Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 26 janvier 2022

L'idéologie russe dans la nouvelle réalité

kremlin-what-to-see.jpg

L'idéologie russe dans la nouvelle réalité

Alexandre Douguine

https://www.geopolitica.ru/article/russkaya-ideologiya-v-novoy-realnosti

Les tensions entre la Russie et l'Occident, en particulier les États-Unis, ont atteint un tel point que, indépendamment du fait qu'un conflit militaire direct ait lieu ou non, des lignes rouges ont été tracées non seulement dans l'espace géographique, mais aussi dans la sphère de la civilisation et de l'idéologie. Indépendamment de la question de savoir si les uns imposeront des sanctions (et/ou des troupes) contre les autres ou non, il est clair qu'un fossé fondamental et irréversible entre la Russie et l'Occident est d'ores et déjà un fait accompli. Qui tirera le premier coup de feu, et si oui ou non il sera tiré, et comment les événements se dérouleront ensuite, sont d'une importance secondaire face à ce qui s'est déjà passé et ce qu'aucune des parties - en particulier la partie russe - ne sait encore. 

La mentalité russe ne peut tolérer de ruptures brutales ; tout sera toujours comme aujourd'hui. Et même lorsque le pays est en guerre ou subit des changements colossaux, les Russes vivent dans un sentiment intérieur de paix et de stabilité. Nous sommes porteurs d'une psychologie harmonieuse et stable, ce qui est difficile à traduire en état d'urgence. C'est ce que signifie le proverbe russe qui dit en substance: "nous mettons du temps à nous atteler". Si longtemps qu'ensuite nous sommes simplement obligés de rouler à des vitesses extrêmes - hypersoniques - pour rattraper notre retard. Sur le plan militaire et diplomatique, nous semblons être harnachés et prêts à craquer. Dans le domaine de l'idéologie et de la vision du monde, le rêve dogmatique - "rien ne se produit et ne se produira pas" - se poursuit en toute force. Ici, l'ambiance des années 90 prévaut encore et 20 ans de réformes patriotiques ne sont pas à l'honneur.

manifestation-a-l-occasion-de-la-fete-du-travail-le-1er-mai-2017-a-moscou_5871649.jpg

Et en vain : la réalité a changé de manière irréversible il y a déjà longtemps, et maintenant elle est si claire et si perçante qu'il semblerait impossible de ne pas s'en rendre compte - mais non, il s'avère que c'est possible. Le paradigme libéral-occidental reste encore dominant dans l'éducation, les sciences humaines, la culture et la vision du monde en général. Les corrections apportées au conservatisme ici sont superficiellement de nature cosmétique. 

Et pendant ce temps, la Russie rompt irréversiblement avec l'Occident. Elle l'a déjà fait. De gré ou de force, nous nous déconnectons rapidement du monde occidental, de ses règles, de ses standards, de ses normes et de ses protocoles.  Cela ne se produit pas sur la base d'une comparaison équilibrée et souveraine de l'identité russe avec l'identité libérale-mondialiste moderne. Nous avons simplement été contraints d'évoluer dans cette direction, ne nous laissant aucune place dans le monde global - du moins pas une place que nous considérerions comme acceptable pour nous-mêmes. 

Le rapprochement de Moscou avec l'Occident à la fin des années 1980 et dans les années 1990 a été perçu par l'Occident comme une défaite et il a commencé à se comporter avec nous comme si nous étions des vaincus. Et ils étaient dangereux et prêts à tenter leur vengeance à tout moment. D'où l'expansion de l'OTAN vers l'est et la violation de toutes les obligations accordées à Moscou en échange de sa capitulation. C'est ainsi que l'Occident traite souvent, sinon toujours, les adversaires vaincus. Le traité de Versailles a été si humiliant pour l'Allemagne qu'une vengeance comme le national-socialisme d'Hitler a été possible. L'Occident a fait la même chose à la Russie dans les années 1990. 

Q2IV2LBCJ7FE4L6YBKOKCAJYIA.jpg

Mais sous Poutine, la Russie a gagné en force, est devenue un pôle et a commencé à se comporter de manière souveraine. Une fois de plus, l'Occident n'a tiré aucune conclusion et continue de traiter la Russie comme "une puissance régionale incontrôlable et dérangée" à laquelle il faut "donner une leçon, remettre à sa place". Poutine est prêt à être ami avec l'Occident et à accepter ses règles du jeu si elles sont respectées par les deux parties. Mais cela n'est pas acceptable pour l'Occident, qui ne manque aucune occasion de rappeler que toutes les démocraties sont égales, seules certaines sont "plus égales que d'autres". Une telle "ferme des animaux" mondialiste-libérale ne convient pas à Poutine. Nous sommes dès lors de plus en plus malheureux, jusqu'à ce que, finalement, nous parvenons à tout maîtriser et soyons prêts pour une promenade à vive allure.

Pour les autorités russes, il s'agit d'une mesure forcée ; elles ne font que réagir. Mais en fait, une réalité plus profonde - la particularité civilisationnelle de la Russie, notre identité et les lois fondamentales de la géopolitique - entre en jeu. Dans notre histoire, l'Occident a toujours agi comme l'Autre. Et peu importe à quel point nous nous rapprochions, nous finissions par des confrontations et des guerres. Il est nécessaire de maintenir une distance entre nous et l'Autre. Si cette distance est trop courte, le pendule basculera de l'autre côté. C'est exactement ce qui se passe actuellement.

Moscou, bien qu'à contrecœur, s'oppose à l'Occident. Après avoir dit "non" à l'Occident, à un certain moment - en principe, ce moment est déjà arrivé - il est nécessaire de formuler ce à quoi nous disons "oui" ? Ce que nous refusons est clair : le libéralisme, le mondialisme, le posthumanisme, la politique du genre, l'hégémonie, les doubles standards, la culture postmoderne et la culture dominante à l'Ouest. Qu'est-ce que nous affirmons ?

Ici aussi, toutes les idéologies historiques qui, à des stades antérieurs, ont justifié la différence de destin entre la Russie et l'Europe (l'Occident) deviennent particulièrement pertinentes. Ce sont eux qui vont devenir le terrain fertile pour la redéfinition de l'Idée russe. 

Ce sont:

- La vision de la Russie comme un bastion du christianisme orthodoxe, la doctrine de Moscou-Troisième Rome ;

- La doctrine connexe de la signification universelle fatidique de la monarchie russe (catéchisme) ;

- Les idées slavophiles sur la mission historique des Slaves orientaux (et de tous les autres) - la troisième Renaissance ;

- Théorie eurasienne de la Russie en tant que civilisation distincte, radicalement différente de l'Occident ;

- Les opinions des Narodniki russes sur l'essence agraire de la société russe et le rejet de la voie industrielle du développement ;

- L'idéologie soviétique en opposition au capitalisme occidental et mondial ;

- Le sophia et le mysticisme patriotique de l'âge d'argent.

5bd853f785600a20a00af035.jpg

Ce sont les principales sources et composantes de la nouvelle identité russe. En même temps, il est important de ne pas se contenter de restaurer ces paradigmes, en rétablissant avec eux les schismes, les contradictions et les oppositions qui ont existé historiquement entre eux, mais d'élaborer une approche synthétique qui rejette également les prétentions de l'Occident à l'universalité et à l'optimalité de ses "valeurs" (qui sont communes à toutes ces écoles) et forme une image russe de l'avenir. Une fois de plus, il ne s'agit pas d'une question de combinatoire ni de technologie politique : il ne faut pas permettre à ces petites racailles serviles et fallacieuses, les praticiens de l'ingénierie politique, d'atteindre l'idéologie d'une seule balle. Nous avons besoin d'une percée de la pensée russe, d'un réveil spirituel, de la résurrection du Logos russe. C'est l'œuvre des penseurs et des mystiques, des créateurs du grand projet. Il faut de l'inspiration, une vision pure et une motivation limpide, une solidarité profonde avec le destin russe.

Il est clair que le Kremlin n'envisage pas sérieusement cette possibilité. Les questions militaires et diplomatiques sont à l'ordre du jour. C'est compréhensible. Les autorités suivent ce qui leur semble être "le cours objectif des événements". Il ne se soucie pas du Logos ou du sens de l'histoire.

Mais pour ceux qui comprennent la mission profondément russe, ce qui se prépare maintenant est évident depuis longtemps - si ce n'est depuis toujours - et le conflit avec l'Occident était considéré comme quelque chose d'inévitable, même lorsque la grande majorité croyait en la perestroïka, les réformes ou la réinitialisation. Et si, aujourd'hui, seuls les faibles d'esprit ou les agents d'influence directs peuvent ignorer cette vérité ancienne (pour nous) et essentiellement éternelle, même ceux qui sont à l'avant-garde de la vraie politique aujourd'hui ne pensent pas à l'Idée. Il n'y a pas de véritable politique sans repères idéaux, sans Idée, sans idéologie.On peut ne pas la comprendre, mais on ne peut pas la changer. Par conséquent, les autorités - dans un avenir très proche - lorsque le moment d'un "tour rapide" arrivera enfin - devront faire face au décalage qui existe dans notre société entre l'état apathique et endormi des esprits et la gravité et l'ampleur du conflit de civilisation. Le réveil des Russes est inévitable. Nous entrons dans l'ère du Logos russe. 

Écrire un commentaire