Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 30 avril 2019

Espagne. L'atonie politique va se poursuivre

1200px-Congreso_de_los_Diputados_(España)_17.jpg

Espagne. L'atonie politique va se poursuivre

par Jean-Paul Baquiast

Ex: http://www;europesolidaire.com

Les élections générales pour le renouvellement de la Chambre des Députés qui viennent d'avoir lieu le 28 avril n'entraîneront sans doute aucun changement dans la politique jusqu'ici conduite par le gouvernement socialiste sous la direction de Pedro Sanchez.

Son parti, le PSOE, a enregistré une augmentation du nombre des électeurs qui votaient déjà pour lui, mais pas en nombre suffisant pour qu'il puisse envisager de gouverner seul. De toutes façons, il paraît pour un observateur extérieur difficile de comprendre exactement la politique que le PSOE et Pedro Sanchez avaient appliqué les précédentes années, et celle qu'ils proposaient pour les prochaines. Elle n'avait de socialiste que le nom, analogue en cela aux autres politiques social-démocrates en Europe.

L'Espagne se disant socialiste s'était montré un membre docile de l'Union européenne, obéissant en cela aux instructions venant des grandes entreprises financières internationales, dominantes à Bruxelles, elles-mêmes très largement au service des stratégies américaines.

Le parti de centre-droit Parti du Peuple (PP) a été laminé alors qu'il possédait 137 sièges à la suite de l'élection de 2016. Le parti dit populiste Podemos, qui comptait rallier les électeurs de gauche et d'extrême gauche mécontents de la politique de Pedro Sanchez, ne dispose plus que de 35 sièges alors qu'il disposait de 45 sièges. Il s'agit d'un exemple qui ne manquera pas de décourager l'extrême-gauche en Europe.

Seul le parti Cuidadanos, représentant les indépendantistes Catalans, a gagné quelques sièges, passant de 32 à 57. Mais ceci ne lui permettra pas de faire reculer l'influence des mouvements autonomistes en Catalogne. Ces derniers n'auront aucun espoir à attendre de Madrid. Ceci ne voudra pas dire que les perspectives d'une indépendance catalane deviendront plus crédibles.

Enfin le parti d'extrême droite Vox, soutenu par l'américain Steve Bannon et plus discrètement par Donald Trump, n'a obtenu que 24 sièges. Ses partisans se réjouissent cependant de sa croissance par rapport aux précédentes élections, où il n'avait bénéficié que de 0,2 % des votes.

Ceci signifie que le PSOE devrait comme précédemment rechercher une majorité au sein des minorités. Mais celles-ci sont si faibles et opposées que le PSOE sera contraint de persister dans sa politique actuelle, qu'il faut bien qualifier de non-politique. Que fera l'Espagne en matière de protection de la biodiversité et de lutte contre le réchauffement climatique, comment envisage-t-elle de lutter contre l'afflux des migrants venant d'Afrique, comment se positionnera-t-elle, face à la Chine et la Russie ? Nul en Europe n'est capable de le dire clairement.

Écrire un commentaire