Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 15 septembre 2021

Gouvernance environnementale et sociale : le capitalisme passe au rouge et au vert

ESG-Criterias-1536x696-1-1024x464.png

Gouvernance environnementale et sociale: le capitalisme passe au rouge et au vert

par Giulio Montanaro

Ex: https://www.centromachiavelli.com/2021/09/08/environmental-social-governance/

ESG est l'acronyme de Environmental Social Governance, un terme qui, selon le Financial Times, est utilisé sur les marchés des capitaux et par les investisseurs pour évaluer le comportement des entreprises et déterminer leurs futures performances financières.  L'une des personnalités les plus en vue du moment, Larry Fink, le PDG de Blackrock (photo), en parle avec beaucoup plus de ferveur. Blackrock est le plus grand fonds d'investissement du monde pour certains, le véritable gouvernement fantôme de la planète pour d'autres (des médias à Big Pharma en passant par le système bancaire, personne n'échappe à son contrôle).

larry-fink_admin.jpg

L'ESG est donc le nouveau critère de mesure du succès des entreprises, des activités à but non lucratif et des pays. Des milliards de dollars sont disponibles pour garantir que l'ESG prospère à l'avenir : "Pour prospérer à long terme", nous dit Fink, "toute entreprise devra non seulement afficher de solides performances financières, mais aussi démontrer comment elle peut contribuer positivement à la société. "Bloomberg Intelligence prévoit un boom des actifs ESG, les estimant à 50 000 milliards de dollars d'ici 2025, couvrant essentiellement un tiers du marché financier mondial : bienvenue dans l'ère du capitalisme éthique.

Il y a quelques jours à peine, la Deutsche Bank, le groupe bancaire allemand désormais le plus connu pour ses scandales liés à la corruption internationale et à la manipulation des marchés financiers, et qui avait déjà accepté en janvier de verser 125 millions de dollars au gouvernement américain pour éviter d'être poursuivi pour avoir manipulé le marché des métaux précieux, est revenue dans l'œil du cyclone.

imgpsh_fullsize_anim-1.png

Comme le rapporte le Wall Street Journal, un cadre du DWS Group, le principal gestionnaire d'actifs qui gère actuellement quelque 900 milliards d'euros d'actifs pour le compte de la Deutsche Bank, s'est plaint que le groupe allemand, bien qu'il ait rassuré ses investisseurs dans son rapport annuel en affirmant que "l'ESG est au cœur de toutes les initiatives que nous entendons poursuivre à l'avenir", fait en réalité bien moins que se concentrer sur la planification et la réglementation du phénomène. Oliver Plein, responsable de la branche des produits ESG de DWS, confirme également que le groupe est "bien en retard : nous devons encore comprendre quelle est notre ambition et entamer le processus de transformation". Desiree Fixler, responsable de la durabilité chez DWS, a déclaré au conseil d'administration que l'entreprise "n'a pas d'ambition ou de stratégie claire, manque de politiques sur le carbone et d'autres questions et que les équipes ESG sont considérées comme des spécialistes plutôt que de faire partie du processus décisionnel". Un autre avertissement vient du Financial Times, qui rapporte que les controverses ESG ont déjà dévalué les entreprises américaines de près d'un demi-billion de dollars.

Des considérations qui ne semblent pas trouver de caisse de résonance dans le bureau de Larry Fink. Le PDG de "Blackrock" va jusqu'à prédire (ou peut-être - mieux - anticiper) qu'il n'y aura pas d'échappatoire à l'ESG dans l'avenir des entreprises. Au fil du temps, les performances financières passeront au second plan et la gouvernance environnementale et sociale sera le critère qui déterminera la valeur d'une entreprise : être "réveillé" ou ne pas l'être, en bref.

DYR3owAX0AE-tv8.jpg

Cela semble absurde, mais comment l'un des fers de lance de la mondialisation esclavagiste hypercapitaliste peut-il nous dire qu'à l'avenir, les revenus céderont la place à ce qu'on appelle le "Wokeness" ? En d'autres termes, que l'impératif catégorique de l'avenir des entreprises ne sera plus les bilans sains et les entreprises solides, mais les arcs-en-ciel éblouissants et les sociétés fluides ? En d'autres termes, pour recevoir des financements pour ses propres entreprises, sera-t-il indispensable d'avoir un activisme politique et entrepreneurial totalement déconnecté de toute logique économique et purement progressiste ? Oui, c'est et ce sera le sort qui nous attend. Stephen R. Soukup en parle longuement dans son excellent livre The Dictatorship of Woke Capital : How Political Correctness Captured Big Business, dans lequel, à partir d'un discours du sénateur républicain Tom Cotton, il dénonce la façon dont la gauche pousse les marchés à privilégier les objectifs politiques au détriment des objectifs entrepreneuriaux.

801x1200.jpg

Comme l'a également observé avec perspicacité Andrew Olivastro, de la Heritage Foundation, "il y a un nombre croissant de personnes qui veulent imposer leurs préférences politiques et culturelles au monde et utiliser votre argent pour le faire". Ce n'est pas la seule incohérence que souligne Olivastro dans son éditorial (dont je recommande la lecture) et il n'est pas le seul à émettre des doutes sur l'ESG. D'autres conspirateurs présumés, ennemis extrémistes de la liberté, portent les noms des universités de Harvard et de Stanford.

Comme le montre une étude publiée le 25 avril 2021 par le Harvard Law School Forum on Corporate Governance (par Peter Reali, Jennifer Grzech et Anthony Garcia), la poussée vers l'ESG (c'est-à-dire, fin du suspense, vers des investissements visant à financer des politiques soutenant la diversité, l'inclusion, l'égalité, l'environnement...) est de plus en plus forte. Harvard, le 12 mai 2021, a publié une autre étude de Richard Morrison, qui dénonce les risques de la théorie de la Gouvernance Sociale Environnementale comme la plus grande menace pour les actionnaires, met en évidence le fait qu'elle devient de plus en plus l'un des sujets à l'ordre du jour de l'ONU et du Forum Economique Mondial, souligne l'incertitude des paramètres et des objectifs, et avertit des très graves conséquences auxquelles nous risquons d'être confrontés dans les prochains mois.

Beaucoup plus précise, et de l'avis de certains, exacte et correcte, est l'analyse de la "Stanford Review" publiée le 16 juin 2021 par Jonah Wu, avec laquelle nous terminons cette pièce et que nous croyons pouvoir résumer en traduisant le dernier paragraphe de la recherche :

"L'ESG se dirige vers l'inconnu et est soutenue par d'immenses capitaux et une élite managériale libérale. Malgré leurs nombreux attributs admirables, beaucoup de ces politiques d'investissement manquent de rigueur et d'incitations pour les pauvres, et poussent de manière déraisonnable les entreprises vers le progressisme. Pour y pourvoir efficacement, il faut trouver une alternative qui modère la force du mouvement GNE : il est temps pour les conservateurs de créer leur propre GNE".

Giulio Montanaro

Polyglotte, découvreur de talents dans le monde de la musique électronique, conseiller créatif avec diverses expériences en gestion d'entreprise, chercheur indépendant et amoureux des médias alternatifs, Giulio Montanaro a fait ses débuts en tant que reporter en 2000, à Padoue, au sein du groupe éditorial "Il Gazzettino".

11:57 Publié dans Actualité, Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, économie, woke culture, capitalisme | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire