence sur la géopolitique. C'était en novembre 2017, mais "le penseur de la nouvelle Russie de Vladimir Poutine", comme il est connu dans les cercles intellectuels pour sa planification de la politique internationale de la Fédération de Russie, se rendait en Argentine depuis 2014. En fait, Douguine a été un visiteur régulier jusqu'en avril 2019, lorsqu'il a donné sur le sol argentin une autre série de conférences à l'occasion du 70ème anniversaire du Congrès national de philosophie de Mendoza de 1949, événement au cours duquel ont été présentés les fondements de la communauté organisée, le livre dans lequel nul autre que Juan Domingo Perón a exposé sa philosophie du gouvernement.

La célébration était opportune, car pour ce penseur russe de 62 ans, habile à exploiter l'étiquette de "philosophe le plus dangereux du monde", comme l'ont qualifié les médias européens, l'héritage péroniste a peut-être été, du moins jusqu'au début de l'invasion russe de l'Ukraine en Europe et de l'éclipse du péronisme en tant que force motrice en Argentine, l'un des éléments stratégiques insoupçonnés de l'histoire de l'Europe, l'un des alliés stratégiques insoupçonnés de la "cause russe" que Douguine lui-même a contribué à façonner en tant que conseiller du président de la Douma d'État russe entre 1998 et 2003, et en tant que directeur du département de sociologie des relations internationales à l'université d'État de Moscou entre 2009 et 2014. L'idée que ce philosophe et sociologue appelle la quatrième théorie politique est la plus proche des grandes aspirations de Vladimir Poutine à une influence mondiale : un dépassement des trois grandes théories politiques du 20ème siècle (libéralisme, communisme et nationalisme) qui, en raison de leurs interprétations erronées de l'individu, de la classe et de la nation, se sont révélées insuffisantes pour intégrer politiquement, culturellement et spirituellement une région continentale aussi vaste que l'Eurasie, zone sur laquelle la Russie cherche à construire un bloc d'opposition à la mondialisation libérale menée par les États-Unis.

À première vue, les points de contact entre le poutinisme russe et le péronisme argentin peuvent sembler inhabituels, voire farfelus. Mais c'est précisément contre cette perception que Douguine s'est efforcé d'expliquer que l'eurasisme, c'est-à-dire le modèle d'expansion continentale russe fondé sur les liens entre différentes sociétés traditionnelles basées en Europe de l'Est et en Asie mais ayant des intérêts stratégiques communs, peut dialoguer avec une alliance potentielle sur le continent latino-américain comme celle que Perón avait envisagée autrefois entre l'Argentine, le Brésil et le Chili. "C'est pourquoi je suis très heureux d'être avec l'Argentine, parce qu'en étant avec vous, je défends ma cause, la cause russe, la cause de la communauté organisée, de la justice et de l'identité", écrit Douguine dans Logos Argentino. Métaphysique de la Croix du Sud, son livre consacré à la compréhension de l'Argentine.

imagesadlarg.jpg

Le philosophe argentin Esteban Montenegro est l'un des lecteurs les plus attentifs de l'œuvre de Douguine, éditeur de ses conférences en Argentine et auteur de Pampa y Estepa. Peronismo y Cuarta Teoría Política, un livre qui oriente les idées de ce penseur russe (identifié à la steppe) vers un dialogue actif avec la philosophie argentine (identifiée à la pampa). La Quatrième théorie politique de Douguine a la vertu de ne pas donner d'indications mais plutôt d'ouvrir des questions et de nous inviter à repenser au-delà du "clivage" entre néolibéraux et progressistes, dans lequel il y a plus de continuité que de rupture", explique M. Montenegro. Ainsi, sur la base des projets de Douguine pour la Russie, il s'agit de renouveler les outils pour repenser l'Argentine. "Il faut une vision patriotique et souverainiste qui, liée au monde du travail et enracinée dans sa propre tradition, puisse défier la gauche et la droite hégémoniques", affirme M. Montenegro.

90423ki1.jpg

Dans ce scénario, l'héritage de Perón fonctionne comme une figure attrayante et unificatrice, aussi utile pour discuter de ce que les poutinistes russes considèrent comme une valeur stratégique dans la projection de leurs intérêts en Amérique latine que pour les péronistes argentins pour discuter de la reconstruction d'un péronisme moins relativiste et concessif lorsqu'il s'agit d'exercer le pouvoir. La tâche n'est pas simple et, comme le soulignent les deux parties, il faut éviter les dogmatismes de leurs passés respectifs. À tel point que, lors d'une de ses conférences à la Confédération générale du travail, Douguine a surpris ses auditeurs en déclarant que "Perón survit à sa mort parce qu'il a créé le péronisme, alors que le poutinisme n'existe pas". Ce qui existe pour le "réveil de la Russie", c'est l'eurasisme et la quatrième théorie politique, ainsi que la théorie du monde multipolaire et la géopolitique. Des concepts que, dans un esprit de provocation, ce penseur utilise pour diviser le monde en termes clairs : "Si vous êtes en faveur de l'hégémonie libérale mondiale, vous êtes l'ennemi".

Au cœur de l'expansion de la "nouvelle Russie de Poutine" se trouve l'hypothèse que la Russie est une civilisation distincte de l'Occident, une idée familière à ceux qui ont lu Limonov, ainsi que la biographie qu'Emmanuel Carrère a publiée en 2011 sur l'écrivain et homme politique russe Edouard Limonov. C'est d'ailleurs avec ce personnage exotique qu'Alexandre Douguine fonde en 1992 le Parti national bolchevique, dont la dissolution conflictuelle conduira le futur conseiller présidentiel à créer le Mouvement eurasien en 2001. Sous une forme ou une autre, le postulat de l'eurasisme est le même : s'appuyant sur les traces de l'échec de l'Union soviétique et sur les idées de philosophes tels que Martin Heidegger et Carl Schmitt, la Russie devrait aspirer à préserver, protéger et conduire, dans une perspective impériale, une identité commune parmi la diversité des pays, des ethnies, des communautés, des religions et même des Etats sous son influence en Europe de l'Est et en Asie. Dans un monde divisé en civilisations, la "civilisation terrestre eurasienne" dirigée par la Russie serait donc la meilleure option pour se défendre contre l'impérialisme de la "civilisation maritime atlantique" dirigée par les États-Unis et leurs alliés.

c2fd79ad117252a22cfde858df9db032.jpg

6315471a9f3b594638889aa488ba34a7.jpg

Le continentalisme de Juan Domingo Perón, en ce sens, doit être revendiqué comme "la voie ibéro-américaine" pour faire avancer cette civilisation de la terre, "parce que là où se trouvent les Ibères, les Portugais, les Espagnols et les Indiens qui sont entrés dans ce contexte créole, là se trouve la civilisation de la terre, de l'identité". Prêt à forger des alliances bien au-delà des frontières géographiques, Douguine affirme également que l'avenir de l'Amérique latine et de l'Argentine réside dans cette "lutte", dans ce "réveil de l'identité latino-américaine profonde", capable de réveiller les "logos ibéro-américains", comme Perón l'avait prévu en son temps. En attendant, pour comprendre comment la cause eurasienne fonctionne dans le grand chœur des conflits internationaux réels, il suffit de regarder la présence russe en Syrie, où le leadership militaire de Poutine se déploie sur les différences religieuses entre les factions belligérantes, ou la récupération désormais presque complète par les Russes des territoires en conflit militaire avec l'Ukraine et l'OTAN. Cette dernière est sans doute la bataille idéologique et géopolitique la plus importante dans la vie de Douguine, car elle lui a coûté, entre autres, la vie de sa fille, la philosophe Darya Douguina. Âgée d'à peine 29 ans, Darya Douguina a été assassinée en 2022 à l'extérieur de Moscou au moyen d'une bombe placée sous sa voiture. On ne sait toujours pas qui a fait cela, mais il s'agissait probablement d'un attentat contre Douguine lui-même, que l'on espérait assassiner dans la même voiture.

L'étape suivante après la revendication territoriale de l'eurasisme est un nouveau modèle idéologique pour organiser sa signification politique. Une fois de plus, la nouvelle Russie de Poutine et l'ancienne Argentine de Perón semblent avoir des points communs. "Le dialogue entre les deux traditions découle d'un besoin commun de trouver un modèle politique alternatif au communisme et au libéralisme", explique M. Montenegro. Dans son livre, Montenegro définit la quatrième théorie politique comme une alternative aux trois théories politiques classiques (libéralisme, communisme et nationalisme) sous un jour nouveau. Sinon, il ne reste que la soumission à la seule théorie politique triomphante : le libéralisme, qui, pour défendre l'"individu", conçoit l'être humain comme libéré de toute identité collective, "parce qu'elles sont toutes coercitives et violentes", expliquait Douguine lors d'une conférence à la Faculté des sciences sociales de l'Université de Buenos Aires en 2017. Pour le Russe, "si nous libérons le socialisme de ses traits matérialistes, athées et modernistes, et si nous rejetons les aspects racistes et xénophobes des doctrines nationalistes, nous arrivons à un nouveau type d'idéologie politique". Il s'agit bien sûr d'imaginer une nouvelle façon d'affronter le vieil ennemi triomphant.

Mais n'est-ce pas là la fameuse troisième position du péronisme qui, en pleine guerre froide, refusait d'être étiqueté capitaliste ou marxiste ? Loin de la considérer comme étrangère ou comme une simple répétition d'idées déjà connues, nous considérons qu'elle nous aide à sortir de l'oubli des choses qui restent cachées dans nos meilleures traditions", écrit Montenegro dans Pampa y Estepa. Le péronisme et la quatrième théorie politique: et s'il était possible d'actualiser la doctrine péroniste à la lumière d'une nouvelle époque ? Une quatrième théorie politique ibéro-américaine combinant les points de vue poutinistes et péronistes est-elle possible au 21ème siècle ? À ce stade, le débat péroniste semble encore obligé de résoudre diverses discussions internes concernant le vieux modèle d'"unité nationale" qui, sous prétexte de réconcilier le capital et le travail, tourne encore aujourd'hui autour de positions antagonistes telles que la "droite péroniste" et le "progressisme", avec leurs accusations croisées respectives de "fascisme" et de "communisme".

L'hypothèse de Douguine est que les pays qui ont une politique étrangère ferme sont ceux qui réaffirment le fait que leurs véritables frontières politiques, en réalité, s'étendent jusqu'à l'unité du peuple autour de leur tradition et la conscience stratégique de leurs dirigeants. C'est ce que Poutine tente de prouver en intervenant par le biais de la Syrie au Moyen-Orient et en redéfinissant les relations avec des pays comme la Turquie et l'Iran, ainsi qu'en avançant sur l'Ukraine pour sécuriser ses frontières face à l'OTAN et aux États-Unis. C'est également la base de la théorie du monde multipolaire, destinée à faire face au monde unipolaire du libéralisme dirigé par les États-Unis. Tout le travail de Douguine converge vers cet objectif, sauf que, dans le processus, il permet à différentes identités locales d'émerger avec une plus grande autonomie que l'Union soviétique ne l'a fait en son temps. Mais derrière cette discussion, il y a aussi un projet existentiel enraciné dans la manière dont chaque pays peut se comprendre lui-même et comprendre le monde dont il fait partie. Dans le cas de l'Argentine, où la plupart des textes et des manuels qui constituent la tradition géopolitique sont anglo-saxons, souligne Douguine, la possibilité de penser à une politique étrangère ferme implique d'autres défis.

Lors d'une de ses visites dans la province de Cordoue, il y a quelques années, le "conseiller de Poutine" a développé cette question: "Ceux qui se présentent comme les véritables maîtres du monde tentent d'imposer leur agenda à tous les peuples. Ils le font en réduisant leur souveraineté à zéro, par le biais de l'économie et de la technologie, et par le biais d'institutions internationales supranationales qui limitent ouvertement la marge de manœuvre des civilisations. Ainsi, de la même manière que l'Union européenne fonctionne comme une confédération dotée de ses organes directeurs et d'une vision géopolitique, "l'Union eurasienne de Poutine peut être considérée comme la réintégration de l'espace post-soviétique pour créer un autre pôle". Dans le cas de l'Argentine, cependant, le parcours de ce type d'expérience est aussi divers que chaotique : du projet d'adhésion aux BRICS (l'alliance des économies émergentes du Brésil, de la Russie, de l'Inde, de la Chine et de l'Afrique du Sud) à l'endettement record auprès du Fonds monétaire international, il est clair que la position géopolitique est loin de consolider un axe cohérent dans le temps.

jeudi, 04 janvier 2024

Argentine: l'ombre du faucon libéral Milei

JAVIER MILEI para CM.jpg

Argentine: l'ombre du faucon libéral Milei

par Carlos Peryra Mele

Source : Federico Dal Cortivo & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/argentina-l-ombra-del-falco-liberista-milei

Propos recueillis par Federico Dal Cortivo

Interview du Professeur Carlos Peryra Mele, membre du Centro de Estudios Estratégicos Suramericanos et directeur du groupe Geopolitical Dossier.

1) Professeur Peryra Mele, Javier Milei est devenu président de l'Argentine avec 55,95% des voix. Vous attendiez-vous à cette victoire au second tour ?

carlos-a.-pereyra-mele1.pngUne victoire de l'opposition était prévisible, car les raisons de la crise actuelle du système politique argentin et la fatigue de la population sont étroitement liées, par exemple, à la faible participation au moment du vote (en Argentine, le vote est obligatoire).

De plus, les pourcentages sont tout à fait relatifs, selon la manière dont on veut les considérer, bien qu'ils s'additionnent: absentéisme, bulletins blancs, bulletins observés et votes pour le candidat de l'UxP Massa, 6 Argentins sur 10 n'ont PAS voté pour Milei, il n'y a pas de chèque en blanc.

2) Selon vous, quelles sont les principales raisons qui ont conduit à la défaite du candidat péroniste modéré et à la victoire de Milei ?

La politique est l'art de diriger et s'il y a une chose que la coalition gouvernementale n'a pas su faire, c'est bien cela, et les contradictions internes et les affrontements permanents entre le président et le vice-président (qui vient de le déclarer dans une interview avec Alberto Fernandez). Ordres et contre-ordres égalent DESORDRES, et c'est là que se trouve la clé principale, à savoir la gestion des variables macroéconomiques et celles de l'économie quotidienne accumulées par la crise qui nous amène à avoir une inflation très élevée (dépassant 120% sur une base annuelle) et un frein aux importations, à laquelle il faut également ajouter le confinement pendant un an dans le cadre de la pandémie de Covid 19. A cela s'ajoute une sécheresse (la pire jamais enregistrée en Argentine) qui a affecté le secteur productif, et les effets de la guerre en Ukraine (avec les problèmes de semences et d'engrais) sont des arguments solides mais non définitifs, car le gouvernement Fernandez n'a pas respecté l'accord électoral de révision de la dette extérieure asphyxiante, la mauvaise gestion de l'administration Macri avec le FMI et de nombreuses autres défaillances de la gestion gouvernementale, et une presse d'opposition qui n'a jamais collaboré pour apporter une solution alternative, mais qui au contraire a approfondi le chaos politique. ... se termine par ce résultat électoral

3) Milei est décrit comme l'étoile montante du libéralisme de droite, quels sont les points de son programme à cet égard ?

Sur ce point, je serai clair et concret, nous avons vécu une semaine "dangereuse" depuis la victoire de Javier Milei, et aujourd'hui, alors que je réponds à votre questionnaire, la seule perception est que la lutte pour la formation du cabinet de Milei s'intensifie principalement entre les différents groupes d'intérêts économiques. Par conséquent, il n'est pas possible d'arriver à une conclusion sérieuse sur ce que sera le "véritable" programme du gouvernement, étant donné que les personnes prétendument convoquées changent et, quelques heures plus tard, n'occupent pas le poste supposé... par exemple: M. Milei a déclaré que S.S le Pape François était le représentant du malin. On sait maintenant que Milei s'est excusé auprès du pape dans l'interview qu'il a accordée plus tard dans la semaine. La liste des changements se poursuit, notamment dans le domaine très important et fondamental de la politique étrangère argentine, en particulier avec nos principaux partenaires commerciaux que sont le Brésil et la Chine... C'est pourquoi s'exprimer sur ces points de son programme politique relève plus de l'art de la divination que de la certitude.

31281307563.jpg4) Le concept de "Nuestra America", tel que défini par José Martí, avance et recule, comment Milei va-t-il se positionner par rapport aux autres Etats du continent ?

Il s'agit d'une autre alternative qu'il est presque impossible d'analyser et à laquelle il est impossible de répondre avec certitude aujourd'hui, car l'Argentine ne peut pas rester isolée ou entretenir des relations uniquement avec des pays dont les régimes ne respectent pas les droits de l'homme, comme le Pérou de Mme Boluarte, ni attaquer notre principal partenaire stratégique, le Brésil, qui est aujourd'hui dirigé par le président Lula Da Silva (ndlr : hier, la supposée ministre des affaires étrangères du gouvernement de Milei, Mme Mondino, est arrivée officieusement à Brasilia pour inviter le président Lula à l'investiture présidentielle du 10 décembre) et un autre président de notre région, Luis Lacalle Pou de l'Uruguay, revient d'un voyage réussi au cours duquel il a signé des accords économiques très importants avec la Chine populaire et est l'un des présidents les plus à droite de la région (ce qui contredit le discours de Milei selon lequel il ne faut pas négocier avec "les communistes et/ou les socialistes").

5) Quel sera, selon vous, l'impact sur la politique étrangère, à la fois par rapport aux États-Unis et à l'Occident dans son ensemble, et par rapport aux BRICS+, que l'Argentine a rejoints à partir de 2024 ?

Je pense que l'Argentine devrait faire partie des BRICS+ (ce sera une relation discrète) et je le répète jusqu'à ce que Milei prenne ses fonctions, nomme son cabinet de secrétaires et de ministres et prononce son discours inaugural devant le corps législatif le même jour. Tout ce que nous pouvons dire aujourd'hui, ce sont des conjectures et quelques pronostics, mais sans certitude, alors que le ballet des noms des postes à pourvoir dans son administration a commencé et qu'il y a peu de chances qu'ils soient occupés par les personnes proposées, tout est ouvert..... Le président élu s'est rétracté sur beaucoup de choses (ou peut-être a-t-il été contraint de se rétracter, mais cela m'échappe). Nous continuerons donc à vivre dans l'incertitude, ce qui limite chaque jour un peu plus la capacité d'action du nouveau président.

Argentine : la thérapie de choc et les obstacles qui l'entravent

beymedias.brightspotcdn.jpg

Argentine: la thérapie de choc et les obstacles qui l'entravent

Ronald Lasecki

Source: https://ronald-lasecki.blogspot.com/2023/12/argentyna-terapia-szokowa-i-przeszkody.html?fbclid=IwAR0t9JUOmVPcXGIGZuqh31jOkGWILf6-t-JQo7t2NXAipY8prVCZfRixcjY

Le nouveau président argentin Javier Milei commence à rencontrer des résistances dans la mise en œuvre de son programme de choc économique libertaire. Le 21 décembre, des manifestations "avec des casseroles" ont eu lieu dans plusieurs endroits de Buenos Aires et d'autres villes argentines. La ministre de la sécurité du gouvernement de J. Milei (et ancienne contre-candidate aux élections présidentielles), Patricia Bullrich, tente de contrer les protestations en augmentant la présence policière dans les rues et en adoptant un protocole visant à sanctionner sévèrement les barrages routiers.

Dévaluation du peso

Auparavant, dans le cadre de la politique gouvernementale, le ministre de l'économie Luis Caputo a annoncé le 12 décembre une dévaluation de 54% du peso argentin et un programme d'austérité fiscale. Ces mesures visent à freiner l'hyperinflation (143% en glissement annuel) et le déficit budgétaire (5,5% du PIB), que le ministre a identifiés dans son discours inaugural comme les principales causes des problèmes économiques de l'Argentine. M. Caputo a également souligné le manque criant de devises étrangères, répétant les mots "Il n'y a pas d'argent" qui reviennent souvent dans le discours de la nouvelle administration.

impacto.jpg

La décision du ministre de l'économie a été saluée par le Fonds monétaire international (FMI), à qui l'Argentine doit 44 milliards d'euros et par la Banque interaméricaine de développement (BID), dont le président Ilan Goldfajn a exprimé son soutien. Le ministre L. Caputo a déclaré à leur satisfaction que l'Argentine devait traiter non pas les "symptômes" (le déficit budgétaire), mais les "causes" ("l'addiction de l'Argentine au déficit").

Le nouveau chef du ministère de l'économie entend réduire le volume des dépenses publiques à l'équivalent de 2,9% du PIB en réduisant les subventions aux transports et à l'énergie, en minimisant les transferts fédéraux aux provinces, en réduisant les prestations sociales et les pensions, en réduisant le nombre de ministères de 18 à 9 et celui des départements ministériels de 106 à 54, en supprimant les appels d'offres pour les travaux publics, que L. Caputo a identifiés comme l'un des principaux centres de corruption.

Selon le nouvel occupant du Palacio de Hacienda, la dévaluation du peso devrait accroître la rentabilité des exportations (et donc de la production) et la quantité de dollars américains dans l'économie. L'Argentine va également augmenter temporairement les taxes à l'importation et maintenir le taux d'imposition actuel sur les exportations non agricoles, ce qui devrait permettre d'égaliser la charge fiscale pour tous les secteurs de l'économie et de mettre fin à la discrimination à l'encontre du secteur agricole.

Les licences d'importation du gouvernement seront réexaminées et les taxes à l'exportation, qui, selon L. Caputo, nuisent à l'agriculture argentine, seront finalement supprimées. Pour minimiser les coûts sociaux immédiats de la thérapie de choc, la valeur des cartes d'alimentation du gouvernement (Tarjeta Alimentar) sera augmentée de 50% et les allocations familiales (Asignación Universal por Hijo) seront doublées, ce qui profitera aux 40% de la population argentine qui vivent dans la pauvreté.

Mercredi 13 décembre, Santiago Bausili, président du Banco Central de República Argentina (BCRA) nommé par L. Caputo, a annoncé des mesures de politique monétaire, des taux d'intérêt et de la dette. Le président J. Milei avait auparavant indiqué que la liquidation de Leliq, l'instrument de dette à court terme de la BCRA libellé en peso, était une priorité (1).

le-slogan-presidentiel-de-javier-milei-vive-la-liberte-bordel-photo-sipa-natacha-pisarenko-1700502768.jpg

Décret d'urgence

Le mercredi 20 décembre, le président J. Milei a signé le Decreto de necesidad y urgencia (DNU) qui introduit une vaste déréglementation de l'économie argentine en 366 réformes détaillées. Le président a annoncé la signature du décret dans une allocution télévisée, entouré des membres de son cabinet. Il a souligné que ses prédécesseurs lui avaient laissé un État hypertrophié et inflationniste. Le décret vise à réduire les facteurs inflationnistes en limitant le rôle de l'État argentin dans l'économie.

Les entreprises publiques doivent être privatisées, les secteurs économiques déréglementés et le contrôle des prix aboli. Il s'agit d'un plan de stabilisation comprenant l'adaptation fiscale, l'alignement des politiques de change sur les taux de change réels et une politique monétaire pour guérir la banque centrale. M. Milei est ainsi revenu sur les annonces de sa campagne électorale concernant l'abolition de la BCRA.

Les mesures préliminaires comprennent la préparation des entreprises publiques à la privatisation, la déréglementation des secteurs du tourisme et de l'accès à l'internet par satellite, l'abrogation des lois réglementant les locations immobilières, le secteur minier, les prix des matières premières, le commerce foncier, ainsi que la réforme du code des douanes pour intensifier le commerce extérieur, les réformes de la santé, le code civil et le code du commerce.

La DNU mentionne la compagnie aérienne publique Aerolíneas Argentinas parmi les entreprises dont la propriété doit être transférée en totalité ou en partie à des entités privées (2). La possibilité que l'équipe de J. Milei privatise l'entreprise stratégique Yacimientos Petrolíferos Fiscales (YPF S.A.), qui contrôle l'exploitation des gisements de lithium du pays, suscite des inquiétudes (3).

Obstacles politiques et juridiques

Les décrets du 12 décembre et du 20 décembre resteront en vigueur jusqu'à leur éventuelle révocation par les deux chambres du Congrès national: la Chambre des députés, composée de 257 membres (où le parti présidentiel La Libertad Avanza compte 38 députés, soit 15% des sièges) et le Sénat, composé de 72 membres (où l'ALL compte 7 députés, soit 10% des sièges). Une telle annulation est très probable, car l'administration Milei n'a pas consulté les députés des chambres avant d'annoncer le DNU, s'aliénant ainsi, pour ainsi dire, ses alliés potentiels dès le début du projet.

000_33WM48B.jpg

Les partis d'opposition centristes et de gauche ont réagi négativement au DNU. Le président de la représentation au Sénat de la coalition péroniste Unión por la Patria, José Mayans, du Partido Justicialista, a qualifié le DNU de "vente du pays" au profit d'une petite minorité. Le prédécesseur de M. Milei à la tête de l'État, Alberto Férnandez (2019-2023), a accusé l'actuel président d'avoir "abusé de son pouvoir" en promulguant le décret. Le maire de centre-droit de Buenos Aires (2015-2019), Horacio Rodríguez Larreta, a remis en question la légitimité constitutionnelle et juridique de la DNU.

Comme nous l'avons déjà indiqué, il existe également des doutes quant à la mesure dans laquelle la DNU répond réellement aux critères de "nécessité" ("necesidad") et d'"urgence" ("urgencia") contenus dans son nom et s'il ne s'agit pas d'une usurpation de la compétence législative par le président. L'efficacité de la DNU sera également réduite par la nécessité de promulguer une loi pour la mettre en œuvre.

Obstacles dans la rue

Comme nous l'avons mentionné au début, l'opposition à la DNU afflue également dans les rues des villes argentines. Toutefois, jusqu'à présent, les manifestations n'ont pas atteint l'ampleur escomptée par les initiateurs. Le Polo Obrero, parti de gauche, a appelé à des discours de rue. Cependant, la manifestation du 20 décembre n'a probablement pas attiré les 50.000 participants annoncés; selon les chiffres du gouvernement, les manifestants devaient être environ 3000 à Buenos Aires.

La Confederación General del Trabajo, principal syndicat du pays et allié aux péronistes, aujourd'hui dans l'opposition, a jusqu'à présent adopté une attitude attentiste, mais l'ambiance devrait se durcir. Une grève générale est donc possible en Argentine en janvier.

En revanche, la déréglementation a été bien accueillie par le capital: le syndicat des industriels Unión Industrial Argentina, qui apprécie particulièrement la suppression de l'impôt sur les salaires et la flexibilité accrue du marché du travail, et l'Asociación Empresaria Argentina, qui regroupe les dirigeants des plus grandes entreprises. Sur le marché boursier argentin, suite à l'annonce du plan de L. Caputo et du DNU, les cours des actions et des obligations d'État ont augmenté (4).

Obstacles sur la scène internationale

En revanche, le positionnement international de la nouvelle équipe au pouvoir en Argentine pourrait s'avérer compliqué. Le président chilien de gauche Gabriel Boric, le président ukrainien Volodymyr Zelenski, autrefois proclamé libertaire (avec lequel J. Milei a échangé des mots chaleureux), le Premier ministre hongrois conservateur Viktor Orbán (avec lequel V. Zelenski a échangé des mots inamicaux) et l'ancien président brésilien (2019-2023) Jair Bolsonaro, entre autres, sont apparus lors de la cérémonie de prestation de serment de J. Milei. Cependant, le président brésilien sortant Luiz Inácio Lula da Silva ne s'est pas présenté, envoyant à la place son ministre des affaires étrangères Mauro Vieira - c'est la première fois en quarante ans qu'un président brésilien n'assiste pas à la prestation de serment d'un président argentin.

La nouvelle équipe n'a pas non plus hésité à faire des faux pas dans les relations avec la Chine. M. Milei a rappelé l'ancien ambassadeur de Buenos Aires à Pékin sans en nommer un nouveau pendant plusieurs jours. En réponse, la République populaire de Chine a convoqué son représentant dans la capitale argentine, Wang Wei. La Casa Rosada a tenté de sauver la situation en envoyant à Pékin le diplomate professionnel Marcel Suárez Salvia, anciennement en charge d'un avant-poste à Trinité-et-Tobago, mais les conséquences négatives du mépris des partenaires chinois ne pouvaient plus être contenues.

Buenos Aires bénéficie d'un prêt record du FMI. Son accès aux marchés financiers occidentaux étant fermé depuis 2018, elle rembourse les intérêts avec des fonds fournis par la Chine. Après son accession à la présidence, J. Milei a envoyé une lettre privée à Xi Jinping à ce sujet. La dégradation des relations politiques avec la Chine, entamée du côté argentin, a cependant conduit Pékin à suspendre un accord de swap de 6,5 milliards d'USD entre la BCRA et la Banque centrale chinoise, dont la mise en œuvre aurait permis à Buenos Aires de développer des réserves de devises fortes d'ici la fin 2024.

Cependant, pendant la campagne électorale, J. Milei avait déjà annoncé qu'il souhaitait rompre toutes les relations avec la Chine, qui, selon lui, est un pays communiste et "dépourvu de liberté". Après la prestation de serment de J. Milei, une délégation diplomatique chinoise dirigée par l'ambassadeur Wang Wei s'est rendue à la Casa Rosada. Les Chinois ont alors annoncé que le nouveau président "attache de l'importance aux relations bilatérales et adhérera au principe d'une seule Chine", mais ces propos n'ont pas été confirmés par la partie argentine. Au sein de l'administration du nouveau président, la ministre des affaires étrangères Diana Mondino est partisane d'une politique idéologique éloignant Buenos Aires de Pékin. En revanche, le ministre de l'économie L. Caputo (5) est partisan d'une politique moins idéologique et plus réaliste.

f638x638-1454091_1512258_4233.jpeg

Une période difficile pour l'Argentine

Milei lui-même, dans son discours d'investiture du 10 décembre devant les deux chambres du Congrès, prévoyait une inflation de 15.000%, des déficits financiers et fiscaux de 17% du PIB, un taux de pauvreté de plus de 45%. Selon le nouveau président, la thérapie de choc devrait conduire à la stagflation (stagnation économique et forte inflation), frappant l'activité économique, l'emploi, les salaires réels et le taux de pauvreté. Selon le nouveau président, l'Argentine, pour se relever, doit avoir atteint le creux de la vague économique.

La "douleur perçue" suite à la mise en œuvre du programme de la nouvelle administration a également été annoncée par le porte-parole présidentiel Manuel Adorni. Les priorités du nouveau gouvernement seront la cessation de l'émission d'argent non garanti, que le nouveau président de la BCRA, S. Bausili, devra assurer. Le déficit budgétaire doit, selon M. Adorni, être éliminé d'ici la fin de l'année 2024 (6). Le président lui-même, interrogé lors d'une interview à la radio sur ses premières réformes, a répondu : "Je vous préviens, il y en aura d'autres !".

Ronald Lasecki

Notes:

1) ARGENTINE : Le gouvernement de Milei dévoile des mesures de choc économique (latinnews.com) (30.12.2023).

2) ARGENTINE : Milei entame une démarche de dérégulation (latinnews.com) (30.12.2023).

3) Notizie dal mondo oggi : Israele vs Hamas, Ucraina - Limes (limesonline.com) (30.12.2023)

4) ARGENTINE : Milei fait face à la résistance sur le décret d'urgence (latinnews.com) (30.12.2023).

5) Il mondo questa settimana : patto di stabilità Ue - Limes (limesonline.com) (30.12.2023).

6) Milei prend ses fonctions, en faisant tourner la tronçonneuse (latinnews.com) (30.12.2023).

dimanche, 10 décembre 2023

Milei a gagné: réflexions sur un triomphe sans précédent

KFTXAVI3IRPPXJU2HCDLF4MF54.jpg

Milei a gagné: réflexions sur un triomphe sans précédent

Pablo F. R. Walker

Source: https://euro-sinergias.blogspot.com/2023/11/gano-milei-reflexiones-en-torno-un.html

1) La victoire de Javier Milei exprime principalement le profond sentiment de lassitude du peuple argentin à l'égard des organisations de partis politiques et des dirigeants politiques "traditionnels" (c'est-à-dire ceux qui ont occupé l'espace public au cours des 40 dernières années). En effet, nombreux sont les citoyens qui, bien qu'ayant eu (et ayant encore) de sérieux doutes et inquiétudes sur la figure du Président élu, ont préféré lui accorder un "vote de confiance", favorisant ainsi sa candidature par rapport à l'option opposée, portée par le faux péroniste Sergio T. Massa.

2) Milei jouit d'un atout très important: la crédibilité. Il s'agit d'un attribut d'une valeur politique extraordinaire, surtout dans un contexte comme celui de l'Argentine d'aujourd'hui, dans lequel il existe une profonde méfiance à l'égard de l'arc politique en général. Cette méfiance marquée est due à un phénomène pathologique généralisé, bien connu et subi par les Argentins, qui est - pour parler franchement, tout en laissant de côté les exceptions honorables - l'installation du mensonge comme modus operandi fondamental, constant et systématique de la politique argentine éhontée des dernières décennies, la transformant en un marécage crasseux de mensonges, d'impostures, de fraudes, de machinations machiavéliques et de théâtralités perverses. Eh bien, au milieu de ce sombre abîme, apparaît un homme comme Milei, qui semble vraiment honnête et sincère; qui, pour autant que nous le sachions et que tout semble l'indiquer, outre le fait qu'il n'a participé à aucune escroquerie, exprime ouvertement, sans aucune dissimulation, ce qu'il pense et ressent vraiment... Quel oiseau rare... Un homme politique !

Un homme politique non corrompu qui, de surcroît, ne ment pas ! Face à une telle découverte, de nombreux Argentins ont voté pour lui pour cette seule raison, bien qu'ils ne soient pas d'accord avec les idées les plus saillantes de son idéologie et de son programme. Dans plusieurs cas, d'ailleurs, ce vote favorable est venu de ceux qui, en plus de ne pas partager ses idées, ne sympathisent pas avec la personnalité flamboyante du nouveau président, marquée par une incontinence de tempérament, comme en témoignent ses exaltations habituelles et ses débordements inhabituels en public. Des épisodes qui, pour le moins, témoignent aussi de la sincérité spontanée et authentique avec laquelle Milei se conduit....

TMFEZSE7UVALXIP3VS7BBJRSBY.png

En effet, de telles explosions publiques, l'affectation émotionnelle indéniable dont il a fait preuve lors des débats présidentiels, ainsi que son insistance indéfectible à mettre en avant ses idées et propositions les plus controversées... Tout cela a convaincu une grande partie de l'électorat de l'honnêteté intellectuelle avec laquelle Milei procède apparemment. Ainsi, ces attitudes ont fini par jouer plus en sa faveur qu'en sa défaveur.

3) En revanche, l'extrême sérieux et la circonspection, aussi impeccables qu'invraisemblables, dont Massa a fait preuve tout au long de sa campagne électorale et, surtout, lors des débats présidentiels, ont révélé l'encadrement rigoureux dont il a bénéficié, comme on l'a appris par la suite. En fin de compte, cette performance sophistiquée a plutôt joué en sa défaveur qu'en sa faveur. Son sérieux et sa circonspection ont été interprétés par le grand public comme une sorte d'hypocrisie professionnalisée.

De ce point de vue, le résultat des élections constitue une sorte de défaite (au moins partielle et momentanée) de la politique-spectacle (l'histrionisme politique, avec mise en scène), du marketing politique et du "politiquement correct" (que beaucoup évoquent et même dénoncent, mais que peu osent réellement remettre en question).

Beaucoup ont préféré la fraîcheur de l'authenticité que Milei est censé avoir ; qui, avec tous ses "plus" et ses "moins", a préféré se montrer tel qu'il est, comme tout semble l'indiquer...

4) Quant au discours de victoire du nouveau président, il est particulièrement intéressant de constater qu'en plus de ratifier son idéologie libérale libertaire (ce qui était plus que prévisible), il a inclus un message de nature clairement nationaliste: il s'est référé avec une insistance particulière, au moins à trois reprises, à l'idéal de la "Potencia Argentina" (cela faisait longtemps qu'aucun homme politique n'avait fait appel à un tel objectif de sens patriotique indubitable). Les traits de personnalité de Milei, déjà évoqués plus haut, suggèrent qu'il ne s'agissait pas seulement d'une tactique discursive pour satisfaire le secteur le plus nationaliste et conservateur de son militantisme (représenté par la vice-présidente élue, Victoria Villarruel). L'évocation de la figure historique de Juan B. Alberdi, emblème du libéralisme vernaculaire, mais aussi homme qui a cherché honnêtement le progrès scientifique, technique, industriel, économique et social du pays, est également remarquable.

000_33VC9NN.jpg

En définitive, on pourrait dire que le discours triomphal de Milei, plutôt qu'un libéralisme libertaire, est un libéralisme classique (un libéralisme modeste et plus acceptable) avec de gros "coups de pinceau" au sens national...

Quoi qu'il en soit, il faut souligner qu'au sein de la force triomphante des partis politiques, ainsi que parmi ses militants et adhérents, il existe une tension fondamentale entre deux extrêmes substantiellement antinomiques: les libéraux libertaires contre les nationalistes conservateurs. Ces extrêmes sont combinés, entre autres facteurs, par un vieux défaut dans certains secteurs du nationalisme diffus argentin (une sorte de syndrome de Stockholm avec le libéralisme), ainsi que par des peurs communes: dans les années 70, le terrorisme communiste, avec tous ses meurtres; aujourd'hui, le wokisme progressiste, avec tous ses menticides (meurtres de l'âme et de l'esprit, du latin mens, mentis, l'esprit).

 5) Autre fait intéressant : dans son discours de victoire, Milei n'a pas hésité à avertir qu'il irait de l'avant avec la réforme de l'État (dans un sens libéral et, par conséquent, réducteur et privatisant) et qu'il ne permettrait pas que la résistance - plus que prévisible - (provenant du soi-disant "péronisme" et d'autres secteurs) l'empêche de le faire.

À cette fin, il a déclaré : "dans le cadre de la loi, tout; en dehors de la loi, rien", ce qui est frappant, car il s'agit d'un slogan formulé par le général Juan D. Perón au début des années 1970 pour apostropher les "montoneros" (un groupement terroriste de gauche réprouvé, qui a émergé des entrailles d'un péronisme surinfiltré pendant l'exil de son fondateur). Il a également déclaré qu'il n'y aurait pas de place pour les violents. Le message d'avertissement a été clair et percutant...

6) D'autre part, l'irruption de Milei dans l'arène politique argentine a fini par briser et écarter une vieille distinction et correspondance qui existait dans la société argentine (bien que de manière générique):

- Les secteurs modestes avaient tendance à soutenir le péronisme, tant dans sa version originale et authentique (qui est de "troisième position") que dans ses détritus et imitations ultérieures, produits de graves distorsions idéologico-doctrinaires (qui ont pu conserver le soutien populaire pendant des décennies, d'abord par la tromperie et, ensuite, par l'inertie, en ajoutant à tout moment la peur ou l'antipathie à l'égard des options anti-péronistes ou, du moins, non-péronistes).

- Les secteurs moyen et supérieur ont eu tendance à soutenir d'autres expressions de partis politiques (à la fois de droite et de centre-droit, ainsi que de gauche et de centre-gauche; presque tous, avec une dose plus ou moins importante, selon le cas, d'anti-péronisme).

Or, le phénomène Milei a plongé ces catégorisations dans une crise profonde, très probablement terminale. Milei a attiré le soutien massif d'électeurs de divers secteurs sociaux (y compris des secteurs traditionnellement péronistes qui, de même qu'ils n'ont pas voté pour la gauche, n'auraient jamais voté pour la droite nationaliste, et encore moins pour la droite libérale).

f850x638-1458947_1536436_5050.jpeg

7) Quant aux différents groupes rassemblés dans "Ensemble pour le changement" (Juntos por el cambio), ils étaient essentiellement unis par l'anti-péronisme qu'ils partageaient historiquement. L'apparition de Milei sur la scène politique a finalement catalysé et mis à nu leurs contradictions internes. C'est un front "implosé". Avec son extinction, l'idée d'un bipartisme articulé autour de deux pôles dominants a perdu toute faisabilité : une force de centre-gauche (incarnée par un pseudo-péronisme progressiste ou "gauchiste") et une autre de centre-droit (incarnée par le malheureux front "Ensemble pour le changement"). Cette schématisation, à l'installation effective de laquelle beaucoup aspiraient, a été dépassée par le phénomène Milei.

8) Quant au péronisme : depuis les années 1990, il n'a cessé de subir diverses déformations doctrinales, ainsi qu'une profonde dégradation morale et même esthétique (le Général Perón avait prévenu que la doctrine - le justicialisme - était l'âme du mouvement péroniste ; et nous savons depuis Aristote que l'âme est le facteur qui façonne le corps ; la déviation de sa propre doctrine semble avoir transformé le péronisme en une simple machine politique ou, pire encore, en une sorte de franchise électorale).

De ce point de vue singulier, Massa apparaît comme le point culminant de ce processus de défiguration monstrueuse. A cause des origines de Massa dans l'U.C.D. libérale ? Oui, en raison de l'extraordinaire malléabilité opportuniste et accommodante du personnage en question, oui, et en raison des graves soupçons qui pèsent sur Massa en tant que membre de l'UCD. En raison des graves soupçons qui pèsent sur sa personne, de corruption et de liens avec le trafic de drogue ? Certainement. Mais surtout parce que, avec une effronterie difficile à ignorer, ce leader caméléon fait siens les diktats mondialistes et technocratiques de l'Agenda 2030, qu'il présente comme le "péronisme du 21ème siècle"...

Dans ces conditions, on peut dire qu'avec son triomphe, Milei a fini par rendre un service tout particulier au péronisme. Tout d'abord parce qu'il a enterré l'imposteur qui aurait fini par ruiner le peu qui reste encore du péronisme. Mais aussi parce que, par la dureté de leur échec électoral, les forces du péronisme sont inévitablement confrontées de plein fouet à leur propre stagnation. La dureté du coup reçu dans ce cas a un ingrédient supplémentaire particulièrement piquant: la gifle morale du châtiment, comme une punition biblique ou une némésis grecque, ainsi que la honte correspondante.

Ou avons-nous oublié que ce sont les forces du massaïsme imprudent qui, machiavéliquement, ont contribué de manière décisive à "gonfler" le chiffre de Milei et à étendre son exposition publique, dans le but de saper "Ensemble pour le changement" ?

En effet, Massa et alii (c'est-à-dire ses copains de Grupo América, les multimillionnaires Daniel E. Vila et José L. Apfelbaum, plus connu sous le nom de José L. Manzano) ont voulu être trop malins et cela s'est retourné contre eux ? Ah ! la récolte de la justice divine !

9) Intentionnellement ou non, les forces du péronisme, pendant la campagne électorale, ont présenté et promu une image erronée de Milei, en concentrant leurs attaques contre lui sur des sujets qui, outre le fait qu'ils n'avaient que peu de rapport avec la véritable nature du candidat, se sont avérés ne pas faire partie des priorités de la majeure partie des citoyens (par exemple, le sujet de la dictature des années 70 et les violations des droits de l'homme perpétrées à l'époque par le terrorisme d'État).

Ils n'ont pas su (ou voulu) interpréter correctement Milei, en qui ils voient une sorte d'incarnation créole de l'"extrême droite". Une accusation qui, d'un point de vue strictement conceptuel, est vaporeuse: le concept d'"extrême droite" est si grossièrement confus qu'il permet des associations et des identifications simultanées avec des figures aussi disparates que Mussolini, Videla, Bush (père et fils), Fujimori, Macri, Abascal Conde, Trump, Bolsonaro... Quel mélange !

imatbmges.jpgApparemment, seuls Dr. No, Dr. Evil et le Joker manquaient à l'appel de ce groupe de super-vilains très soudé...

Ils n'ont pas non plus su (ou voulu) bien lire les besoins, les urgences et les attentes de la majeure partie du peuple argentin, dont une grande partie se trouve, depuis plusieurs années, sous le redoutable "seuil de pauvreté" et, par conséquent, l'estomac vide et l'appétit éveillé et pressant ? Sans aucun doute, une situation urgente qui, quelle que soit la vigueur avec laquelle elle est appliquée, ne peut être résolue par le "langage inclusif", l'"identité de genre", la "fierté LGTB+" et la recherche incessante d'Argentins ayant un ancêtre "mapuche" ou "afro" pour "certifier" notre prétendue origine "multiculturelle", entre autres clabaudages, excentricités et absurdités de la parole...

Incroyablement, maintenant que la compétition électorale est terminée, certains journalistes et analystes politiques, qui se perçoivent comme des péronistes, s'obstinent à appliquer l'herméneutique absurde à laquelle il est fait allusion ici.

Au-delà de l'occasionnelle tactique de propagande délibérée (et ratée !), de telles bévues peuvent également être comptées parmi les effets de l'égarement doctrinaire des péronistes (ou soi-disant "péronistes").

10) Ainsi, après cette grave défaite, le péronisme doit se concentrer sur sa propre crise d'identité et de sens historique. Il doit tirer les leçons de ses propres échecs, en examiner les causes (abandon de la doctrine justicialiste; perméabilité naïve ou complice à toutes sortes d'infiltrations; avilissement éhonté d'une grande partie de ses dirigeants; imposition surjouée et clownesque de styles populaires; déclamation discursive éhontée sans ancrage dans la réalité des faits; etc.) et entreprendre d'urgence la purge de ces vices féroces...

Les péronistes persistants qui, malgré tout, demeurent, ainsi que ceux qui, s'étant égarés dans les méandres de la politique argentine, souhaitent redevenir péronistes, commettraient une maladresse inexcusable s'ils tombaient dans le même piège diagnostique qui a piégé une grande partie des forces non péronistes : la Reductio ad Kirchnerum... En effet, de même que beaucoup de non-péronistes attribuent tous les maux du pays au kirchnerisme, croyant que sa disparition éventuelle y apportera en soi des solutions, il y a beaucoup de bons péronistes pour qui l'arbre de Cristina cache la forêt du parasitisme et de la stagnation généralisée de leur propre mouvement et de leur propre parti.

Si les forces authentiques et saines du péronisme n'affrontent pas avec assurance la crise qui semble les avoir englouties (ou si, ce faisant, elles se limitent maladroitement à redéfinir les patrons internes du parti), il est très probable qu'il s'éteindra définitivement. Dans ce cas, la seule chose qui pourrait en réchapper serait une sorte de marque politique usée, avec une machine électorale déglinguée à louer ou à conquérir....

A moins que le gouvernement de Milei n'échoue lamentablement dans la gestion des affaires publiques (ce qui est certainement une situation très délicate). Dans ce cas, le péronisme (ou ce qui en tient lieu) pourrait devenir exceptionnellement pertinent comme facteur possible (ou supposé) de gouvernabilité, pour éviter que le pays ne soit plongé dans le chaos...

Dans un tel scénario, ce "péronisme" serait en concurrence avec Mauricio Macri, autre ancien président argentin minable, qui s'active aujourd'hui à placer ses agents dans le futur cabinet de Milei et qui demain, en cas d'échec de ce dernier, serait présenté comme un prétendu gage de gouvernabilité.

11) En guise de colophon provisoire : les mesures que Milei entend adopter (surtout en matière politico-économique) sont radicales et, dans une large mesure, sans précédent. De plus, personne ne doute que leur impact initial sera traumatisant et douloureux (comme Milei lui-même l'a annoncé dans le discours de victoire susmentionné).

En même temps, il est plus que douteux de savoir dans quelle mesure il sera en mesure de mettre en œuvre ces mesures, étant donné que le nouveau président ne dispose pas de la majorité dans l'une ou l'autre des deux chambres législatives. De plus, afin de discerner cette question, il est nécessaire d'envisager l'intervention possible du pouvoir judiciaire national face à d'éventuelles allégations d'inconstitutionnalité. À cet égard, il convient de noter qu'il y a quelques mois, Horacio Rosatti, président du Tribunal suprême de justice de la nation, n'a pas hésité à affirmer que la dollarisation, si elle impliquait l'abandon de la monnaie nationale, serait inconstitutionnelle.

L'avenir nous dira quelles mesures seront finalement mises en œuvre et lesquelles ne le seront pas. Et si ces mesures seront un bon remède ou non? Ce dont nous pouvons être sûrs, c'est que l'Argentine est profondément malade et que la majeure partie des citoyens a décidé de parier - contrairement au dicton populaire - sur la "bonne chose à savoir", contre la "mauvaise chose connue"?

Pour notre part, nous devons avouer que nous sommes loin de penser que la politique préconisée par Milei constitue un remède définitif à la grave crise qui frappe et menace les Argentins. En faisant appel, une fois de plus, à la sagesse populaire, à ce stade des événements et pour l'instant, nous espérons seulement que "le remède n'est pas pire que le mal"...

En tout cas, que DIEU éclaire et assiste tous les bons Argentins !

vendredi, 08 décembre 2023

L'école argentine de géopolitique

e649fce75570b0d47a2df40081e6291a.jpg

L'école argentine de géopolitique

Ronald Lasecki

Source: https://ronald-lasecki.blogspot.com/2023/11/argentynska-szkoa-geopolityki.html

Les origines de la pensée géopolitique argentine se situent au 19ème siècle, dans le contexte de la formation institutionnelle et spatiale de l'État argentin lui-même. Le 25 mai 1810, l'Argentine a obtenu son indépendance en tant que Provinces unies du Río de la Plata (Provincias Unidas del Río de la Plata) par la révolution dite de mai (Revolución de Mayo) par rapport à la vice-royauté espagnole du Río de la Plata qui existait depuis 1776. La Bolivie s'est ensuite détachée de l'autorité de Buenos Aires. L'appellation "Provinces unies d'Amérique du Sud" (Provincias Unidas de Sud América), également utilisée de manière interchangeable à l'époque, reflétait les aspirations de Buenos Aires au contrôle politique de la périphérie indépendante de l'ancienne vice-royauté du Río de la Plata et à une intégration politique sud-américaine à un niveau plus élevé.

e35bf1273a40912c07686a6a4a6981a0.jpg

La Confédération argentine (Confederación Argentina), qui a existé entre 1831 et 1861, est une autre forme d'État argentin. Le terme "Fédération argentine" (Federación Argentina) a été utilisé de manière interchangeable à l'époque, ce qui reflétait le conflit entre les partisans de la centralisation de l'État et les partisans d'une forme plus souple d'union de ses provinces.

Rosas_2_retouch.jpg

Le gouverneur de Buenos Aires de 1835 à 1852, Juan Manuel de Rosas (1793-1877) (tableau, ci-dessus), représentait la Confédération argentine dans les relations extérieures. Après la défaite des forces de Buenos Aires à la bataille de Caseros en février 1852, Justo José de Urquiza y García, ancien gouverneur de la province d'Entre Ríos, prend la relève. Il a conduit à l'adoption de la Constitution de 1853, qui a entraîné la sécession de Buenos Aires, qui a existé en tant qu'État indépendant (Estado de Buenos Ayres) jusqu'à la bataille victorieuse de Pavón en septembre 1861, au cours de laquelle elle a rejoint la Confédération argentine, militairement vaincue, en tant qu'entité dominante. Cette bataille a été suivie par le dernier changement de nom du pays, à ce jour, en République argentine (República Argentina) en décembre 1861.

250px-Julio_Roca_color.jpgJulio Argentino Roca (1843-1914), meneur des guerres contre les Mapuches (la "conquête du désert", en espagnol : Conquista del desierto), menées entre 1879 et 1884, et figure dominante de la politique argentine entre 1880 et 1904, a joué un rôle déterminant dans la formation du territoire argentin. L'émergence de l'État argentin tel que nous le connaissons aujourd'hui ne peut être envisagée qu'à partir de la conclusion réussie de la "conquête du désert", c'est-à-dire à partir du milieu des années 1880. En 1867, le président Bartolomé Mitre Martínez a promulgué un décret accordant aux agriculteurs et aux éleveurs le droit d'occuper des terres dans les Pampas et en Patagonie. En 1879, une force argentine de 8000 soldats a lancé une agression contre les colonies mapuches au sud du Río Negro. Après avoir gagné la campagne au prix de 1,5 million de pesos, 20 millions d'hectares ont été distribués aux 500 plus proches collaborateurs de J. A. Roca, et la reconnaissance des titres antérieurs a permis d'étendre le contrôle effectif de Buenos Aires sur ces territoires.

Les conditions naturelles de l'Argentine

L'émergence de la pensée géopolitique en Argentine était compréhensible, étant donné les excellentes conditions géopolitiques du pays. L'Argentine est l'un des pays les plus isolés géopolitiquement au monde. Après l'élimination de la menace brésilienne lors de la Guerra da Cisplatina (1825-1828) et de la menace paraguayenne lors de la Guerre du Paraguay (1864-1870), la seule source de menace territoriale directe pour l'Argentine se trouvait à 12.000 km. Le Royaume-Uni, qui avait conservé la souveraineté coloniale sur les Malouines depuis 1833, dont la tentative de libération armée par l'Argentine en 1982 s'est soldée par la défaite de Buenos Aires, ne menaçait pas le noyau géopolitique continental de l'État argentin.

produccion_2_1.png

imaargges.jpg

L'Argentine est également favorisée par ses conditions naturelles. Contrairement au reste du continent sud-américain, l'Argentine n'a pas de climat tropical et la végétation prédominante n'est donc pas tropicale. Les étés argentins sont suffisamment secs pour permettre aux grains des cultures traditionnelles de pousser. Les hivers sont suffisamment frais pour éliminer les insectes porteurs de germes dangereux pour l'homme et le bétail. Le territoire de l'État est une vaste plaine plate, modérément irriguée. La planéité de la surface, combinée à la végétation des prairies et au climat tempéré, fait de la région argentine l'une des zones agricoles les plus fertiles du monde. Le système fluvial de La Plata, formé par les fleuves Paraná, Paraguay, Uruguay et l'estuaire du Río de la Plata, est navigable sur presque toute sa longueur et, avec les canaux et les écluses qui relient ses fleuves, il constitue l'un des systèmes de transport fluvial les plus étendus au monde - dont l'Argentine contrôle géopolitiquement l'embouchure sur l'océan.

rio-de-la-plata-46.jpg

La connectivité intrinsèque de la région de La Plata permet de réaliser des économies d'échelle, de produire plus de capital et de nourrir des populations plus importantes que les pays tropicaux ou andins d'Amérique du Sud. L'Argentine est privilégiée en ce qui concerne les conditions de transport des marchandises produites dans la région de La Plata. Le transport par voie fluviale est 10 à 30 fois moins cher que le transport par voie terrestre. Le réseau de transport du système fluvial de La Plata permet donc de générer d'importants capitaux à un coût bien inférieur à celui du transport terrestre. Il permet notamment de se passer d'infrastructures routières. Cependant, la planéité de la surface et sa bonne connectivité avec les ports maritimes réduisent également le coût de construction des infrastructures terrestres. Le transport fluvial augmente également la rentabilité de l'exportation de produits agricoles argentins tels que le soja, le maïs et le blé, dont le rapport volume/valeur rend peu rentable leur transport sur de longues distances par voie terrestre.

L'intégration du réseau fluvial et la planéité de la surface sont également propices à l'émergence d'une autorité politique unifiée, ce qui contraste, par exemple, avec l'Eurasie, où le réseau fluvial méridional a entraîné la formation d'organismes politiques distincts et hostiles le long des différents cours d'eau. Le seul organisme politique dont l'ensemble du territoire est situé dans le cône sud (Cono Sur) de l'Amérique du Sud est le Chili, qui est séparé de l'Argentine par une chaîne de montagnes des Andes de près de 7000 mètres d'altitude ; un vol de Santiago du Chili à Buenos Aires prend plus de temps qu'un vol de Londres à New York, de sorte que le Chili n'est pas un rival de l'Argentine qui menace son noyau géopolitique.

Les précurseurs de la géopolitique argentine

Sarmiento.jpgPendant la période de formation de l'État argentin au 19ème siècle, des ouvrages tels que "Argiropolis : O la Capital de los Estados Confederadus del Rio del Plata" (1850) de Domingo Faustino Sarmiento (1811-1888) (photo), futur président de l'Argentine entre 1868 et 1874, lorsque les derniers caudillos régionaux ont été vaincus, ont été publiés. L'auteur y plaide pour l'établissement d'une nouvelle capitale nationale sur l'île de Martín García, sur le Río de la Plata, afin de donner un élan à l'intégration des terres de l'ancienne vice-royauté du Río de la Plata. Il préconise de s'appuyer sur les traditions unificatrices du libéralisme européen pour surmonter l'héritage de l'empire espagnol et le caudillisme qui en découle. L'exemple emblématique du caudillo provincial fut pour D. F. Sarmiento le gouverneur de Buenos Aires, J. M. de Rosas - sous son règne, le pouvoir était concentré entre les mains d'une oligarchie privilégiée, ce qui, selon l'auteur d'"Argiropolis", constituait un obstacle à la formation d'un sentiment national et à la prise de conscience d'un territoire étatique intégré parmi les Argentins.

Juan_Bautista_Alberdi.jpgL'écrivain nationaliste Juan Bautista Alberdi (1810-1884) (photo) demanda à l'administration de J. A. Roca, dans les pages de son ouvrage "Reconstruction Geografico de America del Sur" (1879), d'accroître la force institutionnelle de l'État argentin afin de lier plus efficacement à Buenos Aires les terres qui faisaient historiquement partie de la vice-royauté du Río de la Plata. Comme D. F. Sarmiento, J. B. Alberdi a également attiré l'attention sur la menace d'une baisse du sens civique et de l'identification à l'État parmi les Argentins en l'absence d'un système politique et social participatif. Dans la seconde moitié du 19ème siècle, les gouvernements argentins successifs ont tenté de remédier à cette situation en développant l'endoctrinement patriotique et national dans l'enseignement public. Ce faisant, ils ont donné l'impression que l'Argentine et son territoire étaient constamment menacés par des centres de pouvoir puissants et expansifs: brésiliens, chiliens et britanniques. Au début du 20ème siècle, le récit patriotique argentin mettait l'accent sur les grandes réussites économiques du pays au 19ème siècle, contre lesquelles le Royaume-Uni et les États-Unis se sont élevés dans les années 1920 et 1930. En 1833, les Britanniques avaient pris à l'Argentine l'archipel des Malouines. Entre-temps, la source de tout renouveau économique pourrait venir de l'exploitation par Buenos Aires de zones précédemment non développées ou sous-développées telles que la Patagonie, les océans ou l'Antarctique. Se tourner vers elles permettrait de développer l'idée nationale argentine et de donner à l'Argentine la place qui lui revient dans la politique mondiale.

Caractéristiques générales de l'école géopolitique argentine

407323799_tcimg_6B6E0990.jpgParmi les pays latino-américains possédant un patrimoine de pensée géopolitique, seule l'Argentine, avec le Brésil, a produit sa propre école. La pensée argentine présente une doctrine intérieurement cohérente, elle a une tradition qui remonte loin dans le passé, elle est composée de nombreux représentants et elle exerce une influence significative sur la politique intérieure et extérieure du pays. Publié en Argentine entre 1969 et 1983, le périodique Estrategia représentait, dans son domaine, le plus haut niveau de contenu en Amérique latine, et probablement dans le monde.

Les principaux domaines d'intérêt de l'école argentine de géopolitique sont les suivants: l'expansion brésilienne et sa quête d'hégémonie; les préoccupations concernant l'alliance du Brésil avec les États-Unis; le rôle de l'Argentine en tant que leader naturel des pays de la région du cône sud; l'orientation maritime avec une référence particulière à l'Atlantique sud, la libération des Malouines du colonialisme britannique et la garantie des droits de l'Argentine dans l'Antarctique; l'énergie nucléaire et l'acquisition de ses propres armes nucléaires - en particulier si le Brésil en développe une; et l'influence des centres extérieurs sur la situation interne de l'Argentine et ses possibilités de développement national. L'une des caractéristiques de l'école argentine de géopolitique est également son attitude positive à l'égard de l'école allemande de géopolitique, même après la défaite de l'Allemagne lors des deux guerres mondiales successives.

L'école argentine de géopolitique accorde une attention particulière aux questions maritimes et océaniques; le rôle de l'Argentine en tant qu'État maritime, conformément à sa position particulière dans l'"hémisphère océanique" (c'est-à-dire le Sud) ; la responsabilité particulière de l'Argentine en tant qu'État maritime, conformément à sa position particulière dans l'"hémisphère océanique" (c'est-à-dire le Sud); la responsabilité particulière de l'Argentine en tant que centre de pouvoir contrôlant les "entrées" et "sorties" stratégiques de l'Atlantique Sud ; la domination de l'Argentine sur le détroit de Magellan et le cap de Bonne-Espérance, qui deviendrait particulièrement importante si le canal de Panama était fermé; l'importance stratégique de l'archipel des Malouines et la nécessité de le libérer du colonialisme britannique; l'importance stratégique actuelle et potentielle de l'Antarctique et la nécessité de garantir les droits de l'Argentine sur cette région face à la pénétration d'autres centres de pouvoir.

E8Dxwmmsl7sFMh48.jpg

Les origines de l'école argentine de géopolitique

intereses argentinos_thumb[1].jpgLe premier auteur argentin clairement inspiré par la pensée géopolitique anglo-américaine - plus précisément par les travaux d'un Anglais, Halford John Mackinder (1861-1947), et d'un Américain, Alfred Thayer Mahan (1840-1914) - est l'amiral Segundo Storni (1876-1954). Son ouvrage "Intereses Argentinos en la Mar" (1916) est considéré comme un précurseur de l'école argentine de géopolitique. L'auteur y identifie diverses routes commerciales et régions géographiques de l'océan mondial. Il considère l'Atlantique et le Pacifique comme des espaces non développés, la direction naturelle de l'expansion de l'État argentin, économiquement fort et leader au 19ème siècle dans l'exportation de maïs, de graines de lin, de bœuf et de blé. Il n'est pas exact que l'Argentine, qui dépend d'un réseau de transport et de commerce maritimes, n'ait pas manifesté jusqu'à présent d'intérêt pour les zones maritimes. Les mers et les océans qui entourent l'Argentine peuvent non seulement devenir des atouts économiques supplémentaires pour l'Argentine, mais l'expansion dans leur zone peut également devenir un axe pour la formation de l'idée nationale argentine. Pour être efficace sur les mers, l'Argentine doit créer une industrie forte et une force armée technologiquement moderne. Le développement du commerce argentin et du transport maritime devrait s'accompagner du développement de la pêche argentine et des industries de transformation du poisson.

L'intérêt de l'Argentine pour l'école géopolitique allemande s'est déplacé dans les années 1920 et 1930, lorsque la situation politique du pays a commencé à se dégrader pendant le règne inepte des radicaux petits-bourgeois (1916-1930) et la prolifération des soulèvements ouvriers contre eux, générant violence et chaos dans les rues et perturbant l'économie. La confusion s'est encore aggravée après la crise économique de 1929, qui a marqué le début de la "décennie infâme" (Década Infame) de 1930-1943, au cours de laquelle une grande partie des classes moyennes et populaires argentines ont été plongées dans la ruine économique et poussées dans la pauvreté. Dans ce contexte, la démocratie libérale et le capitalisme, considérés comme des régimes instables, inefficaces et générateurs de chaos politique et social, étaient de plus en plus remis en question. Le renversement du président petit-bourgeois-radical Hipólito Yrigoyen (1852-1933) par les militaires en septembre 1930 est devenu le symbole de l'effondrement de la confiance dans la démocratie.

Alfred-Arent+Argentinien-ein-Land-der-Zukunft.jpgLa pensée allemande a inspiré une vision alternative de l'État en tant qu'organisme. En 1900, le président J. A. Roca a créé l'École supérieure de guerre (Escuela Superior de Guerra) à Buenos Aires. Un an plus tard, le colonel (puis général) allemand Alfred Arent, auteur de l'ouvrage "Land der Zukunft" (1905) consacré à l'Argentine, en devient le doyen. Tout au long de la première décennie du 20ème siècle, la moitié du personnel de l'École de guerre, qui formait des officiers argentins dans le cadre de cours de deux ans, était composée d'officiers militaires allemands. Des officiers allemands tels que Johannes Kretzchmar ont continué à travailler en Argentine jusqu'aux années 1940, créant une structure hiérarchique disciplinée dans les forces armées argentines. À l'époque, l'armée argentine n'admettait que les catholiques dans les rangs des officiers, et l'un des anciens élèves de l'École de guerre était le futur dirigeant argentin Juan Domingo Perón (1895-1974), qui s'est rendu en Italie et en Allemagne en 1938, où il a donné des conseils sur la stratégie de guerre en montagne et sur des questions géopolitiques. À son retour en Argentine, J. D. Perón a été nommé commandant de l'unité de montagne de Mendoza et a écrit un certain nombre d'articles et de livres populaires sur la Première Guerre mondiale, l'histoire du 19ème siècle et les questions de stratégie militaire.

La vision du monde des forces armées argentines durant cette période peut être décrite comme saturée des théories du darwinisme social, de l'État organique de Friedrich Ratzel (1844-1904), du catholicisme, de l'anticommunisme, d'un nationalisme exubérant face aux relations commerciales défavorables avec le Royaume-Uni, et d'une aversion pour le démolibéralisme, tenu pour responsable de la faiblesse de l'État et des activités des partis politiques corrompus. La question de la sécurité nationale s'inscrivait dans une vision organique de la République argentine, dans laquelle les droits de l'individu devaient céder le pas au bien de la collectivité. Des officiers argentins comme le général Juan Bautista Molina se considéraient comme les sauveurs de la nation face à la menace du communisme et à la décadence démolibérale.

Richard-und-Leo-Körholz-Hennig+Einführung-in-die-Geopolitik.jpgLes lecteurs argentins ont été initiés à la pensée géopolitique allemande par l'ouvrage de Richard Hennig et Leo Korholz, Einführung in die Geopolitik (1934), qui a été publié en traduction espagnole en 1941 sous le titre Introduccion a la geopolitica. La thèse centrale du livre, à savoir l'État organique et la nécessité d'une armée forte comme garante de la sécurité en période d'incertitude, a trouvé des partisans dans le corps des officiers argentins. L'ouvrage du géopoliticien brésilien Mário Travassos (1891-1973), Projeção Continental do Brasil (1938), qui expose la théorie de la "frontière mobile" en tant qu'expression du pouvoir de l'État, a connu un succès similaire et a été adapté par les Argentins à leur propre périphérie patagonienne et antarctique. Dans les années 30 et 40, les auteurs argentins ont suivi de près le cadre méthodologique et doctrinal défini pour la géopolitique par Karl Haushofer (1869-1946) et ses disciples.

L'intérêt pour l'Antarctique s'est nettement accru à Buenos Aires après le coup d'État du Groupe des officiers unis (Grupo de Oficiales Unidos) en juin 1943, et surtout après la prise de pouvoir personnelle de son membre Juan Domingo Perón en 1946, qui a dirigé l'État argentin jusqu'en 1955. La pensée géopolitique de J. D. Perón se caractérise par la conviction que l'Argentine est victime de l'agression coloniale britannique aux Malouines et en Antarctique, qu'elle doit rester neutre face aux conflits des États de l'hémisphère nord et qu'elle doit parvenir à l'autosuffisance géoéconomique.

118390.jpgEn 1948, J. D. Perón ordonne à l'Institut de géographie militaire de produire des cartes de la République argentine couvrant les Malouines et l'Antarctique. Toutes les cartes de l'Argentine publiées sous J. D. Perón devaient inclure le secteur argentin de l'Antarctique et les Malouines. Les revendications britanniques et chiliennes sur l'Antarctique sont considérées comme illégales, voire inexistantes. Le concept d'une "Argentine tricontinentale" a été créé, comprenant une partie proprement dite sous la forme de la République argentine, les Malouines et l'Antarctique argentin. En 1946, ce concept a été introduit dans l'enseignement scolaire. En 1947, un ministère distinct pour les Malouines et l'Antarctique argentin a été créé. L'idée d'une "Argentine tricontinentale" a ensuite été reproduite sur les timbres-poste, les atlas et les peintures murales argentins.

Dans le récit péroniste, l'Argentine est victime de l'annexion coloniale et de l'usurpation de ses terres par le Royaume-Uni. Son territoire proprement dit, y compris les territoires insulaires et antarctiques, est ainsi passé virtuellement de 2,8 millions de km² à 4 millions de km². Les États du Nord, riches, surpeuplés et industrialisés, menacent la souveraineté économique de l'Argentine sur ses ressources naturelles et son industrie naissante. Les publications de cette époque, comme le Diccionario Histórico Argentina, reprennent le code géopolitique argentin défini par J. D. Perón. Les ouvrages de J. E. Jasón et de L. Perlinger, "Geopoliticum", sont également très populaires dans les milieux militaires argentins de cette époque. Perlinger (1948) et "Introducción a la Geopolítica Argentina" (1950) du major Emilio Isola et du colonel Angel Barra, où les théories les plus importantes de la géopolitique européenne sont présentées dans une perspective argentine. Les travaux de l'auteur espagnol Vicens Vives "Tratado general de geopolítica" (édition argentine 1950) et d'Alberto Escalona Ramos "Geopolitica mundial y geoeconomica" (1959) ont également été mis à la disposition des lecteurs argentins.

Doctrines de sécurité nationale

Après la Seconde Guerre mondiale, les doctrines de sécurité nationale ont été intensément développées dans les cercles militaires argentins en réponse à la reconnaissance d'une prétendue menace communiste lors d'événements tels que le Bogotazo (1948) en Colombie, la révolution cubaine (1959) et la défaite américaine à la baie des Cochons (1961), ou les activités d'Ernesto "Che" Guevara (1928-1967). L'inspiration pour les études publiées, entre autres, dans les pages de la Revista de Guevara (1928-1967). Les études publiées, entre autres, dans la "Revista de la Escuela Superior de Guerra" ont été inspirées par des contacts avec des participants à des missions militaires françaises dans les années 50; des consultations sur la géopolitique, la sécurité nationale, le développement économique et social et la stratégie avec les armées de pays tels que le Brésil, le Chili, le Pérou et le Venezuela; la formation d'officiers argentins et de spécialistes militaires dans des institutions américaines telles que l'École des Amériques en Géorgie et le Collège interaméricain de défense; des études de l'école brésilienne de géopolitique, en particulier celles du Gen. Golbery do Couto e Silva (1911-1987).

Dans le cas de l'Argentine, les doctrines de sécurité nationale mettent en évidence la menace que représentent pour la société et l'économie les courants subversifs qui cherchent à déstabiliser l'État et son espace et à saper les valeurs chrétiennes et occidentales. Les militaires ont cherché à établir une coopération avec les milieux industriels et commerciaux, à identifier et à détruire les tendances subversives. Les militaires sont intervenus dans le processus politique en 1963, 1966 et 1976, expliquant cela par la nécessité de contrer l'agression communiste et la crise économique. L'instabilité politique, les grèves ouvrières et les troubles des années 60 et 70 étaient, pour les militaires argentins, la preuve de tendances centrifuges qui menaçaient l'ensemble de la société, de la famille aux différentes branches de l'économie et à l'Église catholique. Les chefs militaires comme Juan Carlos Onganía (1966-1970), Jorge Rafael Videla (1976-1981) et Roberto Eduardo Viola (mars-décembre 1981) ont traité l'apparition de ces processus centrifuges comme des "défis" pour les Argentins, dont la réponse serait un nouvel axe d'intégration nationale pour eux.

Les classiques de l'école géopolitique argentine

Grâce aux militaires argentins, de nouvelles institutions ont été créées à Buenos Aires pour fournir des analyses et des commentaires d'experts sur la situation de l'Argentine et les défis auxquels le pays est confronté : l'Instituto Argentina de Estudios Estrategicos y de las Relaciones Internationales (INSAC), l'Institute de Estudios Geopoliticos (IDEG), ainsi que l'Agence nationale de développement et l'Institut argentin du service extérieur, qui prépare à l'exercice de la fonction publique. Entre 1969 et 1983, l'INSAC a publié l'influent périodique Estratégia (sans doute la principale revue géopolitique au monde à l'époque), qui traitait de questions géopolitiques telles que le développement de la Patagonie, la garantie de la position de l'Argentine dans le bassin du Río de la Plata, l'archipel des Malouines, le canal Beagle et l'Antarctique, et l'endiguement de l'expansion de centres de pouvoir concurrents tels que le Royaume-Uni, le Chili et le Brésil. Sous la bannière de l'IDEG, en revanche, la revue "Geopolítica" a été publiée, mettant davantage l'accent sur les questions d'intégration interne des différents territoires de l'Argentine. Des sujets tels que l'intégration régionale, le développement national et la coopération internationale ont été abordés dans les pages de ce titre.

149547686_tcimg_48511799.jpg

Des questions telles que la menace que le Royaume-Uni, le Chili et le Brésil faisaient peser sur les territoires argentins, le mécontentement croissant face à un gouvernement civil inepte et, enfin, la prétendue menace communiste et soviétique, ont créé un climat d'incertitude dans les années 1960 et 1970, sur la base duquel un environnement favorable au développement de doctrines géopolitiques s'est mis en place. Parmi les ouvrages géopolitiques écrits durant cette période, le plus remarquable est "Qué es la geopolítica" ? (1965) du colonel Jorge E. Atencio, qui affirme que la géopolitique doit servir de guide aux hommes d'État, en identifiant les besoins territoriaux et en matières premières de l'État. Cet auteur a également défendu la géopolitique allemande contre les accusations d'auteurs américains tels que Isaiah Bowman (1878-1950) et Robert Strausz-Hupé (1903-2002), en soulignant que l'utilisation de la géopolitique par les fascistes n'invalidait pas la légitimité d'une simple prise en compte du facteur spatial dans la réflexion politique. La distinction entre la pensée militaire allemande et les catégories du fascisme et du nazisme était d'ailleurs également présente dans les cercles militaires argentins au sens large; la pensée militaire allemande était tenue en haute estime, tandis que le fascisme se voyait reprocher sa faiblesse consistant à porter au pouvoir des dirigeants imprévisibles et irrationnels. L'approche de J. E. Atencio, qui présente dans son livre l'Argentine comme une grande puissance navale potentielle dans l'Atlantique Sud et l'Antarctique, s'inscrit dans cette tendance.

Une autre étude remarquable de cette période est Estrategia y Poder Militar (1965) de l'amiral Fernando A. Mill, où la tradition de la géopolitique allemande est également invoquée, mais où l'auteur ne présente pas de projets expansionnistes, mais plaide pour la nécessité de développer la périphérie du pays - y compris l'archipel des Malouines et l'Antarctique argentin, dont l'importance augmenterait d'autant plus si le canal de Panama était fermé. L'Argentine est ici perçue comme un État maritime et péninsulaire, et le récit est mené à partir d'une position thalassocratique. Il convient également de mentionner l'ouvrage "Geopolítica y geostrategia americana" (1966) de Justo P. Briano. L'auteur y défend l'intérêt pour les doctrines géopolitiques allemandes et plaide en faveur de l'adaptation des théories américaines et brésiliennes pour préparer l'Argentine à jouer le rôle d'une puissance de premier plan dans les relations internationales.

Guglialmelli-Juan-Enrique.jpg

guglialmelli_juan-pensar_con_estrategia.jpg

La figure la plus importante de l'école géopolitique argentine est le général Juan E. Gugliamelli, commandant du cinquième corps d'armée, recteur de l'École de guerre, membre du gouvernement militaire de J. C. Onganía et rédacteur en chef de la revue "Estratégia". En tant qu'officier, il est responsable des régions périphériques du pays, telles que la Patagonie et l'Atlantique. Il voyait l'Argentine comme un État péninsulaire, avec des régions périphériques éloignées au nord et au sud. Pour éviter que la souveraineté argentine ne soit minée par des centres de pouvoir concurrents, Buenos Aires doit sécuriser ces régions périphériques, y investir et les développer. Dans les concepts de J. E. Gugliamelli, le concept allemand de l'État organique et la théorie sud-américaine (péroniste) de la dépendance (dependista) et l'idée de la lutte pour la subjectivité géoéconomique se rencontrent.

31465539650.jpg

L'ouvrage le plus important de J. E. Gugliamelli est "Geopolítica del Cono Sur" (1983), où il affirme que la structure des exportations argentines, dans laquelle la place la plus importante est occupée par les cultures agricoles, expose le pays au risque de dépendance vis-à-vis de centres extérieurs, réduit le champ des décisions politiques prises librement et ne permet pas de répondre aux besoins de bien-être et de prospérité. En ce qui concerne la sécurité nationale, elle restreint la liberté d'action stratégique, crée des espaces susceptibles d'incitations négatives dans les relations des pays du cône sud du continent sud-américain (Argentine, Chili, Paraguay, Uruguay, noyau historique du Brésil dans le sud-ouest du pays). Sur le plan de la politique intérieure, cette situation menace l'Argentine d'une instabilité sociale permanente et d'une agitation gauchiste.

E. Gugliamelli s'intéresse particulièrement à l'expansionnisme brésilien, qui remonte aux expéditions bandeirantes et qui a étendu la portée du pouvoir effectif de Rio de Janeiro (1) bien plus à l'ouest que ne le prévoyait le traité de Tordesillas (1494), qui délimitait les sphères d'influence de l'Espagne et du Portugal. Cette tendance a été poursuivie par le "père de la diplomatie brésilienne", le baron Rio Branco (2) (ministre brésilien des affaires étrangères de 1902 à 1912), dont la doctrine en matière de politique étrangère comprenait: l'expansion des "frontières naturelles" du Brésil; le contrôle des zones tampons que sont le Paraguay et l'Uruguay; l'affaiblissement de l'Argentine - en particulier dans la province de Misiones; et le remplacement du Royaume-Uni par les États-Unis en tant qu'allié le plus important du Brésil. J. E. Gugliamelli a également polémiqué avec M. Travassos, le mettant en garde contre sa doctrine géopolitique d'expansion est-ouest du Brésil vers la Bolivie, qui visait à briser l'axe de communication nord-sud traditionnel de la Bolivie à travers le système fluvial de La Plata.

Dans de nombreux articles publiés dans Estrategia, J. E. Gugliamelli a abordé des questions telles que: la menace que représente l'accord nucléaire entre le Brésil et l'Allemagne (1975); la centrale hydroélectrique d'Itaipú sur le Río Paraná, construite par le Brésil entre 1975 et 1983; il a effectué une critique des théories géopolitiques de M. Travassos et de G. de Couto e Silva; en même temps, il a appelé à l'adaptation de la théorie des frontières de ce dernier à la géopolitique argentine; il a critiqué les relations étroites du Brésil avec les États-Unis et a proposé une "alliance de libération" à Brasília, si celle-ci décidait d'abandonner ses liens étroits avec Washington, et, dans le cas contraire, a mis en garde contre une "confrontation ouverte " (3).

Dans le même ordre d'idées, Julio E. Sanguinetti, écrivant dans Estrategia (4) sur l'importance de l'alliance du Brésil avec les États-Unis. Le Brésil est un satellite de l'AP américaine, lié à elle par des liens de subordination et de dépendance unilatérale et déséquilibrée. Cette situation s'explique par des raisons stratégiques, mais aussi économiques: les États-Unis ont besoin du Brésil pour étendre leurs lignes de défense du Natal au Cap de Bonne Espérance ; ils doivent également veiller à ce que le Brésil ne devienne pas un État communiste, car cela pourrait menacer le flanc sud des États-Unis et servir de catalyseur à des révolutions de même nature dans le reste de l'Amérique latine; enfin, le Brésil se trouve dans la sphère d'influence et de domination économique des États-Unis. Le Brésil est l'un des "pays clés" de la domination mondiale de Washington, partageant ce statut avec l'Allemagne de l'Ouest, Taïwan et d'autres.

Le colonel Augusto B. Rattenbach a souligné (5) que la cooptation des industries d'armement américaines et brésiliennes et les exportations d'armes brésiliennes étaient l'expression de l'impérialisme de Washington et du sous-impérialisme subordonné et instrumentalisé de Brasilia. L'industrie brésilienne de l'armement est une extension du complexe militaro-industriel yankee, et la vente par le Brésil de ses produits aux pays hispanophones voisins est une autre manifestation de l'expansionnisme du géant lusophone, qui fait partie de la construction de la domination anglo-saxonne sur le continent sud-américain.

Bianchi met en garde contre la domination brésilienne dans l'espace sud-atlantique. Oscar Camillion a mis en évidence l'axe géopolitique Washington-Brasilia et sa pertinence pour les relations Brasilia-Buenos Aires, tout en soulignant que la position plus faible de l'Argentine dans ce rapport de force est en partie responsable de la faible cohérence géopolitique interne de l'État argentin. Nicolás Boscovich a analysé l'expansion du Brésil dans le bassin de La Plata et a proposé, pour la contrer, d'offrir à la Bolivie une sortie vers l'océan via le fleuve argentin Bermejo, et donc sous le contrôle de Buenos Aires. Le colonel Florentino Diaz Loza a également décrit le Brésil comme un outil aux mains de Washington et ses aspirations comme un "sous-impérialisme" américain. Au milieu des années 70, Andrés Fernandez Cendoya a souligné la transformation de la Bolivie en un pion de Brasilia et a mis en garde contre une alliance Brésil-Chili dirigée contre l'Argentine. Eduardo Machicote a critiqué les théories et la doctrine de G. de Couto e Silva, estimant qu'elles servaient en fait l'impérialisme américain. Carlos P. Mastrorilli a également reproché au Brésil de servir les États-Unis et a fait référence de manière polémique aux écrits du géopoliticien brésilien Carlos de Meira Mattos (1913-2007).

Armado Alonso Piñeiro a mis en garde contre l'expansion brésilienne dans des États tampons tels que la Bolivie et le Paraguay, et a recommandé à l'Argentine d'être le fer de lance de l'intégration des pays hispanophones pour faire contrepoids à l'axe États-Unis-Brésil. L'amiral Isaac F. Rojas a mis en garde contre les dangers posés par l'expansion du Brésil dans la région de La Plata et les projets hydroélectriques de Brasilia dans cette région; le projet brésilien de barrage et de centrale hydroélectrique d'Itaipú nécessite l'approbation de Buenos Aires en raison de son impact sur le projet de barrage de Corpus en Argentine. L'Argentine devrait commencer à exploiter son potentiel électrique, qui gagne en importance face à la crise de l'accès à l'énergie. Le Cmdr Rolando Segundo Siloni a effectué une analyse historique de l'expansion lusitanienne et brésilienne dans le bassin de La Plata.

md31676619135.jpgLes théories de J. E. Gugliamelli ont également inspiré d'autres représentants de l'école géopolitique argentine, comme le général Osiris Guillermo Villegas (1916-1998), ministre de l'Intérieur, alors négociateur clé dans les pourparlers visant à résoudre la crise du canal Beagle (1978). Le collaborateur de l'INSAC, en revanche, était le général J. T. Goyret, auteur de l'ouvrage "Geopolítica y subversión" (1980), où il adapte aux besoins argentins la théorie de la sécurité nationale liant les variables stratégiques aux variables économiques et sociales de G. de Couto e Silva. Dans les pages de la revue Armas y Geoestrategia, qu'il a fondée, il insiste sur la nécessité de lier les questions de sécurité et de développement dans la pensée militaire, et de veiller au développement des régions marginalisées afin de repousser les menaces qui pèsent sur la sécurité de l'État à l'intérieur et à l'extérieur de la République argentine.

L'économiste et géopoliticien Carlos Juan Moneta a plaidé en 1975 pour que Buenos Aires assume la souveraineté matérielle sur les Malouines et pour la nécessité de défendre l'Atlantique Sud contre la pénétration communiste et brésilienne. C. J. Moneta a prévenu que le Brésil chercherait à étendre son occupation sur l'Argentine Antarctique d'ici 1990, les militaires brésiliens ayant pris conscience de l'importance du continent polaire et du détroit de Drake. Les intérêts de Buenos Aires dans la région antarctique devraient également être menacés par Washington et Moscou. Des auteurs tels que Vicente Palermo (né en 1951), F. A. Millia et Pablo Sanz ont souligné que le développement des zones océaniques entourant l'Argentine deviendrait le moteur d'un développement économique sans précédent et donnerait à l'Argentine une mission historique, lui conférant une importance dans la famille des nations chrétiennes de l'Occident. Les cercles militaires argentins ont cherché pendant cette période à construire, avec l'aide des États-Unis, l'Organisation du traité de l'Atlantique Sud (SATO) pour contrer le communisme et la prétendue diversion soviétique dans la région.

c.argentina-triangular-gustavo-f-j-cirigliano_iZ165873554XvZgrandeXpZ1XfZ29360507-659639611-1XsZ29360507xIM-e1510336874369-201x300.jpgUne ligne complètement différente, continentale et émancipatrice était représentée, associée à la revue Geopolítica, par Gustavo F. J. Cirigliano, auteur, entre autres, de La Argentina triangular : geopolítica y proyecto nacional (1975). Il propose de surmonter deux faiblesses géopolitiques de l'Argentine: le sous-développement des "espaces ouverts" en Patagonie et en Antarctique, et la concentration démographique et industrielle excessive dans la province de Buenos Aires. En intégrant sa périphérie et en atteignant l'équilibre en tant qu'État-nation, l'Argentine devait "rectifier sa géographie et son histoire". Sur le plan international, G. F. J. Cirigliano prône l'intégration régionale latino-américaine et une politique de non-alignement pendant la guerre froide. L'Argentine prendrait la tête des pays du Cône Sud, qui seraient libérés de l'influence américaine. Le développement du Cône Sud se ferait dans un triangle géopolitique d'axes stratégiques dominés par Buenos Aires: l'axe fluvial (Río de la Plata), l'axe andin (nord-ouest de l'Argentine, Chili, Pérou) et l'axe méridional (détroit de Magellan, Malouines, Antarctique). L'échec de l'Argentine sur la voie de la superpuissance est imputable aux États-Unis et au Royaume-Uni.

L'importance de l'intégration nationale et de l'ordre interne dans le pays pour sa cohérence géopolitique a été soulignée par Basail Miguel Angel. La défense des droits de l'Argentine sur l'Atlantique Sud, les Malouines et l'Antarctique argentin, et l'importance de ces zones en cas de fermeture du canal de Panama ont été présentées par Juan B. Bessone. La conception continentale de l'émancipation de l'Amérique du Sud de la domination des thalassocraties yankee et brésilienne a été présentée dans l'ouvrage "Geopolítica de la liberación" (1972) de Norberto Ceresole : l'axe thalassocratique Washington-Brasilia conserve un avantage sur les mers, l'Argentine devrait donc être le fer de lance de l'intégration tellurique des États hispanophones d'Amérique du Sud. Le Cmdr Benjamín Cosentino a souligné l'importance historique, géopolitique et stratégique des Malouines et de l'Atlantique Sud. Héctor Gómez Rueda a proposé de renforcer l'importance et la grandeur de l'Argentine par son intégration avec les États voisins. Jorge Nelson Gualco a fait des recommandations similaires, proposant une intégration sud-américaine sous la direction de l'Argentine, mais excluant le Brésil, dont il critiquait le modèle de développement qu'il considérait comme néo-capitaliste et soumis aux intérêts américains. L'émancipation de l'Argentine vis-à-vis des États-Unis dans le domaine de l'industrie de l'armement a été préconisée par le général Eduardo Juan Uriburu. Il a appelé le projet "Plan Europa" et il impliquait l'achat d'armements et de technologies militaires auprès de pays européens, en particulier l'Allemagne, la France et la Belgique. Horacio Veneroni a également souligné que les États-Unis avaient "piégé" les industries d'armement latino-américaines dans un système de dépendance à leur égard. L'émancipation de l'Argentine par le développement de son plein potentiel géopolitique a été préconisée en 1970 par le général Osiris Guillermo Villegas.

Provincia-de-Tierra-del-Fuego-Antartida-e-Islas-del-Atlantico-Sur-Argentina-Instituto.png

Augusto Pinochet (1915-2006), note (6) que l'élite politique argentine et les fondateurs de l'école argentine de géopolitique sont conscients que la situation géographique de leur pays le place hors de portée effective des puissances mondiales, ce qui donne à Buenos Aires la liberté de lutter pour l'hégémonie dans la région du Cono Sur. Ces tendances se traduisent à la fois par un sentiment de responsabilité à l'égard de la paix et de la sécurité du cône sud et par la volonté de créer une "Grande Argentine" qui englobe également les Malouines, les Sandwich du Sud et l'Antarctique argentin. Pour illustrer cette prédisposition géopolitique de leur pays à dominer la région de La Plata, les officiers argentins utilisent la métaphore de la "route de l'orange" (El Camino de la Naranja): une orange (ou toute autre chose) jetée dans le courant de n'importe quelle rivière appartenant au système fluvial de La Plata doit tôt ou tard atteindre Buenos Aires, passant ainsi sous le contrôle de l'Argentine.

La disparition de l'école géopolitique argentine

Après la fin du régime militaire, pendant la période connue sous le nom de "Processus de réorganisation nationale" (Proceso de Reorganización Nacional) entre 1976 et 1983, et après l'avènement du démolibéralisme et sous le règne du premier président démolibéral du pays, Raúl Alfonsín (1983-1989), l'école argentine de géopolitique s'est décomposée et a perdu de son originalité. Les anciennes orientations "continentales" (indépendantistes) et "occidentales" (pro-yankee) ont perdu de leur pertinence, tandis qu'ont émergé de nombreux ouvrages écrits dans une veine marxiste ou libérale, accusant la géopolitique d'être un outil doctrinal du militarisme, de la dictature, de l'expansionnisme et du terrorisme des gouvernements militaires. La tradition de l'école argentine de géopolitique est défendue par des auteurs tels que N. Boscovich (par exemple, l'ouvrage de 1999 "Geoestrategia Para la Integracion Regional"), C. J. Moneta, Hugh Gaston Sarno, Andres Alfonsin Bravo et d'autres. Des traductions en espagnol d'ouvrages de K. Haushofer, H. J. Mackinder et Saul Cohen, entre autres, sont également publiées. Les thèmes abordés sont les suivants : l'intégration économique régionale. Mercosur, la gouvernance démocratique et la politique de non-alignement, la mondialisation et les relations des États-Unis avec l'Amérique latine, ainsi que les questions classiques de sécurité territoriale et frontalière - en particulier en ce qui concerne les Malouines, qui sont toujours une colonie britannique.

Ronald Lasecki

Publié à l'origine dans Polityka Narodowa

Soutenez mon travail d'analyse: https://zrzutka.pl/xh3jz5

Littérature :

    1) Child J., Geopolitical Thinking in Latin America, 'Latin American Research Review', vol. 14, no. 2/(1979), pp. 89-111.

    2) Dinges J., Le temps du condor. Comment Pinochet et ses alliés ont semé le terrorisme sur trois continents, Czarne Publishing House, Wolowiec 2015.

    3) Dodds K., Geopolitics and Geographical Imagination of Argentina, [in] K. Dodds, D. Atkinson (eds), Geopolitical Traditions.A century of geopolitical thought, Routledge, London and New York 2000, pp. 150-185.

    4) Dobrzycki W., Latin America in the modern world, Ministry of National Defence Publishing House, Varsovie 1989.

    5) Tenże, Les relations internationales en Amérique latine. Histoire et contemporanéité, Wydawnictwo Naukowe SCHOLAR, Varsovie 2000.

    6) The Geopolitics of Brazil : An Emergent Power's Struggle with Geography, https://wikileaks.org/gifiles/attach/44/44401_An%20Emergent%20Po.pdf (14.03.2020).

    7) Pinochet Ugarte A., Geopolítica. Segunda Edicion, Editorial Andres Bello, Santiago 1974.

samedi, 11 novembre 2023

La dérive de Porro. Les prêts en yuans sont de la vassalité, les prêts en dollars sont bons et justes

8006cdb3-4f4d-11eb-a88b-02fe89184577.jpg

La dérive de Porro. Les prêts en yuans sont de la vassalité, les prêts en dollars sont bons et justes

Enrico Toselli

Source: https://electomagazine.it/la-deriva-di-porro-i-prestiti-in-yuan-sono-vassallaggio-quelli-in-dollari-sono-buoni-e-giusti/

La dérive de Nicola Porro, libertarien italien et directeur adjoint de Il Giornale, ne connaît plus d'obstacles. Et tandis qu'il s'emploie à expliquer que l'urgence humanitaire est représentée par quelques écrits sur les murs et non par le massacre de plus de 4000 enfants à Gaza, son site héberge un article fondamental de Leopoldo Gasbarro, qui s'emploie à démontrer que la méchante Chine est en train d'acheter l'Argentine et le Pakistan. Dans le cas de Buenos Aires, par exemple, en prêtant de l'argent aux Argentins pour payer les dettes au Fonds monétaire international contrôlé par les États-Unis.

Mais cela ne suffit pas. Gasbarro le porriste, souverainiste en puissance de confession crosettiste, s'indigne parce que le paiement n'a pas été effectué en dollars mais en yuans. Une preuve évidente de "vassalité", selon les amis de Porro. Ceux-ci considèrent évidemment le dollar comme la monnaie nationale de l'Argentine, puisqu'un paiement dans la monnaie de Washington ne serait pas de la vassalité. Ou, peut-être, auraient-ils préféré la défaillance de Buenos Aires, pour permettre aux maîtres américains d'intervenir directement dans la politique argentine. Après tout, pour les Yankees, l'Amérique latine est leur arrière-cour, ils doivent donc pouvoir faire ce qu'ils veulent.

Mais Gasbarro va plus loin. Car l'arrière-cour ne doit s'appliquer qu'à Washington. Ce n'est pas comme si Pékin pouvait faire la même chose pour le Pakistan voisin. En continuant à prêter de l'argent avec lequel Islamabad rembourse l'habituel Fonds monétaire international. En bref, les dettes doivent être contractées exclusivement auprès d'institutions contrôlées par les États-Unis. À des taux plus élevés et avec des contrôles obsessionnels non pas sur les aspects financiers mais sur les aspects politiques et culturels. Après tout, les atlantistes sont les bons, y compris les banquiers et les usuriers. Tous les autres sont mauvais et doivent se conformer.

13:43 Publié dans Actualité, Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dollar, yuan, argentine, chine, pakistan, actualité, économie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

vendredi, 03 novembre 2023

La validité et l'efficacité de la pensée de Perón

7a0343bc9be213bdbed8828f8c69cb12.jpg

La validité et l'efficacité de la pensée de Perón

Antonio Rougier

Source: https://geoestrategia.es/noticia/41680/opinion/la-vigenci...

Comme la vie le veut, et parce que les âmes sœurs se rencontrent aussi, je suis entré en contact via Facebook avec Pedro Jubera García de Madrid. Et, partant de conceptions apparemment différentes (socialisme espagnol et justicialisme argentin), nous nous sommes mis d'accord sur les fondamentaux : le respect de la dignité humaine et la lutte pour la justice sociale.

Sur cette base, il me demande d'essayer d'apporter des concepts sur "la validité et l'efficacité de la pensée de Perón" (dans un bref résumé) afin de contribuer à sa clarification dans les milieux espagnols à travers la prestigieuse REVISTA GEOESTRATEGIA.

Ma gratitude est suprême.

Péronisme ou justicialisme

Commençons par clarifier le "nom". Il faut savoir que le mot Justicialismo est synonyme de "doctrine péroniste". Parmi les idées et les concepts qui fondent le projet politique, le "péronisme" a été la première concrétisation de ces "idées ou doctrine" au cours de la vie du général Juan Domingo Perón.

Cela signifie qu'il peut y avoir d'autres "réalisations" de la doctrine péroniste, des idées de Perón, du justicialisme, comme ce fut le cas en Argentine, selon mon concept, du kirchnerisme et de l'actuel "multilatéralisme" en tant qu'expression de la "troisième position" proposée par Perón.

La coïncidence entre la "doctrine péroniste" et le "justicialisme" se trouve dans la définition même de la doctrine péroniste :

"La Doctrine péroniste ou Justicialisme, qui a pour but suprême d'atteindre le bonheur du Peuple et la grandeur de la Nation, au moyen de la Justice sociale, de l'Indépendance économique et de la Souveraineté politique, en harmonisant les valeurs matérielles avec les valeurs spirituelles, et les droits de l'individu avec les droits de la société".

Et sa réalisation, Perón l'explique ainsi, en parlant de sa "troisième position" le 1er décembre 1952 :

"Le gouvernement des nations peut se réaliser de différentes manières ; mais toutes, au cours de l'histoire, ont oscillé comme un pendule entre l'individualisme et le collectivisme. Nous pensons qu'entre ces deux extrêmes, il existe une troisième position, plus stable et permanente, et c'est sur cette troisième position que nous avons fondé toute notre doctrine, dont les principes constituent le Justicialisme et dont la réalisation est le Péronisme".

Nous essaierons donc désormais de partager avec vous ce qu'est le Justicialisme, dont la première "réalisation" a été le Péronisme. Et qui a été pensé comme une proposition universelle, comme nous essaierons de le justifier.

Le Justicialisme est un Mouvement National

Qu'est-ce que cela signifie ? Cela signifie que toute la proposition politique de Perón, dans ses idées et ses réalisations, s'adressait et s'adresse toujours "au peuple argentin dans son ensemble". Par conséquent, le Justicialisme n'est pas un "parti politique", même s'il prend cette forme pour pouvoir participer à la structure "démocratique" nationale et internationale actuelle.

Parce que Perón a pris l'Argentine, l'ensemble du peuple argentin comme une unité, comme un corps, comme une organisation unique. Et pour Perón, toute organisation, et donc l'Argentine, doit comporter deux éléments essentiels :

- l'organisation spirituelle, constituée par l'ensemble des idées et surtout par l'objectif qui "unit" les membres de toute organisation. Idées ou objectifs qui visent à unir les membres du Mouvement Justicialiste National.

- L'organisation matérielle, constituée par la forme et la manière de réaliser ces idées, cette finalité, que Perón appelle "formes d'exécution".

peron.jpg

Pour Perón, l'instrument de l'organisation spirituelle est la "doctrine". Réaliser ce qu'il appelle "l'unité de conception", l'unité d'idées, l'unité d'objectifs au sein du peuple dans son ensemble.

Pour que le peuple nous accompagne librement et volontairement dans la réalisation de ces idées, de cette doctrine. Réaliser "l'unité d'action". Une tâche qui implique nécessairement une occupation constante pour "transmettre" ces idées, cette Doctrine.

Le but premier pour atteindre le but suprême

Le but premier des idées, d'une "doctrine nationale" était de réaliser ce qu'il appelait "l'unité nationale" le 1er mai 1950 avec ces concepts.

"Pour que notre peuple adopte notre idéologie et réalise la coïncidence essentielle pour atteindre notre objectif premier d'unité nationale, il était nécessaire d'abattre toutes les barrières de séparation entre le peuple et ses gouvernants et entre les différents groupes sociaux d'un même peuple, et de faire en sorte que chaque Argentin se sente maître de son propre pays. C'est pourquoi nous avons lancé le grand objectif de notre mouvement : la justice sociale".

La doctrine n'est pas née d'une réflexion de bureau mais d'un "processus" permanent de contact et de dialogue avec les travailleurs en particulier.

Ce processus peut se résumer ainsi : le premier objectif de Perón était la "justice sociale" : que chaque Argentin vive un peu plus heureux, un peu plus dignement que jusqu'alors, comme le veut le principe de la "dignité humaine".

Lorsqu'il a essayé de mettre cela en pratique, il a constaté que presque tous les biens du pays se trouvaient dans des mains étrangères : la Banque centrale, les chemins de fer, les transports terrestres et maritimes, etc. Il lui faut donc réaliser l'"indépendance économique" et la "souveraineté politique" sans lesquelles cette justice sociale est impossible.

f6aa43ab00db9b7a867357de7e2e02b1.jpg

b2e98553027a29c27a216cd4baebc312.jpg

La réalisation de cette "justice sociale" par le biais de l'"indépendance économique" et de la "souveraineté politique" a pris toute la durée du premier gouvernement : de 1946 à 1951, et il l'a réalisée par le biais du premier plan quinquennal.

Une fois la "justice sociale" réalisée avec succès au cours de cette période et en préparation du deuxième plan quinquennal, il définit "la doctrine péroniste ou justicialisme" comme le troisième article de la loi "nationale" 14.184 du deuxième plan quinquennal :

"Aux fins d'une interprétation correcte et d'une exécution efficace de la présente loi, la "doctrine nationale", adoptée par le peuple argentin, est définie comme la doctrine péroniste ou le justicialisme, qui a pour objet:

- L'objectif suprême est d'atteindre le bonheur du peuple et la grandeur de la nation,

- par la justice sociale, l'indépendance économique et la souveraineté politique,

- en harmonisant les valeurs matérielles avec les valeurs spirituelles, et les droits de l'individu avec les droits de la société.

L'objectif premier de "l'unité nationale" pour atteindre l'objectif suprême du "bonheur du peuple et de la grandeur de la nation".

Tous ces concepts proposés dans l'histoire, en tant que projet politique, n'ont été proposés par le Justicialisme qu'avec cette clarté et sont parfaitement réalisables aujourd'hui dans n'importe quelle partie du monde.

Dans n'importe quel pays du monde, il est possible de former un Mouvement qui vise le "tout" du Peuple. Il est "national".

Il a pour but premier l'unité nationale.

Son but suprême doit être "le bonheur de son peuple et la grandeur de sa nation".

Qu'il réalise ce bonheur et cette grandeur par la justice sociale, l'indépendance économique et la souveraineté politique.

En cherchant toujours, en toutes choses, à harmoniser les valeurs matérielles avec les valeurs spirituelles et les droits de l'individu avec ceux de la société.

Bien sûr, en essayant de comprendre, par la réflexion et l'étude, quel est le sens et la signification que le Justicialisme donne à chacun de ces concepts.

Un sens et une signification que l'on retrouve dans le plan de formation mis en œuvre par Perón à travers l'École supérieure péroniste et les Écoles syndicales pour parvenir à l'"élévation culturelle" permanente de l'ensemble du peuple. Vous pouvez consulter ce plan sur le site www.escuelasuperiorperonista.com

Et dont la première et synthétique explication se trouve dans ce résumé.

APERÇU GÉNÉRAL DE LA DOCTRINE PÉRONISTE OU JUSTICIALISME:

1 - Objectifs de la doctrine.

1.1 - Immédiat : l'unité nationale. 1.2.

1.2 - Ultime : bonheur du peuple et grandeur de la nation.

2.- L'homme, la femme, l'être humain est une dignité (c'est le principe philosophique fondamental).

2.1 - Est un principe et une fin en soi (a des valeurs individuelles).

2.2 - Elle a une fonction sociale (valeurs sociales).

2.3 - Elle a des valeurs spirituelles (c'est l'harmonie de la matière et de l'esprit).

3.- La justice sociale (c'est le principe sociologique fondamental), qui implique :

3.1 - Elever la culture sociale (sociologie de la culture)

3.2 - Dignifier le travail (sociologie du travailleur, de la famille, du peuple, de l'Etat).

3.3 - Humaniser le capital (sociologie économique).

4.- L'indépendance économique (principe économique fondamental) signifie:

4.1 - Récupérer le patrimoine national (première étape).

4.2 - Réactiver l'économie (mettre le capital au service de l'économie).

4.3 - Répartir équitablement les richesses (mettre l'économie au service de la fonction sociale).

5.- La souveraineté politique (c'est le principe politique fondamental) qui signifie :

5.1 - Respecter la souveraineté des citoyens (droits des citoyens)

5.2.- Respecter la souveraineté du peuple (démocratie).

5.3 - Respecter la souveraineté de la Nation (autodétermination des Peuples).

44a731fa88affd849db310e4824ade1f.jpg

Sans jamais oublier le fondement spirituel du Justicialisme et ses conséquences, exprimé dans ce texte de l'Histoire du Péronisme d'Eva Perón.

"Les doctrines triomphent, dans ce monde, selon la dose d'amour infusée dans leur esprit. C'est pourquoi le Justicialisme, qui commence par affirmer qu'il est une doctrine d'amour et finit par dire que l'amour est la seule chose qui construit, triomphera.

Plus la doctrine est grande, plus elle est niée, plus elle est combattue. C'est pourquoi nous, les Justiciers, nous devons être fiers de savoir que les incapables, les vendus, les vénaux, ceux qui ne sont pas dans les intérêts patriotiques, la combattent de l'intérieur et de l'extérieur. Notre doctrine doit être bien grande quand elle est ainsi redoutée, combattue, détruite".

"Son efficacité et sa permanence dans le temps (1945-2023), comme le dit une chanson populaire : "malgré les bombes, les fusillades, les camarades morts, les disparus, ils ne nous ont pas vaincus". Et ils ne nous vaincront pas parce que le Justicialisme est une doctrine d'amour, parce que l'amour est la seule chose qui construit. Ce n'est qu'avec l'amour que l'on peut construire le bonheur d'un peuple et la grandeur d'une nation.

Et l'amour ne peut être tué. Il ne meurt jamais".

samedi, 21 octobre 2023

Argentine: Milei, dit « La Perruque », bientôt à la Maison rose ?

20231019044105-54596812.jpg

Argentine: Milei, dit «La Perruque», bientôt à la Maison rose ?

par Georges FELTIN-TRACOL

Le 22 octobre prochain va se dérouler en Argentine un scrutin présidentiel. Après un mandat chaotique de quatre ans miné par une inflation annuelle de 125 % et un taux de pauvreté avoisinant les 50 % de la population, l’actuel chef de l’État, Alberto Fernández, péroniste de centre-gauche, ne se représente pas. L’ancienne présidente péroniste de gauche de 2007 à 2015, Cristina Kirchner, qui est la vice-présidente, passe elle aussi son tour. Rappelons qu’en 2023, le péronisme a perdu tous ses axes fondamentaux et occupe tout le champ politique, de l’extrême gauche à la droite radicale sans oublier le centrisme. On attend cependant un écologisme péroniste ou un péronisme écologique…

Le candidat des dirigeants sortants est l’actuel ministre de l’Économie, Sergio Massa. Face à lui, le vieux parti Union civique radicale en coalition avec d’autres formations présente Patricia Bullrich, ministre de la Sécurité (de l’Intérieur si l’on veut) de 2015 à 2019 sous la présidence du libéral Mauricio Macri. Myriam Bregman porte les couleurs du Front de Gauche et des Travailleurs. Quant à l’actuel gouverneur de Córdoba, Juan Schiaretti, il incarne un centre-gauche modéré anti-kirchnériste et mécontent de la politique erratique de Macri. Mais ces quatre candidats à la « Maison rose », le siège de la présidence, craignent un cinquième que la presse surnomme « El Peluca » (« la Perruque ») en raison de sa coiffure excentrique : Javier Milei.

Aux élections primaires, obligatoires et simultanées du 13 août dernier, Javier Milei est arrivé en tête avec 29,86%. Ce député fédéral de Buenos Aires élu en 2021 met chaque mois à la loterie son indemnité parlementaire de  350.000 pesos (environ 2.900 euros). Les chaînes de télévision retransmettent en direct l’événement. C’est en 2014 que les animateurs radiophoniques et de télévision ont commencé à inviter cet économiste qui aborde la situation économique et politique du pays. Sa franchise et ses coups d’éclats verbaux en font vite une vedette médiatique.

000_33WM48B.jpg

Né dans la capitale argentine en 1970 d’un père chef d’entreprise de transports et d’une mère au foyer, Javier Milei s’essaye d’abord au football, puis au rock avant de suivre des cours d’économie et de décrocher un diplôme. Dans un pays où l’héritage interventionniste péroniste demeure fort présent dans les esprits, Milei se veut iconoclaste. Ce lecteur attentif de l’« École de Vienne » (Hayek par exemple) aime dénoncer la « caste politicienne parasite ». Ainsi prône-t-il la libération de l’Argentine ou, plus exactement, sa « libéralisation » : réduction draconienne des dépenses publiques, baisse massive des impôts, suppression des ministères de l’Éducation, de la Santé, de la Condition féminine, des Travaux publics et du Développement social, abandon de la gratuité de l’instruction, dissolution de la Banque centrale argentine, fin du contrôle des changes, arrêt du protectionnisme économique et recours au libre-échange total. Si Javier Milei se réclame du président faussement péroniste Carlos Menem (1989 – 1999), il apprécie beaucoup ce grand humaniste d’Al Capone. Il déteste en revanche le « pape » Bergoglio en qui il voit un fourrier du communisme.

Plus que libéral, Javier Milei est en réalité libertarien. Les Européens connaissent mal cette pensée politique. En 1988, Pierre Lemieux publie aux PUF dans la célèbre collection « Que sais-je ? », n° 2406, L’anarcho-capitalisme, c’est-à-dire la théorie d’une société sans aucun État dans laquelle toutes les relations humaines dépendraient du contrat et du droit. En 2009, Sébastien Caré sortait encore aux PUF dans la collection « Fondements de la politique » La pensée libertarienne. Genèse, fondements et horizons d’une utopie libérale. Pour cet auteur, les libertariens quittent le milieu conservateur et tombent à gauche. Dans les faits, en minarchiste fidèle à l’enseignement de Murray Rothbard, d’Ayn Rand et de Robert Nozick, Milei conçoit un « État minimal » réduit à ses seules fonctions régaliennes. Ainsi veut-il la liberté du port d’arme, la vente des organes humains, la légalisation de toutes les drogues. Il ne s’oppose ni au mariage pour tous, ni au changement de genre à la condition que cela ne coûte rien aux finances publiques. Il propose la dollarisation de l’économie. Le dollar des États-Unis remplacerait le peso et deviendrait la seule monnaie officielle. En revanche, ce climatosceptique avéré rejette l’avortement et le féminisme. Pourtant, il a choisi pour la vice-présidence la députée Victoria Villarruel accusée de nostalgie envers la junte militaire (1976 – 1983). Âgée de 50 ans, Karina dirige d’une main de fer la campagne de son frère si bien que de mauvais esprits la décrivent comme la véritable cheftaine…

E8g3zCHXoAcPOrp.jpg

Javier Milei a vécu en couple avec une célèbre chanteuse du cru. Désormais célibataire, il ne cache pas son hostilité à l’institution du mariage. Catholique de culture féru d’occultisme, il a déjà fait cloner l’un de ses chiens et a remercié les quatre autres décédés le soir de sa victoire aux primaires. Il organiserait des séances de spiritisme avec des tables tournantes afin de discuter avec ses chiens défunts.

Si existe depuis 2018 un Parti libertarien, Javier Milei a lancé son propre mouvement, La Libertad avanza (La Liberté avance), qui, pour l‘échéance présidentielle, s’est associée avec d’autres partis libéraux-conservateurs et des partis provinciaux assez anti-péronistes. Le système médiatique le soupçonne de proximité avec le parti espagnol Vox.

Suivi sur les réseaux sociaux par plus de cinq millions d’abonnés, Javier Milei considère que « la redistribution des richesses est un acte violent ». Il justifie sa chevelure exubérante en avouant être peigné par « la main invisible du marché ». En politique étrangère, ce super-atlantiste regrette l’entrée prochaine de l’Argentine dans les BRICS et soutient autant Israël que l’Ukraine. Il a enfin à plusieurs reprises mentionné devant micros et caméras son éventuelle conversion au judaïsme, bien sûr libéral. On est très loin d’une figure nationale-conservatrice, illibérale ou nationale-révolutionnaire...

Si Javier Milei devient le 54e chef d’État de l’Argentine, il est peu probable que son alliance électorale obtienne la majorité absolue au Congrès (Sénat et Chambre des députés). Dans un régime présidentiel tel que l’Argentine, le blocage risque alors de devenir permanent. Le chef de cabinet des ministres d'Argentine, soit l’équivalent du Premier ministre et du Secrétaire général de l’Élysée, devra pratiquer un art élevé de la séduction, du compromis et de la négociation auprès de parlementaires plus ou moins rétifs. Sa possible victoire peut aussi cristalliser l’activisme des forces de gauche et d’extrême gauche. En 2021, son slogan pendant la campagne législative était : « Je ne suis pas venu ici pour guider des agneaux mais pour réveiller les lions ! » Au pays des pumas, cette allusion féline relève de ses habituelles saillies.  

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 88, mise en ligne le 20 octobre 2023 sur Radio Méridien Zéro.

vendredi, 25 août 2023

Commentaires sur les élections en Argentine

71b8b0189e75ccc461b920b15577d9bd.jpg

Commentaires sur les élections en Argentine

Enric Ravello Barber

Source: https://euro-sinergias.blogspot.com/2023/08/comentarios-sobre-las-elecciones-paso.html

La presse argentine et mondiale s'accorde à qualifier d'énorme surprise le résultat des élections des élections dites "PASO" qui se sont déroulées le dimanche 13 août en Argentine. Pour expliquer cette surprise au public non argentin, il faut tenir compte de l'énorme désastre économique et social que ces dernières années de gouvernement du parti justicialiste (péroniste) ont entraîné.

Les quatre candidats qui se sont présentés aux élections PASO avec une chance de devenir le prochain président argentin à l'automne partagent tous une idéologie libérale - à des degrés divers - et font partie du parti atlantiste - dans ses différentes familles - de Milei à Massa, les différences sont de l'ordre de la nuance, jamais de l'essence.

-1jmx-1.jpg

Le grand vainqueur Javier Milei (photo, ci-dessus), fondateur du parti La Libertad Avanza, doit son triomphe à son attaque constante contre la classe politique dont l'inaptitude a conduit l'Argentine à la situation chaotique actuelle; il n'a pas tort sur ce point. Mais Milei est de ceux qui ne critiquent jamais la classe économique mondialiste qui est la première responsable de toute gabegie, où que ce soit dans le monde. Politiquement, il se situe à l'extrême droite, mais en réalité, c'est un ultra-libéral (un anarcho-libéral, aime-t-il à dire de lui-même), un admirateur de Margaret Thatcher, qui a déclaré la guerre à l'Argentine et qui est favorable au libre marché des organes humains, comme il l'a lui-même répété. Le parti espagnol VOX a été le premier à le féliciter.

20230814044305-6173412.jpg

La coalition d'opposition de centre-droit JxC (Juntos por el Cambio) est le perdant politique de la soirée, sa deuxième place est loin des attentes et la distance avec le Justicialismo est très faible. Lors de l'élection interne, l'ultra-libérale Patricia Bullrich (photo, ci-dessus) l'a emporté sur le plus centriste Larreta, l'actuel maire de Buenos Aires. Bullirch, militante des Montoneros dans les années 1970, est aujourd'hui très proche de Milei dans sa vision économique, sans pour autant tomber dans l'histrionisme de ce dernier.  Du fait de son mari juif argentin, elle a des liens étroits avec Israël.

La coalition gouvernementale Unidos por la Patria (UxP) est arrivée en troisième position, son noyau politique, le Partido Justicialista, enregistrant les pires résultats de son histoire. Le candidat soutenu par Cristina Kirchner et l'aile gauche qui gouverne le Parti obtiennent un résultat ridicule. L'élection interne a été remportée par Sergio Massa, un autre centriste, lié au groupe de communication de Vila Manzano, soutenu par les exilés cubains et le Parti démocrate américain.

Les PASO (Primeras, Abiertas, Simultáneas, Obligatorias) n'ont pas d'effet administratif immédiat, mais ils permettent d'élire les candidats de chaque bloc et de voir qui pourrait être le vainqueur. Après les résultats d'hier, le scrutin d'octobre risque d'être un duel Milei-Bullirch - tant pis - et l'Argentine entrera dans quatre années d'ultralibéralisme et de soumission servile à l'atlantisme, avec une possible dollarisation de l'économie. Le péronisme passera à l'opposition, lourdement défait, la bonne nouvelle étant que cette défaite sans appel signifierait des changements internes au parti justicialiste et une activation politique des secteurs nationaux et sociaux du péronisme qui sont actuellement dispersés et sans cohésion politique en Argentine.

Les élections PASO ont été un premier avertissement du panorama politique actuel en Argentine. En octobre, nous reviendrons sur les résultats électoraux définitifs.

lundi, 01 mai 2023

Argentine: Sergio Berni, sensibilité progressiste et politique d'immigration

statue-buenosaires-argentina.adapt_.1900.1.jpg

Argentine: Sergio Berni, sensibilité progressiste et politique d'immigration

Pablo Dávoli

Source: https://euro-sinergias.blogspot.com/2023/03/berni-la-susceptibilidad-progresista-y.html?fbclid=IwAR3B_n-DNrBwb08UyFVRn_fNSIcPs7QrfgLUOiZwTEAQlJc4CmFOa1iT28o

Le mercredi 12 septembre 2012, le secrétaire à la Sécurité de la République argentine, Sergio Berni, a souligné, dans des déclarations radiophoniques, la participation d'étrangers à certains crimes commis sur le territoire argentin. ([1]) Comme on pouvait s'y attendre, une vive polémique est née autour de ces expressions, dans le cadre de laquelle les accusations de xénophobie et de racisme n'ont pas été absentes.

Certes, nous vivons une époque d'extrême sensibilité aux différences et aux distinctions qui en découlent. C'est la force de l'hégémonie que l'égalitarisme a réussi à forger sur le plan culturel, dans le contexte de cet Occident post-moderne. La règle égalitaire régit notre coexistence. Parfois, elle le fait dans sa version "uniformisante". D'autres fois, elle le fait sous sa forme "égalisatrice". La première tend à l'homogénéité ou à l'égalisation matérielle. La seconde, en revanche, tend à l'équivalence de ce qui est différent (c'est-à-dire à une égalisation de type formel).

Jusqu'ici, c'est un diagnostic sociologique sommaire que nous nous sommes permis de répéter, avec l'intention délibérée d'expliquer la sensibilité frappante de notre époque aux distinctions, en général. Cependant, la controverse suscitée par les propos de Berni est une bonne occasion d'exposer, même succinctement, les principes et les règles de base qui, à notre avis, devraient régir la politique d'immigration de n'importe quel pays.

Nous considérons que, pour ce faire, notre statut d'Argentin nous donne un avantage considérable, puisque notre peuple, dans une large mesure, a été constitué par des immigrés. En d'autres termes, la nation argentine est un cas d'assimilation réussie d'étrangers. De plus, ce processus s'est déroulé relativement récemment et est donc encore "vivant" dans la mémoire et le cœur de notre peuple.

Dans ces conditions, passons en revue les lignes directrices et les règles élémentaires qui, à notre modeste avis, constituent une politique d'immigration saine et sensée. A savoir :

La population du pays d'accueil doit être inférieure à sa taille optimale.

Cette taille démographique varie en fonction des conditions géographiques de chaque pays, de l'époque qu'il traverse, du degré de développement technologique atteint et de bien d'autres choses encore.

DAvoliberni1.jpg

Immigrants italiens arrivant à Buenos Aires en 1948 ([2])

 La contribution des immigrés italiens a été très profonde et -sans aucun doute- décisive dans la composition ethnique et culturelle du peuple argentin.

On dit souvent - non sans raison - que l'Espagne est la mère patrie de la nation argentine. Sans préjudice de cette affirmation, l'Italie peut être considérée comme une seconde mère patrie du pays sud-américain susmentionné.

La population du pays d'accueil doit être favorable à l'accueil des immigrants.

En principe, il n'est pas légitime d'imposer à une communauté la présence d'étrangers en son sein, c'est-à-dire de l'obliger à ouvrir les portes de sa maison à des étrangers. Il fait partie du droit sacré à l'autodétermination des peuples de décider du type de vie qu'ils veulent développer sur leurs territoires respectifs. Cette prérogative inclut, entre autres, la décision d'admettre ou non des étrangers dans son propre foyer national.

De plus, la réticence de la population d'accueil à l'égard de l'immigration est un obstacle extrêmement difficile à surmonter, non seulement pour l'assimilation des nouveaux arrivants, mais aussi pour la coexistence pacifique entre eux et la population locale. C'est pourquoi nous osons affirmer sans hésitation qu'un processus d'immigration mené contre la volonté de la communauté locale n'est pas seulement un scandale, mais qu'il est également voué à l'échec dès le départ et qu'il sera source de toutes sortes de conflits sociaux et politiques.

mavgbxresdefault.jpg

bemas-gral-belgrano-servicios-cerca-1.jpg

Deux images de Villa General Belgrano, nichée dans les sierras de la province de Córdoba. La population de cette petite ville est majoritairement d'origine allemande ([3]/[4]).

Davoliberni4.jpg

Des millions d'Argentins ont des ancêtres allemands, germano-russes (c'est-à-dire allemands de la Volga), suisses et autrichiens ([5]). Sur la photo, une fillette Argentine de la ville de Coronel Suárez (province de Buenos Aires) boit du maté ([6]). Comme d'autres villes argentines, Coronel Suárez a une population dont les origines sont principalement germano-russes.

 

Les conditions économiques et sociales du pays d'accueil doivent être bonnes et stables.

La prospérité économique et sociale est l'une des clés fondamentales d'un processus d'intégration des immigrants qui serait pacifique, cordial et fructueux. La population locale doit jouir d'une bonne situation socio-économique, qui lui permette de subvenir à ses besoins de manière adéquate.

Les étrangers doivent pouvoir participer rapidement et facilement au processus de création, de circulation et de distribution des richesses. L'arrivée d'immigrants doit représenter - au moins à moyen et long terme - un facteur de croissance et de développement.

Il doit y avoir une similitude ou une compatibilité culturelle entre le groupe d'accueil et ceux qui aspirent à le rejoindre.

Le monde est immense et l'humanité, Dieu merci, est très diverse. C'est un symptôme de provincialisme culturel grotesque - pratiquement inexcusable à notre époque - que de penser que les différences entre les divers peuples du monde ne sont que superficielles. Sur toute la surface de notre planète, la nature humaine, si complexe, a "fleuri" à profusion, dans une multitude de versions colorées, très différentes les unes des autres.

La personnalité de chaque homme s'est forgée dans la particularité sophistiquée de son environnement communautaire d'origine. C'est pourquoi chacun d'entre nous (qu'il le sache ou non, qu'il le veuille ou non) est porteur d'un patrimoine humain particulier et spécifique. C'est pourquoi, avec l'immigré, entrent dans la communauté d'accueil - d'une manière ou d'une autre:

       - La lignée de l'immigré (avec ses traditions et ses coutumes).

       - L'histoire de cette lignée (avec ses différentes vicissitudes ; avec ses joies, ses peines et ses traumatismes ataviques).

       - Les répercussions émotionnelles de la terre ancestrale et de son paysage dominant.

       - Et un long et complexe etcetera...

Vouloir dépouiller l'immigré de tout ce bagage qui - dans une large mesure - le constitue, implique une violence tout à fait inutile.

Les immigrés doivent vouloir faire partie de la communauté qui les accueille.

Le succès d'une politique d'immigration dépend également du désir des nouveaux arrivants d'appartenir au groupe qui les accueille. Les étrangers doivent s'attacher au pays d'accueil au point de l'adopter comme patrie, pour eux-mêmes et, bien sûr, pour leur progéniture, avec tout ce que cela implique (par exemple, le service des armes en cas de guerre).

Les immigrés doivent enrichir la vie de la communauté d'accueil, sans la dénaturer.

L'intégration réussie des étrangers passe par leur contribution économique, sociale et culturelle. Un apport qui - comme nous l'avons déjà indiqué - enrichit matériellement et spirituellement la communauté d'accueil dans son ensemble (et non un secteur particulier "ghettoïsé"), sans perturber sa matrice socioculturelle. Cette matrice est constituée d'une certaine vision du monde ("Weltanschauung", comme disent les maîtres allemands) et d'un certain "modus vivendi" local.

En d'autres termes, l'"ethos" de la communauté d'accueil et son développement historique doivent subir une sorte de fertilisation et d'élargissement, grâce à l'apport des immigrés, sans pour autant porter atteinte à son authenticité originelle. Au contraire, elle doit la sauvegarder et favoriser sa plus grande fécondité. Il en découle, comme conséquence logique, et entre autres exigences, la nécessité d'exclure les délinquants, les criminels, les voyous, etc.

Burmeister_Harmann_1807-1892.png

Berg_Carlos_1843-1902.png

Carlos Germán C. Burmeister (à l'origine Karl Hermann K. Burmeister), naturaliste, zoologiste et paléontologue allemand, naturalisé argentin. Il a passé la plus grande partie de sa prolifique carrière dans sa seconde patrie. Il a fondé l'Académie nationale des sciences naturelles à Cordoba. Il a dirigé pendant de nombreuses années le Museo Argentino de Ciencias Naturales à Buenos Aires.

À ses côtés, Carlos Berg (à l'origine Friedrich Wilhelm Karl Berg), scientifique et éducateur letton d'origine allemande, naturalisé argentin. Il a développé et publié plus de 200 travaux de recherche dans son pays d'adoption. Il a été nommé directeur du musée national de Buenos Aires en 1892.

Ce ne sont là que deux bons exemples des nombreux et prestigieux immigrants qui ont apporté une contribution extraordinaire à la vie culturelle de la nation argentine.

sanbernardo2.jpg

Catedral_de_San_Carlos_de_Bariloche.JPG

Deux images de la ville de San Carlos de Bariloche (province de Río Negro). Ses premiers habitants étaient des Allemands et des Suisses ([7]/[8]).

 

Il s'agit là d'un bref aperçu des principes et règles de base qui - à notre modeste avis - permettent d'articuler une bonne politique d'immigration. Bien entendu, il ne s'agit pas d'une liste exhaustive d'exigences, car un tel détail aurait largement dépassé les limites du présent document. Il existe en effet des lignes directrices relatives aux questions de santé, de densité de population (c'est-à-dire de répartition territoriale des arrivants dans le pays, etc.). Néanmoins, nous sommes profondément convaincus que, malgré leur insuffisance, les exigences détaillées ci-dessus sont indispensables.

74422244_10156593845107423_1567605656507121664_o.jpg

Qui est Pablo Javier Davoli ?

Pablo Javier DAVOLI est né à Rosario (Province de Santa Fe, Argentine) en 1975. Il a obtenu son diplôme d'avocat à la faculté de droit et de sciences sociales de Rosario (Pontificia Universidad Católica Argentina) en 2000. Il est titulaire d'un master en intelligence stratégique nationale de l'université nationale de La Plata et a passé le doctorat en droit à la faculté susmentionnée (thèse en préparation).

386240549_tcimg_A44B737D.jpg

covid19_web-1-300x420.jpg

Il a enseigné les sciences politiques, la formation de la pensée politico-juridique, le droit politique, le droit constitutionnel, les institutions de droit public et les relations syndicales, entre autres, à la faculté susmentionnée et dans d'autres universités. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages ("Los Grandes Paradigmas Históricos y el Estudio de los Fenómenos Sociales", "Meditaciones Sociológicas. Confessions of a Concerned Argentinean", etc.) et de nombreux articles sur divers sujets de philosophie politique, de géopolitique, de politique internationale, de droit politique et de droit constitutionnel. Il a également donné de nombreuses conférences sur ces sujets à la Faculté de droit et de sciences sociales de Rosario (P.U.C.A.), à la Faculté de sciences économiques de Rosario (P.U.C.A.), au Barreau de Rosario, au Cercle des législateurs nationaux, etc. En août 2011, il a participé à la rencontre de S.A. BENEDICT XVI avec les jeunes professeurs d'université, à El Escorial (Espagne).

Site web :

www.pablodavoli.com.ar.

E-mail :

pablodavoli75@gmail.com.

YouTube :

Dialogues sur l'Eve :

https://www.youtube.com/@dialogosenlavispera440/videos.

La boussole :

https://www.youtube.com/@labrujula5152/videos.

Notes:

[1] L'enregistrement correspondant est disponible à l'adresse suivante : http://www.lanacion.com.ar/1507664-el-gobiernodesplego-en-la-ciudad-muchisima-gente-de-civil-dicen-que-es-para-combatir-el-delito ("página-web" certifiée le 22/09/12).

[2] PHOTO : Description : Photo de mes grands-parents arrivant au port de Buenos Aires. Ils ont émigré d'Italie en 1948. Photo de ma propriété. Date : 1er août 2012. Source : Travail personnel. Auteur : Nietodempasquinelli. Récupéré de : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Emigrantiitalianiabuenosaires.jpg (site web vérifié le 10 octobre 2012). Avec l'autorisation de publier.

[3] PREMIÈRE PHOTO : Description : Vue panoramique du centre de la Villa General Belgrano, de la salle des événements et de l'avenue Roca. Date : 23 septembre 2011. Source : "Own work". Auteur : Leonardo frankenberg. Récupéré de : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Vista_panoramica_del_centro_de_villa_general_belgrano.jpg (site web vérifié le 12 octobre 2012). Avec l'autorisation de l'auteur.

[4] DEUXIÈME PHOTO : Description : Municipalité de Villa General Belgrano, Cordoue. Date : 8 septembre. Source : " travail personnel ". Auteur : Aleposta. Extrait de : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Municipalidaddevillageneralbelgrano.JPG (site web créé le 12 octobre 2012). Avec l'autorisation de l'auteur.

[5] En Argentine aujourd'hui, près d'un million d'Argentins sont des descendants d'Allemands de la Volga, entièrement. Ce chiffre n'inclut pas les milliers d'Argentins qui ne descendent que partiellement de ce contingent d'immigrants. Il n'inclut pas non plus, bien sûr, les descendants des Allemands eux-mêmes.

[6] Le maté est une boisson typiquement argentine. Il est également très populaire en Uruguay et au Paraguay. Les origines de cette boisson remontent aux missions des pères jésuites auprès des Indiens Guarani.

[7] PREMIÈRE PHOTO : Description : Mairie de la station de ski de Bariloche, dans les Andes argentines. Date : 25 septembre 2004, 08:21:31. Source : Flickr : Bariloche. Auteur : Phil Whitehouse. Extrait de : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Bariloche_Centro_Civico.jpg (site web vérifié le 12 octobre 2012). Avec l'autorisation de l'auteur.

[8] DEUXIÈME PHOTO : Description : Cathédrale de San Carlos de Bariloche, à Río Negro, Argentine. Date : 11/12/2005 téléchargement, 04/12/2007. Source : "Own work". Auteur : Dexxter. Récupéré de : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Catedral_de_San_Carlos_de_Bariloche.JPG (site web vérifié le 12 octobre 2012). Avec la permission de l'auteur.

lundi, 06 février 2023

Scholz seul en Amérique latine

scholz-calls-for-new-impetus-in-eu-mercosur-trade-negotiations-1674972461431.jpg

Scholz seul en Amérique latine

L'Argentine et le Brésil ne veulent pas s'engager dans la guerre en Ukraine

Bernhard Tomaschitz

Source: https://zurzeit.at/index.php/scholz-allein-in-lateinameri...

Lors de sa tournée en Amérique latine, Olaf Scholz ne parvient pas à rallier ses hôtes à la cause de la guerre en Ukraine. Au contraire, le chancelier allemand essuie rebuffade sur rebuffade. L'Argentine, par exemple, ne veut pas - contrairement à la République fédérale - livrer d'armes à l'Ukraine. Lors d'une conférence de presse commune avec Scholz, le président argentin Alberto Fernandez a répondu à la question d'un journaliste: "L'Argentine et l'Amérique latine n'envisagent pas de fournir des armes à l'Ukraine ou à tout autre foyer de conflit".

Lorsque Fernandez parle de "l'Argentine et de l'Amérique latine", il ne s'agit pas de l'arrogance d'un politicien en mal de reconnaissance. Car en réalité, les pays d'Amérique latine n'ont pas le moindre intérêt à se laisser entraîner dans la guerre américano-russe par procuration en Europe de l'Est.

Scholz a dû s'en rendre compte lors de son passage au Brésil. Plus encore, Scholz s'est fait rembarrer par le nouveau président brésilien Luis Inacio Lula da Silva. Celui-ci a clairement indiqué que le Brésil ne fournirait pas de munitions pour les chars allemands que l'Allemagne livre à l'Ukraine. Lula da Silva s'est plutôt prononcé en faveur de négociations de paix entre la Russie et l'Ukraine, dans lesquelles son pays et la Chine devraient jouer un rôle important de médiateur.

 

vendredi, 18 novembre 2022

Argentine: observations sur les politiciens qui peuvent se présenter à la présidence

istockphoto-92226347-612x612.jpg

Argentine: observations sur les politiciens qui peuvent se présenter à la présidence

Par Enric Ravello Barber

Source: https://euro-sinergias.blogspot.com/2022/11/argentina-ori...

Après l'échec du référendum constitutionnel au Chili, l'élection de la gauche en Colombie et la victoire étriquée de Lula au Brésil, l'Amérique du Sud connaîtra une autre élection importante en 2023.

L'Argentine élira son président en novembre, mais on ne sait pas encore qui sera le candidat de chacun des principaux partis politiques. Si les élections de l'ODEPA (1) ont lieu en mai prochain, il est très probable que cette question sera réglée. Nous détaillons ci-dessous les positions de chacun de ces blocs et leur orientation internationale respective. Entre parenthèses, nous incluons leurs intentions de vote moyennes selon les différents sondages.

Frente_de_Izquierda_y_de_los_Trabajadores_Unidad.png

Gauche et Front des travailleurs, 5-6 %. Le parti a obtenu de bons résultats aux élections du PASO de 2021, notamment dans la province de Jujuy, frontalière de la Bolivie et l'une des plus pauvres du pays. Quel que soit leur candidat aux élections présidentielles de 2023, ils n'ont aucune chance d'atteindre le second tour; leur aspiration est de dépasser le seuil de 1,5 % fixé par la loi argentine pour le remboursement, ce qui semble pour l'instant réalisable sans problème majeur.

La FIyT a déjà entamé le processus interne pour désigner son candidat à la présidence du pays. Leur nomination dépendra du pouvoir interne et des équilibres politiques au sein de la coalition formée par quatre partis: le Parti socialiste des travailleurs, le Parti des travailleurs, la Gauche socialiste et le Mouvement socialiste des travailleurs, tous d'idéologie trotskiste.

Le Front de tous/Frente de Todos (30-34%). Il s'agit de la coalition formée par le Parti justicialiste - le parti péroniste historique, aujourd'hui d'orientation de gauche - et le Front du renouveau du ministre de l'Économie, Sergio Massa, de tendance péroniste et centriste. Aujourd'hui, il existe trois figures de proue de ce Front.

Alberto Fernández. L'actuel président de la République a toujours été considéré comme un instrument de Cristina Kirchner (désormais Kristina), et lorsqu'il a essayé de mettre en œuvre sa propre ligne de conduite, il a été ignoré et désavoué par Kristina elle-même, qui, en tant que vice-présidente, est celle qui dicte réellement la politique du gouvernement. Il est très difficile pour lui d'être candidat à la réélection.

Alberto Fernández, sur les personnes arrêtées pour l'attentat contre Cristina: "Ils ont dit que j'étais le prochain"

alberto-fernandez-1407878.jpg

Sa situation judiciaire signifie que Kristina n'a presque aucune chance de se présenter à la présidence non plus. Le fait que le candidat du parti au pouvoir risque d'être battu est également un facteur, et de nombreux analystes pensent que Kristina ne veut pas assumer cette défaite, mais plutôt continuer à gérer le contrôle du parti et attendre sa chance en 2027, lorsqu'elle espère avoir réglé sa situation juridique.

Quant à sa ligne politique et internationale, nous pourrions dire que même au sein de sa mauvaise gestion, jusqu'en 2008-2009, Kristina a maintenu une ligne que l'on pourrait qualifier de "gauche nationale". Cette année-là, le limogeage de Moreno en tant que ministre de l'Économie et l'ascension politique d'Alex Kicillof ont marqué un profond changement qui l'a fait passer d'une certaine "gauche nationale" à un "mondialisme internationaliste", adoptant comme références idéologiques et stratégiques les points de l'Agenda 2030: LGTBI, mariage homosexuel, destruction morale de la société, "crise climatique".

Dans la sphère internationale, Kristina, peut-être comme un reflet presque inconscient du péronisme réel, maintient une position de distance et même de confrontation avec les États-Unis et leurs alliés: les fréquentes rencontres de Fernández avec Poutine et Xi Jinping vont dans ce sens.  Kristina s'est durement opposée à Israël au sujet de la responsabilité de l'attentat à la bombe contre l'AMIA (société juive) à Buenos Aires, un attentat qu'Israël impute à l'Iran, ce que Kristina dément, tout en mettant en garde contre le rôle du MOSSAD en Argentine. Kristina a éliminé des services secrets argentins tous les agents qu'elle considérait comme proches des renseignements israéliens, a ouvert une confrontation personnelle très dure avec Netanhayu, a annoncé sa visite en Espagne pour honorer le tombeau d'Isabelle la Catholique, cérémonie qui n'a finalement pas eu lieu. Récemment, selon les mêmes lignes politiques, Kristina a interdit l'apparition par vidéoconférence de Zelensky au Parlement argentin. Une position internationale claire. En Amérique du Sud, son gouvernement a salué les victoires de Boric au Chili et de Lula et continue à entretenir de bonnes relations avec le Venezuela, bien que moins intenses que sous Hugo Chávez.

Fa3vas1XwAEvH7o.jpg

Après l'attentat, Cristina Kirchner est réapparue sur les réseaux sociaux

Sergio Massa, actuel ministre de l'économie et homme fort du gouvernement. Son soutien politique provient d'un groupe de médias connu sous le nom de Grupo América, anciennement Grupo Vila Manzano. Il est également étroitement lié à la fondation de l'exilé cubain dans l'EEE, Mark Canosa. Grâce à ces groupes, il entretient d'excellentes relations aux États-Unis, notamment avec le parti démocrate, et nous pouvons affirmer qu'il est le candidat à la Maison rose qui entretient les meilleures relations avec Joe Biden.

Alors que sa nomination en juillet au poste de "super ministre" a dopé sa popularité et que son nom sonnait déjà comme celui d'un candidat officieux, ces derniers mois, sa popularité a chuté et sa force politique dépendra de la manière dont il gérera la situation économique compliquée de l'Argentine au cours des prochains mois. Il est le plus "centriste" des candidats actuellement envisagés par le Frente de Todos.

62eb12ce60b7f_360_480!.jpg

Sergio Massa répète un ajustement mais avec un soutien politique - El Cronista

Ensemble pour le changement/Juntos por el Cambio (38-42%). C'est la coalition d'opposition de centre-droit. Sa principale composante est le parti PRO (Propuesta Republicana) fondé par l'ex-président Macri, il comprend le parti historique de centre-gauche Union civique radicale, dont le premier président après la dictature militaire, Raúl Alfonsín, était membre, et un parti péroniste de centre-droit appelé Peronismo Republicano.

Il y a trois figures principales dans cette coalition et toutes trois ont une chance d'être le candidat présidentiel.

Les liens internationaux de Mauricio Macri sont marqués par la contradiction. Ses intérêts économiques personnels et familiaux sont liés à l'industrie automobile chinoise. Ses intérêts politiciens se tournent, eux, vers les États-Unis. Si, dans un premier temps, Macri a ouvertement soutenu Hillary Clinton en tant que candidate à la Maison Blanche, après la victoire de Trump, il a entamé un rapprochement avec cette dernière qui n'a jamais été aussi étroit que le président argentin le souhaitait. Il a récemment reçu le président du PP espagnol, Feijóo, à Buenos Aires, soulignant la vision commune en matière de politique internationale.

macri-R71E3wx4xiPsXCr70o1TCfM-1200x630@abc.jpg

Mauricio Macri : "Le populisme en Argentine est terminé. L'année prochaine, l'opposition gouvernera".

Patricia Bullrich.  Elle appartient à deux familles historiquement puissantes et riches d'Argentine. La famille Bullrich, des hommes d'affaires d'origine allemande établis en Argentine au début du 19ème siècle, et la famille Pueyrredón, une famille argentine historique d'origine hispano-française. Un nom de famille que l'on voit dans les rues des principales villes du pays de La Plata.

Élevée dans un environnement familial de la plus haute société, elle devient rapidement active sur le plan politique. Dans sa jeunesse, Patricia Bullrich était membre du groupe de guérilla péroniste et gauchiste dissident, les Montoneros. Dans la même organisation, elle faisait partie du groupe dirigé par son beau-frère Rodolfo Gallimberti, l'un des fondateurs de Montoneros, qui, au fil des ans, est devenu un homme d'affaires international et un agent de la CIA.

Son activité au sein de Montoneros l'a conduit en prison et en exil. Après sa libération, elle est retournée en politique et est devenue de plus en plus centriste, devenant ministre dans le gouvernement de la Rúa, pour finalement défendre un ultra-libéralisme de droite, ce qui est sa position actuelle.

Sur le plan international, Patricia Burllich représente le lien avec le parti républicain américain et surtout avec Israël, notamment par le biais de son mari actuel, Guillermo Yanco, juif-argentin, qui aurait fortement encouragé sa rapide ascension politique.

012-bullrich.jpg

Actualités | Les amours de Patricia Bullrich

Rodríguez Larreta. Il a commencé sa carrière politique au sein du parti Justicialiste (péroniste), qu'il a quitté en raison de son désaccord avec la direction de Kirchner. En 2005, il a été l'un des fondateurs de PRO avec Macri. Si nous avons dit que Massa était le candidat le plus "centriste" du parti au pouvoir, nous pouvons dire que Rodríguez Larreta est le candidat le moins "néolibéral" de l'opposition.

Ses bonnes performances en tant que maire (mayor est le mot utilisé en Argentine) de Buenos Aires jouent pour lui. Sous son mandat, la capitale de Buenos Aires a récupéré une grande partie de la sécurité perdue les années précédentes et a réalisé des gains indéniables en matière de propreté et d'entretien des bâtiments publics.

Rodríguez Larreta veut se présenter comme un homme politique "large", ce qui signifie accepter l'idéologie dominante et rechercher une relation stable avec les États-Unis ; on sait qu'il y a des années, il a payé pour se faire photographier avec Bill Clinton afin de renforcer son image politique.

Les analystes disent qu'il est aujourd'hui le candidat de l'opposition qui a le plus d'options, mais dans la politique argentine, il est toujours risqué de faire des prévisions à moyen terme.

0000509527.jpg

Larreta, Vidal et l'habitude de mentir - Diario Hoy Dans l'actualité

La Libertad progresse / La Libertad avanza  (18-20%). Plus qu'un parti, il s'agit de la plate-forme électorale d'un nouveau personnage qui a émergé dans la police argentine Javier Milei. Ancien membre du Forum économique mondial, Milei est défini comme étant de "droite libertaire", alors que lui-même aime se décrire comme "anarcho-capitaliste" et "libéral libertaire".  Son discours est fortement anti-gauche et anti-"progressiste". Milei est un showman avec un fort attrait médiatique, mais il ne dispose d'aucune structure de parti politique, sa croissance sera donc compromise à cet égard.

Milei aime faire des déclarations provocantes, comme la légalisation d'un marché d'organes humains, mais ce qui l'aide à se développer rapidement, c'est sa critique cinglante et radicale des politiciens argentins dans leur ensemble, qu'il décrit comme ineptes et corrompus. Jouant la carte du "ras-le-bol", Milei se développe, en particulier dans le soi-disant Cône Urbain de Buenos Aires, précisément la zone que Kristina considère comme son fief électoral, et cette avancée de Milei dans le Cône Urbain est l'un des facteurs qui pourraient déloger le Kirchnerisme du pouvoir. Curieusement, la population de ce Cône Urbain est celle qui reçoit le plus d'aides sociales et celle qui serait la plus mal lotie si les mesures ultra-libérales de Milei étaient appliquées, ce qui montre que la lassitude politique envers la classe argentine est d'un tel calibre qu'elle est au-dessus de l'intérêt personnel.

Le vote en faveur de Milei est à comprendre comme un vote de protestation, sans aucune chance d'accéder au pouvoir. C'est fort possible, mais dans les derniers sondages, il atteindrait les 20 % et serait en mesure d'accéder à un second tour, ce qui indique clairement la profonde crise de crédibilité de la classe politique argentine.

javier-milei-guzman-1175293.jpg

Javier Milei, le moins libéral des libertaires | Perfil

Sur le plan international, Milei a cherché une alliance avec Bolsonaro et le chilien Katz, qui ne s'est pas concrétisée, entre autres en raison de l'absence d'un véritable parti politique autour de Milei, qui pour l'instant s'affirme dans son rôle de showman médiatique, sans intention d'aller "plus loin". Il a récemment participé à l'événement organisé par VOX à Madrid, VIVA 22, où il a prononcé des phrases telles que: "La justice sociale est violente et injuste" et a invité à lutter contre "el zuderío" (l'expression utilisée en Argentine pour nommer la gauche de manière péjorative).    

Note:                                                                             

(1) https://www.lanacion.com.ar/economia/que-son-las-paso-y-por-que-podrian-no-hacerse-en-las-elecciones-de-2023-nid27102022/

jeudi, 18 août 2022

Nouvelle géopolitique, créer le G10 + 2

360_F_427401965_RqWuDa0w4HvlqPXGNQB2UZddZoXvUmEm.jpg

Nouvelle géopolitique, créer le G10 + 2

Rodolfo Sanchez Mena

Source: https://www.geopolitika.ru/es/article/nueva-geopolitica-crear-g102

Nous allons analyser d'un point de vue géopolitique la création du G10 qui regrouperait le Mexique, le Brésil, l'Indonésie, la Turquie, l'Inde et l'Iran, l'Argentine, le Venezuela, l'Afrique du Sud, le Nigeria + la Chine-Russie.

Le changement géopolitique que connaît le monde prendrait une nouvelle physionomie avec la création du G10+2 avec les pays non alignés et le Sud global, alliés à la Chine et à la Russie, afin de multiplier le potentiel des puissances intermédiaires et avec cette constellation réaliser un nouveau monde où règneront la paix, la prospérité et le bien-être des peuples du monde.

Le G10+2 rassemble des puissances moyennes d'Amérique latine, d'Asie et d'Afrique. Elle possède la plupart des ressources stratégiques du monde. Pour l'essentiel, les membres du G10+2 ont développé une culture très riche, avec une tradition d'humanisme et de solidarité. Ils disposent d'énergie, de mines, de ressources alimentaires, d'eau, pour les transformer en bien-être et en richesse généralisés afin de libérer les êtres humains de l'esclavage du travail salarié. La création du G-10+2, avec la Chine et la Russie, consoliderait le monde multipolaire, ce serait la fin du monde unipolaire et de sa stratégie de domination néolibérale.

Afin de maintenir la domination hégémonique et la déprédation de ces ressources et fondamentalement pour arrêter la nouvelle géopolitique qui se profile à l'horizon avec la création de ce G10+2, deux sommets ont été organisés, celui du G7 et celui de l'OTAN en Espagne.

752134487-origin.jpg

En termes géopolitiques, le G7 réunit sept pays qui ont déjà perdu leur hégémonie mondiale, avec en tête les États-Unis et leur allié nord-américain, le Canada, et les Européens, la France, la Grande-Bretagne, l'Italie, l'Allemagne, et le seul pays asiatique, le Japon.

Cinq pays stratégiques, l'Argentine, l'Inde, l'Indonésie, le Sénégal et l'Afrique du Sud, participaient à la deuxième session du G7 en tant qu'invités stratégiques, dans le but de bloquer la création du G10+2. Le président de l'Argentine, Alberto Fernández, était le seul représentant de l'Amérique latine, des Caraïbes et des Antilles. Et le seul gouvernement qui soutient les sanctions contre la Russie. L'Inde, l'Indonésie, le Sénégal et l'Afrique du Sud s'abstiennent d'imposer des sanctions. Le président Fernández, face à la guerre énergétique déclenchée contre la Russie, a proposé à l'Europe les ressources stratégiques que possède son pays comme alternative d'approvisionnement et de baisse des prix: "Nous avons les deuxièmes réserves de gaz de schiste et les quatrièmes réserves de pétrole de schiste du monde".

L'importance de la présence du président indonésien Joko Widodo, un rôle clé pour le G7, puisqu'il assure la présidence tournante du G20, le groupe qui réunit les grandes puissances et les puissances émergentes, dont fait toujours partie la Russie.

Il est important de noter que l'Inde et l'Afrique du Sud font toutes deux partie des BRICS. L'Argentine et l'Iran ont demandé à rejoindre les BRICS, ce qui consolidera et élargira la participation de l'Iran dans la région de l'Amérique latine.

Le président français Macron appelle le Venezuela et l'Iran à réintégrer le marché du pétrole pour contrer les prix et les pénuries de pétrole de Poutine. Le Venezuela et l'Iran sont tous deux des alliés de la Russie et de la Chine. Les Européens reconnaissent Juan Guaydo comme le président du Venezuela nommé par les États-Unis. Le président vénézuélien Maduro s'est rendu en Iran pour renforcer les accords géostratégiques.

Le président iranien Seyed Ebrahim Raisi a reçu le ministre russe des Affaires étrangères Sergei Lavrov. "Raisi a déclaré que le renforcement de la coopération est un moyen efficace de lutter contre les sanctions américaines et l'unilatéralisme économique contre les pays indépendants... Lavrov a également déclaré que la Russie soutient le rôle de l'Iran dans les organismes internationaux et régionaux, y compris l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS)". Point important étant donné l'insistance à vouloir que l'OCS rejoigne les BRICS.

Biden arrive au sommet du G7 à son pire moment, nous dit Bloomberg. Ses partenaires européens craignent une défaite électorale de Biden lors des élections de novembre. "Le chancelier allemand Olaf Scholz... voit en Biden une force motrice pour maintenir la pression sur Moscou et pense que l'unité entre les alliés pourrait s'effilocher une fois de plus si les républicains remportent à nouveau la Maison Blanche en 2024."

Les Français voient des conséquences à court terme de la défaite de Biden "Plusieurs dirigeants du G-7 s'inquiètent du fait qu'une défaite à mi-parcours limitera ce que Biden peut promettre et réaliser dans les mois à venir, selon un haut fonctionnaire du gouvernement français...".

Un débat inconfortable sur le soutien à l'Ukraine émerge rapidement. "Le Premier ministre britannique Boris Johnson, qui a été l'allié le plus engagé de Biden sur l'Ukraine, a abordé la question dans un article d'opinion... dans le journal italien Corriere della Sera..."

"Sous la surface, des approches différentes de la crise ukrainienne émergent parmi les pays occidentaux : la crainte que les Européens ne poussent à une solution négociée rapidement ?" écrit Johnson. "Il y a un risque de lassitude vis-à-vis de l'Ukraine dans le monde. Et c'est clair."

En réponse à la lassitude exprimée par Johnson, "Biden a nié cette semaine que la fatigue s'installe, mais a reconnu qu'"il va y avoir un peu de jeu d'attente : ce que les Russes peuvent soutenir et ce que l'Europe va être prête à soutenir."

220628-sg-pm.jpeg

Le sommet de l'OTAN en Espagne devrait ouvrir un nouveau front de guerre dans les 10 pays qui composent la région du Sahel : Sénégal, Gambie, Mauritanie, Guinée, Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad, Cameroun et Nigeria.

Un conflit prolongé en Ukraine, où même les États-Unis n'ont pas l'intention d'y mettre fin, couplé au scénario de guerre hybride de l'OTAN qui s'élargit au Sahel, avec les groupes fondamentalistes du Jihad islamique, est lié à la théorie spéculative visant à user Poutine et à provoquer sa chute. L'échec des sanctions contre la Russie et leur boomerang sur l'Occident incitent à accélérer le changement géopolitique.

Pour les pays d'Amérique latine, la création d'un G10+2 est le moyen de sortir des conséquences de la guerre en Ukraine, affirme Carlos Fernández-Vega dans sa chronique "Dinero", en analysant le diagnostic de la CEPALC. "Le conflit actuel, souligne la CEPALC, a accentué la tendance à une plus grande régionalisation des échanges et de la production que l'on observe depuis quelques années au niveau mondial. L'Amérique latine et les Caraïbes n'échappent pas à cette tendance, selon laquelle les pays recherchent une plus grande autonomie stratégique dans l'approvisionnement en produits et intrants clés".

C'est à cela que sert la nouvelle géopolitique en Amérique latine, en Asie et en Afrique avec la création du G10+2 ; une nouvelle stratégie en faveur de la paix, du bien-être et de la défense des ressources stratégiques, pour empêcher leur pillage et la promotion d'un nouveau colonialisme pour sauver Biden et le vieux monde du changement géopolitique mondial.

mardi, 09 août 2022

Les souvenirs d’un « Fils du Soleil »

f2480a565751e01c19231c18af7278ab.jpg

Les souvenirs d’un « Fils du Soleil »

par GEORGES FELTIN-TRACOL

À 90 ans, Sergio Pessot reste une personne alerte. Auteur de plusieurs ouvrages dont Odessa (NovAntico, 2012), Fascismi del mondo (Solfanelli, 2017) ou La destra e la strategia della tensione (Solfanelli, 2019), il a publié en octobre 2021 Figlio del Sole, son autobiographie dans un ouvrage comportant une dizaine de photographies. Ce livre a d’ailleurs fait l’objet d’une belle recension de Christian Bouchet dans l’excellent magazine de désintoxication idéologique Réfléchir & Agir (1).

Sergio-Pessot.jpg

thpessotumbnail.jpg

Ramassés en une vingtaine de courts chapitres, les mémoires de Sergio Pessot relatent une vie haletante entre l’Amérique ibérique, l’Europe et l’Afrique. L’auteur, encore adolescent, s’engage dans le fascisme révolutionnaire. Or, ce jeune combattant de la République sociale italienne, né selon l’état civil à Gênes en 1931, a grandi en… Argentine ! Installée depuis plusieurs décennies chez les gauchos, sa famille tient néanmoins à maintenir des attaches avec l’Italie. Son père demande au capitaine d’un navire italien immatriculé à Gênes de permettre un accouchement à bord afin de l’inscrire ensuite sur son registre la naissance de l’enfant. Ainsi naît-il dans la capitale ligure…

« Flamme blanche » qui participe aux ultimes combats contre les partisans communistes, puis dans les rangs des Faisceaux d’action révolutionnaire (FAR) clandestins et hors-la-loi, Sergio Pessot retourne en Argentine où il s’approche de différents périodiques péronistes, dont Junta Social d’Evita Peron (photo) en 1947. La Junta invite les justicialistes à soutenir Victor Paz Estenssoro (photo) à La Paz, en Bolivie, qui se présente à la présidence avec la proposition de nationaliser les mines métallifères détenues par des intérêts étatsuniens (2) ».

imaevpges0.persgroep.jpg

45_-_Víctor_Paz_Estenssoro.jpg

Combattre pour les peuples et leurs nations

En 1952, la Bolivie réalise sa « révolution nationale » contre la ploutocratie compradore pro-yankee. Ce bouleversement politique et sociale considérable revient au Mouvement nationaliste-révolutionnaire (MNR) de Victor Paz Estenssoro (1907 – 2001). Le coup d’État nationaliste-révolutionnaire bénéficie du soutien des syndicats, des Indiens et des militants communistes et libéraux. Estenssoro préside le pays de 1952 à 1956. Il occupera par la suite la magistrature suprême à deux autres reprises de 1960 à 1964 et de 1985 à 1989. Au cours de ce dernier mandat présidentiel, il trahira son idéal initial et pratiquera une politique d’austérité ultra-libérale.

En 1952, chargé de la propagande du candidat du MNR, Sergio Pessot aperçoit « dans la pièce voisine, un Argentin devenu mon ami et compagnon de sorties en soirée qui avait rompu avec les péronistes, car il jugeait leur action trop lente. Un soir, je l’ai vu lire une brochure, je suis monté et j’ai réalisé que c’était un extrait en espagnol du Manifeste de Vérone et de la Charte du travail, je lui ai demandé s’il savait de quoi il s’agissait et il m’a répondu qu’il connaissait l’origine fasciste de ces textes, mais m’affirmait aussi que selon lui ces thèses dépassaient le communisme et représentaient la greffe pour la réalisation de ses aspirations et de sa raison de lutter. Cet Argentin était Ernesto Guevara, le futur Che. À cette époque, il n’était pas encore celui que nous connaissons tous, c’était un étudiant en médecine qui cherchait sa voie dans la vie. Lui aussi a été marqué par le populisme jésuite, peut-être avait-il fréquenté cette école tenue par l’Ordre. » L’auteur poursuit plus loin que « notre relation a duré plusieurs années par l'intermédiaire d'un tiers ».

001_jonge_che.jpg

Che Guevara jeune.

Sergio Pessot risque d’indigner les derniers guévaristes qui peuvent l’accuser de « récupérations idéologiques honteuses et inacceptables ». Ce qui est bien sûr faux. On sait maintenant qu’à Cuba, le Che n’appréciait guère les adeptes de l’uranisme et les expédiait volontiers dans des camps de travail. Par ailleurs, dans Qu’est-ce que le fascisme ? (1962), Maurice Bardèche qui s’affiche dès la première page de cet essai politiquement incorrect comme un « écrivain fasciste (3) » s’interroge: « Fidel Castro est-il fasciste ? (4) » Sa réponse argumentée se veut critique. « Ce n’est donc ni Fidel Castro lui-même ni la révolution castriste qui inspirent les réserves et la méfiance des fascistes, c’est l’esprit de sa politique et de ses méthodes de gouvernement (5) ». On peut appliquer les mêmes réserves à la révolution bolivarienne d’Hugo Chavez au Venezuela. Maurice Bardèche estime que « ce n’est pas seulement le style de Fidel Castro qui nous inquiète, et par quoi nous le sentons différents de nous. Mais à mesure que le castrisme s’affirme, tout ce qu’il tolère, tout ce qu’il préfère, nous éloigne. Il y a dans le castrisme quelque chose de malsain qui est le contraire même de ce vent salubre qui devrait suivre les batailles gagnées (6) ».

4917_1.jpg

Un gauchisme de droite ?

Rappelons qu’en 1979, déjà compagnon de route de la « Nouvelle Droite » de longue date, Jean Cau rédige Une passion pour Che Guevara (7). Théoricien du foquisme (8) et parti appliquer la théorie sur le terrain aux côtés du Che, Régis Debray est fait prisonnier par l’armée bolivienne en 1967. Il passe presque quatre années en prison avant sa libération en 1970. Conseiller du président socialiste François Mitterrand, le philosophe tiendra bientôt des positions nationales-communistes, redécouvrira la figure polémogène de Charles De Gaulle, développera un « souverainisme national-républicain » et approuvera tour à tour les candidatures présidentielles de Jean-Pierre Chevènement en 2002 et de Jean-Luc Mélenchon en 2012, 2017 et 2022.

Le-siecle-vert-entre-dans-la-maison.jpg

Une trajectoire semblable concerne l’Allemand Günter Maschke (1943 – 2022). Actif étudiant d’extrême gauche tant en Allemagne de l’Ouest qu’en Autriche, Maschke se réfugie à Cuba à la fin de la décennie 1960. Mais, deux ans plus tard, La Havane l’expulse, car il a découvert pendant ce temps trois penseurs guère « progressistes » : Joseph de Maistre, Donoso Cortès et Carl Schmitt dont il deviendra l’un des plus grands spécialistes. N’oublions pas non plus que dans les années 1960, Carl Schmitt se montre sensible au maoïsme chinois. Il existe bien alors un réel « gauchisme de droite », soit un dépassement momentané du clivage droite – gauche dans un sens étatique national-populaire avéré.

9bda2fa0-e350-45c0-b86c-e4f742987146_w1200_r1_fpx38_fpy35.jpg

Günter Maschke à son retour de Cuba.

Perplexe sur le castrisme, Sergio Pessot se rend à La Havane où il rencontre les frères Fidel et Raoul Castro. « La question qui se pose est de savoir ce qui lie la vie des fascistes radicaux à deux révolutionnaires comme Fidel Castro et Ernesto Che Guevara ? […] J'ai été frappé d'avoir rencontré un fasciste ouvert à tous les problèmes sociaux que représente l'exploitation des pays sous-développés et en particulier de l'Amérique du Sud par le capitalisme néo-calviniste (p. 93). »

CABO_Dardo-foto-2.jpg

En Argentine, Sergio Pessot peut tranquillement discuter avec le national-communiste Carlos Zulueta, compagnon chilien de sa mère, et le péroniste Dardo Manuel Cabo (1941 - 1977) (photo). Ce dernier milite d’abord au mouvement nationaliste Tacuara qu’il quitte ensuite avant de lancer le Mouvement Nouvelle Argentine. Il organise et conduit l’« opération Condor » du 28 septembre 1966. À la tête d’un commando de dix-huit personnes dont une femme, il détourne un avion des lignes intérieures argentines et le force à atterrir à Port-Stanley, chef-lieu des îles Malouines occupées sous le nom de Falkland par les Britanniques. Le groupe parvient à hisser plusieurs drapeaux argentines sur ce territoire volé par Londres. Cette action redynamise les revendications légitimes de l’Argentine sur l’archipel de l’Atlantique Sud (9). Dans les années 1970, Cabo fonde et dirige la revue El Descamisado, proche des Montoneros (la branche armée clandestine des péronistes d’extrême gauche).

icondorndex.jpg

operativo-condor-20210927-1236252.jpg

Préparer la révolution spirituelle des faisceaux

Quand Sergio Pessot séjourne en Italie, il milite au MSI (Mouvement social italien). En 1951, il rejoint un courant interne du mouvement néo-fasciste, «Pour une droite extrême», de Vincenzo « Enzo » Erra (1926 – 2011) (photo, ci-dessous).

erra.jpg

Responsable d’Imperium, une éphémère publication avec seulement quatre numéros parus entre le printemps et l’automne 1950, cette revue accueille trois articles de Julius Evola (« Le sens de l’Imperium », « Empire et civilisation » et « Deux intransigeances ») et publie en brochure son texte fondamental d’après-guerre, Orientations. Outre l’auteur de ce texte fondamental, Enzo Erra attire auprès de lui Fabio de Felice, Cesare Pozzo, Pino Rauti, Nino Capotondi, Paolo Andriani, Lello Graziani et Fausto Gianfranceschi. Tous refusent la dérive droitière et matérialiste du MSI. «C'était un groupe idéologiquement important qui s'occupait de la formation culturelle destinée à préparer la conquête du pouvoir dont nous étions convaincus qu'elle arriverait bientôt. De ce groupe est né le courant d'extrême droite, plus tard appelé ironiquement par les opposants " Fils du Soleil ", déformant les concepts évoliens “ tellurique “, “ sélénité “ et “ solaire “. Ce nom nous poursuit et des années plus tard il nous honore  aujourd'hui. »

lossy-page1-1200px-Plínio_Salgado,_1959.tif.jpg

Hors d’Italie et d’Argentine, Sergio Pessot passe quelque temps au Brésil où il tente d’y « apporter le fascisme ». Il contacte assez vite les intégralistes brésiliens dont le chef et fondateur, Plínio Salgado (photo, ci-dessus) «croyait que l'humanité avait traversé trois grandes phases culturelles et que la Brasilidade, procédant en parallèle avec les mouvements fascistes européens, développerait la créativité de la nation et créerait un nouvel empire, ne serait-ce que spirituel et doctrinal, dès que les principes de " la quatrième humanité “ se serait propagée dans l'hémisphère occidental (10)».

À la fin des années 1980, Sergio Pessot reprend l’activité journalistique et se fait essayiste. Il se félicite de l’apparition de CasaPound qui prépare un « fascisme du IIIe millénaire » dans une perspective solaire, européenne et nationaliste-révolutionnaire. La boucle est dès lors bouclée !

Le rédacteur du présent article a eu la joie et l’honneur de rencontrer Sergio Pessot cet été 2022 dans le Sud de la France. L’auteur de Figlio del Sole a gardé intacts son élan juvénile, sa fougue, ses convictions et son enthousiasme. Son volontarisme est un bel exemple pour les nouvelles générations en manque de repère militant. En dépit de la barrière de la langue (et en attendant une hypothétique traduction française), lire ces souvenirs est plus que revigorant. Il ne peut qu’enflammer les âmes les plus élevées de notre grande patrie européenne. 

Notes:

1 : Christian Bouchet, « Fils du Soleil », dans Réfléchir & Agir, n° 73, printemps 2022.

2 : Traduction et adaption de notre part avec l’aide d’un bon dictionnaire français – italien.

3 : Maurice Bardèche, Qu’est-ce que le fascisme ?, Pythéas, 1995, p. 9.

4 : Idem, p. 131.

5 : Id., p. 134, souligné par l’auteur.

6 : Id., p. 146, souligné par l’auteur.

7 : Jean Cau, Une passion pour Che Guevara, Julliard, 1979.

8 : Sur Régis Debray, théoricien de la révolution latino-américaine, voir Georges Feltin-Tracol, « De la guerre révolutionnaire en Amérique latine » mis en ligne sur Euro-Synergies, le 27 janvier 2021.

9 : Du 2 avril au 14 juin 1982, l’armée argentine s’installe aux Malouines et dans leurs dépendances insulaires (Géorgie du Sud et îles Sandwich du Sud), ce qui provoque la « guerre des Malouines » et la vive réaction militaire néo-coloniale de la Grande-Bretagne de l’ineffable Margaret Thatcher. La supériorité technique britannique et l’aide très visible des États-Unis de Ronald Reagan permettent de vaincre le corps expéditionnaire argentin. Par ailleurs, Buenos Aires subit des sanctions économiques de la part de la Communauté économique européenne. En revanche, le Pérou, la Libye et même Israël dirigé par I’anglophobe Menahem Begin aident plus ou moins discrètement l’Argentine. L’intervention militaire britannique provoque le renversement de la junte militaire argentine au pouvoir depuis 1976 et le retour d’une démocratie occidentalisée bientôt soumise aux ordres du FMI et sa doxa ultra-libérale pour le plus grand malheur du peuple argentin. L’armement fourni par la France avant le conflit aux forces armées argentines cause de lourds dégâts matériels et humains aux troupes britanniques.

10 : Sur l’histoire de l’intégralisme brésilien, on consultera en français Hélgio Trindade, La tentation fasciste au Brésil dans les années trente, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Brasilia », 1988.

Georges Feltin-Tracol

  • Sergio Passot, Figlio del Sole. Une vita rivoluzionaria de Che Guevara a CasaPound, préface d’Alberto Palladino, postface de Pietro Falagiani, Altaforte Edizioni (Via Diomede Pantaleoni, 33, I - 00 166 Rome, Italie), 2021, 119 p., 16 €.

lundi, 27 juin 2022

De l'État néolibéral à l'État justicialiste

81JmXQbf2oL.jpg

De l'État néolibéral à l'État justicialiste

"Dans l'état de justice, la vocation à former une communauté est fondamentale. Des liens sociaux stables ne peuvent être construits avec des individus égoïstes et matérialistes", affirme l'auteur.

Aritz Recalde

Ex : https://revistazoom.com.ar

"Nous ne sortirons pas de cette crise uniquement avec des plans macroéconomiques ou en ajustant le déficit fiscal. Cela va plus profondément, éthiquement, moralement, dans le sous-sol où se construit la société visible de notre époque. Nous devons chercher une issue et trouver comment faire de la Communauté organisée une réalité".

Antonio Cafiero

Mondialisation néolibérale

"Il ne peut y avoir d'organisation économique mondiale avec l'immense pouvoir de quelques nations d'un côté et le reste du monde appauvri de l'autre".

Antonio Cafiero

La notion de mondialisation néolibérale a été formulée et diffusée par les nations occidentales anglo-saxonnes. Ses partisans prétendent qu'elle fournit l'explication à une mondialisation inévitable et qu'elle décrit un processus naturel dans le développement des relations internationales. En réalité, elle n'est pas la seule et nécessaire façon d'organiser le système mondial, mais représente les intérêts et profite aux intérêts d'un petit groupe d'États et de sociétés.

La mondialisation néolibérale impose et justifie la division internationale du sous-développement. Sa vocation d'universalité la rend totalitaire et ses détracteurs nient le droit à l'autodétermination nationale des peuples et des pays du monde. Dans son système de pensée binaire, il y a la liberté d'être néolibéral, mais la possibilité de ne pas l'être est supprimée.

La mondialisation néolibérale construit et justifie le chaos politique du monde contemporain, qui se caractérise par cinq aspects :

- Premièrement : l'existence de quelques nations riches et d'une majorité de pays pauvres et sous-développés.

- Deuxièmement, il existe des nations souveraines qui décident et planifient leurs propres projets de développement et d'autres qui obéissent à des mandats extérieurs.

- Troisièmement : à cause du développement d'un système économique international qui privatise les bénéfices pour quelques banques et sociétés financières basées dans les pays centraux, tout en socialisant les pertes pour tous les peuples du monde.

- Quatrièmement : l'existence de pays qui exportent des denrées alimentaires et, paradoxalement, produisent en même temps des millions de personnes affamées. Il y a des États qui accumulent la dette extérieure et augmentent en même temps leur dette sociale. Dans la division internationale du sous-développement, les pays faibles cèdent leurs marchés, leurs ressources naturelles et leur souveraineté aux puissances anglo-saxonnes.

- Cinquièmement, par la formation d'un ordre politique qui génère de profondes divisions au sein de chaque nation. Le néolibéralisme divise les zones géographiques en zones développées intégrées à la consommation capitaliste et en périphéries pauvres de mise au rebut social. Politiquement, elle sépare l'élite qui décide des masses qui, tout au plus, délibèrent, mais ne gouvernent jamais. Sur le plan social, la mondialisation néolibérale divise les habitants de la nation en trois grands secteurs : les exclus, les exploités et les intégrés au système.

Fondements idéologiques de la mondialisation néolibérale

"Le néolibéralisme, bien que minoritaire en tant que courant politique, tente d'installer - sous les auspices des puissants - une culture hégémonique et se présente comme la seule alternative rationnelle au progrès. Ses airs messianiques évoquent ceux du marxisme du siècle dernier. Il tente d'imposer ses croyances, ses valeurs et ses paradigmes au péronisme : il s'affirme dans les vertus supposées du marché maximum et de l'État minimum et se moque de l'autonomie nationale, de l'égalité, de l'équité et de la solidarité".

Antonio Cafiero

La mondialisation néolibérale est soutenue sur la base d'une idéologie qui est assimilée et acceptée par un secteur important de la société. Elle fait surtout consensus parmi les classes supérieures et les secteurs moyens. Les piliers idéologiques sur lesquels il repose sont les suivants :

- Matérialisme : les gens se réunissent sur la base de principes économiques et s'intègrent et se relient les uns aux autres sur la base du marché dans le seul but d'accumuler des biens.

- Individualisme : les valeurs de la communauté sont niées et la culture nationale est écartée comme étant capable de construire un principe de solidarité sociale et une unité de destin.

- Société stratifiée : les différences sociales se creusent et des classes antagonistes se forment. Les néolibéraux proposent un État de classe et donnent le pouvoir politique au secteur économiquement dominant.

- Immoralité : les personnes sont considérées comme une variable du marché et la totalité de la personne humaine est ignorée. C'est pourquoi ils proposent l'exploitation et la mise au rebut social comme moyens censés attirer les investissements. Ils n'ont aucune morale et, pour accumuler des richesses, ils sont prêts à briser tous les codes culturels et historiques et à se comporter au-delà du bien et du mal.

- Le cosmopolitisme économique : ils ne croient pas en la capacité du producteur et du travailleur national à construire et à commander un programme économique. Ils donnent au capital étranger le contrôle des principaux leviers de la production et cet acteur cesse d'être un allié pour devenir le centre du projet de développement.

- L'idéologie agro-exportatrice : ils proposent d'orienter toute l'activité productive vers le commerce extérieur. Le marché intérieur et la recherche de la qualité de vie des personnes disparaissent comme objectifs de développement. Le secteur de l'exportation devient la fin de toute programmation économique et cesse d'être un moyen pour le progrès intégral du pays.

L'état justicialiste

"El fin proper de la societat civil no consiste no solament en garantir el respect als llibertats individuals i als drets de cada cada tots, i assegurar el bé material : hauria també de procurar el bé verdaderamente human de la societat, que és de orden moral".

Jaques Maritain

"La loi a une fonction morale : elle est l'éducatrice des hommes dans la science d'être libre ; et les devoirs qu'elle impose, quand elle est juste, lient la conscience. Une prescription injuste n'est pas formellement une loi ; c'est pourquoi il est permis d'y résister".

Jaques Maritain

Gobernador_Antonio_Cafiero.jpg

Dans le cadre de certains de ses cours en 1989, le penseur et homme politique de Buenos Aires, Antonio Cafiero (photo), a mentionné que "les libéraux parlent de l'État de droit, nous parlons de l'État de justice (l'Etat justicialiste). Les libéraux parlent des Droits du Citoyen, nous parlons des Droits de l'Homme, qui est plus qu'un citoyen : l'homme est une personne qui génère une famille, un travail, des professions, une vie de quartier, une vie de voisinage, des partis politiques et une multitude d'actions sociales. Les libéraux croient à la magie du marché libre, nous ne croyons pas à la main invisible et nous ne croyons pas non plus à la main de fer qui étouffe toute initiative et dirige toute activité; nous croyons plutôt à ce que Perón appelait la "main directrice", c'est-à-dire la planification concertée".

Selon Cafiero, l'état justicialiste comprend l'état de droit, mais va bien au-delà en proposant l'organisation d'un gouvernement et d'une communauté dont le but est la dignité, la justice et la liberté humaine. L'État justicialiste contient une éthique nationale, un humanisme social et une volonté politique de réalisation historique.

Dans la vision doctrinale du penseur de Buenos Aires, la démocratie ne peut être subsumée à l'application d'un régime politique formel ou simplement procédural. En effet, pour Cafiero, la démocratie doit être consolidée comme la volonté d'un peuple à réaliser dans une période historique. L'activité politique ne se réduit pas aux questions juridiques institutionnelles, mais inclut les "droits sociaux, économiques, culturels et même spirituels" d'un peuple.

Dans l'état justicialiste, la vocation à former une communauté est fondamentale. Des liens sociaux stables ne peuvent être construits avec des individus égoïstes et matérialistes. Cafiero a souligné que "les peuples n'avancent pas dans l'histoire derrière les objectifs de la consommation, mais guidés par des passions élevées". L'égoïsme du marché n'est pas un facteur d'agglutination sociale; cette place est prise par les valeurs transmises par la culture et par l'héritage historique d'un peuple.

La communauté ne naît pas d'un contrat ou d'un simple pacte juridique et rationnel, mais implique l'unité morale et affective de la communauté. La nation est une unité politique et émotionnelle de destin et non une accumulation grégaire d'individus capitalistes.

L'ordre international

Cafiero considère que l'immense inégalité entre les nations est un facteur de déstabilisation de l'ordre mondial. Il a également remis en question le colonialisme, l'interventionnisme et les diverses violations de la souveraineté exercées par les organisations, les puissances et les sociétés internationales.

Selon lui, les communautés doivent revendiquer le droit inaliénable à l'autodétermination politique, économique et culturelle face à la mondialisation néolibérale. En 2006, il a préconisé de forger un "nationalisme compétitif" qui "défend l'identité de nos nations et fait valoir que la mondialisation ne doit pas progresser en ignorant les patries. Il défend la propriété nationale des ressources naturelles. Cela encourage la participation des entreprises nationales. Cela encourage la fierté nationale.

La sphère nationale serait la base de la construction de la souveraineté régionale et de la "citoyenneté latino-américaine progressive".

L'individu et la communauté

"La communauté à laquelle nous devrions aspirer est celle où la liberté et la responsabilité sont à la fois la cause et l'effet d'une joie d'être fondée sur sa propre dignité, où l'individu a quelque chose à offrir au bien général et pas seulement sa présence muette".

Antonio Cafiero

Cafiero estime qu'il est essentiel de promouvoir l'autonomie de l'individu en tant que personne et critique les États communistes, car dans le "système collectiviste, il n'y a pas de liberté, et l'État absorbe progressivement toutes les fonctions, insécurisant l'individu". Selon lui, l'intégrité de l'individu et la reconnaissance de la juste valeur du travail doivent être garanties.

D'autre part, il considérait que la liberté individuelle devait être comprise en fonction de sa fonction sociale. Les gens devaient agir sur la base des valeurs de solidarité et de patriotisme. L'individu devait assumer la mission d'accompagner les objectifs collectifs du peuple et de la nation. En 1989, Cafiero souligne que "nous remplacerons l'égoïste parfait par la personnalité communautaire transcendante, nous voulons l'homme qui aspire à un destin supérieur".

La propriété privée et l'État social

Pour construire l'État de justice (justicialiste), il faut refonder l'État libéral. La fonction du gouvernement ne peut pas être uniquement de garantir ou d'imposer l'égoïsme d'une classe sociale. Selon Cafiero, l'État doit fixer les orientations et les objectifs politiques visant à réaliser les droits de la communauté. Selon lui, "le bien commun est le but et la raison d'être de tous les actes de gouvernement".

D_NQ_NP_634003-MLA48924283844_012022-V.jpgCafiero a souligné qu'il n'y a pas d'ordre économique viable sans "respect de l'économie nationale en tant qu'unité nationale". Dans ce cadre, l'État doit contribuer à la réalisation de l'indépendance économique, qui est le fondement de la souveraineté politique nationale. En 1952, il mentionne que dans le justicialisme, "la richesse est considérée comme un bien individuel qui doit remplir une fonction sociale". Personne n'a de droits absolus sur les richesses de la terre : ni l'homme ni la société".

Selon le penseur de Buenos Aires, l'État a la tâche incontournable d'être le garant de la justice distributive et de la dignité humaine. Il a souligné que "la solution aux graves problèmes de la marginalité et de la pauvreté ne peut être laissée aux lois du marché ou à l'aide sociale. Elle appelle à une politique commune de l'État et des libres organisations du peuple".

La volonté politique pour la réalisation de l'histoire

"Le péronisme n'est pas une étape dans la marche vers le socialisme démocratique ou marxiste, il n'est pas né pour éviter le communisme, il ne peut pas non plus être confondu avec le radicalisme (...) le nôtre est un projet spécifique et original".

Antonio Cafiero

Tout au long de sa remarquable carrière au sein du parti, Cafiero a réfléchi sur l'origine, l'histoire et l'avenir du justicialisme, auquel il attribuait un protagonisme politique indélébile. En 1984, il a déclaré que "le péronisme ne sera pas absorbé par d'autres mouvements tant qu'il continuera à exprimer une façon de penser et de sentir l'Argentine qui lui est propre et qui n'est pas transférable".

Selon lui, le péronisme ne peut être caractérisé comme un simple mécanisme électoral, ni comme un système de gestion des problèmes sociaux.

la-independencia-economica-el-pensamiento-de-antonio-cafiero.jpg

Selon lui, le justicialisme est une organisation et une doctrine humaniste en mouvement derrière une mission transcendante. Le péronisme contient et émane une doctrine d'"affiliation socio-chrétienne" qui "est au Mouvement ce que l'âme est au corps". C'est pourquoi ses militants doivent être convaincus de la valeur de leur cause et, comme le soutient Cafiero, "on ne peut pas se battre sans vérités".

Le justicialisme, selon Cafiero, est une tradition historique faite de volonté politique, c'est une réalité culturelle en développement et un Mouvement de réalisations économiques et sociales.

Le péronisme est une cause nationale et démocratique de réparation sociale et contient une aspiration à la justice qui cherche à libérer le pays et à rendre sa dignité à l'homme argentin dans une communauté organisée.

Cafiero soutient que "le péronisme n'est pas né pour les petites tâches ; il est en politique pour les grandes causes". Le justicialisme est un projet de développement intégral, une émotion en mouvement, une pensée qui se renouvelle, une mystique de la grandeur nationale et une foi populaire dans la capacité du triomphe de la cause.

jeudi, 12 mai 2022

L'éducation dé(con)structive pour coloniser le peuple

Technology and Education-Header.jpg

L'éducation dé(con)structive pour coloniser le peuple

Par Facundo Martín Quiroga

Source: https://kontrainfo.com/educacion-deconstructiva-para-colonizar-al-pueblo-por-facundo-martin-quiroga/

Une nouvelle année scolaire commence en République argentine, après deux années d'affectation très dure des processus d'enseignement et d'apprentissage en raison des politiques arbitraires de confinement et de restrictions. Sans une seule demande de retour à des classes normales - sachant le peu d'impact de l'ouverture des écoles sur les contagions - l'éducation a subi une baisse de qualité phénoménale dans toutes ses composantes, voire une annulation pure et simple.

Aujourd'hui, c'est à nous, enseignants, pleinement conscients que ce qui a été perdu est pratiquement irrécupérable, de réfléchir aux enjeux de notre domaine, sur le plan politique, géopolitique, géoculturel, économique et même démographique. Un processus de capitulation de l'éducation, en tant que formation de sujets critiques (un des mots les plus abâtardis par le dogme progressiste), est en cours, et les institutions mondialistes qui la commandent dans notre région du monde ont décidé d'appuyer sur l'accélérateur pour détruire la conscience des enfants, des adolescents et des jeunes.

Au cours de ces deux années, l'agenda post-moderne en matière d'éducation, même en milieu fermé, n'a cessé de s'étendre : avec la légalisation sur l'avortement, les politiques éducatives en rapport, par exemple, avec la santé sexuelle, les droits reproductifs et la diversité LGBT, ont été accentuées dans le domaine de l'ESI, avec plus de budget, plus de cadres militants en formation, et plus d'extrémisme dans les positions à prendre avec un net abaissement de la ligne contraire à ce que ces militances identifient comme des valeurs familiales traditionnelles, identifiées comme patriarcales, sexistes, etc.

Mais ce n'est pas seulement en termes de genre que l'agenda global de l'éducation s'est étendu : les conceptions des curricula ont également accentué les "transversalités" telles que l'éducation à l'environnement dans une clé mondialiste (les objectifs de développement durable de l'Agenda 2030 font déjà partie des contenus depuis plusieurs années, seulement avec d'autres dénominations), l'interculturalité (fortement stimulée par l'Université, par exemple ici dans la Comahue appelant directement la nouvelle année du "pays mapuche", avec des intentions sécessionnistes claires), et les Droits de l'Homme maintenant, évidemment, dans une clé gendériste.

Nous considérons qu'il y a des points nodaux que ces actions ont en commun, qui avancent à pas de géant, et qui sont aussi "transversaux" dans toute la négativité que l'on peut imaginer. Nous en soulignerons trois :

exc.jpg

1. Le mépris de l'excellence

Sur cette question, nous pouvons trouver des précédents dans la modification des systèmes de notation et des sanctions disciplinaires, qui ne peuvent aujourd'hui être appliquées car les étudiants ne doivent pas être "stigmatisés". Il n'est pas non plus recommandé de faire redoubler les années aux élèves ; il est loin le temps où répéter une année était presque une tragédie familiale. On assiste à un afflux croissant et imparable de facteurs et d'agents étrangers à la réalité des processus éducatifs, au point que l'on assiste tous les jours à des poursuites judiciaires pour des notes attribuées par des enseignants après un examen, au harcèlement d'enseignants par des tuteurs, à des plaintes pour des comportements discriminatoires présumés qui frisent le ridicule.....

Ce processus est accentué aujourd'hui par l'introduction de l'agenda identitaire qui propose, sans l'expliciter, de détourner la formation en termes cognitifs et disciplinaires et, sous prétexte de responsabiliser les étudiants, de les initier aux sujets qui sont aujourd'hui au centre des processus éducatifs, les fameuses "transversalités": genre, environnement, droits de l'homme, interculturalité. La figure du professeur classique, qui donne une master class et est écouté par ses élèves (une figure caricaturale et loin de la rigueur historique), est aujourd'hui identifiée par les progressistes comme un représentant des traditions à "dé(con)struire" ; à tel point que, de plus en plus fréquemment, les enseignants sont qualifiés de "facilitateurs", c'est-à-dire d'enseignants qui n'enseignent plus, mais qui créent les conditions d'un apprentissage "significatif", "émotionnel", qui tiennent compte des "intelligences multiples", et toute une série de belles paroles qui tentent de voiler le sens de l'autorité, élément essentiel de la construction de l'identité et de la discipline scolaire.

Nous nous demandons : l'apprentissage n'est-il pas significatif lorsqu'il s'inscrit dans le cadre d'un projet national indépendant et souverain, dans lequel l'étudiant a le sentiment de faire partie d'un tout, au lieu d'être laissé seul face à un univers de mensonges et d'hédonisme ? À quelles fins tous ces termes que l'on brandit aujourd'hui, tous plus légers et frivoles les uns que les autres, sont-ils utilisés ?

L'élève commence à être considéré comme une victime plutôt que comme responsable de lui-même. Ces facteurs externes - qui doivent, dans cette nouvelle approche, être pris en compte par l'enseignant qui doit prendre en charge du mieux qu'il peut cette "diversité" qui est en réalité une hétérogénéité chaotique qui met le système lui-même en crise -...

Il ne s'agit pas seulement de savoir comment traiter ce problème, mais aussi de savoir comment traiter le problème de la "diversité" de l'élève, qui est une hétérogénéité chaotique qui met le système lui-même en crise.

La question à se poser pour résoudre ce problème, qui épuise l'éducation, serait de savoir dans quelle mesure les enseignants et les institutions éducatives devraient prendre en charge les problèmes liés aux défaillances structurelles de la société. L'éducation est vantée comme un lieu où tout est fait: tout est contenu, tout est pris en compte, tout est valorisé, tout est valorisé, tout est fait, tout est fait, tout est fait, et tout est fait.

La diversité, elle est valorisée, elle est amusante, elle est appréciée... tout cela au détriment de la formation réelle des sujets. Et aujourd'hui, avec le politiquement correct comme discours officiel, ceux qui prétendent à l'excellence dans leur profession sont automatiquement qualifiés de fascistes, ainsi que tout ce qui ressemble à la discipline et à l'ordre.

L'école "poubelle" est devenue une constante, de moins en moins de temps est utilisé pour l'enseignement, car, et il faut le souligner suffisamment, le déclin ne s'est jamais arrêté, il n'y a jamais eu de reprise de la qualité de l'enseignement depuis le désastre de l'Alfonsinisme ; la période de croissance avec la consommation et le "bien-être" qu'ont été les années Kirchner ne s'est pas du tout traduite par une amélioration du niveau d'enseignement, bien au contraire: le discours post-moderne et la victimisation ne sont ni plus ni moins que le renouvellement de la façade du système, sans rien faire de l'accumulation d'ignorance qu'ont été ces presque quarante ans de politiques éducatives désastreuses, qui étaient obscènes pendant les années 90, mais qui vont maintenant devenir "diverses". En bref, deux modèles vendus comme opposés - le néolibéralisme et la social-démocratie - avec la même ignorance pour le peuple.

Et comme si cela ne suffisait pas, l'État a fait entrer dans le champ de la "formation" à ces transversalités, des personnes qui n'ont aucune connaissance du pays, de la région, de la politique, au-delà de l'école du militantisme qui les a endoctrinés : groupes féministes, groupes indigènes, jeunes des groupes civils, piquets de grève, tous occupent le même rang d'autorité que les enseignants.

Les formateurs d'enseignants deviennent également des gourous du marketing qui enseignent que les enseignants doivent "conquérir", "séduire", faire de la "magie" pour "attirer" (tous ces mots sont des citations textuelles de formateurs d'enseignants oratoires, avalisés par le système public)... Ceci, qui semble sortir d'un cours de vente plutôt que d'un ministère de l'éducation, s'applique à tous les spectres idéologiques : les idéologies post-modernes n'échappent en aucune occasion à ces ressources. Enfin, que fait un formateur en genre sinon séduire, attirer, conquérir des adolescents pour les rallier à une cause militante, au lieu d'éduquer à l'excellence ?

cropped-2017-11-03-23-30-04-1200x800.jpg

2. Déformation de l'histoire

En gros, il s'agit d'insérer de faux souvenirs historiques qui, sur la base d'une morale victimaire, sèment chez les étudiants l'ignorance et le ressentiment envers tout ce qui constitue l'identité nationale et latino-américaine, accusée de tout ce que ces militants ont du mal à insérer : "sexiste", "patriarcal", "raciste", "écocidaire", tout est bon pour mobiliser la sensibilité au détriment de la rigueur historique. L'idée est d'amener le sujet à interpréter toute l'histoire de l'humanité qu'on lui enseigne purement et exclusivement dans la clé de lecture qu'on lui donne, ce qui se résumerait plus ou moins à ce qui suit :

- Si le formateur est féministe, toute l'histoire de l'humanité sera l'histoire de la femme comprise comme un sujet universel et homogène, porteur d'une bonté intrinsèque de victime, subjuguée par le mâle infiniment cruel et impitoyable.

- Si l'on est indigéniste, toute l'histoire de l'humanité se réduira à la (fausse) dispute entre le conquérant infiniment mauvais et pervers et l'indigène habitant un paysage bucolique qui résiste à la colonisation (surtout espagnole) et se fait impitoyablement massacrer.

- Si vous êtes écologiste, toute l'histoire de l'humanité se réduira à l'histoire de "mère nature" (entrez l'adjectif que vous voulez : Gaia, Pachamama, Mapu, etc.) punie et détruite par l'homme (surtout s'il est blanc et hétérosexuel), qui doit payer ses fautes en la laissant tranquille.

- Si l'on est LGBTIQA+, toute l'histoire de l'humanité sera réduite à l'histoire de l'homme blanc hétérosexuel, condamnant à la disparition les "dissidences", qui auraient elles aussi une charge de bonté intrinsèque à leur statut de victime.

Chacun de ces paragraphes prétend aller plus loin, disent-ils, en "déconstruisant" l'histoire. Rien n'est plus faux : ils sont endoctrinés sur la base d'histoires ou de fables souvent traversées par ce que le philosophe espagnol Gustavo Bueno a appelé la "pensée Alice", une sorte d'utopisme grossier qui est l'une des bases du mondialisme en tant que philosophie morale : l'idée que tous les destins mènent à la dissolution des conflits, sans compter que cela impliquerait la dissolution des États et la volatilisation de leurs sociétés sous un seul règne : celui du relativisme absolu, le summum d'un système ultra-totalitaire.

Nos étudiants, en particulier, sont de plus en plus ignorants de la politique contemporaine et de l'histoire de notre pays, et pire, ces mêmes endoctrineurs militants sèment des faussetés au grand jour, les institutions les applaudissant ou se taisant par peur des représailles. Le cas de la légende noire sur notre territoire est paradigmatique : on reproduit des paragraphes entiers, par exemple, du livre Les veines ouvertes de l'Amérique latine, sans même permettre d'avancer des arguments pour les réfuter (ce que l'auteur de cet ouvrage a lui-même rejeté), ou on fait l'apologie du faux libelle de Bartolomé de las Casas, après avoir introduit les slogans anti-espagnols classiques comme le mensonge du "génocide", et ainsi de suite. Le jeu géopolitique est si explicite, la tentative de fragmenter davantage la nation par l'insertion de telles perspectives si grossière, qu'il est parfois effrayant de voir l'obséquiosité des professeurs mêmes qui enseignent l'histoire dans les lycées.

81GHKFea30S.jpg

La déformation de l'histoire "par la gauche" parachève le travail effectué par les libéraux oligarchiques qui ont construit le récit officiel de l'histoire nationale et continentale. Les deux pôles ont la même origine: Halperin Donghi et Felipe Pigna, même si cela ne semble pas être le cas, sont taillés dans la même étoffe, ils sont symétriques et complémentaires. Par conséquent, cette formation dans l'histoire, qui a oscillé entre le libéralisme oligarchique et le progressisme postmoderne, a le même but: éviter l'émergence d'une ligne nationale et hispano-américaine dans la formation académique des étudiants, soit en l'éliminant, soit en la déguisant avec des moyens caritatifs quand elle n'est pas directement mensongère ; le travail de sélection des faits, personnages et processus qui sont exaltés et mis en valeur pour construire le récit qui s'apparente à la géopolitique anglo-saxonne (par exemple, donner l'histoire du péronisme associée au keynésianisme et/ou à la social-démocratie, ou directement au nazisme ou au fascisme) est très fin.

image-19.jpg

3. Une nouvelle pédagogie morale : le relativisme

Il s'agit d'une procédure de transformation de l'éthique et de la morale des étudiants, une tentative permanente d'installer un nouveau cadre à partir duquel réfléchir à l'action humaine. C'est une morale relativiste qui enlève à la personne sa foi comprise comme la conviction profonde qu'il y a une dimension plus grande à la simple existence dans le présent, et que nous devons nous éduquer pour servir, harmonieusement, ce plus grand bien qui est au-dessus de notre simple individualité car, en fait, c'est une condition pour qu'il se développe. Cette foi (qui était la base de l'éducation péroniste, qui amalgamait dans un projet cohérent les idées du droit au bien-être, du privilège des enfants, de la dignité du travail, etc.) a été remplacée par une nouvelle éthique: le culte du moi, mais sans le moi, c'est-à-dire la sensorialité du moi, la dimension la plus superficielle du moi. Il ne s'agit pas d'un moi rationnel, mais d'un moi spectral, totalement opposé à la raison, avec une primauté absolue du sentiment et de la jouissance, au point de donner lieu à des droits supposés de simples sentiments, ce qui est clairement absurde.

L'avènement de mots tels que "plaisir", "répression", "jouissance", "droits", "diversité", etc., comme autant de slogans à suivre pour dire "plaisir", comme des slogans à suivre comme des dogmes, a poussé les étudiants à renoncer à leur temps, par exemple en Histoire de l'Argentine, pour faire de la place à la doctrine postmoderne, mais elle a aussi obtenu, sur la base d'un soutien étatique de plus en plus fort, que les étudiants en sachent moins, pour qu'ils puissent apprendre de moins en moins, et qu'ils puissent apprendre de moins en moins, pour qu'ils puissent apprendre de moins en moins, Dans un quotidien gangrené par les fausses informations et les réseaux antisociaux, les étudiants sont moins érudits, leur capital culturel savant (au-delà de la consommation globalisante) est diminué, et leurs capacités cognitives sont affectées de manière quasi irréversible. Ensuite, s'il n'y a pas de contenu à travailler, on laisse au premier venu le soin d'endoctriner.

C'est cette ignorance fondamentale qui rend les vulgarisateurs et les influenceurs tels que Dario Zeta ou Sol Despeinada si célèbres et leurs discours deviennent des matériaux de référence : ils conviennent parfaitement à cette précarisation de l'intellect puisqu'ils sont chargés d'exalter cette précarité ; pire encore, ils remplissent la fonction de faux prophètes en faisant croire aux esprits des étudiants qu'ils peuvent philosopher ou faire la révolution avec le simple jeu de mots de la dé(con)struction (i), c'est-à-dire qu'ils leur font croire que l'anti-système passe par là, et non par la souveraineté politique ou la justice sociale.

Mais il y a encore plus de perversion : ils légitiment la déformation et la décontextualisation de mots qui ont pris chair dans notre propre histoire, comme la justice sociale, validant que tout slogan vide en est le synonyme. La conséquence logique du relativisme historique et du relativisme politique est le relativisme moral, une base fondamentale pour, premièrement, faire coexister des termes qui, dans la réalité et dans l'histoire, sont totalement contradictoires (par exemple : "l'avortement est une justice sociale") comme si de rien n'était et, deuxièmement, insérer la culture de la victimisation au plus profond de la conscience des étudiants, qui en viendront à considérer toute l'histoire et aussi le présent en termes de victimes et de coupables.

Rien ne pourrait être plus médiocre intellectuellement et éthiquement, et promu par l'école elle-même ! Face à un tel panorama expérientiel dans lequel les étudiants ne parviennent pas à ordonner leur vie, dévalorisant le temps de lecture, souffrant d'une technophilie qui les conduit à légitimer ce que Paula Sibilia appelait "l'intimité comme spectacle", le sentiment d'autorité devient d'autant plus nécessaire. Mais parce que cet endoctrinement postmoderne est si fort, l'étudiant est initié au besoin de blâmer l'extérieur ; la culture de la victimisation transforme le sujet en quelqu'un qui cherche en lui-même un élément qui puisse le victimiser aux yeux des autres afin d'en tirer profit. La morale de la victimisation est la morale du grimpeur, la morale du "méritocrate" mais à l'envers, tous deux profitant des failles pour gravir les échelons aux dépens de l'État et de la société. Oui, les institutions éducatives elles-mêmes, dans une clé post-moderne et progressiste, promeuvent la moralité du parasite chez les étudiants, mais très bien vendue comme "diversité". Quel beau sujet pédagogique ils construisent ensemble.

Quelques remarques finales

Nous sommes conscients que la démolition de l'éducation a une longue histoire qui remonte à l'Alfonsinisme, qui a tissé un discours pervers qui, sous le parapluie des droits de l'homme et de la démocratie sociale des gauchistes résiduels, a amené l'éducation argentine dans le tiers monde. Puis la catastrophe entraînée par le pouvoir tenu par Menem, avec sa balkanisation pédagogique (la balkanisation territoriale sera un fait si nous ne l'évitons pas, n'oubliez pas que le pays est aussi, dans une certaine mesure, balkanisé politiquement), a fait des politiques éducatives nationales un véritable pillage. Mais ces vingt dernières années ne sont pas non plus méritoires, pas du tout, au-delà de l'émergence de certaines questions qui ont été discutées mais n'ont jamais donné lieu à une pédagogie véritablement émancipatrice. C'est ainsi que nous pensons que tout est résolu "avec l'éducation", sans nous demander quelle éducation est souhaitée et nécessaire, et encore moins ce qu'ils font de l'éducation en ce moment.

Dans ce contexte, on ne peut manquer de mentionner la montée dangereuse du "home schooling", ou éducation à domicile, comme forme de réaction contre la dictature sanitaire vécue dans les écoles, ce qui délégitime encore plus le système sachant que, dès que l'élève entre dans l'institution, il est endoctriné des quatre côtés. Je dis dangereux, car cela détourne l'attention du fait que la bataille doit être menée au sein du système éducatif public, qui continue aujourd'hui encore à représenter la société argentine, qui le considère comme fondamental pour la mobilité ascendante et le bien-être social.

Enfin, cette situation catastrophique, loin d'égaliser les chances pour le choix d'une destination universitaire, segmente davantage la population étudiante : il restera une élite de scientifiques STEM (Science, Technologie, Ingénierie et Mathématiques) qui se consacrera au développement matériel des pays... et des cours sur le genre, la diversité, l'indigénisme et autres vacuités pour le reste. Ainsi, les institutions académiques mêmes qui offrent des cours de troisième cycle dans la région présentent constamment des propositions de "formation" dans chacun des points de l'agenda mondialiste.

Sans un modèle national avec une articulation fédérale et régionale, mais avec une récupération des axes fondamentaux pour la société et l'État dans son ensemble, il n'est pas possible d'affronter les défis de la dispute entre blocs que nous vivons, qui, en fait, détruit toute évidence possible de ce que nous avons fini par appeler la mondialisation, mais qui continue à être célébrée sous le couvert du progressisme, aussi fonctionnel que le libéralisme lorsqu'il s'agit de mener à bien la colonisation pédagogique de notre peuple.

Note:

(i) La parenthèse dans l'écriture de la dé(con)struction n'est pas innocente, car au fond, la déconstruction n'est rien d'autre que de la pure destruction.

mardi, 10 mai 2022

"Dans la nouvelle étape, les États-Unis seront un acteur important, mais ils ne seront pas une puissance hégémonique comme il y a quelques années"

esta-pour-voyager-aux-usa.jpeg

"Dans la nouvelle étape, les États-Unis seront un acteur important, mais ils ne seront pas une puissance hégémonique comme il y a quelques années"

Entretien avec Andrés Berazategui

Propos recueillis par Santiago Asorey

Source: https://www.agenciapacourondo.com.ar/internacionales/en-la-nueva-etapa-estados-unidos-sera-un-actor-importante-pero-no-sera-una-potencia?fbclid=IwAR3jCX7vWjQV37h3rUow1Mp60ea7Uxj_azUWF5vURLH1ClWfc9BpeiJpKuY

Andrés Berazategui est titulaire d'un diplôme en relations internationales, d'un master en stratégie et géopolitique et d'un diplôme en analyse stratégique internationale. Il est également membre du groupe de réflexion et du projet d'édition Nomos. Dans une interview accordée à l'AGENCIA PACO URONDO, il a réfléchi au conflit géopolitique qui oppose les puissances atlantistes de l'OTAN et la Fédération de Russie en Ukraine.

APU : Commençons par le conflit lui-même, en Ukraine, et la rapidité avec laquelle le différend entre les puissances atlantistes et la Chine et la Russie a développé des tensions dans le monde entier, sur la base des pressions exercées par les États-Unis pour imposer une guerre économique à la Russie. Comment le nouvel ordre international émerge-t-il de ce nouveau scénario ?

AB : Deux aspects importants peuvent être soulignés, au-delà de ceux déclarés par la Russie en relation avec la région de Donbass. D'une part, les aspects strictement géopolitiques: la Russie en tant que puissance ne peut pas permettre (comme toute puissance qui se respecte) des voisins hostiles à sa périphérie. Les puissances sont mal à l'aise face aux menaces proches de leurs frontières. D'autant plus que l'Ukraine appartient à l'ancien espace soviétique, une zone que les Russes considèrent comme leur zone naturelle et immédiate de projection d'intérêts. Et ce d'autant plus que l'Ukraine est particulièrement sensible dans l'histoire de la Russie, tant pour des raisons historico-culturelles que militaires (c'est la zone classique d'empiètement de l'Ouest sur l'Est).

D'autre part, il existe un conflit d'une plus grande portée: le défi permanent lancé par Poutine à l'ordre libéral international. Poutine a remis en question à plusieurs reprises les politiques, les valeurs et les institutions de l'ordre dirigé par les États-Unis. Le président russe n'est pas d'accord avec le projet libéral et l'expansion de ce modèle d'ordre, mais cherche à faire reconnaître la nouvelle répartition mondiale du pouvoir et où la Russie doit être reconnue comme un acteur important. Ce point est particulièrement sensible, car il remet en cause l'ordre international né avec la fin de la guerre froide, c'est-à-dire qu'il ne s'agit pas d'une question conjoncturelle. Il s'agit du désir de la Russie d'organiser un ordre dans lequel elle est plus favorisée, et le principal obstacle est un États-Unis qui cherche à étendre ses propres valeurs et institutions de manière compulsive. Cette situation est déjà de plus en plus remise en question, même à Washington, et il faut donc s'attendre à des changements importants dans l'ordre international.

Quant à la Chine, elle s'est tenue à distance prudente du conflit en Ukraine. D'après ce que l'on peut voir dans ses médias, il est largement admis que le PCC n'est pas d'accord avec l'intervention elle-même ; mais pour la Chine, elle a beaucoup plus à gagner de la Russie en tant que partenaire stratégique, elle ne s'opposera donc pas non plus activement au Kremlin.

APU : "Que se passe-t-il aujourd'hui ? C'est la destruction du système d'un monde unipolaire qui s'est formé après la chute de l'URSS", a déclaré Poutine il y a un mois. Voyez-vous un déclin de l'hégémonie atlantiste ?

AB : Il est certain qu'il y a un déclin des États-Unis et donc un relâchement du maintien des politiques de l'ordre libéral international. Il y a une Chine défiante qui se rapproche de plus en plus de l'équilibre des attributs du pouvoir dans tous les segments de la compétition avec les États-Unis. Il existe une Russie révisionniste qui cherche à déplacer davantage de frontières et qui a conclu un accord avec la Chine. Il y a des mouvements en Europe qui pourraient conduire à une autonomie croissante du vieux continent par rapport aux États-Unis. Dans notre Amérique, le drapeau de l'intégration a déjà été hissé et, bien que ralentie, elle reste un objectif... c'est un monde en transition : nous passons d'un ordre unipolaire à un ordre de grands espaces où le grand espace atlantique (Grossraum, en langage schmittien) sera un parmi d'autres. Les États-Unis seront un acteur important, mais en aucun cas une puissance hégémonique comme il y a quelques années.

APU : La hausse du coût de l'énergie pour les populations européennes dépendantes du gaz et des hydrocarbures russes constitue également un problème électoral pour les dirigeants européens qui tentent de défendre une position pour le moins discutable d'un point de vue national. Cependant, les États-Unis ont prévalu. Quelle explication trouvez-vous à cela ?

AB : Étant donné que les événements se déroulent toujours, il reste à voir dans quelle mesure les États-Unis ont fait prévaloir leurs vues. De plus, en Europe, les points de vue sur l'approvisionnement en énergie ne sont pas unanimes, aussi des mesures prudentes ont-elles été prises sur cette question. Je pense que les Allemands, en particulier, sont impatients de voir le conflit en Ukraine prendre fin dès que possible et de revenir à la normalité (au fait, qu'est-ce que la "normalité" aujourd'hui ?), au moins en ce qui concerne l'approvisionnement en énergie. Cependant, en raison des enjeux que j'ai mentionnés plus haut, je pense que les questions énergétiques ne sont pas les plus importantes aujourd'hui. Je crois qu'en fin de compte, nous parlons des forces souterraines de l'histoire qui mettent à l'épreuve la force des cultures et des peuples dans une lutte où s'affrontent de grandes volontés collectives. Et les tensions générées par ces volontés seront utiles à ceux qui sauront en tirer parti, que ce soit par une intervention ouverte dans la lutte ou par la sagesse de ceux de "l'extérieur" dans la gestion de leurs intérêts.

640px-Flag_map_of_Argentina.svg.png

L'Argentine dans le monde

APU : La deuxième partie de l'interview porte sur la position de l'Argentine, mais dans la perspective de la troisième position historique du péronisme.

AB : La troisième position est née comme une alternative qui promouvait l'épanouissement individuel en harmonie (et dans un rapport de subordination) avec le destin collectif. En politique étrangère, compte tenu du fait que la seconde après la Seconde Guerre mondiale divisait deux blocs, l'un mettant l'accent sur l'individualisme capitaliste et l'autre sur le collectivisme marxiste, la troisième position a marqué ses propres modes d'organisation de la vie sociale et politique et a établi une neutralité face au conflit Est-Ouest, évitant ainsi de s'aligner sur l'un des deux blocs. En même temps, cela laissait la voie ouverte pour tirer parti et maximiser les intérêts avec l'un ou l'autre lorsque cela était nécessaire, car il ne s'agissait pas d'une position d'opposition compulsive : en bref, sans nous aligner politiquement ou sur les questions de sécurité, nous avons commercé avec les deux blocs, par exemple. La troisième position a promu son propre modèle philosophique politique dans les affaires intérieures et a recherché la liberté d'action en politique étrangère. En ce qui concerne la confrontation entre l'Occident et la Russie au sujet du conflit actuel en Ukraine, je ne pense pas que la troisième position s'applique, notamment en raison de deux problèmes : D'une part, nous ne sommes pas dans un moment bipolaire analogue à celui de la guerre froide (il est possible que cela se produise à long terme entre les États-Unis et la Chine, mais il est encore prématuré de l'affirmer) ; en fait, nous sommes aujourd'hui en transit vers un monde multipolaire. D'autre part, nous évoluons également vers un monde plus pragmatique et moins idéologique qu'à l'époque.  Dans la conjoncture actuelle, j'ai tendance à valoriser la validité de la troisième position - comme je l'ai fait dans un autre ouvrage - en tant que contrepoint à la dialectique entre l'individualisme libéral et le collectivisme des "nouvelles luttes" dans le style de Tony Negri, Holloway et d'autres. Une dialectique qui, par ailleurs, dans ses expressions politiques concrètes finit (du moins en Occident) par être légitimée par un discours libéral, tant de gauche que de droite, si ces concepts ont un sens aujourd'hui.

APU : Comment analysez-vous le vote argentin à l'ONU sur l'expulsion de la Russie du Conseil des droits de l'homme ?

AB : Je considère que c'est incorrect. Il y avait au moins la possibilité de s'abstenir. C'est une méfiance gratuite, sachant que les implications pratiques de l'appartenance à un tel organisme sont secondaires. Je considère qu'il s'agit d'un impact plus symbolique que matériel, ce qui explique qu'il n'affecte pas non plus la Russie de manière substantielle, mais il s'agit toujours d'une position prise par l'Argentine et ce n'est pas une position appropriée à prendre : il s'agit d'un conflit dans lequel nous devrions adopter la neutralité. Quel était l'avantage de l'expulser ? Que gagne l'Argentine ? En quoi ce vote nous positionne-t-il mieux ? Je ne vois rien de positif dans cette décision.

APU : L'Argentine est également confrontée à un défi lié aux conditions imposées par l'accord avec le FMI. La construction d'une centrale nucléaire à laquelle participe la China National Nuclear Corporation est menacée par la pression des Etats-Unis, quelle analyse proposez-vous sur ce point de conflit ?

AB : En ce qui concerne le FMI, il s'agit d'un passif absolu. Elle limite sérieusement nos options économiques, mais aussi nos options de politique étrangère, car la dette est une conditionnalité politique, même si nos politiciens veulent la formuler en termes strictement financiers. Cela devrait être compris par tous et faire l'objet d'un débat public : la dette et les organismes internationaux de prêt sont des instruments de projection de puissance par les pouvoirs en place. Le FMI ne demande pas seulement de faire fonctionner la politique fiscale ou telle ou telle variable macroéconomique. Et vous avez raison de faire le lien avec la centrale nucléaire. Si nous ne trempons pas nos barbes dans l'eau, cette initiative et d'autres seront bloquées par des États-Unis en pleine concurrence avec une Chine montante. La question que nous devons toujours nous poser est "qu'est-ce qui est dans notre meilleur intérêt". Et il n'est pas dans notre intérêt d'être liés à la dette, pas plus qu'il n'est dans notre intérêt de nous tourner vers les États-Unis pour qu'ils nous "aident" à résoudre nos problèmes. Il est vrai que lorsque vous négociez, vous devez céder quelque chose, mais quand avons-nous jamais bien négocié avec le FMI ?  Les organisations internationales sont nées, façonnées et principalement financées par les grands acteurs internationaux et sont des plateformes de projection de leur pouvoir : il faut le comprendre une fois pour toutes.

vendredi, 22 avril 2022

Incendie en Europe - Intérêts géopolitiques et défi à l'ordre libéral

actualité,géopolitique,relations internationales,politique internationale,argentine,amérique latine,amérique du sud,amérique ibérique

Incendie en Europe

Par Andrés Berazategui*

Source: https://nomos.com.ar/2022/04/19/fuego-en-europa/?fbclid=IwAR1-F33Lt9hPuz8XmKAezJvqzASFrI9ihsVdoDidWu4IH2x8f1_TtUa6SkM

Intérêts géopolitiques et défi à l'ordre libéral

Lorsque l'intervention de la Russie en Ukraine a débuté le 24 février, la principale raison invoquée par Vladimir Poutine pour lancer les opérations était le conflit vieux de huit ans au Donbass. Nous ne nous attarderons pas sur les faits, étant donné l'importante couverture médiatique en cours. Depuis quelques années, la situation dans la région semblait se calmer en raison de l'impasse qui a créé une frontière de facto entre les territoires contrôlés par les forces loyales au gouvernement ukrainien et ceux sous le contrôle des insurgés des républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk. Il est donc clair que la décision du président russe de lancer une telle opération ne peut être uniquement liée au conflit dans le Donbass. Le différend entre la Russie et l'Ukraine doit être placé dans un cadre plus large dans lequel nous soulignerons deux aspects: d'une part, des considérations géopolitiques liées aux questions de sécurité et à la lutte pour l'hégémonie en Eurasie; et, d'autre part, un défi plus large où une Russie revigorée remet en question l'ordre international en déclin dirigé par les États-Unis.

La Russie et la géopolitique eurasienne

En stratégie, un "intérêt vital" est défini comme un intérêt pour lequel un acteur est déterminé à faire la guerre afin de le défendre. Dans la politique interétatique, la vie de la population, la possession ou l'accès à des ressources critiques, ou le territoire lui-même peuvent être identifiés comme des facteurs d'intérêt vital pour un État. Les États élaborent des stratégies pour neutraliser les menaces, c'est pourquoi les politiques de sécurité et de défense figurent souvent en bonne place dans les agendas publics. Il n'est pas surprenant que les puissances aient tendance à consacrer d'importantes ressources à cet effet. L'ex-URSS ne faisait pas exception, bien au contraire, et sa désintégration a laissé un grand nombre de conflits potentiels qui pourraient être très problématiques pour son principal État, la Russie d'aujourd'hui. Vladimir Poutine considère que l'effondrement de l'URSS est la plus grande catastrophe géopolitique du 20e siècle. Il a toutes les raisons de le croire. Mais le plus grave, au vu des événements qui ont suivi cet automne, était la menace que la Russie percevait dans une OTAN avançant vers l'est. Historiquement, le principal défi de la Russie a été de défendre son espace national contre une multitude de voisins actifs et souvent instables. Il n'est donc pas surprenant que l'avancée de l'alliance atlantique ait mis les dirigeants russes mal à l'aise. La raison est classique: aucune puissance ne veut de menaces près de ses frontières. Les Américains toléreraient-ils une alliance militaire chinoise incluant, par exemple, des pays des Caraïbes, le Canada ou même le Mexique ? Comment les États-Unis ont-ils réagi lorsque les Soviétiques ont envoyé des missiles à Cuba ? Pourtant, une Russie encore faible ne pouvait rien faire en 1999 lorsque la première expansion de l'OTAN de l'ère post-soviétique a eu lieu, la République tchèque, la Hongrie et la Pologne rejoignant l'alliance.

Selon certains analystes, la Russie ne s'inquiétait guère, au début des années 1990, de la capacité de l'OTAN à contenir une Allemagne nouvellement unifiée. Il n'y avait pas non plus de signe public de la volonté de l'OTAN de "marcher vers l'est", sans parler du fait que beaucoup en Russie estimaient que la propagation de la démocratie ne nécessitait pas l'expansion parallèle d'une alliance militaire. Mais plus d'un Occidental a considéré l'élargissement de l'OTAN comme une grave erreur, y compris le stratège George Kennan, celui-là même qui a conçu la politique d'endiguement de l'URSS pendant la guerre froide, dans un article du New York Times d'aujourd'hui intitulé "A fateful error" [1].

Cependant, d'autres voix se sont fait entendre et la géostratégie finalement conçue avait réservé à l'OTAN et à l'Union européenne le rôle fondamental d'être la "tête de pont démocratique" des Etats-Unis sur l'Eurasie, comme le soutenait Zbigniew Brzezinski en 1997 [2]. Il a écrit une stratégie séduisante pour Washington avec une relecture néo-mackinderienne de la géopolitique, car il voyait l'Eurasie comme le principal échiquier dans la lutte pour l'hégémonie mondiale et où il était nécessaire d'opérer sur trois fronts : L'Europe de l'Est, où l'UE et l'OTAN (deux architectures institutionnelles qui allaient de pair) devaient s'étendre; les "Balkans eurasiens", une région qui s'étend de l'est de la Turquie et d'une grande partie de l'Iran à l'Asie centrale, où régnait une grande instabilité qui devait être gérée par la diplomatie et l'équilibre; et enfin l'Extrême-Orient, où une Chine en pleine expansion devait être contenue afin de demeurer uniquement une puissance régionale.

31CT9pJJ1nL._SX450_.jpg

out-of-control-9780684826363_hr.jpg

La plus grande crainte de Brzezinski était qu'une alliance anti-hégémonique prenne forme, qui contesterait la suprématie mondiale des Etats-Unis et finirait par chasser les Etats-Unis d'Eurasie. Une telle alliance, selon le stratège, pourrait se faire entre la Russie, la Chine et éventuellement l'Iran. Brzezinski avait des craintes particulières au sujet de la Russie, car son territoire lui permet d'opérer à la fois en Europe et en Extrême-Orient, mais aussi parce qu'elle est une puissance nucléaire.

Les universitaires libéraux ont joué leur rôle dans la politique d'expansion vers l'est de l'UE et de l'OTAN : ils étaient profondément ancrés dans l'idée que les États-Unis étaient destinés à apporter la liberté, la démocratie et la prospérité au monde entier. Le modèle américain de capitalisme et de démocratie avait réussi à résoudre les contradictions de l'histoire, ce n'était donc qu'une question de temps avant que ce modèle puisse être apporté au monde entier. C'est du moins ainsi que Francis Fukuyama l'a formulé, et beaucoup l'ont cru.

Ce n'est pas ce que pensaient les dirigeants russes ou de nombreux autres dirigeants dans le monde. Très tôt, Poutine a clairement indiqué que l'expansion de l'OTAN constituait une menace pour la sécurité de la Russie et il n'était pas disposé à tolérer la présence de membres de l'OTAN parmi les pays voisins. Cependant, la Russie ne pouvait rien faire non plus en 2004, lorsqu'un nouveau cycle d'élargissement est arrivé: cette fois, la Bulgarie, la Slovaquie, la Slovénie, la Roumanie et pas moins de trois pays voisins, la Lettonie, l'Estonie et la Lituanie (qui jouxte Kaliningrad), ont rejoint l'alliance. Mais la goutte d'eau qui a fait déborder le vase est arrivée en avril 2008 lorsque l'OTAN a déclaré sa volonté d'intégrer l'Ukraine et la Géorgie. Comme si cela ne suffisait pas, le mois suivant a vu le lancement officiel du Partenariat oriental, une initiative visant à établir des relations communes avec les pays d'Europe de l'Est sur la base de la promotion de valeurs, d'institutions et d'intérêts communs proclamés entre cette région et l'UE. Suite à une action militaire géorgienne dans deux régions séparatistes, la Russie est intervenue dans la zone et a soutenu les régions d'Ossétie du Sud et d'Abkhazie contre la Géorgie. Cette intervention russe aurait dû faire comprendre aux Occidentaux ce que Poutine pense de ses voisins qui ont manifesté leur décision de rejoindre l'OTAN.

Flag_map_of_Georgia-Abkhazia_and_South_Ossetia.png

À l'Ouest, cependant, les politiciens n'ont pas changé de cap et ont soutenu une "révolution colorée" en Ukraine qui a réussi à évincer le président pro-russe Ianoukovitch en 2014, tournant une fois de plus l'Ukraine vers l'Ouest. Le conflit a alors éclaté au Donbass, mais pas seulement là, mais dans presque toutes les régions russophones. Profitant de l'escalade, une Russie déterminée et active s'empare de la péninsule de Crimée. Malgré tout cela, loin de s'orienter vers une politique de négociations qui établirait la fin de la marche de l'OTAN vers l'est et définirait la neutralité de l'Ukraine, cette dernière a insisté sur l'intégration à l'Occident et l'OTAN a déclaré avec insistance que chaque pays pouvait décider de ce qu'il voulait faire. Les événements se sont radicalisés lorsque le Kremlin a pressenti l'intégration imminente de l'Ukraine dans l'alliance et que des missiles seraient déployés sur son territoire.

Le défi de l'ordre libéral international

Aussi important qu'il soit d'analyser la concurrence géopolitique sur l'échiquier eurasien, ce fait à lui seul n'explique pas entièrement les intentions de la Russie, car dans un aspect plus vaste, Vladimir Poutine remet en question l'ordre international libéral dirigé par les États-Unis. Le président russe a critiqué à plusieurs reprises les valeurs incarnées par l'Occident, notamment dans ses discours au Club Valdai. En outre, le défi est même logique, étant donné que la Russie, en tant qu'État revigoré, vise à revenir au pouvoir en proposant ouvertement la fin de l'ordre international actuel pour donner naissance à un ordre qui lui serait plus favorable. Poutine souhaite qu'un tel ordre lui permette d'avoir son mot à dire sur les questions importantes de politique internationale, en particulier les questions de sécurité. En outre, le Kremlin ne souhaite pas simplement adapter les changements à l'ordre international actuel, mais les dirigeants russes veulent en construire un qui tienne compte des nouvelles réalités de la répartition mondiale du pouvoir. Au fil du temps, il semble devenir évident que le monde évolue vers la multipolarité. Un commentaire sur ce point. La polarité du système international est donnée par sa structure, c'est-à-dire par la forme que prend le système international. C'est-à-dire que même si le système international est toujours un et le même, il peut prendre différentes formes en fonction des différentes répartitions des capacités matérielles: avec une seule puissance hégémonique, il sera unipolaire; avec deux puissances, bipolaire; avec trois puissances ou plus, multipolaire...

Cependant, après la fin de la bipolarité et la chute de l'URSS, le "moment unipolaire" est né lorsque les États-Unis sont devenus la seule superpuissance.  Ainsi, ce pays s'est consacré à étendre ses propres valeurs et institutions au monde entier, dans ce qui semblait être le triomphe du libéralisme à l'échelle mondiale. C'est dans ce contexte de triomphalisme qu'est née la théorie de la paix démocratique, une théorie qui affirme que les démocraties ne se font pas la guerre, de sorte que le modèle démocratique et capitaliste occidental devait être élargi afin de parvenir à la paix internationale. Et cette expansion de la démocratie libérale était positive pour les États-Unis pour deux raisons. D'une part, s'il est vrai que les démocraties ne se font pas la guerre, quelle meilleure contribution à la paix internationale que de faire de tous les États des pays démocratiques ? Mais d'un autre côté, étant un ordre pacificateur, il a été interprété que les Américains eux-mêmes seraient plus en sécurité chez eux, puisqu'ils ne seraient pas "forcés" de s'impliquer à l'étranger et pourraient s'occuper de leur propre politique intérieure. Les libéraux américains des années 1990 ont défendu l'expansionnisme de leur propre modèle d'ordre, identifiant l'intérêt international pour la paix à leur propre intérêt national. Il se trouve que les puissances ont tendance à rechercher des ordres internationaux qui leur profitent, et ces ordres naissent comme une expression de la façon dont chaque peuple conçoit la réalité. C'est-à-dire que de chaque esprit national naît une vision du monde à partir de laquelle est projetée une manière de comprendre comment le monde devrait être ; appliquée à la politique internationale, c'est le substrat sur lequel sont conçus les ordres internationaux, et ce sont les puissances qui ont la volonté et les capacités matérielles de les construire et de les maintenir.

Mais les Russes n'ont pas la même vision du monde que les Américains. L'ordre international actuel repose sur une philosophie libérale, une philosophie qui considère l'individu comme l'alpha et l'oméga de tout ordre social. Fondée sur une confiance aveugle dans le pouvoir de la raison, cette philosophie part du principe que, tôt ou tard, toute l'humanité atteindra le même objectif dans le futur; le progrès est inéluctable. Mais alors que le progrès avance, il est évident que les individus ont des religions, des idées ou des intérêts différents, alors comment résoudre le problème de la coexistence tout en atteignant le but final de l'histoire? Avec un contrat né de volontés libres, rationnelles et suffisamment informées. C'est ainsi que sont nés le contractualisme, la pensée "sociétale" et les régimes démocratiques modernes. Transposez ce même raisonnement à la politique interétatique et vous obtenez l'ordre libéral international, un ordre fondé sur la promotion des droits de l'homme, de la libre économie et de la démocratie.

Bien sûr, le créateur, le soutien et le garant de cet ordre était et est toujours les États-Unis, qui ont leur propre façon de comprendre ces facteurs. Ainsi, avec l'ascension des États-Unis au sommet de la puissance mondiale, les droits de l'homme sont interprétés de manière individualiste, en prenant pour acquis l'existence d'atomes rationnels et libres guidés par l'intérêt personnel. L'économie de marché implique la déréglementation, la limitation de l'interventionnisme de l'État et la recherche acharnée du profit. Enfin, la démocratie se comprend non pas en termes de "volonté du peuple", mais dans l'articulation d'un système de contrepoids entre des pouvoirs équivalents, avec un système politique dont la représentation est monopolisée par les partis politiques et où l'alternance dans l'exercice du pouvoir est recherchée. Pour les États-Unis, toutes ces choses étaient positives lorsqu'ils ont décidé de les étendre dans les années 1990, car lorsqu'elles sont appliquées à la politique internationale, elles créent "un monde basé sur des règles". Mais bien sûr, les organisations et les institutions qui étaient censées faire respecter ces règles ont été largement créées et façonnées par les États-Unis eux-mêmes... il en a été de même pour l'ONU, le FMI, l'OMS, l'OTAN et ainsi de suite.

C'est cette situation que la Russie conteste et veut changer. Ses valeurs ne conçoivent pas les individus repliés sur eux-mêmes en marge de la vie collective, ni l'État comme un acteur secondaire de l'économie. Et quelle valeur peut avoir la démocratie de type occidental dans la tradition autocratique de la Russie ? Il est inacceptable pour le Kremlin de continuer à participer à un monde fondé sur l'expansion d'un ordre qui, selon lui, ne les représente pas adéquatement. C'est pourquoi nous affirmons que l'Ukraine ne concerne pas seulement le sort des territoires. Il est certain que la géopolitique est la première clé pour comprendre les intérêts de l'État russe. Mais le point principal à noter est le défi lancé par Vladimir Poutine à l'ordre libéral international.

Une perspective américaine

L'Argentine doit calibrer ses décisions de politique étrangère à la lumière des deux aspects que nous avons évoqués : le retour de la politique de puissance entre les puissances, avec son cortège de tensions géopolitiques, et l'évolution vers un nouvel ordre international qui est en cours. Avant d'analyser l'impact de ces réalités, disons quelques mots sur la construction du pouvoir national. Quel que soit le scénario qui se dessine, notre pays doit profiter des tensions et des réalignements internationaux à venir pour renforcer sa puissance nationale et accroître sa liberté d'action. La question est simple: peu de pouvoir, peu d'options; trop de pouvoir, trop d'options. Tous les scénarios sont mauvais pour un État faible. Et la puissance nationale se construit en renforçant des attributs matériels tels que le territoire, la population, l'économie ou la capacité militaire; mais aussi en renforçant des attributs immatériels tels que la volonté nationale, l'éducation de la société, la qualité des institutions ou la professionnalisation des élites dirigeantes. Vient ensuite, bien sûr, la capacité de ceux qui dirigent un État à traduire ce pouvoir en stratégies efficaces et efficientes pour atteindre les objectifs nationaux.

Independence-Day-Argentina.jpg

Passons maintenant aux deux questions prioritaires que nous avons identifiées. En ce qui concerne les tensions géopolitiques actuelles, un point est évident, mais mérite d'être souligné: l'échiquier fondamental de la compétition entre les puissances continuera d'être l'Eurasie, et notre pays et l'Amérique du Sud n'y sont pas. Les pays de notre région (et nous faisons expressément référence à l'Amérique du Sud) devraient avoir une politique cohérente et unifiée par rapport à ce scénario. Il est encore plus important de comprendre que l'Argentine ne doit pas adopter une stratégie d'alignement automatique sur l'un des acteurs du conflit. Il n'y a aucune raison de s'impliquer en "prenant parti" définitivement pour l'un ou l'autre des concurrents, car leurs principaux intérêts stratégiques se situent précisément là-bas en Eurasie, et non ici en Amérique du Sud. Par conséquent, il peut être commode pour eux de nous avoir comme alliés aujourd'hui, mais pas demain.

Un autre point, en rapport avec la concurrence sur l'échiquier eurasien, est qu'il n'est pas dans l'intérêt des États de notre région qu'une alliance anti-hégémonique expulse définitivement les États-Unis d'Eurasie, si cela peut se produire un jour. Une puissance nord-américaine expulsée du plateau de jeu principal (ou dont l'influence serait réduite à un niveau secondaire) se retirerait du grand continent eurasien, réévaluerait le concept de l'hémisphère occidental et tournerait ses principales ressources diplomatiques et militaires vers notre région ; dans cette nouvelle réorganisation, les États-Unis chercheraient à créer une nouvelle architecture de sécurité hémisphérique afin de protéger leurs intérêts et nos gouvernements seraient certainement confrontés à une pression encore plus forte de la part des États-Unis.  Le meilleur scénario, pour les pays de notre Amérique, est celui d'une Amérique retirée de notre région, constamment et principalement impliquée dans l'Eurasie luttant pour l'hégémonie contre d'autres puissances.

En ce qui concerne l'émergence potentielle d'un nouvel ordre international, le fait que la Russie - ou toute autre puissance - défie les États-Unis est en soi une bonne nouvelle. Pour l'Argentine et les pays de notre région, les politiques interventionnistes américaines ont presque toujours laissé de mauvais souvenirs et, dans notre cas, seulement de mauvaises nouvelles. Nous n'avons pas bénéficié de l'alignement automatique dans les années 1990, bien au contraire. Et les architectures sécuritaires et économiques que les États-Unis ont créées, telles que la TIAR, le FMI, la BM, par exemple, ont été inefficaces ou ont rendu notre situation bien pire. Un ordre international dans lequel il y a plus d'acteurs importants sera plus positif pour des pays comme l'Argentine, car il y aura plus d'alternatives pour rassembler des intérêts ou chercher des ressources.  Tout cela tient également compte du fait que la Russie tient tête à l'OTAN, une alliance militaire dont l'un des membres usurpe une partie de notre territoire, ce qui devrait faire réfléchir les politiciens argentins sur la manière de planifier la diplomatie et la défense nationale en ce qui concerne l'Atlantique Sud.

Mettons tout de suite les choses au clair : les États-Unis pensent aussi à l'évolution vers un monde multipolaire [3]. À Washington, on accepte de plus en plus le déclin des États-Unis en tant que puissance hégémonique, qui est perçu comme le produit d'une nouvelle répartition des capacités au niveau mondial. Il faut donc comprendre que nous ne sommes pas face à une compétition entre des Etats-Unis qui veulent revenir à l'unipolarité et une Russie ou une Chine qui promeuvent la multipolarité : nous sommes en présence de différentes manières de vouloir organiser un système international avec plus d'une puissance dans un futur proche; il se peut même qu'à long terme il n'y en ait que deux. On ne sait pas encore exactement à quoi ressemblera la nouvelle répartition du pouvoir.

Maintenant, pour revenir à notre pays et à notre région: nous devons construire une puissance nationale qui soit également orientée vers l'intégration avec le reste des pays d'Amérique du Sud. Le grand espace sud-américain doit devenir un acteur significatif reconnu et qui obtient une représentation adéquate et équitable dans l'ordre international à venir. En ce qui concerne la lutte qui se déroule en Eurasie, il convient d'élaborer des stratégies visant à tirer le meilleur parti de la marge de manœuvre qui subsiste toujours dans la politique internationale lorsqu'il y a plus d'une puissance. Lorsqu'il n'y a qu'une seule puissance hégémonique, comme ce fut le cas dans les années 1990, les options de politique étrangère sont considérablement réduites. Pour un pays comme l'Argentine, un monde multipolaire est en soi plus bénéfique qu'un monde unipolaire. Non pas parce qu'un système international avec plusieurs "pôles" est plus juste et plus pacifique qu'un système avec une seule puissance au sommet du pouvoir ; en effet, un monde multipolaire est peut-être plus instable et insécurisé, précisément parce que c'est un monde avec plusieurs acteurs concurrents. Non seulement cela, mais sous cette compétition, il y aurait une multiplicité d'États qui se disputeraient l'avantage. C'est pourquoi, pour notre pays, la neutralité active est la meilleure solution : une position qui évite de s'aligner automatiquement et en permanence sur un seul acteur, mais qui cherche activement à maximiser le pouvoir et à obtenir des ressources en profitant des tensions entre les grandes puissances. C'est un monde en transition où plusieurs alternatives vont émerger. Il s'agit d'en tirer parti.

*Andrés Berazategui, membre de Nomos, est titulaire d'une licence en relations internationales de l'Universidad Argentina John F. Kennedy, et d'un master en stratégie et géopolitique de l'Escuela Superior de Guerra del Ejército (ESGE).

Notes:

[1] Voir George Kennan, "A fateful error", dans The New York Times, 5 février 1997.

[2] Dans son livre The Great World Chessboard. La supremacía estadounidense y sus imperativos geoestratégicos, Paidem

Impératifs géostratégiques, Paidós, Barcelone, 1998.

[3] Voir, par exemple, l'article "Le nouveau concert des puissances. Comment prévenir les catastrophes et promouvoir la stabilité dans un monde multipolaire", publié le 23 mars 2021 dans Foreign Affairs, par Richard N. Haass et Charles A. Kupchan. Haass est président du Council on Foreign Relations.

lundi, 22 novembre 2021

Sur l'ingérence de la Grande-Bretagne en Amérique latine

1200px-America_noviter_delineata.jpg

Sur l'ingérence de la Grande-Bretagne en Amérique latine

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitica.ru/article/o-vmeshatelstve-britanii-v-dela-latinskoy-ameriki

Début novembre, des émeutes ont éclaté en Araucanie, au Chili. Les initiateurs étaient des membres d'une population indigène connue sous le nom de Mapuche. En cause: des attaques contre la police et l'armée; les autorités ont répondu par la force. Au cours d'une opération spéciale, plusieurs militants munis d'armes automatiques ont été arrêtés. L'état d'urgence a été déclaré dans la région. Mais cela n'a pas arrêté les manifestants, qui ont répondu par des barrages routiers et des incendies criminels.

De nombreux militants des droits de l'homme, notamment des pays occidentaux, ont immédiatement condamné les actions des autorités, soulignant le statut des Indiens Mapuche en tant que peuple indigène opprimé. Mais les Mapuches sont des citoyens à part entière au Chili et en Argentine voisine et ne sont donc pas privés de droits constitutionnels. Le problème, c'est que si les Mapuches sont des indigènes, il existe en outre un mouvement de Mapuches dont les membres se livrent depuis des années à des actes de sabotage, à la destruction des biens d'autrui et à des attaques contre d'autres citoyens, qu'ils appellent en quelque sorte des occupants.

EH0okaJXUAAccie_edited-900x507.jpg

Tout ceci est organisé dans le cadre du projet "Nation Mapuche". Il s'agit d'un projet séparatiste à la base, qui vise à séparer des parties du Chili et de l'Argentine et à créer un État indépendant sur leur base. Selon cette organisation, "la Nation Mapuche couvre tout le sud de Bio Bio (Chili) et le sud de Salado et Colorado (Argentine) jusqu'au détroit de Magellan". Fait révélateur, les Mapuchistes utilisent l'anglais plutôt que l'espagnol. Et leur siège social se trouve au Royaume-Uni, avec un bureau enregistré au 6 Lodge Street, Bristol, depuis 1996. Les Mapuchistes ont même leur propre prince autoproclamé appelé Frédéric 1er. La Royal Air Force promeut activement le sujet sous couvert de défense des droits de l'homme.

Leur site web affirme que le peuple Mapuche "n'a jamais renoncé" à ses droits souverains ou à la restitution de son territoire ancestral" et diffuse des allégations d'"invasion", de "génocide", de "répression" et d'"espionnage" par les États du Chili et de l'Argentine.

_methode_times_prod_web_bin_784d41ac-0ad8-11ea-96a6-b8ef146759ed.jpg

Selon l'avocat chilien Carlos Tenorio, qui représente la famille des agriculteurs assassinés par les Mapuches, ces personnes n'expriment pas leurs revendications par les voies juridiques institutionnelles, mais par l'action directe. "Nous traversons la période la plus difficile depuis que j'ai travaillé sur ce dossier il y a deux décennies. Un manque total de contrôle qui va de pair avec le climat politique", a-t-il déclaré. L'avocat a fait une distinction entre les "demandes des communautés indigènes" qui sont faites "institutionnellement" et "d'autres groupes qui sont maintenant armés et ont déclaré la guerre à l'État chilien".

L'affaire qu'il défend a eu lieu en janvier 2013 dans un champ de 40 hectares situé dans le sud du Chili et appartenant à la famille Luchsinger. Ils ont été attaqués par une bande de 40 hommes qui ont brûlé la maison et ses habitants. En Amérique latine, on parle des Mapuchistas comme d'un réseau anglais inhabituel qui encourage le séparatisme dans le sud du Chili et en Argentine.

Compte tenu des relations tendues entre l'Argentine et la Grande-Bretagne au sujet des Malouines/Malvinas (îles Falkland), Londres a un intérêt évident à porter atteinte à la souveraineté de cet État.

La stratégie de la Grande-Bretagne semble plutôt astucieuse. Alors qu'à l'époque de la guerre froide, Londres a aidé les régimes de droite d'Amérique centrale à balayer les populations indigènes (notamment au Guatemala) et à fournir des armes à ces pays, la situation dans la partie sud du continent semble aujourd'hui tout à fait opposée. Mais la Grande-Bretagne continue le vieux système en Colombie, où elle a des intérêts économiques.

Selon le journalisme d'investigation, l'ambassade britannique à Bogotá investit massivement dans son réseau et mène une campagne de relations publiques visant à "améliorer la perception" de la Grande-Bretagne. Selon les documents du ministère britannique des Affaires étrangères, 6000 £ ont été dépensées en 2019-20 pour mener une "analyse de la perception du soft power du Royaume-Uni en Colombie" qui a aidé à "identifier les intérêts futurs pour l'association dans les messages publics et les médias sociaux". "L'objectif à long terme", note l'ambassade du Royaume-Uni à Bogota, est de "construire de nouveaux réseaux d'influence et de connexions avec des publics plus diversifiés en Colombie... ce qui conduira à une amélioration des perceptions et à un changement de comportement à l'égard du Royaume-Uni". L'ambassade a déclaré que le projet comprenait "un certain nombre de domaines de travail conjoint avec des parties prenantes colombiennes clés" par lesquels l'ambassade chercherait à "améliorer son profil" au cours de l'année 2021. Les domaines de coordination comprenaient "la sécurité et la défense".

En outre, 25.000 £ ont été allouées à la création d'une nouvelle "campagne de sensibilisation à l'environnement et à la biodiversité". Ces thèmes ont été identifiés à la suite d'une enquête.

Fait révélateur, plus de la moitié des meurtres d'écologistes dans le monde en 2020 ont eu lieu en Colombie, certains d'entre eux étant liés à ceux qui luttent contre les projets des entreprises britanniques dans le pays.

Un rapport publié l'année dernière a révélé que 44 % des attaques récentes liées à des entreprises en Colombie visaient des défenseurs des droits de l'homme qui avaient fait part de leurs préoccupations concernant cinq entreprises. Il s'agit notamment de la mine de charbon de Cerrejón, qui appartient aux sociétés minières cotées à Londres BHP, Anglo American et Glencore, ainsi qu'à AngloGold Ashanti, également enregistrée à Londres.

L'année dernière, David Boyd, rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l'homme et l'environnement, a déclaré que la mine de charbon de Cerrejón avait "gravement endommagé l'environnement et la santé de la plus grande communauté indigène du pays". Et en juin de cette année, UKCOL2021 a été lancé, ce qui permettra de continuer à établir l'influence britannique en Colombie.

Il est révélateur que, parallèlement à l'annonce de ce programme, la police colombienne réprimait des manifestations qui, selon Human Rights Watch, ont fait 63 morts. Mais l'ambassade britannique à Bogota est restée muette sur la question, ce qui n'a rien à voir avec le comportement des diplomates britanniques dans d'autres pays, comme la Russie, où toute bousculade des hooligans et des provocateurs qui narguent la police lors de manifestations non coordonnées est accueillie par des hurlements retentissants.

La raison est probablement que le Royaume-Uni est indirectement responsable de ces meurtres, car il a mis en œuvre deux programmes avec la police colombienne de 2015 à 2020, pour un coût de plusieurs millions de livres.

B9726951127Z.1_20210506121631_000+G8HI2U18L.2-0.jpg

Directement en Colombie, une équipe spéciale britannique est désormais stationnée pour aider les forces armées colombiennes, elles aussi accusées à plusieurs reprises de tuer des civils.

Londres est connu pour soutenir activement le président colombien Ivan Duque, au pouvoir depuis 2018 et représentant le Parti démocratique (PCD) de centre-droit. La proximité de la Colombie avec les territoires britanniques d'outre-mer dans les Caraïbes permet à Londres de suivre de près les processus politiques dans les Caraïbes. Il n'est pas exclu que de nombreuses provocations de la Colombie contre le Venezuela aient également été organisées avec l'implication directe de l'armée et des services de renseignement britanniques.

jeudi, 04 novembre 2021

Le monde hispanique subit la géopolitique du chaos : séparatisme et terrorisme, de la Catalogne à la Patagonie

Capture d%u2019écran 2015-06-22 à 23.01.03.png

Le monde hispanique subit la géopolitique du chaos : séparatisme et terrorisme, de la Catalogne à la Patagonie

Par Cristian Taborda

Ex: https://kontrainfo.com/hispanoamerica-bajo-la-geopolitica-del-caos-separatismos-y-terrorismo-de-cataluna-a-la-patagonia-por-cristian-taborda/

Récemment, en Argentine, le conflit en Patagonie a été ravivé par un groupe terroriste de "Mapuches" (autoproclamés), dont les noms de famille et les traits de caractère suscitent de nombreuses inquiétudes quant à leur origine ethnique supposée, comme dans le cas du chef du groupe terroriste RAM (Resistencia Ancestral Mapuche) Jones Huala, qui encourt une peine au Chili et qui a la chance d'avoir été défendue par l'avocate Elizabeth Gómez Alcorta, aujourd'hui en charge du ministère de la Femme, du Genre et des Diversités, et ce avec l'accord de l'ambassadeur argentin au Chili, Rafael Bielsa, qui a un passé lié au groupe terroriste Montoneros. La collaboration politique, les liens idéologiques et la fourniture de services par des progressistes et d'anciens membres de groupes d'extrême gauche, qui, dans le passé, ont opéré clandestinement contre des gouvernements populaires, démocratiques et constitutionnels, comme celui de Juan Domingo Peron, commettant également des attentats tout comme les groupes qu'ils défendent aujourd'hui, sont explicites.

Mais la dimension du conflit va au-delà de l'Argentine et si on l'analyse attentivement, on peut noter la répétition de ces pratiques dans toute l'Amérique latine, ici liées au fondamentalisme indigéniste, en Espagne avec l'exacerbation du nationalisme indépendantiste, mais la modalité et la finalité sont les mêmes : terrorisme et séparatisme, attaque du patrimoine commun et fragmentation du territoire sous des hypothèses ethniques et des prérogatives indigénistes.

Sous de prétendues proclamations d'autodétermination, ils cherchent à briser l'unité des nations, mais surtout à empêcher l'unité de l'Amérique latine à un moment où, pour la première fois depuis des décennies, le pouvoir anglo-saxon est remis en question et où des propositions émergent pour unir le monde hispanique en tant qu'Ibérophère.

Le séparatisme catalan et le récent séparatisme "mapuche" présentent des similitudes et révèlent des points communs, non seulement dans leur mode d'action mais aussi dans leurs objectifs : briser l'unité nationale, détruire la souveraineté politique et nier la culture (politique) de la patrie. Ceci est beaucoup plus accentué en Espagne avec des formations politiques qui expriment explicitement leur sentiment anti-espagnol, et qui en Argentine commencent à se voir dans diverses propositions faites par des forces progressistes et de gauche, comme la proposition d'un état "plurinational", ou des propositions libérales de sécession pour des raisons économiques, comme dans le cas de Cornejo à Mendoza.

mapuche.jpg

Le lien entre les groupes terroristes et séparatistes, ainsi qu'entre ceux-ci et la gauche, et le pouvoir de l'argent et des puissances étrangères, dont la main la plus visible est britannique, comme le Mapuche International Link, basé au Royaume-Uni, ou la défense par des ONG internationales comme Amnesty International, également basée à Londres, ne manque pas non plus d'attirer l'attention. Les organismes supranationaux, tels que les Nations unies, protègent également, en vertu du droit international, les intentions séparatistes de nations inexistantes qui font fi de la souveraineté des États, un principe fondamental du droit international.

Ce n'est pas une coïncidence si le séparatiste Puigdemont a trouvé l'asile politique à Bruxelles, siège de l'Union européenne, et si les "Mapuches" autoproclamés se tournent vers les Nations unies en quête de la reconnaissance d'une autonomie et d'une nation hypothétique. Les organismes supranationaux qui tentent de s'ériger en juges s'opposent toujours arbitrairement à la souveraineté des nations existantes dotées d'États reconnus.

Mais ce n'est pas la première fois dans l'histoire que les villes financières, le pouvoir de l'argent, jouent un rôle majeur dans l'éclatement des nations et leur dissolution, réduisant leur pouvoir en tant qu'unité continentale en fragments, comme cela s'est produit dans le passé en Amérique latine avec sa division en de multiples républiques contrôlées économiquement et financièrement par la Grande-Bretagne, qui maintenant, sous l'influence idéologique des États-Unis, a l'intention de reconfigurer la région afin de l'insérer dans un nouvel ordre international post-national et transnational. La subordination des États-nations aux niveaux supérieurs des bureaucraties internationales, toujours sous la subtile domination politique de la diplomatie.

La théorie du chaos

La fragmentation sociale, d'abord dans la sphère économique en raison de l'inégalité, la fragmentation politique dans le cadre idéologique, et maintenant les actions visant à la fragmentation territoriale, nous amènent à penser que le chaos et le désordre sont une cause et non une conséquence, que la configuration politique semble être une question géostratégique afin d'insérer l'Amérique latine dans le nouveau cadre international subordonné au globalisme.

Steven Mann est un politologue et un expert en politique étrangère américaine qui a développé la "théorie du chaos contrôlé" visant à sécuriser et à promouvoir les intérêts nationaux américains. Dans un article intitulé "Théorie du chaos et pensée stratégique /Paramètres", il affirme que :

    "Chaque acteur dans les systèmes politiquement critiques crée une énergie de conflit,... qui provoque un changement dans le statu quo participant ainsi à la création d'une situation critique... et tout cours d'action amène l'état des choses à une réorganisation cataclysmique inévitable."

Stiven Mann1612005-big.jpg

L'idée fondamentale qui se dégage de la pensée de Mann (photo) est d'amener le système à un état de "criticité politique". Ensuite, le système, sous certaines conditions, entrera inévitablement dans le chaos et la "transformation". Mann écrit également que :

    "Compte tenu de l'avantage des États-Unis en matière de communications et de la capacité croissante de mobilité mondiale, le virus (au sens d'une infection idéologique) s'auto-reproduira et se propagera de manière chaotique. Par conséquent, notre sécurité nationale sera préservée".

Il ajoute : "C'est la seule façon d'établir un ordre mondial à long terme. Si nous ne parvenons pas à provoquer un changement idéologique à l'échelle mondiale, nous n'aurons que des périodes de calme sporadiques entre les transformations catastrophiques".

"Un virus auto-réplicatif qui se répandra de manière chaotique" est l'un des moyens indiqués par Mann pour préserver la sécurité nationale américaine. La propagation du terrorisme dans la région, dans des pays qui semblaient avoir laissé ces problèmes derrière eux, comme l'Argentine et le Chili, refait surface et se reproduit au-delà des frontières, créant chaos et désordre.

Le texte de Steven Mann en pdf: https://fr.scribd.com/document/370467108/Steve-Mann-Chaos-theory-and-strategic-thought-pdf

La "libanisation", selon Kissinger

Les explosions de chaos qui émergent puis plongent les États dans l'anomie préparent le terrain pour une reconfiguration politique, les puissances se disputant les ressources naturelles et le contrôle stratégique.

Cette attaque contre les nations se fait par le biais de groupes terroristes et séparatistes, qui sapent la souveraineté. L'attaque est le fait de ceux qui ne reconnaissent pas la loi et l'État-nation, les gouvernements étant complices des mouvements sécessionnistes, défendant avec des avocats militants ceux qui vont à l'encontre de la loi et attaquent notre patrimoine commun au nom d'intérêts étrangers.

Il ne s'agit pas seulement d'un différend géopolitique mais d'une conception plus profonde, la négation d'une manière d'être, de l'existence hispanique, la négation de nos valeurs spirituelles, de notre histoire, de nos traditions et d'une culture authentique qui a enrichi le monde par la connaissance et la foi.

L'Argentine a proposé dans le passé, dans des cas beaucoup plus violents, la revendication inébranlable de l'unité nationale et de la souveraineté politique pour défendre le territoire, l'ordre constitutionnel et la paix sociale, les groupes ennemis de l'Argentine, de gauche et de droite, ont atteint leur objectif à l'époque : briser l'ordre constitutionnel et générer le chaos. Aujourd'hui, ils proposent de terminer leur tâche, de libaniser l'Argentine, comme l'a proposé Henry Kissinger lors de la Commission trilatérale de 1985 :

    "L'Argentine, tout au long de son histoire, a fait preuve d'une conduite déterminée vis-à-vis des intérêts internationaux en jeu. Ce pays a été un obstacle permanent dans le monde tout au long de l'histoire (...) Nous pensons que la situation est sous contrôle, mais nous devons en être sûrs. Soit l'Argentine accepte son rôle d'exportateur de matières premières, soit nous procédons à sa libanisation".

 

jeudi, 05 août 2021

Jacques de Mahieu: un éclaireur du nordicisme en Amérique romane

imagesJDM.jpg

Jacques de Mahieu: un éclaireur du nordicisme en Amérique romane

par Georges FELTIN-TRACOL

Longtemps spécialisées dans la publication des essais de Julius Evola en France, les éditions Pardès ont lancé une collection « Qui suis-je ? » qui consiste en une biographie d’un personnage politique, historique, littéraire, artistique ou philosophique ramassée en cent-vingt pages pourvue de nombreuses illustrations. Le cent-vingt-troisième numéro de cette excellente série concerne une personnalité française fort connue en Amérique du Sud : Jacques de Mahieu.

QSj-maheu.jpg

Président de la Société des écrivains normands et auteur de huit ouvrages, sans oublier les travaux collectifs qu’il anime, Franck Buleux s’attache dans une vie tumultueuse à séparer les faits des rumeurs. Outre une existence toujours brumeuse, Jacques de Mahieu déroute par ses constats. Diplômé ès-lettres et professeur de philosophie, il se réfugie en Argentine dès la fin de la Seconde Guerre mondiale. Deux ans plus tard, il enseigne déjà dans différentes universités du pays. Il appartient de 1952 à 1955 à l’Académie argentine de sociologie et fonde à Buenos Aires en 1968 l’Institut des sciences de l’homme. Il se fait connaître dans la décennie 1970 du public français grâce à des ouvrages que les éditeurs rangent d’autorité dans l’« archéologie                   mystérieuse ».

Du royalisme français au justicialisme argentin

Un halo de mystères entoure donc Jacques de Mahieu. Ce Marseillais né le 31 octobre 1915 se nomme en réalité Jacques Auguste Léon Marie Girault. Étudiant, il adhère à l’Action Française de Charles Maurras, milite parmi les Camelots du Roi et donne des articles à L’Action Française et à L’Étudiant français. Il préside aussi l’association Georges-Cadoudal.

Après la débâcle de 1940 et la chute de la IIIe République, il soutient dans le sillage de Maurras la Révolution nationale du Maréchal Pétain. Si Franck Buleux n’exclut pas que Jacques Girault ait rejoint la Milice française, il écarte en revanche la thèse régulièrement répétée d’un engagement dans la Waffen SS. Pour échapper aux folies sanguinaires de l’Épuration, il prend pour pseudonyme le patronyme de la grand-mère maternelle de sa future épouse Florence: de Mahieu.

Devenu Jaime Maria de Mahieu en Argentine, Jacques de Mahieu se révèle un vibrant soutien du péronisme qu’il considère comme la manifestation d’une véritable troisième voie politique, sociale et économique. Franck Buleux apprend au lecteur français la parution de 1949 à 1969 d’une douzaine d’ouvrages consacrés au dépassement du capitalisme et du collectivisme. « Mahieu jouera un rôle intellectuel en tant que conseiller à l’école de conduite politique péroniste, et rédigera, à la demande même de Peron, un guide doctrinal national justicialiste (p. 43). » Mais il va plus loin. Au nom de la société organique, il préconise une « société […] fondée sur des communautés populaires liées aux métiers (p. 45) ». Partisan de l’unité de l’Amérique ibérique, il « plaide pour un État unitaire et autoritaire, tout en estimant que l’exercice de son pouvoir doit se limiter à sa fonction régalienne, tout en respectant et en encourageant la responsabilité individuelle et les forces des groupes sociaux et des communautés intermédiaires. Il réaffirme le souhait d’une présidentialisation du régime, le dirigeant de la nation, chef de l’État, exerçant ses fonctions pendant dix ans renouvelables et se situant au-dessus des trois pouvoirs (p. 45) ».

giOkN2o.jpg

unnamedJMdM.jpg

unnamedMSJMdM.jpg

Ce farouche anti-individualiste adapte la pensée maurrassienne au contexte argentin et, plus généralement, à celui du Cône austral. Le nationaliste intégral français en exil se retrouve dès la fin des années 1950 salué comme « une référence idéologique pour des nationalistes argentins, alors qu’il n’a même pas la nationalité du pays (pp. 51 – 52) ». Le paradoxe ne s’arrête pas là. À la même époque, « Jacques de Mahieu devient l’idéologue du Mouvement nationaliste national-catholique Tacuara (p. 114) ».

Bandera_Tacuara.png

Julio_Meinvielle.jpg

Le Père Julio Meinvielle.

Nationalisme organique et réflexions biopolitiques

Créé vers 1955, inspiré par les prêches de l’abbé thomiste Julio Meinvielle (1905-1973), le Mouvement nationaliste Tacuara exige l’avènement d’un État phalangiste et national-syndicaliste dont la devise serait « Dieu, Patrie et Foyer ». Si certains de ses membres acceptent avec enthousiasme le péronisme et expriment un anti-sionisme radical au cri de « Nasser et Perón, un seul cœur », d’autres restent anti-péronistes. Avant de disparaître vers 1965, le mouvement connaît une grave scission en 1963 avec la formation d’un Mouvement nationaliste révolutionnaire Tacuara (MNRT) qui tend vers les milieux activistes péronistes de gauche. Jacques de Mahieu prend en compte cette évolution « sinistrogyre » puisqu’il va jusqu’à « prêcher un nationalisme s’ouvrant à la gauche, notamment à travers son essai fondamental, intitulé Evolución y Porvenir del Sindicalismo (L’évolution et l’avenir du syndicalisme) et depuis les colonnes de la revue argentine Social Dynamics (Dynamique sociale); ce magazine, édité par le Centre d’études économiques et sociales, a comme directeur Carlos Scorza, dernier secrétaire général du Parti national fasciste (PNF) italien, fondé par le Duce (p. 54) ». Parallèlement, l’universitaire « intervient auprès des forces armées de la République argentine (p. 55) » et leur explique la subversion révolutionnaire et la lutte anti-marxiste.

unnamedJMdMEPS.jpg

BA6279.png

Carlo(s) Scorza en Argentine à la fin de sa vie.

Jacques de Mahieu fréquente par ailleurs le Nouvel Ordre européen, scission du Mouvement social européen, du Suisse Gaston-Armand Amaudruz et les premiers cénacles du GRECE. Il siège bientôt au comité de patronage de Nouvelle École. Avec l’aide du médecin hygiéniste québécois Jacques Baugé-Prévost (1937 – 2017), il publie en 1969 un Précis de biopolitique. Par « biopolitique », il entend « lier la politique, c’est-à-dire l’organisation sociale, à la vie, [… soit] se fonder sur un raisonnement mêlant la nature humaine et la vie sociale (p. 77) ». C’est dans cet essai magistral qu’apparaît ce néologisme que Michel Foucault reprendra lors de ses leçons sur la « médecine sociale » prononcées à Rio de Janeiro au Brésil vers 1974. Ainsi expose-t-il la « biopolitique » comme un dispositif d’exercice d’un pouvoir qui agit désormais, non plus sur des ensembles géographiques, mais plutôt sur la vie des individus et l’existence des populations prises dans une acception statistique. De cette vision de la « biopolitique » découle le biopouvoir, à savoir le contrôle global des populations à travers des questions sanitaires.  

9788493139063-us.jpg

Pour Jacques de Mahieu, la biopolitique n’appartient pas à l’« idéologie 68 » ou au commencement de la French Theory. Au sempiternel débat entre l’inné et l’acquis, il estime que la nature de l’homme repose « sur deux éléments : son hérédité biologique, l’inné, mais aussi l’influence de son environnement, l’acquis (p. 76) ». On sait aujourd’hui que les perturbateurs endocriniens et les substances de la pilule contraceptive rejetés dans l’environnement altèrent l’organisme des poissons et handicapent les fœtus humains. Ainsi faut-il inscrire le professeur Jacques de Mahieu parmi les précurseurs de l’écologie médicale. Tout en reconnaissant l’inégalité humaine, il ne verse pas dans la raciologie. Cela ne l’empêche pas de réfuter le mythe délétère de la société poly-ethnique (ou multiculturaliste). Aussi ne comprend-il pas l’apartheid qui favorise « un développement séparé des cultures, mais sur un territoire commun (p. 83) », ce qui ne peut qu’inciter et stimuler auprès des ethnies concernées des « sentiments de crainte, de défiance, voire de haine (idem) ». L’actualité récente de l’Afrique du Sud « arc-en-ciel » prouve la pertinence de son analyse.

Des recherches historiques décalées

Sa rencontre avec Jean Mabire est un moment décisif pour lui. L’écrivain, chantre de langue française du nordicisme normand, variante locale du folcisme, partage en grande partie la vision politique et historique fulgurante de l’enfant de la Canebière installé au bord du Rio de la Plata. À travers Le Grand Voyage du Dieu-Soleil (1971), L’Agonie du Dieu-Soleil. Les Vikings en Amérique du Sud (1974), Drakkars sur l’Amazone (1977), Les Templiers en Amérique (1980) et La Fabuleuse Épopée des Troyens en Amérique du Sud (1998), il présente ses recherches archéologiques et ethnologiques conduites dans diverses contrées d’Amérique du Sud, en particulier au Paraguay. Les Vikings ne se sont pas contentés d’occuper le Vinland (littoral canadien). Ils ont navigué le long des côtes de l’Atlantique et essaimé en Amérique australe. Ces « hommes du Nord » seraient donc à l’origine des civilisations aztèque et inca. Des descendants de Vikings vivant dans le duché de Normandie mentionnent ces explorations ultra-marines dans les commanderies de l’Ordre du Temple. Les Templiers n’hésitent pas à traverser l’Atlantique. Les expéditions vikings et templières à travers la Mer Océane sont consignées dans les salles de la Bibliothèque royale de Lisbonne. Interdits en Occident, les Templiers du Portugal et d’Écosse intègrent des Ordres nationaux fondés par leurs souverains respectifs à leur intention. Le Corse d’origine génoise Christophe Colomb obtient le droit de consulter portulans, journaux de bord et récits de seconde main de ces traversées avant de proposer tour à tour aux souverains portugais, français et castillan son projet de se rendre en Asie par l’Ouest.

51YSQAQP15L.jpg

Grand-voyage-Dieu-Soleil-quadri-2.jpg

71tpwabV3pL.jpg

En 1979, Jacques de Mahieu sort chez Copernic, l’éditeur historique du GRECE, L’Imposture de Christophe Colomb. La géographie secrète de l’Amérique. Les milieux universitaires officiels ne peuvent que dénigrer l’hypothèse avancée par un historien « franc-tireur ». Pourtant, à l’instar de la traversée du Pacifique par un radeau, le Kon-Tiki de Thor Heyerdahl en 1947, qui confirme de manière empirique le peuplement de la Polynésie depuis la côte andine, la théorie historique iconoclaste de Jacques de Mahieu s’insère avec un autre vocabulaire dans la philosophie de l’histoire si bien décrite par Julius Evola dans Révolte contre le monde moderne (1934). Le raisonnement du Français exilé n’est pas plus aberrant que les affirmations délirantes de Martin Bernal dans Black Athena (1996). Cet essai examine de supposées « racines afro-asiatiques de la civilisation classique » albo-européenne.

Malade, « Jacques de Mahieu s’éteint à Buenos Aires (p. 114) », le 4 octobre 1990. Merci à Franck Buleux qui fait redécouvrir un grand esprit éclectique dont les ouvrages historiques sont encore disponibles chez les bouquinistes ou chez Dualpha. Oui, Jacques de Mahieu appartient à cette race rare de chercheurs contre le Temps.

Georges Feltin-Tracol

  • Franck Buleux, Jacques de Mahieu, Pardès, coll. « Qui suis-je ? », 2021, 128 p., 12 €.

jeudi, 08 juillet 2021

Entretien avec le philosophe et politologue argentin Marcelo Gullo Omodeo

el-argentino-que-defiende-a-espana-de-la-leyenda-negra-hernan-cortes-libero-a-los-indios.jpg

Entretien avec le philosophe et politologue argentin Marcelo Gullo Omodeo

Propos recueillis par Carlos Javier Blanco

(source : La Tribuna del País Vasco)

"La gauche a transformé l'Espagne en une nation autruche qui cache sa tête face aux deux grands problèmes qui menacent son existence."

Docteur Gullo Omodeo, dites-nous : le titre de votre dernier livre, "Madre Patria", de quoi parle-t-il ?

Le titre du livre est en soi une déclaration de principe. C'est-à-dire qu'il s'agit de l'expression des croyances essentielles de Marcelo Gullo Omodeo en tant qu'individu, mais aussi de l'expression des croyances essentielles que le peuple argentin et hispano-américain dans son ensemble avait avant que la falsification de l'histoire n'obscurcisse la conscience du peuple. Tous les grands leaders populaires, de Juan Manuel de Rosas à Juan Domingo Perón en passant par Hipólito Yrigoyen, aimaient l'Espagne et la considéraient comme notre Mère Patrie, tandis que les représentants de l'oligarchie pro-britannique, certains à voix basse, comme Bartolomé Mitre, et d'autres à voix haute, comme Domingo Faustino Sarmiento, détestaient l'Espagne. D'autre part, le titre du livre est inspiré d'un tango de Carlos Gardel où il appelle l'Espagne "Madre Patria querida de mi amor" (Chère patrie de mon amour). C'était le sentiment de la majorité de la population argentine et hispano-américaine avant que le poison de la "légende noire", à travers la propagande culturelle de la "gauche cipaya" - dont l'expression politique la plus importante aujourd'hui en Argentine est le kirchnerisme - ne pénètre l'esprit de la jeunesse.

820x1200.jpg

L'Espagne est-elle la patrie commune de tous les Hispano-Américains, ou une simple référence aux origines, aux racines ?

Comment ne pas appeler l'Espagne "Patrie" si - comme l'affirmait le triple président constitutionnel de l'Argentine Juan Domingo Perón - son œuvre civilisatrice est sans équivalent dans l'histoire de l'humanité et constitue un chapelet d'héroïsme, de sacrifices et de renoncements. "L'Espagne a érigé des temples, construit des universités, répandu la culture, éduqué les hommes et fait bien plus encore ; elle a fusionné et confondu son sang avec l'Amérique et marqué ses filles d'un sceau qui les rend, bien que différentes de leur mère par la forme et l'apparence, égales à elle par l'essence et la nature". Cette phrase de Perón dit tout.  Notons que Fidel Castro lui-même, lors de sa visite en Galice en 1992, manifestement ému, dans un élan de sincérité qui jaillissait de son cœur, a déclaré "nous faisons partie de l'âme de l'Espagne". Même le mythique commandant Che Guevara considérait l'Espagne comme notre patrie. La légendaire Evita ne se lassait pas de répéter que nous, les Hispano-Américains, indépendamment de la couleur de notre peau, sommes ".... non seulement les enfants légitimes des conquérants, mais les héritiers directs de leurs actes et de la flamme de l'éternité qu'ils ont portée au-delà des mers" et ce, parce que l'Espagne, dit Eva Perón, "...nous a donné son être et nous a légué sa spiritualité".

EnCdwKtXEAEcgYW.jpg

Vous parlez souvent des "Espagnols d'Amérique" et des "Espagnols d'Europe". Cependant, il existe une résistance à cette façon de parler. Selon vous, qui résiste le plus et pourquoi?

Le plus grand triomphe politique des ennemis historiques de l'Espagne et de l'Amérique hispanique- comme l'impérialisme français et l'impérialisme anglo-saxon, dirigé d'abord par l'Angleterre et ensuite par les États-Unis - est que nous, Hispano-Américains, ne nous considérons pas comme des Espagnols et que les Espagnols ne considèrent pas les Vénézuéliens, les Équatoriens ou les Argentins comme de véritables Espagnols. Y a-t-il un Égyptien qui ne se considère pas comme un Arabe ? Y a-t-il un Syrien qui ne se considère pas comme un Arabe ? Y a-t-il un Tunisien qui ne se considère pas comme un Arabe ? Du Maroc à l'Irak, en passant par le Soudan et l'Arabie saoudite, indépendamment de la couleur de la peau et des différentes origines ethniques, tous ceux qui parlent arabe se considèrent comme des Arabes et comme les membres d'une grande nation arabe inachevée, artificiellement divisée en différents États. La réunifier était le rêve politique du dirigeant égyptien Gamal Abdel Nasser et du penseur syrien Michel Aflaq. Alors, pourquoi nous, les Argentins, les Chiliens, les Mexicains... ne nous considérons pas comme espagnols ?  Alors, pourquoi les Espagnols de la péninsule ne considèrent-ils pas les Équatoriens, les Uruguayens et les Colombiens, indépendamment de la couleur de leur peau et de leurs différentes origines ethniques, comme des Espagnols ? Tout simplement parce que nous avons cru l'histoire élaborée par les propagateurs rémunérés de la "légende noire" qui a été la première fake news de l'histoire et le plus brillant travail de marketing politique britannique.  Ensuite, pour avoir cru à cette fausse histoire de la conquête espagnole de l'Amérique, les Américains espagnols ont exécré l'Espagne et les Espagnols ont renié l'Amérique espagnole. Eva Perón a crié aux quatre vents que "la légende noire avec laquelle la Réforme s'est ingéniée à dénigrer la plus grande et la plus noble entreprise connue au cours des siècles, comme la découverte et la conquête, n'était valable que sur le marché des imbéciles ou des intéressés" et le problème est que beaucoup de privilèges et beaucoup d'argent ont été distribués pour que beaucoup de professeurs, d'écrivains et de journalistes intéressés stupéfient beaucoup d'étudiants et de lecteurs.

550x803.jpg

J'ai récemment pu consulter le professeur J. Barraycoa, président de Unidad Hispanista, au sujet de la continuité entre les processus indépendantistes américains du XIXe siècle et les séparatismes péninsulaires d'aujourd'hui. Croyez-vous qu'il s'agit du même processus étalé sur tant de décennies, ou simplement d'une analogie ? L'unité des Hispaniques a-t-elle encore des ennemis ?

Par sympathie politique, le "séparatisme catalan" promeut aujourd'hui, en Amérique hispanique, avec l'argent de tous les contribuables espagnols et en comptant sur la sympathie de l'impérialisme international, c'est de l'argent pour le "fondamentalisme indigéniste fragmentant."  Les séparatistes catalans - imprégnés de la haine de l'Espagne - aimeraient, par exemple, que dans la jungle équatorienne toute trace d'espagnol soit perdue, qu'au Pérou, dans la région de Cuzco, l'usage de l'espagnol soit abandonné et que seul le quechua soit parlé, qu'à Puno, l'usage exclusif de l'aymara soit imposé et que l'espagnol soit oublié, que dans le sud du Chili et en Patagonie argentine, les Mapuches soient imposés à feu et à sang et que les hispanophones soient persécutés. Le nationalisme séparatiste catalan et l'indigénisme fondamentaliste balkanisant sont des frères jumeaux, car tous deux partagent une volonté d'effacer tout ce qui est espagnol, servant ainsi les intérêts de ceux qui veulent déconstruire l'Espagne et fragmenter les républiques hispano-américaines.

Il me semble que si en Amérique s'est répandu le mythe indigéniste, qui se languit d'un passé de cannibalisme atroce et de l'impérialisme aztèque et inca le plus cruel, nous subissons ici, dans la Péninsule, quelque chose de semblable avec le mythe d'al-Andalus. Les gens ont la nostalgie de l'empire musulman (de l'émirat, du califat) qui a réduit en esclavage, castré, pratiqué la pédérastie et traité les juifs et les chrétiens comme des êtres de seconde zone... La légende noire que vous analysez dans "Madre Patria" est toujours complétée par des "légendes roses" ?

Les chroniques arabes de la conquête de l'ancienne Mésopotamie nous racontent que le bain de sang causé par les envahisseurs musulmans était si important que l'Euphrate et le Tigre étaient teints en rouge. Pour célébrer la conquête de l'Espagne, les musulmans ont emmené à Damas, par la force, trente mille vierges espagnoles pour les garder comme esclaves sexuelles. Pour comprendre l'ampleur d'un tel enlèvement - en gardant à l'esprit qu'il est fort probable qu'au début du VIIIe siècle, à la veille de l'invasion musulmane, la population de la péninsule ibérique n'atteignait même pas le niveau de la population du début de l'ère romaine - il est nécessaire de souligner que prendre trente mille femmes espagnoles pour les soumettre à l'esclavage sexuel en Syrie équivaudrait aujourd'hui à sortir quatre millions de femmes d'Espagne. Il convient de rappeler qu'ils ont également emporté à Damas vingt-six couronnes d'or provenant de la cathédrale de Tolède et plusieurs jarres remplies à ras bord de perles, de rubis et de topazes.

1601519166606.jpg

D'autre part, en Amérique du Nord, les "pieux protestants anglais", pendant l'un des hivers les plus rigoureux de mémoire d'homme, ont distribué "charitablement" des couvertures infectées par la variole aux Indiens d'Amérique du Nord. Lorsque les Anglais ont commencé la colonisation de l'Australie, ils l'ont déclarée "terra nullius", c'est-à-dire sans habitants humains, malgré le fait qu'ils avaient recensé quelque neuf cent mille aborigènes qui vivaient en Australie depuis environ soixante-dix mille ans. Cela vaut la peine de le répéter car cela semble incroyable : pour l'Angleterre "humanitaire", il n'y avait pas d'êtres humains en Australie. Les Aborigènes australiens étaient, pour les "gentlemen" anglais, des animaux rares comme l'ornithorynque ou le kangourou ; des animaux qui marchaient sur deux jambes et semblaient avoir le don de parler comme des perroquets. Cependant, la seule conquête que le monde critique est la conquête espagnole de l'Amérique. Sans doute la légende noire de la conquête espagnole de l'Amérique est-elle toujours complétée par la légende rose de la conquête arabe de l'Espagne et la légende rose de la conquête anglaise de l'Amérique du Nord et de l'Australie. 

Enfin, comment voyez-vous la situation en Espagne ?

J'ose affirmer, sans tourner autour du pot, que l'Espagne est aujourd'hui en danger de mort. Cependant, la grande majorité des Espagnols sont totalement inconscients de ce danger. La plupart des Espagnols dansent nonchalamment sur le pont du bateau qui coule, ignorant que la Nation a heurté un iceberg. La gauche espagnole actuelle, et non la gauche de Felipe González et d'Alfonso Guerra, est la principale responsable de cette situation car elle a transformé l'Espagne en une nation autruche qui se cache la tête face aux deux grands problèmes qui menacent l'existence même de l'Espagne. D'une part, l'émergence de nationalismes périphériques fous qui, prenant le pouvoir, endoctrinent dans les écoles les enfants dans la haine de l'Espagne et de sa langue commune. Ce fait axial fait que l'Espagne roule, presque inexorablement, vers sa fragmentation territoriale. Ils sèment la haine de la nationalité commune et, sans aucun doute, ils sèment la haine, car ils récolteront des tempêtes. D'autre part, l'Espagne, qui possède une pyramide des âges "funéraire", est en passe de cesser d'être l'Espagne car, comme l'affirme le philosophe Alfonso López Quintas, les nouveaux arrivants se promènent dans les rues de Grenade, Cordoue et Séville en pensant et en disant à voix basse : "...ces villes ont été les nôtres et elles le seront à nouveau". Le monde musulman - comme l'affirme Charles Simond dans sa célèbre introduction au livre d'Armand Kahn, L'Arabie sacrée - ne rêve pas de Ceuta, il rêve de Grenade. L'Espagne, après avoir atteint le bien-être économique tant désiré, séparée de sa "foi fondatrice" et endormie par le relativisme, le consumérisme et l'hédonisme, a reçu un coup de poignard métaphysique mortel. Seul un miracle aujourd'hui pourrait fermer la blessure ouverte et profonde et arrêter l'hémorragie.

D_NQ_NP_616976-MLA28069785193_082018-O.jpg

L'histoire peut-elle être "redressée" ?

Seule une "immigration massive" d'hispano-américains pourra sauver l'Espagne, qui, je le répète encore une fois, présente déjà une "pyramide funéraire", celle d'une tragique "fin annoncée" et faire en sorte que l'Espagne continue à être l'Espagne. Mais cela nécessite une profonde réconciliation entre les Espagnols d'Amérique et les Espagnols d'Europe. Pour cela, il faut en finir avec le mythe de la Légende noire, avec la "zoncera" [stupidité] du génocide des peuples indigènes, avec la "zoncera" que Cortés a "conquis" le Mexique alors qu'en réalité, il a libéré la majorité de la population - qui habitait alors le Mexique - de l'impérialisme le plus atroce que l'histoire de l'humanité ait jamais connu: l'impérialisme anthropophage des Aztèques. Au Mexique, il y avait une nation oppressive et des centaines de nations opprimées, auxquelles les Aztèques n'ont pas arraché leurs matières premières - comme l'ont fait tous les impérialismes au cours de l'histoire - mais ils ont arraché leurs enfants, leurs frères... pour les sacrifier dans leurs temples et distribuer ensuite les corps démembrés des victimes dans leurs boucheries, comme s'il s'agissait de porcs, pour servir de nourriture substantielle à la population aztèque.  Le miracle est encore possible si les Espagnols européens comprennent qu'aucun hispano-américain, riche ou pauvre, éduqué ou non, blanc ou indien, n'est un étranger sur les terres d'Isabelle et de Ferdinand. Aujourd'hui, la légende noire, c'est-à-dire la fausse histoire de la conquête espagnole de l'Amérique écrite par les ennemis historiques de l'Espagne et de l'Amérique latine, semble avoir gagné la bataille culturelle, déterminant les consciences, les coutumes et les préjugés. Mais les temps sont mûrs pour le rétablissement de la vérité.

Source :

https://latribunadelpaisvasco.com/art/15224/marcelo-gullo...

 

samedi, 08 mai 2021

Interview d’Alberto Buela sur la métapolitique

2021-05-05-alberto-buela.jpg

Interview d’Alberto Buela sur la métapolitique

Ex: https://www.tradicionviva.es/2021/05/06/una-gran-entrevista-en-la-que-alberto-buela-habla-sobre-metapolitica/

"Les classiques ne sont rien d'autre que des auteurs anciens qui ont des réponses contemporaines."

Nous reproduisons ici une partie de l'entretien que le Professeur Alberto Buela a accordé au journal perfil.com.

Comment expliqueriez-vous la métapolitique à un profane ?

En 1994, nous avons commencé à publier un magazine intitulé Disenso sur papier. À l'époque, il n'y avait pas d'Internet ou, du moins, nous n’en disposions pas. Le magazine m'a permis d'entrer en contact avec de nombreuses personnalités d'Europe et des États-Unis. À un moment donné, un auteur italo-chilien, Primo Siena, m'a envoyé une lettre et m'a dit: « Alberto, ce que tu fais est métapolitique, pourquoi ne lis-tu pas Silvano Panunzio? Un auteur italien qui n'est pas connu ici ». J'ai demandé à un ami de Rome, Aldo La Fata, de m'envoyer un de ses textes. Don Silvano était sur le point de mourir. Je l'ai trouvé intéressant bien qu'il ait une vision quelque peu ésotérique. En philosophie, nous avons l'habitude de réfléchir avec la raison. Nous savons que l'homme, comme le disait José Ortega y Gasset, est une île rationnelle entourée d'une mer d'irrationalités, mais nous devons toujours œuvrer à sauver la rationalité de l'être humain. Si je reste dans l'irrationnel, je fais des horoscopes, je me consacre aux sciences occultes; quelque chose de différent de la philosophie stricte. Je commence donc à l'étudier, je le lis et je découvre d'autres auteurs. Primo Siena m'écrit à nouveau. Je demande à des gens qui font de la science politique, des chercheurs du CONICET (Consejo Nacional de Investigaciones Científicas y Técnicas)... Rien.

md10011052628.jpg

Puis un philosophe très important en Espagne à la fin du XXe siècle, Gustavo Bueno, m'écrit. Bueno était un philosophe matérialiste issu du parti communiste. Il avait ensuite quitté le PC, bien qu'il soit resté matérialiste jusqu'à sa mort. C'est lui qui m'a dit que j'avais "les conditions idéales pour développer la métapolitique, car la métapolitique n'est rien d'autre que la métaphysique de la politique". J'ai répondu que cela ne me plaisait pas car on peut lier la politique à la métaphysique. La métaphysique parle du nécessaire et la métapolitique parle du contingent parce que la politique est contingente, elle peut se positionner dans un sens ou dans un autre. Le nécessaire ne peut aller que dans un seul sens. Je préfère définir la métapolitique comme les grandes catégories qui conditionnent l'action politique. C'est ainsi que j'ai trouvé un texte de Max Scheler. Il faut toujours aller vers les grands car les classiques ne sont rien d'autre que des auteurs anciens qui ont des réponses contemporaines. Il est difficile de se tromper si l'on se tourne vers Max Scheler. J'ai trouvé une de ses conférences à l'école de guerre allemande en 1927, un an avant sa mort, sur la phase de nivellement. Il y dit: "Espérons que ce cours que je donne pourra à terme remplacer culturellement la classe dirigeante allemande qui est dépassée aujourd’hui" ; il y avait, en effet, à cette époque, toute la décadence de la République de Weimar. Et Scheler ajoutait : "... et que nous pourrons construire une haute politique". C'est là que j'ai découvert le véritable fondement de la métapolitique.

La métapolitique est-elle un progrès par rapport à la théorie politique ?

Il la met en crise, la soumet à la critique. Si on la pratique bien, la métapolitique montre quels sont les présupposés politiques des acteurs, l'idéologie. Nos acteurs politiques, de notre président à l'un des 88 secrétaires d'État, font essentiellement de l'idéologie. L'idée d'étudier la métapolitique est de se confronter aux grandes catégories, telles que l'homogénéisation, la pensée unique, la théorie du genre, entre autres.

portada-buela-dalmacio.jpg

La métapolitique est-elle une simple activité culturelle ou précède-t-elle nécessairement une action politique ultérieure ?

Il existe deux versions. Une version est la version française, qui dit que la métapolitique doit être faite sans politique. Nous, en revanche, nous soutenons que nous devons faire de la métapolitique, mais en cherchant un ancrage dans la politique. Nous avons un besoin impérieux et manifeste de l'étudier, surtout en Argentine. Nous constatons que nous avons un gouvernement progressiste, de gauche, libéral, social-démocrate, dans lequel Bob Dylan a plus d'influence que Perón. Nous devons d'une manière ou d'une autre clarifier ce mélange.

Comment voulez-vous éclaircir la situation ?

Au lieu de parler des droits de l'homme, je parlerais des droits des peuples. Au lieu de parler de privilégier les minorités, je privilégierais les majorités. Comme aujourd'hui aucun gouvernement n'en dispose, ils privilégient les minorités par rapport aux majorités, même s'ils se disent péronistes. Contrairement à ce que le péronisme a toujours fait. "La métapolitique est un ensemble de grandes catégories qui conditionnent l'action politique".

(...)

sobreelseryelobrar_web.jpg

Que pensez-vous de l'utilisation de la métapolitique par la nouvelle droite ?

La nouvelle droite se trompe dans son approche de la politique. Elle veut faire de la métapolitique sans politique. C'est comme Gramsci, mais au départ de la droite. Cela n'a aucun sens pour moi de commencer à réfléchir à la manière de modifier les catégories qui conditionnent l'action politique des agents politiques et de ne rien faire pour modifier cela.

Y a-t-il un rapport entre cela et les libertaires actuels qui sont si à la mode en Argentine ?

Les libéraux et les ‘’terra-planistes’’ sont des minorités qui ont poussé comme des champignons partout.

La nouvelle droite ne mène pas d'action politique de parti parce qu'elle considère que les partis politiques ont été dépassés en pouvoir d'initiative par les méga-médias et que c'est là que se trouve le courant de pensée et que la contestation doit être menée?

C'est là une métapolitique sans fin. C'est une métapolitique conforme à l’idéologie des Lumières. La droite, en ce cas, fait une ‘’métapolitique des Lumières’’. C'est philosopher comme Descartes depuis sa chambre: il voit passer un homme avec un parapluie et philosophe depuis sa cloche de verre. Ce n'est pas non plus de la philosophie. On agit comme on pense ou on finit par penser comme on agit.

(..)

Que pensez-vous de ce que vit l'Argentine aujourd'hui et quel conseil ou message pourriez-vous donner aux lecteurs ?

D'abord, un sentiment de tristesse. Je suis né dans un pays où nous étions inclus dans une communauté. J'ai 72 ans aujourd’hui, j'ai été élevé moitié en ville, moitié à la campagne. Je suis né à Parque Patricios mais deux jours plus tard, mes parents m'ont emmené à Magdalena, où toute ma famille se trouvait, donc je suis né là-bas en fait. J'y ai grandi, nous avions l'école, le club Huracán, il y avait la paroisse de San Bartolomé à Chiclana et Boedo. Nous avions de nombreuses organisations qui nous soutenaient; nous étions une famille modeste. J'avais l'habitude d'aller à la piscine de la rue Pepirí, je m'exprimais en tant que nageur. Au club Huracán, je jouais à la pelote ou au fronton, ce qui me plaisait aussi. Dans la paroisse, nous avions l'habitude d'aller dans des camps. A l'école, nous avons étudié. Je suis né dans une communauté. Je suis né dans une polis. Et nous avons produit quelque chose d'extraordinaire: tout comme les Grecs sont passés des tribus à la polis, nus avons suivi la même voie. Voici ce que dit Platon dans le dernier livre des lois: "La différence avec les barbares, c'est que nous avons la polis et qu'ils n'en ont pas. Et nous avons un système de lois qui fait dire à Socrate, lorsqu'il doit échapper à la ciguë: "La loi est ma mère et ma sage-femme". L'Argentine a réalisé un mauvais miracle extraordinaire, en plus d'avoir Lionel Messi et Diego Maradona. Je suis né dans une polis et je vais mourir dans une tribu. Nous avons les tribus des avorteurs, des anti-avorteurs, des ‘’terraplanistas’’, des subventionnés, des mères, des enfants, des cousins, des Indiens. L'idée du peuple en tant que majorité a été brisée. Nous avons fait le contraire des Grecs.

30257258977.jpg