Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 03 mai 2020

Sur le projet Space X/Starlink d'Elon Musk

5ea1a41ed553f8575f5b3c49.png

Tibet DIKMEN:                                                                                                    

(30/04/2020)

La tragédie du progrès technologique

Sur le projet Space X/Starlink d'Elon Musk

Une technocratie globale ?

Les dispositifs technologiques, étant désormais devenus des unités omniprésentes de notre société, sont également parvenu à devenir le médium primordial à partir duquel nous nous informons sur le monde et sur ce qui se passe autour de nous. Au cours des dernières semaines, d’exceptionnelles et étranges images d'objets brillants non identifiés sur le ciel nocturne, observées dans différents pays, ont été partagées sur les réseaux sociaux. Ces objets "fantasmagoriques"  n'étaient autres que les satellites Starlink envoyés par la société Space X, propriété du célèbre Elon Musk, le petit-fils d'un économiste politique canadien, emprisonné  jadis en raison de ses folles tendances technocratiques.

Les satellites sur les images partagées font partie d'un convoi composé de 60 satellites Starlink qui avaient été envoyés mercredi dernier.

spacex-starlink-1000x600.jpg

Mais que sont-ils exactement et quel est leur but?

Le projet Starlink vise à créer un réseau géant de satellites qui orbitera autour de la Terre. Ces satellites fourniront une connexion Internet rapide même aux endroits les plus isolés de notre planète, pour un prix très décent (Musk pourrait choisir de fournir le service gratuitement). Il semble assez étrange qu'une société appartenant à un multimilliardaire ne s'attende pas à tirer profit d'un projet qui a un coût astronomique (environ 70 millions USD par fusée tirée). Le projet était déjà officiellement lancé depuis 2019, mais nous, distraits par les nombreuses choses conçues pour nous distraire, avons peut-être omît de le remarquer. En effet, le premier lot des fusées SpaceX, contenant 60 satellites, avait été envoyé le 29 mai 2019. Et depuis novembre dernier, des lots de 60 satellites sont envoyés avec succès chaque mois. À ce jour, le nombre de satellites en orbite avec succès a atteint le nombre de 422, mais combien en ont-ils besoin de plus pour mener à bien ce projet démentiel?

Pour les dix années suivantes, Space X prévoit d'envoyer chaque mois des fusées contenant chacune un lot de 60 à 120 satellites. Pour que ce réseau satellite nous fournisse une connexion Internet stable et à haut débit (comme si celle que nous avons actuellement ne suffisait pas), le nombre total de satellites prévus s'élève à 42.000. Pour vous donner un aperçu de la proportion, le nombre total d'objets que nous avons envoyés en dehors de notre atmosphère depuis 1957 est égal à 9447. A ce jour, il n'en reste que 2000 et 1/5 d'entre eux appartiennent au projet Starlink.

Comme la population générale ne se soucie pas du fonctionnement de quelque chose, tant que cela fonctionne, les catastrophes qui seront directement enracinées dans ce projet ne sont pas du tout prises en compte. Mis à part les nombreuses plaintes que Space X a reçues des astrophotographes et astronomes amateurs qui ne peuvent pas utiliser leurs caméras spéciales en raison de l'exposition de lumière créée par les satellites, la question de radiation massive n'est presque jamais abordée.

starlink.jpg_1148545281.jpg

Mais tout ce tapage ne concerne-t-il qu’un «Internet plus rapide»?

La plus grande partie de la connexion Internet qui nous est actuellement fournie circule via des câbles à fibres optiques qui sont déposés sous l’océan, estimés à environ 1,2 million de kilomètres. Cette infrastructure fibre-optique n'est pas assez rapide pour alimenter la gloutonnerie moderne. Elon Musk garantit que son projet apportera une immense amélioration: le retard de signal sera 0,40 ms moindre que celui de la fibre-optique. Ce petit retard est très important pour les géants commerciaux, qui perçoivent le «temps comme de l’argent».

Mais cela ne peut pas se limiter à ça, Elon Musk nous assure également que tous les bénéfices qui seront réalisés avec l'achèvement de ce projet seront utilisés pour son projet bien connu: ‘Mission to Mars’.

D'un autre côté, la compétition et la rivalité ont déjà commencé.

Jeff Bezos, PDG d'Amazon et l'homme le plus riche du monde, a jusqu'à présent commencé son «Projet Kuiper», ayant le même objectif que Starlink et composé de 3236 satellites. Ces initiatives apparemment innocentes sont le pronostic de choses beaucoup plus atroces à venir. C’est peut-être la préparation préliminaire d’un phénomène qu’Oswald Spengler avait prévu dans son livre très acclamé «Le déclin de l’Occident». Dans sa perception cyclique et organique du temps et de l'espace, Spengler affirme que, jusqu'à environ 2200, le monde deviendra progressivement standardisé sous un système impérial législatif et économique commun, diminuant la vie humaine à un niveau d'uniformité générale. Il prédit également que, tandis que la musique, l'architecture, l'art et la fertilité naturelle déclinent, la technologie va prospérer et va progressivement entraver les gouvernements «démocratiques» et les rendre inefficaces (comme des acteurs qui quittent la scène quand leur rôle est fini). Par ailleurs, il affirme que la richesse se concentrera entre les mains de quelques individus qui se démarqueront et qui finiront par se transformer en factions personnelles (chefs de guerre/leaders technocratiques?). Chacun entreprenant des projets colossaux, intensifiant le déclin et la chute ultime. Sans aucun doute, les discernements précis de Spengler pour notre âge ne sont pas le résultat de la coïncidence.

Conséquence tragique du progrès technologique

Personne n'a demandé d'autorisation ou de consentement, ni à nous ni aux baleines ni aux dauphins vivant dans l'océan lors de la construction des vastes et volumineuses nappes de câbles à fibres optiques. Il est donc tout à fait naturel qu'aucun consentement ou approbation ne soit demandé à la population pour le projet Starlink, qui est directement concerné et qui, à terme, en deviendra le principal consommateur. Il n’y a rien de déroutant, car les générations sont désormais «élevées» de toutes les manières possibles (mentalement et physiquement) pour favoriser les réseaux de sociétés pseudo-internationales. C'est sans doute principalement le fruit de l'omniprésence de la technologie dès le plus jeune âge.

Les technologies de l'information manipulent les décisions humaines de manière trop efficace, il est inévitable qu'on en abuse. Peut-être que leur but était de manipuler et d'abuser, en premier lieu. Les médias et réseaux sociaux ont fondamentalement remodelé les relations et communications humaines et ont laissé des dommages à long terme dans nos esprits, en particulier grâce aux algorithmes élaborés pour créer des ‘boucles’ addictives dans le cerveau. Tous ces services sont fournis sans frais car, quand quelque chose est gratuit, nous en sommes probablement le produit.

new-media-timeline-e1455890319643-1.jpg

Tout le monde s’est facilement adapté à ces nouveaux modes de vie car, ceux-ci semblent faire partie des «nouveaux idéaux progressistes et rayonnants» dont nous sommes gavés depuis la Révolution française. Ainsi, la population moderne est devenue aussi superficielle et artificielle que les plateformes sur lesquelles elle passe sa vie. Mais comment ces changements de comportement ont-ils pu se propager à une si grande échelle en très peu de temps?

Les entreprises des technologies de l'information ont profité d'un phénomène appelé «effet de réseau». Cet effet permet à certains comportements corrompus (préconçus)  de se propager plus rapidement et sur un espace plus large, en exploitant toutes les ressources dont il a besoin pour se propager autant qu'il le peut. Elle se propagera jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien à exploiter, tout comme une cellule cancéreuse. Lorsque ce mécanisme est bien implémenté, des concepts totalement étrangers peuvent se répandre comme du feu et devenir la norme sociale en quelques semaines seulement.

En outre, la population a dû volontairement échanger sa vie privée contre la «crédibilité sociale», qui peut être quantifiée de manière quantitative par le nombre de ‘j'aime’ et par l'attention à court terme accordée par le grand troupeau d'utilisateurs des réseaux sociaux. Ce monde virtuel reflète une version très réduite et déformée de la réalité, mais il semble être très satisfaisant. Tellement satisfaisant que les utilisateurs refusent de se concentrer sur le «monde réel» et préfèrent vivre dans cette «réalité virtuelle» déformée et polie. Cette perception erronée devient lentement la réalité pour la majorité. Ce reflet inexact de l’existence est particulièrement efficace sur les jeunes générations car elles naissent et grandissent sans aucun principe, ni sens supérieur dans leur vie.

Ainsi, la capacité de perception humaine est déformée et manipulée afin d'accueillir tout «progrès» promulgué par les sociétés technocratiques modernes et les États «démocratiques» coopérants.

consumption.png

Quelle que soit la hiérarchie ambiguë existant entre eux, les programmes politiques et socio-économiques des États modernes coopèrent parfaitement avec les sociétés mondialistes et oeuvrent main dans la main pour apporter «prospérité et progrès» dans nos vies.

Des philanthropes angéliques comme Bill Gates nous guériront des décès avec leurs vaccins et Elon Musk élaborera des micro-puces Bluetooth pour s'assurer que nous restons en bonne santé. (Si Dante était vivant, il ajouterait une couche supplémentaire à son ‘Inferno’ juste pour ces personnes).

En outre, l'opinion publique est actuellement façonnée de telle sorte que, le moment venu, les personnes qui refuseront de se conformer ou de se plier à ces ‘innovations’, seront exclues et diabolisées par la population elle-même. Parce qu'elle sera la fervente défenderesse de ses seigneurs technocratiques dont nous avons parlé plus haut.

Ce phénomène imminent m'a rappelé un passage de la Bible :

« Elle exerçait toute l'autorité de la première bête en sa présence, et elle faisait que la terre et ses habitants adoraient la première bête, dont la blessure mortelle avait été guérie. Elle opérait de grands prodiges, même jusqu'à faire descendre du feu du ciel sur la terre, à la vue des hommes. Et elle séduisait les habitants de la terre par les prodiges qu'il lui était donné d'opérer en présence de la bête, disant aux habitants de la terre de faire une image à la bête qui avait la blessure de l'épée et qui vivait. Et il lui fut donné d'animer l'image de la bête, afin que l'image de la bête parlât, et qu'elle fît que tous ceux qui n'adoreraient pas l'image de la bête fussent tués.

Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom.

Apocalypse 13:14-16 »

Apo13.jpg

Je pense qu'il y a un chevauchement des circonstances énoncées dans ce segment à la fois dans l'imagerie et dans la réalité. Il n’y aura aucun besoin de recourir à la violence flagrante ou à une «police de pensée» orwellienne, car la population elle-même devient lentement le reflet ou l’image de la bête elle-même, devenant progressivement hostile à ceux qui pensent par eux-mêmes.

Le moins que nous puissions faire en ces temps est de penser par nous-mêmes et de ne jamais laisser tomber notre bouclier mental pendant que nous affûtons notre épée mentale.

Sources :

https://www.geni.com/people/Joshua-Haldeman/6000000016222...

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2485067/

https://www.spacex.com/about

https://www.submarinecablemap.com/

https://www.canadashistory.ca/explore/politics-law/the-last-utopians

https://www.youtube.com/watch?v=wBpVQln4MIU

https://nypost.com/2017/11/14/rise-in-teen-suicide-connected-to-social-media-popularity-study/

 

 

jeudi, 09 mai 2019

La guerre des réseaux de mini ou micro-satellites

bigstock-satellites-orbit-network-communications289422694-supersize.jpg

La guerre des réseaux de mini ou micro-satellites

par Jean-Paul Baquiast

Ex: http://www.europesolidaire.eu

Cette guerre qui se préparait dans une relative discrétion vient d'être annoncée publiquement. Certains se demandent quel est le type de monde qui est en train de se mettre en place.

Le fondateur d'Amazon, Jeff Bezos, vient d'annoncer le Project Kuiper. Il s'agira de mettre en orbite 3.200 satellites qui fourniront dans le monde entier les services d'un Internet à haute vitesse. Le milliardaire Elon Musk, de Space X, n'est pas resté sans réaction. Il vient d'être autorisé à placer à diverses altitudes une constellation de 12.000 satellites. La société Oneweb, de son côté devrait placer en orbite à partir de la Floride 600 satellites qui devraient être opérationnels en 2021.

Ces divers projets, et d'autres vraisemblables mais non encore finalisés, ont été discutés à la Satellite 2019 International Conference qui vient de se tenir des 6 à 9 mai 2019 à Washington. Mais plutôt que de demander si l'espace serait assez grand pour accommoder autant de satellites et plus en profondeur à quoi ces réseaux de satellites devraient servir exactement, les conférenciers se sont demandés si l'ultra-riche Jeff Bezos et l'infrastructure mondiale terrestre dont il dispose avec Amazon n'allaient pas éliminer toute concurrence, ce qui poserait évidemment un défi à la démocratie (dite de plus en plus démocrature) dont les Etats-Unis se vantent d'être les meilleurs représentants dans le monde.

180803-bezos-cash-at-space-program-00.jpg

Jeff Bezos et Elon Musk se vantent avec ces réseaux d'apporter de l'Internet à haut débit, non pas dans les grandes villes qui en disposent déjà, mais dans les régions pauvres du monde, notamment en Afrique. Pour les 2,5 milliards d'Africains, bientôt 4 milliards à la fin du siècle, cette ressource est encore inaccessible. Ces réseaux desserviront aussi, sans possibilité de brouillage, la Russie et la Chine qui ont encore beaucoup de mal à fournir de l'Internet à leurs citoyens. Comment Moscou et Pékin réagiront-ils à ce qu'ils considéreront inévitablement comme une nouvelle forme de guerre ?

En Europe même, il conviendrait de se poser la question. L'Internet y est déjà saturé par les GAFAs qui y diffusent une propagande pro-américaine incessante, commerciale et politique. Avec les nouveaux réseaux de mini-satellites, tous américains, l'Europe sera plus que jamais une colonie américaine. 

09:46 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jeff bezos, elon musk, satellites, internet, espace | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook