Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 27 octobre 2022

La sécurité énergétique européenne entre les mains de la Turquie?

46359003_7.png

La sécurité énergétique européenne entre les mains de la Turquie?

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/10/26/euroopan-energiavarmuus-turkin-kasissa/

L'importance géostratégique de la Turquie est devenue embarrassante pour les politiciens finlandais qui pensaient que l'adhésion à l'OTAN serait un jeu d'enfant. Ils doivent maintenant attendre avec angoisse que le président Erdoğan ait la grâce de ratifier l'adhésion de la Finlande et de la Suède à l'alliance militaire.

Plus généralement, l'importance de la Turquie devient évidente pour d'autres personnalités politiques européennes alors que l'Europe se débat avec une crise énergétique qui s'aggrave. En effet, couper les liens avec la Russie n'a eu pour conséquences qu'une cascade de conséquences malheureuses.

"Qu'il s'agisse des exportations de céréales de la région de la mer Noire ou de l'approvisionnement en énergie des pays producteurs de l'Est, le Bosphore et les liens avec l'Eurasie jouent à nouveau, comme si souvent dans l'histoire, un rôle géopolitique crucial. Le fait est que la Turquie est désormais essentielle pour la sécurité européenne", écrit Karin Kneissl, ancienne ministre autrichienne des Affaires étrangères.

La part de la Russie dans les importations européennes de gaz est tombée à moins de 10 % depuis la perturbation politique du gazoduc Yamal-Europe et le sabotage du gazoduc Nord Stream.

Alors que la coopération énergétique entre la Russie et l'Europe a été délibérément réduite par les États-Unis, le partenariat entre la Russie et la Turquie n'a fait que s'intensifier. Déjà au début de 2020, le projet TurkStream a été lancé, et plus récemment, le 19 octobre, Erdoğan a annoncé qu'il s'était mis d'accord avec Poutine pour établir un centre d'approvisionnement en gaz naturel en Turquie.

Selon Poutine, la Russie peut faire de la Turquie une nouvelle route principale pour ses approvisionnements en gaz. Avec la construction d'un second gazoduc et la création d'un centre d'approvisionnement, le gaz russe continuerait d'être acheminé de la Turquie vers des pays tiers, notamment vers l'Europe. En outre, une bourse du gaz pourrait être mise en place en Turquie pour déterminer les prix.

Bien que l'UE souhaite, pour des raisons politiques, contourner les sources d'énergie russes, il s'agit déjà d'un projet géographiquement difficile. Alors que Bruxelles, sous la pression des États-Unis, est à l'agonie, la Turquie est l'un des pays heureux de pouvoir combler le vide de consommation.

South_Stream_mapdddffdffdd.png

La Turquie a déjà bénéficié en 2014 du projet SouthStream, qui est ensuite devenu TurkStream. L'UE a finalement perdu, tandis qu'Ankara a gagné, puisque l'UE achète désormais aussi du gaz russe via la Turquie.

Cette route énergétique sera encore étendue lorsque le projet gazier russe en Turquie démarrera. À mesure que la Russie adapte son rôle, la Turquie pourrait devenir un acteur clé de la sécurité énergétique de l'UE. En abandonnant la coopération directe avec la Russie, l'UE pourrait devoir négocier les questions énergétiques avec la Turquie à l'avenir.

En tant que plaque tournante pour divers projets énergétiques, Ankara a tenté par le passé de devenir membre de l'Union européenne, ce à quoi Bruxelles n'a pas consenti. Il semble maintenant que la Turquie change de cap et s'oriente vers l'Eurasie et deviendra bientôt membre de l'Organisation de coopération de Shanghai. Malgré son adhésion à l'OTAN, la coopération d'Ankara avec Moscou et Pékin ne fait que se renforcer.

L'UE a joué au poker énergétique avec les Américains et s'est retrouvée avec les cartes les plus faibles. Lorsque vous fuyez l'ours russe, vous rencontrez le loup gris turc. L'Europe deviendra-t-elle bientôt plus dépendante de la bonne volonté turque ?

La deuxième question est la suivante : les États-Unis - soupçonnés d'avoir fait sauter les gazoducs Nord Stream - permettront-ils à la Turquie, membre de l'OTAN, de conclure un tel partenariat énergétique avec la Russie ? Après tout, l'objectif a été de rendre l'Europe dépendante de l'Amérique pour l'énergie également. Selon des sources russes, il y a déjà eu des tentatives de sabotage du pipeline TurkStream.

Comme le suggère Kneissl, "les mois à venir montreront de façon éclatante à quel point les gouvernements de l'UE ont traité de façon irresponsable les besoins de sécurité énergétique du continent".

Écrire un commentaire