Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 03 juillet 2022

L'Ukraine, le dernier projet catastrophe des néoconservateurs américains

military-conflict-ukraine-background-flag-with-bullet-holes-crack-concrete-wall-russian-aggression-concept-photo_526934-6071.jpg

L'Ukraine, le dernier projet catastrophe des néoconservateurs américains

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/07/01/ukraina-amerikan-neokonservatiivien-viimeisin-katastrofihanke/

La crise ukrainienne est l'aboutissement d'un projet de domination concocté depuis 30 ans par le mouvement néoconservateur juif américain. L'administration de Joe Biden est truffée des mêmes figures qui ont soutenu les frappes américaines en Serbie (1999), en Afghanistan (2001), en Irak (2003), en Syrie (2011) et en Libye (2011) et qui ont tout fait pour provoquer la Russie au sujet de l'Ukraine.

Ces opinions ne sont plus seulement le fait des théoriciens de la conspiration, des opposants à l'impérialisme américain ou des commentateurs politiques extrémistes, mais ont été abordées franchement par l'économiste et politologue américain Jeffrey D. Sachs, par exemple.

Le bilan des néoconservateurs est, selon Sachs, "un désastre complet, et pourtant le président Biden a encore renforcé son équipe par des néoconservateurs". En conséquence, Biden dirige l'Ukraine, les États-Unis et l'Union européenne vers un nouveau désastre géopolitique. "Si l'Europe avait un peu de bon sens, elle se détacherait de ces désastres de la politique étrangère américaine", affirme Sachs.

Le mouvement néoconservateur est né dans les années 1970 autour d'un petit groupe central, dont plusieurs ont été influencés par le politologue Leo Strauss de l'Université de Chicago et le professeur Donald Kagan de l'Université de Yale (photo, ci-dessous).

Dkaganbiopic.png

535x840dkow.jpg

Parmi les leaders néoconservateurs figurent Norman Podhoretz, Irving Kristol, Paul Wolfowitz, Robert Kagan (fils de Donald), Frederick Kagan (fils de Donald), Victoria Nuland (épouse de Robert), Elliott Cohen, Elliott Abrams et Kimberley Allen Kagan (épouse de Frederick). Tous ont des origines familiales en Europe de l'Est, dans l'ancienne Union soviétique.

Le principal message des néo-conservateurs est que les États-Unis doivent dominer militairement toutes les régions du monde et qu'ils doivent affronter les puissances régionales émergentes qui pourraient un jour contester l'hégémonie américaine. À cette fin, les forces militaires américaines devraient être déployées à l'avance dans des centaines de bases militaires à travers le monde et les États-Unis devraient être prêts à mener des guerres choisies contre des puissances rivales.

Les institutions internationales doivent également rester subordonnées aux intérêts de Washington. L'ONU, par exemple, ne devrait être utilisée "que lorsqu'elle est utile aux objectifs des États-Unis", sinon ceux-ci devraient suivre leur propre chemin, ignorant délibérément les traités internationaux.

Cette approche a été proposée pour la première fois par Paul Wolfowitz dans son projet d'orientation de la politique de sécurité au ministère de la Défense en 2002, lorsqu'il était secrétaire adjoint à la Défense. Le projet prévoyait une expansion du "réseau de sécurité" dirigé par les États-Unis en Europe centrale et orientale, malgré la promesse explicite faite en 1990 par le ministre allemand des Affaires étrangères de l'époque, Hans-Dietrich Genscher, que la réunification allemande ne serait pas suivie par l'expansion de l'OTAN vers l'est.

wolfowitz-DW-Politik-WASHINGTON-jpg.jpg

416HzRRGZcL._AC_SY1000_.jpg

Wolfowitz (photo) s'est également prononcé en faveur des guerres lancées par les États-Unis, défendant le droit de Washington à agir de manière indépendante, voire seule, en réponse à des crises qui concernent l'État profond. Selon le général à la retraite Wesley Clark, Wolfowitz lui a fait comprendre dès mai 1991 que les États-Unis dirigeraient les opérations de partage du pouvoir en Irak, en Syrie et chez d'autres anciens alliés soviétiques.

Les néo-conservateurs ont soutenu l'expansion de l'OTAN en Ukraine avant même que cela ne devienne la politique officielle des États-Unis. Ils considéraient l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN comme un facteur clé pour la suprématie régionale et mondiale des États-Unis. En avril 2006, l'historien et commentateur politique Robert Kagan a exposé la justification néoconservatrice de l'expansion de l'OTAN :

"Les Russes et les Chinois ne voient rien de naturel dans [les "révolutions de couleur" de l'ancienne Union soviétique], mais seulement dans les coups d'État soutenus visant à promouvoir l'influence occidentale dans des régions du monde stratégiquement vitales. Ont-ils tort alors ? La libération réussie de l'Ukraine, encouragée et soutenue par les démocraties occidentales, ne pourrait-elle pas être le prélude à son adhésion à l'OTAN et à l'Union européenne - en bref, à l'expansion de l'hégémonie libérale occidentale ?"

71XETm11R2L.jpg

Kagan a reconnu les graves conséquences de l'élargissement de l'OTAN. Il a également cité Dmitry Trenin, un expert de la Russie au sein du groupe de réflexion Carnegie, qui a déclaré que "le Kremlin se prépare sérieusement à la 'bataille pour l'Ukraine'".

Sachs affirme qu'après l'effondrement de l'Union soviétique, les États-Unis et la Russie auraient dû chercher à établir une "Ukraine neutre comme état-tampon prudent et comme soupape de sécurité". Au lieu de cela, les néo-conservateurs voulaient maintenir l'"hégémonie" et les Russes sont partis en guerre, en partie pour se défendre et en partie pour poursuivre leurs propres fins.

Robert Kagan a écrit l'article à titre privé lorsque son épouse Victoria Nuland était ambassadrice américaine auprès de l'OTAN pendant l'administration de George W. Bush. J'ai déjà abordé le contexte de l'ancienne combattante déstabilisatrice Nuland et la haine historique des néoconservateurs envers la Russie, mais un bref rappel ne sera pas superflu.

"En tant qu'agent des néoconservateurs, Nuland n'a pas son pareil", déclare Sachs. En plus d'avoir été l'envoyée de Bush à l'OTAN, Nuland a été la "secrétaire d'État adjointe aux affaires européennes et eurasiennes" du président Barack Obama de 2013 à 2017, a contribué à l'éviction du président ukrainien Viktor Ianoukovitch et est aujourd'hui la secrétaire d'État adjointe de l'administration Biden, dirigeant la politique américaine sur le conflit Russie-Ukraine.

3000vn.jpeg

Le point de vue néoconservateur repose sur le principe que la supériorité militaire, financière, technologique et économique des États-Unis leur permet de dicter leurs conditions dans toutes les régions du monde. "C'est une position qui contient à la fois une arrogance considérable et un mépris des faits", évalue Sachs.

"Depuis les années 1950, les États-Unis se sont mis en difficulté ou ont perdu dans presque tous les conflits régionaux dans lesquels ils ont été impliqués", souligne le chercheur. Pourtant, dans la "bataille pour l'Ukraine", les néoconservateurs étaient prêts à provoquer une confrontation militaire avec la Russie en élargissant l'alliance militaire, croyant fermement que la Russie serait vaincue par des sanctions économiques et par les armes de l'OTAN.

hertog-war-studies-program.png

L'Institute for the Study of War, un groupe de réflexion néoconservateur fondé en 2007 et dirigé par Kimberley Allen Kagan (et soutenu par des entreprises de défense telles que General Dynamics et Raytheon), promet toujours que "l'Ukraine va gagner". Sur l'avancée russe, l'Institut fait un commentaire typique :

"Quel que soit le camp qui tient la ville (de Severodonetsk), l'offensive russe au niveau opérationnel et stratégique est susceptible de culminer, permettant à l'Ukraine de reprendre sa contre-offensive au niveau opérationnel pour repousser les forces russes."

Cependant, malgré le jeu de langage politico-sécuritaire et la guerre de l'information, les faits sur le terrain suggèrent le contraire. Les sanctions économiques occidentales n'ont pas encore eu un grand impact négatif sur la Russie, alors que leur "effet boomerang" sur le reste du monde a été assez important. C'est également l'avis de l'économiste Sachs.

En outre, la capacité de production limitée des États-Unis et les chaînes d'approvisionnement brisées entravent la capacité de Washington à fournir à l'Ukraine des munitions et des armes. La capacité industrielle de la Russie est, bien entendu, supérieure à celle de l'Ukraine. Le PIB de la Russie était environ dix fois supérieur à celui de l'Ukraine avant le conflit et l'Ukraine a maintenant perdu une grande partie de sa capacité industrielle.

L'issue la plus probable des combats actuels est que la Russie va conquérir une grande partie de l'Ukraine. L'Ukraine restante deviendra un pays enclavé et rétréci, sans accès direct à la mer.

La frustration en Europe et aux États-Unis face aux défaites militaires et aux effets inflationnistes de la guerre et des sanctions va s'accroître. Sachs craint que les conséquences soient désastreuses, surtout si un "démagogue de droite promettant de restaurer la gloire militaire fanée des États-Unis par une escalade dangereuse" prend le pouvoir aux États-Unis (ou dans le cas de Donald Trump, revient au pouvoir).

Pour éviter le désastre, Sachs propose une solution raisonnable mais, dans l'état actuel des choses, elle est quelque peu irréaliste: les États-Unis devraient simplement renoncer à leurs "fantasmes néo-conservateurs" et faire le deuil de leur position dominante. En outre, l'OTAN devrait s'engager à renoncer à ses ambitions expansionnistes. En contrepartie, la Russie s'engagerait à faire la paix et le conflit en Ukraine prendrait fin.

"C'est la fin de l'histoire", disait-on à la fin des contes de fées, mais la vraie réalité politique est probablement différente. Il est peu probable que Washington, dominé par les néo-conservateurs, renonce à ses ambitions sans "forcer la paix" de manière active. Le sentiment anti-russe (et anti-européen) des "kaganistes" ne risque pas de s'atténuer tant qu'ils respireront encore.

 

Écrire un commentaire