Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 30 septembre 2022

L'endommagement sans précédent des deux gazoducs Nord Stream et Nord Stream 2 est un acte de guerre contre l'Europe

Nord_Stream.jpg

L'endommagement sans précédent des deux gazoducs Nord Stream et Nord Stream 2 est un acte de guerre contre l'Europe

par Daniele Dell'orco

Source : Daniele Dell'orco & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/il-danneggiamento...

L'endommagement sans précédent des deux gazoducs Nord Stream et Nord Stream 2 est un acte de guerre contre l'Europe. C'est la seule considération qui ne laisse aucune place au doute.

Une attaque contre l'Europe menée dans les eaux territoriales européennes. Quels que soient les auteurs du sabotage, sept mois après le début de la crise, il est de plus en plus clair que beaucoup, sinon tous, les prétendants sont d'accord sur une chose : profiter des faiblesses de l'Union européenne, qui, de son propre aveu, est à la fois l'entité qui a le plus à perdre dans cette affaire et qui est la plus couchée. Les explosions des deux tronçons de gazoducs qui déversent plus de 2 milliards d'euros de gaz naturel dans la mer représentent le point le plus bas de l'histoire récente de l'UE.

Au moment où ils en auraient le plus besoin, les citoyens européens voient la ressource vitale, dont ils ne disposent hélas pas eux-mêmes, partir en fumée dans une de leurs propres mers intérieures, car elle se déverse hors des infrastructures que leurs gouvernements ont contribué à construire.

Alors que Nord Stream 2 AG est détenu à 100 % par Gazprom (bien que les Européens aient financé 50 % de l'infrastructure), dans Nord Stream AG, 51 % appartiennent aux Russes, 15,5 % chacun aux Allemands Wintershall Dea et E.ON, 9 % à la société néerlandaise Gasunie et 9 % à la société française Engie. NS 1 a coûté 7,4 milliards d'euros, contre 11 milliards d'euros pour NS 2.

Après la crise des turbines de cet été qui a fait flamber les prix du gaz naturel en Europe, Gazprom a réduit la capacité de pompage de Nord Stream à 20 %, un choix politique évident motivé d'abord par la maintenance d'une turbine dans l'usine canadienne de la société allemande Siemens (les autorités canadiennes n'ont pas voulu rendre l'unité en raison des sanctions anti-russes et l'ont transférée en Allemagne. Gazprom, à son tour, a refusé de prendre la turbine sans preuve documentaire que les sanctions n'affecteraient pas le transport et les réparations ultérieures), puis avec une fuite d'huile sur l'unité, qui a finalement cessé de pomper complètement et pour une période indéterminée.

Nord Stream 2, d'une capacité similaire (55 milliards de mètres cubes) et d'une longueur de plus de 1200 km, a été achevé en septembre 2021 avec du gaz encore plus sophistiqué déjà injecté dans ses deux tronçons, mais après avoir été longtemps combattu par les États-Unis, l'Ukraine et la Pologne, il n'est jamais entré en service car l'Allemagne a suspendu sa certification après que Moscou a reconnu l'indépendance des républiques du Donbass fin février.

Aujourd'hui l'incident est commenté mais avec l'habituel et énième ping-pong de blâmes et de reproches. Le fait qu'il s'agisse d'un sabotage ne fait même pas l'objet d'un débat. Mais il s'agit d'une opération sérieuse et loin d'être anodine, qui nécessite l'intervention de forces spéciales, comme des plongeurs ou un sous-marin. Les dommages causés aux pipelines pourraient être la responsabilité des forces ukrainiennes ou polonaises, dans les deux cas avec le soutien américain. Ceux qui soutiennent cette hypothèse estiment que Kiev pourrait accroître son attractivité de cette manière, puisque le gaz russe qui atteint encore l'Europe circule à partir de gazoducs traversant l'Ukraine (ainsi que TurkStream). En outre, les États-Unis pourraient profiter encore davantage de la hausse déjà massive des achats de GNL par l'UE. Enfin, en rejetant la responsabilité sur la Russie au plus fort de la tension, l'Ukraine pourrait pousser l'Europe à entrer de plain-pied dans le conflit en envoyant des chars, notamment allemands, déjà demandés par le conseiller de Zelensky, Podolyak.

L'autre version serait celle d'une opération russe menée sous faux drapeau, ce qui pourrait provoquer davantage d'incertitude et faire grimper les prix du gaz pour exacerber la crise du coût de l'énergie en Europe, qui s'est quelque peu calmée récemment avec des prix passant de plus de 3000 $ à 1900 $ par 1000 mètres cubes.

Une chose à considérer est que, si d'une part pour la Russie faire sauter une infrastructure qu'elle possède serait insensé d'autant plus qu'elle la contrôle déjà en éteignant simplement un interrupteur pour l'arrêter, d'autre part, précisément parce qu'elle est déjà éteinte, faire sauter des gazoducs ne change pas grand-chose à la politique d'approvisionnement en gaz de l'Europe. Du moins à court terme.

Avec un stockage complet, une consommation réduite et du GNL à volonté, l'UE pense qu'elle compense le manque (en payant des prix plus élevés), et il ne peut y avoir de problèmes qu'à l'avenir, car des pipelines sont nécessaires pour remplir les installations de stockage. Mais en quelques mois, ils pourraient être réparés et, de toute façon, les pays de l'UE ont déjà convenu de réduire leur consommation de gaz l'année prochaine et de diversifier leurs approvisionnements, de sorte qu'il n'est même pas certain qu'ils en auront besoin.

Le sabotage pourrait donc n'être qu'un avertissement à l'Europe que la route vers Moscou est désormais fermée à jamais et qu'il est donc temps de passer aux choses sérieuses. Le plus grand dommage, dans tous les cas, serait causé à la Russie, qui, de toute façon, n'aurait déjà logiquement que très peu de raisons de saboter ses actifs.

Ce qui est certain, en revanche, c'est que nous avons atteint un nouveau stade inquiétant dans l'escalade, précisément dans les mêmes heures où les référendums pour l'adhésion à la Russie des quatre régions, où se sont tenus des référenda, entre le Donbass et le sud de l'Ukraine ont pris fin, et précisément dans les mêmes heures où l'armée ukrainienne encercle Liman et pousse les Russes hors de Kupyansk. Ce sont des moments très tendus. Tant de choses d'une importance capitale se produisent en même temps. Mais le plus grave pour nous tous est qu'aujourd'hui la guerre est officiellement arrivée sur notre territoire.

Commentaires

Pas besoin de trop réfléchir pour arriver à cette conclusion, il est évident que la Russie n'est pas à l'origine de cette destruction.
Le Kremlin est parfaitement conscient que cet acte prémédité signe la fin de l'indépendance énergétique de l'Europe et l'avènement de sa soumission aux USA. L'Europe est sur sa fin, car l'Allemagne privée de l'énergie Russe, son économie est condamnée à sombrer en entrainant les autres pays vers un désastre économique majeur.
Tactiquement, sur l'échiquier économique mondial, c'est bien joué de la part des Américains, il faut l'avouer. L'Europe hors course, leur économie va respirer et il ne reste ccomme adversaire que la Chine qui domine le marché mondial.
Mais là, le morceau est un peu gros et le gouvernement Chinois ne leur est pas soumis comme l'a été l'Europe ces dernières décennies.

Écrit par : Yann | samedi, 01 octobre 2022

Écrire un commentaire