Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 10 septembre 2022

Retour sur un été incandescent

44f8ef8_a5428ec493e1407980626a4d2d7f5b13-a5428ec493e1407980626a4d2d7f5b13-0.jpg

Retour sur un été incandescent

par Georges FELTIN-TRACOL

C’est la rentrée ! Mais la marche du monde ne s’est pas arrêtée pendant les mois de juillet et d’août. Certes, le système médiatique officiel français s’est vautré au cours de cette période de vacances dans une impressionnante complaisance climatique anxiogène. Les gigantesques incendies de forêts survenus en Gironde, en Bretagne, dans le Maine - Anjou ainsi que dans les Alpes et dans le Massif Central ont permis de désigner un responsable imparable : le réchauffement climatique. La sécheresse qui s’abat sur toute la France résulte aussi, selon la propagande médiatique, de ce même réchauffement. Quant aux violents épisodes orageux des 17 et 18 août dernier dans le Sud-Est et en Corse, c’en serait une conséquence indirecte. Salaud de réchauffement climatique !

Il est indéniable que la météo a perturbé les vacanciers, les travailleurs et les saisonniers. Les périodes de canicule auraient été plus fréquentes cette année. Ces importantes variations relevées ne doivent pourtant pas se focaliser sur la thèse réchauffiste. Le climat évolue au fil des siècles. Une œuvre anonyme, Le Journal d’un bourgeois de Paris, rapporte que dans la première moitié du XVe siècle, les hivers étaient très rigoureux si bien qu’on pouvait traverser la Seine gelée. Les historiens du « Roi-Soleil » surnomment le XVIIe siècle ludovicien le « petit âge glaciaire ». La montée progressive des températures commence au début du XVIIIe siècle, soit sept à huit décennies avant le départ de la Ire Révolution industrielle. Il faut par ailleurs observer que l’aboutissement des enclosures, véritable génocide rural silencieux, commencé deux siècles auparavant, favorisent la déforestation maximale de l’Angleterre et du Pays de Galles.

Plus prosaïquement, l’aridité croissante facilite les départs de feux parfois naturels (la tombée de la foudre), accidentels (éclats flambants de roues de trains touristiques à vapeur) ou intentionnels (actes de pyromanie). On est surpris que certains n’aient pas accusé les services russes, chinois ou syldaves d’en être les fauteurs. L’année dernière, les autorités algériennes incriminaient ouvertement des agents marocains et israéliens.

Rares ont été les commentateurs qui ont abordé la mauvaise gestion et l’absence d’entretien du domaine forestier français dispersé en une multitude de propriétés et dont certaines comme en Gironde dépendent de franchises accordées au Moyen Âge. Or, en plus d’un siècle, la superficie forestière dans l’Hexagone s’est fortement étendue au point que la France redevient cette « Gaule chevelue » décrite par Jules César dans ses Commentaires sur la guerre des Gaules. Le dysfonctionnement structurel de la gestion forestière résulte d’une méthode chaotique et individualiste des parcelles boisées. Aucune différence n’existe entre les forêts domaniales, propriétés des collectivités territoriales, les communes en particulier, et les champs d’arbres privés. Dans le même temps, dans les espaces périphériques des métropoles ou dans les zones péri-urbaines, de nombreuses municipalités dévastent leurs bois communaux pour y construire des logements sociaux destinés aux familles monoparentales et aux populations dites « sensibles » sous peine de payer de lourdes amendes.

Dommage qu’il n’y ait aucune proposition de « planification forestière » sous la supervision de l’État en tant que régisseur national des forêts apte à mettre en valeur cette formidable richesse. Le bois sert de source d’énergie à de plus en plus de foyers appartenant aux catégories populaires et moyennes en voie de déclassement social. Le paysage forestier dépend de l’entretien des sols, ce qui implique une incitation auprès de nombreux jeunes gens, motivés, formés et aidés, à retourner à la terre. Maintes forêts ne sont plus entretenues, faute de troupeau qui nettoyait les sous-bois. Relancer l’agro-pastoralisme en Provence ou dans les Pyrénées réduirait en partie les risques d’incendie.

imagegir.jpg

La situation de grande aridité est aussi un effet négatif des activités humaines. Le modèle productiviste exigé par la PAC (Politique agricole commune) impose des cultures grandes consommatrices d’eau (céréales, maïs). Mais ce n’est pas le seul problème. Avec les restrictions prises par les préfectures, on assiste à différents conflits d’usage autour de cette ressource vitale. Des agriculteurs souhaitent créer des retenues d’eau, ce que rejettent les écologistes, d’où de violents incidents et le décès de Rémi Fraisse en octobre 2014 à Sivens. De tels réservoirs permettraient d’irriguer des cultures avides en eau. On peut comprendre l’irrigation maraîchère. Doit-on accepter l’arrosage des terrains de golf ? La priorité va-t-elle aux golfeurs ou bien aux agriculteurs ? L’État ne répond pas et préfère pratiquer un très difficile « en même temps ».

Certains villages du Midi de la France voient déjà leur source tarie et se résignent à s’approvisionner en bouteilles d’eau minérale. Et en ville ? D’éventuelles coupures d’eau combinées aux coupures de gaz, d’électricité et de chauffage pourraient à assez brève échéance susciter un mouvement social en comparaison duquel celui des Gilets jaunes ne serait qu’une aimable plaisanterie.

En outre, les communes urbaines disposent de canalisations anciennes et vétustes. Les changer serait bien plus coûteux que de laisser d’innombrables fuites d’eau parfois dues aux mouvements souterrains de terrain et à l’usure naturelle des matériaux. Afin de tendre vers le plein emploi effectif, ne pourrait-on pas entreprendre sur une décennie au moins une telle réfection ? Cela impliquerait un suivi long que ne permet pas la désastreuse démocratie libérale court-termiste !

1525878-les-pompiers-tentent-de-maitriser-un-incendie-de-foret-a-louchats-dans-le-sud-ouest-de-la-france-le-17-juillet-2022.jpg

Avant d’être un geste écologique, économiser l’eau est d’abord une action de bon sens principalement financière. L’absence de vision sur une longue durée historique à propos du sort de la forêt et des usages contradictoires de l’eau procèdent de la déshérence avancée des services publics ou de services privatisés en quête d’une rentabilité élevée.

La Grasse Presse n’évoque pas ces problèmes et leurs enjeux édifiants. Elle préfère verser dans l’incantation climatique afin d’effrayer le quidam. Il est néanmoins surprenant - et même cocasse - qu’à l’heure de la « société liquide » et des assauts géopolitiques de la Mer (pour faire simple), bien des sociétés fluidifiées et post-genrées subissent un manque d’eau flagrant !    

GF-T

« Vigie d’un monde en ébullition », n° 41, mise en ligne le 6 septembre 2022 sur Radio Méridien Zéro.

Commentaires

Sécheresse de 1540, pire événement climatique de tous les tps.
5°C à 7°C au-dessus des températures moyennes en Europe au XXe siècle.
.
Des pierres gravées à cette époque dans le lit des fleuves sont réapparues. La variété du climat c'est la norme.

Écrit par : le sith rouge | dimanche, 11 septembre 2022

Écrire un commentaire