Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 11 juillet 2021

Karl Haushofer et la tradition perdue de la géopolitique

641-karl-haushofer-1_original.jpg

Karl Haushofer et la tradition perdue de la géopolitique

Shahzada Rahim

Ex: https://katehon.com/en/article/karl-haushofer-and-lost-tradition-geopolitics

Le célèbre géographe politique et théoricien américain Nicholas J. Spykman a dit un jour : "Les ministres peuvent aller et venir, même les dictateurs meurent, mais les chaînes de montagnes restent imperturbables". C'est un fait établi que les conditions géographiques, qui font référence au territoire physique de l'État, sont restées le véritable déterminant de la politique internationale. Pendant des siècles, la géographie a joué un rôle central dans la détermination du pouvoir et de l'influence des États en politique internationale. Par exemple, la Rome antique a héroïquement détruit Carthage en raison de son immense géographie stratégique. De même, la défaite du grand guerrier européen Napoléon en Russie est due à son manque de compréhension des conditions géographiques russes.

À cet égard, l'un des plus anciens témoignages concernant le rôle stratégique de la géographie remonte aux écrits du célèbre historien grec Thucydide, dont le livre "L'histoire de la guerre du Péloponnèse" décrit brièvement le rôle de la géographie dans la victoire. Le célèbre historien américain et expert en géopolitique Robert D. Kaplan, nous rappelle l'importance capitale de "l'environnement extérieur auquel chaque État est confronté lorsqu'il détermine sa propre stratégie". Ce fut certainement le cas lors de la tentative d'invasion de la Russie par Napoléon.

Tout au long de l'histoire, la réalité physique de l'État a toujours été la pierre angulaire de la politique d'État et de la grande stratégie. Néanmoins, il faut garder à l'esprit que la condition géographique de l'État est un destin irréversible. L'expression "destin irréversible" est la véritable essence de la géopolitique, qui est le véritable visage de la politique internationale aujourd'hui.

Karl-Haushofer+Weltpolitik-von-heute.jpg

La tradition de la pensée géopolitique remonte à la Grèce antique et ce n'est qu'après la renaissance européenne de la fin du XVIe siècle que le discours de la géopolitique s'est imposé. C'est le célèbre géographe et géopoliticien allemand Friedrich Ratzel qui a conceptualisé les États comme un organisme en croissance dans son chef-d'œuvre "La géographie politique". Selon Ratzel, les États tirent leur pouvoir réel et projettent leur influence sur la scène internationale grâce aux terres qu'ils possèdent.

Plus tard, c'est le célèbre géographe suédois Rudolf Kjellén qui a ouvert la voie au concept de géopolitique en déclarant celle-ci comme étant la véritable "science des États". Pour Kjellen, le domaine de la géopolitique englobe la taille économique, les modèles démographiques, la configuration politique, la structure sociale et les paramètres géographiques. Après la fin de la Première Guerre mondiale, le discours de la géopolitique est devenu un contenu majeur de débat et de discussion parmi les géographes européens.

Par la suite, c'est le célèbre géographe allemand Karl Haushofer qui a élargi et fait progresser le discours de la géopolitique au début du vingtième siècle en lui donnant une nouvelle direction. Dans la navigation géographique radicale de Haushofer, l'Allemagne, l'Italie et le Japon ne possèdent pas de territoires suffisamment vastes et seraient donc incapables de survivre s'ils ne s'étendaient pas. À cet égard, pour les États géographiquement plus petits, Karl Haushofer préconise la régionalisation géopolitique afin d'accumuler la sphère naturelle nécessaire à leur survie.

Il s'agissait en effet d'un changement radical dans le discours de la géopolitique, qui est un contenu majeur de débat et de discussion aujourd'hui. D'autre part, on ne peut nier le fait que le concept de géopolitique est un phénomène purement discursif; il établit la réalité à travers le langage. A cet égard, la contribution de Karl Haushofer ne peut être méprisée car ses écrits ont joué un rôle majeur dans la purification de la "géopolitique" en tant que discipline.

Cependant, selon les critiques, à travers ses écrits discursifs, Karl Haushofer a tenté d'établir la forme "Pseudo-Western-Teutonic" de la géopolitique. De plus, l'idée de Haushofer des pan-régions visait à souligner l'importance de la géopolitique régionale au niveau continental. Néanmoins, on ne peut nier que c'est le célèbre ouvrage de Ratzel "La géographie politique" qui a jeté les bases de la nouvelle pensée et du nouveau discours géopolitique en Europe.

md30457468736.jpg

Le concept de géographie politique de Ratzel était similaire à la construction d'une nation par Herder, qui a également été immensément influencé par le concept de géographie climatique. Auparavant, c'est Carl Ritter qui avait élargi le discours de la géographie politique et de la géopolitique autour du concept d'espace et de nature. C'est peut-être la raison pour laquelle, dans son travail, Ritter a mis l'accent sur l'espace et la nature en les considérant comme les déterminants clés de la géographie politique. Il en va de même pour Ratzel et Karl Haushofer, qui ont employé avec succès le concept darwinien de sélection naturelle dans le discours géopolitique.

Aujourd'hui, la nature complexe de la politique internationale exige une nouvelle pensée et une nouvelle approche géopolitique radicale. Depuis le début de la mondialisation néolibérale dans les années 1980 et la fin de la bipolarité, les États ont perdu leur signification géographique. À cet égard, la nature complexe actuelle des États et du système international exige la réincarnation de la tradition perdue de la géopolitique radicale, qui était inhérente à la pensée géographique de Karl Haushofer.

Écrire un commentaire