Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 26 juin 2021

Diplomatie, traités et ordre international - Sur les défis diplomatiques

 
Diplomatie, traités et ordre

international

 

Sur les défis diplomatiques

(Notes pour un débat "online" avec le Centre de Situations de l'IMEMO-RAS de Moscou du 4 février 2021)

Irnerio Seminatore

 

Table des matières

Introduction

Lecture et signification d'un Traité

Défis diplomatiques dans les Traités Internationaux,

Westphalie (1648), Congrès de Vienne (1815), Versailles (1919), Yalta (1945), San Francisco (1945), Acte Final d'Helsinki (1975)

La diplomatie. A la recherche d'une définition

Les défis diplomatiques du nouveau millénaire et leur avenir

Montée pacifique ou endiguement?

Questions planétaires et changements dans la composition de la puissance Le "Smart Power"

***

Introduction

Le principal défi de la diplomatie du XXIème siècle est l'émergence d'un nouvel ordre mondial, constitué d'une série de défis globaux et d'une multitude impressionnante de défis régionaux et nationaux, aggravés, au niveau des perceptions et des prises de consciences, par l'antagonisme conceptuel et politique de  perspectives historiques divergentes.

L'exigence d'un nouvel ordre jaillit avec force de la contradiction majeure de notre temps, l'existence d'un cadre planétaire unique et contraignant et d'un pluralisme d'acteurs significatifs et de conflits violents et irréconciliables (antagonismes classiques, extrémismes religieux, revendications politiques et sociales, résistances, émeutes et désobéissances civiles, prolifération de technologies dans les domaines civils et militaires).

Sur le devant de la scène, la société fluide contemporaine, kaléidoscope de l'indifférencié, de formes d'éthique médiatisées et cyberactives ainsi que d'identités révocables, offre l'image d'un défi commun, à l'Est et à l'Ouest, celui d'une contestation permanente des élites publiques et des gouvernements élus, aboutissant à un affaiblissement général du concept d'autorité.

Il s'instaure partout, dans les rues de la planète une sorte de Tribunal des Peuples, qui réclame le promesses du juste, de l'égalitariste et de dogmes éphémères, ce qui rend problématiques les bases de la légitimité de tout pouvoir.

Dans ces conditions, de remise en cause globale, la tâche de la diplomatie devient presque impossible.

En effet, comment parvenir à un ordre international commun, reconnu et équitable? Et de quels moyens se prévaloir pour gouverner le monde, en dehors des instruments classiques, de la légitimité et des rapports de force? Comment préserver la liberté de choix des peuples et des individus entre la pression des structures de pouvoir globales, nationales et locales et le destin illusoire des grandes universalités, érodées par une information douteuse?

Et enfin comment échapper, à l'échelle du monde, à l'état de nature hobbesien et au chaos de la malédiction biblique?

Un retour en arrière, aux défis abordés par la diplomatie, depuis la Renaissance; pourrait être salutaire, pour fixer l'essentiel.

Nous procéderons ainsi à la lecture rapide de six traités historiques, établis dans le but d'établir la confiance, de négocier des solutions et de garantir la stabilité politique.

traite-lUnion-europeenne-signe-Maastricht-7-fevrier-1992-ministres-affaires-etrangeres-Etats-membres-CEE_0_730_486.jpg

Lecture et signification d'un Traité

Un Traité international marquant une période historique a pour but de tracer les rapports d'autorité et de hiérarchie, devant assurer un ordre politique stable, qui départage les acteurs satisfaits, des puissances révisionnistes ou insatisfaites.

Historiquement, il a pour tâche de faire émerger des solutions de compromis par le recours à des considérations géopolitiques, stratégiques et civilisationnelles, en prévoyant des mesures de contrôle et des sanction, appropriées à leur transgression.

Un Traité comporte, en son dispositif normatif, trois références fondamentales : le type de légitimité des régimes contractants, les rapports de forces entre membres participants et le degré de tolérance admis entre stabilité et de stabilisation, ou entre crise et status quo.

Défis diplomatiques dans les Traités Internationaux,

Westphalie (1648), Congrès de Vienne (1815), Versailles (1919), Yalta (1945), San Francisco (1945), Acte Final d'Helsinki (1975)

Puisque l'activité spécifique des diplomates est la rédaction d'un Traité, qui constitue la forme accomplie ou pure des relations entre acteurs rivaux, l'examen des traités recèle, sous le type d'accord recherché ou conclu, l'adoption d'une vision commune de l'ordre international et celle de codes de conduites à respecter.

Il nous semble instructif de prendre en considération les invariants de la fonction diplomatique, l'articulation de la légitimité et des rapports de force, en leurs nœuds et tournants.

A chaque étape apparaîtra une limite ou un défi pour la diplomatie de l'époque.

* A la fin des guerres de religions en Europe, le défi majeur, dans la rédaction du Traité de Westphalie, reposait sur une pacification entre les Princes et les pays catholiques, et les princes et les sujets réformés: pacification qui sauvegarde la stabilité du pouvoir et la liberté de conscience. La formule de ce défi, "Cuius Regio, eius Religio" de pleine actualité, fut codifiée comme principe de la non ingérence au nom de la souveraineté naissante. L'idée d'ordre de l'époque impliquait, pour la diplomatie et le droit, une double référence, idéologique et spatiale et, suivant ces deux mystiques, une action de guerre. Le défi du diplomate consistait alors à faire respecter cette limite.

* Avec la fin de l'aventure napoléonienne et le retour de l'Ancien Régime au pouvoir, marquant la fin du règne de la "raison" et de l'utopie révolutionnaire qui s'y accompagne, la restauration imposa, avec le "Congrès de Vienne", le défi de l'inclusion de la France, acteur perturbateur depuis deux siècles, dans le jeu du concert européen et dans sa sauvegarde. Le défi des Diplomates consista dans la formule d'une Alliance des trônes contre les peuples. Aux premiers, le droit et les rapports de forces, aux deuxièmes, les promesses de la légitimité des idées. L'idéal antérieur de l'unité impériale, disposant d'une légitimité unique, fut remplacé par la quête d'un ordre commun, assuré par un équilibre des forces, qui exige neutralité idéologique et capacité d'adaptation à l'évolution de la conjoncture. En effet l'équilibre des forces fut tenu pour un progrès par rapport aux exactions des guerres de religions, car une rupture de l'équilibre entraînerait la constitution d'une coalition ayant pour but de le rétablir. Dans le système de Vienne les défis à l'ordre territorial étaient à charge de la quadruple alliance (France, Grande Bretagne, Russie et Autriche), tandis que la Sainte Alliance des Trônes répondait aux menaces contre les régimes intérieurs par l'hydre de la révolution. A côté de ce dispositif le concert européen des nations, préfigurant le futur Conseil de Sécurité des Nations Unies, avait pour but de régler les crises émergentes ou explosives, sans qu'aucune grande nation se mobilise pour un conflit. Dans ce nouveau cadre le rôle maritime de la Grande Bretagne, comme balancier du continent, prit un poids accru et le défi d'une diplomatie fondée sur l’égoïsme de ses intérêts, acquit une définition doctrinale emblématique avec Lord Palmerston.

19034600lpw-19073217-article-jpg_6318931_1250x625.jpg

* En 1919, le Traité de Versailles, après l’hécatombe d'un conflit qui n'avait aucun caractère de nécessité inévitable pour la civilisation européenne, consomma la rupture radicale de la conception de la guerre classique et égalitaire, qui faisait abstraction de la "guerre juste" propre à la "Respublica Christiana" du Moyen Age et manqua à sa tâche primordiale, de rétablir la paix. S'achèvera ainsi la conception antérieure sur la légitimité de la guerre et de la neutralité et la diplomatie deviendra juridiquement punitive. C'est à partir de ce moment que le défi des diplomates idéologues, prétendant démocratiser la hiérarchie des pouvoirs, parviendra à dissoudre l'ordre européen par la proclamation Wilsonienne du principe d'autodétermination des peuples. Le vieux principe de légitimité du pouvoir, fondé sur la hiérarchie de puissance est bouleversé et les nouveaux rapports de force provoquent la dissolution des empires. C'est à ce moment que le défi des diplomates s’attelle à la refonte du système de l'équilibre et à l'affirmation de la paix par le droit. Un nouveau système d'affrontement se constitue autour d'une causalité universelle, le communisme, et traduit le passage à une communauté indifférenciée et universelle. Le défi du diplomate savant, épris du sens de l'histoire, consistera à encadrer les débats intellectuelles dans les trois modèles de gouvernement, démocratie, césarisme et tyrannie (ou totalitarisme), afin d'éviter le despotisme. Le Traité de Versailles refusa de réintégrer l'Allemagne dans l'ordre européen comme l'avait fait le Congrès de Vienne et marqua ainsi la fin de l'équilibre continental et du concert européen. Avaient disparus les trois Empires de Russie, d'Autriche et d'Allemagne et la France, épuisée, perdit la capacité d'endiguement de l'Allemagne, bouleversée par les troubles de la République de Weimar et de la Russie Soviétique révolutionnaire. Le défi de la diplomatie occidentale, invoquant des clauses discriminatoires et imposant un diktat à une Allemagne revancharde et potentiellement supérieure au plan stratégique, provoqua le révisionnisme allemand. Par ailleurs la répugnance morale ou politique (de l'Amérique et de la Grande Bretagne), vis à vis d'un éventuel retour aux armes en défense de la France,  encouragea les défis de la diplomatie wilsonienne à tenter la voie d'une institutionnalisation des arbitrages conflictuels, par la création d'un système de sécurité collective, la Société des Nations. Celle-ci remplaçait la lutte naturelle pour le pouvoir par un ensemble de mécanismes juridiques bannissant toute forme de violation de la paix. Deux ordres contradictoires résultèrent des divisions historiques du vieux concert européen, l'ordre des démocraties occidentales appuyé sur le formalisme du droit (des vainqueurs) et un espace de liberté d'action pour l'exercice d'une Realpolitik, libre de toute contrainte (Italie et IIIème Reich). L'utopie idéaliste de mise au ban de la guerre débutait ses premiers pas, flottant dans "un mélange toxique de pacifisme superficiel et de désunion des alliés" (H.Kissinger). Les défis de l'idéalisme diplomatique n'avaient pourtant pas disparus, puisque face à la diplomatie européenne, forgée au XIXème siècle à l'école de la force et à  la pratique de l'intimidation, les idées de la sécurité collective  et de la paix par le droit inspirèrent le pacte Briand-Kellog, la Société des Nations et, dans l'après deuxième guerre mondiale, la naissance des Nations-Unies à San Francisco (1945) et l'Acte final d'Helsinki (1975).

The_Yalta_Conference,_February_1945_NAM234.jpg

* En vue de la capitulation de l'Allemagne et du Japon, la conférence de Yalta (février 1945), instaura un ordre idéologique et spatial fondé sur l'équilibre des forces et inaugura une diplomatie bi-multipolaire à caractère planétaire. Il s'agira d'une Diplomatie des Chefs d’État et de Gouvernement (The Big Three), mieux à même de dessiner la vision du système international de l'après deuxième guerre contournant une diplomatie normativiste ou de fonction. Avec Yalta et ses répercussions l'équilibre européen devient un élément de la stratégie globale des deux puissances extérieurs, la grand île de l'Atlantique et le cœur continental du monde, soviétique. Pour les diplomates de la "Guerre froide", consécutive à l'instauration de la bipolarité et de la division du monde en deux, l'ordre mondial issu de la capitulation de l'Allemagne, reflétait désormais deux ensembles d'équilibres, l'équilibre nucléaire, à l'échelle planétaire, entre competitors globaux et l'équilibre conventionnel et dissuasif au centre Europe. C'était pour certains annalistes "un jeu à somme nulle", dans lequel les diplomaties des principaux pays devaient désormais soumettre leurs calculs à la nouvelle donne de l’armement nucléaire. Le défi de la dissuasion imposait aux deux camps la coexistence de la menace et la préservation de la liberté et de la paix. Cependant, dans l'après Yalta et au niveau du système, la morphologie du pouvoir allait se définir de plus en plus hors du continent européen, qui avait été pendant mille ans le centre de gravité du monde. Dans le deuxième après guerre l'Europe, qui s'était éloignée de l'ordre inter-étatique et des vieux rapports de force qui avaient préservés la paix, remit sa défense dans les mains de l'Amérique et dans la faible assurance de la sécurité collective. Sa diplomatie découvrira en 2019, la crise des alliances militaires euro-atlantiques et la nécessité de l'indépendance politique et de son autonomie stratégique. L'appel "aux armes propres" de Machiavel demeurait encore brûlant et pertinent!

La Conférence de San Francisco et la naissance des Nations Unies (juin 1945)

Après la capitulation du Japon, le problème de la rivalité entre puissances montantes et puissances établies se posait à nouveau en Eurasie et dans le Pacifique, au moins en perspective. Il s'agissait pour les Chefs d’États et de Gouvernement de s'accorder sur les conceptions de l'ordre mondial et pour les diplomaties de mettre en forme juridique les institutions qui en traduiraient la philosophie et la stratégie. W. Wilson avait déjà proclamé en 1919 que l'ordre international ne devait plus se fonder sur l'équilibre des forces et que la sécurité ne devrait plus dépendre des alliances militaires, mais de la sécurité collective. F.D. Roosvelt à Yalta et Truman à San Francisco, eurent pour tâche de mettre en forme ces nouvelles approches de l'ordre. L’Amérique dominait désormais la scène mondiale et disposait de l'esprit et des moyens pour exercer pleinement ses responsabilités, à l'échelle globale. L'impératif de l'après guerre consistait à traduire dans une institution à vocation universelle, la conception d'une paix indivisible, défendue mondialement. Ce fut à San Francisco que se concrétisèrent les approches à la paix évoquées à Yalta de la part des Big Three, Roosvelt, Churchill et Stalin. Pour Roosvelt le système de sécurité collective, garanti par les trois vainqueurs et par la Chine, aurait dû reposer sur la coopération et sur la concorde, assouplies par le jeu d'une diplomatie ouverte, divergeant en cela de W.Churchill, pour qui la restauration de l'ordre mondial devait se fonder sur la logique de l'équilibre, où la Grande Bretagne associée aux États-Unis ferait contre-poid à l'Union Soviétique. Pour Stalin, la paix devait être conforme à l'idéologie soviétique et à la politique étrangère russe expansive, de tradition tsariste. Cependant les quatre nouveaux gendarmes du monde n'avaient pas la même idée de leur compromis possible, puisque la nouvelle Charte de la sécurité mondiale devait comporter des mécanismes de vigilance et surtout de police qui avaient fait défaut à la Société des Nations de l'avant guerre. Ensuite cette forme de diplomatie multilatérale devait se connecter à la diplomatie mutipolaire classique et cette liaison et interconnexion, intellectuelle, politique et stratégique devenait le nouveau défi d'une politique étrangère articulée et globale. La responsabilité constitutionnelle et politique de la diplomatie subissait ainsi une partition et une distinction d'importance car les plans diplomatiques de vision et de système, devenaient l'apanage des Chefs d’État et de Gouvernement ,"Plans A", tandis que les "Plans B", regroupaient des positions de repli ou des stratégies de rechange, confiés à la diplomatie traditionnelle. Cette refonte commune de la politique et de la diplomatie mit fin à la passivité de la Société des Nations, assuma un caractère plus représentatif et authentiquement universel et l'organisation de la paix passa d'une institution européenne (la SdN) à institution mondiale (les UN). Le maintien du directoire du temps de guerre décidé à Yalta, assurera la prééminence des Cinq Grands du Conseil de Sécurité sur l'Assemblée Générale en matière de maintien de la paix et disposera d'un droit de veto sur toute proposition ou initiative venant d'une Assemblée Générale, ouverte démocratiquement à tous les États-membres. Ce fut à partir de 1948, que la discorde entre les Grands et l'antagonisme politique et idéologique entre les deux Leaders de bloc de la "guerre froide" paralysa le Conseil et déplaça le centre de gravité des Nations Unies vers l'Assemblée, consacrant la faiblesse du multilatéralisme et de la sécurité collective par rapport au poids décisif du mutipolarisme. L'importance des divergences entre l'Est et l'Ouest transforma les Nations Unies en une tribune planétaire de débats, assurant une place de choix à la diplomatie publique. Ce système ne prétendait pas éviter le crises, ni même les guerres, mais limiter la capacité des États prépondérants de dominer les autres, en maîtrisant la prévention et l'ampleur des conflits. Son objectif philosophique et politique était moins la paix que la stabilité et la modération et les diplomaties du monde entier cherchèrent dans la démocratie et dans le multilatéralisme, des éléments susceptibles de modérer la force et de tempérer son exercice inévitable que les négociateurs du Congrès de Vienne croyaient avoir trouvé dans le droit et dans la morale.

publishable.jpg

Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE) - L'Acte Final D'Helsinki (Août 1975)

L’Acte Final d'Helsinki, marque-t-il la transition de la bipolarité à la diplomatie triangulaire ou, en revanche, le début d'une détente qui ne pouvait être limitée aux États? L'actualité de la Conférence d'Helsinki repose en effet sur le renversement du "jeu d'antagonismes asymétriques" entre Washington-Pékin et Moscou. De facto l'antagonisme sino-américain a pris aujourd'hui le dessus sur le rapprochement russo-chinois, qui était à l'époque improbable, ainsi que sur les relations russo-américaines de stabilisation et de prolongement du Traité New Start, de réarmement par la maîtrise des armements. L'influence de l'Acte final sur la scène diplomatique influa à l'époque sur le dégel des alliances bipolaires, compte tenu de la crainte de la part de chaque acteur d'une coalition des deux autres contre lui Cette Conférence permit en Europe l'encadrement de l'Ostpolitik de Willy Brandt pour le règlement diplomatique de la "question allemande" et la normalisation des relations entre RFA et RDA. Le remplacement de la guerre froide par le développement d'une coopération paneuropéenne entre nations indépendantes, situées entre l'Atlantique et l'Oural et en dehors des alliances militaires, impliqua pour la France, de considérer le pan-européisme comme moyen pour dépasser l'ordre bipolaire. L'Acte final réaffirmant le "statu-quo" politique et territorial de l'Europe, proclamait la possibilité du changement pacifique des frontières, défendant le principe westphalien de la souveraineté et de la "non ingérence", à propos des dispositions dites "humanitaires" (échanges de personnes, informations et idées). L'interprétation des pays de l'Est opposés à la diffusion du 'virus de la liberté", soutenu par les occidentaux se fit au nom du traité de Westphalie. En réalité la lecture qu'en fit chaque partie fut absolument contradictoire, car le vocabulaire commun cachait des réalité politiques divergentes et antagonistes. Les défis diplomatiques d 'Helsinki créèrent-ils une désidéologisation de la détente et un dépérissement des blocs ou anticipèrent-ils l'émergence du tripolarisme dans le monde? La réponse est que, si la Russie Soviétique, puis la Russie post-communiste a été et reste toujours une composante essentielle de l'ordre européen en quête d'opportunité, la Chine, confrontée à un ordre international totalement nouveau pour elle, se contentera-t-elle de prétendre à un gouvernement politico-culturel unique, à l'intérieur de son espace civilisationnel, ou voudra-t-elle y intégrer le système extérieur occidental, tenu pour anachronique, barbare et soumis à tributs?

La diplomatie. A la recherche d'une définition

Depuis son émergence en Italie, à l'aube de la Renaissance, la diplomatie, comme fonction représentative d'une unité politique, est un rapport de pouvoir, reposant sur la sauvegarde de l'équilibre, censé réaliser les buts de la souveraineté et les ambitions du sujet-maître de la politique. Elle se situe entre la paix et la guerre, ou entre l'état de nature et le règne de la loi, autrement dit au sein d'un compromis précaire qui distingue la jungle de l'empire universel. Dans le cadre d'une politique d'alliance, la diplomatie obéit à une double dialectique, des forces et des idées et noue un dialogue, interne et extérieur aux coalitions, qui détermine la nature et l’enjeu des conflits. Le calcul des forces et la dialectique des courants intellectuels, sont indispensables pour interpréter la conduite diplomatico-stratégique, le type du pouvoir de l"acteur inter-étatique et sa conception de la légitimité. L’identification des arcs de crises ou des zones d'instabilité est toujours un banc d'essai pour le représentant d'une souveraineté, qui veuille prévoir la fin des grands cycles historiques et le déclin d'une hégémonie, d'une civilisation et d'un système international. Prévoir l'entrée dans les périodes de grandes mutations, c'est le plus important défi du diplomate, historien ou stratège. Ce défi est intemporel et prélude à toute logique d'affrontement et d'alliance. Par l'intelligence du passé ou par la ruse de la politique, le diplomate aura pour but de départager l'ami de l'ennemi et de pointer le cap sur la défense de l'intérêt national, épuré de toute utopie et fondé sur l'expérience du passé,en tenant le passé comme prophétie ou enseignement du futur.

