Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 18 mai 2023

Seymour Hersh : les Européens veulent la paix en Ukraine, pas Biden

fd3c40c_1644059601599-0110-seymour-hersh.jpg

Seymour Hersh : les Européens veulent la paix en Ukraine, pas Biden

Selon les sources du journaliste d'investigation de renommée mondiale Seymour Hersh, la poursuite de la guerre en Ukraine est avant tout un projet du président américain Joe Biden, qui n'est toutefois qu'incomplètement informé par son appareil. Ne manquez pas cette occasion et procurez-vous notre DVD sur les dessous de la politique mondiale et l'influence globale dévastatrice de la politique américaine : sur Nord Stream, Ramstein et Seymour Hersh . Disponible à partir de fin juin. En savoir plus ici: https://www.compact-shop.de/shop/fanartikel/c-dvd/dvd-tatort-nord-stream-tatort-ramstein/

par Thomas Röper

Source: https://www.compact-online.de/hersh-europaeer-wollen-ukraine-frieden-biden-nicht/?mc_cid=0f1448e33d&mc_eid=128c71e308

Le nouvel article de Seymour Hersh sur ce que lui ont dit ses sources au sein des services de renseignement américains n'est pas très long, mais il est d'autant plus révélateur. Il semble que les objectifs poursuivis en coulisses soient très différents de ceux annoncés par les hommes politiques européens devant les caméras. L'Europe serait lasse de la guerre et souhaiterait que celle-ci prenne fin, tandis que Biden - qui serait donc informé de manière erronée et incomplète - ne le souhaiterait pas. Le sort personnel de Vladimir Zelenski semble également être un point de désaccord important.

J'ai traduit le nouvel article de Hersh dans son intégralité.

Début de la traduction :

LA QUESTION DES RÉFUGIÉS UKRAINIENS

Les voisins de l'Ukraine poussent Zelensky à faire la paix, alors que des millions de personnes déplacées affluent en Europe.

Samedi dernier, le Washington Post a publié un exposé de documents secrets des services de renseignement américains montrant que le président ukrainien Vladimir Zelensky, derrière le dos de la Maison Blanche et de Biden, a fait pression en début d'année pour qu'une série élargie de frappes de missiles sur la Russie soit exécutée. Les documents faisaient partie d'un vaste ensemble de documents classifiés mis en ligne par un membre de l'armée de l'air, aujourd'hui emprisonné.

6d9cb7de5e8ac30bd5e8734bc96a35c1-1646298670.jpg

Réfugiés ukrainiens à Bruxelles.

Massacre comme à Verdun

Un haut responsable de l'administration Biden, à qui le Washington Post a demandé de commenter les informations de renseignement nouvellement révélées, a déclaré que Zelensky n'avait jamais violé sa promesse de ne jamais utiliser d'armes américaines pour attaquer des zones à l'intérieur de la Russie. Selon la Maison Blanche, Zelensky ne peut pas se tromper.

Le souhait de Zelensky de porter la guerre en Russie n'est peut-être pas clair pour le président et les conseillers de haut niveau en politique étrangère à la Maison Blanche, mais il l'est pour ceux qui, au sein de la communauté américaine du renseignement, ont eu du mal à faire entendre leurs informations et leurs évaluations dans le bureau ovale. Pendant ce temps, le massacre se poursuit dans la ville de Bakhmut. Il ressemble, par son idiotie, mais pas par le nombre de victimes, aux massacres de Verdun et de la Somme pendant la Première Guerre mondiale.

Les hommes responsables de la guerre actuelle à Moscou, Kiev et Washington n'ont même pas montré d'intérêt pour des pourparlers de cessez-le-feu temporaires qui pourraient servir de prélude à quelque chose de durable. Actuellement, on ne parle que de la possibilité d'une offensive à la fin du printemps ou en été par l'une des deux parties.

Même les Européens de l'Est veulent la paix

Cependant, comme certains agents de renseignement américains le savent et l'ont rapporté secrètement, quelque chose d'autre est en préparation à l'instigation de représentants gouvernementaux à différents niveaux en Pologne, Hongrie, Lituanie, Estonie, Tchécoslovaquie et Lettonie. Ces pays sont tous des alliés de l'Ukraine et des ennemis déclarés de Vladimir Poutine.

Ce groupe est mené par la Pologne, dont les dirigeants ne craignent plus l'armée russe, car leur présence en Ukraine a fait oublier l'éclat de leur succès à Stalingrad pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a silencieusement poussé Zelensky à trouver un moyen de mettre fin à la guerre - en démissionnant s'il le faut - et d'entreprendre la reconstruction de son pays. Zelensky ne se laisse pas démonter, comme le montrent les messages interceptés et d'autres données connues de la CIA, mais il commence à perdre le soutien particulier de ses voisins.

L'un des moteurs des discussions européennes silencieuses avec Zelensky sont les plus de cinq millions d'Ukrainiens qui ont fui la guerre et franchi les frontières du pays pour s'enregistrer dans les pays voisins dans le cadre d'un accord de protection temporaire de l'UE, qui comprend des droits de séjour, l'accès au marché du travail, au logement, à l'aide sociale et aux soins médicaux.

fre-blog-121522-ch1.png

Les pays d'accueil européens se lassent

Selon une évaluation publiée par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés, cette estimation ne comprend pas environ trois millions de réfugiés ukrainiens qui ont fui la zone de guerre sans visa pour se rendre dans l'un des 27 pays européens qui ont aboli les contrôles aux frontières entre eux dans le cadre de l'accord de Schengen. Bien que l'Ukraine ne fasse pas partie de l'UE, elle bénéficie désormais de tous les avantages du pacte de Schengen. Certains Etats épuisés par 15 mois de guerre ont réintroduit certaines formes de contrôle aux frontières, mais la crise régionale des réfugiés ne sera pas résolue tant qu'il n'y aura pas d'accord de paix formel.

Le CDH rapporte que la libre circulation des Ukrainiens vers les pays baltes et les pays de l'UE en Europe occidentale "rend particulièrement difficile de déterminer avec précision combien d'Ukrainiens ont atteint l'UE au cours des derniers mois et où ils se trouvent actuellement". Selon le rapport, la "grande majorité" des réfugiés ukrainiens sont des femmes et des enfants, et un tiers d'entre eux ont moins de 18 ans. 73% des réfugiés en âge de travailler sont des femmes, dont beaucoup ont des enfants.

Une analyse du problème des réfugiés européens réalisée en février par le Council on Foreign Relations a révélé que des "dizaines de milliards de dollars" d'aide humanitaire avaient été versés aux pays voisins de l'Ukraine pendant la première année de la guerre. "Alors que le conflit entre dans sa deuxième année et qu'aucune fin n'est en vue", indique le rapport, "les experts s'inquiètent de la lassitude des pays d'accueil".

Il y a quelques semaines, j'ai appris que les services de renseignement américains savaient que certains officiels d'Europe occidentale et des pays baltes souhaitaient la fin de la guerre entre l'Ukraine et la Russie. Ils en sont arrivés à la conclusion qu'il est temps pour Zelensky de "faire demi-tour" et de rechercher un accord. Un fonctionnaire américain bien informé m'a dit que certains dirigeants hongrois et polonais faisaient partie de ceux qui souhaitaient que l'Ukraine s'engage dans des discussions sérieuses avec Moscou.

"La Hongrie est un acteur important dans cette affaire, tout comme la Pologne et l'Allemagne, et ils travaillent à faire céder Zelensky", a déclaré le responsable américain. Les dirigeants européens ont clairement indiqué que "Zelensky peut garder ce qu'il a" - une villa en Italie et des parts dans des comptes bancaires offshore - "s'il élabore un accord de paix, même s'il doit être payé pour cela, si c'est le seul moyen d'obtenir un accord".

Zelensky: pas d'exil doré en Italie

Jusqu'à présent, selon le fonctionnaire, Zelensky a refusé de tels conseils et a ignoré les offres de sommes d'argent importantes destinées à faciliter sa retraite dans une propriété qu'il possède en Italie. Il n'y a aucun soutien au sein de l'administration Biden pour un accord impliquant le départ de Zelensky, et les dirigeants en France et en Angleterre sont "trop engagés" envers Biden pour envisager un tel scénario.

1562575-volodymyr-zelensky-et-joe-biden-a-washington-le-21-decembre-2022.jpg

Zelensky en veut plus

Il y a une réalité que certains éléments de la communauté du renseignement américain ne peuvent pas ignorer, a déclaré le fonctionnaire, même si la Maison Blanche l'ignore : "L'Ukraine est à court d'argent, et on sait que les quatre prochains mois seront critiques. Et les Européens de l'Est parlent d'un accord". Le problème pour eux, selon le fonctionnaire, "est de savoir comment faire en sorte que les États-Unis cessent de soutenir Zelensky". Le soutien de la Maison Blanche va au-delà des besoins de la guerre : "Nous payons tous les fonds de pension pour l'Ukraine".

Et Zelensky en veut plus, dit le fonctionnaire. "Zelensky nous dit que si vous voulez gagner la guerre, vous devez me donner plus d'argent et plus de matériel. Il nous dit : 'Je dois payer les généraux'. Il nous dit - s'il est évincé de son poste - "il ira au plus offrant. Il préfère aller en Italie plutôt que de rester et d'être éventuellement tué par ses propres hommes".

"Mais comme d'habitude", poursuit le fonctionnaire, "les services de renseignement ne sont pas au courant de la réalité du président et de ses conseillers en politique étrangère à la Maison Blanche", en ce qui concerne le débat européen sur la manière de mettre fin à la guerre. "Nous formons toujours les Ukrainiens à piloter nos F-16, qui sont abattus par la Russie dès qu'ils entrent dans la zone de guerre. La presse mainstream se consacre à Biden et à la guerre, et Biden continue de parler du grand Satan à Moscou alors que l'économie russe se porte bien. Poutine peut rester là où il est" - au pouvoir - "bien qu'il n'ait pas réussi à rayer l'Ukraine de la carte en tant qu'État indépendant. Et il pensait gagner la guerre avec une seule division aéroportée" - une allusion sardonique à la tentative ratée de la Russie, dans les premiers jours de la guerre, de s'emparer d'un aéroport important en faisant sauter une force d'attaque, constituée de parachutistes.

Biden ne reçoit pas d'informations importantes

"Le problème de l'Europe", selon ce responsable, en vue d'un règlement rapide de la guerre, "c'est que la Maison Blanche veut que Zelensky survive, alors qu'il y en a d'autres" - en Russie et dans certaines capitales européennes - "qui disent que Zelensky doit partir, quoi qu'il arrive".

210114-avril-haines-2020-ac-1034p.jpg

Il n'est pas clair si cette compréhension est parvenue jusqu'au bureau ovale. On m'a dit que certaines des meilleures informations de renseignement sur la guerre n'atteignent pas le président, sans que cela soit la faute de ceux qui produisent des évaluations souvent contraires. Biden s'appuierait sur des briefings et d'autres documents produits par Avril Haines (photo), la directrice du renseignement national, depuis l'entrée en fonction de l'administration Biden. Elle a passé une grande partie de sa carrière au service du secrétaire d'État Anthony Blinken, dont les relations et l'accord avec Biden sur les questions concernant la Russie et la Chine remontent à plusieurs décennies.

210224140322-01-william-burns-testifies-0224.jpg

Le seul salut pour certains dans la communauté du renseignement, m'a-t-on dit, a été le directeur de la CIA, William Burns (photo). Burns a été ambassadeur en Russie et secrétaire d'État adjoint et est considéré comme quelqu'un qui s'est opposé à certaines des folies de la Maison Blanche en matière de politique étrangère. "Il ne veut pas être un rat sur un navire en perdition", m'a dit le fonctionnaire.

D'autre part, on m'a dit que ceux qui, à la CIA, préparent le President's Daily Brief ne savent pas que Joe Biden est un lecteur régulier de leur synthèse du renseignement. Le document fait généralement trois pages. Il y a des décennies, on m'a dit - par quelqu'un qui m'a demandé à l'époque de ne pas écrire sur le sujet - que Ronald Reagan lisait rarement la President's Daily Brief, jusqu'à ce que Colin Powell, qui était alors à la Maison Blanche, commence à la lire sur un magnétoscope. La bande a ensuite été lue au président. On ne sait pas qui, le cas échéant, aurait pu prendre l'initiative en tant que le "Colin Powell" de Biden.

Fin de la traduction.

Cover_COMPACT_Spezial_36_shop-426x602.jpg

Même en Europe de l'Est, les critiques à l'encontre des États-Unis se multiplient. COMPACT tient depuis longtemps des propos clairs sur les agissements de la superpuissance occidentale. Vous aussi, montrez ce que vous pensez de l'occupant. Il flottait partout lors des grandes manifestations anti-guerre, notre drapeau "Ami go home" - le nouveau symbole de résistance contre l'occupant. Aujourd'hui, vous pouvez enfin commander le drapeau chez nous. Les faits les plus importants concernant le centenaire de la guerre des Etats-Unis contre l'Allemagne sont rassemblés dans le numéro spécial de COMPACT "USA contre Allemagne". Commandez ici: https://www.compact-shop.de/shop/compact-spezial/compact-spezial-36-usa-gegen-deutschland/. Ne manquez pas non plus l'occasion de vous procurer notre DVD sur les dessous de la politique mondiale et l'influence dévastatrice des États-Unis : Nord Stream, Ramstein et Seymour Hersh. Disponible à partir de fin juin. Pour toute commande: cf. supra.

 

 

Écrire un commentaire