Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 12 janvier 2023

Les capitalistes occidentaux démantèlent la mondialisation pour arrêter la Chine

mondialisation-090707.jpg

Les capitalistes occidentaux démantèlent la mondialisation pour arrêter la Chine

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2023/01/06/lannen-kapitalistit-globalisaatiota-purkamassa-kiinan-pysayttamiseksi/

"Il n'y a pas si longtemps, s'opposer à la mondialisation était l'apanage des radicaux et des populistes", déclare Thomas Fazi, qui a lui-même passé une grande partie de sa jeunesse à faire des émeutes (littéralement) contre le capitalisme mondial dans le cadre du mouvement antimondialisation de la fin des années 1990 et du début des années 2000.

Cependant, le mouvement activiste n'a pas réussi à obtenir des victoires politiques significatives en Occident. Il appelait à l'autodétermination des peuples de pays lointains, mais n'abordait pas sérieusement la question de la souveraineté nationale et du pouvoir politique dans, par exemple, les patries européennes des militants.

fazi_banner.jpg

battle_europe_ppt.jpg

Cependant, Fazi, qui s'identifiait comme un socialiste, et ses semblables, curieusement traités aujourd'hui de militants d'"extrême droite" par les fans du capitalisme occidental, avaient raison de dire que la mondialisation dirigée par les entreprises a eu des conséquences désastreuses.

Pendant des décennies, les politiques économiques ont été adaptées aux intérêts des grandes entreprises et une petite élite cosmopolite a pu amasser pour elle-même d'énormes richesses et pouvoirs. Cet arrangement a appauvri les travailleurs et détruit la capacité industrielle, les services publics, les infrastructures et les communautés locales. L'Occident est également devenu de plus en plus dépendant des fournisseurs étrangers pour tout, de l'énergie à la nourriture et aux médicaments.

Cette "hypermondialisation" a été un projet non seulement économique mais aussi politique. Il ne s'agit pas seulement de la centralisation du pouvoir entre les mains des dirigeants d'entreprise et des banquiers, mais aussi de la dépossession du peuple: les prérogatives nationales ont été remises aux institutions internationales et supranationales et aux bureaucraties supra-étatiques telles que l'Organisation mondiale du commerce et l'Union européenne.

artworks-3rW88OhX5W1OBfWW-ykT8pg-t500x500.jpg

Ces institutions ont complètement découplé le capital de la démocratie nationale. Le résultat final s'apparente davantage à une ploutocratie et une corporatocratie, où le pouvoir suprême est détenu par les grandes entreprises et les banques. Les partis ne se distinguent plus guère, de sorte que les choix politiques se réduisent, dans ce jeu cynique, à des nuances mineures et à des changements cosmétiques qui n'ont aucun impact sur les grandes lignes.

Bien que la politique d'aujourd'hui soit toujours ostensiblement menée au niveau des États-nations, l'économie est devenue, au cours des quarante dernières années, une affaire de plus en plus transnationale, avec ses règles truquées dictées par une classe technocratique mondiale qui a plus en commun les uns avec les autres qu'avec la majorité des citoyens de leur propre pays.

Depuis lors, la même clique des milieux d'affaires et capitalistes est devenue sceptique quant à l'avenir. Aujourd'hui, les mêmes capitalistes extrêmes proclament l'aube d'une nouvelle ère de "localisme" et même la "mort de la mondialisation".

9781787388413.jpg

Citant les problèmes de l'ère C oron a, tant aux États-Unis que dans l'Union européenne, on s'inquiète désormais de la sécurité de l'approvisionnement et on appelle à une "réorganisation des chaînes d'approvisionnement pour qu'elles soient plus locales". Soudain, la mondialisation est une menace pour la "sécurité nationale".

Les conflits géopolitiques ont ajouté à l'urgence de la démondialisation. L'Ukraine a divisé le monde selon des lignes géopolitiques et, dans le même temps, la rivalité entre les États-Unis et la Chine s'est intensifiée. En novembre, Biden a lancé une guerre économique à grande échelle contre la Chine en imposant des restrictions aux exportations.

Pourquoi la classe capitaliste mondiale fait-elle maintenant pression pour s'éloigner de la mondialisation qu'elle a construite pendant toutes ces décennies ? Alors que la tendance à la "démondialisation" et à la "localisation" pourrait potentiellement être une chose positive, selon Fazi, elle n'est pas motivée par le désir de créer des sociétés et des économies plus justes et plus autosuffisantes qui servent la politique intérieure et le bien-être humain. Le drame actuel est motivé par le désir de la puissance financière occidentale d'écraser une Chine rivale.

Outre les géants occidentaux, l'autre grand gagnant de la mondialisation a été la Chine. Du point de vue de l'Occident, la mondialisation reposait sur l'hypothèse que la Chine accepterait son rôle d'"usine du monde" dans la division mondiale du travail. Les capitalistes espéraient que la Chine produise une main-d'œuvre bon marché pour les multinationales, fabrique des biens et finisse par adopter le libéralisme économique occidental et un modèle de démocratie subordonné aux forces extérieures.

710CUSp4NJL.jpg

L'élite du parti communiste, qui s'est longtemps méfiée, à juste titre, des excès du capitalisme financier à l'américaine, a refusé de suivre le rôle dans l'ordre mondial qui lui a été assigné par la race maîtresse de la mondialisation dirigée par l'Occident. Pendant ce temps, le parti communiste mettait en œuvre ses propres plans, remontant la chaîne de valeur mondiale.

La montée en puissance de la Chine et son impact sur la compétitivité et la position de l'économie américaine était un sujet de préoccupation il y a quelques années. "Un 'pivot vers l'Asie' avait été prévu auparavant, mais sous la présidence de Donald Trump, Washington s'est montré de plus en plus ouvertement dans sa guerre commerciale avec Pékin. L'administration Biden continue de suivre la voie tracée par Trump quant à la Chine dans la compétition pour le pouvoir politique et économique. Une confrontation militaire ne peut être exclue.

Alors que la "démondialisation" actuellement commercialisée pourrait, au mieux, réparer les structures économiques, ramener la fabrication chez nous et réduire la dépendance aux importations, ce n'est pas, selon Fazi, la raison pour laquelle les pouvoirs en place ont changé d'avis. Ils considèrent le projet antimondialisation comme une nouvelle forme de construction d'empire pour maintenir l'hégémonie et stopper la montée en puissance de la Chine.

19:01 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, chine, thomas fazi, mondialisation, globalisation | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire