Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 21 mai 2022

Préparatifs pour un nouveau monde : à propos de la "transformation structurelle" de l'économie russe

illustration-national-flags-usa-russia-china-metal-flagpole.jpg

Préparatifs pour un nouveau monde : à propos de la "transformation structurelle" de l'économie russe

par Alessandro Visalli

Source : https://www.ariannaeditrice.it/articoli/preparativi-di-un-nuovo-mondo-circa-la-trasformazione-strutturale-dell-economia-russa

Giovanni Arrighi décrit le revirement des années 1980, dont les porte-drapeaux étaient Ronald Reagan aux États-Unis et Margaret Thatcher en Grande-Bretagne, qui a re-discipliné les travailleurs occidentaux (dont le revenu réel stagne depuis lors [1]) et a été l'effet d'une longue chaîne de causes et de conséquences dont le point central est la décolonisation, dans le contexte de la lutte hégémonique entre l'Est et l'Ouest. La crise des profits et de la compétitivité des biens occidentaux, déclenchée par la modification des termes de l'échange, notamment de certains produits clés (principalement l'énergie), a ensuite entraîné un déséquilibre fondamental de la balance des paiements et de la fiscalité. Ce déséquilibre a été aggravé par les politiques de compensation, visant à sauver le grand capital tout en essayant de préserver la paix sociale, qui se sont accumulées tout au long des années 1960 et 1970, pour finalement atteindre un point de rupture. Puis, avec la dévaluation du dollar (et de la livre sterling) en 1969-73 et la rupture de la parité avec l'or en 1971, un jeu de passe-droit mutuel entre alliés s'est mis en place. Un jeu pour savoir qui finirait par payer pour la crise. C'était notre tour.

Pour éviter la destruction du capital, ils se sont réfugiés dans leur "quartier général", c'est-à-dire les marchés financiers, en essayant de multiplier leurs profits sans passer par la production. Mais, comme l'écrit Arrighi dans Adam Smith à Pékin, de cette façon, en fin de compte, "les États-Unis sont passés du rôle de principale source de liquidités et d'investissements directs étrangers du monde qu'ils avaient joué pendant les années 1950 et 1960, à celui de principale nation débitrice et de puits de liquidités qu'ils n'ont pas abandonné depuis les années 1980" [2]. Ils ont ainsi obtenu les résultats de la fin du millénaire : la défaite de l'URSS et la disciplination du Sud. Les marges de production ont été recréées par la destruction et l'incorporation subalterne de l'industrie du bloc soviétique, qui était en concurrence sur les marchés du Sud ; puis par la récession et l'élargissement des chaînes de production pour occuper l'espace qui s'était ouvert ; enfin, ces événements ont liquidé l'État providence et reconstitué l'armée de réserve industrielle ; les crises financières et de la dette qui se sont répétées tout au long des années 1980 et 1990 ont créé l'espace pour imposer l'ouverture des marchés au capital spéculatif et industriel [3]. Certains ont appelé ce modèle, qui se creuse constamment sous ses propres fondations, la "Grande Modération" [4].

2007_Giovanni_Arrighi_lecture_in_South_Africa.jpg

A15yHzpkzJL.jpg

Ce qui s'est passé dans ce tournant des années, et qui a finalement produit le bouleversement des années 1980-1990, a révolutionné l'ensemble de la société. La direction et la qualité de la consommation ont changé, passant d'un arrangement qui était tiré par la consommation de masse à un arrangement tiré par la consommation "distinctive". L'hégémonie de la classe sociale "aisée", qui exhibe sa consommation en en faisant un élément de son prestige, de sa légitimité à diriger et de sa propre qualité morale, a pris le relais de la précédente semi-hégémonie "populaire". Le procédé a trouvé ses chantres et ses détracteurs [5], mais il était pratiquement irrésistible. Il s'agissait d'une nouvelle Belle Époque basée sur un mécanisme qui, à la base, était sous-tendu par une anticipation continue de l'avenir, c'est-à-dire par une expansion constante des structures financières et donc de la dette, et qui, selon Arrighi, aurait pu conduire à long terme à un "nouvel effondrement systémique" (et en fait beaucoup plus proche, puisque Adam Smith à Pékin est sorti de presse en 2007). En bref, un modèle a été affirmé dans lequel la réduction de la concurrence dominait grâce à l'extension des relations client-fournisseur "captives", fondées sur l'association de monopoles et de monopoles, et l'interconnexion internationale pour échapper aux régimes réglementaires ou les arbitrer [6]. Il s'agit du modèle Walmart des années 1990, sur la base duquel, généralisé, le modèle de la "gig economy" [7] et d'"Amazon" [8] s'imposera dans le nouveau millénaire. Et un renversement complet de la façon dont la société est régulée.

Tout cela touche à sa fin et reste désormais à l'état de fantôme.

Mais, bien sûr, ce qui se passera dans les mois et surtout les années à venir ne peut être que conjecturé. Pour développer ces conjectures, commençons par une interprétation: l'accumulation de capital, dont dépend très étroitement la stabilité politique (à la fois "en haut", en tant que consentement des classes dirigeantes, et "en bas", en tant qu'accès aux ressources des classes subalternes via le travail) dans notre système, est étroitement liée à l'exploitation des dissemblances que le système cultive. Ou, pour le dire autrement, le mouvement du capitalisme génère toujours une dialectique spatiale qui est liée de manière interne à la lutte des classes. Le jeu consiste à toujours chercher de nouveaux débouchés exploitables pour les surplus de capital et de travail qui sont continuellement générés, sans les redistribuer. Pour que les nouveaux débouchés donnent lieu au processus complet d'exploitation du capital (investissement-production-réalisation), une certaine stabilité et, en même temps, un certain contrôle de la part de l'investisseur doivent être présents au moins jusqu'à l'achèvement du cycle de production-réalisation. Lorsque le capital investi traque les opportunités d'investissement en dehors de sa propre zone de contrôle, il doit d'abord l'étendre d'une manière ou d'une autre. C'est ainsi que sont déterminées les formes de dépendance, même réciproques (en fait, toujours réciproques).

91nJsBsRd5L.jpg

Si l'on se place du point de vue des processus dits de "développement" (c'est-à-dire de la croissance des dotations matérielles et immatérielles, de leur capacité à travailler ensemble et à générer une plus grande efficacité totale des facteurs de production [9]), il faut reconnaître que ceux-ci ne sont pas auto-équilibrés et qu'ils ne dépendent pas essentiellement du simple fait des investissements ou de la disponibilité des technologies [10]. Au contraire, lorsque les investissements sont déséquilibrés par rapport aux caractéristiques de la situation locale, ils provoquent plus souvent la fragilité et la dépendance, notamment lorsqu'ils sont proportionnés aux marchés étrangers ou contrôlés par des centres de pouvoir étrangers [11]. La dynamique d'investissement entraîne souvent une concentration des ressources dans quelques localités émergentes et des "effets de reflux" (positifs, en termes de revenus, ou négatifs, en termes d'épuisement) depuis celles d'origine. Généralement selon une dynamique causale circulaire et cumulative.

L'instabilité potentielle que ces dynamiques complexes génèrent, déterminée par la fluidité du capital (une caractéristique intrinsèque du capital et historiquement entravée par le pouvoir étatique), est tenue en échec par divers mécanismes d'absorption et d'utilisation des surplus et, surtout, par l'organisation internationale et la hiérarchie des nations. C'est-à-dire par un réseau complexe de relations d'exploitation, également créé par le contrôle du capital excédentaire, de son emploi et de sa rémunération. La création et l'exploitation des écarts sont donc une caractéristique inéluctable du capitalisme [12]. Des écarts qui peuvent certes être lus comme caractéristiques d'une stratification fonctionnelle interne aux différents pays, mais aussi de l'exploitation d'un territoire sur un autre.

Ce qu'il faut faire, par conséquent, pour dominer l'instabilité intrinsèque du capitalisme, c'est, du côté des puissances qui entendent dominer leur propre destin, de projeter leur capital, leur technologie et leurs normes, ainsi que leur main-d'œuvre à tous les niveaux (en particulier au plus haut niveau, c'est-à-dire au niveau des cadres), dans des zones contrôlables, dans lesquelles il existe des lacunes et des ressources à mettre "au travail" afin de créer des formes de développement dépendant. Des formes de développement, c'est-à-dire capables de consolider les économies subalternes qui sont empêchées par la domination politique d'activer des mécanismes causaux cumulatifs qui pourraient un jour revenir en tant que concurrents (lorsque cela échoue, par exemple les États-Unis par rapport à la domination britannique, ou l'Allemagne et le Japon par rapport à la domination américaine, il y a une transition hégémonique ou son risque). Un développement dans lequel les bénéfices, en d'autres termes, sont appropriés et transférés (également grâce à des termes de l'échange appropriés [13], plus ou moins imposés) et empêchés de se transformer en capital local.

C'est la géopolitique du capitalisme.

C'est donc l'enjeu du Grand Jeu Triangulaire qui se joue entre les Etats-Unis (mais aussi sa fidèle vassale l'Europe), la Russie et la Chine. La troisième a longtemps été cultivée comme une zone d'investissement pour les surplus de production occidentaux, principalement américains, et les capitaux à la recherche de rendement. Mais la Russie est également un terrain de chasse depuis les années 1990. Cependant, les choses ne se sont pas passées comme l'Occident l'aurait souhaité, car le circuit de l'exploitation et du contrôle, c'est-à-dire le cercle de la dépendance, ne s'est jamais fermé complètement. Les économies russe et chinoise ne sont pas devenues subalternes, et les quelques agents qui ont transmis le contrôle par le biais de leur propre relation avec l'Occident ("entrepreneurs" ou "oligarques", comme on les appelle habituellement) ont, ces dernières années, été ramenés sous le contrôle de la logique étatique, souvent par des moyens peu glorieux. C'est en cela que réside, à y regarder de plus près, l'accusation de "totalitarisme" portée par les libéraux (un régime qui ne laisse pas les entrepreneurs libres est toujours "totalitaire", pas un régime qui asservit les citoyens mais dans lequel le capital circule librement et fait ce qu'il veut, le "paradoxe de l'Arabie saoudite" trouve ici son sens rationnel). Comme c'est souvent le cas, une formule ne semble irrationnelle ou contradictoire que parce qu'elle laisse ses hypothèses implicites, et la formule libérale a pour hypothèse indéfectible que c'est le capital, et pour lui son propriétaire, qui est "libre".

Face à cette faute inexcusable se déplace toute la machine de destruction de l'Occident. La plus formidable que l'humanité ait jamais vue. Une destruction idéologique, morale, culturelle et, bien sûr, matérielle. L'objectif est simple et nécessaire, il s'agit de forcer l'économie des pays déraisonnablement "fermés" à laisser le contrôle interne des investissements être complètement abandonné, à ce que les termes de l'échange soient choisis "par les marchés" (c'est-à-dire que les matières premières soient vendues au prix choisi par l'acheteur et dans la devise qu'il préfère). C'est tout. Bien sûr aussi que les meilleures ressources intellectuelles continuent d'aller dans les universités occidentales, de travailler pour les entreprises occidentales, et que les plus simples et les plus abondantes émigrent au service. Pour cela, il est également nécessaire de briser l'esprit, de montrer qu'ils doivent être heureux d'apprendre du phare de l'humanité comment être dans le monde. Heureux et admiratif d'apprendre la démocratie, la justice, le bien et la vraie vie auprès des maîtres.

header.png

C'est ce qui se passe aujourd'hui. C'est pourquoi, à maintes reprises, le Kremlin nous avertit qu'un monde sans la Russie ne vaudra pas la peine d'exister et que, s'ils y sont contraints, ils le détruiront. C'est certainement emphatique, mais ce que l'Occident collectif veut, c'est effectivement leur mort. La mort en tant que nation et en tant que civilisation, et l'occupation en tant que zone économique, la servitude pour ses habitants. Il ne peut y avoir de souveraineté sans indépendance économique et, d'autre part, il ne peut y avoir de processus d'accumulation stable sans contrôle des espaces inégaux.

Ce qui se passe aux confins de la Russie est donc le siège nécessaire, du point de vue américain, pour contrôler le grand espace russe : le menacer et le forcer à s'ouvrir, lui imposer le choix des clients et des destinations de ses produits (et donc le prix) ; restreindre et dominer sa monnaie et ses entrepreneurs ; enfin, le plonger dans une crise économique, sociale et politique. L'éliminer en tant que grande puissance.

La même chose arrivera, arrive déjà, à la Chine.

Nous savons comment la Russie a répondu militairement à ce défi existentiel, certainement de manière cynique et peut-être imprudente. La façon dont elle a réagi au niveau de la lutte monétaire (une grande partie du défi), nous l'avons également vu dans l'extension des accords "goods-to-ruble" jusqu'à présent réussis [14]. À long terme, cette contre-offensive a le potentiel d'acculer le dollar et, avec lui, la domination américaine.

Mais à moyen terme, l'économie russe a un problème de rétrécissement des débouchés du commerce extérieur. Cela touche un pays apparemment sain, constamment en excédent commercial (avec 45 milliards d'exportations historiques et 24 milliards d'importations), avec des investissements étrangers positifs (à hauteur de 12 milliards) et très peu de dette extérieure (0,4 milliard), un PIB de 1,4 trillion, un taux d'emploi de 71% et un chômage de 4%. Mais c'est aussi un pays aux différences géographiques énormes, gigantesque et avec des zones très pauvres, un revenu moyen par habitant très bas et une population de 145 millions de personnes, donc fortement dépeuplée dans la partie asiatique, dans laquelle ne vit que 23% de la population bien qu'elle soit la plus grande zone.

Comme nous l'avons vu [15], la Banque centrale russe a déclaré que le pays devra passer par une phase de changements structurels majeurs afin de réduire davantage la dépendance vis-à-vis de l'Occident et de permettre la déconnexion. Dans un article récent d'Anastasia Bashkatova [16], la transformation structurelle que la Banque centrale appelle de ses vœux est décrite comme le passage d'un modèle axé sur les exportations (celui de la "Grande Modération" des trente dernières années) à un modèle dans lequel la demande intérieure stabilise le pays. Il s'agit évidemment d'une tâche énorme pour laquelle il faudra des années. Il faudra : restructurer le marché du travail ; changer les secteurs de pointe ; mettre en œuvre ce que l'on a appelé une "double circulation" en Chine. La Banque centrale a prévenu que cela devra impliquer une forte redistribution entre les industries et les professions, ainsi qu'entre les zones économiques géographiques. De nombreux employés de haut niveau des multinationales étrangères perdront leur emploi et devront se délocaliser, tandis qu'il y aura vraisemblablement plus de travail aux niveaux moins sophistiqués. Malgré cela, pour que l'économie se restructure, la masse salariale totale devra augmenter afin de faire croître la demande intérieure.

Le modèle néo-libéral fonctionne exactement à l'inverse. Elle maintient la demande intérieure comprimée, afin de protéger les profits industriels, et recherche la capacité de dépense nécessaire pour assurer la réalisation des biens d'équipement à l'étranger dans une lutte à somme nulle impitoyable. C'est là que réside sa "liberté".

Le pari russe est donc de pouvoir se rabattre sur le modèle inverse, évidemment avec la Chine et de nombreux partenaires. Un modèle qui stabilise son cycle d'appréciation et de reproduction du capital en s'appuyant essentiellement sur le marché intérieur, des salaires élevés et stables, une classe moyenne en hausse. Évidemment, cela inclut un certain contrôle des flux de capitaux et une réticence à être contrôlé de l'extérieur. C'est là que la tradition du pays vient à la rescousse, à savoir la capacité cultivée à l'époque soviétique d'assurer un "large filtrage des projets, en tenant compte des nouvelles circonstances", afin de garantir en fin de compte une augmentation de la productivité totale des facteurs, l'acquisition de nouvelles connaissances, de nouvelles technologies et le développement du capital humain.

Pour le directeur du Centre de mécanique sociale, Mikhail Churakov, il est donc nécessaire de créer l'infrastructure de base, d'assurer la participation, de combler le fossé entre la métropole et les zones rurales intérieures, de garantir un système de commande et de contrôle efficace et de soutenir l'innovation scientifique.

En bref, retour à la programmation économique, sinon à la planification.

Notes:

[1] - Voir, par exemple, le billet " Lawrence Mishel, 'The mismatch between productivity growth and median incomes' ", Tempofertile, 23 novembre 2013 ; " Conflits distributifs et travail : passé et avenir ", Tempofertile, 21 septembre 2015 ; " Mc Kinsey & Company, 'Poorer than Parents ? Des revenus plats ou en baisse dans les économies avancées", Tempofertile, 20 juillet 2016."

[2] - Giovanni Arrighi, "Adam Smith à Pékin", Feltrinelli, 2007, p. 165.

[3] - Ce résumé se réfère à ce qui est écrit dans Alessandro Visalli, "Dépendance", Meltemi 2020, pp. 394 et s. Un résumé dans ce billet, "Dépendance", Tempofertile, 4 novembre 2020.

[4] - Voir le billet " Les compromis sociaux, la 'Grande Modération' ", Tempofertile, 8 mai 2015.

[5] - L'un des plus importants est Pier Paolo Pasolini, dont il a écrit "Scritti corsari", Garzanti, Milan 1975, et "Lettere luterane", Garzanti, Milan 1976, mais aussi C. Lasch, "La ribellione delle élite", Feltrinelli, Milan 1995.

[6] - Pour une lecture très intéressante qui fait usage de ce concept, voir O. Romano, "La libertà verticale. Come affrontare il declino di un modello sociale", Meltemi, Milan 2019.

[7] - Voir l'article "Gig Economy ou Sharing Economy ? Della generalizzazione del Modello piattaforma ", Tempofertile, 16 février 2016 ; " Benedetto Vecchi, 'Il capitalismo delle piattaforme' ", Tempofertile, 20 janvier 2018.

[8] - Voir ce billet, "Amazon et son monopole", Tempofertile, 22 octobre 2017.

[9] - C'est-à-dire, en paraphrasant la définition succincte de Hirschman, au problème de savoir comment une chose ne conduit pas à une autre (par exemple, un investissement dans une centrale électrique et un port ne conduit pas au développement industriel et donc à une augmentation du niveau de vie général).

[10] - Pour une hypothèse contraire, voir R. Solow, Technical Change and the Aggregate Production Function, dans "Review of Economics and Statistics", vol. 39, no. 3, 1957, pp. 312-320. Selon son analyse initiale, à long terme, la croissance ne dépend pas des machines, mais de la technologie. En calculant la croissance par travailleur aux États-Unis, Solow a estimé que pas moins de sept huitièmes dépendaient de la technologie. L'accent mis sur la productivité du travail, dont on déduit la dotation en biens et services par habitant et que l'on fait coïncider avec la croissance, permet de réaliser que la simple croissance du nombre de machines par travailleur est sujette à des rendements décroissants (je ne peux pas mettre la main sur plus d'une machine à la fois). Il s'ensuit, dans les résultats proposés, que les revenus des usines et des machines constituent une part mineure du PIB (environ un tiers), un fait qui se vérifie à peu près des années 1950 aux années 1980. En raison des rendements décroissants, la simple augmentation des machines n'était pas le chemin de la croissance (c'est la "surprise" de Solow), et donc l'épargne ne soutient pas la croissance. Ce qui l'est, c'est le progrès technique. C'est simplement parce que l'évolution technologique permet d'atteindre un niveau de production plus élevé avec la même quantité de travail. La recherche de directions causales simples, modélisées mathématiquement, l'une des spécialités de Solow, l'a conduit, même dans son influent ouvrage ultérieur, à conclure que le progrès technique avait lieu pour des raisons non économiques, puisqu'il dépendait de l'avancement des connaissances scientifiques (voir R. Solow, Growth Theory : An Exposition, Oxford University Press, 1987).

[11] - Par exemple, selon le point de vue de Myrdal, fondé en partie sur d'importantes recherches de terrain sur la discrimination dans le sud des États-Unis (voir G. Myrdal, Il valore nella teoria sociale, Einaudi, 1966 (éd. or. 1958), contrairement aux modèles optimistes de l'économie (par exemple les conséquences de celui de Solow), le jeu des forces du marché laissé à lui-même conduit à la croissance continue des inégalités. Comme il l'écrit : "Si les choses étaient laissées au libre jeu des forces du marché sans intervention de la politique économique, la production industrielle, le commerce, la banque, l'assurance, le transport maritime, presque toutes ces activités économiques qui, dans une économie en développement, tendent à produire une rémunération supérieure à la moyenne - et en outre la science, l'art, la littérature, l'éducation, la haute culture en général - seraient concentrées dans certaines localités et régions, laissant le reste du pays plus ou moins stagnant. Myrdal, Théorie économique et pays sous-développés, Feltrinelli 1959 (éd. ou. 1957).

[12] - Voir aussi le billet, "Immanuel Wallerstein, 'Après le libéralisme'", Tempofertile 11 mai 2022.

[13] - Les "termes de l'échange" sont définis comme le rapport entre l'indice des prix à l'exportation d'un pays et son indice des prix à l'importation. Du point de vue du pays dans son ensemble, il représente la quantité d'exportations nécessaire pour obtenir une unité d'importations. Ainsi, le prix entre deux biens (ou d'un bien et d'un autre par rapport à une unité de mesure commune, par exemple une monnaie acceptée au niveau international comme le dollar) est relatif aux relations de pouvoir qui sont déterminées sur le "marché" et qui dépendent de nombreux facteurs, pas tous économiques. Par exemple, si un pays a un excédent de vin, s'il s'est spécialisé uniquement dans la production pour l'exportation, par exemple de Porto, et que le seul grand marché "libre" sur lequel il peut vendre son produit est la Grande-Bretagne, il devra accepter le prix déterminé par les grossistes anglo-saxons, qui ont le monopole de l'accès au marché, même s'il est un peu plus élevé que son prix de production, l'alternative étant de remplir ses entrepôts et de ne pas avoir l'argent pour acheter, au prix à nouveau déterminé par les commerçants étrangers, en tant que détenteurs d'un monopsone (soutenu par des traités et, le cas échéant, des canonnières), et à la limite de leur capacité de dépense. L'effet est qu'un pays ayant une souveraineté très limitée (l'ayant perdue sur les champs de bataille) s'appauvrit progressivement. Tout cela disparaît dans des formules simplifiées, dans la puissance des mathématiques, et dans les mots ailés de David Ricardo. L'hypothèse, fondamentale pour la discipline de l'économie internationale, selon laquelle le "libre-échange" est toujours mutuellement bénéfique, est, selon les mots de Keen, "une erreur basée sur un fantasme". Cette théorie ignore directement la réalité, connue de tous, selon laquelle lorsque la concurrence étrangère réduit la rentabilité d'une industrie donnée, le capital qui y est employé ne peut pas être magiquement "transformé" en une quantité égale de capital employé dans une autre industrie. Au lieu de cela, il se met normalement à rouiller. En bref, ce petit apologue moral de Ricardo est comme la plupart des théories économiques conventionnelles : "net, plausible et faux". C'est, comme l'écrit Keane, "le produit de la pensée de salon de personnes qui n'ont jamais mis les pieds dans les usines que leurs théories économiques ont transformées en tas de rouille."

[14] - Voir "Qui a tué le cerf ? A propos de la guerre entre l'argent et les matières premières", Tempofertile 25 avril 2022.

[15] - Voir "A propos du rapport de la Banque de Russie à la Douma : déconnexions et fin du système-monde occidental", Tempofertile, 22 avril 2022.

[16] - Anastasia Bashkatova, " La Russie aura sa propre voie économique, mais avec des rebondissements chinois " (У России будет свой экономический путь, но с китайскими поворотами, Nezavisimaya Gazeta), 12 mai 2022.

Écrire un commentaire