Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 11 octobre 2021

Minos et Minotaure: l'enlèvement de l'Europe symbolise le destin de la partie occidentale de l'"indo-européanisme"

329198_minotaures-undercorn-reverse-unicorn-ces-nouvelles-especes-de-start-up-web-tete-0601212773224_1200x640.jpg

Minos et Minotaure: l'enlèvement de l'Europe symbolise le destin de la partie occidentale de l'"indo-européanisme"

Alexander Eliseev

Ex: https://zavtra.ru/blogs/faktor_minosa_i_minotavra

1. Un monde et deux rois

Tout d'abord, il faut simplement disséquer l'image du roi Minos de Crète. Notons, pour départ, que son nom même renvoie déjà à un archétype ancien. René Guénon note: "Le titre de "roi de la paix", entendu dans son sens le plus sublime, le plus complet et en même temps le plus sévère, est en réalité appliqué à Manu, le législateur universel des temps primitifs, dont le nom, dans telle ou telle prononciation, se retrouve chez de nombreux peuples anciens; il suffit de penser au Minas ou Ménès des Égyptiens, au Manannan ou Manawyd des Celtes, à Minos des Grecs. Mais tous ces noms n'appartiennent à aucune figure historique ou légendaire; ils sont en fait la désignation d'un certain principe, d'une Raison cosmique, qui est le reflet de la pure Lumière spirituelle, qui prononce les formules de la Loi (Dharma) correspondant aux conditions de notre monde et du cycle d'existence; Manu est en même temps l'archétype de l'homme, vu avant tout comme un être pensant (manava en sanskrit)". ("Roi du monde").

Un complément est nécessaire ici. Il faut distinguer entre Manu en tant que Principe super-personnel, et Manu en tant que figure "historique". Selon la tradition indo-aryenne, il existe le Roi de la Paix - Vaishwanara, Chakravartin. Il est également appelé Manu, faisant précisément référence à l'archétype royal de l'être humain. Mais il y a aussi Manu qui est purement terrestre, historique, le premier homme qui a donné naissance à l'existence terrestre de tous les humains. "Si Chakravarti ne représente que le pôle lumineux de l'archétype (pôle solaire), alors Manu est comme la lune qui reflète la lumière à un degré maximal lors de la pleine lune (Paradis Adam) mais qui peut aussi ne pas la refléter du tout, comme lors d'une nouvelle lune" - remarque A. G. Douguine.

En d'autres termes, Manu est un archétype réfléchissant. Il est intéressant de noter que les racines des mots "homme" et "lune" sont très proches dans de nombreuses langues (allemand "Mensch" et "Mond", anglais "man" et "moon", etc.), ce qui indique le caractère naturel et la conscience de la relation symbolique dans les formes linguistiques des anciennes traditions. En revanche, la même racine désigne souvent la "raison" - sanskrit "manas", latin "mens", russe "pensée" (étymologiquement lié, soit dit en passant, au mot "mari", c'est-à-dire "homme"), etc. Dans ce cas, il s'agit déjà de souligner la nature légère du Manu historique, en substituant au monde matériel le sujet, car le mental au sein de la tribhuvanah est la qualité la plus subjective provenant directement ou indirectement de l'intellect premier, buddhi. En ce sens, Manu en tant qu'ayant manas (esprit) est un aspect de viraja, l'esprit global du cosmos dense, propre au Vaishwanara." ("Chemins de l'absolu").

La tradition indo-aryenne elle-même parle à la fois du Manu historique et du dieu lunaire Soma. Lui aussi agit comme le premier roi, et c'est Soma qui a accompli le premier rite d'initiation à la royauté (rajasuya). Cependant, le roi a rapidement méprisé les bons vœux et a enlevé la femme de son cousin Brihaspati.

yama-mort.jpg

Parfois, Soma est identifié à Yama, qui agit également comme le roi - des morts, le seigneur de l'au-delà. (Yama lui-même était présenté comme une sorte d'"adjoint" du roi de la paix - il est un fils de Vivasvat, et Agni lui cède la place de dirigeant du monde d'outre-tombe). Yama, d'autre part, a un analogue iranien - Yima ou Jamshid, qui était un roi juste, mais a ensuite dévié de la droiture et, par conséquent, a été détrôné et tué par son propre frère Spitura qui l'a coupé en deux (un symbole de la dualité, qui est le début de la mort).

Il semble que Manu (le frère de Yama), le Soma lunaire, le Roi des Morts Yama et son homologue Yima (Jamshid) soient tous des noms différents pour le même géniteur, d'où jaillit l'humanité "lunaire", historique, reflétant l'Archétype de la lumière du soleil, et ici, bien sûr, la même dualité, dans laquelle notre monde divisé est piégé, prend place. D'une part, la réflexion de la lumière est sa déformation, d'autre part, la lumière elle-même a toujours un effet bénéfique. La lune est le soleil des morts, mais elle éclaire aussi la terre lorsque le soleil se couche.

Comme il est évident, le nom Manu indique l'aspect lunaire, réfléchi, du commencement du roi.

2. Un souverain thalassocratique

Et, surtout, cela s'applique au roi Minos. Il est révélateur qu'il ait établi une puissante thalassocratie en Crète. Ainsi, Minos a considérablement déformé la tradition hyperboréenne, continentale et fluviale. ("L'Hyperborée comme royaume de la rivière").

A propos, Minos a un certain analogue - le russe Sadko. Ce dernier a également été tenté par la thalassocratie, et il a été tenté par le "tsar de la mer". Cependant, le "riche invité" a tout de même réussi à refuser le rôle inverse qui lui était imposé. ("Sadko et la thalassocratie commerciale").

00015268_01.jpg

Mais revenons à Minos. Ses adultères constants avec sa femme sont révélateurs. Ils mettent en avant le rôle inversé et volatile de l'Europe (plus largement de l'Occident), qui a traversé une série de révolutions nihilistes au cours des siècles. ("L'ancien programme de l'Occident").

L'image de Minos est étroitement liée à celle de Dédale, l'ingénieur et artiste légendaire. Il a commis un crime similaire à une trahison. Dédale, qui est égoïste, a essayé de tuer son apprenti et neveu Talos, car il était jaloux de son succès. Il a conduit le jeune homme en haut d'une colline escarpée et l'a jeté en bas. Cependant, Athéna a empêché Talos d'être écrasé et l'a transformé en perdrix. L'Aréopage athénien, indigné par l'action de Dédale, le condamne au bannissement.

Le meurtrier et traître fut accueilli par Minos, à qui Dédale rendit de nombreux services, notamment en lui faisant une statue. Il a fait une vache en bois sur roues pour Pasiphaë. La reine s'y cachait afin d'assouvir sa passion pour le taureau. En fait, c'est du coït avec lui qu'est né le Minotaure. Ces derniers habitaient dans un labyrinthe, que Dédale avait construit sur le modèle égyptien. Et il convient ici de rappeler que l'Égypte a été fortement influencée par la contre-tradition de l'Atlantide. Et la Crète elle-même était une formation purement thalassocratique, c'est-à-dire "atlante", dont nous parlerons plus loin.

ebd78af798080b4889156eeb90ebb36c.jpg

Dédale s'est lassé de la "tutelle" de Minos et s'en est enfui avec son fils Icare. Ce dernier, comme on le sait, est mort alors que le Soleil avait fondu la cire de ses ailes. Cela peut être considéré comme une indication du commencement solaire, qui empêche le commencement lunaire de se renforcer. Dédale a ensuite construit un temple à Apollon, cherchant clairement à renforcer son origine solaire déformée.

Dédale a trouvé refuge à Camicus en Sicile. Minos réussit à le trouver et exige qu'il remette le maître au roi Cocalos de Sicile. Ce dernier le convoque dans un bain où les filles de Cocalos versent de l'eau bouillante sur le roi crétois. C'est ainsi que Minos a subi la mort par l'élément eau dont il était guidé.

3. Crète atlantique

Minos est né du lien entre Zeus et Europe, que le chef des Olympiens a volé et avec lequel il est apparu en Crète. Sur la même île, Zeus s'est caché de son père Chronos. Cela nous amène à la tradition crétoise. Il est intéressant de noter que l'ancienne civilisation de Crète est souvent identifiée à l'Atlantide, alors qu'elle croyait qu'il n'y avait pas d'"île" engloutie dans l'océan Atlantique. Les similitudes entre l'Atlantide et la Crète sont soulignées. ("L'Atlantide est la Crète").

Oui, cette similitude est frappante, mais elle ne signifie pas du tout une identité. La civilisation de Crète pourrait être une projection particulière de l'Atlantide, une sorte de "remake" méditerranéen. Si tel est le cas, nous assistons à un symbolisme troublant qui s'applique également à Zeus qui y trouve refuge. La tradition atlante elle-même impliquait une rupture avec la tradition primordiale, hyperboréenne; c'est en Atlantide que s'est épanoui le magisme indissociable du polythéisme.

taureau-au-danseur-cretois.jpg

Pour la Crète antique, l'image du taureau, qui y était très répandue, est très importante. Mais l'image du taureau est également prise par Zeus lui-même - lors de l'enlèvement d'Europe. Et le monstrueux Minotaure (homme à tête de taureau), comme il a été mentionné plus haut, est né de la liaison de la princesse Pasiphaé avec le taureau, qui, selon une version, lui a été envoyé non pas par Poséidon, mais par Zeus. (A. F. Lossev a écrit que le Minotaure est une hypostase de Zeus en Crète). Il serait d'ailleurs opportun de rappeler ici le thème de l'homme-bête lié à l'image du Taureau. ("Le culte de la bête et la technologie de l'inhumanité").

L'enlèvement d'Europe symbolise le sort de la partie occidentale de l'"indo-européanisme", la "zone Kentum", qui est tombée sous l'influence de la tradition atlantique et s'est inclinée vers le polythéisme. Zeus arrive en Europe sous la forme d'un taureau, ce qui est également très révélateur, car le taureau exprime symboliquement l'origine lunaire; ainsi, dans l'ancienne tradition iranienne, le mois est appelé "avoir la semence du taureau". Ainsi, les Romains sacrifiaient des taureaux à Jupiter, tout comme les Slaves - "le dieu unique, créateur de la foudre" (Procopius de Césarée).

Apparemment, il s'agissait d'un certain rituel, symbolisant la conversion du début lunaire au début tonnerre. Selon les païens, grâce au sacrifice d'un taureau, le début lunaire, chthonique, était transformé et s'élevait à un nouveau niveau. Mais Zeus affirme l'image du taureau, ce qui témoigne une fois de plus de l'inversion de la Grèce antique. ("Zeus : l'histoire d'une inversion").

1e7181531b1d268374869dabb312f3bd.jpg

4. Le fruit de l'inversion

Maintenant, nous devons analyser l'image du Minotaure. Minos a demandé à Poséidon (dans une autre version - Zeus) d'envoyer un animal pour un sacrifice. Un taureau blanc comme neige lui fut envoyé (de la mer). Minos était tout simplement émerveillé par sa splendeur. Il a donc renvoyé le taureau dans ses propres troupeaux et en a apporté un autre à la place. L'interprétation suivante est possible ici. Minos n'était pas prêt à surmonter complètement le début lunaire et bovin. Il l'a donc simplement parodié. Et les conséquences ont été terribles - dans tous les sens du terme. En guise de punition pour avoir trompé les dieux, Poséidon a amené l'épouse royale Pasiphaë à développer une passion pour le plus beau des taureaux. C'est de cette passion qu'est né le Minotaure ("Minos le taureau").

indexbull.jpgL'homme-taureau lui-même a été maîtrisé par Héraclès, puis tué par Thésée. Le fils de Minos, Androgos, a été assassiné à Athènes. Minos a alors forcé le roi Égée à payer un tribut. Ce dernier était censé fournir sept garçons et sept filles par an. Ils étaient condamnés à être mangés par le Minotaure qui vivait dans le Labyrinthe. La version de Plutarque est très intéressante, selon laquelle ceux qui s'aventuraient dans le labyrinthe mouraient eux-mêmes. C'est déjà une image de la perdition spirituelle, où l'on erre dans les fragments de l'esprit comme pour fragmenter la personnalité elle-même. Voici une distinction essentielle entre l'esprit intellectuel et l'esprit (intellect), la superintelligence. Dans la tradition orthodoxe, l'esprit est le nous, qui s'oppose au logikon rationnel. Et tandis que le nous est recueilli en lui-même, le logikon erre partout, il doit être recueilli.

Et voici une autre curieuse multi-variation. Selon certaines versions, Thésée est celui qui tue le Minotaure - avec une épée ou son poing. Mais sur le trône d'Amiclès, Thésée est représenté d'une manière très inhabituelle - il dirige le Minotaure, certes ligoté, mais vivant. (On se souvient peut-être de l'image du Dragon, non pas tué, mais tenu en laisse).

692c48e49e245413a41aea3aa4efd5a0.jpg

Voici une indication des deux voies de l'Héroïque. La voie glorieuse, bien que "inférieure" (relativement), consiste à tuer le monstre extérieur. Ce faisant, le héros, sans le vouloir, mais plus ou moins, est assimilé au monstre tueur lui-même. (Le phénomène du tueur de dragon qui devient le Dragon lui-même).

"La voie du dragon"

Mais il existe une autre voie, plus élevée, qui, parallèlement à la lutte contre les monstres "extérieurs" (ou en dépit de celle-ci), consiste à lutter contre le monstre "intérieur" (selon l'expression des Saints Pères, contre le serpent qui se trouve sous le cœur). ("Pour soumettre le serpent").

Il convient de noter que les deux voies, bien que différentes, ne sont pas contradictoires. Ils peuvent être combinés, ce qui est la meilleure façon de sortir du Labyrinthe de la Passion.

5. "Bull Nation"

Le nom "Minotaure" évoque les Tauriens, une entité ethno-politique qu'Hérodote situait dans une zone montagneuse sur une péninsule s'avançant dans le Pont. Ce lieu était situé entre Kerkinitida et Chersonesos le Rocheux, atteignant le détroit de Kerch. Les Hellènes appelaient cette formation "Tauri", c'est-à-dire "taureaux" (le nom propre n'est pas conservé). Il en découle une conclusion tout à fait logique : le culte le plus important des Tauriens était celui du Taureau. C'est-à-dire que nous parlons de la réalisation de l'origine lunaire, navi.

Le "moment" suivant est indicatif. Les Tauriens sacrifiaient les étrangers capturés par eux à une certaine déesse Maiden. Les malheureuses victimes ont été frappées à la tête avec une massue et jetées à la mer. Selon d'autres versions, ils ont été enterrés dans le sol. Notez également que les ennemis capturés au combat avaient la tête coupée et exposée autour de la maison sur de hautes perches. Ammianus Marcellinus rapporte que les victimes ont été poignardées à mort et que leurs têtes ont été clouées aux murs du temple "comme monuments éternels de leurs actions glorieuses".

Et là, les contes de fées russes viennent immédiatement à l'esprit. Ils décrivent la clôture de Baba-Yaga, faite d'ossements humains : "Des crânes humains avec des yeux dépassent de la clôture.

Le culte de la Vierge Marie a été adopté par les Tauriens et les habitants de Chersonesos, mais sans les sacrifices qui l'accompagnent.

Baba-Yaga elle-même est une image du côté décrépit et lunaire de l'âme du monde.

zeELhQDO4tayDi7v5iV-nwNcM_Q.jpg

"Baba Yaga, l'âme du monde"

Notez que le thème de la féminocratie est extrêmement important - en termes de thème de l'inversion ("Hercule, Scythianisme, 'reptilianisme' et 'féminocratie'").

L'origine ethnique des Tauriens est contestée, et les historiens donnent des versions différentes. L'une d'entre elles en font des Cimmériens, c'est-à-dire que les Tauriens sont issus d'un peuple ancien et mystérieux, les Cimmériens. Nous parlons ici de l'ethnos praskifien, qui a fortement influencé l'ethnogenèse des futurs Slaves et Sakhs (nomades du nord de l'Iran).

Les Cimmériens eux-mêmes, semble-t-il, sont les Scythes royaux, dont Hérodote a parlé. Selon lui, ces derniers, sous l'assaut des forces orientales ("Novoscythes") se sont retirés. À ce moment-là, les croisés supérieurs (en fait des rois) ont refusé de fuir et se sont entretués lors d'un duel rituel.

unnacimmmed.jpg

Une observation intéressante sur les Cimmériens a été faite par le professeur A .G. Kuzmin : "...Les commentateurs grecs ultérieurs ont essayé de comprendre le nom des Cimmériens comme étant des 'hivernants' ('heimerioi'), ou des 'gens des tombes'...". Dans la tradition grecque antique, les constructions réelles ou imaginaires des Cimmériens devaient indiquer leur proximité avec la terre mythique des morts du royaume d'Hadès, dont l'entrée était située à différents endroits de la côte maritime. La notion de "peuple des tombes" peut être associée à celle d'un culte funéraire exagéré, du point de vue des Grecs... Tout au long de la tradition antique court la notion d'une parenté entre les Cimmériens de la mer Noire et les populations de l'"Occident" le plus lointain et de la côte de l'"Océan". ("Le début de la Russie. Les secrets de la naissance du peuple russe").

Ici, il est possible de supposer que la communauté des Cimmériens a vécu un processus d'extinction spirituelle de sa Tradition. La perte de la caste des tsars accompagnée de la fuite exactement à l'Ouest (le coucher du soleil; sur le coucher du soleil les Anciens ont localisé le "pays des morts") a signifié l'apparition d'une contre-tradition des restes spirituels, "psychiques" (d'où le thème de "l'Hadès cimmérien").

Le thème du ken-taur, c'est-à-dire du cheval humain, est extrêmement important. Encore une fois, nous devrions parler de la combinaison de l'humain et de l'animal. Pour être plus exact, sur le renforcement de la seconde au détriment de la première.

7b488ffc621e95c12f557a3311941291.jpg

Les centaures eux-mêmes sont un exemple de tentative de surmonter l'ignition du commencement animal. À cet égard, le nom de "centaure" a une signification spéciale et mystique. Il signifie "celui qui tue le taureau" (ken - "j'ai tué", tauros - "taureau").

La venue du Christ et l'établissement du christianisme ont porté un coup dur au culte de la bête. Le baptême et la communion rendaient le salut possible pour tous les hommes - y compris ceux qui avaient déformé leur apparence au maximum. "Dans les légendes occidentales, écrit V. Karpets, on raconte qu'après la Nativité du Christ, les centaures sortirent des forêts, demandèrent aux ermites chrétiens de les baptiser, et les ermites ne les refusèrent pas ("La Russie, qui a dominé le monde").

Nous avons ici un certain chemin symbolique de réinitiation, du "Taureau" lunaire au "Cheval" solaire. Voici le dépassement du "bovin" en faveur du noble.

Le thème du Cheval:

Тема Коня.

«Символизм Троянского Коня»

«Посейдон и атлантизм-2»

«Конёк-Горбунок: мистерия Полёта»

 

12:16 Publié dans Traditions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tradition, mythologie, minos, minotaure, symboles taurins | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire