Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 06 novembre 2022

L'économie des urgences

Relance.jpg

L'économie des urgences

Entretien avec Davide Rossi

Source : Italicum & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/l-economia-delle-emergenze

Davide Rossi est l'auteur du livre "L'economia delle emergenze" (Arianna Editrice, 2022)

Propos recueillis par Luigi Tedeschi

La domination des puissances financières transnationales a conduit à l'inversion de la relation traditionnelle entre la politique et l'économie. Ce sont en fait les lobbies financiers qui l'emportent sur l'État et déterminent ses directives politiques et économiques. L'idéologie libérale de l'État minimal a maintenant été supplantée par un système néolibéral oligarchique et mondialiste. Le système néo-libéral n'a-t-il donc pas besoin d'un super-État autoritaire et répressif pour subsister, ce qui contredit ses fondements idéologiques libéraux en ce qui concerne les libertés individuelles, les droits de l'homme et l'ordre démocratique ? Par ailleurs, l'économie d'urgence, avec son involution politique autoritaire, ne conduira-t-elle pas à la fin du modèle occidental ?

DR : Beaucoup pensent que les États sont conditionnés par le pouvoir financier, mais les choses sont plus complexes.  Les États sont le pouvoir financier et, en même temps, les institutions financières sont les États. L'État n'est pas une entité abstraite qui poursuit l'intérêt de la nation, mais un centre de pouvoir occupé par des élites qui gèrent les espaces militaires, diplomatiques, financiers et la haute bureaucratie. L'État n'est qu'un des moyens utilisés par les classes dirigeantes pour exercer précisément leur pouvoir. L'argent est indispensable au pouvoir et le pouvoir produit à son tour de l'argent. Une monnaie de plus en plus immatérielle, déconnectée de la production et du travail. Une technologie pure qui repose sur la confiance, obtenue par la tromperie, de personnes ordinaires. La finance est certes une méthode d'enrichissement pour l'establishment, mais elle est encore plus un outil efficace et moderne pour contrôler les populations, pour les garder sous son emprise. La simple corruption des représentants des institutions ne suffit pas à expliquer la tyrannie des puissances financières dans ces mêmes institutions et pays. S'il ne s'agissait que de cela, la politique aurait les moyens de se financer et de contenir ces pouvoirs en même temps. Si BlackRock, Goldman Sachs, JP Morgan et les autres peuvent prendre possession d'espaces aussi vastes et stratégiques dans la vie économique, politique et même sociale, c'est parce que les groupes dirigeants de la politique, des institutions, de la finance et des appareils militaires se chevauchent, constituent cet unique agglomérat de pouvoir que nous appelons l'État. En bref, il existe une énorme constellation de pouvoir financier/politique à un niveau technologique très élevé, entrelacée avec le système militaire. Bien sûr, il y a très peu de libéralisme dans tout cela. Le terme galvaudé de néo-libéralisme est à lire dans une clé de lecture orwellienne du néo-langage : la guerre c'est la paix, etc. Il n'y a absolument rien de libéral dans ce qui se passe.

finanza-e-pandemia-77044.jpg

Le tournant autoritaire de l'Occident libéral-démocratique est devenu évident. L'urgence pandémique d'abord, puis l'urgence énergétique liée à la guerre, représentent les phases prodromiques de l'avènement de la quatrième révolution industrielle. La Grande Réinitialisation, avec la révolution numérique et la transition écologique, impliquera en effet la mise en œuvre d'une planification économique à un niveau mondial tout à fait comparable à celle du socialisme réel tardif. De la restructuration économique capitaliste déjà en cours, n'émergera-t-il pas un ordre oligarchique et dirigiste semblable à celui de la Chine, néo-libéral en économie, mais totalitaire en institutions politiques ? Le modèle capitaliste-communiste chinois n'est-il pas devenu paradigmatique pour l'Occident en ce qu'il s'est avéré plus efficace, parce qu'il n'est pas conditionné par le pluralisme et l'instabilité constante de l'ordre démocratique occidental ?

DR : Je réponds par les mots du professeur Michael Rectenwald, un éminent spécialiste conservateur américain : "Une autre façon de décrire l'objectif de la Grande Réinitialisation est le 'capitalisme avec des caractéristiques chinoises' : une économie à deux niveaux avec des monopoles rentables et l'État au sommet et, en bas, le communisme pour la majorité du peuple. Il y a plusieurs décennies, alors que le Parti communiste chinois (PCC) ne pouvait plus nier de manière crédible la dépendance croissante de la Chine vis-à-vis des secteurs à but lucratif de son économie, ses dirigeants ont adopté le slogan "communisme aux caractéristiques chinoises" pour décrire son système économique. Ce système à la chinoise comprend, d'une part, une intervention fortement accrue de l'État dans l'économie et, d'autre part, le type de mesures autoritaires que le gouvernement chinois utilise pour contrôler sa population.

covid-19-la-grande-reinitialisation.jpg

Schwab et Malleret écrivent que si "les cinq derniers siècles en Europe et en Amérique" nous ont appris quelque chose, c'est que "les crises aiguës contribuent à renforcer le pouvoir de l'État". Cela a toujours été le cas et il n'y a aucune raison qu'il en soit autrement avec la "pandémie COVID-19". Les fermetures draconiennes décidées par les gouvernements occidentaux ont permis d'atteindre des objectifs dont les communistes corporatistes du WEF ne pouvaient que rêver : avant tout, la destruction des petites entreprises, l'élimination des concurrents des "entreprises monopolistiques" favorisées par l'État. Dans mon livre, vous trouverez l'analyse complète et éclairante de Rectenwald.

L'économie financière a supplanté l'économie productive. L'économie mondiale est désormais dominée par un pouvoir financier qui crée de l'argent à partir de rien, alimentant des bulles spéculatives qui provoquent inévitablement des crises financières aux effets dévastateurs sur l'économie réelle. La Grande Réinitialisation avec l'innovation technologique aura un impact destructeur sur le système de production actuel, avec des inégalités toujours plus grandes et un appauvrissement généralisé des masses. Mais puisque seuls l'investissement et le travail salarié produisent la richesse réelle, la quatrième révolution industrielle ne s'effondrera-t-elle pas à cause de l'effondrement de la consommation, dont le niveau est déjà artificiel, puisqu'il est soutenu par un endettement anormal de la consommation qui sévit depuis des décennies ?

DR : La gestion autoritaire de l'économie et de la société s'impose comme une condition nécessaire à la survie (dystopique) du capitalisme lui-même, qui n'est plus en mesure de se reproduire par le travail salarié de masse et l'utopie consumériste associée. L'agenda qui a donné naissance au fantôme de la pandémie en tant que religion de la santé-vaccination découle de l'impraticabilité perçue d'un capitalisme basé sur la démocratie libérale. Je fais référence à l'effondrement de la rentabilité d'un modèle industriel rendu obsolète par l'automatisation technologique, et pour cette raison de plus en plus lié à la dette publique, aux bas salaires, à la centralisation des richesses et du pouvoir, à un état d'urgence permanent, et à la créativité du secteur financier, où l'argent se multiplie lui-même, par parthénogenèse.

L'hypertrophie financière actuelle a généré un endettement public et privé insoluble dans le monde, dépassant largement le PIB mondial. Le capitalisme financier s'est révélé incapable de se reproduire et ne peut survivre que s'il est alimenté par de gigantesques émissions périodiques de liquidités créées à partir de rien et avec des taux d'intérêt nuls. Cependant, le spectre de l'inflation plane sur l'économie mondiale. La masse de liquidités libérée dans l'urgence pandémique, se déversant dans l'économie réelle, pourrait provoquer une spirale inflationniste incontrôlable. Avec le début de la crise énergétique en conjonction avec la guerre, l'inflation a atteint des niveaux alarmants. La politique de la FED consistant à contrer l'inflation en augmentant les taux d'intérêt, ainsi qu'à produire une récession économique, pourrait ne pas s'avérer efficace pour faire baisser l'inflation actuelle, qui ne provient pas d'une surchauffe de la demande, mais de facteurs externes, tels que la hausse des prix de l'énergie provoquée par la spéculation financière (mais le capitalisme ne se fournit-il pas lui-même la corde pour se pendre ?), et certainement pas par Poutine ? Cela ne crée-t-il pas une spirale inflationniste incontrôlable qui pourrait conduire à l'implosion du système financier néolibéral ?

DR : Le système économico-financier, "drogué" par l'énorme et continue perfusion de liquidités par les banques centrales, a besoin d'urgences incessantes pour justifier la poursuite des différents programmes de Quantitative Easing. Et le système n'a certainement pas lésiné sur les chocs nécessaires. La farce tragique de la pandémie a été amplifiée et dilatée au point d'être improbable. Chaque fois que, pour maîtriser les poussées inflationnistes, les banques centrales ont émis l'hypothèse de relever les taux d'intérêt et de mettre fin ou du moins de ralentir les programmes de production monétaire, une nouvelle variante inquiétante du virus est apparue, "imposant" de nouvelles restrictions et des confinements partiels. Ainsi, l'économie a été déprimée à nouveau et l'alibi a été créé pour continuer à inonder les marchés d'argent frais, indispensable pour empêcher l'effondrement du système. Les gouvernements d'alors, endettés jusqu'au cou en raison de la gestion de la pandémie autoproclamée, ne pouvaient se permettre une hausse des taux d'intérêt qui aurait rendu insoutenable le paiement des intérêts sur la "monstrueuse" dette publique. L'inflation elle-même, mortelle pour les revenus et l'épargne des citoyens, a eu l'effet bénéfique de "réduire" les dettes publiques des États eux-mêmes. Ainsi, dans certaines limites et pendant une certaine période, il pourrait également être autorisé à se dégonfler. Le système financier a en fait explosé et nous sommes plongés dans une gigantesque "chaîne de Ponzi", c'est-à-dire que le mécanisme continue à fonctionner (pour l'instant) uniquement parce que les gens continuent à lui donner confiance et donc à l'alimenter. Mais nous sommes confrontés à une combinaison explosive de blocages économiques, de dettes qui montent en flèche, d'impression monétaire sans fin et d'inflation galopante, combinée à des changements sociaux et politiques massifs dans tout l'Occident, de sorte que la confiance des gens dans le système monétaire peut s'effondrer à tout moment, entraînant avec elle le "schéma de Ponzi".

L'Italie a toujours été incapable de défendre son intérêt national. Toutefois, il convient de noter que notre république est née sous un régime d'occupation américain qui perdure encore avec la présence de bases de l'OTAN sur le territoire italien. L'Italie est un pays indépendant mais non souverain. Mais quel intérêt national un gouvernement italien peut-il défendre lorsque sa ligne politique doit nécessairement être compatible avec l'UE, l'OTAN et, surtout, les marchés financiers au jugement desquels il est quotidiennement soumis ? D'ailleurs, quelle souveraineté est praticable pour un pays qui a si peu d'estime de soi, au point d'invoquer souvent l'intervention de contraintes extérieures, se croyant incapable de se gouverner lui-même ?   

DR : Depuis quelques années, les politiciens autoproclamés "souverainistes" sont à la mode en Italie. Certains se qualifient même de "patriotes", un terme qui était interdit et obsolète en notre pays depuis des décennies. Ils demandent (et souvent malheureusement obtiennent) des votes, promettant enfin que, grâce à eux, l'intérêt national tant vanté sera poursuivi. Le problème est qu'à force de ne pas le poursuivre, cet intérêt national n'est même plus compris, et c'est donc en son nom que sont perpétrées les escroqueries politiques les plus flagrantes.  Pour en revenir au sujet de notre intérêt national dans la guerre en cours, nos gouvernants ont fait exactement le contraire de ce qui était nécessaire, répondant de toute évidence à des centres de décision situés à l'extérieur du pays. De cette façon, ils ont sciemment procuré aux Italiens le risque d'un choc économique sans grand précédent. Enfin, il est tout à fait clair que le conflit russo-ukrainien permet de faire un pas puissant vers la réalisation du Great Reset, qui se traduit essentiellement par une gigantesque opération d'endettement et d'appauvrissement de la classe moyenne européenne, italienne en particulier. La contrainte externe en sa meilleure illustration.

Écrire un commentaire