Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 30 décembre 2021

Le rêve d'immortalité de Bezos et l'inéluctabilité de la mort

cc479444-4581-4ddf-b99f-d28954c5e958.jpg

Lorenzo Maria Pacini

Le rêve d'immortalité de Bezos et l'inéluctabilité de la mort

Source: http://novaresistencia.org/2021/12/21/o-sonho-da-imortalidade-de-bezos-e-a-inevitabilidade-da-morte/?fbclid=IwAR38npV79Y-qXvC19qMq0ICJdazVy8-XX-_xYOFJqilg83z6rfjMXrvVEck

La mort est un élément fondamental de l'essence humaine. Mais la peur de la mort et la recherche de moyens d'y échapper ont été des thèmes permanents dans l'histoire de l'humanité. Dans la postmodernité, cependant, ces tentatives se sont mêlées au technocentrisme et au transhumanisme. Le dernier en date est l'investissement du milliardaire Jeff Bezos dans les technologies de prolongation de la vie.

Le MIT Technology Review rapporte que Bezos investit dans une nouvelle startup visant à stopper le vieillissement humain, appelée Altos Lab, lancée par le milliardaire russe Yuri Milner en 2021. Cette startup à la longévité compliquée vise à développer une technologie qui rajeunit les cellules et permet aux gens de vivre au moins cinquante ans de plus que la moyenne actuelle. "La philosophie de l'entreprise est de se concentrer sur la recherche axée sur la curiosité", a déclaré le chercheur Manuel Serrano à Technology Review. "Grâce à une entreprise privée, nous avons la possibilité d'être audacieux et d'explorer toutes les dimensions qui peuvent nous aider à comprendre le mécanisme du rajeunissement. La monétisation des découvertes que nous ferons est une hypothèse, mais ce n'est pas le but principal de notre travail." Outre M. Serrano, déjà connu pour ses travaux en matière de génie génétique pour la longévité, le projet implique également Shinya Yamanaka et John Gurdon, qui a reçu le prix Nobel de médecine 2012 pour ses travaux sur la reprogrammation de l'ADN, le généticien américain Steve Horvath, le biologiste allemand Wolf Reik et le biochimiste espagnol Juan Carlos Izpisua Belmonte. La "lutte contre le temps" de Bezos, l'homme le plus riche du monde selon les magazines spécialisés, n'est pas nouvelle : avec l'investissement qu'il a réalisé il y a des années dans Unity Biotechnology, une entreprise pharmaceutique spécialisée dans l'anti-âge, il s'était déjà dit prêt à donner un avenir - ou peut-être plus d'avenir, pour être ironique - à ce domaine de recherche.

Une série de questions et de réflexions se posent inévitablement, dont la première est d'ordre socio-économique. Un magnat ordolibéral technocapitaliste investit massivement dans un secteur, prélude au mécanisme désormais bien connu par lequel, une fois qu'une découverte est brevetée, elle est vendue, avec des profits énormes et la construction de paradigmes de dépendance financière et de contrôle social, à des États ou à d'autres entreprises, alimentant le système de marchandisation de la vie humaine et des politiques qui y sont liées. Il n'y a rien de problématique en soi dans la recherche, et c'est très bien de pouvoir la réaliser, mais c'est la volonté derrière le projet qui doit être évaluée, surtout quand il s'agit, comme dans ce cas, d'une personne déjà connue pour avoir créé une entreprise monopolistique dans laquelle les travailleurs vivent dans des conditions de travail précaires et inhumaines, créant une concurrence déloyale sur le marché et entraînant la tendance à une plus grande richesse, toujours aux dépens des plus faibles.

Une question concerne l'aspect bioéthique. Le rapport à la mort est le plus ancestral, le plus enraciné et le plus commun à l'homme ; il fait partie de son statut ontologique et anthropologique. Une bonne relation avec la mort est celle où l'on perçoit et vit l'ouverture transcendantale de l'existence, dans l'ordre métaphysique qui nous appartient, en ne s'identifiant pas au corps biologique, mais à l'âme qui le façonne, en acquérant la conscience que la dimension existentielle dans laquelle on acquiert la conscience de soi n'est pas la seule, mais est un et un passage. La peur de la mort, en revanche, apparaît lorsque cette maturation individuelle n'est pas atteinte, restant ancrée ou plutôt coincée dans la matérialité de la vie, de sorte qu'elle n'a pas de but et pas de verticalité. La mort est inévitable, pour les deux types d'individus ; elle survient cependant aussi bien pour ceux qui l'attendent et l'accueillent avec réflexion, le cœur ouvert et la conscience du passage qu'elle représente, que pour ceux qui la craignent, la fuient constamment et tentent de l'exorciser violemment. L'absurdité qui se dégage d'un projet qui vise une supposée "immortalité" n'a pas non plus beaucoup de sens d'un point de vue encore plus subtil : le corps biologique est une partie de notre essence incarnée, et y rester attaché "pour toujours", comme si c'était le seul état dans lequel nous pouvons exister, reviendrait à limiter notre évolution, notre voyage vers une dimension bien plus élevée. C'est un peu comme chercher la liberté en voulant s'enfermer dans une prison avec des chaînes plus grosses.

