Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 23 juin 2022

La fin de la mondialisation et les Verts, fossoyeurs de l'environnement

cover-r4x3w1000-5e70df7908d09-3b3fdde99f099e9ed54818efd1d57948e8acbf61-jpg.jpg

La fin de la mondialisation et les Verts, fossoyeurs de l'environnement

Thomas Röper

Source: https://www.anti-spiegel.ru/2022/das-ende-der-globalisier...

La politique actuelle de l'UE, menée en grande partie par les Verts, sonne le glas de la mondialisation et place l'obéissance aux États-Unis au-dessus de la protection de l'environnement et des intérêts économiques en Europe.

Il est évident pour tout le monde que la force motrice de la politique anti-chinoise dans laquelle l'UE s'est désormais engagée est les États-Unis. Lorsque le président Trump a déclenché la guerre commerciale contre la Chine, l'UE était encore réticente à s'y associer, bien que des responsables politiques européens de premier plan comme Reinhard Bütikofer aient déjà fait campagne pour une ligne de conduite explicitement anti-chinoise à l'époque de Trump, même si cela pouvait nuire à l'économie de l'UE et coûter des millions d'emplois.

Quand Trump et Biden font la même chose

Lorsque Trump a quitté le pouvoir, Bruxelles a sans doute espéré que la politique américaine vis-à-vis de la Chine changerait sous la houlette de Joe Biden, accueilli comme un sauveur. Mais la politique anti-chinoise n'était pas une lubie de Trump, mais un objectif géopolitique des élites américaines, et Biden n'a pas seulement maintenu le cap de Trump, il l'a même renforcé. C'est pourquoi l'UE, fidèle vassale de Washington, s'est alignée sur la ligne anti-chinoise américaine immédiatement après le changement de pouvoir à Washington, même si elle est bien plus dommageable pour l'UE que pour les États-Unis sur le plan économique. Ce qui était encore "fi & diantre" sous Trump est soudain devenu génial sous Biden.

Tout comme ils viennent de le faire contre la Russie, les dirigeants de l'UE et de ses Etats membres courent droit au suicide économique en ce qui concerne la Chine, uniquement pour plaire à leur colonisateur d'outre-mer.

Les "idéaux" des Verts

Comme on le sait, les Verts sont, dans leur rhétorique, les batteurs de tambour les plus bruyants pour une ligne dure à l'égard de la Chine et pour un éloignement général de l'Europe par rapport ce pays. Le fait que les Verts n'aient aucune idée de l'économie et que leurs "idéaux" passent avant des questions aussi banales que l'économie et l'emploi n'est pas non plus nouveau. Ce qui est nouveau, en revanche, c'est qu'ils accordent désormais plus d'importance à leurs "idéaux" qu'à la protection de l'environnement. Nous avons déjà pu le constater avec les sanctions contre la Russie, qui ont conduit de facto à une renaissance de l'énergie tirée du charbon et qui ont également remis en question l'abandon du nucléaire, cause jadis si sacrée pour les Verts.

Cela se produira probablement aussi dans la lutte contre la Chine, car un découplage économique de l'UE par rapport à la Chine aura notamment pour conséquence que la transition énergétique prônée par les Verts ne pourra être mise en œuvre qu'au prix d'importants dégâts environnementaux en Europe. Pour l'extraction de nombreuses matières premières (pas seulement le pétrole et le gaz), on ne pourra pas, en Europe non plus, se passer de la fracturation, une technique nuisible à l'environnement, que les Verts qualifieront alors de prix à payer pour les "valeurs occidentales".

Afin de créer le climat nécessaire à cet effet dans l'opinion publique, des campagnes médiatiques anti-chinoises sont régulièrement lancées. La dernière en date a été la présentation des soi-disant Xinjiang Police Files - qui, comme on a pu le vérifier en seulement cinq minutes de recherche, était une opération de propagande menée de manière assez dilettante par les Etats-Unis, visant à rallier davantage l'opinion publique occidentale à leur cause anti-chinoise.

