Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 03 décembre 2021

L'État réformateur dans la vision de Carlo Francesco Ferraris 

Carlo_Ferraris.jpg

L'État réformateur dans la vision de Carlo Francesco Ferraris 

L'essai de Francesco Ingravalle, professeur à l'Université du Piémont oriental, rend compte de l'importance de la pensée du grand intellectuel italien, natif de Moncalvo, dans le débat philosophico-politique de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle.

par Giovanni Sessa

Ex: https://www.barbadillo.it/101993-lo-stato-riformatore-nella-visione-di-carlo-francesco-ferraris/

Le débat sur l'issue du Risorgimento et sur la formation de l'État unitaire en Italie est toujours ouvert : il a animé une partie importante de la culture politique du XXe siècle. Le dernier volume de Francesco Ingravalle, maître de conférences à l'Université du Piémont oriental, nous rappelle son caractère crucial, également au regard de la contingence historique et politique actuelle. Le livre s'intitule Lo Stato riformatore. Carlo Francesco Ferraris : intellettuale et funzionario (1850-1924), qui a récemment paru dans le catalogue de la maison d'édition Oaks. Le volume est complété par une anthologie des écrits de Ferraris et une bibliographie, essentielle pour les futurs chercheurs.

Cop.-INGRAVALLE-def.jpgL'intérêt pour l'éminent universitaire et homme politique a été ravivé après la conférence d'étude organisée en son honneur en 2007 par Corrado Malandrino, alors doyen de la faculté des sciences politiques de l'université du Piémont oriental. Le texte d'Ingravalle reconstruit l'itinéraire théorico-politique de Ferraris, en saisissant sa pertinence dans le débat philosophico-politique de la fin du XIXe et du début du XXe siècle et, en même temps, en identifie les limites possibles. La contribution spéculative de l'intellectuel piémontais méconnu était centrée sur l'idée de l'État super partes, à un moment historique où, après le mouvement des "Fasci siciliens", la société italienne était en proie à des conflits sociaux qui la marquaient profondément. Ferraris considère cette situation : "comme la menace la plus radicale pour l'existence de la res publica, comme une caractéristique pathologique de la politique italienne" (p. 18). Lorsque l'ordre sociopolitique est juste, argumente le chercheur, il ne peut y avoir de conflit: "Le conflit est une crise [...] et la crise est, pour le corps politique, ce que pour le corps organique est le symptôme d'une maladie" (p. 18). Quelle est la thérapie pour guérir ou atténuer cette pathologie de l'État national ? Ferraris répond, dans ses nombreux ouvrages, d'une manière monotone : l'État réformateur. Qu'est-ce, en réalité, que l'État réformateur ?  

I-0.jpg

Le Prof. Francesco Ingravalle.

La référence de base de notre théoricien est celle de l'État libéral, corrigée par des références idéales au "socialisme de la chaire" allemand (Kathedersozialismus), en particulier à la pensée politique d'Adolph Wagner, qui a identifié son propre paradigme politique dans l'État "social" d'Otto von Bismarck. Les références à l'utilitarisme social de Stuart Mill ne manquent pas dans les écrits de Ferraris. L'État réformateur travaille pour "l'inclusion des masses laborieuses dans le système des intérêts protégés par la puissance publique, en tentant de désamorcer, de cette manière, les pulsions subversives" (p. 13). Un réformisme "d'en haut" qui, en Italie, aurait dû être mis en œuvre à travers la symbiose collaborative entre les organes: soit les "organes non électifs et électifs de l'État [...] condition de base pour l'action réformatrice [...] et le progrès social" (p. 14). C'est-à-dire entre la Chambre des députés, organe électif de l'État, lieu de représentation politique et, par conséquent, expression sensible au dynamisme et aux conflits sociaux, et le Sénat, non électif, nommé par le roi, accompagné, dans le moment exécutif, par la bureaucratie. Dans ce projet, développé dans le cadre institutionnel du Statuto Albertino et dans le sillage du libéralisme de D'Azeglio, Ferraris fait explicitement l'éloge du "notabilato", tout en soutenant le caractère crucial de la science de l'administration dans le processus de réforme.

Ferraris et la science de l'administration

En effet, note Ingravalle, Ferraris peut être considéré à juste titre comme le créateur de la science italienne de l'administration, qui accorde une grande attention aux statistiques, ainsi qu'aux sciences juridiques et économiques. L'expertise de Ferraris dans ces disciplines et sa culture de dimension européenne l'ont amené à initier une réforme de décentralisation politique et administrative, qui rappelle à certains égards la leçon de Cattaneo. L'idée de l'État super partes, avec laquelle nous devons être d'accord avec Ingravalle, a empêché Ferraris d'avoir une vision réaliste des événements qui se sont déroulés en Italie après 1918. À l'époque "le droit et l'État étaient [...] objectivement impliqués dans le conflit social [...] complètement subordonnés aux intérêts des classes" (p. 17). Depuis le discours inaugural de l'année académique 1909-1910, Santi Romano avait compris, comme le rappelle Ingravalle, que le conflit social, la dimension polémologique, est consubstantielle et inéliminable dans la construction de la res publica, contrairement à Ferraris qui juge le choc social comme un risque mortel pour la securitas de la chose publique. En ce sens, l'Etat est pour Santi Romano une instance recherchée, non encore réalisée, un règlement momentané du conflit socio-politique. Pour Ferraris, au contraire : "L'État libéral semblait aere perennius" (p. 20). 

2017 Libro Carlo Ferraris Portada.jpg

La critique du socialisme scientifique

Pour cette raison, comme le montre le chapitre consacré à l'exégèse de la critique du socialisme scientifique de Ferraris, le théoricien piémontais n'a pas pleinement compris que l'État peut être "l'instrument de la domination d'une classe sur une autre" (pg. 22), se limitant à rejeter cette thèse, sans réussir, à la fin, à la réfuter. Sa notabilisation est abstraite, détachée et, en théorie, épurée des sodalités de classe : elle finit donc par reproposer le sempiternel problème platonicien du contrôle des gouvernants. Il saisit certes l'image normative de la société italienne de l'époque, mais le mouvement réel, la dynamique qui l'anime de l'intérieur, se dissout entre ses mains, et ne peut se résoudre dans le cadre général de l'État libéral, comme le montrent les événements entre 1918 et 1922. La nouveauté théorique de l'utilitarisme de Ferraris se trouve dans sa lecture de l'État comme médiateur entre le bonheur individuel et le bonheur communautaire, qui était absent de la scolastique libérale-utilitariste.

Le rôle de l'État

L'importance du livre d'Ingravalle ne réside pas seulement dans le fait qu'il a porté à l'attention des lecteurs la pensée peu connue et, en tout cas, originale de Ferraris, mais aussi dans le fait qu'il a été écrit à un moment de l'histoire qui suit la théorisation de la fin de l'État-nation et qui, au contraire, voit la réémergence de sa fonction essentielle. Après la crise de 2008, "les États ont été les garants [...] de transitions financières qui autrement manqueraient de garanties" (p. 8), sans parler de la présence étatique évidente derrière les organismes supranationaux (les États-Unis, derrière le Fonds monétaire), qui font bouger l'histoire du monde contemporain. Ce n'est pas une mince affaire...

*L'État réformateur. Carlo Francesco Ferraris : intellettuale e funzionario (1850-1924), par Francesco Ingravalle(Oaks editrice, pour les commandes : info@oakseditrice.it, pp.220, euro 20)

@barbadilloit
Giovanni Sessa

Écrire un commentaire