Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 13 mars 2021

Le ministre des Affaires étrangères Wang Yi a présenté le nouveau modèle de relations internationales de la Chine

Wang-Yi-ministre-chinois-des-Affaires-etrangeres.jpeg

Le ministre des Affaires étrangères Wang Yi a présenté le nouveau modèle de relations internationales de la Chine

Par Andrew Korybko

Ex : http://oneworld.press/

Le nouveau modèle chinois de relations internationales n'est en fait pas si nouveau que cela, mais il s'agit essentiellement d'une renaissance de l'ordre mondial que l'ONU avait envisagé dès sa fondation, mais qui n'avait pas encore pu se concrétiser en raison de la guerre froide et des efforts infructueux déployés par les États-Unis pour imposer leur hégémonie unipolaire.

Le ministre chinois des affaires étrangères, Wang Yi, a présenté le nouveau modèle de relations internationales de son pays lors d'un entretien avec des journalistes dimanche, à l'occasion de la réunion des deux sessions en cours à Pékin. Il a rendu hommage au Comité central du Parti communiste chinois (PCC) pour avoir guidé la politique étrangère de la Chine et a promis que celle-ci ferait toujours tout son possible pour défendre les principes de démocratie, de justice, d'égalité et de multilatéralisme institués par la Charte des Nations unies. À propos de cette dernière, le ministre des affaires étrangères Wang a rappelé à tous que le multilatéralisme sélectif reste une pensée propre à un groupe restreint : elle ralentit dès lors la marche irréversible de l'humanité vers une communauté d'avenir partagée. Il faut l'éviter et tous les pays devraient plutôt embrasser le véritable multilatéralisme tel qu'il est envisagé par les Nations unies.

Les relations de la Chine avec les États-Unis doivent être fondées sur le principe de non-ingérence réciproque dans les affaires intérieures. En particulier, les États-Unis doivent cesser de s'ingérer dans les affaires de Taïwan, de Hong Kong, du Xinjiang et de la mer de Chine méridionale. La réunification de la nation chinoise est inévitable, a déclaré le ministre des affaires étrangères Wang, alors que tous les pays, y compris la Chine, tiennent fermement au principe selon lequel seules les forces patriotiques devraient être autorisées à se présenter à des fonctions publiques, comme ce qui est actuellement proposé pour la région autonome spéciale de Hong Kong. Face aux fausses rumeurs de "génocide" au Xinjiang, Wang Yi a encouragé le monde entier à visiter la région pour constater que ses habitants se portent mieux que jamais. En ce qui concerne la mer de Chine méridionale, il a condamné les patrouilles dites de "liberté de navigation", qui sont des initiatives provocatrices perpétrées par les États-Unis.

Néanmoins, le ministre des affaires étrangères Wang a déclaré que la Chine espérait que les États-Unis élimineraient tous les obstacles au dialogue et à la coopération. Il a réaffirmé que la concurrence entre les deux pays est naturelle, mais qu'elle doit être saine, équitable, juste et gérée de manière responsable dans la perspective d'un enrichissement mutuel. Le diplomate a cité un dicton chinois sur la "recherche de l'harmonie sans uniformité" pour montrer son respect de la diversité systémique dans le monde. Tous les pays devraient être libres de choisir le modèle qui leur convient le mieux, qu'il s'agisse du modèle chinois, américain ou autre. Aucun d'entre eux, cependant, ne devrait dénigrer les autres ou aspirer à la suprématie. Ce n'est que par ce biais que le monde entier pourra véritablement adhérer à la philosophie de la coopération, une philosophie ‘’gagnant-gagnant’’.

China-–-Pakistan-Economic-Corridor.jpg

GwadarPort.jpg

Port de Gwadar, Pakistan.

À ce propos, l'engagement de la Chine avec le reste du monde repose sur sa vision d'une communauté d'avenir partagé pour l'humanité, qui se rapproche aujourd’hui de la réalité grâce à l'initiative "Belt & Road" (BRI) et au nouveau paradigme de développement du pays,  dit de ‘’la double circulation’’. Les grands projets de la BRI, tels que le Corridor économique Chine-Pakistan (CPEC), sont allés de l'avant malgré la pandémie, évoluant même jusqu'à créer les routes de la soie numérique, verte et sanitaire. Toutes ces initiatives incarnent le multilatéralisme et l'ouverture, qui sont en totale conformité avec les principes de la pensée Xi Jinping qui constituent le fondement du nouveau modèle chinois des relations internationales.

Af.exports2china.gif

Le ministre des affaires étrangères Wang a également consacré beaucoup de temps à l'examen des relations de la Chine avec chacune des régions du monde. Il a réfuté les fausses allégations selon lesquelles la Chine tenterait de séparer l'UE des États-Unis et a déclaré que la Chine et l'UE ne sont pas des rivaux systémiques, mais des partenaires civilisationnels ayant des intérêts communs. Le diplomate a également défendu l'accord global sur l'investissement (CAI) conclu l'année dernière et a déclaré qu'il n'était pas dirigé contre une tierce partie. Quant à l'Afrique, le ministre des affaires étrangères Wang a fait l'éloge des liens que la Chine entretient avec elle en tant que modèle de coopération Sud-Sud. En outre, il s'est engagé à soutenir davantage son redressement économique, les projets de l'IRB et les vaccins pour enrayer la progression de la COVID-19. En ce qui concerne l'Asie occidentale, il a évoqué la proposition de la Chine de créer une plateforme de dialogue multilatérale dans le Golfe pour garantir la paix et la sécurité.

Le partenariat stratégique global de la Chine avec la Russie est un exemple de confiance mutuelle stratégique et a prouvé sa résilience dans la lutte contre le double virus, de la  COVID-19 et de la politique, notamment, en ce dernier domaine, les révolutions de couleur et les campagnes de désinformation. Le ministre des affaires étrangères, M. Wang, a annoncé qu'ils renforceront la synergie entre l'IRB et l'Union économique eurasienne, et que les deux pays continueront à défendre l'ordre mondial centré sur les principes des Nations unies, sur le multilatéralisme, sur le droit international et les normes internationales. Les liens avec l'Inde sont également importants, a-t-il déclaré, car la coopération entre les deux plus grandes nations en développement du monde fait partie intégrante de ce qu'il prédit être le siècle asiatique. Quant aux liens entre l'ANASE et l'Amérique latine, ils sont marqués par la coopération dans le cadre de la lutte contre la COVID-19, par l'amélioration des échanges commerciaux et par la confiance.

Il ressort de tout cela que le nouveau modèle chinois de relations internationales n'est en fait pas si nouveau que cela, mais qu'il s'agit essentiellement d'une renaissance de l'ordre mondial que l'ONU avait envisagé dès sa fondation, mais qui n'avait pas encore pu se concrétiser en raison de la guerre froide et des efforts infructueux de l'Amérique pour imposer son hégémonie unipolaire. Cette observation cruciale démonte les fausses affirmations selon lesquelles la Chine serait une "puissance révisionniste". Elle ne "révise" rien du tout, mais plaide plutôt pour un retour aux principes consacrés par les Nations unies dans l'ordre né après la-Seconde Guerre mondiale, avec toutefois des réformes progressives mises en œuvre de manière responsable afin de garantir une plus grande représentation des autres pays en développement. Ce modèle de relations internationales créera inévitablement une communauté d'avenir partagée.

 

Commentaires

"Le partenariat stratégique global de la Chine avec la Russie est un exemple de confiance mutuelle stratégique"
les Russes m'aime pas les Chinois ils s'en méfient comme de la peste !
le type se gargarise de faux semblant !
tout le monde sait que cet accord global sur l'investissement (CAI) conclu l'année dernière est un traité innégal de domination de la chine qui n'a été signé que du fait de la corruption des élites européen !
Merkel et Macron partis ce fumeux (CAI) partira a la poubelle !
les milliards que les Chinois ont dépensés pour corrompre les politiciens US vont leurs revenir en p^leine gueule et faire perdre la face au PCC !

Écrit par : rocbalie | samedi, 13 mars 2021

L'avenir n'appartient pas au PCC; dans les mois qui viennent un grand changement amènera un bouleversement complet de la situation mondiale au détriment du NOM. Lors de la dernière réunion de Davos, Poutine l'a bien fait comprendre à Klaus Schwab, le chantre du régime mondial et de l'asservissement des peuples.

Écrit par : Christiane Lapôtre | mercredi, 17 mars 2021

"L'avenir n'appartient pas au PCC"
la bureaucratie chinoise qui se dit communiste est avant tout nationaliste et leurs adhésion au NOM n'est a mon avis qu'un piège qu'ils ont contribuer a construire et dans lequel les libéraux a la macron se sont enfermer de plein gré par pure idéologie !
le PCC ou bureaucratie chinoise tient fermement ses milliardaire en laisse courte pour les empêcher de faire évoluer le système !
"dans les mois qui viennent un grand changement amènera un bouleversement complet de la situation mondiale"
pour cela il faut des moyens, des ou une force sociales ; d'ou pourra t elle venir ?
seule une défaite humiliante suite a une guerre pourra renverser le régime !

Écrit par : rocbalie | mercredi, 17 mars 2021

Écrire un commentaire