Les seuls "idéaux" que les Verts actuels suivent encore sont ceux des élites américaines. Les Verts sont devenus les plus fervents partisans des objectifs de la géopolitique américaine et ces "idéaux" passent désormais avant des questions aussi banales que la protection de l'environnement ou la garantie de la prospérité des populations, cette dernière n'ayant de toute façon jamais vraiment intéressé les Verts.

globalization-header-twitter-card-1024x628.png

Le(s) nouvel(aux) ordre(s) mondial/diaux)

J'ai souvent souligné que le conflit actuel ne concernait pas l'Ukraine, ce pays meurtri n'étant qu'un pion dans le jeu qu'est la géopolitique. Il s'agit de la lutte des mondialistes, qui tiennent les rênes en Occident, contre des États qui considèrent que l'économie peut gagner de l'argent, mais qu'elle doit se tenir à l'écart de la politique. Ces États sont principalement la Russie et la Chine et sont donc les ennemis déclarés des États-Unis et de leurs élites.

Cette année, nous sommes entrés dans la phase la plus chaude de cette lutte géopolitique, dont les médias et les hommes politiques occidentaux disent ouvertement qu'elle vise à établir un nouvel ordre mondial. Mais comme ils n'ont pas réussi à vaincre la Russie et la Chine, la nouvelle stratégie dans cette phase chaude de la lutte géopolitique semble être de couper toutes les relations - pas seulement politiques, mais aussi économiques - avec la Russie et la Chine. Si aucune des deux parties ne remporte prochainement une victoire décisive, nous aurons probablement dans un avenir proche deux systèmes économiques et financiers coexistants dans le monde.

Les analystes russes publient de plus en plus d'articles sur les objectifs de la politique occidentale, à savoir nuire à l'économie de telle sorte qu'un nouveau système, le nouvel ordre mondial, puisse finalement être mis en place en Occident sans trop de protestations, et sur les moyens utilisés pour mettre en œuvre cette voie ; vous trouverez des exemples récents ici : https://www.anti-spiegel.ru/2022/tagungen-von-iwf-und-weltbank-der-westen-opfert-die-weltwirtschaft/ et https://www.anti-spiegel.ru/2022/der-kreml-ueber-den-zusammenbruch-des-globalismus-und-kommende-weltordnungen/

D'ailleurs, des experts occidentaux arrivent également à cette conclusion, même s'ils utilisent des formulations différentes. Il y a une semaine, un article du Spiegel faisait état de ces mêmes tendances, auxquelles se prépareraient selon eux la majorité des directeurs financiers des groupes occidentaux. Ce que les experts russes appellent ouvertement par son nom est décrit en Occident par des mots comme "formation de blocs" et des formules comme "localisation des chaînes d'approvisionnement". Mais cela signifie la même chose que ce que les Russes voient venir: l'émergence de deux systèmes économiques et financiers coexistants dans le monde.

L'agence de presse russe TASS vient de publier une autre analyse sur la politique anti-chinoise de l'UE, principalement promue par les Verts, et montre pourquoi cette politique est un clou de plus dans le cercueil que l'UE s'est fabriqué. Comme je trouve cette analyse très instructive, je l'ai traduite.

Début de la traduction :

La mondialisation, c'est du passé ? L'Europe rompt avec la Chine sur ordre des États-Unis

Pékin, et non Washington, était le principal partenaire commercial de l'UE dans les années 2010. Mais en 2022, la politique est plus importante que l'économie : les relations établies en matière de commerce et d'investissement se brisent sous nos yeux.

Après une pause d'un an, la Chine et l'UE se préparent à un nouveau round de la guerre des sanctions. Le 9 juin, le Parlement européen a reconnu l'authenticité du contenu des Xinjiang Files - une base de données sur la situation des Ouïghours chinois obtenue par des pirates informatiques. Les députés européens demandent que de nouvelles sanctions, y compris contre de hauts fonctionnaires chinois, viennent s'ajouter à celles déjà imposées en 2021. La dernière fois, la Chine n'a pas laissé une telle attaque sans réponse: elle a même mis des députés européens sur la liste noire. L'Europe est prête à poursuivre l'échange de coups: selon un sondage, un quart des investisseurs allemands seraient prêts à délocaliser la production de la Chine vers d'autres parties du monde. Cependant, personne ne profite d'une telle rupture: les investissements chinois dans le Vieux Monde ont été multipliés par dix au cours des dix dernières années, permettant à l'économie chinoise de faire face à deux crises financières. Trouver d'autres investisseurs de ce type est quasiment impossible.

ESB-Professionalshutterstock_287193896.jpg

Voler à l'Europe

Malgré les risques qui se profilent, l'UE parle d'une décision bien arrêtée de quitter la Chine: dans ses relations avec la Chine, le Vieux Monde veut suivre la voie des États-Unis. En mai 2022, le ministre allemand des Finances Christian Lindner a déclaré qu'il était urgent de "réduire la dépendance" de l'économie allemande vis-à-vis de l'Empire du Milieu. Son collègue de la coalition gouvernementale, le vice-chancelier Robert Habeck, est du même avis : "Nous diversifions de plus en plus nos relations et réduisons notre dépendance vis-à-vis de la Chine. Le soutien aux droits de l'homme est plus important [que les gains financiers]". En octobre 2021, une délégation du Parlement européen s'est rendue à Taïwan, que la Chine considère comme une partie intégrante de son territoire. En touchant à ce sujet sensible, les Européens montrent le sérieux de leurs intentions : On sait que la Chine ne fera pas de concessions sur la question de ses frontières. Lorsqu'en mai 2022, le Bundestag a demandé l'admission de l'île au sein de l'Organisation mondiale de la santé, comme s'il s'agissait d'un État souverain, on ne pouvait y voir qu'une attaque directe contre la Chine.

Depuis 2019, lorsque l'UE a pour la première fois officiellement qualifié la Chine de puissance inamicale - son "adversaire systémique et concurrent économique" -, les piques de ce type ont été nombreuses. En Allemagne, des entrepreneurs chinois se sont vu refuser l'autorisation d'acheter des entreprises locales: l'État est intervenu. En France, l'achat de terres agricoles s'est révélé impossible: face à l'intérêt chinois pour les terres agricoles, Paris a drastiquement durci la réglementation des transactions. Et en 2021, le principal accord entre Européens et Chinois, le Grand Accord sur l'Investissement, dont les détails ont été négociés de 2013 à 2020, a été remis en cause. Le 30 décembre 2020, les négociateurs ont adopté le texte final, mais six mois plus tard, les députés européens l'ont gelé. Depuis, l'Ancien Monde ne veut plus se souvenir de ce document.

Ce n'est pas un hasard si la décision de l'UE de rompre ses liens avec la Chine coïncide avec la crise encore plus profonde des relations entre les Etats-Unis et la Chine. Washington dit faire de son mieux pour former une "coalition basée sur les valeurs", dont l'adversaire déclaré est Pékin. Et pourtant, la différence des conditions de départ saute aux yeux : pour l'économie américaine, moins orientée vers l'exportation, une rupture des relations avec l'Empire du Milieu ne serait pas du tout aussi douloureuse que pour l'Union européenne. Et les risques sécuritaires liés à l'océan Pacifique sont bien plus préoccupants pour les Américains que pour le Vieux Monde. Les Européens, contraints de suivre la querelle de leur grand frère avec la Chine, perdent plus que de l'argent: ils perdent l'initiative, la chance de s'affirmer comme une force internationale influente. Il n'est pas surprenant que la préparation du retrait suscite parfois des murmures en Europe.

Tirer la moustache du dragon

"Devons-nous fermer toutes nos usines [en Chine] ?", demande, irrité, Jörg Wuttke, responsable de la chambre de commerce de l'UE en Chine. Son incompréhension est parfaitement compréhensible. Environ 900.000 emplois en Allemagne sont directement liés aux activités des entreprises allemandes en Chine, où elles emploient près d'un million de personnes. Le montant total des investissements allemands en Chine s'élève à 86 milliards d'euros. Il n'est pas surprenant que la Chine occupe sans interruption la première place parmi les partenaires commerciaux de l'Allemagne de 2015 à 2021.

Historiquement, les avantages des relations sino-allemandes sont liés à la résolution par l'Allemagne de trois crises financières successives : la première après la réunification avec l'Allemagne de l'Est, la deuxième après le krach de 2008 et la dernière due à la pandémie. La croissance économique de la Chine implique une augmentation proportionnelle de sa solvabilité. Pendant des années, l'Empire du Milieu a aidé les économies stagnantes de l'Ancien Monde à éviter la récession grâce à ses solides relations bilatérales (et à sa demande de produits européens).