Les défis diplomatiques du nouveau millénaire et leur avenir

Le premier défi de l'ordre international actuel est constitué par l'exigence de maintenir la cohésion des alliances et d'éviter leur désagrégation dans un monde qui demeure conflictuel. L'analyste, diplomate ou historien, partira alors du type d'homogénéité ou d'hétérogénéité, qui préside à la nature des changements en cours, ceux qui affectent le système comme tel et ceux qui se déroulent dans le système. Le point décisif des manœuvres diplomatiques à déployer portera à nouveau sur la légitimité des régimes politiques, à la base des rapports de forces entre acteurs majeurs de la scène internationale, ainsi que sur les attentes insatisfaites des masses populaires. En Conseiller du Prince, le fin diplomate recherchera avant tout, dans les nombreuses situations hybrides, le point de gravité du balancier, par la dé-complexification des situations et leur réduction à l'essentiel. Partir des défis systémiques, comme méthode d'analyse, signifia alors e partir de leur impact global et régional et de parvenir, comme la chute d'une pierre dans l'eau, aux ondes de choc de la surprise stratégique qui affecte par vagues successives un ensemble géopolitique. Le point de résistance le plus grand, l’écueil plus important sera toujours le point de brisure de la foi et de l'espoir, qui mesurera la résistance d'un peuple. Dans l'actuelle configuration mutipolaire du monde ne pourrons être brisé le pays et le peuple qui aurons l'élan, la volonté et la puissance pour modeler le système international à ses valeurs, prêt à se lancer dans des aventures lointaines et de se poser en exemple de l’humanité. L'objet de l'analyse diplomatique, sera alors, comme par le passé le "geist", l'esprit du peuple et la volonté de ses maîtres. "Vox Populi "et "Vox Dei" donneront la mesure de l'entreprise. L'empire, qui a été pendant des millénaires, la forme "perfectissima" du gouvernement des hommes, survit dans la République Populaire de Chine, sous le sceptre autoritaire du parti unique et la remise en cause de celui-ci vient de l'opposition intérieure et du pluralisme politique et territorial de l'empire. C'est pourquoi les "Barbares (occidentaux) veulent dissoudre l'unité politique du Chung Kuo' par la démocratie depuis Hong Kong et Taiwan au sud et l'unité territoriale depuis le secessionisme ouïgours à l'Ouest. Le plus important défi de la politique et de la diplomatie chinoises, idéologiques à la surface et pragmatiques dans leurs approches traditionnelles, demeure le maintient de l'unité du pays contre le danger de la désagrégation, qui est la seule façon d'abattre de l'intérieur le titan du monde.

9781627741408.jpgMontée pacifique ou endiguement?

Dans le débat sur le destin national de la fin du deuxième millénaire, le Colonel Liu Mingfu, exprimant les vues d'une fraction de l'APC, formula le dilemme du "Rêve chinois", "mode de pensée d'une grande puissance et posture stratégique à l'ère post-américaine". Les débats antérieures sur le destin national de la Chine se déroulèrent dans des période de grande vulnérabilité pour le pays.

Ce débat se fondait désormais sur une réalité, la montée impétueuse de la puissance chinoise. Ainsi dans l'analyse de la conjoncture actuelle, vues les tendances stratégiques du monde et celles des États-Unis et de l'Occident, restant des forces antagonistes et dangereuses, le défi diplomatico-stratégique était tranché : "C'est le moment ou jamais!" Comment concilier la "montée pacifique" réaffirmée par les dirigents politiques dans la définitions des défis futurs et l'esprit martial de ses responsables militaires? L'antagonisme sino-américain peut-il être comparé à la rivalité anglo-allemande du XXème siècle et la confiance stratégique d'un acteur majeur peut elle constituer une menace sous-jacente pour une coexistence pacifique? En d'autres termes la diplomatie peut elle assurer un ordre stable sans la confiance d'une réciprocité d'intentions et de conduites? L'unification allemande et la proclamation de l'Empire à Versailles en 1871, produisirent un changement des équilibres des pouvoirs en Europe entre États souverains, réduisant les combinaisons des calculs militaires et les options diplomatiques des États du continent. Pouvait -elle interdire les issues de 1914, dont la crise était inscrite dans la structure même du système? Les buts réels de l'Allemagne étaient-ils une hégémonie politico-culturelle sur le continent ou une supériorité politico-statégique, menaçant l'indépendance des autres États européens et l'existence même de l'Empire Britannique? L'analyse de la configuration des forces et du facteur de la confiance excluait à l'époque une coopération pacifique en Europe. L'existence d'intentions non formulées ou de conduites militaires inopportunes est elle inhérente à la structure des relations sino-américaines et au "Duel du siècle" que la diplomatie aura du mal à interdire ou à freiner? Confiance stratégique et coopération authentiques sont indispensables dans toute situation d'incertitude et encore davantage en situation de crise. Si, par ailleurs, on cumule au défi diplomatique les deux défis intérieurs, de la Chine et des États-Unis, une large gamme de tensions se cumulent des deux côtés du Pacifique, interdisant d'éliminer les causes de conflit. Par ailleurs la forme d'endiguement de la Chine par l'Amérique prend une double forme et acquiert les caractéristiques d'un double défi, le défi démocratique, comme constitution d'un blocs d’États non autocratiques, en vue d'une croisade idéologique et d'une diplomatie transformationnelle et, d'autre part, une ligne de sécurité péninsulaire, stratégique et militaire fondée sur les trois composantes, spatiales, aériennes et maritimes.

41H4MW12yCL.jpgQuestions planétaires et changements dans la composition de la puissance - Le "Smart Power"

Parallèlement à cette évolution des relations de pouvoir dans le Pacifique et dans le monde, intervenues après l'effondrement de l'Union Soviétique, les composantes traditionnelles de la puissance internationale se sont différenciées et ont comporté un examen de leur influence intellectuelle et politique, exigeant d'être plus proportionnées et plus symétriques. L'absence d'un ennemi clairement identifié à l'Ouest, a justifié théoriquement la réduction du recours démesuré à la force opéré par Georges W.Bush. A jailli de cette rétrospective, une conception du pouvoir comme intelligence, venant des "effets de séduction, de persuasion et d'attirance". Cet extraordinaire pouvoir immatériel et civil a été appelé "Smart Power", synthèse de la complémentarité discontinue du "Hard" et du "Soft Power".

Avant que Joseph Nye nous parle de ce deuxième visage du pouvoir, dont les vecteurs majeurs seraient la culture,les valeurs, l'éducation et la politique étrangère, deux auteurs latins avaient évoqué et approfondi la signification de "l'affectio societatis" (Ulpien dans le Digeste) et les fondements des "Arcana impérii"(Tacite-comme Alterum romani imperii lumen).

Cette nouvelle approche de la politique extérieure des États-Unis, associée à une gestion plus collégiale des défis internationaux a été présentée par Hillary Clinton, en sa fonction de Secrétaire d’État de Barak Obama à la Conférence sur la sécurité de Munich, des 6-8 février 2009. L'incitation à remplacer la contrainte et l'usage de la force, dont avait abusé G.W. Bush, pendant sa double présidence (2001-2009), et qui avait fait perdre à l'Amérique son rôle d'arbitre et d'autorité morale, devait faire jouer à la diplomatie un rôle aussi important que la puissance militaire. L’Administration démocratique estima que les États-Unis, depuis le Vietnam avaient abandonné toute approche multilatérale et globale des crises, consistant à vouloir éliminer l'ennemi, sécuriser l'Amérique et rétablir l'ordre. Après l'échec de cette politique, la diplomatie, pour Hillary Cliton, serait à l'avant garde de la politique étrangère des États-Unis. "Le pouvoir de l'intelligence signifie -dit elle- que les intérêts des États-Unis sont mieux défendus, en impliquant d'autres forces, à travers les alliances, les institutions internationales et une diplomatie prudente, orientée par la puissance des valeurs". L’internationalisme libéral se conjugue ici à une approche multilatéraliste revendiquée. Ainsi l'Amérique s'engagera à établir une conciliation entre les valeurs dissemblables de pays d'importance équivalente et définira une politique différente de l'isolationnisme du XIXème ou de l’hégémonisme de la Guerre Froide. Cela favorisera toutes les questions qui ne peuvent être traitées qu'à l'échelle de la planète, comme la sécurité énergétique et environnementale, le nucléaire civil et les énergies renouvelables, la cybersécurité et les réseaux électriques, le fléaux des migrations et la mosaïque des conflits. Conjugués aux graves problèmes de l'Islam politique et du terrorisme islamique, les défis diplomatiques de demain seront de loin supérieurs aux capacités de gestion dont disposera une politique ou un pays et exigeront l'étincelle perpétuelle de l'esprit ainsi que l'endurance et l'optimisme de l'espoir.

Bruxelles 2 février 2021

Écrire un commentaire