Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 24 avril 2022

Maurizio Murelli, éditeur de Douguine : "Voilà ce qui se cache derrière le conflit en Ukraine"

Report-Murelli.jpg

Maurizio Murelli, éditeur de Douguine : "Voilà ce qui se cache derrière le conflit en Ukraine"

Propos recueillis par Umberto Baccolo

Source: https://www.spraynews.it/post/maurizio-murelli-editore-di-dugin-ecco-cosa-c-%C3%A8-dietro-al-conflitto-in-ucraina?fbclid=IwAR3bLG15a2tRE_RNlg0NHY8oM4EZH7Nvz88psQF6NvhLZ5qntYwkEytwa1w

Maurizio Murelli est un homme qui a le courage de ses idées, aussi impopulaires soient-elles et quel que soit le prix à payer, et depuis les années 1980, il mène une bataille culturelle et politique pour les diffuser. Anti-libéral, anti-américain, il est issu de la droite radicale, un milieu dans lequel il jouit encore d'un grand crédit, mais qu'il a depuis longtemps abandonné pour d'autres rivages : en particulier, la Quatrième théorie politique d'Alexandre Douguine, le philosophe et politologue russe que Murelli invite à parler en Italie depuis le début des années 1990 et qu'il traduit et publie ici. Il l'a d'abord fait avec sa propre Società Editrice Barbarossa et le magazine associé Orion, et maintenant avec AGA Editrice, qui a pris leur place.

G-2.jpg

Murelli, comme Douguine, est l'un des rares intellectuels qui, dans ce conflit en Ukraine, se range ouvertement du côté des Russes, sans demi-mesure ni circonlocutions verbales. Dans cette longue interview, il explique en détail pourquoi, racontant ce qu'il n'a pas eu le temps d'expliquer complètement lorsqu'il était récemment invité à la télévision en prime time sur Rete4. Si, après avoir lu l'interview, vous êtes curieux de connaître sa figure atypique, je vous renvoie au film documentaire "Maurizio Murelli - Non siamo caduti d'autunno", que j'ai réalisé en 2020 et qui peut être visionné gratuitement sur YouTube, une chaîne où il a enregistré un certain nombre de visites.

9788898809516_0_536_0_75.jpg

Dans votre analyse très suivie sur Facebook, vous expliquez que la vraie guerre n'est pas celle de l'Ukraine, car elle n'est qu'un front dans un affrontement plus vaste. Pouvez-vous expliquer ce que vous entendez par là et quels sont les véritables éléments en jeu ?

L'Ukraine est un champ de bataille de la Grande Guerre mondiale à laquelle les États-Unis ont donné un nouvel élan et une accélération dans les années 1990 afin d'imposer leur ordre mondial au monde, se concevant, depuis leur naissance, comme la véritable Jérusalem terrestre, leur peuple comme le véritable "peuple élu" dont la mission messianique est de racheter toute l'humanité. Cette vision qui est la leur est bien expliquée par John Kleeves dans le livre "A Dangerous Country" qu'en tant qu'éditeur j'ai publié pour la première fois en 1998 et ai réédité chez AGA Editrice en 2017. Pour être plus précis, la Grande Guerre mondiale pour la conquête du monde a commencé bien avant les années 1990, lorsque - faisant passer la doctrine Monroe d'une échelle continentale à une échelle mondiale - ils sont intervenus en Europe pendant la Première Guerre mondiale, ce qui a permis aux États-Unis d'être décisifs dans la rédaction du traité de Versailles avec lequel ils ont élaboré une première ébauche du nouvel ordre mondial redessinant, de mèche avec les Britanniques, la géographie de l'Europe et aussi de l'Afrique. Ils ont franchi une nouvelle étape avec la Seconde Guerre mondiale, dans laquelle ils sont intervenus via le Pacifique. À cette époque, leur principal intérêt était d'établir leur propre domination dans la zone Pacifique en désintégrant le Japon. La dynamique liée au jeu des alliances a amené les États-Unis sur le théâtre de guerre européen qu'ils ont colonisé à la fin de la guerre. Et voici le Pacte deYalta, qui constitue pour les États-Unis une sorte d'"image fixe" dans leur progression vers l'établissement de leur propre domination mondiale. Les États-Unis se sont retrouvés libérés du pacte de Yalta à la fin des années 1980 avec l'implosion de l'URSS et après avoir réduit le Panama, qui voulait nationaliser le canal, à une peau de chagrin en arrêtant et traînant le président Noriega enchaîné dans sa propre prison ; ils ont commencé leurs guerres au Moyen-Orient, d'abord en parrainant la guerre contre l'Iran, puis en intervenant directement en Irak, puis en Syrie, en Somalie, en Libye et même en Europe contre la Serbie. Tous ces États étaient, avant les années 1990, alliés ou sous le parapluie protecteur de l'URSS. Ils ont promu la guerre de vingt ans contre l'Afghanistan tandis que, par diverses flatteries, ils ont incorporé dans l'OTAN - la feuille de vigne de l'armée américaine - plus ou moins tous les pays de l'ancien Pacte de Varsovie. L'Ukraine est restée à l'extérieur. Par le biais de diverses "révolutions colorées", ils ont tenté de miner de l'intérieur tous les autres États qui n'avaient pas encore été subjugués, jusqu'au coup d'État de Maidan en Ukraine. Il faudrait être myope ou de mauvaise foi, mais il faudrait aussi être un idiot cognitif, pour ne pas voir le schéma global de cette guerre mondiale, asymétrique et menée aussi avec des armes commerciales et des sanctions, souvent contre les Etats les plus faibles, comme ceux d'Afrique, où les Américains se présentent avec le Colt et le chéquier, pour les soumettre, d'une manière ou d'une autre, à leur propre domination. C'est dans ce cadre, certainement décliné en complot par les pontes, que je soutiens que l'Ukraine n'est qu'un des nombreux champs de bataille de la grande guerre biséculaire.    

copertina-36-600x765.jpg

Vous avez longtemps pris vos distances avec la zone dite de la droite radicale, mais il est intéressant de noter que, tout comme dans la gauche radicale, cette situation a produit la plus violente fracture interne depuis longtemps. À votre avis, quelle en est la raison, car cette même crise russo-ukrainienne a créé des divisions aussi nettes et féroces entre les héritiers des idéologies du 20e siècle ?

Tant la "droite radicale" que la "gauche radicale" ne sont que les déchets des orthodoxies idéologiques de la première moitié du 20e siècle, des résidus humains qui vivent depuis des décennies sur des malentendus et des illusions. Tant la "droite" que la "gauche" ne sont pas les antagonistes du libéralisme, mais en sont l'expression directe. Ils sont progressivement conquis et enivrés par les valeurs libérales et à la fin, rayés de la carte, ils rivalisent entre eux pour être plus libéraux que les libéraux déclarés. La gauche vit un véritable psychodrame. La Russie, berceau du communisme inversé, a brisé la propre certitude centrée sur l'inéluctabilité du cours historique tel que conçu par la gauche. Dans leur album de famille, il y a l'oncle Lénine qui est renié et reste seul comme une momie emblématique sur la Place Rouge. Pour eux, il était inéluctable que le Quatrième État, celui du prolétariat, batte le Troisième État, celui de la bourgeoisie et du capitalisme. C'est le contraire qui s'est produit. Pour l'essentiel, l'aile gauche a d'abord répudié le communisme, puis a recherché de nouvelles échelles de valeurs progressistes, toutes raffinées et essentiellement individualistes. Au point que si vous mettez une centaine de gauchistes devant vous, il n'y en a pas deux qui puissent se superposer, c'est-à-dire qu'ils auraient la même idée de comment être de gauche. Et en fait, ils sont tous en conflit les uns avec les autres pour revendiquer l'authentique "forme de la gauche". Mais je dois m'arrêter ici, car toute la question serait trop longue à expliquer. Les événements en cours en Ukraine obligent la "droite" et la "gauche" à prendre parti, tout en restant discrets sur la question. Et si la "droite" et donc les divers néo-fascismes s'enlisent sur un terrain romantique en étant fascinés par les runes et les croix gammées dextrogyres, la gauche, et même ceux qui se sont déclarés communistes, deviennent des serviteurs objectifs de l'impérialisme atlantiste qu'ils ne reconnaissent pas comme tel, tandis qu'en définissant la Fédération de Russie comme un empire, ils ne l'acceptent pas comme tel. Il y a aussi une sorte de ressentiment irrépressible envers la Russie pour la façon dont elle est passée du communisme à autre chose. Et ils sont fascinés par l'idée de résistance et autres bêtises du genre. Je salue avec un énorme plaisir cette désintégration idéologique de la droite et de la gauche, du communisme et du fascisme. Le champ des malentendus est en train d'être nettoyé. Je suis heureux de les voir se tenir côte à côte sur le même front pour défendre les valeurs libérales, l'atlantisme et l'impérialisme atlantique. En restant sur cette position, ils débarrassent le champ des cadavres idéologiques en faveur de ceux qui se sont depuis longtemps libérés des malentendus, en faveur de ceux qui adoptent aujourd'hui une véritable position révolutionnaire et donc une fonction antilibérale.

www.mondadoristore.it.jpg

Pour en revenir à la question précédente, j'ai l'impression que beaucoup de gens, à commencer par Poutine lui-même et même Douguine qui parle de nazis et de dénazification, ont tendance à vouloir adapter cette situation à un affrontement entre les anciennes idéologies, où l'on ne sait plus très bien qui sont les nazis et qui sont les communistes. Je pense que cette façon de voir les choses est vieille et inefficace, cependant, que ce qui est en jeu n'est pas le fascisme et le communisme, qu'en pensez-vous ?

Tout d'abord, il faut partir du fait que les terminologies, et donc les langues, utilisées en Occident et celles utilisées en Orient, ce qui vaut également pour la Chine, l'Inde, etc., ne sont pas superposables car elles sont différentes. Pour les détenteurs du pouvoir, les terminologies doivent agir sur ce qu'on appelle l'imaginaire collectif, et les imaginaires en Orient sont différents de ceux qui circulent en Occident. Dans l'imaginaire collectif russe, le nazisme est l'idéologie qui a tenté d'anéantir l'identité russe et qui a fait 26 millions de victimes russes. La Seconde Guerre mondiale se décline en guerre patriotique, c'est-à-dire en guerre pour la défense de l'identité russe que les nazis voulaient nier. Ainsi, en se mettant au service de l'atlantisme, les Ukrainiens ont en fait sublimé les nazis en niant l'identité russe. Il faut garder à l'esprit que non seulement il y a eu huit ans de guerre dans le Donbass pour éradiquer les russophones et les russophiles, mais que durant ces mêmes huit années, il y a eu une répression meurtrière à l'intérieur de l'Ukraine, qui a pris la forme d'une persécution de la culture russe, d'une interdiction de l'utilisation de la langue russe, de la mise hors la loi des partis russophones et d'une série d'assassinats ciblés, de persécutions physiques et d'emprisonnements, des faits dont personne ne parle mais qui sont pourtant bien documentés. Poutine voit dans tout cela une action nazie. Personnellement, je pense que l'adoption par Poutine du concept de "dénazification" a également une valeur tactique: il voulait anticiper l'utilisation de l'épithète "nazi" à son encontre, car c'est ce que fait l'Occident lorsqu'il veut objectiver comme un mal absolu ceux qui sont ses ennemis; il l'a également fait avec Saddam, Assad, Milosevic, etc. Quant à Douguine, il sait très bien que le nazisme en circulation aujourd'hui n'a rien à voir avec le nazisme historique (quoi qu'on pense du nazisme) et l'identifie comme un néo-produit du libéralisme, un faux nazisme créé en "laboratoire" par ceux qui n'ont aucun problème à l'exploiter de diverses manières, selon leur convenance, en la désignant comme un danger dans certains contextes, à d'autres moments, dans d'autres contextes - comme dans le cas de l'Ukraine ou, pour ne citer qu'un exemple, comme au Chili dans les années 1970 - comme quelque chose de bénéfique. Selon Aleksandr Douguine, donc, le nazisme, le fascisme et le communisme étaient une réponse au libéralisme tout au long de la Modernité. Sa position nous place au-delà de la post-modernité (celle dans laquelle nous vivons aujourd'hui) et de la modernité, celle dans laquelle nous vivons hier, et se situe précisément dans la pré-modernité, c'est-à-dire dans le monde de la Tradition. Par conséquent, en ce sens, il est anti-nazi. Il faut également admettre que la remise en jeu du nazisme par Poutine est l'une des causes du court-circuit déterminé dans la "droite" et la "gauche" et que, par conséquent, dans la perspective de leur désintégration, il s'agissait d'une remise en jeu efficace et bénéfique".

9788898809615.jpg

D'autre part, en parlant du monde de l'information, vous dénoncez - en apportant beaucoup de vidéos et de témoignages et de preuves à l'appui - que les médias sont très partiaux et ne font que de la propagande, nous abreuvant de beaucoup de mensonges, afin de pousser les gens à accepter les conséquences économiques d'une crise avec les Russes, en les mettant en exergue et en exaltant les Ukrainiens. Cependant, une chose doit être dite: dans nos talk-shows et nos journaux, une large place est accordée à ceux qui théorisent que les Ukrainiens doivent se rendre, que nous ne devons pas intervenir, et que Poutine a ses nombreuses bonnes raisons: outre les divers Orsini et Canfora, intellectuels de gauche respectés, et l'ANPI de Pagliarulo, nous avons même trouvé beaucoup de place pour Douguine et aussi pour vous, des figures souvent diabolisées... Comment voyez-vous cela ? S'agit-il d'une question de respect du pluralisme ou d'autre chose ?

Il y a un cas d'école que personne ne mentionne. En 1990, une femme s'est présentée au Congrès américain en tant qu'infirmière réfugiée du Koweït, racontant des horreurs indicibles commises par les troupes irakiennes, telles que des enfants jetés sur des baïonnettes, des viols et des massacres généralisés, un récit qui a été immédiatement soutenu même par Amnesty International, ainsi que par tous les médias occidentaux. Le témoignage de l'infirmière autoproclamée a déclenché l'indignation qui a conduit à l'opération "Tempête du désert", la première guerre du Golfe en Irak.

Cependant, le témoignage de l'infirmière Nayirah était un mensonge colossal, à commencer par le nom avec lequel elle s'est présentée. Son vrai nom était, en fait, Saud al Sabath, et elle n'était ni une réfugiée ni une infirmière pauvre, mais la très riche fille de l'ambassadeur du Koweït aux États-Unis. Il a fallu attendre 1992 pour découvrir la vérité révélée par le New York Times, qui a également documenté la façon dont le canular a été conçu par une agence de publicité, Hill & Knowlton (le lavage de conscience médiatique posthume typique: jamais la dénonciation du bobard n'a lieu alors que le mensonge est flagrant). Ce faux témoignage repris sans critique par les médias occidentaux a servi à galvaniser et à pousser les masses à donner leur consentement à la guerre d'invasion de l'Irak. Une "petite guerre" qui a coûté la vie à 100.000 Irakiens, dont 2300 civils. Plus célèbre est le canular utilisé comme casus belli pour la deuxième guerre du Golfe, l'exposition par Colin Powell à l'ONU de la fameuse fiole qui, selon le général qui s'était recyclé dans la politique, contenait suffisamment d'anthrax pour exterminer la population d'une grande ville. Cet autre canular, qui, comme le premier, a galvanisé les Occidentaux, a coûté une "petite guerre" qui a duré huit ans et fait 63.000 victimes civiles plus environ 8.000 militaires. C'est plus ou moins le même schéma qui est utilisé en Ukraine, avec une méthode beaucoup plus harcelante, la quasi-totalité des soi-disant correspondants de guerre se faisant passer pour des témoins oculaires et se laissant mener par les milices ukrainiennes qui leur montrent ce qu'ils veulent voir et leur disent ce qui leur convient le mieux. Si l'un de ces correspondants essayait de dire aux Ukrainiens quelque chose qu'ils n'aiment pas, nous verrions combien de minutes il lui faudrait pour recevoir un ordre de quitter le territoire. Il y a trois ou quatre correspondants de guerre occidentaux sur le front russe. Il faut aller sur les télévisions russes, chinoises, arabes, indiennes et africaines, ainsi que sur les chaînes Telegram pour voir une réalité totalement différente. J'ai archivé une centaine de films du front russe, réalisés par des journalistes indépendants, dont aucun ne sera jamais diffusé à la télévision grand public. "Une large place est accordée dans les talk-shows à ceux qui avancent des points de vue opposés à ceux des pro-Ukraine" dites-vous ? Je suis plus ou moins tous ces talk-shows où ceux qui s'expriment contre le récit atlantiste sont mis devant une sorte de peloton d'exécution; des duels à un contre dix, où l'animateur interrompt avec ses remarques souvent déplacées afin de frustrer le récit du dissident, puis, fatalement, diffuse les publicités quand il a l'intention de faire taire le récit qui est désagréable pour lui. Au fait, si, au moment de la soi-disant urgence sanitaire pandémique, quiconque passait à la télévision et s'écartait du récit de Speranza & C. devait faire précéder sa déclaration de: "Je suis vacciné et sur-vacciné mais, en ce qui concerne.... Je ne suis pas d'accord", ici chacun doit d'abord faire profession d'amour inconditionnel pour l'atlantisme, dire que la Russie est un envahisseur et l'Ukraine une victime, que Poutine est un monstre, etc. Bien sûr, ils doivent soutenir qu'en Italie il y a une information pluraliste et pour cette raison ils donnent un peu d'espace à ceux qui ont des positions légèrement différentes. Sauf à les massacrer et à les obliger à s'exprimer entre un film horrible et larmoyant et un autre. Chaque jour, je reçois des demandes pour passer à la télévision ou pour favoriser la présence de Douguine. Je n'ai accepté qu'une seule fois, et Aleksandr Douguine que je protège, en dictant les conditions de l'émission. Quand ils n'acceptent pas et sont intelligents, malgré les supplications, Douguine ne passe pas à la télévision. Laissez-les faire leur propre petit théâtre.   

9788898809554.jpg

Enfin, vous êtes doué pour faire des prédictions. Selon vous, quelles seront les conséquences à court, moyen et long terme de ce conflit pour l'Italie ? Et comment pensez-vous que le conflit va se poursuivre ?

Pour l'Italie, à court et moyen terme, elles seront catastrophiques. Ce n'est pas moi qui le dis, mais divers analystes universitaires du domaine économico-financier, sans exclure ceux de la Confindustria, qui le disent. Il est prévu qu'aux alentours de juin-juillet, 570.000 travailleurs seront licenciés et mis à pied, et que 26.000 entreprises fermeront. Il y aura une pénurie de tous les métaux et "terres rares" nécessaires au fonctionnement de certaines entreprises, des engrais, de la farine pour les pâtes et le pain, etc. L'inflation (qui pour un citoyen devient une surcharge) devrait atteindre 8%. Pour se passer du gaz russe que nous allons quémander en Afrique dans des pays qui sont tout sauf stables, nous devrons payer au moins trois fois plus... et de toute façon nous ne pourrons jamais remplacer les 29 milliards de mètres cubes de gaz que nous prenons en Russie, quoi qu'en dise le trio Conte-Cingolani-Di Maio. Avec les sanctions, nous allons détruire des milliers d'entreprises italiennes qui font du commerce avec la Russie, nous allons perdre les revenus du tourisme russe..... À long terme, ce sera encore pire. Nous entrerons en récession avec les autres pays européens. En dernière analyse, il s'agit d'une guerre américaine contre l'Europe, que les Américains ont forcée à se priver du poumon primaire russe et, en perspective, du poumon secondaire chinois. Compte tenu de ce scénario, il est facile de comprendre l'action meurtrière consistant à évoquer la monstruosité russe. Les citoyens doivent être convaincus que la Russie est objectivement responsable de la misère à laquelle ils devront faire face. Cependant, la Russie s'en sortira bien, bloquant avec la Chine cette partie du monde où il y a plus de trois milliards de nouveaux consommateurs potentiels, où il y a ceux qui aspirent à passer de la bicyclette à la moto et ceux qui aspirent à passer de la moto à la voiture. Un marché énorme.

9788898809592.jpg

Dernière chose : les erreurs de notre gouvernement. À votre avis, quels étaient les plus graves et comment le gouvernement aurait-il dû agir dans ces cas-là pour protéger les intérêts des citoyens ?

Nous n'avons pas de gouvernants. Nous avons des serveurs, des serviteurs inconscients qui ne veulent que faire plaisir à leurs maîtres d'outre-mer. Draghi, d'ailleurs, bien soutenu à la fois par la coalition qui le soutient et par la pseudo-opposition de Meloni, est parmi les serviteurs imbéciles des USA, le faucon, celui qui a suggéré, par exemple, de stériliser la banque centrale russe. Cette masse de serviteurs du gouvernement est incapable de protéger les intérêts des citoyens. J'espère que, le moment venu, ils ne resteront pas impunis et qu'ils seront appelés à rendre compte du désastre qu'ils ont préparé. Une chose me console: historiquement, l'Italie est sortie d'un conflit en tant qu'alliée de ceux qui étaient ses ennemis au début du conflit, et ceux avec qui elle est entrée en conflit sont sortis de ce même conflit en tant que perdants. Je ne suis pas de ceux qui croient en la vertu théologique chrétienne de l'"espérance", mais faisant une exception pour une fois, j'espère et donc je souhaite que d'une certaine manière, à la fin de cette phase de la Grande Guerre, les alliés actuels de l'Italie sortent vaincus et que d'une certaine manière l'Italie se retrouve au moins réconciliée avec la Russie, un pays avec lequel nous avons de grandes affinités électives, artistiques, culturelles, métaphysiques, par opposition à ce que nous partageons avec l'Empire du Mal, les États-Unis, qui nous accable de valeurs décadentes. Tôt ou tard, quelqu'un devra se demander pourquoi aux Etats-Unis, tous les deux jours, un psychopathe entre dans une école, un supermarché, un bâtiment administratif et tue comme si de rien n'était. Une nation de psychopathes qui nous contamine depuis des décennies et avec laquelle, en tant que vrais Européens, nous n'avons rien à faire. Entre autres choses, ils sont comme un arbre sans racines qui a grandi en se nourrissant du massacre et du meurtre de peuples, à commencer par les Amérindiens. L'Europe a de nombreuses racines et si certaines se sont taries, d'autres fonctionnent encore. C'est la nourriture qui monte à l'arbre à partir de ces racines qui rachètera l'Europe et la réconciliera avec sa composante géopolitique à l'Est.

Par Umberto Baccolo.

Écrire un commentaire