Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 09 octobre 2021

Crise énergétique européenne due à l'interruption de l'approvisionnement en GNL en provenance des États-Unis

phpXZD1vE.jpg

Crise énergétique européenne due à l'interruption de l'approvisionnement en GNL en provenance des États-Unis

Gazprom exporte du gaz vers l'Europe en respectant pleinement ses engagements contractuels

Aleksandr Pasechnik, chef du département analytique du Fonds national de sécurité énergétique, InfoRos 01.10.2021

La frénésie sur le marché européen du gaz n'a pas cessé depuis le début de l'automne. Le 20 septembre, le prix du gaz en Europe a de nouveau atteint 900 dollars par millier de mètres cubes (la dernière fois qu'une telle situation s'est produite, c'était le 15 septembre, où le prix avait même dépassé 950 dollars). Gazprom a été immédiatement accusé par les politiciens européens et nord-américains. Par conséquent, le conseiller en sécurité énergétique du département d'État américain a déclaré que la Russie devrait augmenter dès que possible ses livraisons de gaz à l'Europe via l'Ukraine, en raison du manque de ses propres réserves avant l'hiver. L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a également exhorté la Russie à augmenter ses livraisons de gaz à l'UE. "L'AIE estime que la Russie peut faire davantage pour accroître la disponibilité du gaz en Europe et faire en sorte que les stocks soient remplis à des niveaux adéquats avant la prochaine saison de chauffage hivernale", a déclaré l'agence. La candidate des Verts à la chancellerie allemande, Annalena Baerbock, a également souligné les réticences de la Russie en matière d'approvisionnement en gaz de l'Europe afin d'accroître la pression politique et d'accélérer l'approbation de Nord Stream 2.

Comme vous le savez, les Verts allemands n'acceptent pas ce gaz. (Le 26 septembre, des élections ont eu lieu en Allemagne ; on saura bientôt qui prendra la tête du pays et quelle sera sa position sur le Nord Stream 2. Jusqu'à présent, les "coalitions" entre les partis sont en train de former une majorité gouvernementale, à la suite de laquelle un nouveau chancelier sera élu).

les-gazoducs-transeuropeens.jpg

La direction du géant russe a jugé ces accusations incongrues, corroborant avec des statistiques progressives sur l'approvisionnement en gaz, les exportations ayant augmenté à partir du premier semestre 2021 afin de maintenir le plafond contractuel. En outre, Gazprom continue de fournir des volumes adéquats dans le cadre de contrats à long terme. Sinon, l'entreprise serait embourbée dans des réclamations de contreparties. En effet, la reprise du marché spot européen se poursuit en raison des pénuries de GNL en provenance des États-Unis. Les méthaniers nord-américains se dirigent désormais vers les pays de la région Asie-Pacifique (APR) ou l'Amérique du Sud, où la marge de livraison est encore plus élevée (que vers l'Europe).

L'Europe ne reçoit pas les "convois" de méthaniers promis par les États-Unis. Dans le même temps, les prix record des carburants en Europe ont déjà contraint les autorités de certains pays de l'UE à prendre des mesures d'urgence pour limiter les tarifs du gaz et de l'électricité. Les entreprises énergétiques commençaient à glisser vers la faillite. Et parfois, la production était suspendue. Par exemple, au Royaume-Uni, deux usines d'engrais contrôlées par des Nord-Américains ont été fermées. Des nouvelles similaires sont venues des États baltes. Dans le passé, ces hausses du prix du gaz étaient atténuées par le passage au combustible rival, le charbon. Aujourd'hui, cela est plus difficile en raison du rythme accéléré de la transition énergétique. De nombreuses centrales électriques au charbon sont fermées et le charbon est de plus en plus cher. De manière générale, l'Europe semble être au bord d'une crise énergétique. L'hiver n'est pas encore arrivé et il pourrait faire très froid, comme l'année dernière. Il y en a plus là d'où ça vient.

Toutefois, le lancement de Nord Stream 2 pourrait calmer la frénésie du marché européen du gaz et le cours des actions pourrait baisser si Gazprom commence à pomper du gaz avec le nouveau système. Après tout, Gazprom a raisonnablement abandonné la pratique consistant à réserver des capacités supplémentaires dans le système de transport de gaz naturel de l'Ukraine, ce qui alarme les acheteurs européens. Mais Nord Stream 2 a besoin d'une certification du système pour commencer à exporter du gaz. Ce n'est que le 13 septembre que l'Agence fédérale allemande des réseaux (Bundesnetzagentur, BNetzA) a commencé à traiter la demande de certification de Nord Stream 2 AG en tant qu'opérateur indépendant. Et il y a quatre mois pour examiner la demande. Après cela, le projet de décision doit encore être évalué par la Commission européenne. Cela peut prendre deux mois.

La société polonaise PGNiG est également engagée, même si elle gagne, elle ne pourra pas arrêter le processus en utilisant son droit de veto. Mais le début imminent de la saison de chauffage en Europe et la hausse des prix du gaz exigent une certification accélérée de Nord Stream 2. Gazprom est prêt à charger dynamiquement le nouveau gazoduc, qui est nécessaire pour les entreprises européennes et l'économie en général. Mais pas pour l'Eurocratie qui s'oppose à Gazprom.

Les États-Unis maintiennent également la pression. Le 29 septembre, la commission internationale du Sénat entendra l'affaire à huis clos pour discuter des mesures prises par l'administration américaine concernant le gazoduc Nord Stream 2. Et ce, indépendamment de l'achèvement de la ligne principale. Pendant ce temps, Gazprom enregistre des succès en Europe, dont l'un est le contrat gazier à long terme signé avec la Hongrie le 27 septembre.

Écrire un commentaire