Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 12 avril 2022

Reconquête ou esclavage

img-7-small580.jpg

Reconquête ou esclavage

Carlos X. Blanco

Source: http://elregionalismoastur.over-blog.es/2015/06/reconquista-o-esclavitud.html

Il est un fait établi que l'Espagne mauresque, al-Andalus, était une société esclavagiste. Son mode de production était, à bien des égards, proche de celui du "capitalisme", le capitalisme esclavagiste, qui était très développé par rapport aux structures agricoles rudimentaires des royaumes chrétiens. Al-Andalus était urbaine, les Asturies étaient rurales. En al-Andalus, il y avait des monnaies, c'est-à-dire que des pièces étaient frappées et que la monnaie circulait, ce qui n'était pas le cas dans le Royaume des Asturies. Cordoue, Tolède, Séville et de nombreuses autres villes mauresques étaient de véritables capitales urbaines. Oviedo, en revanche, n'était qu'un rêve, une prétention: devenir le nouveau Tolède. Mais Al-Andalus, si riche et avancée, était une société malade. Elle avait hérité des misères de l'esclavage romain et wisigothique, et les avait considérablement accrues. La pédérastie, la polygamie, le harem, le commerce de la traite des êtres humains, y compris les sementales et les eunuques, ont été institués. Les musulmans ont créé un État dominé par des groupes étrangers qui exerçaient une véritable oppression sur la population hispano-romaine. Les islamistes ont créé un système de taxation oppressive de la population indigène. La soif de richesse et d'esclaves et surtout d'esclaves sexuels était le véritable moteur de leur conquête et de leur domination des peuples d'Hispanie. Si Pelayo, les Asturiens et les Cantabres, ainsi qu'une minorité gothique, ne s'étaient pas soulevés, il est certain que cette péninsule, la plus "occidentale" d'Europe, serait - à l'heure actuelle - la région la plus "orientale" de notre continent.

al-andalus-livre-morera.jpg

L'esclavage honteux et déplorable que les chrétiens de l'époque moderne ont exercé sur les Noirs, en les emmenant aux Indes, a été précédé d'un esclavage moins connu et moins regretté. L'Islam a connu une intense activité de réduction en esclavage des Européens blancs (chrétiens et païens), un trafic et une exploitation qui ont commencé au 8ème siècle et n'ont cessé que bien après le 18ème siècle. Les Juifs, en des points stratégiques tels que Barcelone, ont fourni aux islamistes cette "chair humaine" en abondance. Tous les esclaves européens des islamistes étaient appelés "Slaves" car ils étaient les plus abondants de ce groupe ethnique (al-saqaliba, al-jurs). Il s'agissait d'Européens centraux, nordiques, germaniques ou slaves, qui étaient amenés par cordes dans l'Émirat ou le Califat d'Espagne et vendus aux enchères publiques pour être utilisés dans les harems, les armées, le service, l'administration et pour le plaisir. En raison de leur grande ressemblance physique avec eux, les habitants des régions septentrionales qui se sont rebellés contre le Cordoban, l'Astur, le Galicien, le Vascon, le Cantabrique, etc. ont également été appelés "Slaves", et ils devaient être nombreux, étant donné les fréquentes incursions musulmanes dans les terres du Nord. Ce fait reflété dans les chroniques suggère que la présence physique de nos ancêtres du nord était encore très différente de celle des habitants du sud et de l'est de l'Espagne, et beaucoup plus similaire à celle des Européens du centre et du nord, puisque les Andalous ont ensuite mis tous les esclaves blancs dans le même sac. Aujourd'hui, les différences entre les Espagnols ont été fortement réduites et nous sommes tous beaucoup plus semblables dans les différentes régions.

Dans les villes andalouses, les quartiers étaient formés par les esclaves et les descendants d'esclaves de Galice (Yilliqiya), des Asturies (Asturis) et de Navarre (Al-Busquns) (voir : Ahmed Tahiri, Las clases populares en al-Andalus, Editorial Sarriá, Málaga, 2003 ; p. 48). Sous l'Islam, les Juifs ont donné à Al-Andalus d'importants capitaux financiers et commerciaux. Les hommes d'affaires juifs, après avoir ouvert les portes de l'Hispanie aux envahisseurs maures, ont fait du commerce avec les blancs - péninsulaires ou ultra-pyrénéens - dans leurs deux modalités, en tant qu'eunuques et sémentales.

Les royaumes et comtés chrétiens du nord se sont battus, au début, pour leur simple survie. Vivre en liberté, ne pas tomber en captivité, se libérer du tribut onéreux, telles ont dû être les motivations initiales de la lutte armée de notre peuple pour ne pas tomber, une fois de plus, dans une nouvelle oppression. Si le royaume gothique était oppressif, la domination islamiste dans l'émirat et le califat l'était encore plus. Le pouvoir maure était une continuation - d'une certaine manière - de ces modes de domination économique antérieurs, mais avec le facteur aggravant de représenter une altérité culturelle et religieuse complète. Les "Maures" d'al-Andalus étaient en réalité une mosaïque ethnique, impossible à fusionner, avec une nette coexistence de ses peuples (berbères, muladi, baladi ou arabes, juifs, mozarabes, noirs). Ce n'est qu'en raison de la domination - toujours contestée - d'une minorité arabe qu'un tel conglomérat politique a trouvé une cohérence. Les oppresseurs romains et gothiques d'origine - propriétaires terriens, sénateurs, noblesse gothique - ont été rapidement islamisés afin de pouvoir continuer à exploiter leur peuple en compagnie des étrangers qui dominaient depuis 711. D'autre part, le nord de l'Espagne, chrétien ou non, s'est battu et repeuplé à la recherche d'espaces de liberté. Des conseils asturiens primitifs naîtraient les Cortes de León, la première monarchie "parlementaire" d'Europe. La politique de repeuplement des Asturies allait donner naissance aux conseils libres et aux paysans guerriers de Castille et León. La Reconquête était bien plus qu'une aventure de rois et de magnats. Il s'agissait d'une entreprise populaire dès le départ, une lutte acharnée pour éviter de tomber dans l'esclavage.

21:42 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, espagne, reconquête, reconquista | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire