Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 13 août 2022

Dimitrie Cantemir sur le sort de l'Empire russe

Dimitrie_Cantemir_-_Portrait_from_Descriptio_Moldaviae,_1716_(crop).jpg

Dimitrie Cantemir sur le sort de l'Empire russe

Source: https://nritalia.org/2022/08/10/dimitrie-cantemir-sul-destino-dellimpero-russo/

La fin du 17ème siècle et le début du 18ème siècle ont apporté de grands changements dans l'équilibre des forces en Europe de l'Est et du Nord. Dans ce contexte géopolitique, les petits pays, comme la Principauté de Moldavie, réorientaient leurs relations diplomatiques et de politique étrangère, en fonction de l'évolution des événements et de l'issue de la confrontation militante entre les deux grandes puissances de l'époque, représentées par l'Empire ottoman et l'Empire russe en expansion. Dans ce contexte, Dimitrie Cantemir, fils de Constantin Cantemir qui avait régné sur la Moldavie de 1685 à 1693, a été nommé souverain de la Moldavie par les Turcs pour une courte période (1693 et 1710-1711). Après que le Russe Pierre Ier ait pris la mesure décisive de limiter l'expansion ottomane dans le nord et l'est de l'Europe chrétienne, Dimitrie Cantemir, désireux de libérer le pays de la domination turque, a conclu un traité d'alliance à Lutsk, en Russie (2-13 avril 1711).

"Par la grâce de Dieu, moi, Pierre Ier, tsar et autocrate de tous les Russes, je proclame par la présente à ceux qui doivent le savoir que le sultan turc, après avoir conclu la paix pour 30 ans et assuré les conditions de cette paix par serment, repris en 1710 avec nous et également par serment, a maintenant oublié sa promesse, l'ayant rompue, sans le moindre motif de notre part... il est entré dans notre pays, et la guerre a commencé contre nous. C'est pourquoi moi, le grand seigneur, je lui ai déclaré la guerre et j'ai ordonné à nos troupes d'entrer dans les terres turques sous mon commandement personnel, et nous espérons vaincre cet insidieux ennemi, non seulement le nôtre, mais celui de tout le monde chrétien".

Le souverain moldave a rejoint Pierre le Grand lors de la guerre russo-turque, à la suite de laquelle la Moldavie a juré allégeance à la Russie. Des combats ont eu lieu à Stanilesti, dans le comté de Falciu sur le Prut, mais les Russes et les Moldaves ont été vaincus par les Turcs et le souverain Dimitrie Cantemir a dû mettre fin à son règne et s'est enfui en Russie avec sa famille.

C'est à ce moment qu'un lien étroit s'est formé entre lui et Pierre Ier, qui l'a nommé proche conseiller, le Prince Sérénissime. En reconnaissance de ses mérites et en remerciement à Pierre, Cantemir a reçu le domaine de Dimitrievka à Kharkov le 1er août 1711. Dimitrie Cantemir a continué à soutenir son bienfaiteur et a clairement influencé sa glorification et son expansion territoriale en lui apportant un soutien idéologique et moral et en lançant une théorie véritablement messianique, liée notamment à l'évolution de l'Empire russe vers l'Europe du Nord et au droit à la domination russe dans cette partie du monde. Dans les années qui suivent, le nouvel empire tsariste s'étend vers le nord grâce au potentiel militaire et stratégique de Pierre le Grand.

Dimitrie Cantemir a dédié au tsar Pierre Ier en 1714 la première étude sur la nature des monarchies, intitulée Monarchiarum physica examinatio.

Le moment historique choisi par l'auteur est l'époque de la confrontation directe entre la Russie et la Suède, ce qui en soi témoigne de l'impact motivationnel et psychologique que l'œuvre de Cantemir a eu sur le Tsar russe pour qu'il poursuive la lutte jusqu'à la victoire finale, anticipée par le grand scribe moldave. Après la défaite des Suédois menés par Charles XII près de Poltava en 1709, la flotte russe bat les Suédois à Gangut et conquiert la Finlande en 1714.

8a5e47dde92be028494d4aa59f9633a2.jpg

La tradition impériale russe est associée à Ivan IV, surnommé "le Terrible" (1530-1584), le premier prince de Moscou à se faire appeler tsar. Mikhaïl Romanov, petit-fils d'Ivan le Terrible, a ensuite été élu tsar en 1613, établissant ainsi la dynastie Romanov, qui a duré jusqu'en 1917, lorsque la révolution bolchevique a éliminé physiquement les derniers héritiers de la dynastie.

Pierre le Grand (1672-1725) a pris le titre officiel d'empereur après la conclusion de la guerre du Nord contre la Suède en 1721, le titre de tsar était utilisé officieusement et alternativement par le monde slave.

Avec la signature du traité de Nystadt, la Russie se voit accorder le droit de régner sur les territoires baltes conquis : Livonie, Estonie et Ingermanland. Cela a ouvert l'accès direct de la Russie à l'Europe occidentale. Ainsi, à l'époque de Pierre le Grand, la Russie est devenue le plus grand État du monde. Avec une superficie trois fois plus grande que l'Europe, l'Empire russe s'étendait de la mer Baltique à l'océan Pacifique. On peut dire beaucoup de choses sur le tsar Pierre le Grand. Il est l'architecte de la Russie moderne sur le modèle européen. En 1703, le jeune tsar de Russie navigue jusqu'à l'embouchure de la Neva sur le golfe de Finlande. C'est là qu'il a reçu une révélation sur la construction d'une grande ville qui deviendrait la nouvelle capitale de la Russie, en contact direct avec l'Europe. Tout ce que le roi a fait par la suite était lié à l'image de la forteresse sacrée.

pierre1er_StPetersbourg.jpg

Dans la capitale du nouvel empire, Saint-Pétersbourg, le sacré fait irruption dans le monde. Le modèle est cosmogonique. La création du monde "devient l'archétype du geste créateur du roi". Au centre s'élèvera l'"axis mundi", où sera construite la cathédrale dédiée aux Saints Pierre et Paul. Ce lieu deviendra un carrefour, un point de référence sacré orienté vers les quatre points cardinaux du nouvel empire. Le symbolisme cosmique du centre fait de la ville un nouvel omphalos (ὀμφαλός) de la victoire chrétienne, rayonnant comme un royaume céleste à travers les quatre horizons. Cet arrangement a également donné à Pierre Ier des avantages concrets, tels que l'accès stratégique à la mer Baltique au nord et à l'ouest.

PNS-3525366-kAVC-U102703328508wAF-860x420@lafranceagricole.fr.jpg

La nouvelle capitale, Saint-Pétersbourg, est devenue une métropole imposante, rivalisant avec Venise pour la beauté et Versailles pour le luxe. Pierre Ier a sorti la Russie de son isolement, en reconnaissant son retard et sa position dans l'ombre d'une culture et d'une civilisation occidentales beaucoup plus développées. Pour jeter des ponts entre l'Est et l'Ouest, entre la Russie et l'Europe, le tsar voyage à l'Ouest, en partie par désir de trouver de nouveaux alliés dans la lutte anti-ottomane. Au cours de sa grande mission diplomatique européenne, Pierre le Grand a visité le Saint Empire romain germanique, l'Angleterre, la Hollande et le Brandebourg. Il réorganise l'armée de terre et crée une marine russe selon les lignes occidentales.

Le lien commun entre Pierre Ier et Dimitrie Cantemir était leur esprit humaniste et encyclopédique inhérent. Le roi a initié une série de réformes dans les domaines de la culture, de la science et de l'éducation.

Pierre Ier a promu la mode occidentale, créé des écoles primaires pour éliminer l'analphabétisme, fondé l'Académie russe des sciences et bien plus encore. Dimitrie Cantemir, qui a été éduqué et élevé dans l'ancienne capitale de l'Empire byzantin, Constantinople, a apporté en Russie, depuis son exil, les plus riches connaissances en matière de sciences naturelles, de philosophie, de littérature et d'histoire de l'Empire ottoman, principal ennemi de l'Empire russe (voir Historia incrementorum atque decrementorum Aulae Othomanicae). C'est dans la dernière période de sa vie qu'il a écrit ses œuvres les plus importantes. Il a commencé à écrire en Russie avec le texte grec Panegyricus et le texte latin intitulé Monarchiarum physica examinatio, tous deux offerts par son fils Sherban à l'occasion des festivités d'hiver de 1714 à Pierre Ier, à qui il les a dédiés.

La même année, Dimitrie Cantemir a été élu membre de l'Académie de Berlin. La contribution de Dimitrie Cantemir au développement de l'esprit scientifique et des connaissances philosophiques de son époque est particulièrement importante. Il a jeté les bases de l'évolutionnisme et de la causalité en histoire, soutenu les thèses de l'ethnogenèse et de l'antiquité romano-moldave avec des arguments scientifiques, apporté une contribution importante au système de logique générale en philosophie, étudié l'histoire des religions et du savoir sacré, et ouvert la voie au réalisme en littérature avec de nouveaux types d'épopées, comme le roman, le pamphlet, l'essai. Il est à la fois un homme politique et un scientifique, historien, philosophe, théologien, écrivain polyglotte, encyclopédiste, ethnographe et musicologue. Dimitrie Cantemir est un scientifique de son temps et un artiste, une "personne universelle". Ainsi, l'ancien dirigeant de la Moldavie était un homme de grande culture, qui combinait les qualités d'un stratège et d'un homme d'État avec celles d'un scientifique européen. Cantemir était respecté à la cour royale pour son érudition, étant le premier connaisseur russe de la littérature arabe et un représentant honoré des études orientales russes. Sur ordre du tsar Pierre Ier, Dimitrie Cantemir a publié son ouvrage Le système des lois mahométanes à Saint-Pétersbourg en 1722.

27 Moscova Monument Pierre le Grand 1997.JPG

À cette époque, un climat de compétition créative, culturelle et scientifique régnait à la cour du tsar Pierre le Grand, et on ne peut nier le rôle du roi dans la stimulation de l'activité créatrice, comme en témoigne l'œuvre particulièrement fructueuse de Cantemir à cette étape de sa vie. Bien entendu, Dimitrie Cantemir ne pourrait pas écrire ses œuvres sans le soutien de son patron et allié, l'empereur Pierre le Grand. À la cour royale, l'ancien souverain de Moldavie a profité de l'environnement culturel et des honneurs conférés par son rang. L'entrée suivante concernant Cantemir a été conservée dans le journal de Pierre Ier :

    "Ce dirigeant est un homme très sage et un conseiller compétent".

Le petit ouvrage intitulé Monarchiarum physica examinatio est d'une grande importance tant pour le règne de Pierre le Grand que pour l'histoire et le développement de la Russie impériale. Ce texte presque inconnu, sur lequel on a si peu écrit, revêt une importance supplémentaire en ce qu'il clarifie l'attitude de l'auteur envers la personnalité et la grandeur du tsar Pierre le Grand et de la Russie, sa seconde patrie d'adoption. Cet important manuscrit, qui est lié à la foi de Dimitrie Cantemir en l'importance de la Russie et en sa mission européenne et mondiale, parle de lui-même de la nature messianique de la théorie du grand scientifique moldave, ce qui ressort du contenu théologique, mais aussi rationnel du texte.

Dès le début, il se réfère à la volonté divine du "bon Roi du monde", à la loi suprême, qui n'est autre que l'Écriture Sainte et la nature avec ses lois :

    "Oh juste Dieu et la nature raisonnable, faites-le ! - ('Ah Juste Deus, prudensque natura, fac tandem.')"

Le support motivationnel de la théorie à laquelle se réfère le scientifique et chercheur Cantemir n'est pas seulement mystique, mais aussi rationnel; l'auteur s'appuie sur une combinaison de données rationnelles et naturelles dans ses recherches. L'étude de la "nature des monarchies" est basée sur des données historiques, philosophiques et de sciences naturelles, et l'orientation rationaliste, humaniste et même éducative du scientifique est évidente dès le titre. Ainsi, Cantemir met l'accent sur les connaissances théoriques acquises au cours d'une étude comparative sur la fusion de différentes civilisations. Cependant, l'étude n'est pas purement épistémique, mais dichotomique, rationnelle-mystique, dans laquelle l'auteur reconnaît la primauté du Grand Créateur.

La rationalité de la théorie de Dimitrie Cantemir n'exclut pas l'irrationnel, mais le motive de manière bénéfique, donnant à la recherche crédibilité, persuasion, efficacité et force. Cet ouvrage repose sur trois piliers relationnels fondamentaux : la mission historique et l'avenir de la Russie, l'effondrement et la mort de l'Empire ottoman, considéré comme un fruit contre nature, et l'exaltation de la personnalité du tsar Pierre le Grand, considéré comme le sauveur du monde chrétien, le messager de Dieu pour établir la justice et libérer les pays de l'esclavage sous le joug ottoman.

Dans son étude sur la nature des monarchies (Monarchiarum physica examinatio), l'historien et philosophe Dimitrie Cantemir affirme que l'histoire du monde connaît quatre types de monarchies (empires) qui se sont succédé au cours de l'histoire. Ce qui compte, ce n'est pas leur évolution dans le temps, ni leur position par rapport aux points cardinaux, qui les rend cycliques. Les monarchies ne sont pas énumérées dans l'ordre de succession des empires, ce qui peut être aléatoire, mais selon la division du monde en fonction des points cardinaux. "Les philosophes-naturalistes, dit Cantemir, énumèrent les monarchies du monde entier, non par ordre de succession de domination, mais d'après les quatre parties du monde.

Les peuples sont regroupés en quatre zones géographiques correspondant aux quatre directions cardinales, regroupées en quatre monarchies comme suit : monarchie orientale (orientalem), monarchie méridionale (meridionalem ; mediam diem), monarchie occidentale (occidentalem) et monarchie septentrionale (borealem ; mediam nottem).

Le premier empire était l'empire d'Orient, qui comprenait l'Assyrie, l'Inde, la Perse, et existait jusqu'à la conquête de cette région par Alexandre le Grand (Μέγας Αλέξανδρος).

Le second était l'Empire du Sud, qui comprenait l'Égypte, l'Afrique, la Macédoine et la Grèce.

Le troisième empire était l'Empire d'Occident (Empire romain), une monarchie occidentale, dit Cantemir. Au fil des siècles, elle a progressivement subjugué d'autres monarchies ou des peuples moins puissants. Son expansion a finalement été limitée parce qu'elle se trouvait au bord du monde, et non en son centre. La quatrième monarchie, selon Dimitrie Cantemir, est située au nord, dans l'Empire russe. Cette prédiction du scientifique Cantemir a été rendue publique avant que le dirigeant de la Russie, Pierre le Grand, ne soit reconnu comme empereur. Par la grâce divine, dit l'auteur, ce royaume doit s'étendre et croître. Par rapport à la monarchie occidentale, la monarchie du nord de la Russie, par rapport à l'est et à l'ouest, se trouve au centre, ce qui favorise l'expansion de la région centrale vers l'ouest. Cette dernière cédera du territoire, se retrouvant dans le processus historique d'involution. La question de l'Empire ottoman, qui n'est pas soumis aux lois naturelles et divines, est analysée en détail. De la résistance au cours naturel de l'évolution du monde, dit Cantemir, naît soit un nain, soit un monstre de caractère repoussant qui se développe contre les lois de la nature ('Ita his persimillima considerari poest saeva Othomanorum Monarchia. Quae ut abortivus et exlex naturae foetus.'). Une telle créature peut être considérée comme la monarchie cruelle des Ottomans. En tant que monstrueuse erreur de l'histoire, cette pseudo-monarchie ottomane n'a pas de mission divine claire. Le destin historique de l'Empire ottoman n'est pas un destin, mais une fatalité du mal. Elle ne représente pas une volonté surnaturelle, mais une accumulation d'énergies maléfiques qui vont incinérer la terre.

1390569461.0.x.jpg

L'ordre d'importance et de grandeur d'un empire n'est pas déterminé par la succession historique des monarchies. Dimitrie Cantemir fait ici référence au plus grand philosophe de l'Antiquité, Aristote, qui décrit la moitié orientale du monde comme le "bon côté", ce que confirme la nature elle-même. Le Stagirite montre que la force propulsive attribuée au Créateur se déplace d'est en ouest (ab Oriente ad Occidentem), et non l'inverse. De même, nécessairement, tout ce qui existe dans le monde bouge. Il découle de cette loi de la nature que la monarchie russe se déplacera en cercle d'est en ouest en direction des autres parties du monde. Tout mouvement dans la direction opposée n'est pas naturel et ne peut vaincre la puissance du moteur principal. Les tentatives inverses de confrontation globale entraînent des catastrophes naturelles et sociales en raison de l'opposition au sens du mouvement naturel, qui est le devenir. En fin de compte, la lutte conduit à la désintégration du vecteur opposé en raison de l'accumulation de l'énergie primordiale bloquée, puisque le sens de l'existence de la force motrice primordiale réside dans le mouvement d'Est en Ouest. Ce mouvement bénéfique entraîne avec lui le monde entier ('Primam Monarchiam circulari tem ab Oriente contro alias mundi parti progredi'). Cette thèse est également confirmée par les Saintes Écritures dans le livre de la Genèse, chapitre 2, qui dit que Dieu créa l'homme et le ciel dans lequel Il le plaça dans la partie orientale du monde, et que le ciel était divisé par quatre fleuves en quatre régions édéniques.

L'étude de Cantemir sur la nature des monarchies doit être considérée dans le contexte historique de l'offensive militaire du tsar russe en Europe du Nord avec des visées expansionnistes pour forcer l'accès à la mer Baltique et devenir une grande puissance dans cette région et dans le monde. Si l'on ne relie pas la thèse selon laquelle la Russie est un empire du Nord à l'orientation stratégique de l'époque de l'expansion vers le Nord, alors une telle présentation de la Russie comme pays du Nord est franchement étrange tant que l'on a l'idée que la Russie est une grande puissance orientale, et non septentrionale ou seulement septentrionale. Cantemir soutient que le vieillissement de la monarchie occidentale a signifié la naissance de la monarchie russe. Pour étayer sa théorie sur la nature de l'évolution des monarchies, Cantemir utilise la théorie aristotélicienne du mouvement d'est en ouest, la transformant en une théorie. Ce point culminant de l'histoire impériale de la Russie a influencé les destinées ultérieures de l'Europe et du monde. Les prédictions faites par Cantemir dans sa fonction de conseiller intime du tsar se sont réalisées. Sur d'autres fronts de la lutte des idées, Dimitrie Cantemir a initié une véritable polémique avec les opposants à la thèse de la mission historique de la Russie, qui niaient la capacité du tsar russe à être une puissance de premier plan dans le contexte géopolitique européen.

Les empires sont des espaces géographiques cardinaux avec un centre de pouvoir et un ou plusieurs peuples dans la zone de domination. Dès que le cercle des quatre monarchies, qui sont en fait des groupes de peuples subordonnés au centre impérial, se referme, un nouveau cycle recommence. Ce développement de chaque monarchie suit une évolution dialectique, un schéma naturel qui suit la loi universelle de la causalité, devenant, dès la naissance, puis s'épanouissant, atteignant le sommet de l'évolution et vers le bas, se décomposant et disparaissant. Des éléments de la dialectique de l'évolution historique pré-hégélienne, tels que le sens du devenir, du changement, la loi de l'unité et de la lutte des contraires, ou la loi de la négation de la négation, sont évidents chez Cantemir, un siècle plus tôt, à la fois dans l'étude qui nous occupe, et surtout dans Incrementa et Decrementa Aulae Othmannicae (Elévation et chute de la cour ottomane), bien que le philosophe et historien Dimitrie Cantemir ne les décrive pas de cette manière. Les phases de la montée et de la chute de l'empire correspondent aux phases d'évolution et d'involution naturelles et historiques. Tout ce qui se développe et forme des objets spécifiques, et ces objets spécifiques incluent les monarchies, souligne l'auteur de manière convaincante, (...)

    "doit apparaître et disparaître, changer et se réincarner, naître et mourir, avoir une fin quelconque, sauf lorsqu'elle est soutenue par la grâce divine (...) car Dieu et la nature ne font rien et ne connaissent rien par hasard, c'est-à-dire par la chance".

Cantemir est guidé dans ses recherches par un raisonnement indiscutable et déductif, comme l'axiome 'panta rhei' (Πάντα ῥεῖ) (Tout coule, rien ne reste inchangé), connu de la philosophie grecque antique. Elle gravite entre la croyance en Dieu en tant que grand créateur du monde en mouvement, la connaissance irrationnelle du transcendant et l'esprit rationnel et pratique des connaissances scientifiques innovantes.

Les monarchies sont des parties de la monarchie/royaume de Dieu, unique et englobante, qui est infinie et éternelle.

Les monarchies terrestres peuvent s'éteindre, mais les peuples peuvent éventuellement renaître des cendres de l'empire et donner naissance à une nouvelle monarchie dans les mêmes zones géographiques qui sont fixées par les points cardinaux reliés dans l'espace. Par exemple, le lever du soleil est la direction à partir de laquelle le soleil se lève et le coucher du soleil est le point auquel le soleil disparaît du ciel. Le mouvement perçu depuis le sol, ce mouvement dans le temps et l'espace, l'alternance du jour et de la nuit, les saisons, ne laissent que l'impression de la naissance, de la formation et de la mort, qui, à un niveau universel, ont une composition complètement différente et dans des cadres de référence complètement différents. La monarchie boréale ou "Akvilon", comme l'appelle aussi le vent froid qui souffle férocement en hiver du nord-est de la Russie et qui, dans le pays de naissance et de règne du prince Dimitrie Cantemir, la Moldavie, est appelé "Krivets", devrait, selon l'auteur d'une étude sur les monarchies, exister dans le présent ou nécessairement dans le futur.

Même certains païens, les Arabes les plus célèbres et les rabbins les plus savants croient au pouvoir prédictif des Saintes Écritures. La quatrième monarchie, celle du Nord, doit commencer à se développer. Monarchiarum physica examinatio se termine, tout naturellement, par le panégyrique de Dimitrie Cantemir à l'empereur du Nord, qu'il décrit sans hésitation comme le plus sage et le plus militant, nous laissant, nous lecteurs, dans le doute quant à l'identité de ce monarque, qu'aucun des monarques ne surpasse en humanité et en piété. Le divin psalmiste prophétise que ce royaume et son heureux règne dureront plusieurs siècles: "Bona ante multa saecula a divino Psalmista praecantata corrispondentiere augurantur".

Source : geopolitika.ru

 

18:33 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, pierre le grand, moldavie, russie, dimitrie cantemir | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire