Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 21 septembre 2022

L'ONU comme instrument de la politique américaine

LYNXMPED540OI_L.jpg

L'ONU comme instrument de la politique américaine

Anton Veselov

Source: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/historico-de-noticias/38842-2022-09-18-20-17-48

Dans l'actuelle confrontation sans précédent entre l'Occident collectif et la Russie, Washington cherche à utiliser tous les moyens et méthodes disponibles pour infliger un maximum de dommages à Moscou. À cet égard, la structure de l'ONU ne fait pas exception : une organisation internationale faisant autorité est devenue une structure entièrement contrôlée par les États-Unis. L'un des nombreux exemples en est la tentative de priver la Russie de contrats pour l'utilisation de ses avions dans l'intérêt du Programme alimentaire mondial (PAM), ainsi que de missions politiques et de maintien de la paix.

utair-620x404.jpg

Depuis 2001, le principal fournisseur de services d'aviation de l'ONU est la société russe UTair. Depuis deux décennies, ses avions et hélicoptères ont prouvé leur fiabilité et leur simplicité dans les conditions d'exploitation les plus sévères, et son personnel technique et de vol a fait preuve du plus haut niveau de compétence et de professionnalisme. Conscients de l'importance de la tâche à laquelle ils sont confrontés, les pilotes et les techniciens préparent et effectuent des vols vers des zones reculées dans des pays où il n'existe aucun réseau d'aérodromes et d'aide à la navigation. Aujourd'hui, 30 hélicoptères russes et 32 avions avec leurs équipages travaillent dans l'intérêt de l'ONU et, surtout, du Programme alimentaire. Depuis 2014, l'ONU a transféré plus de 2,3 milliards de dollars sur les comptes d'UTair pour les services fournis en matière de livraison de fret humanitaire, d'évacuation médicale et autres tâches. Le travail de nos aviateurs a toujours fait l'objet de critiques favorables.

La situation a commencé à changer radicalement avec le début du Nouvel Ordre Mondial. La délégation ukrainienne au siège de l'ONU a bombardé le Secrétariat de lettres demandant la résiliation des contrats avec la Fédération de Russie. La pression était si forte que le 8 mars, le chef du département de soutien opérationnel de l'ONU (c'est cette structure qui exécute les contrats de soutien aérien) a été contraint d'envoyer un mémorandum correspondant au Secrétaire général. Le mémorandum reconnaît que la fin de la coopération avec la société russe entraînera, sinon la paralysie totale des activités de nombreuses missions de l'ONU, du moins des problèmes majeurs dans leurs activités. De plus, il est impossible de trouver rapidement un entrepreneur capable de fournir le nombre d'avions requis, et le coût des services sera multiplié par 3 ou 4.

La délégation ukrainienne a continué à chercher des alliés et les a trouvés. Il s'est avéré que c'était le directeur du PAM lui-même qui, le 2 août, a envoyé un mémorandum au Secrétaire général de l'ONU lui demandant d'examiner immédiatement la question du rejet des services d'Utair et de son remplacement par "toute interlocutrice qui ne soit pas russe". Elle a cité comme justification le bulletin de l'OACI du 15 juin, qui accusait Moscou de violer la Convention de Chicago de 1944 sur l'aviation civile. La décision des dirigeants russes, le 14 mars, de réenregistrer les avions civils de transport de passagers loués a provoqué une fureur particulière. L'OACI, puis le chef du PAM, ont lancé un ultimatum à la Russie : se conformer aux exigences d'ici le 14 septembre ; sinon, tous les avions et hélicoptères affrétés par l'ONU seront cloués au sol. Au nom du respect des exigences de sécurité aérienne ! Et peu importe que l'avion soit de fabrication russe, que les équipages soient russes, il n'est pas question d'une quelconque location de l'Irlande et des Bermudes. Le mot clé est "russe" et cela suffit.

ONU-ert-crise-ukrainienne-scaled.jpg

Une demande de participation à l'appel d'offres a été envoyée aux contractants potentiels le 23 août. Il est absurde de chercher une logique ici. L'objectif est clairement traçable : nuire à la Russie de quelque manière que ce soit, même si cela nécessite de tirer la chaise sur laquelle vous êtes assis sous vous.

Qui est ce type désespéré qui dirige la plus grande organisation humanitaire, mais qui est prêt à arrêter son travail et à condamner à la famine des centaines de milliers de personnes dans les pays les plus pauvres du monde? La réponse explique toute la combinaison : il s'agit d'un Américain, David Beasley, qui a accédé au poste de directeur du PAM directement depuis le bureau du gouverneur de la Caroline du Sud.

Il reste à ajouter que le 16 décembre 2021, lors de la session plénière, l'Assemblée générale de l'ONU a adopté la résolution présentée par la Russie "Combattre la glorification du nazisme, du néonazisme et d'autres pratiques qui contribuent à l'escalade des formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l'intolérance qui y est associée". Seuls deux pays dans le monde se sont opposés à l'adoption de la résolution : États-Unis et Ukraine.

1613726900973.jpg

Chatham House : Pourquoi la Grande-Bretagne a-t-elle besoin de l'ONU ? Installer ses agents partout

Le rapport anti-russe de l'AIEA sur la centrale nucléaire de Zaporizhzhya a provoqué une colère justifiée chez beaucoup. "L'organisation est une prostituée qui plaît à son client" : ils passent par l'agence d'un collègue.

Mais en essayant de nommer ce client, ils mettent dans le même sac tous les pays de l'Ouest, et concluent en cours de route que "les rudiments inutiles et même nuisibles de l'ancien monde", comme l'AIEA, l'OIAC et l'ONU elle-même, sont insupportables. Il est temps, disent-ils, de penser à "la création de structures parallèles avec une représentation assez indépendante".

Ainsi, les collègues, dans leur juste colère, répètent littéralement les thèses des Américains, également mécontents des "rudiments de l'ancien monde" en la personne de l'ONU et de son Conseil de sécurité, où la Russie et la Chine ont un droit de veto. Et ils improvisent avec force et principalement des "structures parallèles" telles que l'"Alliance des démocraties" pour s'opposer aux "tyrannies et aux dictatures".

Ici, vous devez être plus subtil. Et pour commencer, distinguer les positions de nos adversaires : elles ne sont pas toujours homogènes.

À cet égard, l'interview récemment publiée de l'ancien président britannique de l'ONU, Jeremy Greenstock, pour le Royal Institute of International Affairs (Chatham House) "Why the UN matters to Britain" (https://www.chathamhouse.org/2022/09/why-un-matters-britain ) était intéressante.

6163ee6516d84f952abf85b38b160648.jpg

L'intégralité de l'entretien avec l'ancien Maître héraut de l'Ordre très illustre de Saint-Michel et Saint-Georges est consacrée aux différences entre les approches américaine et britannique de l'avenir de l'ONU. Greenstock parle beaucoup de l'importance de la "diplomatie personnelle" et note, entre autres choses :

"La réforme de l'ONU reste une sorte de rêve dans un monde polarisé. J'aimerais mener des discussions à ce sujet dans les domaines où le Secrétaire général est compétent sans que les États membres aient à voter. Je parle de l'amélioration des méthodologies, de la méritocratie des nominations, du travail quotidien de l'ONU. Cela ne semble pas ambitieux à grande échelle, mais le seul fait d'accroître la compétence de l'ONU et de ses agences permettra d'aligner l'ONU sur les intérêts matériels des populations en termes de droits de l'homme, de réfugiés, de distribution de nourriture, d'enfants, etc. Ce sont les choses dont s'occupent les agences. Par conséquent, je préférerais concentrer l'énergie sur les réformes des compétences et de la gouvernance plutôt que sur les réformes des statuts".

En bref, alors que Washington rêve de démolir tout le bâtiment de l'ONU, Londres cherche et trouve les moyens de mettre les bonnes personnes aux bons postes, y compris dans les agences de l'ONU. Telle est la "méritocratie des nominations".

Rappelons que les agences (plus précisément, les agences spécialisées) de l'ONU comprennent l'OMS, le FMI et l'OACI, l'UNESCO, et la FAO - Organisation pour l'alimentation et l'agriculture ... Et les soi-disant "organisations sœurs de l'ONU" - AIEA, OIAC, OMC...

C'est à ce niveau qu'ils veulent que la Russie prenne un coup.

Bien sûr, il est possible de se retirer non seulement de l'ONU, mais aussi de toutes ses agences... Mais il est peu probable de trouver des alliés pour claquer la porte ensemble. Par exemple, en promouvant les bonnes personnes au sommet de telles structures, avec le soutien de pays amis ?

La Russie a de nombreux alliés potentiels pour cela. Il suffit de rappeler qu'à la fin du mois d'août, seuls 54 pays sur 193 ont soutenu la "déclaration commune" du représentant de l'Ukraine à l'ONU condamnant les actions de Moscou, tandis que près des trois quarts des États ont refusé.

elespiadigital.com

17:28 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : onu, états-unis, politique internationale | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire