Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 04 juin 2022

Contre l'"optimisme scientifique". De l'"homo sapiens" à l'"homo deus"

b2ap3_large_shutterstock_214672753.jpg

Contre l'"optimisme scientifique". De l'"homo sapiens" à l'"homo deus"

Ernesto Mila

Source: http://info-krisis.blogspot.com/2022/05/cronicas-desde-mi-retrete-contra-el.html

L'un des mirages de notre époque est l'"optimisme scientifique" que l'on retrouve dans les médias. "Quoi, il y a un virus qui efface tout ? Relax, il ne se passe rien ici ! Le vaccin qui résoudra le problème sera bientôt prêt. Le VIH, qui était mortel dans les années 1980, n'est-il pas devenu aujourd'hui une maladie chronique ? C'est l'un des derniers arguments que nous entendons partout dans les médias depuis février-mars 2020. La science peut tout faire, elle résout tous les problèmes, ceux qui existent aujourd'hui et ceux qui apparaîtront demain. Quiconque ne fait pas confiance à la science a un problème. La science d'aujourd'hui est la définition la plus courte du "progrès". Puis il s'avère que les choses ne sont pas tout à fait comme ça.

Dans les années 1960, il y a eu un débat épistémologique sur la science et sa neutralité. Certains ont affirmé qu'il existait une "science" au service du capitalisme et que, par conséquent, la science n'était pas neutre, mais une extension du capitalisme pour mieux atteindre ses fins ultimes, plus rapidement et de manière plus rentable. Les autres disaient que la science était neutre car une invention comme la bombe atomique pouvait servir à la fois aux "capitalistes" et aux "communistes". Finalement, la chose la plus raisonnable - après la fièvre de Mai 68 - était que la science était neutre dans ses principes, mais que son application ne l'était pas. La science médico-légale, diffusée avec pédanterie depuis 20 ans par la franchise "CSI", peut être appliquée aussi bien par les enquêteurs de la police pour résoudre des crimes que par les criminels qui ne veulent pas laisser de traces (la série Dexter, par exemple, est basée sur cette idée).

Ainsi, à la conclusion sur la neutralité de la science, mais pas de ses applications, nous pouvons en ajouter une autre : la science peut être utilisée aussi bien dans son aspect "clair", bénéfique à l'humanité, que dans son aspect "sombre". Et, à partir de là, nous avons même une troisième conclusion à portée de main: les "optimistes scientifiques" ne font référence qu'aux aspects positifs des nouvelles découvertes et possibilités qui s'ouvrent dans les différents domaines, mais jamais, absolument jamais, à leur "côté sombre". Car tout progrès scientifique et toute avancée technique comportent inévitablement un aspect problématique.

Bien que nous reconnaissions que l'énergie nucléaire est le moyen le moins cher de garantir l'approvisionnement énergétique, du moins en Europe, et que les centrales nucléaires du 21e siècle n'ont rien à voir avec celles de la seconde moitié du 20e siècle, et sont donc plus sûres, il y aura toujours la possibilité d'une défaillance technique ou humaine ou d'une attaque. Mais toutes les formes de production d'énergie ont leur côté sombre: l'énergie éolienne, par exemple, génère des problèmes acoustiques qui empêchent la vie humaine à proximité des parcs éoliens. Quiconque a visité un parc éolien sait exactement de quoi nous parlons. Et, d'autre part, tout dépend du vent qui souffle, tout comme l'énergie solaire fonctionne tant qu'il n'y a pas de nuages qui s'amoncellent...

Il n'existe pas de solution qui soit sûre à 100 % et qui, en même temps, n'implique pas une forme de dommage, de nuisance, de risque ou de gaspillage.

Passons à un autre domaine. Celui des sciences de la santé. L'important capital excédentaire des entreprises technologiques investit dans ce domaine. Personne ne veut mourir. Personne ne veut être malade. Certains veulent même vivre éternellement. Et la science fait des recherches dans ce sens. Ce n'est pas de la science-fiction, ce sont des réalités qui ont déjà été réalisées: il a été possible de prolonger la vie de rats de laboratoire en multipliant par quatre leur durée de vie normale, en prolongeant les télomères qui garantissent la bonne reproduction de leurs cellules. Cela signifierait, dans la vie humaine, la possibilité d'atteindre 320 ans, sans aller plus loin. De même, ils expérimentent la technologie dite "CRISPR", qui consiste essentiellement à couper et coller les gènes endommagés dans les chaînes d'ADN et à les remplacer par d'autres gènes "sains". En d'autres termes, l'"édition de l'ADN" a été rendue possible. C'est très bien de pouvoir vivre un peu plus de trois siècles... mais le problème n'est pas seulement de vivre, mais quelle sera notre qualité de vie, et comment notre esprit réagira-t-il à un monde qui n'a rien à voir avec celui que nous avons connu dans notre enfance, pas même lorsque nous aurons atteint nos 100 premières années ; nous aurons atteint la "maturité" vers 150 ans... Qu'y a-t-il de mal à prolonger la vie au-delà de trois siècles ? Pouvons-nous imaginer ce que ce serait de naître en Espagne en 1700 et de mourir en 2022 ? Le cerveau pourrait-il stocker et traiter autant de souvenirs ? Pourrait-il résister à autant de changements ? Quelle serait notre qualité de vie ? La question de la "superlongévité" - techniquement possible aujourd'hui encore - génère de nouveaux problèmes très difficiles à résoudre... et aucun des scientifiques travaillant sur ces projets n'en parle.

elon-musk-neuralink-diffuser-musique-cerveau.jpg

L'ineffable Elon Musk finance le projet "Neurolink", qui consiste à connecter directement cerveau et ordinateur. Malgré le secret qui entoure ce projet, il a été rendu public: à une date indéterminée, en tout cas avant les 25 prochaines années, il sera possible de créer une interface permettant de "télécharger" tout ce que contient notre cerveau dans le "nuage" (le "cloud"). L'idée est que ce projet progresse parallèlement à d'autres nouvelles technologies. La robotique, par exemple. Si nous devons être en Australie, il ne sera pas nécessaire, dit Musk, que nous nous y rendions. Il suffira de charger un robot avec le contenu de notre partition dans le "nuage", pour que "nous" y soyons, sans y être... Science-fiction ? Pour le moment, oui, mais n'oublions pas que des milliards de dollars sont investis dans la recherche dans cette direction.

Beaucoup plus réaliste et à portée de main est l'abandon des transplantations d'organes. L'Espagne est réputée être un leader en matière de "dons" d'organes. Elle ne sera guère utile dans cinq ans, lorsque des organes artificiels pourront être "imprimés" dans des imprimantes 3D, en utilisant des cellules souches comme "encre". Ce sera une percée, car il n'y aura pas de "rejet" et le corps ne sera pas saturé après quelques années par les résidus chimiques des médicaments anti-rejet. La question fondamentale, une fois de plus, n'est pas technique, mais de savoir si la sécurité sociale couvrira les coûts de ce type d'opération ou si la technique ne sera qu'à la seule portée de quelques privilégiés. Les inégalités sociales risquent de se traduire en temps de vie: les plus fortunés pourront se payer un "étirement" des télomères, ils pourront remplacer tout organe qui se dégrade par une réplique imprimée en 3D et, à la limite, si tout échoue et qu'il n'y a pas de remède, ils pourront toujours souscrire une police auprès d'ALCOR, une entreprise qui opère depuis un quart de siècle, avec une succursale en Espagne, qui garantit la conservation cryogénique du corps physique en cas de décès dû à une maladie incurable, et la "dé-cryogénisation" au moment où l'on trouve un remède à cette maladie. L'assurance-vie couvre les frais de conservation. Et si l'on n'a pas une fortune pour payer les frais de cryogénie et de conservation du corps entier, ce qui sera conservé - ce qui est d'ores et déjà conservé aujourd'hui - c'est la tête dont le cerveau sera transplanté dans un robot à la première occasion.

À la limite de cet "optimisme scientifique" se trouvent les gourous du posthumanisme (à ne pas confondre avec le transhumanisme). Alors que le transhumanisme soutient qu'il est possible d'améliorer les capacités humaines grâce aux nouvelles technologies, les posthumanistes affirment qu'une fois le stade transhumaniste dépassé, il faudra atteindre une situation dans laquelle les êtres humains pourront s'émanciper complètement de la biologie qui les limite, se réfugier dans le "nuage", y créer une sorte de "conscience globale", qu'ils considèrent comme la limite de l'évolution darwinienne: nous aurons ainsi parcouru le chemin entre le ver et l'homme, comme disait Nietzsche... pour finalement nous transformer en un seul être global, avec une seule conscience d'espèce, presque comme celle qui gouverne une fourmilière ou une ruche.

Cette dernière perspective, défendue non pas dans le domaine de la science-fiction, mais dans celui des "sciences d'avant-garde", constitue la limite extrême d'une tendance très marquée de notre époque: la considération de la science comme la mère de toutes les solutions et du progrès comme la tendance inéluctable à laquelle elle nous conduit. Pourquoi s'interroger encore ? La science fait progresser l'humanité et il importe peu que nous vivions 320 ans, éternellement, ou que nous dépassions le "stade biologique" et parvenions à nous émanciper de ses limites. Le reste n'a pas d'importance. L'idée de "progrès" l'emporte toujours et nous devons toujours aller plus loin dans la direction qu'elle nous indique.

Au début du 20e siècle, les progrès scientifiques et techniques ont suscité un débat sur la science. Je crois me souvenir que c'est Henri Poincaré qui a inventé l'expression "science sans conscience" dans sa critique de la science positiviste. L'idée était que, s'il est vrai que la science peut explorer dans toutes les directions, elle doit le faire avec une éthique, une conscience, des critères moraux et raisonnables de sécurité et de prudence.

Dr-Jekyll-et-M-Hyde-affiche-de-la-comedie-musicale©Osterreichische-Nationalbibliothek.jpg

L'"ère informatique", créée par des personnes émotionnellement immatures (de Gates à Musk en passant par Jobs) préfigure les échecs titanesques évoqués dans la mythologie et dans la grande littérature : Icare qui voulait atteindre le soleil (très directement lié à Elon Musk avec son SpaceX), Faust qui a vendu son âme au diable en échange de la "connaissance" et, à partir de là, tout a mal tourné pour lui (la "science sans conscience" de Poincaré), Prométhée qui a volé le feu sacré de la connaissance et on sait comment il a fini (périphrase symbolique du transhumanisme), le Dr Frankenstein qui a voulu créer "l'homme parfait" et en est sorti une monstruosité (autre variante symbolique du sort qui attend les délires transhumanistes), le duo Jekyll et Hyde de Stevenson, qui croyait qu'un médicament pouvait améliorer les capacités humaines et a créé un monstre (ce qui renvoie directement aux "produits pharmaceutiques" et à leurs produits "miracles", notamment le vaccin anti-Covid ou le fentanyl, qui a dévasté les États-Unis plus que tout autre fléau biblique), et, comme tous les textes transhumanistes y font généralement référence, Gilgamesh lui-même, qui se plaignait que les dieux s'étaient réservé l'immortalité et voulait être comme les dieux.

Au fond, ce qui se cache derrière tous ces projets immatures et frustrés, c'est la transformation de l'"homo sapiens" en "homo Deus", ou encore le paradoxe selon lequel l'homme, qui a cessé de croire en Dieu, a fini par croire qu'il était un dieu et, par conséquent, ses projets consistent à réaliser les capacités de Dieu à travers la technologie.

C'est peut-être la raison pour laquelle, aujourd'hui plus que jamais, la phrase qui définissait le Diable comme "le singe de Dieu", le grand imitateur, est encore plus d'actualité qu'au Moyen Âge. Son inversion. En effet, nous vivons aujourd'hui une époque radicalement opposée à toute idée de "normalité". Pour "progresser" dans cette direction, la science de pointe, afin d'être acceptée et tolérée, s'abstient de faire allusion aux aspects négatifs qu'elle contient. Elle ne se concentre que sur ses réalisations positives, qui plaisent à tous. Mais toute avancée technique et scientifique comporte un risque. Jamais autant qu'aujourd'hui, les "optimistes technologiques", dans leur irresponsabilité la plus totale, n'ont évité de faire allusion aux risques des nouvelles technologies.

Le plus grave, c'est que nous vivons une époque de perte des identités : tout ce qui implique une référence, c'est-à-dire un système d'identités, est interdit ou tend à être estompé le plus possible : nous vivons une époque de perte des identités nationales, de perte des identités culturelles, voire de perte des identités sexuelles. Ce qui se passe avec les nouvelles technologies et dans leur arrière-plan est quelque chose d'encore plus grave et extrême : la perte de l'identité humaine.

lundi, 30 mai 2022

Elon Musk rachète Twitter - que signifie l'initiative du célèbre transhumaniste?

ElonMusk-Twitter-1.jpg

Elon Musk rachète Twitter - que signifie l'initiative du célèbre transhumaniste?

Alexander Markovics

Comme un coup de tonnerre, la nouvelle a secoué l'opinion publique numérique :

L'homme le plus riche du monde, Elon Musk, a acheté Twitter le 25 avril 2022, après en être devenu le plus grand actionnaire individuel. Qu'est-ce que cela signifie pour l'avenir du service ? Si l'on en croit les utilisateurs libéraux de la plateforme, celle-ci deviendra à l'avenir un refuge pour la pensée de droite. A l'avenir, twitter ne devrait plus donner la parole à des personnalités "woke", mais uniquement à des calomnies sexistes et racistes. Les utilisateurs attentifs du côté de la gauche radicale comme de la droite ont en revanche constaté immédiatement après l'achat que, de prime abord, peu de choses allaient changer quant au service: le service d'information, qui a également joué un rôle important dans les révolutions de couleur du printemps arabe de 2010/11, est simplement passé d'une main de grandes entreprises internationales du capital financier institutionnalisé comme Blackrock et Vanguard à la main d'un capitaliste individuel, à savoir Elon Musk. Twitter reste donc une entreprise privée. Mais qu'est-ce qui va changer?

Dans le passé, le service s'est surtout distingué par sa volonté d'accueillir un maximum de publicités pour d'autres entreprises. Le langage et le comportement des utilisateurs ont été réglementés dans l'esprit de la Cancel Culture afin de créer un "environnement favorable à la publicité". En conséquence, les utilisateurs indésirables ont été "bannis dans l'ombre", ce qui a eu pour conséquence que même leurs abonnés n'étaient plus avertis de leurs nouveaux messages. Il s'agissait pourtant d'un remède moins sévère : des personnalités telles que Donald Trump ou Alexander Douguine ont été complètement bloquées du jour au lendemain sous des accusations fallacieuses.

Parallèlement, dans l'esprit du mondialisme, les utilisateurs "politiquement corrects" ont été priorisés et mis en avant sur la plateforme, ce qui a tué la liberté d'expression. Cela devrait maintenant changer avec Musk, paraît-il, un Musk qui est considéré comme un défenseur zélé de la liberté d'expression. Le Sud-Africain veut qu'à l'avenir, non seulement les spambots soient combattus et la vérification des personnes facilitée afin de rendre la vie plus difficile aux fraudeurs, mais aussi qu'une véritable liberté d'expression règne sur la plate-forme. De plus, et c'est sans doute le point le plus important pour les opposants, l'algorithme doit être non écrit, ce qui donne des règles claires pour la résolution des problèmes sur la plate-forme. De ce point de vue, le rachat par Musk est sans aucun doute une lueur d'espoir qui permettra un débat politique plus ouvert sur la plateforme. Il ne faut toutefois pas perdre de vue que Musk reste un transhumaniste et un capitaliste. Tous les utilisateurs de la plateforme continuent de dépendre d'un "roi bienveillant" qui étend ses tentacules - comme Blackrock et Vanguard avant lui - sur l'ensemble de la plateforme: dans 10 ans, il pourrait tout simplement changer d'avis, et les utilisateurs indésirables seront toujours bloqués. Même pour nous, patriotes, twitter ne deviendra donc pas "notre plateforme" - nous aurons simplement plus d'air pour respirer.

19:30 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, elon musk, titter, réseaux sociaux | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

dimanche, 03 mai 2020

Sur le projet Space X/Starlink d'Elon Musk

5ea1a41ed553f8575f5b3c49.png

Tibet DIKMEN:                                                                                                    

(30/04/2020)

La tragédie du progrès technologique

Sur le projet Space X/Starlink d'Elon Musk

Une technocratie globale ?

Les dispositifs technologiques, étant désormais devenus des unités omniprésentes de notre société, sont également parvenu à devenir le médium primordial à partir duquel nous nous informons sur le monde et sur ce qui se passe autour de nous. Au cours des dernières semaines, d’exceptionnelles et étranges images d'objets brillants non identifiés sur le ciel nocturne, observées dans différents pays, ont été partagées sur les réseaux sociaux. Ces objets "fantasmagoriques"  n'étaient autres que les satellites Starlink envoyés par la société Space X, propriété du célèbre Elon Musk, le petit-fils d'un économiste politique canadien, emprisonné  jadis en raison de ses folles tendances technocratiques.

Les satellites sur les images partagées font partie d'un convoi composé de 60 satellites Starlink qui avaient été envoyés mercredi dernier.

spacex-starlink-1000x600.jpg

Mais que sont-ils exactement et quel est leur but?

Le projet Starlink vise à créer un réseau géant de satellites qui orbitera autour de la Terre. Ces satellites fourniront une connexion Internet rapide même aux endroits les plus isolés de notre planète, pour un prix très décent (Musk pourrait choisir de fournir le service gratuitement). Il semble assez étrange qu'une société appartenant à un multimilliardaire ne s'attende pas à tirer profit d'un projet qui a un coût astronomique (environ 70 millions USD par fusée tirée). Le projet était déjà officiellement lancé depuis 2019, mais nous, distraits par les nombreuses choses conçues pour nous distraire, avons peut-être omît de le remarquer. En effet, le premier lot des fusées SpaceX, contenant 60 satellites, avait été envoyé le 29 mai 2019. Et depuis novembre dernier, des lots de 60 satellites sont envoyés avec succès chaque mois. À ce jour, le nombre de satellites en orbite avec succès a atteint le nombre de 422, mais combien en ont-ils besoin de plus pour mener à bien ce projet démentiel?

Pour les dix années suivantes, Space X prévoit d'envoyer chaque mois des fusées contenant chacune un lot de 60 à 120 satellites. Pour que ce réseau satellite nous fournisse une connexion Internet stable et à haut débit (comme si celle que nous avons actuellement ne suffisait pas), le nombre total de satellites prévus s'élève à 42.000. Pour vous donner un aperçu de la proportion, le nombre total d'objets que nous avons envoyés en dehors de notre atmosphère depuis 1957 est égal à 9447. A ce jour, il n'en reste que 2000 et 1/5 d'entre eux appartiennent au projet Starlink.

Comme la population générale ne se soucie pas du fonctionnement de quelque chose, tant que cela fonctionne, les catastrophes qui seront directement enracinées dans ce projet ne sont pas du tout prises en compte. Mis à part les nombreuses plaintes que Space X a reçues des astrophotographes et astronomes amateurs qui ne peuvent pas utiliser leurs caméras spéciales en raison de l'exposition de lumière créée par les satellites, la question de radiation massive n'est presque jamais abordée.

starlink.jpg_1148545281.jpg

Mais tout ce tapage ne concerne-t-il qu’un «Internet plus rapide»?

La plus grande partie de la connexion Internet qui nous est actuellement fournie circule via des câbles à fibres optiques qui sont déposés sous l’océan, estimés à environ 1,2 million de kilomètres. Cette infrastructure fibre-optique n'est pas assez rapide pour alimenter la gloutonnerie moderne. Elon Musk garantit que son projet apportera une immense amélioration: le retard de signal sera 0,40 ms moindre que celui de la fibre-optique. Ce petit retard est très important pour les géants commerciaux, qui perçoivent le «temps comme de l’argent».

Mais cela ne peut pas se limiter à ça, Elon Musk nous assure également que tous les bénéfices qui seront réalisés avec l'achèvement de ce projet seront utilisés pour son projet bien connu: ‘Mission to Mars’.

D'un autre côté, la compétition et la rivalité ont déjà commencé.

Jeff Bezos, PDG d'Amazon et l'homme le plus riche du monde, a jusqu'à présent commencé son «Projet Kuiper», ayant le même objectif que Starlink et composé de 3236 satellites. Ces initiatives apparemment innocentes sont le pronostic de choses beaucoup plus atroces à venir. C’est peut-être la préparation préliminaire d’un phénomène qu’Oswald Spengler avait prévu dans son livre très acclamé «Le déclin de l’Occident». Dans sa perception cyclique et organique du temps et de l'espace, Spengler affirme que, jusqu'à environ 2200, le monde deviendra progressivement standardisé sous un système impérial législatif et économique commun, diminuant la vie humaine à un niveau d'uniformité générale. Il prédit également que, tandis que la musique, l'architecture, l'art et la fertilité naturelle déclinent, la technologie va prospérer et va progressivement entraver les gouvernements «démocratiques» et les rendre inefficaces (comme des acteurs qui quittent la scène quand leur rôle est fini). Par ailleurs, il affirme que la richesse se concentrera entre les mains de quelques individus qui se démarqueront et qui finiront par se transformer en factions personnelles (chefs de guerre/leaders technocratiques?). Chacun entreprenant des projets colossaux, intensifiant le déclin et la chute ultime. Sans aucun doute, les discernements précis de Spengler pour notre âge ne sont pas le résultat de la coïncidence.

Conséquence tragique du progrès technologique

Personne n'a demandé d'autorisation ou de consentement, ni à nous ni aux baleines ni aux dauphins vivant dans l'océan lors de la construction des vastes et volumineuses nappes de câbles à fibres optiques. Il est donc tout à fait naturel qu'aucun consentement ou approbation ne soit demandé à la population pour le projet Starlink, qui est directement concerné et qui, à terme, en deviendra le principal consommateur. Il n’y a rien de déroutant, car les générations sont désormais «élevées» de toutes les manières possibles (mentalement et physiquement) pour favoriser les réseaux de sociétés pseudo-internationales. C'est sans doute principalement le fruit de l'omniprésence de la technologie dès le plus jeune âge.

Les technologies de l'information manipulent les décisions humaines de manière trop efficace, il est inévitable qu'on en abuse. Peut-être que leur but était de manipuler et d'abuser, en premier lieu. Les médias et réseaux sociaux ont fondamentalement remodelé les relations et communications humaines et ont laissé des dommages à long terme dans nos esprits, en particulier grâce aux algorithmes élaborés pour créer des ‘boucles’ addictives dans le cerveau. Tous ces services sont fournis sans frais car, quand quelque chose est gratuit, nous en sommes probablement le produit.

new-media-timeline-e1455890319643-1.jpg

Tout le monde s’est facilement adapté à ces nouveaux modes de vie car, ceux-ci semblent faire partie des «nouveaux idéaux progressistes et rayonnants» dont nous sommes gavés depuis la Révolution française. Ainsi, la population moderne est devenue aussi superficielle et artificielle que les plateformes sur lesquelles elle passe sa vie. Mais comment ces changements de comportement ont-ils pu se propager à une si grande échelle en très peu de temps?

Les entreprises des technologies de l'information ont profité d'un phénomène appelé «effet de réseau». Cet effet permet à certains comportements corrompus (préconçus)  de se propager plus rapidement et sur un espace plus large, en exploitant toutes les ressources dont il a besoin pour se propager autant qu'il le peut. Elle se propagera jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien à exploiter, tout comme une cellule cancéreuse. Lorsque ce mécanisme est bien implémenté, des concepts totalement étrangers peuvent se répandre comme du feu et devenir la norme sociale en quelques semaines seulement.

En outre, la population a dû volontairement échanger sa vie privée contre la «crédibilité sociale», qui peut être quantifiée de manière quantitative par le nombre de ‘j'aime’ et par l'attention à court terme accordée par le grand troupeau d'utilisateurs des réseaux sociaux. Ce monde virtuel reflète une version très réduite et déformée de la réalité, mais il semble être très satisfaisant. Tellement satisfaisant que les utilisateurs refusent de se concentrer sur le «monde réel» et préfèrent vivre dans cette «réalité virtuelle» déformée et polie. Cette perception erronée devient lentement la réalité pour la majorité. Ce reflet inexact de l’existence est particulièrement efficace sur les jeunes générations car elles naissent et grandissent sans aucun principe, ni sens supérieur dans leur vie.

Ainsi, la capacité de perception humaine est déformée et manipulée afin d'accueillir tout «progrès» promulgué par les sociétés technocratiques modernes et les États «démocratiques» coopérants.

consumption.png

Quelle que soit la hiérarchie ambiguë existant entre eux, les programmes politiques et socio-économiques des États modernes coopèrent parfaitement avec les sociétés mondialistes et oeuvrent main dans la main pour apporter «prospérité et progrès» dans nos vies.

Des philanthropes angéliques comme Bill Gates nous guériront des décès avec leurs vaccins et Elon Musk élaborera des micro-puces Bluetooth pour s'assurer que nous restons en bonne santé. (Si Dante était vivant, il ajouterait une couche supplémentaire à son ‘Inferno’ juste pour ces personnes).

En outre, l'opinion publique est actuellement façonnée de telle sorte que, le moment venu, les personnes qui refuseront de se conformer ou de se plier à ces ‘innovations’, seront exclues et diabolisées par la population elle-même. Parce qu'elle sera la fervente défenderesse de ses seigneurs technocratiques dont nous avons parlé plus haut.

Ce phénomène imminent m'a rappelé un passage de la Bible :

« Elle exerçait toute l'autorité de la première bête en sa présence, et elle faisait que la terre et ses habitants adoraient la première bête, dont la blessure mortelle avait été guérie. Elle opérait de grands prodiges, même jusqu'à faire descendre du feu du ciel sur la terre, à la vue des hommes. Et elle séduisait les habitants de la terre par les prodiges qu'il lui était donné d'opérer en présence de la bête, disant aux habitants de la terre de faire une image à la bête qui avait la blessure de l'épée et qui vivait. Et il lui fut donné d'animer l'image de la bête, afin que l'image de la bête parlât, et qu'elle fît que tous ceux qui n'adoreraient pas l'image de la bête fussent tués.

Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom.

Apocalypse 13:14-16 »

Apo13.jpg

Je pense qu'il y a un chevauchement des circonstances énoncées dans ce segment à la fois dans l'imagerie et dans la réalité. Il n’y aura aucun besoin de recourir à la violence flagrante ou à une «police de pensée» orwellienne, car la population elle-même devient lentement le reflet ou l’image de la bête elle-même, devenant progressivement hostile à ceux qui pensent par eux-mêmes.

Le moins que nous puissions faire en ces temps est de penser par nous-mêmes et de ne jamais laisser tomber notre bouclier mental pendant que nous affûtons notre épée mentale.

Sources :

https://www.geni.com/people/Joshua-Haldeman/6000000016222...

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2485067/

https://www.spacex.com/about

https://www.submarinecablemap.com/

https://www.canadashistory.ca/explore/politics-law/the-last-utopians

https://www.youtube.com/watch?v=wBpVQln4MIU

https://nypost.com/2017/11/14/rise-in-teen-suicide-connected-to-social-media-popularity-study/

 

 

jeudi, 09 mai 2019

La guerre des réseaux de mini ou micro-satellites

bigstock-satellites-orbit-network-communications289422694-supersize.jpg

La guerre des réseaux de mini ou micro-satellites

par Jean-Paul Baquiast

Ex: http://www.europesolidaire.eu

Cette guerre qui se préparait dans une relative discrétion vient d'être annoncée publiquement. Certains se demandent quel est le type de monde qui est en train de se mettre en place.

Le fondateur d'Amazon, Jeff Bezos, vient d'annoncer le Project Kuiper. Il s'agira de mettre en orbite 3.200 satellites qui fourniront dans le monde entier les services d'un Internet à haute vitesse. Le milliardaire Elon Musk, de Space X, n'est pas resté sans réaction. Il vient d'être autorisé à placer à diverses altitudes une constellation de 12.000 satellites. La société Oneweb, de son côté devrait placer en orbite à partir de la Floride 600 satellites qui devraient être opérationnels en 2021.

Ces divers projets, et d'autres vraisemblables mais non encore finalisés, ont été discutés à la Satellite 2019 International Conference qui vient de se tenir des 6 à 9 mai 2019 à Washington. Mais plutôt que de demander si l'espace serait assez grand pour accommoder autant de satellites et plus en profondeur à quoi ces réseaux de satellites devraient servir exactement, les conférenciers se sont demandés si l'ultra-riche Jeff Bezos et l'infrastructure mondiale terrestre dont il dispose avec Amazon n'allaient pas éliminer toute concurrence, ce qui poserait évidemment un défi à la démocratie (dite de plus en plus démocrature) dont les Etats-Unis se vantent d'être les meilleurs représentants dans le monde.

180803-bezos-cash-at-space-program-00.jpg

Jeff Bezos et Elon Musk se vantent avec ces réseaux d'apporter de l'Internet à haut débit, non pas dans les grandes villes qui en disposent déjà, mais dans les régions pauvres du monde, notamment en Afrique. Pour les 2,5 milliards d'Africains, bientôt 4 milliards à la fin du siècle, cette ressource est encore inaccessible. Ces réseaux desserviront aussi, sans possibilité de brouillage, la Russie et la Chine qui ont encore beaucoup de mal à fournir de l'Internet à leurs citoyens. Comment Moscou et Pékin réagiront-ils à ce qu'ils considéreront inévitablement comme une nouvelle forme de guerre ?

En Europe même, il conviendrait de se poser la question. L'Internet y est déjà saturé par les GAFAs qui y diffusent une propagande pro-américaine incessante, commerciale et politique. Avec les nouveaux réseaux de mini-satellites, tous américains, l'Europe sera plus que jamais une colonie américaine. 

09:46 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jeff bezos, elon musk, satellites, internet, espace | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook