Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 09 octobre 2021

Le cordon sanitaire atlantique

698d674302c6a6a5cb3dcb5eaacf041a.jpg

Le cordon sanitaire atlantique

Par Claudio Mutti

(Archives, novembre 2017)

Ex: https://www.eurasia-rivista.com/cordone-sanitario-atlantico/?fbclid=IwAR3A5K4hxh5MG1_mniGFXeYCui6Mp1xpxkHVJUONkyWbzgX4H1X4YT58MTA

Au tournant des 13e et 14e siècles, la géographie de l'Europe de l'Est était complètement différente de ce qu'elle est aujourd'hui et offrait un tableau politique extrêmement fragmenté, dans lequel les forces qui allaient avoir une influence décisive sur l'histoire ultérieure prenaient lentement forme. La Russie est un ensemble de principautés, parmi lesquelles le petit duché de Moscovie ne s'est pas encore imposé comme le noyau du nouvel État russe. Le royaume de Pologne, qui, au siècle précédent, avait été réduit à une multitude d'îlots, ne comprenait ni la Silésie ni les territoires baltes de la Poméranie et, à l'est, touchait à peine la Galicie. Sur la côte de la Baltique, entre les embouchures de la Vistule et de la Neva, se trouvait le territoire de l'Ordre Teutonique. L'État lituanien est coincé entre les principautés russes et la Pologne. La partie sud de l'Ukraine actuelle, avec la péninsule de Crimée, était sous la domination des Khans tatars.

3873ebfeb2a1a4a371a6c647123aa56a.jpg

À partir des dernières décennies du XIIIe siècle, et pendant environ un siècle et demi, la Lituanie a repoussé ses frontières vers l'est sans rencontrer d'obstacles majeurs. Ayant vaincu les armées de l'Ordre Teutonique et étendu ses territoires vers le nord également, la Lituanie était devenue, au milieu du XIVe siècle, "un État puissant" [1] s'étendant de la mer Baltique presque jusqu'à la mer Noire.

En 1386, le grand-duc lituanien Jogaila (dont le nom sera connu en Europe sous la forme polono-latine de Jagiello, c'est-à-dire Jagellon) décide de se faire baptiser, afin d'être marié à la reine polonaise Jadwiga, âgée de onze ans (qui deviendra sainte Hedwige, patronne des reines, de la Pologne et de l'Union européenne elle-même) et de pouvoir être couronné roi de Pologne sous le nom de Ladislas (1386-1434). La Lituanie reste donc un grand-duché sous souveraineté polonaise. Selon les accords préliminaires conclus avec l'aristocratie polonaise, le fondateur de la dynastie des Jagellons s'engage à unir ses possessions lituaniennes et russes à la couronne polonaise, à faire la guerre aux chevaliers teutoniques, à soutenir l'Église catholique et à appuyer les efforts des missionnaires allemands et polonais pour convertir les Lituaniens païens.

Le 15 juillet 1410, les armées du nouveau souverain polonais et de son cousin lituanien Vytautas (1350-1430) ont vaincu les chevaliers teutoniques à Grunwald, mettant ainsi fin au pouvoir de l'Ordre dans la région de la Baltique. Sous Vytautas, qui poursuit la politique d'expansion lituanienne vers le sud et l'est, conquérant de larges portions du territoire russe et attirant les Tatars de Crimée dans sa sphère d'influence, le Grand-Duché de Lituanie "atteint son extension territoriale maximale, allant jusqu'à la mer Noire, avec une superficie d'environ 1 000 000 de kilomètres carrés, plus de trois fois la taille de l'Italie actuelle"[2].

1009151-Les_États_de_la_maison_des_Jagellons.jpg

Au siècle suivant, le 10 janvier 1569, une diète commune lituano-polonaise a ratifié l'union des deux États à Lublin. C'est ainsi que naquit la République des deux nations (pol. Rczeczpospolita Obojga Narodów), qui devait rester le plus grand État d'Europe jusqu'au XVIIe siècle, lorsque la volonté de puissance de l'aristocratie polonaise fut ravivée par le mythe de son origine sarmate, inspirant une sorte de messianisme politique exprimé par ce mot d'ordre : "Poland caput ac regina totius Sarmatiae !". En d'autres termes, "il aurait appartenu à la Pologne de prendre la tête d'une formation slave qui aurait unifié presque tous les peuples d'Europe centrale et orientale" [3], la soi-disant "Sarmatie de l'Europe".

Mais au lieu de cela, secoué par les luttes internes causées par le système de patronage et pris dans les tenailles des puissances périphériques émergentes telles que la Russie (la "Sarmazia asiatique") et la Prusse, le système géopolitique unitaire créé par les Jagellons disparaît progressivement à la suite des partages de la Pologne en 1772, 1793 et 1795.

Adam_Jerzy_Czartoryski.jpg

L'idée de faire revivre la République des Deux Nations est relancée pendant son exil parisien par le prince Adam Jerzy Czartoryski (1770-1861) (tableau, ci-dessus), "cet aristocrate qui, pour ses partisans, était le "roi non couronné" de Pologne" [4], qui pensait qu'avec le soutien de la Grande-Bretagne, de la France et de la Turquie, il serait possible de ressusciter la Pologne, d'incorporer les régions orientales de la Prusse et de reconstituer un État polono-lituanien fédéré avec les Estoniens, les Lettons, les Ukrainiens, les Tchèques, les Slovaques, les Hongrois, les Roumains et les Slaves du Sud. De cette manière, la puissance prussienne aurait été fortement réduite et la Russie aurait été contrainte d'abdiquer son rôle en Europe orientale. Mais le projet de Czartoryski, qui, pour ses partisans, devait sembler réalisable à l'époque des soulèvements anti-impériaux de 1848-49, a échoué en raison du désintérêt de l'Occident et de l'intransigeance de la Hongrie à l'égard des Tchèques, des Slovaques et des Roumains, ainsi que de l'hostilité de la Russie et de la Prusse.

La réapparition du projet a été favorisée par la défaite de la Russie, de l'Allemagne et de l'Autriche-Hongrie lors de la Première Guerre mondiale et par les bouleversements provoqués en Russie par la révolution d'octobre. Après la guerre opposant la Russie et la Pologne, qui s'est terminée le 18 mars 1921 par le traité de paix de Riga, le maréchal Józef Piłsudski (1867-1935), chef provisoire de l'État polonais renaissant, a lancé l'idée d'une fédération d'États, s'étendant "entre la mer Baltique et la mer Noire", serait appelée Międzymorze en polonais, Tarpjūris en lituanien et Intermarium en latin, selon un néologisme qui n'est pas à la hauteur de la tradition humaniste polonaise. La fédération, héritière historique de l'ancienne entité politique polono-lituanienne, selon le projet initial de Piłsudski (1919-1921) devait comprendre, outre la Pologne, force hégémonique, la Lituanie, la Biélorussie et l'Ukraine. Il est clair que le projet Intermarium visait à la fois l'Allemagne, qu'il fallait empêcher de redevenir une puissance impériale, et la Russie, qui, selon le projet complémentaire "Prométhée" du maréchal, devait être démembrée en ses composantes ethniques.

Józef_Piłsudski_(-1930).jpg

Pour la France, ce projet présentait un certain intérêt, car il aurait permis de bloquer simultanément l'Allemagne et la Russie par le biais d'un bloc centre-oriental dirigé par la Pologne. Mais le soutien français ne suffit pas à concrétiser le projet, qui est remplacé par le fragile système d'alliances balayé par la Seconde Guerre mondiale.

Une variante plus audacieuse du projet Intermarium, élaborée par le Maréchal entre 1921 et 1935, renonçait à l'Ukraine et à la Biélorussie, mais s'étendait en contrepartie à la Norvège, la Suède, le Danemark, l'Estonie, la Lettonie, la Tchécoslovaquie, la Hongrie, la Roumanie, la Bulgarie, la Grèce, la Yougoslavie et l'Italie. Les deux mers sont devenues quatre, la mer Baltique et la mer Noire étant rejointes par l'Arctique et la Méditerranée. Mais même cette tentative a échoué et le seul résultat a été l'alliance de la Pologne avec la Roumanie.

L'idée d'une entité géopolitique d'Europe centrale entre la mer Baltique et la mer Noire est reproposée en termes de "troisième Europe" par le collaborateur de Piłsudski, Józef Beck (1894-1944), qui prend en 1932 la direction de la politique étrangère polonaise et conclut un pacte d'alliance avec la Roumanie et la Hongrie.

Plus tard, pendant la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement polonais de Władisław Sikorski (1881-1943) - en exil d'abord à Paris puis à Londres - a présenté aux gouvernements de la Tchécoslovaquie, de la Grèce et de la Yougoslavie la perspective d'une union d'Europe centrale entre la mer Baltique, la mer Noire, la mer Égée et l'Adriatique ; mais en raison de l'opposition soviétique et de la réticence de la Tchécoslovaquie à se fédérer avec la Pologne, le projet a dû être abandonné.

19_07_2013_13_12_59.jpg

Avec la chute de l'URSS et la dissolution du Pacte de Varsovie, l'idée de l'Intermarium a été relancée, prenant différentes formes telles que le Conseil de coopération de la mer Noire, le Partenariat oriental et le Groupe de Visegrád, moins ambitieux et plus petits que les variantes du projet "classique".

Mais le système d'alliances qui se rapproche le plus du schéma de l'Intermarium est celui théorisé par Stratfor, le centre d'études américain fondé par George Friedman, à l'occasion de la crise ukrainienne. Pour sa part, le général Frederick Benjamin "Ben" Hodges, commandant de l'armée américaine en Europe (décoré de l'Ordre du mérite de la République de Pologne et de l'Ordre de l'étoile roumaine), a annoncé un "prépositionnement" des troupes de l'OTAN dans toute la zone qui, proche des frontières occidentales de la Russie, comprend les territoires des États baltes, de la Pologne, de l'Ukraine, de la Roumanie et de la Bulgarie. De la Baltique à la mer Noire, comme dans le plan initial de Piłsudski.

Le 6 août 2015, le président polonais Andrzej Duda a préfiguré la naissance d'une alliance régionale explicitement inspirée du modèle Intermarium. Un an plus tard, du 2 au 3 juillet 2016, la conférence inaugurale du groupe d'assistance Intermarium s'est tenue à l'hôtel Radisson Blue de Kiev en présence du président de la Rada ukrainienne Andriy Paruby et du président de l'Institut national de recherche stratégique Vladimir Gorbulin, ainsi que de personnalités politiques et militaires de diverses régions d'Europe, au cours de laquelle a été présenté le projet d'unification des États situés entre la mer Baltique et la mer Noire.

Le mois suivant, les deux mers étaient déjà devenues trois : les 25 et 26 août 2016, le Forum de Dubrovnik sur le thème "Renforcer l'Europe - Connecter le Nord et le Sud" a publié une déclaration commune dans laquelle était présentée l'initiative des trois mers, un plan ayant pour objectif de "connecter les économies et les infrastructures de l'Europe centrale et orientale du nord au sud, en élargissant la coopération dans les domaines de l'énergie, des transports, des communications numériques et de l'économie en général". L'initiative des trois mers, conçue par l'administration Obama, a été baptisée par Donald Trump le 6 juillet 2017 lors de sa visite à Varsovie. L'initiative, qui, selon le président Duda, découle d'un "nouveau concept visant à promouvoir l'unité européenne", réunit douze pays situés entre la mer Baltique, la mer Noire et la mer Adriatique et presque tous les membres de l'Alliance atlantique : l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, la Slovaquie, la République tchèque, l'Autriche, la Slovénie, la Croatie, la Hongrie, la Roumanie et la Bulgarie.

D'un point de vue économique, l'objectif de l'initiative des trois mers est de frapper les exportations de gaz russe vers l'Europe en favorisant les expéditions de gaz naturel liquéfié en provenance d'Amérique : "Un terminal dans le port balte de Świnoujście, d'un coût d'environ un milliard de dollars, permettra à la Pologne d'importer du GNL américain à hauteur de 5 milliards de mètres cubes par an, extensible à 7,5. Grâce à ce terminal et à d'autres, dont un prévu en Croatie, le gaz provenant des États-Unis, ou d'autres pays par l'intermédiaire de sociétés américaines, sera distribué par gazoducs dans toute la "région des trois mers""[5].

Ainsi, la macro-région des Trois Mers, liée par des liens énergétiques et militaires plus à Washington qu'à Bruxelles et Berlin, brisera effectivement l'Union européenne et, englobant tôt ou tard l'Ukraine, resserrera davantage le cordon sanitaire le long de la frontière occidentale de la Russie.

NOTES:

[1] Josef Macek, L'Europa orientale nei secoli XIV e XV, Sansoni, Florence 1974, p. 16.

[2] Beruta Žindžiūtė Michelini, Lituanie, NED, Milan 1990, p. 50.

[3] Francis Conte, Gli Slavi. Le civiltà dell'Europa centrale e orientale, Einaudi, Turin 1990, p. 293.

[4] Oscar Halecki, I Polacchi, in Il mondo degli Slavi, édité par Hans Kohn, Cappelli editore, Bologna 1970, p. 115.

[5] Manlio Dinucci, Sui Tre mari dell'Europa bandiera USA, Réseau Voltaire, Rome, 10 juillet 2017 http://www.voltairenet.org/article197081.htm

Écrire un commentaire