Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 18 novembre 2010

Colloque "Localisme et identité, la réponse au mondialisme" - Paris, 4 déc. 2010

Colloque « Localisme et identité, la réponse au mondialisme ». Paris, 4 décembre

Organisateurs :
Associations alternatives, localistes, démocrates et identitaires (Coopérative Parisienne ; Ti Breizh, la maison Bretonne ; Académie pour la défense des êtres humains ; Projet Apache ; Parti des Français Progressistes ; Terres Arvernes ; Lien en Pays d’Oc ; Terroirs et Productions de France).

Programme :

9h00 : accueil
9h30 : ouverture des travaux, présentation de la journée.
9h45 : exposés
- Georges GOURDIN, communication et médias : les fêtes enracinées ou le cadeau planétaire jetable? L’exemple de Noël.
- Dominique LAMBERT, ingénieur en environnement, Londres : l’urbanisme, les transports et l’énergie au service de la relocalisation des activités humaines.
- Jacques DAUDON, enseignant retraité, maraicher bio : les conditions alimentaires et environnementales pour rétablir santé et bien être de notre population.
- Philippe MILLIAU, responsable de formation : l’alternative économique et fiscale du localisme face à l’ordre mondial et à la destruction de la terre.
11h00 pause
11h15 : table ronde avec les orateurs de la matinée et questions écrites de la salle. Animateur : Arnaud NAUDIN, journaliste.
- à quelle échelle pertinente peut on appliquer les préconisations et propositions des conférenciers ?
- crise mondiale, ou crise du système mondialiste ?
- du concret au quotidien, ou l’attente du  » grand soir » de la fin du mondialisme
- la relocalisation, une vision archaïque, ou futuriste ?
- questions écrites.
12h30 déjeuner

14h30 : exposés :
- Arnaud GOUILLON, ingénieur et responsable d’ONG : localisme, écologie, démocratie, actions humanitaires et valeurs humaines : la synthèse identitaire.
- Philippe CONRAD, historien : identité et devenir de la civilisation Européenne.
- Philippe PERCHIRIN, consultant et dirigeant de PME dans un cadre Européen : face à la régression totalitaire mondialiste, demain la démocratie directe.
- Isabelle LARAQUE, professeur de philosophie : de la cité Grecque au citoyen du monde, un chemin à l’envers.

16h00 pause
16h15 : table ronde avec les orateurs de l’après midi, et questions écrites de la salle. Animateur : Xavier DELAUNAY, journaliste.
- l’argent roi, une incompatibilité avec la démocratie…
- l’histoire de l’Europe est elle écrite ? Le monde peut il se passer de l’Europe?
- l’explosion démographique Africaine et musulmane : un danger pour l’équilibre du monde ?
- la démocratie directe et les libertés locales : inciter le citoyen à se prendre en charge
- questions écrites
17h45 : synthèse et conclusions.

Lieu : NOVOTEL Pont de Sèvres, 13 grande rue, 92 310 Sèvres
Date : Samedi 4 Décembre, de 9h à 18h
Prix d’entrée : 10 euros.
Repas de midi facultatif et UNIQUEMENT sur réservation : 30 E. Règlements auprès du service accueil du colloque, sur place.

Inscriptions à faire parvenir avant le 2 Décembre à :

Ti Breizh, milin coz, 29650 GUERLESQUIN
mail : milin.coz@gmail.com [1]
tel : 02 98 72 89 33 et 06 01 15 92 37


Article printed from :: Novopress.info France: http://fr.novopress.info

URL to article: http://fr.novopress.info/72062/colloque-localisme-et-identite-la-reponse-au-mondialisme-paris-4-decembre/

URLs in this post:

[1] milin.coz@gmail.com: mailto:milin.coz@gmail.com

dimanche, 13 décembre 2009

Perfectionner la monétarisation des activités: le système d'économie locale (SEL)

epargner_292x237.jpgArchives de SYNERGIES EUROPEENNES - 2000

Perfectionner la monétarisation des activités : le système d'économie locale (SEL)

 

Au moment où les faux-monnayeurs de la finance transnationale pillent la Russie, une initiative éclot dans quelques coins de ce marécage que devient l'Europe: le S.E.L., Système d'Economie Locale. En langue anglaise, on appelle ce mode d'organisation LETS (Local Exchange and Trading System). Il existe partout dans le monde, depuis le Canada jusqu'aux USA, en Australie ou en Nouvelle-Zélande. En Europe, les SEL fonctionnent au Danemark, en Espagne, au Royaume-Uni, en Suisse, en France. Un SEL combine trois qualités: un progrès important dans la compréhension de l'organisation monétaire des activités humaines; l'usage d'une monnaie abstraite  —l'ECU?—  en tant que monnaie de compte; la logique de l'honneur dans les rapports entre membres de l'organisation.

 

L'organisation monétaire

des activités humaines

 

On ne sait jamais pourquoi une activité donnée, ou une profession particulière, est exercée par telle ou telle personne: le goût des relations, l'utilité du travail, la rémunération, voire une simple occasion de sortir... Le problème essentiel de toute société concrète réside dans l'organisation d'une coopération entre un grand nombre de personnes interdépendantes. Dès que les biens et services à échanger sont multiples et variés, l'adéquation entre la production et la consommation est assurée par la monnaie. Pour chacun, le rôle de régulateur des achats et ventes est tenu par la contrainte de budget: il faut harmoniser les recettes et les dépenses.

 

Le système monétaire contemporain traite la monnaie comme un bien créé ex nihilo par des monopoles de faux-monnayeurs, ce qui explique l'enrichissement des banquiers: ils payent sans avoir au préalable obtenu “de quoi” et ne remboursent jamais. Les plus rusés et les mieux organisés accumulent ainsi une puissance qui permet de corrompre, trafiquer, financer la prédication médiatique, etc. L'un des grands esprits du XXième siècle, Ezra Pound (1 citait à propos du système monétaire une lettre troublante: «Il y en aura peu qui pénètreront ce système, et ceux qui le comprendront s'emploieront à en jouir; quant au public, peut-être ne comprendra-t-il jamais que ce système est contraire à ses intérêts» (Lettre des Rothschild à la maison Ikleheimer, 26 juin 1863).

 

Les désarrois des populations confrontées à la domination de castes transnationales qui carambouillent, pillent et tuent sans vergogne aux moyens de la finance, ont amené les esprits éclairés et honnêtes à réactiver le principe monétaire fondamental: la monnaie est d'abord une relation interpersonnelle, un DEBIT-CREDIT qui facilite les échanges.

CREDIT est la troisième personne du singulier du présent de l'indicatif du verbe latin “croire ou prêter”. CREDIT signifie donc: “il prête”.

DEBIT vient du latin debet. troisième personne du présent de l'indicatif du verbe latin “devoir”. DEBIT signifie donc: “il doit”. Un DEBIT-CREDIT est la constatation, par une tierce personne, de la créance de quelqu'un sur quelqu'un d'autre. Dans les vieux registres comptables du Moyen Age, on observe d'ailleurs de nombreux exemples attestant que les comptes de dettes et créances ont influencé la mise au point de la comptabilité à partie double. Puis, la comptabilité a permis à la monnaie de s'affranchir de la matière (or et argent) au cours des deux derniers siècles.

 

La constatation qu'un Débit-Crédit est une relation entre quelqu'un qui prête et quelqu'un qui doit est le fondement du S.E.L. Comprendre l'importance et la portée de cette caractéristique permet d'améliorer l'organisation monétaire.

 

Quelle unité de compte?

 

L'usage d'unités monétaires abstraites est aussi ancien que le monde des hommes. En ce siècle même, les exemples sont nombreux. En 1952, par exemple, la CECA (Communauté Economique pour le Charbon et l'Acier) possédait sa propre unité de compte; le budget européen, puis les prix agricoles, ont été définis en unités de compte. En 1991, la BRI (Banque des Règlements Internationaux) tenait toujours ses comptes en franc or... Un grand groupe industriel comme Saint-Gobain utilise l'ECU pour exprimer les prix de cession entre filiales situées dans différents pays européens. Un groupe connu comme Interflora utilise pour ses besoins propres une monnaie de facturation interne créée de toutes pièces, qui s'appelle le florin, mais est distincte du florin (gulden)  néerlandais.

 

Le SEL opère entièrement en une monnaie abstraite. Il serait possible d'ailleurs de choisir l'ECU comme l'ont aussi décidé de nombreuses sociétés européennes. Mais, en tant qu'organisation monétaire de la solidarité, le SEL ne s'aventure pas dans la création monétaire réservée aux banques et aux intermédiaires financiers. Il permet à un créditeur, celui dont le compte est provisionné, de reporter à plus tard l'exercice du pouvoir d'achat dont il dispose sur l'ensemble des autres membres du groupe. Il respecte les conventions habituelles à l'économie de marchés.

 

Acquérir un pouvoir d'achat

par les échanges

 

La porte d'accès au monde de la consommation est le solde créditeur d'un compte. Avoir une créance est un moyen de contrainte sûr et éprouvé pour se procurer des biens et services sur des marchés. Chacun consomme en fonction de ses ressources disponibles. Tous sont soumis à leur contrainte de budget.

 

Le SEL est une association qui organise la rencontre des offres et des demandes, par tous moyens possibles: Bulletin, Fax, Serveur, selon les moyens et les nécessités. Les prix sont exprimés en une monnaie de compte spécifique au SEL. Les créances et dettes sont matérialisées par des bons d'échange composés de trois parties: la souche destinée à l'emprunteur, la partie centrale affectée à l'association gestionnaire, la partie droite remise au créancier.

 

Le(s) gestionnaire(s) du SEL enregistrent les DETTES-CRÉANCES de chaque membre par l'intermédiaire d'un logiciel apte à traiter un grand nombre d'opérations entre de multiples agents: le compteur des créanciers est crédité du montant des fournitures de services (celui des bénéficiaires est débité d'autant), cela permet aux créanciers de se porter acquéreurs à leur tour...

 

Les conventions habituelles aux économies de marchés sont respectées. Pour tout un chacun, Débit et Crédit ne sont pas synchronisés. Une norme d'endettement est donc définie dans les statuts. Des amendes (des pénalités) sont à prévoir pour sanctionner ceux qui dérogeraient à la règle. L'association, comme n'importe quel marché, n'est pas responsable de la qualité des biens et des prestations. Aussi le SEL renvoie-t-il à la logique de l'honneur.

 

 

 

 

 

Autocontrôle du S.E.L.:

la logique de l'honneur

 

L'honneur de l'homme consiste en ce que tout contrat solennellement passé, verbalement ou non, entre des personnes, signifie que celui qui viendrait à se parjurer se maudirait lui-même et serait repoussé de partout. La violation des engagements entraîne une sanction exemplaire, car l'honneur est une valeur immanente liée au comportement personnel et à la position sociale: on “accomplit les devoirs que la coutume fixe à la catégorie particulière à laquelle on appartient” (3).

 

La réussite de l'association dépend de la qualité des prestations fournies par chacun, tous engageant leur réputation. La vie économique est émaillée d'incidents: mauvais fonctionnement des biens fournis; délais d'exécution des services non tenus; accidents de solvabilité... qu'il est impératif d'éliminer pour que réussisse l'échange fondé sur la bonne foi (bona fides), la parole du partenaire, qu'il tient de sa volonté propre ou de son honneur, c'est-à-dire son propre engagement vis-à-vis de soi pour l'autre et de l'autre vis-à-vis de soi-même. Le contrat, expliquait déjà Aristote, est une loi faite par des particuliers en vue d'une affaire déterminée. Toute violation est donc violence que l'homme se fait à lui-même. Par rapport à cette violence, les membres du SEL (les témoins) doivent rendre justice. Le droit interne à l'association n'a de garant que les hommes qui sont eux-mêmes leurs propres juges.

 

La réputation de chacun, son engagement sur l'honneur, est le moyen de contrôler la qualité des biens et services. Qu'une personne croît ou non avoir bien fait, qu'elle ait ou non agit avec la volonté de bien faire, n'a aucune importance. L'honneur dépend du jugement des semblables, la bonne société qui s'est associée dans le SEL. Une procédure de jugement à l'encontre de ceux qui ne respecteraient pas leurs engagements est essentielle au fonctionnement de toute association volontaire. Dans un SEL d'une centaine de membres, le conseil d'administration tranche ces questions. Mais, au-delà, il importe d'éviter la domination d'une catégorie quelconque de personnes en choisissant les “juges” selon la théorie statistique de l'échantillonnage: activités, âge, sexe, seraient représentés dans l'instance de jugement au prorata de leur importance réelle dans le SEL.

 

Un pas vers la civilisation?

 

Il n'existe aucune limite aux activités praticables dans un SEL. Le SEL est adapté à la créativité et à l'inventivité des hommes, producteurs et consommateurs. Tout producteur peut réaliser “sur mesure” des biens et services d'une haute valeur car incorporant son savoir-faire. Les personnes créatives, les artistes produisant des biens durables et esthétiques peuvent rencontrer dans les SEL les consommateurs non homogènes dont ils ont besoin pour laisser éclore leur talent. De même, le consommateur insatisfait des ignominies déversées à grand renfort de pub trouvera des producteurs aptes à façonner les produits finalisés qu'il désire. Au total, il apparaît que la production créatrice et personnalisée, celle qui permet de satisfaire des besoins authentiques, réellement particuliers, ne peut prendre son envol que dans les SEL. Ici et là, il sera possible de mettre un terme au culte de la laideur imposé par les trafiquants...

 

La liberté d'entreprendre est favorisée par l'affectio societatis  qui fonde les relations privilégiées entre membres d'un SEL. Il devient possible de s'adonner au goût des largesses qui accroissent l'honneur de ceux qui les font: soit à travers la qualité et l'inventivité d'œuvres qui n'obéissent plus à la reproduction massive et médiocre; soit par une tarification individualisée. Le contrat entre hommes libres favorise les prestations de qualité.

 

Extensions

 

Le SEL organisera le report, c’est-à-dire la possibilité pour les agents ayant gagné un excédent, de le laisser à la disposition des agents à déficit à condition que quelque temps plus tard la réciproque se produise. Un compte collectif, une “tontine”, sera ainsi crédité puis débité selon des modalités temporelles précisées à l'avance.

 

Les SEL utiliseront une unité de compte commune pour faciliter les échanges entre membres de différentes associations. Chaque SEL ferait référence à l'“Europa” (par exemple, unité de compte commune). Alors, un membre du SEL de Moscou pourra demander les services d'une personne du SEL de Saint-Pétersbourg. Il suffit d'un compte en Europa tenu dans chaque association.

Conclusion

 

Le SEL, permettant d'exercer ses talents sans être volé, pillé et ruiné, est une zone d'harmonie au sein du chaos. Il organise une solidarité monétarisée entre ses membres qui refusent de laisser à la seule charité l'acquisition des ressources nécessaires à une vie décente, alors que les appareils bureaucratiques d'Etat rançonnent les classes moyennes qui marchent sans interruption vers l'abîme. Il favorise la production et la consommation de biens et services non homogènes, spécifiques, autorisant la joie désintéressée de créer. Il fait appel à la logique de l'honneur pour conduire au respect des contrats.

 

Le SEL peut être la fleur qui éclot “car c'est dans les cœurs nobles que la souffrance du peuple trouve son écho le plus puissant. Quand le sentiment du droit et du bien s'évanouit, quand l'épouvante trouble les sens, alors les forces de l'homme de la rue sont bientôt taries. Mais chez la vieille aristocratie le sens de ce qui est vrai et légitime demeure vivant et c'est d'elle que sortent les nouveaux rejetons de l'esprit d'équité” (4).

 

Frédéric VALENTIN.

 

Notes:

(1) Ezra POUND (30 octobre 1885/1 novembre 1972), Le Travail et l'Usure, recueil de textes politiques publiés par l'Age d'Homme, 1968. Il fit l'objet d'une procédure d'internement en hôpital psychiatrique aux Etats-Unis pendant douze ans pour haute trahison. Il retourna en Italie en 1958.

(2) Comme l'indique par exemple Philippe JURGENSEN, in Naissance d'une monnaie, l'ECU, J. C. Lattès, 1991, p.121.

(3) Philippe d'IRIBARNE, La logique de l'honneur. Gestion des entreprises et traditions nationales, Le Seuil, 1989, p.27.

(4) Ernst JÜNGER, Sur les falaises de marbre, Gallimard, L'imaginaire, 1983, p.126.