De plus, la Chine a investi auprès d'elles. Entre 2010 et 2018, le total des investissements a été multiplié par dix, passant de 6,1 milliards d'euros à 79 milliards d'euros. Et bien que la balance commerciale ait toujours été en faveur de la Chine, celle-ci a dépensé de plus en plus chaque année, jusqu'à ce que l'Europe lui réserve un accueil glacial à la fin de la dernière décennie.

imagesdddd.jpg

Le prix de la désunion

La volonté de rompre tous les liens avec la Chine, ou du moins de les affaiblir qualitativement, pose le même problème à l'Europe que les projets de boycott de la Russie. De la même manière que le fait de se passer du gaz de pipeline russe oblige les Européens à acheter du gaz liquide beaucoup plus polluant, l'exclusion de la Chine des chaînes d'approvisionnement rend plus difficile la transition vers une économie verte dont la base des ressources est concentrée en Chine. L'Empire du Milieu est reconnu comme le leader de l'extraction des terres rares, sans lesquelles les voitures électriques, les panneaux solaires et les éoliennes ne pourraient pas être fabriqués. Sur les 30 types de matières premières considérées comme critiques dans l'UE, 19 sont majoritairement d'origine chinoise. Cela signifie que si l'Europe considère sa relation avec la Chine comme une dépendance, elle n'a pas d'autre choix que de sécuriser son approvisionnement à partir de gisements alternatifs, qu'elle doit d'abord trouver.

Cette tâche, aussi étrange qu'elle puisse paraître, n'est pas impossible. Les gisements de terres rares ne sont pas si rares que cela: On en trouve en Europe, où l'on prépare déjà l'extraction du lithium en Saxe, et au Groenland, qui appartient au Danemark. La difficulté réside dans l'extraction de ces ressources : comme le pétrole et le gaz de fracturation américains, on ne peut les extraire du sol qu'au prix de la destruction de l'environnement. La rupture avec la Chine place les Européens devant un choix difficile : la géopolitique ou la protection de l'environnement.

Du point de vue des Etats-Unis, où les normes environnementales sont moins exigeantes qu'en Europe, cette difficulté ne semble pas insurmontable. La fracturation, qui empoisonne les sols et l'eau pour extraire le pétrole et le gaz des roches de schiste, est autorisée dans une partie des Etats américains, ce qui leur a permis d'augmenter leurs revenus en 2022 en évinçant du marché les produits russes concurrents, plus propres. En Europe même, qui est très sensible à son patrimoine naturel, la situation est différente. Il est difficile pour l'Europe de faire de tels sacrifices.

Face à la muraille de Chine

Peut-être parce que le poids du doute est plus grand pour les Européens, ceux-ci ont pris du retard dans leur retrait hors de Chine dès 2018, loin derrière la promptitude des États-Unis dans le conflit déclenché par les Américains. Il y a cependant peu de chances que la situation soit désamorcée dans un avenir proche. L'UE est perturbée par le principe de solidarité naturel de toute union, qui implique le soutien de tous les États membres, dont certains ont une relation de confiance particulière avec les États-Unis. Parmi eux, la Lituanie, qui a déclenché un différend totalement imprévu avec la Chine en 2021.

mondialisation_214b78701a.jpg

En raison de ses relations amicales avec les Américains (environ 600.000 Lituaniens vivent aux États-Unis, contre 2,5 millions dans les pays baltes), Vilnius a accepté d'accueillir une mission commerciale de Taïwan sur son territoire. Les sanctions imposées ensuite par la Chine étaient attendues, mais le coup, même s'il n'est que symbolique, a touché l'ensemble de l'Union européenne, puisqu'il concerne l'un de ses pays membres. (NDLR : j'ai fait un article à ce sujet, vous trouverez les détails ici : https://www.anti-spiegel.ru/2021/politik-wichtiger-als-menschen-wie-litauen-seine-wirtschaft-aus-politischen-gruenden-schaedigt/ )

Le piège s'est refermé : les pays européens ont été entraînés dans un nouveau cycle de confrontation avec Pékin. Sa poursuite est liée à des changements globaux pour l'économie mondiale, car non seulement la Chine est le premier partenaire économique de l'UE, mais l'UE l'est aussi pour la Chine. Si elles se séparent, elles se concentreront sur les besoins de leurs marchés nationaux et fragmenteront l'économie mondiale. L'Europe perdra alors sa chance de devenir un acteur géopolitique à part entière.

Fin de la traduction.

Écrire un commentaire