Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 28 janvier 2021

Le néopuritanisme et l'anthropophobie. Vers un monde post-humain terrifiant

me-too-movement.png

Le néopuritanisme et l'anthropophobie. Vers un monde post-humain terrifiant

par Flavio Ferraro

Source : https://www.ilprimatonazionale.it

Nous vivons une époque schizophrène. Ainsi, avec l'avènement du Covid, nous avons vu les apôtres de la "société ouverte" et de l'idéologie sans frontières se transformer, avec une nonchalance pour le moins impressionnante, en fanatiques de l'enfermement et en zélotes de la répression: ceux qui, jusqu'à hier, faisaient l'éloge de l'éradication et de l'abolition des frontières se sont convertis au culte de l'apartheid sanitaire, au point de souhaiter une sorte de mort civile à ceux qui refusent le vaccin.

De même, il n'est pas surprenant que la sexophobie prenne la place de l'addiction au sexe, qui a toujours été l'une des caractéristiques de la société libérale-progressive née en 1968. Et si la soi-disant libération sexuelle n'a finalement représenté que la transposition au niveau physique de la liberté mercantile, une sorte d'intériorisation de la logique commerciale - les corps doivent être nus et exposés, tout comme les marchandises doivent être clairement visibles et disponibles pour le consommateur -, elle a d'abord été vécue comme une rupture radicale avec un modèle de société jugé répressif à l'égard des pulsions sexuelles.

B9725931244Z.1_20210125224804_000+GBAHFODA5.1-0.jpg

Keira Knightley.

Voir : https://www.lunion.fr/id226617/article/2021-01-25/keira-knightley-dit-stop-aux-scenes-de-sexe-tournees-par-des-hommes

La croisade du néo-puritanisme

Mais à l'époque de Me Too et de la "masculinité toxique", ce moralisme lugubre et médiocre, qui semblait avoir été archivé à jamais, est revenu en force. Les déclarations faites par Keira Knightley dans une récente interview ne peuvent donc pas surprendre : l'actrice anglaise y dit regretter d'avoir filmé des scènes de sexe dans le passé sous un regard masculin ponctué de "grognements", et selon elle, de telles scènes ne devraient être tolérées que si le réalisateur est une femme. En outre, de telles déclarations sont largement acceptées même en dehors du monde tapageur des stars et des influenceurs d'Hollywood, et, ces derniers temps, nous assistons à une sorte de croisade néo-puritaine et androphobe qui considère le contact physique et le sexe comme un mal à éradiquer, une violence perpétrée contre les femmes, au point que même la plus innocente des galanteries masculines est assimilée à un véritable harcèlement.

Une vague de bigoterie

Naturellement, les mesures d'éloignement et de semi-détention imposées à toute la population depuis près d'un an n'ont fait qu'alimenter cette vague de sectarisme, et les conférences de Crisanti et Pregliasco invitent fréquemment les citoyens à s'abstenir de relations sexuelles afin de minimiser le risque de contagion, avec beaucoup d'éloges pour les pratiques autoérotiques ! D'autre part, il ne fait aucun doute que certains des phénomènes culturels les plus influents de notre époque, du transhumanisme au cyberféminisme, sont animés par une haine viscérale du corps et de ses limites ; une haine qui, derrière les slogans apparemment libertaires d'émancipation et d'égalité, cache en réalité une anthropophobie féroce, qui vise à l'abolition de la nature et des différences anatomiques et biologiques entre les individus. C'est une conception désincarnée et post-biologique de la liberté, ainsi que du corps humain, comme si, pour être libre, l'homme était contraint de nier sa corporéité avec ses imperfections relatives.

Dans tout cela, on pourrait voir une forme de néo-catharisme : les Cathares en effet, dans le sillage des Manichéens, concevaient le corps comme la prison de l'âme et voyaient dans la matière l'origine de tout mal. Cette vision du corps humain comme quelque chose d'impur et d'imparfait est la même que celle que l'on trouve chez les progressistes d'avant-garde, qui voient dans la technologie le moyen de "libérer" l'homme de ses limites, en premier lieu la maladie, la vieillesse et la mort. Des conceptions similaires ne sont en fait qu'un des nombreux signes de ce que Guénon a appelé la volatilisation du monde, et la numérisation de la société - au rythme du travail intelligent, de l'enseignement à distance, de l'abolition de l'argent liquide et du commerce électronique - crée un monde de moins en moins matériel, où les corps et les objets semblent s'effondrer et se dissoudre en poussière.

Le cauchemar d'un monde post-humain

Le capitalisme lui-même n'échappe pas à ce processus, et la financiarisation de l'économie a le même sens : si, il y a encore quelques décennies, la principale méthode d'accumulation du capital était centrée sur des activités concrètes - telles que la production de biens et l'exploitation du travail - aujourd'hui, au contraire, elle repose sur des bases absolument fictives et immatérielles. L'économie financière a depuis longtemps supplanté l'économie réelle, et repose sur une richesse entièrement volatile et hypothétique, fondée comme elle l'est sur l'anticipation d'une valeur qui n'existe pas encore. On pourrait dire que le matérialisme dans sa fureur de solidification a fini par s'éroder, et en fait aujourd'hui nous vivons dans un monde littéralement fantomatique, où tout se dissout, s'amincit, se désincarne.

atkinson-ti-grace-178x225.jpgUn monde entièrement virtuel, qui représente le rêve de ceux qui considèrent l'homme comme quelque chose d'obsolète et de dépassé, quelque chose qui doit être manipulé et perfectionné, un rêve (ou plutôt un cauchemar) également cultivé à des époques non soupçonnées : de fait, déjà à la fin des années 70, la féministe américaine Ti-Grace Atkinson (photo) écrivait : "l'acte sexuel ne devrait plus être le moyen utilisé par la société pour renouveler la population. Et les recherches sur l'utérus artificiel, la fécondation in vitro, le "mind uploading" et autres merveilles du techno-capitalisme, nous permettent de créer un modèle de société dans lequel il n'y a plus de place pour l'homme tel que nous l'avons connu. Un rêve, en dernière analyse, de mort, et qui risque de plonger le monde entier dans un cupio dissolvi incurable (ndt : un désir morbide de dissolution incurable).

 

Écrire un commentaire