Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 19 août 2021

L'Asie centrale et l'émirat d'Afghanistan

unnaACmed.jpg

L'Asie centrale et l'émirat d'Afghanistan

Ex: https://katehon.com/ru/article/centralnaya-aziya-i-emirat-afganistan

Avec le changement de direction politique en Afghanistan, l'Asie centrale revêt une importance accrue. Son rôle s'accroît quels que soient les scénarios, négatifs ou positifs.

Dans un scénario négatif, les États de la région auraient besoin d'une assistance pour la protection des frontières et la sécurité globale - de l'accueil des réfugiés à la surveillance de la situation politique intérieure. Le Tadjikistan fait partie de l'OTSC et du personnel militaire russe y est stationné. Le pays est également membre de l'OCS. Il y a également eu des conflits internes et un affrontement à la frontière avec le Kirghizstan. Mais il est peu probable que les Talibans (une organisation interdite en Russie) franchissent la frontière. Il pourrait plutôt s'agir de tentatives d'imitation de groupes islamistes locaux et de demandes d'aide aux Talibans pour établir un émirat similaire au Tadjikistan. Des organisations extrémistes telles que le Mouvement islamique d'Ouzbékistan (une organisation interdite dans la Fédération de Russie), qui a été lié à la fois à Al-Qaïda (une organisation interdite dans la Fédération de Russie) et aux Talibans, sont également actives dans l'Ouzbékistan voisin. Alors qu'au Tadjikistan, les forces de sécurité russes aident à contrôler la frontière, en Ouzbékistan, les forces locales doivent le faire par elles-mêmes. Cependant, des exercices militaires conjoints sont déjà prévus dans les deux républiques et ils ont débuté au Tadjikistan le 17 août.

Au Turkménistan, en raison de la neutralité totale du pays, la situation est plus critique. Les talibans ont déjà terrorisé les gardes-frontières locaux en les entraînant au combat, et les Turkmènes ont souvent dû les payer en échange de garanties de non-attaque. S'il n'y a pas de décision centralisée des talibans d'attaquer ces républiques, une autre option est possible. À savoir, lorsque les Talibans se réformeront (puisque la guerre en Afghanistan est officiellement terminée), il y aura inévitablement des cadres potentiels qui ne seront pas en mesure de s'intégrer au futur système et de faire la transition vers une vie paisible. Ils devront donc opérer à l'étranger, soit en tant que mercenaires, soit pour mener le "djihad" pour des raisons idéologiques. Et naturellement, leurs regards se porteront en premier lieu sur les pays voisins.

Dans ce cas, les États d'Asie centrale devront coopérer étroitement avec les autres voisins de l'Afghanistan, l'Iran, le Pakistan et la Chine, ainsi qu'avec la Russie.

Dans un scénario positif, le rôle de l'Asie centrale n'est pas moins important. Surtout, les projets d'infrastructure, de transport et d'énergie peuvent être dégelés et mis en œuvre. CASA-1000 vise à relier les systèmes énergétiques de l'Asie centrale à ceux de l'Asie du Sud - le Kirghizstan, le Tadjikistan avec l'Afghanistan et le Pakistan - et à développer des mécanismes d'échange d'électricité conformes aux normes internationales. En février 2021, le Kirghizstan a annoncé le début de la construction de lignes de transmission dans le cadre du projet CASA-1000. Les travaux commenceront d'abord dans l'Oblast de Batken, puis dans les Oblasts d'Osh et de Jalal-Abad. Le projet prévoit de moderniser le complexe de réseaux électriques nécessaire, de construire de nouvelles sous-stations et une ligne de transport d'électricité à haute tension qui permettra au Kirghizstan et au Tadjikistan d'exporter l'électricité excédentaire de l'été vers le Pakistan et l'Afghanistan.

Le programme de coopération économique régionale pour l'Asie centrale (CAREC) encourage également la coopération régionale en matière de transport, de commerce et d'énergie depuis 2001. Le CAREC comprend 10 pays : l'Afghanistan, l'Azerbaïdjan, la République populaire de Chine, le Kazakhstan, la République kirghize, la Mongolie, le Pakistan, le Tadjikistan, le Turkménistan et l'Ouzbékistan. La Banque asiatique de développement (BAD), la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, le Fonds monétaire international, la Banque islamique de développement, le Programme des Nations unies pour le développement et la Banque mondiale supervisent le programme.

TAPI-Gas-Pipeline.jpg

Enfin, l'oléoduc TAPI (Turkménistan-Afghanistan-Pakistan-Inde) peut être lancé dans le format initialement conçu ou modifié.

Si les États-Unis sont précédemment intervenus massivement dans ces projets, la Russie a désormais la possibilité d'ajuster certaines orientations et de proposer ses propres initiatives.

L'Asie centrale suscite également un intérêt croissant de la part de Bruxelles. Alors que l'on affirme que la restauration de l'Émirat islamique est inacceptable et que les progrès démocratiques, y compris les droits des femmes et la protection des minorités, ainsi que le renforcement des institutions de l'État et la lutte contre la corruption, doivent être maintenus, les dirigeants de l'UE sondent simultanément les voies de leur entrée dans les républiques d'Asie centrale.

À la suite de sa visite à Tachkent pour une conférence sur les relations entre l'Asie centrale et l'Asie du Sud, le haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères, Josep Borrell, a écrit sur son blog qu'il avait "discuté avec les ministres d'Asie centrale de notre désir de construire des partenariats solides et non exclusifs, ouverts à la coopération avec d'autres, sur des objectifs communs, comme indiqué dans la stratégie de l'UE pour l'Asie centrale de 2019". Cela implique d'intensifier la coopération dans divers secteurs allant du climat à l'environnement, en passant par la santé, l'eau, les droits de l'homme et le renforcement des capacités de gestion des frontières. J'ai réaffirmé la volonté de l'UE de s'engager dans le développement des liens régionaux et de relever les défis communs en matière de sécurité... La coopération régionale entre le Kazakhstan, le Kirghizstan, l'Ouzbékistan, le Tadjikistan, le Turkménistan, l'Afghanistan et les pays voisins peut non seulement contribuer au développement socio-économique, mais aussi relever les défis communs en matière de sécurité, notamment l'immigration clandestine, le trafic de drogue et les menaces terroristes.

Globalement, l'Asie centrale est dotée d'un énorme potentiel humain et de ressources naturelles. La Commission européenne estime qu'elle a beaucoup à offrir aux investisseurs européens. L'UE est déjà un partenaire commercial majeur de ces pays. Par exemple, le commerce bilatéral de marchandises représentait 22 milliards d'euros en 2020, et avec une population de 114 millions d'habitants, la région a un potentiel de marché considérable.

L'objectif de l'UE sera évidemment de pousser la région à mettre en œuvre des réformes structurelles et à améliorer l'environnement des entreprises. Un forum économique UE-Asie centrale est prévu en novembre. M. Borrell estime qu'il s'agira d'une nouvelle occasion d'œuvrer en faveur d'une connectivité durable et inclusive.

La Russie doit être proactive à cet égard. À ce jour, seuls deux États de la région - le Kazakhstan et le Kirghizstan - sont membres de l'UEE. En même temps, sur fond de diverses provocations dans ces pays contre l'utilisation de la langue russe, on a le sentiment d'un scénario artificiel d'opérations d'information et d'opérations psychologiques, auquel s'intéresse un client extérieur. L'Ouzbékistan a le statut d'observateur au sein de l'UEE, mais a jusqu'à présent adopté une attitude attentiste. On peut supposer que les représentants de l'UE tenteront d'influencer les décideurs en Ouzbékistan pour ralentir ou faire dérailler le processus d'adhésion à l'UEE. Moscou doit élaborer une feuille de route, notamment en contrant les tentatives européennes de saboter l'intégration eurasienne.

Écrire un commentaire