Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 23 avril 2022

Israël, Biden et les élections de mi-mandat de 2022 

5P4BZKZ2TZEU7AKDPCHZCWBTQU.jpg

Israël, Biden et les élections de mi-mandat de 2022 

par German Gorraiz Lopez

Source: https://www.ideeazione.com/israele-biden-e-le-midterms-2022/

Les offensives militaires israëliennes successives contre Gaza et la Cisjordanie ont toujours été protégées par la "spirale du silence" des principaux médias mondiaux contrôlés par le lobby juif transnational, une théorie formulée par la politologue allemande Elisabeth Noelle-Neumann dans son livre The Spiral of Silence. Public Opinion: Our Social Skin (1977).

noelle-neumann.jpg

Cover-Spiral-of-Silence.jpg

Cette thèse symboliserait "la formule de superposition cognitive qui établit la censure par une accumulation délibérée et étouffante de messages à un seul signe", ce qui produirait un processus en spirale ou une boucle de rétroaction positive et la manipulation conséquente de l'opinion publique mondiale par le lobby juif transnational (droit d'Israël à se défendre).

Cependant, le caractère inéquitable de la punition infligée aux Palestiniens de Gaza, avec près de 300 morts, des centaines de blessés et la destruction des infrastructures de base à Gaza, entraînerait une répudiation internationale contre Netanyahou et la chute de Bibi devant l'AIPAC. Après quoi, le gouvernement de coalition dirigé par le centriste Yair Lapid et le droitier Naftali Bennett (Coalition Arc-en-ciel) s'est cristallisé. Cela représente le déclin politique du dernier empereur israélien, Netanyahou, après 12 ans au pouvoir mais suivant l'endémisme atavique de tous les gouvernements israéliens, l'actuel gouvernement Bennett poursuit sa campagne systématique de colonies illégales, dont l'avant-dernier épisode serait l'annonce de la création des nouvelles colonies d'Asif et de Matar dans le but avoué de "doubler la population du plateau du Golan" après avoir reçu les bénédictions des deux administrations Trump et Biden et aurait signé des alliances avec les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite pour former une entente contre l'Iran, pour laquelle il utilisera une fois de plus la dictature invisible de la peur du troisième holocauste.

L'Iran, la "bête noire" d'Israël

En 1978, Zbigniew Brzezinski déclarait dans un discours : "Un arc de crise s'étend le long des rives de l'océan Indien, les structures sociales et politiques fragiles d'une région d'importance vitale pour nous menacent de se fragmenter. La Turquie et l'Iran, les deux États les plus puissants du flanc sud, sont potentiellement vulnérables aux conflits ethniques internes, et si l'un ou l'autre était déstabilisé, les problèmes de la région deviendraient incontrôlables", ébauche d'une théorie qu'il a fini par dessiner dans son livre The Grand Chessboard. American supremacy and its geostrategic imperatives (1997), considéré comme la bible géostratégique de la Maison Blanche ainsi que la table de chevet de générations successives de géostratèges et de politologues.

L'Iran a acquis une dimension de puissance régionale grâce à la politique erratique des États-Unis en Irak, (le résultat de la myopie politique de l'administration Bush obsédée par l'Axe du Mal) éliminant ses rivaux idéologiques, les talibans sunnites radicaux et Saddam Hussein avec le vide de pouvoir qui en résulte dans la région, pour lequel il a réaffirmé son droit inaliénable à la nucléarisation, mais après l'élection de Hasan Rowhani comme nouveau président élu de l'Iran, un nouveau scénario et une nouvelle opportunité se sont ouverts pour la résolution du différend nucléaire entre les États-Unis, Israël et l'Iran, car un éventuel blocus du détroit d'Ormuz (par lequel passe un tiers du trafic énergétique mondial) pourrait aggraver la récession économique mondiale et affaiblir profondément l'ensemble du système politique international, ce qui obligerait les États-Unis à reconsidérer le rôle de l'Iran en tant que puissance régionale et arbitre potentiel dans le différend syrien.

Toutefois, après l'approbation par le Congrès et le Sénat américains d'une déclaration préparée par le sénateur républicain Lindsey Graham et le démocrate Robert Menéndez, qui affirme catégoriquement que "si Israël est contraint de se défendre et d'agir (contre l'Iran), les États-Unis seront à vos côtés pour vous soutenir militairement et diplomatiquement", nous assisterions à une pression accrue du lobby pro-israélien américain (AIPAC) pour procéder à la déstabilisation de l'Iran par des méthodes rapides.

Us-Iran-Stock.jpg

Ainsi, le Sénat américain a renouvelé à l'unanimité l'Iran Sanctions Act (ISA) jusqu'en 2026 et après que l'Iran ait lancé un nouveau missile balistique, Trump a augmenté les sanctions contre plusieurs entreprises iraniennes. liées aux missiles balistiques sans violer l'accord nucléaire signé entre le G+5 et l'Iran en 2015, connu sous le nom de Joint Comprehensive Plan of Action (JCPOA), un accord que l'administration Trump a abandonné.

Cet abandon a eu pour effet secondaire d'étrangler les exportations de pétrole brut de l'Iran et de le faire entrer dans l'orbite d'influence de la Chine, ainsi que d'augmenter son enrichissement d'uranium à 60 %, pour lequel Israël déplacerait ses pièces MOSSAD par le biais d'attaques médiatiques. et sélective pour déstabiliser le régime du Guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei à l'époque. Israël scellerait alors des alliances avec les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite pour former une entente contre l'Iran. Ainsi, Bennett considère l'Iran comme "le plus grand exportateur de terreur et de violation des droits de l'homme dans le monde alors qu'il continue à enrichir de l'uranium et dangereusement proche d'obtenir une bombe nucléaire". Et selon un rapport du portail Veterans Today, "Israël transfère des armes de défense aérienne, de l'artillerie à longue portée, des hélicoptères et des avions de combat F-15 à Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, en vue d'une guerre plus large contre l'Iran" (Operation Persia).

maxrmidtermesdefault.jpg

Biden et les élections de mi-mandat de 2022

La démocratie américaine est sui generis. Les Etats-Unis auraient comme pilier de leur système politique l'alternance successive au pouvoir des partis démocrate et républicain (tous deux engloutis par le lobby), avec Joe Biden comme nouvel outsider de l'AIPAC. Ainsi, la victoire surprise de Donald Trump sur Hillary Clinton a représenté Israël "perdant un ami précieux pour gagner un meilleur ami", Donald Trump, qui a établi le puzzle désarticulé du chaos qui s'est terminé par la victoire du candidat démocrate Joe Biden, qui a déclaré en 2007: "Je suis un sioniste. Il n'est pas nécessaire d'être juif pour être sioniste". Alors que les réserves stratégiques américaines n'ont jamais été aussi élevées et que l'industrie américaine du schiste ne parvient pas à décoller malgré la flambée des prix du pétrole, et qu'un défi croissant à l'hégémonie américaine est représenté par le géant chinois, cela pourrait obliger Joe Biden à utiliser une première attaque surprise d'Israël contre l'Iran pour déclencher une nouvelle guerre au Moyen-Orient avec le double objectif de drainer les sources d'énergie de la Chine et de diluer les stigmates de la division dans la société américaine.

L'attrition subie par Biden après le fiasco en Afghanistan, l'inflation galopante et l'entrée possible de l'économie en récession l'année prochaine après la guerre en Ukraine, pourraient conduire à une victoire républicaine aux élections de mi-mandat de 2022 qui anticiperait un retour triomphal de Trump aux élections présidentielles de 2024 et ce qui serait un paradigme de la récente victoire républicaine dans l'État de Virginie. Ainsi, après les fiascos de la Syrie, de la Libye et de l'Irak, l'Iran serait le nouvel appât du plan machiavélique esquissé par l'Alliance anglo-israëlienne en 1960 pour attirer à la fois la Russie et la Chine et provoquer un conflit régional majeur qui marquerait l'avenir de la zone dans les années à venir et qui serait un nouvel épisode local qui s'inscrirait dans le retour à l'endémie récurrente de la guerre froide américano-russe. Ce conflit pourrait impliquer les trois superpuissances (USA, Chine et Russie) comptant comme collaborateurs nécessaires les puissances régionales (Israël, Syrie, Egypte, Jordanie, Arabie Saoudite et Iran), couvrant l'espace géographique s'étendant de l'arc méditerranéen (Libye, Syrie et Liban) au Yémen et à la Somalie, avec l'Irak comme épicentre et rappelant la guerre du Vietnam avec Lyndon B. Johnson (1963-1969).

Écrire un commentaire