Il y a également un aspect biomédical à prendre en compte. Si la possibilité de prolonger la vie biologique était réalisée, que deviendrait notre corps ? La génétique et la biologie nous enseignent que le corps humain est un organisme complexe, dans lequel rien ne se produit "soudainement", dans lequel les changements résultant d'une adaptation comportementale et environnementale nécessitent une longue période de temps pour se fixer définitivement dans le patrimoine génétique et donc héréditaire. La grande découverte de Bezos et de ses compagnons finirait par être, une fois de plus, un luxe pour quelques-uns, et non un élixir pour les peuples et les nations. Même la voie de l'hybridation homme-machine et l'application des biotechnologies au corps, avec toutes les réflexions éthiques complexes qu'elles impliquent, ne peuvent interrompre le voyage que toute âme est appelée à entreprendre.

Il serait peut-être plus sage d'investir autant de ressources, par exemple, dans la formation à une vie saine, authentique et équilibrée, ou dans le travail intérieur, la connaissance de soi, l'étude du bien commun et la réalisation authentique et intégrale du bonheur individuel et collectif. Cela permettrait une meilleure qualité de vie, une transformation de la société, un changement radical de la direction prise par ce monde. Alors la mort ne serait probablement plus l'ennemie à fuir jusqu'au jour inopportun et inévitable, mais la sœur, comme le dit saint François, sur laquelle nous pouvons nous appuyer de manière fraternelle au terme de notre parcours dans cette forme de vie, prête à nous livrer dans ses bras pour passer consciemment à de nouveaux horizons.

Source : Idee&Azione

jeudi, 09 mai 2019

La guerre des réseaux de mini ou micro-satellites

bigstock-satellites-orbit-network-communications289422694-supersize.jpg

La guerre des réseaux de mini ou micro-satellites

par Jean-Paul Baquiast

Ex: http://www.europesolidaire.eu

Cette guerre qui se préparait dans une relative discrétion vient d'être annoncée publiquement. Certains se demandent quel est le type de monde qui est en train de se mettre en place.

Le fondateur d'Amazon, Jeff Bezos, vient d'annoncer le Project Kuiper. Il s'agira de mettre en orbite 3.200 satellites qui fourniront dans le monde entier les services d'un Internet à haute vitesse. Le milliardaire Elon Musk, de Space X, n'est pas resté sans réaction. Il vient d'être autorisé à placer à diverses altitudes une constellation de 12.000 satellites. La société Oneweb, de son côté devrait placer en orbite à partir de la Floride 600 satellites qui devraient être opérationnels en 2021.

Ces divers projets, et d'autres vraisemblables mais non encore finalisés, ont été discutés à la Satellite 2019 International Conference qui vient de se tenir des 6 à 9 mai 2019 à Washington. Mais plutôt que de demander si l'espace serait assez grand pour accommoder autant de satellites et plus en profondeur à quoi ces réseaux de satellites devraient servir exactement, les conférenciers se sont demandés si l'ultra-riche Jeff Bezos et l'infrastructure mondiale terrestre dont il dispose avec Amazon n'allaient pas éliminer toute concurrence, ce qui poserait évidemment un défi à la démocratie (dite de plus en plus démocrature) dont les Etats-Unis se vantent d'être les meilleurs représentants dans le monde.

180803-bezos-cash-at-space-program-00.jpg

Jeff Bezos et Elon Musk se vantent avec ces réseaux d'apporter de l'Internet à haut débit, non pas dans les grandes villes qui en disposent déjà, mais dans les régions pauvres du monde, notamment en Afrique. Pour les 2,5 milliards d'Africains, bientôt 4 milliards à la fin du siècle, cette ressource est encore inaccessible. Ces réseaux desserviront aussi, sans possibilité de brouillage, la Russie et la Chine qui ont encore beaucoup de mal à fournir de l'Internet à leurs citoyens. Comment Moscou et Pékin réagiront-ils à ce qu'ils considéreront inévitablement comme une nouvelle forme de guerre ?

En Europe même, il conviendrait de se poser la question. L'Internet y est déjà saturé par les GAFAs qui y diffusent une propagande pro-américaine incessante, commerciale et politique. Avec les nouveaux réseaux de mini-satellites, tous américains, l'Europe sera plus que jamais une colonie américaine. 

09:46 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jeff bezos, elon musk, satellites, internet, espace | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook