Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 05 mars 2022

Entre guerre et pandémie, pourquoi la mondialisation commence à s'effriter

carriere_effrite.jpg

Entre guerre et pandémie, pourquoi la mondialisation commence à s'effriter

Francesca Salvatore

Source: https://it.insideover.com/economia/guerra-e-pandemia-perche-la-globalizzazione-inizia-a-sgretolarsi.html

Lorsque la pandémie a éclaté, le syndrome des rayons vides a démontré deux choses : les effets dévastateurs d'une psychose collective (les supermarchés n'ont jamais fermé un seul jour) et la mesure dans laquelle certaines entraves du village planétaire avaient mis en échec producteurs et consommateurs, en particulier dans le secteur alimentaire, un réseau complexe d'interactions impliquant les agriculteurs, les intrants agricoles, les usines de transformation, le transport maritime, les détaillants. Pendant des décennies, les gouvernements n'ont pas fait grand-chose pour protéger les petites exploitations agricoles et les producteurs de denrées alimentaires qui ont été évincés par ces géants commerciaux, générant des aberrations telles que Singapour, qui importe 90 % de ses denrées alimentaires de l'étranger, ou la très avancée Australie, qui exporte environ deux tiers de ses produits agricoles vers la turbulente région Asie-Pacifique.

Avertissements sinistres

La crise des équipements de protection individuelle avait également créé de véritables vagues de panique : au début de l'urgence, plusieurs pays du monde ont littéralement combattu le Covid à mains nues dans les unités de soins intensifs. A cela s'ajoute un épisode singulier, qui a accentué ces craintes, pendant la phase encore aiguë de la pandémie : le cargo taïwanais Ever Given, naviguant vers le port de Rotterdam, en Hollande, en provenance de Yantian, en Chine s'est échoué au nord du port de Suez en mars dernier, générant un incroyable effet domino quant aux produits avariés, aux coûts et aux livraisons manquées.

Incidente Canale di Suez Ever Given.jpg

Bloomberg a estimé que le blocage du canal de Suez, par lequel passent 12 % des marchandises mondiales et 30 % du trafic de conteneurs expédiés par voie maritime, a créé une perte économique d'au moins 9,6 milliards de dollars par jour, en raison de la non-livraison des marchandises à bord des navires bloqués dans le canal et de celles qui attendent dans les ports. Les marchandises arrimées dans les navires bloqués par le canal valaient à elles seules environ 8,1 milliards de dollars, selon la LLoyd's List.

L'affaire ukrainienne n'est pas loin du croquemitaine des blocages maritimes et des frontières fermées, et avec eux des chaînes d'approvisionnement. Ce qui est remis en question, ce n'est pas la mondialisation culturelle et technologique, qui nous permet de vivre avec les conflits et permet aux êtres humains de communiquer en temps réel, mais le système que le village global a développé autour de la production de nourriture, d'objets, et de l'empreinte énergétique de nos sociétés. La question fondamentale est de savoir pourquoi les aliments qui nous nourrissent chaque jour doivent parcourir jusqu'à 10.000 km pour arriver dans nos assiettes ; pourquoi, si l'industrie des micropuces tombe en panne à l'autre bout du monde, nous ne pouvons pas compenser leur manque ; et pourquoi l'énergie nécessaire pour produire tout cela doit provenir de milliers de kilomètres, ce qui nous oblige à marchander avec des zones instables de la planète et à faire des compromis avec des régimes illibéraux.

Vers la souveraineté alimentaire ?

Bien que ce conflit soit très différent de la Seconde Guerre mondiale, lorsque cette région était en proie à de véritables vagues de famine, ce qui se passe en Ukraine rayonne déjà vers l'extérieur et menace la disponibilité de la nourriture dans les nations moins prospères. Ceux-ci sont devenus dépendants des exportations de céréales et d'autres produits alimentaires en provenance d'Ukraine et de Russie, qui représentent désormais 29 % des exportations mondiales de céréales. Ils contribuent également à 19% des exportations mondiales de maïs et à 80% des exportations mondiales d'huile de tournesol. La mer Noire est au cœur de ce commerce transnational, et avec le risque de devenir une poudrière et de bloquer les expéditions vers la mer d'Azov, les prix à terme du blé ont déjà grimpé en flèche. Si cela se traduit par des retards et des pertes de plusieurs millions de dollars dans les pays les plus riches, une foule de nations à faible revenu risquent une famine pure et simple et une détérioration générale de la santé publique en raison du prix des céréales. La Russie et le Belarus sont également les principaux exportateurs d'engrais, la Russie étant en tête du classement mondial ; les prix, qui étaient déjà élevés avant la guerre, ont augmenté. La pénurie d'engrais met en péril la production agricole mondiale, qui en dépend, si elle n'est pas anesthésiée.

Il y a des nations dans le monde qui, ayant su se diversifier ou du moins être hautement technologiques, ont bien fait face à la pandémie : l'Italie, par exemple, a de bons antécédents en matière de chaînes d'approvisionnement courtes et les a redécouvertes ces deux dernières années ; la Chine moderne, un pays complètement différent du passé, avec de nouvelles technologies et des investissements records, a travaillé pendant des années pour améliorer sa sécurité alimentaire, dépensant des dizaines de milliards de dollars au cours de la dernière décennie pour racheter de grandes entreprises de semences. Ces efforts semblent avoir adouci le coup porté à l'industrie alimentaire au plus fort de la pandémie.

Pour toutes ces raisons, la question de la souveraineté alimentaire est revenue sur le devant de la scène au cours des 24 derniers mois : des pays comme le Népal, le Mali, le Venezuela et bien d'autres ont déjà reconnu la souveraineté alimentaire comme un droit constitutionnel de leur peuple, car elle semble être la meilleure défense contre tout choc économique.

Push-article-pci-gaz-nat.jpg

Réduire nos empreintes énergétiques

La crise énergétique est la deuxième implication majeure, après le désastre humanitaire, du conflit en Ukraine. La géopolitique du pétrole au cours du siècle dernier nous a montré à maintes reprises à quel point cette ressource est sensible à la politique internationale. Surtout, la géopolitique du gaz naturel est devenue plus complexe, sur laquelle on a spéculé à des niveaux intolérables, dans la croyance que l'or bleu pouvait être compris comme une source de transition. Il ne faut pas oublier que la géopolitique du gaz avait déjà montré comment certains événements ne concernant pas le Moyen-Orient pouvaient briser et reconstruire des équilibres internationaux. Dans les années 2000, avec l'arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine en Russie, l'épreuve de force avec les oligarques du pétrole et du gaz s'est rapidement achevée, conduisant à la réalisation du contrôle de l'État sur d'autres sources d'énergie par le biais de Gazprom. Le président a promu un nouveau nationalisme, estimant que le gouvernement devait créer de grandes multinationales capables de rivaliser avec l'Occident. En 2001, il a changé l'équipe de direction de Gazprom, en 2003, il a fait arrêter le président du principal actionnaire de Yukos et en 2004, il a pris une autre direction, en augmentant la taxe à l'exportation sur le pétrole brut. Bien que la Russie ait reculé à la deuxième place en tant que propriétaire lointain de gaz, elle est restée le plus grand exportateur de gaz au cours de la dernière décennie, approvisionnant les pays d'Europe de l'Est et de l'Ouest atteints par les gazoducs de l'ère soviétique. Le transport est resté la véritable criticité du gaz naturel car il est sujet à des conflits géopolitiques : d'où les accusations répétées de l'Amérique et de l'Europe contre la Russie d'utiliser ses ressources pour retrouver une position de superpuissance. Des critiques confirmées ces derniers jours.

Il est clair que les événements de ces derniers jours viennent tragiquement heurter des décennies de choix énergétiques contre les projets que l'Europe et le monde entier avaient en matière de climat et d'utilisation des énergies renouvelables. L'Allemagne, pays en transition énergétique par excellence, mais aussi point chaud en raison des événements autour de Nord Stream 2, est le lieu où ces difficultés et contradictions se manifestent en premier. Environ 55% des importations de gaz de l'Allemagne proviennent de Russie, ainsi que 50% de la houille et environ 30% du pétrole. Alors que l'Allemagne dispose d'une réserve stratégique de pétrole, qui, selon la loi, doit durer 90 jours, il n'existe aucune exigence de ce type pour le gaz et le charbon. Ici, seules les entreprises elles-mêmes décident de leurs réserves. Il est désormais clair qu'il s'agissait d'une erreur stratégique et le ministère de l'Économie veut faire passer les changements juridiques le plus rapidement possible. L'Union européenne envisage de prendre des mesures pour renforcer sa sécurité énergétique alors que les sanctions de plus en plus sévères contre la Russie et l'escalade de la violence en Ukraine ont suscité des inquiétudes quant à l'approvisionnement pour l'hiver prochain.

L'Europe importe de Russie environ 40 % de son gaz, 35 % de son pétrole brut et plus de 40 % de son charbon. Alors que l'incertitude grandit quant à ces importations et que les réserves de gaz de l'UE tombent en dessous de 30 %, le bloc européen cherche des alternatives à l'énergie russe et planifie soigneusement l'hiver prochain. "La situation actuelle est tendue", a déclaré Kadri Simson, commissaire européen à l'énergie. Toutefois, les éminences grises européennes se veulent rassurantes quant à la fin de cet hiver et à l'été à venir. Cependant, la question de la souveraineté énergétique est une fois de plus étroitement liée aux questions de sécurité nationale, comme dans les années 1970, qui ne nous ont rien appris ou presque.

L'alimentation et l'énergie seront donc les deux directions dans lesquelles la mondialisation devra se remodeler. Le court et le moyen terme seront nécessaires pour faire face aux difficultés générées par la pandémie et aux résultats imprévus du conflit en Ukraine. Il s'agit d'un changement de rythme et de vision qui nous obligera à nous défaire des engagements internationaux antérieurs, des idéologies sclérosées et des politiques nationales à courte vue. L'arrière-cour va-t-elle se rétrécir au nom du froid et du ventre ?

Écrire un commentaire