Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 30 août 2021

La vallée de Panjsher - le talon d'Achille des Talibans ?

alianza-del-norte-afganistan.jpeg

La vallée de Panjsher - le talon d'Achille des Talibans?

Amalendu Misra

Pendant très longtemps, les habitants de la vallée ont été connus comme des insurgés indomptables. Une fois encore, un mouvement de résistance s'y dessine.

La vallée de Panjsher et ses habitants ont une réputation particulière. Située à environ 90 miles de Kaboul, dans la région du centre-nord de l'Afghanistan, la vallée est une sorte d'aberration. Elle abrite la plus grande population ethnique tadjike du pays, soit quelque 100.000 habitants dans la vallée, habitants que l'on appelle les "perdants persistants".

Pendant très longtemps, les habitants de la vallée ont été connus comme des insurgés indomptables. Il est certain que, pendant près de 50 ans, de tous les districts et provinces d'Afghanistan, cette région particulière a défié avec succès tous les malfaiteurs, tant internes qu'externes, dans sa quête pour préserver la liberté et l'autonomie de l'Afghanistan. La vallée de Panjsher est le centre indomptable de la guérilla afghane depuis des décennies. Si l'Afghanistan est le cimetière des empires, la vallée de Panjsher est le cœur de ce cimetière.

Panjshir_River_Valley_in_May_2011.jpg

Lorsque les chars soviétiques ont envahi l'Afghanistan en 1979, les habitants de la vallée, menés par le légendaire commandant de la guérilla Ahmad Shah Masood, les ont fait disparaître dans le sang. Le même Masood s'est opposé aux milices rivales qui se sont opposées à la formation d'un gouvernement central après le départ des Soviétiques en 1989. Il mènera à nouveau son peuple contre les redoutables talibans (interdits dans la Fédération de Russie) avant d'être assassiné par Al-Qaida (également interdit dans la Fédération de Russie) le 9 septembre 2001.

imagasmes.jpg

Nous devons tourner notre attention vers cette vallée de Panjsher, invincible et libre d'esprit, et vers ses habitants, comme une alternative possible à la crise actuelle en Afghanistan. En parlant de l'expansion du contrôle des talibans sur l'Afghanistan, nous avons tendance à oublier que de tous les districts et provinces du pays, c'est la vallée de Panjsher qui les a défiés. Fidèle à sa réputation, ses habitants se distinguent et sont plus invaincus que jamais. Il n'est pas surprenant que cette région attire maintenant rapidement un mouvement de résurgence contre les talibans. Mais la vallée peut-elle à nouveau s'élever contre le pouvoir des talibans et faire honneur à son ancienne gloire de vainqueur de la tyrannie?

Une horreur pour les Talibans

De nombreux itinéraires ont été empruntés par d'anciens dirigeants du gouvernement afghan soutenu par les États-Unis qui tentaient de fuir le pays. Certains ont fui l'Afghanistan, d'autres ont pris le maquis, d'autres encore se sont retirés dans la vallée du Panjsher. Le vice-président Amrullah Saleh en a fait son refuge et sa base. Ancien disciple du Lion du Panjsher, Ahmad Shah Masood, Saleh prétend maintenant ostensiblement être le président intérimaire légitime en vertu de la constitution afghane après la fuite d'Ashraf Ghani. Réfugié dans la vallée, il parle aussi de former une résistance unie contre les talibans. Mais la vallée et ses habitants peuvent-ils se montrer à la hauteur de leur réputation et redevenir des catalyseurs de la future défaite des talibans ?

Si l'on en croit les rapports des médias sociaux, il semble que diverses figures de l'opposition se rassemblent lentement mais sûrement dans la vallée. Parmi eux, l'ancien ministre de la défense, le général Bismillah Mohammadi, figure en bonne place. On y retrouve également Ahmad Masood, le fils déterminé et provocateur d'Ahmad Shah Masood, qui lui ressemble étrangement.

Ahmad-Massoud-fils-commandant-Massoud_0.jpg

Depuis ce foyer de résistance, Saleh et Ahmad Masood appellent à des représailles contre les talibans. Pour sa part, M. Saleh a déclaré sur Twitter: "Je ne me prosternerai jamais, jamais et en aucun cas devant les terroristes talibans. Je ne trahirai jamais l'âme et l'héritage de mon héros Ahmad Shah Masood, seigneur de guerre, légende et mentor. Je ne décevrai jamais les millions de personnes qui m'ont écouté. Je ne serai jamais sous le même toit que les Talibans. JAMAIS."

C'est également ce qu'a indiqué très clairement Ahmed Masood dans un récent article du Washington Post: "Quoi qu'il arrive, mes combattants moudjahidines et moi-même défendrons le Panjsher comme le dernier bastion de la liberté afghane. Notre moral n'a pas souffert. Nous savons par expérience ce qui nous attend. Saleh et Masood espèrent que leur allégeance jurée et leur lien de sang avec le héros le plus célèbre de l'histoire récente de l'Afghanistan inciteront la population à former des unités de résistance. Reconnaissant que le terrain de la vallée est idéal pour une guerre défensive dans les montagnes, et bien sûr, sentant son aura légendaire de défi, des milliers d'anciens soldats afghans se sont également retirés dans la vallée.

Pendant qu'ils se regroupent et planifient leur stratégie, les principaux défis auxquels sont confrontés ces adversaires talibans sont le soutien militaire, économique et logistique indispensable pour mener à bien une telle mission. Malgré toute sa beauté, la vallée est enclavée et difficile d'accès. Si la résistance se tourne vers les talibans, elle aura besoin de toute l'aide qu'elle peut obtenir de la part d'étrangers acquis à sa cause. Comme il fallait s'y attendre, le chef des Panjsher, Ahmad Masood, a clairement fait savoir à la communauté internationale que pour résister efficacement aux talibans, "ils ont besoin de plus d'armes, de plus de munitions et de plus de fournitures". Qui pourrait leur venir en aide ?

image_processing20210327-8421-1i3ijt2.jpg

Il existe déjà une certaine résistance régionale externe à la prise de pouvoir par les Talibans. Le Tadjikistan, avec ses liens ethniques avec la vallée, pourrait fournir un soutien essentiel si celle-ci devient un foyer de résistance. Le lieutenant-général Zahir Agbar, ambassadeur d'Afghanistan au Tadjikistan, ancien responsable de la sécurité avant d'occuper son poste diplomatique, a déjà promis que le Panjsher deviendrait une tête de pont pour les Afghans qui souhaitent poursuivre la lutte contre les Talibans. Selon lui, le "Panjsher s'oppose fermement à quiconque veut réduire les gens en esclavage".

L'Inde, qui a été expulsée sans ménagement de l'Afghanistan après avoir tenté pendant 20 ans d'établir des liens avec ce pays, n'aurait rien pu souhaiter de mieux qu'un mouvement de résistance se développant dans la vallée du Panjshir. Pendant la guerre civile des années 1990, elle a fourni un important soutien militaire et économique à l'Alliance du Nord dirigée par Ahmad Shah Masood.

Le fait que les talibans ne traitent pas équitablement la minorité chiite hazara (photo, ci-dessous) du pays (qui a été maltraitée par le groupe dans le passé) pourrait attirer l'ire de Téhéran. N'oublions pas que l'Iran a été un soutien essentiel de l'Alliance du Nord lorsque les talibans étaient au pouvoir de 1996 à 2001. Des accords avec les États-Unis sont également envisageables. Si les intérêts de Washington sont mis à mal par les talibans, il se peut qu'il soutienne à nouveau un front intérieur qui se soulève contre les nouveaux dirigeants de Kaboul.

tumblr_n40kgxThDA1rkgmoqo1_640.jpg

Une nouvelle guerre civile ?

Il va sans dire que si les habitants de la vallée du Panjshir décident de croiser le fer avec les talibans et d'offrir une résistance, ils pourraient sérieusement entraver la capacité de ces derniers à imposer un gouvernement unifié au mélange complexe de régions et de groupes ethniques de l'Afghanistan. Il convient de rappeler que les Tadjiks de langue farsi de l'ouest et du nord de l'Afghanistan, y compris ceux de la vallée de Panjsher, se sont toujours opposés aux Pachtounes du sud et de l'est qui forment le noyau des Talibans. Un Panjsher libre et militant peut également encourager d'autres chefs régionaux, chefs de milice et seigneurs de guerre qui ont maintenant été renversés par les talibans à résister.

Tout au long de leur histoire, les Afghans sont rarement restés unis sous une autorité centralisée. Malgré les menaces constantes qui pèsent sur l'existence de l'État, dans le passé, les différents groupes ethniques du pays n'ont jamais exprimé leur solidarité avec l'idée d'une cause nationale. C'est en grande partie ce défi permanent qui a contribué à la chute du gouvernement d'Ashraf Ghani. Dans ces circonstances, compte tenu des énormes griefs nourris par divers groupes, chefs et citoyens, il est peu probable que les talibans soient en mesure de former un "véritable" et "inclusif" gouvernement d'unité nationale dans un avenir prévisible. C'est précisément ce système de calcul qui pourrait devenir une arme décisive dans l'arsenal des adversaires des talibans.

Source : https://katehon.com/ru/article/pandzhsherskaya-dolina-ahillesova-pyata-talibov

Écrire un commentaire